Version classiqueVersion mobile

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie I. La diplomatie turque au Moyen-Orient : inspiration et moyens

La diplomatie turque vue par les Arabes

Michel Naoufal

Texte intégral

1Les relations entre le monde arabe et la Turquie n’ont pas toujours été bonnes, tant s’en faut, et l’image de la Turquie a longtemps été fort controversée au sein de l’opinion publique arabe et dans les rangs de l’intelligentsia. Ces relations commencent à enregistrer des changements positifs notables à partir de la fin de la guerre froide. En effet, alors que les deux parties nourrissaient méfiance et profond ressentiment réciproques, c’est seulement dans les années 1990, avec la politique d’ouverture du président turc Turgut Özal, que leur cours va commencer à s’infléchir ; avec l’accession au pouvoir en Turquie du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) à partir de 2002, la tendance s’approfondit et les liens multidimensionnels entre la Turquie et les pays arabes dans leur quasi-totalité connaissent un développement remarquable, tant avec les gouvernements en place qu’avec les différentes formations politiques en activité, suscitant également appui et acclamations d’une opinion publique arabe enthousiaste, gagnée à ce retournement favorable de l’attitude turque vis-à-vis des questions arabes.

2L’objet du présent chapitre est d’éclairer le nouvel état des relations entre le monde arabe et la Turquie durant les deux dernières décennies, ainsi que l’accueil réservé par les sociétés civiles au repositionnement géostratégique de la Turquie. Nous nous intéresserons plus particulièrement à trois dossiers qui illustrent, au-delà de la conjoncture immédiate, des changements de fond : les relations de la Turquie avec la Palestine, la Syrie, ainsi qu’avec l’Irak et le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK). Avant d’entrer dans le vif du sujet, quelques fondamentaux gagnent à être explicités.

3En quoi l’expression « monde arabe » est-elle ici pertinente ? Ce qui rend son usage légitime est le fait qu’elle est largement répandue dans le langage courant et que, d’un point de vue ethnolinguistique, les Arabes forment bien un peuple qui a la langue arabe en partage, une histoire, un territoire et des référents communs qui dépassent les distinctions, particularismes et autres différences culturelles, même si ce « monde » abrite également des communautés non arabes ou non musulmanes.

  • 2 Sur la définition du concept de système régional arabe et les implications et mécanismes de foncti (...)
  • 3 V. Perthes, Nizām al-Sirā’ fī al-Charq al-Awsat (Le paradigme du conflit du Moyen-Orient), Beyrout (...)

4La configuration du monde arabe et le système politique qui commande les relations entre ses nombreuses composantes doivent alors être examinés. Malgré l’existence d’une institution commune, la Ligue des États arabes, le monde arabe est éclaté en 21 États indépendants et souverains – auxquels il faut joindre l’Autorité palestinienne – dont la composition démographique, sociétale et communautaire, les appartenances religieuses et confessionnelles, les sensibilités, les intérêts et les alliances sont multiples. Cela ne signifie pas que les phénomènes politiques qui se manifestent dans l’un ou l’autre de ces États puissent être circonscrits dans le cadre exclusif du pays, uniquement générés par des facteurs internes, ou qu’ils restent sans effets et répercussions dans un autre pays arabe. Dans les faits, bien que divisé, le monde arabe forme un tout solidaire dont les différentes parties interagissent avec plus ou moins d’intensité et d’efficacité selon la nature du problème posé et son importance. Aussi constate-t-on souvent des réactions en chaîne ou des « effets domino », lorsqu’un événement est perçu comme central ou partagé et mobilise de larges fractions de la population dans tout le monde arabe. Ce dernier s’inscrit en effet dans un système régional global de type identitaire nationaliste2 (qawmī) qui se déploie au-delà du Sud-Est méditerranéen et englobe les pays du Golfe et même les pays du Maghreb (de manière périphérique), mettant en action à des degrés divers les différentes composantes de cet espace. Si ces composantes s’opposent parfois entre elles (Irak/Koweït, par exemple) ou s’abstiennent de se solidariser, c’est parce qu’elles interagissent avec un tout international plus vaste. Les interactions étant avérées dans les faits, certains analystes occidentaux ont pu comparer le fonctionnement de ce système à « celui que l’on observe dans les vases communicants, de telle sorte que si l’eau se met à bouillir en Arabie Saoudite, par exemple, un signal d’alarme se déclenche aussitôt en Égypte ou au Maroc3 ».

  • 4 Sur le caractère central de la question palestinienne dans le système régional arabe, se référer à (...)

5Il faut enfin souligner le caractère central de la question palestinienne dans la vie politique du monde arabe ainsi que dans le vécu, l’imaginaire et les mobilisations de ses peuples depuis l’indépendance des pays arabes et la création de l’État d’Israël en 1948. Ce fait décisif – que les Arabes continuent de désigner par le terme de nakba, signifiant « catastrophe » – marque profondément l’attitude des dirigeants arabes dans leurs relations avec tout acteur politique, dont la Turquie voisine4. Aussi les positions de la Turquie vis-à-vis de la question palestinienne et l’impact de sa politique régionale sur le conflit israélo-arabe seront-ils dans cette étude le « baromètre » des changements dans les relations arabo-turques et dans l’image de la Turquie telle qu’elle est perçue dans le monde arabe. De même, l’instrumentalisation du nationalisme kurde par le pouvoir syrien sera ici essentiellement envisagée comme un moyen d’infléchir le cours du rapprochement turco-israélien, considéré par les Arabes comme une avancée du camp adverse.

Les Arabes face à la révolution kémaliste en Turquie

  • 5 M. B. Altunışık, Turkey : Arab perspectives, Istanbul/Ankara, TESEV, 2010, p. 8.
  • 6 Sur la confrontation entre kémalistes et Arabes à partir de la chute de l’Empire ottoman, se référ (...)

6Contrairement à une opinion propagée par les manuels scolaires officiels longtemps en usage en Turquie et dans la grande majorité des pays arabes, l’effondrement de l’Empire ottoman et son dépeçage par les puissances occidentales alliées au terme de la Première Guerre mondiale n’ont pas été accueillis avec soulagement et satisfaction dans l’ensemble du monde arabe5. Les récentes recherches historiques montrent que les Arabes étaient profondément partagés en ce qui concerne la révolution kémaliste, nourrissant des sentiments conflictuels envers les transformations drastiques qui prenaient place dans le nouvel État turc : observation prudente, admiration et désir de mimétisme dans les cercles des nationalistes arabes ; sentiments de trahison et d’horreur, rancœurs et ressentiment dans les milieux musulmans traditionnels et conservateurs, etc. Autant d’attitudes tranchées, qui s’exprimaient dès cette époque haut et fort6.

La montée des nationalismes et la formation des antagonismes

7Après l’abolition du califat et du sultanat, Mustafa Kemal Atatürk entreprend en 1923 l’édification rapide d’un État-nation laïque. Le rejet de l’alphabet arabe au profit de l’alphabet latin confirme la philosophie essentielle du kémalisme, qui s’identifie à l’Occident, vu comme l’unique foyer de la modernité et de la civilisation.

  • 7 Le sandjak d’Alexandrette forme l’actuelle province turque du Hatay. Majoritairement peuplé d’Arab (...)
  • 8 Suite à la conférence de Lausanne de 1923, obligation fut faite à la Turquie d’oublier ses revendi (...)

8De leur côté, les intelligentsias arabes, gagnées aux idées nationalistes propagées par l’Occident et animées dans leur majorité par un désir d’indépendance dans le cadre d’une grande nation arabe, étaient confrontées aux manœuvres des Français et des Britanniques qui rivalisaient entre eux pour se partager les anciennes possessions de l’Empire ottoman. Les aspirations unitaires des Arabes étaient battues en brèche et déçues avec les accords Sykes-Picot (1916) qui établissaient les mandats français et britannique sur les anciennes provinces de l’Empire ottoman, et la déclaration Balfour (1917) qui promettait aux juifs un foyer national en Palestine. Après les indépendances obtenues dans les années 1940, dans les frontières fixées par les puissances coloniales, la division du monde arabe était définitivement consacrée. Son découpage conformément aux accords Sykes-Picot laissait en germe plusieurs graines de discorde liées au tracé des frontières, notamment la question du rattachement par les Français en 1920 du sandjak d’Alexandrette7 à la Syrie, rendu à la Turquie en 1939, et de l’annexion par les Britanniques en 1925 du vilayet de Mossoul à l’Irak8 malgré les protestations de la Turquie, deux dossiers qui grèveront de façon latente les relations arabo-turques, devenant source de sérieuses tensions à partir de la seconde guerre du Golfe en 1991.

  • 9 Cf. W. Khalefoglu, « Al’Ilāqāt al’Arabīyah-alTurkiyah – Hiwār Mustaqbalī » (Les relations arabo-tu (...)

9La création de l’État d’Israël devait approfondir le fossé entre les deux parties et créer de nouvelles rancœurs. L’existence de l’État d’Israël devenant un fait accompli à partir de mai 1948, la Turquie fut amenée à suivre une politique dite d’« équilibre » entre Arabes et Israéliens, afin de marquer sa solidarité avec les États-Unis9. En ce début de guerre froide, le nouvel État turc craignait avec le camp occidental les visées expansionnistes de l’URSS, d’autant plus que cette dernière avait déjà étendu sa zone d’influence sur des territoires turcophones, dans le Caucase notamment. La Turquie adhéra à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) en 1952 et y occupa rapidement une place importante dans la stratégie d’endiguement américaine. Cet alignement sur les positions occidentales acheva de l’éloigner de la scène politique arabe.

10La Turquie fut le premier État à majorité musulmane à reconnaître l’État hébreu en 1949. À partir de cette date, la dynamique des relations de la Turquie avec le monde arabe subira régulièrement l’influence du conflit arabo-israélien.

Premier rapprochement arabo-turc

  • 10 M. B. Altunışık, op. cit., p. 20.

11Pendant la guerre froide, la Turquie, membre de l’OTAN face à l’URSS et alliée d’Israël face au monde arabe, était un élément clé dans le dispositif géostratégique et militaire des États-Unis. En conséquence, son image était controversée et ses relations avec le monde arabe étaient réduites, même dans le domaine économique, comme le montrent les chiffres de ses échanges extérieurs10.

  • 11 Ce n’est qu’en 1986 que, pour la première fois, la Turquie nomme à Tel-Aviv un chargé d’affaires a (...)

12L’isolement de la Turquie n’allait pas perdurer. Vers la fin des années 1960, prenant conscience du prix considérable que son ancrage à l’Ouest lui coûtait, la Turquie va graduellement améliorer ses liens économiques avec les pays du Moyen-Orient, d’autant que le pays souffre d’une crise économique endémique (inflation à trois chiffres, production industrielle fonctionnant à mi-capacité, faiblesse des exportations dans une économie de type autarcique, manque de devises, etc.). Elle procède également à un réajustement sensible de sa politique extérieure, prenant quelque distance avec les Américains et l’OTAN, et le clivage induit par l’affaire de Chypre encourage ce réajustement. Ainsi, lorsque les Israéliens lancent une guerre éclair contre les pays arabes (Égypte, Syrie et Jordanie) le 5 juin 1967, la Turquie refuse de prêter ses bases pour approvisionner et ravitailler en carburant Israël – elle opposera le même refus à une demande américaine similaire pendant la guerre d’octobre 1973. De plus, elle vote à l’Assemblée générale de l’ONU pour le retrait sans condition des troupes israéliennes de tous les Territoires occupés en Égypte, Syrie et Cisjordanie, refusant toutefois de désigner Israël comme agresseur et de rompre ses relations diplomatiques avec l’État hébreu, relations sans ambassade ni représentation diplomatique à l’époque11.

  • 12 M. B. Altunışık, op. cit., p. 9.

13Ainsi, à partir de la guerre des Six Jours, une période de froid s’installe entre la Turquie et Israël, au cours de laquelle la position turque vis-à-vis de la question israélo-palestinienne enregistre des changements notables : reconnaissance en 1976 de l’OLP en tant que représentant légitime du peuple palestinien et ouverture d’un bureau de l’OLP à Ankara en 1979. À la faveur du rapprochement turco-palestinien, les échanges commerciaux et touristiques de la Turquie avec le monde arabe se développent, tout comme les relations entre intelligentsias et milieux universitaires. Nombreuses sont à cette époque les voix d’intellectuels qui s’élèvent pour remettre en question le récit officiel de l’histoire commune12.

14En 1980, la distance avec l’État hébreu se creuse lorsque la Knesset vote la Loi fondamentale de Jérusalem qui institue cette ville – sous administration civile israélienne depuis la guerre des Six Jours – capitale « éternelle et indivisible » de l’État d’Israël, en y incluant la partie palestinienne, Jérusalem-Est. La société civile turque, relèvent les observateurs, reste très sensible à la question de Jérusalem ; le pouvoir en place, soucieux de ménager les sensibilités de son électorat, refuse donc d’avaliser la décision israélienne. Mais, position paradoxale, lorsque l’État d’Israël, à la fin de 1981, fort des accords de paix séparée signés avec l’Égypte et de la désunion du front arabe qui en avait résulté, décide d’annexer le plateau syrien du Golan, occupé depuis 1967, la junte turque s’abstient de condamner cette annexion.

Le rapprochement turco-israélien

15Cette séquence de refroidissement entre la Turquie et Israël prend fin à partir des années 1980, à la faveur du coup d’État qui porte les militaires au pouvoir en Turquie et des réformes économiques puis politiques introduites par Turgut Özal, qui engage la Turquie dans un vaste mouvement de libéralisation, ouvrant largement le pays aux investissements étrangers et remettant en cause le dirigisme kémaliste par une politique de privatisations. Le contexte politique régional est marqué par la révolution islamique en Iran. Israël comme la Turquie redoutent la contagion islamiste et l’exportation de cette révolution dans d’autres pays, ainsi que les changements que cela pourrait entraîner dans l’équilibre géostratégique. Les deux pays souhaitent donc renforcer leurs relations – mais le processus restera feutré jusqu’en 1991.

  • 13 La Turquie ne reconnaît pas le caractère transnational de ces fleuves ; le désaccord entre la Turq (...)

16Il va de soi que le rapprochement turco-israélien et le silence turc concernant le Golan inspirent ressentiment et hostilité dans le camp syrien – dirigeants, intelligentsias et société civile réunis. Obéissant à la logique de la guerre froide, chaque pays s’inscrit dans l’un des deux camps qui rivalisent pour l’hégémonie mondiale. De plus, un important contentieux oppose depuis 1939 la Syrie à la Turquie au sujet d’Alexandrette, auquel vient désormais s’ajouter un autre désaccord majeur pour le partage régional de l’eau : les Turcs ont en effet lancé au début des années 1980, au mépris des conventions internationales qui réglementent le partage des fleuves transnationaux, un vaste projet d’aménagement et de développement de leur Sud-Est anatolien (le GAP, Güneydoğu Anadolu Projesi – projet d’Anatolie du Sud-Est), à partir de barrages gigantesques construits sur le Tigre et l’Euphrate – les deux principaux fleuves irriguant la Syrie et l’Irak13.

Après le démantèlement de l’URSS et la fin de la guerre froide

17Le démantèlement de l’URSS, la fin de la guerre froide et du bipolarisme marquent le début d’une ère nouvelle dans les rapports de la Turquie avec le monde arabe.

L’impact de la conférence de Madrid (1991) sur la diplomatie turque

18Avec la fin de la guerre froide, les perspectives d’un possible règlement politique au Moyen-Orient se dessinent, le nouveau contexte international paraissant propice à un accord de paix entre Palestiniens et Israéliens. La conférence de Madrid, puis les négociations secrètes menées à Oslo entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) aboutissent à la reconnaissance mutuelle des deux parties et aux accords d’Oslo en septembre 1993. Ces accords font espérer une solution au conflit israélo-palestinien et, à travers lui, au conflit israélo-arabe dans sa globalité : ils mettent en place un processus de libération progressive des Territoires palestiniens occupés lors de la guerre des Six Jours et aboutissent quelques mois plus tard, en 1994, à la signature d’un traité de paix entre le royaume hachémite de Jordanie et l’État d’Israël.

19Ironie du sort, c’est dans la foulée des premiers résultats de la conférence de Madrid et des accords d’Oslo, contexte diplomatique jugé prometteur par les Arabes, que la Turquie, soulagée de n’être plus le seul État musulman à avoir reconnu l’État hébreu, entreprend un rapprochement avec Israël. Jusque-là suspecte aux yeux des Arabes, jugée peu digne de confiance et perçue comme le « cheval de Troie » de l’Occident dans la région, la Turquie voyait dans le Processus de paix, enfin engagé entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide des Américains, l’occasion de développer au grand jour ses relations avec Israël sans être pénalisée par ses voisins arabes et musulmans, tout en conservant une place de choix auprès de Washington. Car, dans le nouvel ordre international qui suit immédiatement la désagrégation de l’URSS, ce que vise la politique de Turgut Özal, c’est faire de la Turquie une puissance régionale avec vue sur l’Europe, reconnue comme médiateur indispensable à la résolution des conflits du Moyen-Orient et comme pont entre les mondes qui l’entourent et l’Occident.

20Issue paradoxale pour les Arabes d’un processus mis en œuvre originellement en vue de la paix au Moyen-Orient, la conférence de Madrid aura donc également été l’accélérateur du rapprochement turco-israélien, qui se concrétisera par la formation de ce que la presse arabe nommera l’« axe Turquie/Israël ».

Le rapprochement stratégique turco-israélien

  • 14 C’est dans ce contexte de volonté de partenariat que Hikmet Çetin entreprit en novembre 1993 la pr (...)
  • 15 Sur le déroulement de ces accords ainsi que sur leur teneur et impact sur le monde arabe, voir A. (...)
  • 16 Necmettin Erbakan, président du parti islamique Refah (Parti de la prospérité), occupa le poste de (...)
  • 17 Cf. M. M. Hakki, « Dix ans d’alliance turco-israélienne : succès passés et défis à venir », Politi (...)

21C’est à partir de 1991 que la Turquie engage des pourparlers avec l’État hébreu, préparés par des visites de personnalités de haut niveau14. Les discussions, activement soutenues par les États-Unis, se concrétisent rapidement par deux accords, officialisés en février et août 199615, qui posent les bases d’un véritable partenariat stratégique, militaire et multiforme entre la Turquie et Israël. Notons que les contacts préalables à ces accords ont été gardés secrets durant cinq ans afin de ménager les pays voisins, que ces accords ne sont pas passés devant le Parlement turc, que le texte de l’accord de coopération militaire n’a jamais été rendu public dans son intégralité et que les observateurs sont assez partagés quant à ses visées. Certains commentateurs considèrent ainsi que ces accords sont l’œuvre de l’armée turque, très influente à l’époque et désireuse, d’une part, de moderniser son équipement militaire et, d’autre part, de faire échec au Premier ministre en exercice Necmettin Erbakan16, issu de la mouvance islamique, connu pour son opposition à la politique kémaliste et sa sympathie pour l’Iran. D’autres analystes soutiennent que ces accords, parce qu’ils entraînent de profonds changements dans les équilibres géopolitiques de la région et surviennent à un moment où la solidarité arabe est mise à mal, constituent « un excellent partenariat contre la Syrie, l’Iran et l’Irak17 ». Les événements qui suivront semblent indiquer que c’est surtout la Syrie, qui partage des frontières communes avec Israël et la Turquie, qui se trouve en ligne de mire.

  • 18 Cf. E. Ganem, Vers une nouvelle dynamique proche-orientale ?, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 53 et s (...)

22Les informations qui filtrent sur ces accords montrent qu’ils portent sur un vaste ensemble de secteurs importants : militaire, technologique, énergétique et hydraulique, économique et touristique, etc. Mais c’est la dimension de coopération militaire entre les deux États qui va surtout alerter les pays arabes et islamiques : exportation d’armements israéliens vers la Turquie, modernisation des avions militaires turcs, échange de technologies militaires, organisation de manœuvres annuelles conjointes et de sessions d’entraînement des forces aériennes, terrestres et maritimes sur une base régulière, utilisation de l’espace aérien turc pour l’entraînement des pilotes israéliens, coopération dans le renseignement et la recherche, etc. Bref, le partenariat entre la Turquie et Israël apparaît aux Arabes comme un signal de guerre ; aussi entraîne-t-il rapidement un véritable branle-bas de combat. Et comme les visites en Turquie d’officiels arabes de haut rang, venus demander des explications sur ces accords, restent sans effet, les protestations se multiplient dans les pays arabes, appelant à la concertation, à la vigilance et enfin à la mobilisation générale contre l’axe Turquie/Israël18.

La dégradation des relations turco-arabes face à l’« axe Turquie/Israël »

  • 19 Informations disponibles à l’adresse suivante :
    http://www.arableagueonline.org/las/arabic/details_ (...)
  • 20 Reportées une première fois à cause du tollé général qui s’était élevé dans les pays arabes, les p (...)

23Réunis dans l’urgence au Caire, à l’initiative de l’Égypte, pour un sommet arabe extraordinaire du 21 au 23 juin 199619, les dirigeants des pays arabes, auxquels se sont joints des représentants de la République islamique d’Iran et de l’Organisation du congrès islamique (devenue aujourd’hui Organisation de la coopération islamique, OCI), expriment leurs inquiétudes à l’encontre des accords militaires turco-israéliens ; soulignant leur possible impact sur les équilibres géostratégiques régionaux, ces dirigeants pressent la Turquie de renoncer à ce partenariat. Ils sont cependant divisés quant aux actions à entreprendre et aucune forme de consensus ne se dégage du sommet, la Jordanie20 et l’OLP refusant, pour des raisons qui leur sont propres, de s’associer à un front commun. Le sommet arabe ne donne donc lieu à aucune déclaration commune et n’a pas de résultat pratique.

24La Turquie s’efforce alors néanmoins de rassurer les chefs d’État arabes. Plusieurs arguments sont invoqués pour calmer les reproches et critiques, justifiant les accords militaires avec Israël :

  • le partenariat avec Israël ne constitue pas une alliance formelle, car il ne prévoit aucune clause portant sur une défense commune si l’un des deux partenaires est attaqué par une tierce partie, ou envisageant une attaque conjointe des deux armées ; il n’est dirigé contre aucun pays de la région ;
  • la Turquie a déjà signé des accords similaires avec une vingtaine d’autres pays, dont l’Égypte et la Jordanie ;
  • les autorités turques reprochent au passage leur manque de solidarité aux États arabes dans le contentieux avec la Grèce ou l’affaire chypriote ;
  • les avantages économiques et commerciaux escomptés des accords sont aussi mentionnés.
  • 21 E. Ganem, op. cit., p. 37.
  • 22 A. Gresh, op. cit., p. 189.
  • 23 Quelque temps après la signature des accords turco-israéliens de février 1996, qualifiés d’« assoc (...)

25Les objectifs stratégiques poursuivis par la partie israélienne ont été largement commentés : les accords « mettent en place un dispositif conjoint hautement dissuasif mais aussi une force d’attaque considérable21 », non seulement en prévision d’éventuels conflits au Proche-Orient mais aussi « dans le cas où Israël aurait besoin de mener une opération contre l’Iran22 ». Du côté turc, il semble que le partenariat ait été initié par les généraux, soucieux de conserver leur place dominante au sein de l’establishment turc, et qui ont trouvé en Israël un allié contre la reconnaissance du génocide arménien ; les militaires seraient ainsi passés outre les réticences de la coalition politique au pouvoir. Le rapprochement avec Israël a peut-être aussi servi à lever les incertitudes pesant sur la candidature de la Turquie en vue de l’adhésion à l’Union européenne, un processus encouragé par les États-Unis. Sur le plan régional, les Turcs sont également inquiets des conséquences de la deuxième guerre du Golfe, qui a ouvert la voie à l’autonomie du Kurdistan irakien et renforcé l’Iran, et voient d’un mauvais œil le traité de coopération militaire de 1995 entre la Grèce et la Syrie, qui permet notamment aux avions militaires grecs d’utiliser les bases aériennes syriennes en cas de conflit avec la Turquie23.

  • 24 E. Ganem, op. cit., p. 48-58.
  • 25 Cf. P. Robins, Turkey and the Middle East, traduit en arabe par Mikhail Khoury, Limassol, Cordoba (...)

26L’axe Turquie/Israël – conséquence prévisible – allait également polariser l’opinion publique et susciter des débats houleux au sein des intelligentsias et des sociétés civiles tant arabes que turques. La presse turque s’en fera largement l’écho, répercutant clairement les divisions au sein du pouvoir et de la société civile en Turquie24, un état d’esprit alternant entre vive satisfaction et gêne, parfois même honte et rejet catégorique. Quant aux réactions des sociétés arabes, en plus du sentiment d’humiliation et de la déception que ces dernières retiraient de la formation de l’axe Turquie/Israël, elles étaient quasi unanimes pour dire que la Turquie n’avait jamais compris les aspirations, priorités et autres représentations des peuples arabes25 et pour souligner les dangers encourus du fait du partenariat turco-israélien, non seulement par la Syrie et l’Autorité palestinienne, mais aussi par l’Irak et l’Iran. Le bras de fer qui allait opposer la Turquie à la Syrie peu de temps après justifie, semble-t-il, ces craintes.

La crise turco-syrienne et l’offensive contre le PKK

27Jusqu’à l’accession au pouvoir en Turquie de l’AKP, en 2002, les relations entre la Syrie et la Turquie avaient toujours été tendues voire franchement antagoniques, souvent envenimées par des désaccords qui éclataient au grand jour sans pour autant mener à l’affrontement militaire. Au contentieux territorial sur Alexandrette et aux confrontations générées par la guerre froide se sont ajoutées progressivement de nouvelles sources de tension, dont la politique turque vis-à-vis d’Israël, les différends liés à la sécurité des frontières communes, la question du partage des eaux de l’Euphrate et, plus récemment, le soutien de la Syrie au Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK), principale organisation de résistance kurde, et à son dirigeant Abdullah Öcalan, réfugié à Damas. C’est ce dernier élément de désaccord qui va transformer une situation de conflit larvé en conflit ouvert entre les deux pays.

  • 26 Cf. S. Cigerli, Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan, 2000.

28La question kurde a longtemps été une question explosive en Turquie ; elle est la « grande lacune du kémalisme26 », qui a nié l’identité et jusqu’à l’existence des Kurdes, enclenchant dès la fondation de la République une mécanique de répression implacable. Nombre de Kurdes ont dû fuir la Turquie au xxe siècle pour se réfugier dans les pays voisins ; la majorité des Kurdes de Syrie sont ainsi les descendants de réfugiés kurdes venus de Turquie dans les années 1920, fuyant l’oppression kémaliste.

  • 27 Discours du président Demirel lors de la cérémonie d’inauguration de la session du Parlement turc, (...)
  • 28 Propos tenus par Mesut Yılmaz, rapportés dans « Karanlık Oyuna Son Vereceğiz », Hürriyet, 8 octobr (...)

29Confronté au milieu des années 1990 à des actions particulièrement meurtrières du PKK, le pouvoir politique turc décide de s’en prendre à la Syrie, soupçonnée de soutenir activement la guérilla kurde. À l’automne 1998, le nouveau président Süleyman Demirel et son Premier ministre Mesut Yılmaz vont multiplier les déclarations contre la Syrie, l’accusant de « soutenir le terrorisme séparatiste, de fournir une logistique aux brigands et d’accueillir le chef des brigands à Damas27 », et la menaçant, ultimatum à l’appui, de représailles militaires si elle persistait à soutenir le PKK et à abriter Abdullah Öcalan : « La Syrie doit satisfaire nos demandes. Sinon la terre tout entière s’écroulera sur sa tête. […] La Syrie doit être intelligente, sinon nous lui crèverons les yeux28. »

  • 29 Cf. M. Gilquin, « Retour sur la crise turco-syrienne d’octobre 1998 : une victoire des militaires (...)
  • 30 En 1999, c’est-à-dire moins d’un an après la signature du traité d’Adana, Abdullah Öcalan sera cap (...)
  • 31 Cf. International Crisis Group, « Turkey and the Middle East – Ambitions and Constraints », Europe (...)

30De l’avis des observateurs, cette crise représente « l’un des moments les plus critiques de l’histoire de la relation tumultueuse existant entre ces deux voisins29 ». La confrontation verbale, appuyée par des mouvements de troupes turques à la frontière, dura 20 jours, et aboutit à la rupture des liens entre la Syrie et le mouvement nationaliste kurde, la Syrie s’engageant à cesser toute aide logistique et militaire au PKK, à fermer les bases du PKK en Syrie et au Liban alors sous contrôle syrien, et à expulser Öcalan30. Fait intéressant, le traité d’Adana signé entre les deux parties pour clore cette crise ne porte que sur les rapports de la Syrie avec le PKK ; tous les autres sujets de dissension existant entre les deux pays en sont absents. Les parties auraient convenu d’attendre, avant de les aborder, l’impact de l’application de ce traité sur la suite des événements sur le front kurde31.

  • 32 La Syrie entamera notamment sous médiation turque des pourparlers secrets avec Israël entre 2007 e (...)

31La conclusion de cette offensive, ressentie comme un triomphe par la Turquie dans son combat contre le séparatisme kurde, aura finalement aussi été bénéfique à la Syrie. Elle annonce l’embellie que connaîtront dès lors les relations turco-syriennes et consacre la Turquie comme puissance incontournable sur l’échiquier proche-oriental32.

Les relations arabo-turques à l’ère de l’AKP

32Le 1er mars 2003 apparaît, d’un point de vue arabe et moyen-oriental, comme un moment révélateur du repositionnement géostratégique de la Turquie et de la redéfinition de sa politique étrangère. Deux paramètres majeurs s’imposent avec ce processus.

33L’affirmation de l’autonomie de la Turquie par rapport à la stratégie régionale américaine. Cette volonté d’autonomie est rendue publique par le refus opposé par le Parlement turc en 2003 au déploiement des forces américaines sur le sol turc en vue d’ouvrir un deuxième front contre l’Irak. Les Turcs ont aussi tenté de prévenir la guerre en créant avec six pays arabes et l’Iran un mécanisme de concertation régionale, la conférence des pays voisins de l’Irak.

34Selon certains observateurs, le refus de la Turquie de s’impliquer dans la guerre contre l’Irak s’expliquerait par des calculs sécuritaires, d’ordre national et régional : d’une part, la conviction que cette guerre allait entraîner le démembrement de l’Irak et probablement déstabiliser toute la région ; d’autre part, le sentiment que la consolidation d’un Kurdistan autonome au nord de l’Irak stimulerait, par contagion, le nationalisme kurde en Turquie même, ce qui constituerait un danger pour la stabilité et la sécurité du pays.

35En tout état de cause, cette prise de distance vis-à-vis de la politique américaine, tout en confortant la crédibilité de la Turquie en tant que puissance indépendante, allait améliorer son image dans le monde arabe. Le rôle qu’elle jouera ensuite dans l’Irak post-Saddam Hussein, en soutenant politiquement et économiquement la construction du nouvel État irakien, en appuyant la réconciliation de la communauté sunnite avec le pouvoir chiite et en parvenant à convaincre les sunnites de participer aux élections, sera d’ailleurs bien accueilli par les pays arabes ; ce rôle est d’autant plus apprécié qu’il contrebalance l’influence grandissante de l’Iran au sein du monde arabe.

  • 33 « Erdoğan Accuses Israel of State Terrorism », Today’s Zaman, 31 mai 2010.
  • 34 Sur les réactions à l’arraisonnement de la flottille humanitaire, voir la contribution de Mohammed (...)

36Le changement d’attitude et de discours vis-à-vis d’Israël à la suite de l’opération « Plomb durci » à Gaza (2008-2009). L’alliance turco-israélienne a connu de sérieuses difficultés dès le début des années 2000. La répression violente de la seconde Intifada par l’armée israélienne en 2000 avait été condamnée par les milieux politiques turcs et la société civile. En 2004, l’assassinat de Cheikh Ahmad Yassine, fondateur et chef spirituel du Hamas, par un missile israélien, avait fait dire au Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan qu’Israël pratiquait un « terrorisme d’État33 » – accusation réitérée au printemps 2010 lors de l’attaque israélienne de la flottille de navires transportant de l’aide humanitaire vers Gaza. Erdoğan s’était aussi montré très critique envers Israël lors de la guerre contre le Liban en 2006 ; des manifestations de soutien au peuple libanais avaient alors eu lieu dans plusieurs villes de Turquie. Aussi, lorsqu’au début de 2009, lors du Forum économique mondial de Davos, le Premier ministre turc s’en prend à la politique israélienne vis-à-vis des Palestiniens et dénonce la guerre effrénée contre Gaza, il est unanimement acclamé dans tout le monde arabe, d’autant que la réactivité de la diplomatie turque contraste avec l’incapacité et le silence des chefs d’État arabes. L’annulation de la participation d’Israël à des exercices aériens dans le cadre de l’OTAN en octobre 2009, puis la condamnation, l’année suivante, de l’attaque israélienne contre le navire amiral Mavi Marmara de la flottille humanitaire pour Gaza (causant 9 morts turcs), organisée pour dénoncer le blocus de Gaza et venir en aide à la population civile palestinienne, devaient accroître la popularité du Premier ministre turc qui fut alors crédité par la presse arabe du titre de « leader des Arabes » et de « nouveau Nasser34 ».

  • 35 International Crisis Group, op. cit., p. 20-22.
  • 36 Cf. M. S. Slim, Al-Hiwār al’Arabī -alTurkī – Bayn al-Mādī wa al-Hāder (Le dialogue arabo-turc – En (...)

37De ce qui précède, il apparaît que la nouvelle orientation de la politique régionale de la Turquie séduit l’opinion publique arabe, engouement qui s’est souvent traduit par un enthousiasme populaire débordant, suscitant parfois l’inquiétude des régimes arabes eux-mêmes35. Dans le même temps, de vifs débats continuent de se dérouler entre intelligentsias arabes concernant les objectifs de l’AKP et ce que le monde arabe peut en espérer. À suivre la progression de cette discussion dans la presse en langue arabe, on constate que les sociétés civiles et les intelligentsias sont partagées entre trois principaux courants d’opinions36.

  • 37 M. Naoufal, ’Awdat Turkiyā ilā ach-Charq (Le retour de la Turquie vers l’Est), Beyrouth, Arab Scie (...)

38Le premier courant, qui rassemble les réformistes, toutes tendances confondues, valorise la synthèse entre État de droit et valeurs islamiques que la Turquie de l’AKP défend, et puise dans l’expérience turque la confirmation que l’islam est compatible avec la démocratie, une source d’enseignements et une voie à suivre. Ces réformistes apprécient sans réserve la politique de l’AKP au Moyen-Orient et y voient un changement de cap radical par rapport à l’occidentalisme et à l’isolationnisme kémalistes, considérés comme une survivance d’un passé révolu qu’il n’y a plus lieu de sauvegarder. Selon ce courant, cette nouvelle diplomatie turque, parfois appelée « néo-ottomane » parce qu’elle s’appuie sur la géopolitique de la Turquie et sur son héritage ottoman et privilégie une approche de soft power pour la résolution des conflits du Moyen-Orient, pourrait initier des changements structurels dans la région37.

  • 38 M. B. Altunışık, op. cit., p. 21.

39Le deuxième courant, regroupant divers nationalismes, est plus sceptique : il doute de la durabilité de la politique turque et y voit un « coup de bluff » qui instrumentalise les relations turco-arabes pour faire pression sur Israël et, inversement, se rapproche d’Israël pour infléchir les décisions arabes. Ceux qui soutiennent ce point de vue considèrent la politique étrangère de la Turquie comme un choix tactique et conjoncturel destiné à servir les intérêts turcs dans le dossier d’adhésion à l’Union européenne, dans le dossier kurde ou, accessoirement, pour faciliter le règlement des contentieux avec la Syrie et l’Irak et préserver le boom des échanges économiques avec les pays arabes. Dénonçant la montée en puissance de la Turquie et de l’Iran dans la région et craignant une éventuelle tutelle de l’une ou de l’autre, ils déplorent la désunion et l’indigence tactique des dirigeants arabes, qu’ils appellent à « plus de présence, d’initiative et de vision38 ».

  • 39 Cf. G. Ezze, « The Arab Revolutions : Reasons and Prospects », Middle East Affairs, no 138, printe (...)

40Le troisième courant, proche de l’islam iranien, qui compte dans ses rangs des islamistes fondamentalistes et des radicaux de gauche, considère que le modèle turc porté par l’AKP est foncièrement nationaliste et difficilement applicable au monde arabe. Ce groupe pense que la Turquie cherche à jouer sur tous les tableaux et que la normalisation de ses relations avec ses voisins arabes ainsi qu’avec l’Iran n’a que très peu modifié ses liens avec l’Occident. Ceux-là doutent aussi de l’engagement total de la Turquie dans les affaires du Moyen-Orient et voudraient qu’elle rompe toute relation avec l’État d’Israël39.

41Ces courants ne sont pas nettement délimités ni absolument inébranlables dans leur appréciation du modèle turc et leur approche du rôle de la Turquie dans la région. On voit néanmoins se dessiner, à partir de ces différents discours, les contours d’une position arabe sur les grands enjeux, qui privilégie le développement des relations en vue d’un partenariat politique et sécuritaire, économique et culturel entre Turcs et Arabes, sans y voir toutefois les prémisses d’une véritable alliance stratégique.

  • 40 Cf. R. Al-Sayed, « Les relations entre les Arabes et les Turcs – Les équilibres dans le nouveau Mo (...)
  • 41 R. Al-Sayed, op. cit.

42Selon l’islamologue libanais Radwan Al-Sayed, proche et conseiller notamment des élites sunnites du Golfe, « le modèle turc est ambitieux et séduisant, qui met en avant une relation nouvelle et positive entre la croissance et la démocratie, entre la religion et l’État40 ». Mais s’il est vrai qu’une politique extérieure turque dynamique est nécessaire « pour calmer et canaliser le vif enthousiasme que soulève dans les sociétés arabes le modèle fondamentaliste iranien », pour être efficace, cette politique reste conditionnée à la contribution des Arabes, à la nature de leurs visions et projets. Allant plus loin dans ses considérations géostratégiques et géoculturelles, R. Al-Sayed indique qu’entre « les Arabes et les Turcs, en ce qui concerne la conscience nationale et l’histoire, il n’y a eu d’affrontement que dans la période nationaliste, marquée pour les deux parties par une grande violence, laquelle ne devait pas laisser toutefois de traces profondes ». Aussi insiste-t-il sur la nécessité de la participation active et créatrice des Arabes dans le projet de partenariat entre les grands ensembles et États du Moyen-Orient, « un partenariat qui devra rassurer l’Iran, encadrer et canaliser son action, repousser l’hégémonie américaine et donner une seconde chance au Moyen-Orient par la voie de la coopération, de la croissance et du progrès41 ». C’est donc seulement si les Arabes sont réellement présents au rendez-vous que la formation d’un véritable partenariat entre les trois principaux ensembles d’États de la région deviendra effective et opératoire.

  • 42 Cf. « Sans détour, avec le Docteur Radwan Al-Sayed », interview publiée dans le trimestriel Madara (...)

43Toutefois, interrogé sur l’applicabilité du modèle turc au monde arabe, R. Al-Sayed répond par la négative, indiquant que la forme de gouvernance observée en Turquie, « qui associe un État séculier à un régime musulman, est unique au monde42 ». Selon lui, l’apport essentiel de l’AKP est d’avoir prouvé aux islamistes arabes qu’il n’est pas nécessaire d’être violent pour accéder au pouvoir ou pour l’exercer, et qu’il est possible de trouver des solutions justes aux différends stratégiques par des moyens pacifiques.

  • 43 Proposition pour la formation d’une « Association des pays voisins » présentée par Amr Moussa au c (...)
  • 44 Cf. N. Hitti, « Da’wa ilā al-Hiwār Hawl Rābiţat al-Giwār » (Invitation au dialogue en vue de la cr (...)

44Quant au politologue libanais Nassif Hitti, il part du constat que le système régional arabe est en état de dysfonctionnement et obsolète, dépassé par les nouvelles dynamiques globalisantes sur le plan régional (absence de projet politique et de leadership, rupture entre le discours officiel et la pratique, vide politique, etc.). Aussi prend-il fait et cause pour la proposition43 de Amr Moussa, l’ex-secrétaire général de la Ligue des États arabes, visant à promouvoir une « politique de voisinage arabe » dont le but est de créer une structure de dialogue stratégique entre les ensembles régionaux voisins, notamment la Turquie et l’Iran44. Cette proposition, à laquelle se sont opposés plusieurs régimes arabes, l’Égypte de Moubarak en premier lieu ainsi que l’Arabie Saoudite, comporte un défi de taille : définir un programme arabe commun pour le dialogue avec les Turcs et les Iraniens.

  • 45 Cf. N. Hitti, « Simāt Nizām Iqlīmī Jadīd fī ach-Charq al-Awsaţ » (Caractéristiques d’un nouveau sy (...)

45Turcs et Iraniens sont déjà présents sur la scène politique arabe. Réfléchissant à l’impact de la politique turque sur le système régional moyen-oriental45, N. Hitti souligne que l’une des caractéristiques essentielles du nouveau système en cours de formation est la lutte d’influence entre Ankara et Téhéran, dont l’enjeu ou la pièce maîtresse est la Syrie, pays qui connaît une période de convulsions dont l’impact régional sera important. Si la Turquie pousse vers le changement et la transition démocratique en Syrie, c’est parce qu’elle voit en Damas sa voie d’accès au Levant et au monde arabe. De son côté, l’Iran considère la Syrie comme son principal allié régional et sa porte d’entrée au Levant et en Méditerranée ; d’où sa méfiance vis-à-vis de tout changement en Syrie, de crainte que cela n’affaiblisse et perturbe un allié.

  • 46 Cf. N. Hitti, « Tahadiyāt Turkīyah Khamsa » (Cinq défis que la Turquie devra affronter), An-Nahar,(...)

46La politique étrangère turque doit se repositionner à l’heure du « printemps arabe », pour prendre en compte la crise systémique arabe, les changements politiques qui ont eu lieu en Tunisie, en Égypte et en Libye, ceux qui sont en cours au Yémen et en Syrie, ainsi que le retour de l’Égypte au sein du système régional. La Turquie dispose aujourd’hui d’une base économique solide, fait preuve d’un grand dynamisme diplomatique et présente un modèle politique séduisant à plus d’un titre ; tous ces facteurs ouvrent vraisemblablement de nouvelles opportunités pour développer son rôle dans la région46. Concernant le débat sur le modèle turc, Nassif Hitti estime que la Turquie offre effectivement un modèle de développement politique pour les pays arabes, car elle montre le mariage réussi entre démocratie et islam politique, modernité et sauvegarde du patrimoine et cela au moment de la réconciliation de l’Occident avec l’islam politique modéré, qui marque sa présence dans les révolutions arabes. Cela augmente la capacité d’influence de la Turquie, celle-ci étant considérée comme le promoteur, l’accompagnateur et le facilitateur d’une réconciliation entre les pouvoirs traditionnels et l’islam politique, synthèse fort recherchée à l’heure actuelle.

  • 47 Personnalité de l’intelligentsia égyptienne et auteur prolixe, Jamil Matar est un ancien diplomate (...)
  • 48 Cf. J. Matar, « ’Awdat Turkiyā ilā ach-Charq al-Awsaţ » (Le retour de la Turquie au Moyen-Orient),(...)
  • 49 Ibid.

47De son côté, le politologue et essayiste égyptien Jamil Matar47 considère lui aussi que cette tendance est la conséquence du vide stratégique laissé par l’Égypte durant l’ère Moubarak et de l’isolement de la Syrie décidé par le Congrès américain. Il affirme, sur la base d’une vaste enquête d’opinion effectuée auprès d’intellectuels et de représentants du milieu des affaires et de la finance, laïques et croyants, que la marche des Turcs vers les Arabes sera difficile et compliquée. Ainsi, de « grandes difficultés apparaîtront » quand la Turquie imposera au Moyen-Orient « ses problèmes, kurde, arménien et chypriote notamment, mais aussi les dossiers de l’Asie centrale (Turkestan) et demandera aux Arabes de l’appuyer48 ». Aussi attire-t-il l’attention des diplomates turcs sur « la dure réalité qu’ils devront affronter une fois accomplis les premiers pas du rapprochement49 », rappelant que les Arabes ne forment pas un bloc homogène comme à l’époque ottomane.

  • 50 Cf. J. Matar, « La révolution égyptienne actuelle », Al-Mustaqbal al-Arabî, no 385, mars 2011, p.  (...)

48Mais Jamil Matar souligne aussi que le changement de cap de la politique étrangère turque vis-à-vis d’Israël a suscité un questionnement dans la pensée politique égyptienne non officielle et entraîné le soutien des membres du mouvement de changement à l’ensemble de l’activité diplomatique turque en Syrie, au Liban et en Afrique. Ce soutien a par la suite gagné de larges fractions de l’opinion publique ainsi que les commentateurs de la presse quotidienne et des chaînes de télévision50.

49L’évolution de l’opinion publique en Égypte montre que, contrairement aux doutes exprimés à l’ère Moubarak concernant les nouvelles tendances régionales de la diplomatie turque, l’Égypte, au lendemain de la révolution du 25 janvier 2011, s’efforce de consolider les liens avec les grandes puissances régionales, la Turquie en premier lieu car, contrairement à l’Iran, ce pays n’a pas de visée sur le monde arabe, ne menace pas la sécurité nationale, et son appui aux révoltes arabes n’est pas le résultat de positions idéologiques telles que l’exportation de la révolution khomeyniste.

50Finalement, dans le monde arabe, l’attitude vis-à-vis de la politique extérieure turque au Moyen-Orient est positive et nuancée, reflétant les sensibilités particulières des sociétés et communautés qui le composent, favorable globalement au développement d’un partenariat avec la Turquie. Ajoutons que l’abandon des liens stratégiques avec Israël, les avancées démocratiques en Turquie et les références islamiques des dirigeants au pouvoir auront été décisifs dans la formation de cette attitude. En un temps marqué par les révolutions du printemps arabe et la réconciliation annoncée de l’Occident avec l’islam politique modéré, l’invitation à s’inspirer du modèle turc, perçu comme une réussite de l’union entre démocratie et islam politique, représente une tendance dominante dans le monde arabe. La valeur ajoutée de la Turquie est ici de faciliter et encourager le changement auquel aspire le printemps arabe. En même temps, ces attentes constituent un défi pour les autorités turques : la complexité du dossier syrien le montre bien, la diplomatie turque s’efforçant ici de concilier les aspirations au changement réclamé par la population syrienne avec la stabilité et l’ordre nécessaires au niveau régional, pour éviter une nouvelle épreuve de type irakien. Toujours dans l’ombre du printemps arabe se profilent d’autres défis pour Ankara : le retour possible de l’Égypte au centre du système régional arabe et les retombées probables de la crise yéménite entraîneront sans aucun doute un repositionnement de la Turquie.

Notes

2 Sur la définition du concept de système régional arabe et les implications et mécanismes de fonctionnement de ce système, voir G. Matar et A. E Hilal, « Al-Nizām al-Iglāmī al-’Arabī – Dirāssah fī al-’Ilāqāt as-Siyāssiyah al-’Arabīyah » (Le système régional arabe – Étude des relations politiques arabes), Beyrouth, Centre des études de l’unité arabe, 3e édition, février 1983.

3 V. Perthes, Nizām al-Sirā’ fī al-Charq al-Awsat (Le paradigme du conflit du Moyen-Orient), Beyrouth, Centre des études stratégiques, de la recherche et de la documentation, 1997, p. 25.

4 Sur le caractère central de la question palestinienne dans le système régional arabe, se référer à G. Salame, As-Siyāssah al-Khārijiyah as-Saoudiyah munzu 1945 (La politique extérieure saoudienne à partir de 1945), Beyrouth, Institut du développement arabe, 1980, p. 155-222.

5 M. B. Altunışık, Turkey : Arab perspectives, Istanbul/Ankara, TESEV, 2010, p. 8.

6 Sur la confrontation entre kémalistes et Arabes à partir de la chute de l’Empire ottoman, se référer à l’article d’Henri Laurens, « Turcs et Arabes », in Les Turcs : Orient et Occident. Islam et Laïcité, Paris, Autrement, septembre 1994, série « Monde », no 76, p. 68-78.

7 Le sandjak d’Alexandrette forme l’actuelle province turque du Hatay. Majoritairement peuplé d’Arabes, il fut enlevé à la Turquie et rattaché à la Syrie sous mandat français en 1920. Jusqu’en 1939, Alexandrette jouait le rôle de port pour Alep et était le principal débouché de la Syrie septentrionale. Pour tenir la Turquie à distance de l’Axe, la France accepte en 1939 de rétrocéder le sandjak à la Turquie. Dès son accession à l’indépendance en 1946, la Syrie relance sans résultat la question d’Alexandrette. Elle présente depuis lors ce canton comme une province amputée du territoire syrien et continue de le revendiquer.

8 Suite à la conférence de Lausanne de 1923, obligation fut faite à la Turquie d’oublier ses revendications sur les vilayets de Mossoul et de Kirkouk, malgré la présence d’une importante communauté turkmène. En 1926, la Turquie reconnut la souveraineté de l’Irak sur le vilayet de Mossoul.

9 Cf. W. Khalefoglu, « Al’Ilāqāt al’Arabīyah-alTurkiyah – Hiwār Mustaqbalī » (Les relations arabo-turques – Dialogue pour le futur), Beyrouth, Centre des études de l’unité arabe, 1995, p. 17-27.

10 M. B. Altunışık, op. cit., p. 20.

11 Ce n’est qu’en 1986 que, pour la première fois, la Turquie nomme à Tel-Aviv un chargé d’affaires ayant rang d’ambassadeur. Une ambassade turque sera ouverte à Tel-Aviv en 1991.

12 M. B. Altunışık, op. cit., p. 9.

13 La Turquie ne reconnaît pas le caractère transnational de ces fleuves ; le désaccord entre la Turquie, la Syrie et l’Irak sur la gestion de la ressource hydraulique est récurrent et les négociations restent sans résultats définitifs à ce jour. Le GAP a été conçu par les Turcs dans le but de dynamiser économiquement le Sud-Est anatolien, essentiellement peuplé de Kurdes, afin d’aider à intégrer socialement ces derniers et affaiblir leurs revendications politiques.

14 C’est dans ce contexte de volonté de partenariat que Hikmet Çetin entreprit en novembre 1993 la première visite jamais effectuée par un ministre turc des Affaires étrangères en Israël, visite qui se solda par la signature de plusieurs accords et par la conclusion d’un mémorandum, « On Mutual Understanding and Guidelines ». À partir de cette date, les échanges de visites entre hauts responsables des deux parties se multiplièrent.

15 Sur le déroulement de ces accords ainsi que sur leur teneur et impact sur le monde arabe, voir A. Gresh, « Turkish-Israeli-Syrian Relations and their Impact on the Middle East », The Middle East Journal, vol. 52, no 2, 1998, p. 188-203.

16 Necmettin Erbakan, président du parti islamique Refah (Parti de la prospérité), occupa le poste de Premier ministre entre 1996 et 1997 ; il démissionna en juin 1997 sous la pression des militaires. Le Refah fut interdit et dissous par la Cour constitutionnelle en 1997, accusé d’activités anticonstitutionnelles et anti-laïques.

17 Cf. M. M. Hakki, « Dix ans d’alliance turco-israélienne : succès passés et défis à venir », Politique étrangère, vol. 71, no 2, été 2006, p. 421-430.

18 Cf. E. Ganem, Vers une nouvelle dynamique proche-orientale ?, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 53 et suivantes.

19 Informations disponibles à l’adresse suivante :
http://www.arableagueonline.org/las/arabic/details_ar.jsp?art_id=337&level_id=202 (accès juin 2011).

20 Reportées une première fois à cause du tollé général qui s’était élevé dans les pays arabes, les premières manœuvres navales tripartites (Turquie, Israël, États-Unis) eurent finalement lieu en janvier 1998 au large de Haïfa ; elles durèrent cinq jours. La Jordanie y participait en tant qu’observateur ; invitée également, l’Égypte s’y était fermement opposée.

21 E. Ganem, op. cit., p. 37.

22 A. Gresh, op. cit., p. 189.

23 Quelque temps après la signature des accords turco-israéliens de février 1996, qualifiés d’« association de malfaiteurs » par le ministre grec des Affaires étrangères Théodoros Pangalos, la Grèce signa un second accord de coopération militaire avec la Syrie. Propos rapportés par E. Ganem, op. cit., p. 146.

24 E. Ganem, op. cit., p. 48-58.

25 Cf. P. Robins, Turkey and the Middle East, traduit en arabe par Mikhail Khoury, Limassol, Cordoba éd., 1993.

26 Cf. S. Cigerli, Les Kurdes et leur histoire, Paris, L’Harmattan, 2000.

27 Discours du président Demirel lors de la cérémonie d’inauguration de la session du Parlement turc, le 1er octobre 1998, à Ankara, « Süriye’ye Son Uyarı » (Dernier avertissement pour la Turquie), Hürriyet, 7 octobre 1998.

28 Propos tenus par Mesut Yılmaz, rapportés dans « Karanlık Oyuna Son Vereceğiz », Hürriyet, 8 octobre 1998.

29 Cf. M. Gilquin, « Retour sur la crise turco-syrienne d’octobre 1998 : une victoire des militaires turcs », Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien (CEMOTI), no 33, janvier-juin 2002, p. 301-308.

30 En 1999, c’est-à-dire moins d’un an après la signature du traité d’Adana, Abdullah Öcalan sera capturé au Kenya par les services secrets turcs, américains et israéliens, puis jugé pour avoir fondé et dirigé une organisation terroriste. Il est depuis lors détenu en Turquie.

31 Cf. International Crisis Group, « Turkey and the Middle East – Ambitions and Constraints », Europe Report, no 203, 7 avril 2010.

32 La Syrie entamera notamment sous médiation turque des pourparlers secrets avec Israël entre 2007 et 2008, afin de relancer le Processus de paix.

33 « Erdoğan Accuses Israel of State Terrorism », Today’s Zaman, 31 mai 2010.

34 Sur les réactions à l’arraisonnement de la flottille humanitaire, voir la contribution de Mohammed El Oifi dans cet ouvrage ; également G. Lelandais, « Erdoğan : nouveau Nasser du Moyen-Orient ? », sur le site Contrefeux.com/international/Erdogan, 11 février 2009.

35 International Crisis Group, op. cit., p. 20-22.

36 Cf. M. S. Slim, Al-Hiwār al’Arabī -alTurkī – Bayn al-Mādī wa al-Hāder (Le dialogue arabo-turc – Entre le passé et le présent), Beyrouth, Centre des études de l’unité arabe, 2010, p. 63-114 ; M. S. Slim, op. cit., p. 65-67.

37 M. Naoufal, ’Awdat Turkiyā ilā ach-Charq (Le retour de la Turquie vers l’Est), Beyrouth, Arab Scientific Publishers, 2010, p. 48-49.

38 M. B. Altunışık, op. cit., p. 21.

39 Cf. G. Ezze, « The Arab Revolutions : Reasons and Prospects », Middle East Affairs, no 138, printemps 2011.

40 Cf. R. Al-Sayed, « Les relations entre les Arabes et les Turcs – Les équilibres dans le nouveau Moyen-Orient », An-Nahar, 13 août 2006.

41 R. Al-Sayed, op. cit.

42 Cf. « Sans détour, avec le Docteur Radwan Al-Sayed », interview publiée dans le trimestriel Madarat, no 4-5, juillet-octobre 2010, p. 150-159.

43 Proposition pour la formation d’une « Association des pays voisins » présentée par Amr Moussa au cours du sommet arabe tenu en mars 2011 à Syrte, en Libye, auquel assistait à titre d’observateur le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan. Pour plus de détails sur cette initiative avortée, voir le rapport stratégique annuel Hāl al-Umma 2010-1011 (L’état de la nation 2010-1011), Beyrouth, Centre des études de l’unité arabe, 2011, p. 14 et suivantes.

44 Cf. N. Hitti, « Da’wa ilā al-Hiwār Hawl Rābiţat al-Giwār » (Invitation au dialogue en vue de la création d’une association des États voisins), Al-Hayat, 13 avril 2010. Publié en arabe, traduction libre. L’auteur est le représentant de la Ligue des États arabes en France.

45 Cf. N. Hitti, « Simāt Nizām Iqlīmī Jadīd fī ach-Charq al-Awsaţ » (Caractéristiques d’un nouveau système régional au Moyen-Orient), Al-Hayat, 15 juillet 2011.

46 Cf. N. Hitti, « Tahadiyāt Turkīyah Khamsa » (Cinq défis que la Turquie devra affronter), An-Nahar, 19 juin 2011.

47 Personnalité de l’intelligentsia égyptienne et auteur prolixe, Jamil Matar est un ancien diplomate, professeur de science politique à l’université du Caire, directeur du département des Relations internationales du journal Al-Ahram.

48 Cf. J. Matar, « ’Awdat Turkiyā ilā ach-Charq al-Awsaţ » (Le retour de la Turquie au Moyen-Orient), Shorouq, 3 décembre 2009.

49 Ibid.

50 Cf. J. Matar, « La révolution égyptienne actuelle », Al-Mustaqbal al-Arabî, no 385, mars 2011, p. 386 et suivantes. Texte de l’allocution présentée lors du colloque sur la révolution égyptienne tenu à Beyrouth en juin 2011.

Auteur

Rédacteur en chef des pages arabes et internationales du quotidien libanais Al-Mustaqbal depuis 1994, Michel Naoufal a été grand reporter pour le journal An-Nahar et dirigé la revue Shu’un Al-Awsat, spécialisée dans les questions politiques du Moyen-Orient. Il a écrit de nombreux articles sur les relations turco-arabes et la diplomatie turque au Moyen-Orient. Il est l’auteur notamment de l’ouvrage (en arabe) Le Retour de la Turquie vers l’Est, Beyrouth, Arab Scientific Publishers, 2010.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search