Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Turquie au Moyen-Orient

 | 
Dorothée Schmid

Partie I. La diplomatie turque au Moyen-Orient : inspiration et moyens

La place du monde arabe dans la nouvelle politique étrangère d’Ahmet Davutoğlu

Jean Marcou

Texte intégral

1L’un des aspects les plus significatifs de ce que l’on se plaît désormais à appeler la « nouvelle politique étrangère turque » concerne sans aucun doute le développement des relations de la Turquie avec les pays arabes. Cette orientation ne s’est pleinement affirmée qu’au cours de la seconde législature du Parti de la justice et du développement (Adalet ve Kalkınma Partisi – AKP) (2007-2011) et s’est surtout accentuée après l’arrivée d’Ahmet Davutoğlu à la tête du ministère turc des Affaires étrangères, en mai 2009.

  • 2 Abdullah Gül a notamment travaillé à la Banque islamique de développement à Djeddah, en Arabie Sao (...)
  • 3 Ö. Taşpınar, « Turkey Middle East Policy : Between Neo-Ottomanism and Kemalism », Carnegie Papers,(...)
  • 4 Sur ce thème, cf. K. Barysch, Can Turkey Combine EU Accession and Regional Leadership ?, Londres, (...)

2Ce réinvestissement turc du monde arabe est apparu à bien des observateurs comme la conséquence prévisible de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement issu de la mouvance islamiste. Après avoir atténué sur le plan intérieur les effets du laïcisme d’État hérité du kémalisme et réhabilité la religion dans l’espace public, il était en quelque sorte naturel de voir l’AKP amender la politique étrangère de la République, en remettant en cause son orientation pro-occidentale presque exclusive et en l’ouvrant à son environnement le plus proche, notamment à l’aire arabo-musulmane. Une telle tendance semblait d’autant plus logique que certains des dirigeants du parti au pouvoir, à commencer par Abdullah Gül qui, avant d’être président de la République, fut pendant quatre ans ministre des Affaires étrangères (de 2003 à 2007), avaient du monde arabe une connaissance plus éprouvée que celle dont pouvaient disposer la plupart des élites laïques qui avaient tendance à regarder l’Orient de haut2. Ce raisonnement, liant diplomatie et politique intérieure, a amené de nombreux experts à voir dans la nouvelle politique étrangère de l’AKP une sorte de « néo-ottomanisme » ambitieux3 et à s’interroger sur sa compatibilité avec l’engagement de la Turquie dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) et dans un processus d’adhésion à l’Union européenne (UE)4.

  • 5 Sur l’évolution des relations turco-arabes depuis le début du XXe siècle, voir la contribution de (...)

3Pourtant, si des liens existent indubitablement entre les orientations idéologiques de l’AKP et les priorités de sa diplomatie, on ne saurait y voir l’unique explication de l’intérêt que manifeste la Turquie à l’égard du monde arabe. Au cours des deux dernières décennies, la fin du monde bipolaire a provoqué un changement des rapports de force au Moyen-Orient, tandis que la Turquie connaissait une profonde transformation de son économie et de sa société. Ces éléments entrent aussi en ligne de compte lorsqu’on cherche à expliquer les évolutions diplomatiques turques contemporaines. En effet, il n’y a pas toujours d’enchaînement immédiat entre des événements particuliers ou des politiques menées par un gouvernement et des choix diplomatiques qui dépendent également de la transformation générale des équilibres stratégiques. Ainsi, le divorce entre Turcs et Arabes au xxe siècle, souvent considéré comme le résultat de la révolte arabe de 1916 et des premiers choix politiques du kémalisme, s’est surtout affirmé dans la première période de la guerre froide, lorsque la Turquie est résolument entrée dans le bloc occidental, alors même que les pays phares du monde arabe optaient pour le non-alignement, voire pour le bloc socialiste opposé. Pour sa part, Mustafa Kemal, loin d’avoir mené une politique étrangère pro-occidentale, qui aurait été le prolongement diplomatique des réformes « civilisationnistes » qu’il conduisait à l’intérieur du pays, a plutôt suivi une stratégie anti-impérialiste d’indépendance nationale tout en essayant, par la conclusion d’une série de pactes, de sécuriser l’environnement proche de son pays. Et s’il n’a eu au bout du compte que peu de relations avec le monde arabe, c’est surtout parce que ce dernier se trouvait alors sous la très large domination des puissances coloniales française et britannique5.

4Pour se convaincre qu’une lecture exclusivement idéologique et religieuse des nouvelles relations turco-arabes n’est pas suffisante, il suffit d’observer que, plutôt que d’une politique spécifique destinée au monde arabe, le regain d’intérêt d’Ankara pour cette aire découle d’abord de transformations géopolitiques et économiques plus globales qui ont amené la diplomatie turque, dans les décennies qui ont suivi la guerre froide, à revoir ses fondamentaux. La politique étrangère de la Turquie est devenue pluridimensionnelle, attentive à son environnement régional, désireuse de concourir à la résolution des conflits qui l’entourent. En bref, elle est le reflet d’une puissance émergente qui entend avoir le rayonnement international que son statut de 17e économie mondiale lui permet désormais de revendiquer.

5C’est cette stratégie diplomatique globale qui amène aujourd’hui la Turquie à s’intéresser au monde arabe et c’est la raison pour laquelle il faut examiner comment les fondements de sa nouvelle politique étrangère l’ont amenée à travailler avec les pays de cette aire, avant de voir que le « printemps arabe », a contrario, aurait plutôt mis leur pertinence à l’épreuve.

La Politique turque de bon voisinage et le monde arabe

  • 6 Cf. A. Davutoğlu, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu (Profondeur stratégique : l (...)

6La politique de bon voisinage est l’un des aspects les plus révélateurs de la nouvelle diplomatie turque, il n’est donc pas étonnant qu’elle ait rapidement et largement sollicité le monde arabe. Découlant du fameux mot d’ordre « Zéro problème avec nos voisins », cette politique est un élément clef des options stratégiques d’Ahmet Davutoğlu. Selon cet universitaire, ancien professeur de relations internationales, la rénovation de la diplomatie turque passe par la prise de conscience de la « profondeur stratégique » de la Turquie et entend l’accroître afin d’en tirer le meilleur parti6. Cette démarche a conduit le gouvernement de l’AKP à améliorer ses relations avec ses voisins, pour transformer en atout un positionnement géographique turc – au carrefour de plusieurs aires politiques, religieuses et culturelles – qui avait souvent été vécu comme un handicap par le passé.

7Au cours de la guerre froide, la Turquie s’était très largement coupée de ses voisins arabes immédiats, la Syrie et l’Irak, pour des raisons stratégiques globales, dans la mesure où ces pays appartenaient au bloc rival, mais également du fait de contentieux régionaux plus spécifiques, concernant principalement la souveraineté sur la région de Hatay, la question kurde et le partage des eaux du Tigre et de l’Euphrate.

  • 7 Outre leur fréquence, les rencontres entre les deux leaders se sont accompagnées de réceptions pri (...)
  • 8 Au cours des six derniers mois de l’année 2009, les exportations syriennes ont augmenté de 200 %, (...)

8La transformation des rapports entre Ankara et ses voisins arabes a d’abord été illustrée par le spectaculaire réchauffement des relations turco-syriennes. À la fin des années 1990, les deux pays étaient pourtant passés au bord d’un affrontement armé en raison de la question kurde. Amorcée au cours de la première législature de l’AKP (2002-2007), l’amélioration des relations turco-syriennes s’est amplifiée après 2007 et s’est vue notamment attestée par la fréquence des rencontres du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, et du président syrien, Bachar Al-Assad, ainsi que par le caractère très personnel donné par les deux leaders à leurs relations7. Alors qu’elle était une ancienne base arrière de la rébellion kurde, la Syrie s’est mise à approuver, dans le courant de l’année 2007, les interventions de l’armée turque contre les zones de refuge du Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan – PKK) en territoire nordirakien. En 2008, s’appuyant sur la confiance restaurée de sa relation avec la Syrie, Ankara a encadré les pourparlers indirects de son voisin arabe avec Israël. Et en 2009, alors qu’après l’opération « Plomb durci » ses rapports avec l’État hébreu étaient au plus mal, la Turquie a mis sur pied avec la Syrie un partenariat stratégique établissant une collaboration conséquente en matière économique, culturelle et même militaire. Au cours des années 2009 et 2010, une hausse massive des échanges commerciaux entre les deux pays a ainsi été enregistrée8.

  • 9 Forme de rapprochement que la Turquie a conduit avec plusieurs de ses voisins au cours des dernièr (...)
  • 10 En marge du G20 à Londres, le 3 avril 2009, répondant à des questions à l’issue d’un discours pron (...)

9Très investie économiquement dans la reconstruction de l’Irak, autre voisin arabe avec lequel elle a conclu un partenariat stratégique9, la Turquie a fortement œuvré pour préserver l’intégrité territoriale du pays. En 2008, Recep Tayyip Erdoğan a été le premier chef de gouvernement turc, depuis près de 20 ans, à se rendre chez ce voisin, à l’occasion d’un séjour qui avait surtout pour objectif d’apaiser les tensions provoquées par les incursions de l’armée turque dans le Nord de l’Irak pour attaquer les bases arrière du PKK. Par la suite, les responsables turcs ont affirmé à de nombreuses reprises leur attachement à l’unité de l’Irak, pour atténuer la portée de la fédéralisation de ce pays – une perspective inquiétante pour Ankara au regard du poids des Kurdes10.

10Cela n’a pas empêché les autorités turques de nouer des rapports de plus en plus étroits avec le gouvernement de la région kurde d’Irak du Nord qu’elles avaient longtemps refusé de reconnaître comme un interlocuteur officiel, cette région autonome n’étant pas indépendante et étant soupçonnée, notamment par l’establishment stato-militaire turc, d’entretenir des visées irrédentistes sur les provinces à majorité kurde de Turquie. Ce changement de stratégie, clairement affirmé dès l’automne 2007 par une diplomatie turque disposant, après la victoire de l’AKP à l’élection présidentielle, d’une plus forte marge de manœuvre vis-à-vis de l’armée, se traduit aussi par une forte présence économique turque dans cette région et, depuis 2008, par une série d’initiatives diplomatiques affichées au grand jour. La Turquie a établi des instances bilatérales de travail permanentes avec Erbil, la capitale des Kurdes irakiens, où elle a ouvert un consulat et où Recep Tayyip Erdoğan, Ahmet Davutoğlu et plusieurs autres ministres turcs se sont rendus, pour certains d’entre eux à plusieurs reprises, depuis 2009. Pour sa part, Massoud Barzani, le président de la région kurde d’Irak du Nord, a soutenu l’« ouverture démocratique » lancée par le gouvernement de l’AKP en 2009 pour essayer d’apporter une solution politique à la question kurde, avant d’effectuer en juin 2010 une visite officielle en Turquie au cours de laquelle il a condamné l’usage de la violence, une référence voilée aux attaques du PKK.

  • 11 On observe néanmoins que les rapprochements des dernières années sont loin d’avoir pacifié totalem (...)
  • 12 Güneydoğu Anadolu Projesi (GAP) : projet de l’Anatolie du Sud-Est, lancé par la Turquie dans les a (...)

11L’évolution des relations d’Ankara avec la Syrie et l’Irak a donc permis de transformer un voisinage antérieurement perçu comme dangereux en un atout pour la stabilité régionale. Elle a aussi permis une approche moins conflictuelle11 du partage des eaux du Tigre et de l’Euphrate qui constitue de longue date, entre les trois pays, l’objet d’une discorde, aggravée dans les années 1980 par le lancement du GAP12. Mais cette nouvelle approche a plus généralement cherché à sécuriser le Sud-Est de la Turquie. De bonnes relations avec ses deux voisins ont favorisé le désenclavement et le développement économique de cette zone et ont contribué à isoler la rébellion du PKK (expulsé de Syrie et toléré en Irak du Nord) pour prévenir la création d’un État kurde indépendant.

Le monde arabe, champ de développement de la frénésie médiatrice de la diplomatie turque

  • 13 Sur le rôle de médiateur de la Turquie en janvier 2009, voir « Erdoğan Says US Mideast Envoy to Vi (...)

12Un autre aspect majeur de la nouvelle politique étrangère turque est constitué par les initiatives de médiation qu’Ankara n’a cessé de proposer pour aider à la résolution des conflits perdurant dans son environnement proche. Là encore, le monde arabe n’a pas été un champ exclusif de développement de cette frénésie médiatrice de la diplomatie turque, mais il en a fourni les meilleurs exemples. Comme au printemps 2008, lorsque la diplomatie turque a commencé à encadrer les pourparlers indirects entre la Syrie et Israël. Cependant, cette première expérience n’a pas été très probante. La décision du Premier ministre israélien Ehoud Olmert de lancer l’opération « Plomb durci » à Gaza au lendemain d’un séjour en Turquie au cours duquel il avait omis d’évoquer l’imminence de cette intervention avec le gouvernement turc provoque en effet la colère de Recep Tayyip Erdoğan et a raison de la médiation turque. Pourtant la diplomatie turque s’illustre quelques semaines plus tard pour éteindre la crise provoquée par l’opération « Plomb durci ». Elle œuvre en particulier de façon déterminante lors du sommet de Charm el-Cheikh en janvier 2009 afin de faire accepter un cessez-le-feu par le Hamas13.

  • 14 Sur ces médiations régionales de la Turquie, voir notamment le discours prononcé par le président (...)

13Mais, outre la résolution des conflits entre États, la Turquie s’est aussi beaucoup employée à pacifier les querelles intestines des pays arabes. Ainsi, en 2010, Ankara a joué un rôle particulièrement important pour trouver une issue aux difficiles crises gouvernementales irakienne et libanaise14. En novembre 2010, le ministre turc des Affaires étrangères en personne s’est rendu en Irak pour rapprocher Kurdes, chiites et sunnites, afin de parvenir à la constitution d’un gouvernement de coalition et de clore des tractations politiques qui s’éternisaient depuis des élections tenues huit mois auparavant. En janvier 2011, de la même façon, après l’effondrement du gouvernement de Saad Hariri, la Turquie s’est fortement investie aux côtés du Qatar pour mettre un terme aux dissensions politiques libanaises. Sur ces deux dossiers, Ankara a surtout cherché à promouvoir des compromis susceptibles d’éteindre des crises intérieures graves, pouvant générer une déstabilisation régionale, avec l’aval de Damas et de Téhéran.

  • 15 La communauté alévie représenterait entre 20 % et 25 % de la population en Turquie. Voir A. Kazanc (...)
  • 16 Sur cette question, voir J.-P. Burdy, « Les chiites ja’faris de Turquie, entre politique intérieur (...)
  • 17 Sur cette visite, voir J.-P. Burdy, « Retour sur une rencontre de Recep Tayyip Erdoğan avec le gra (...)

14Ainsi, loin de devenir un fer de lance de l’islam sunnite susceptible de contrebalancer la montée en force de l’Iran chiite au Moyen-Orient, la Turquie a préféré se poser en puissance musulmane modérée dans la région. Sur le plan intérieur en particulier, le gouvernement de l’AKP a ouvert le dialogue avec les alévis15 mais aussi avec les chiites ja’faris16. Sur le plan international, cette posture « tolérante » s’est confirmée en mars 2011 lors de la visite effectuée par Recep Tayyip Erdoğan en Irak, au cours de laquelle il a été le premier dirigeant sunnite à se rendre à Nadjaf, ville sainte du chiisme irano-irakien, pour se recueillir sur le tombeau d’Ali et rendre visite à l’ayatollah Ali al-Sistani, l’une des plus grandes figures spirituelles du chiisme contemporain, connu pour prêcher le dialogue interconfessionnel en Irak. Cette démarche permet de positionner la Turquie comme puissance d’équilibre au Moyen-Orient, non seulement face à l’influence iranienne ambiante, mais aussi face aux monarchies du Golfe sunnites (notamment l’Arabie Saoudite), qui ont écrasé la révolte à Bahreïn attribuée, de façon discutable, à un complot chiite17.

15Le rapprochement des factions palestiniennes a également été l’un des chevaux de bataille de cette stratégie turque de la médiation. Obsession d’Ankara depuis plusieurs années, la réconciliation entre le Fatah et le Hamas a finalement été scellée par un accord incertain, signé au Caire le 3 mai 2011 sous égide égyptienne, dont la diplomatie turque s’est employée à faciliter la mise en œuvre. Ainsi, en juin 2011, le Premier ministre turc et son ministre des Affaires étrangères ont reçu successivement le leader du Hamas Khaled Mechaal et celui du Fatah Mahmoud Abbas pour tenter d’aplanir les obstacles qui freinent la réconciliation interpalestinienne. Cet épisode est apparu comme une nouvelle illustration du désir de rayonnement régional de la Turquie, qui tente de se substituer au tandem égypto-saoudien, naguère considéré comme le centre de gravité du monde arabe.

  • 18 Voir A. Davutoğlu, discours d’ouverture à la troisième conférence des ambassadeurs turcs, 4 janvie (...)
  • 19 Sur le rejet par Ahmet Davutoğlu de l’interprétation néo-ottomaniste de sa politique étrangère, vo (...)
  • 20 Un incident s’est néanmoins produit à ce sujet en décembre 2010, puisqu’on a attribué à Ahmet Davu (...)
  • 21 Sur ce concept et les commentaires qu’il a suscités, voir E. Kart, « Turkey Vows to Become Voice f (...)

16Ahmet Davutoğlu a essayé de théoriser cette aptitude turque à la médiation dans le contexte moyen-oriental. Dans le discours symptomatique qu’il a prononcé à l’occasion de la troisième conférence des ambassadeurs turcs en janvier 2011, le ministre a même prétendu répondre à Samuel Huntington, qui avait décrit la Turquie comme un pays « déchiré », en estimant qu’elle était désormais « le pays qui rapproche et assemble des cultures différentes comme une colle18 ». Évitant d’attribuer cette aptitude à faire dialoguer les civilisations à un passé ottoman19, en raison des relents d’impérialisme dont il peut être porteur20, le ministre turc des Affaires étrangères a préféré à cette occasion faire référence aux vertus du kadim, une sagesse orientale ancestrale21 dont les peuples de la région sauraient faire preuve pour dialoguer entre eux, et qu’ils devraient en tout cas préférer aux méthodes occidentales qui ont échoué à établir la paix au cours des dernières décennies.

L’ouverture au monde arabe : une prise de distance avec l’Occident ?

17En dépit des succès de la politique de bon voisinage et des entreprises de médiation conduites dans le contexte régional, l’ouverture de la Turquie au monde arabe n’aurait pu acquérir une crédibilité réelle sans une modification plus profonde de sa politique étrangère. La défiance des pays arabes à l’égard de la Turquie dépendait au départ surtout de l’engagement turc dans les alliances de défense du bloc occidental : depuis sa reconnaissance de l’État d’Israël, son entrée dans l’OTAN et l’épisode du pacte de Bagdad, la Turquie apparaissait comme le cheval de Troie de l’impérialisme américain au Proche-Orient. Ni le rééquilibrage relatif de la politique étrangère turque opéré dans la seconde moitié des années 1960 (qui a conduit par la suite la Turquie à entrer dans l’Organisation de la conférence islamique et à reconnaître l’OLP), ni l’arrivée au pouvoir de gouvernements moins laïques, comme celui de Turgut Özal, voire islamiste avec Necmettin Erbakan, dans les années 1980-1990, ne sont parvenus à dissiper durablement le malentendu turco-arabe. Les premiers succès électoraux de l’AKP ont ainsi été perçus avec une très grande méfiance par les voisins arabes, même modérés, de la Turquie. Dans un contexte marqué par l’arrivée de George W. Bush au pouvoir aux États-Unis et par les attentats du 11 septembre, le phénomène postislamiste turc semblait en effet combler les attentes de la nouvelle administration américaine, dont le projet de Grand Moyen-Orient entendait substituer aux régimes autoritaires séculiers dominants des gouvernements musulmans modérés, plus aptes à gagner le soutien de leurs peuples.

  • 22 « One minute ! » est le nom sous lequel est connue la virulente répartie de Recep Tayyip Erdoğan a (...)

18Pour nouer des liens durables avec le monde arabe, il a donc fallu que l’AKP soit en mesure de prouver que la Turquie avait changé. Même s’il fut acquis contre l’avis du gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan, le refus du Parlement turc de laisser débarquer les troupes américaines sur le sol national pour prendre à revers l’Irak de Saddam Hussein en 2003 a constitué un premier pas important. Cet événement a montré en effet qu’un pays membre de l’OTAN, comme la Turquie, avait finalement une marge de manœuvre par rapport aux Américains bien supérieure à celle de la plupart des pays arabes modérés, souvent contraints d’approuver l’intervention américaine en dépit des protestations de leurs opinions publiques. Au cours de la première législature de l’AKP, la présence d’Abdullah Gül à la tête de la diplomatie turque et les renouvellements de personnels auxquels il s’est livré ont sans doute joué un rôle non négligeable pour crédibiliser les mutations de la politique étrangère turque. Pourtant, il a fallu attendre la deuxième législature de l’AKP (à partir de 2007) et les critiques sévères de la Turquie à l’égard d’Israël pour que la nouvelle diplomatie turque emporte la conviction des capitales et surtout des peuples arabes. À cet égard, la condamnation de l’opération « Plomb durci » menée par Tsahal à Gaza et l’épisode fort médiatisé du « One minute ! » de Davos, qui ont initié une détérioration durable des relations turco-israéliennes, ont eu un effet déterminant22.

  • 23 Cf. J. Marcou, « La Turquie et le Brésil défendent l’accord qu’ils ont signé pour résoudre la ques (...)
  • 24 Cf. « New Strategic Concept », document adopté par la conférence de l’OTAN à Lisbonne, le 19 novem (...)
  • 25 Cf. Ö. Taşpınar, « Turkish Gaullism ? », Today’s Zaman, 12 avril 2010.

19L’idée d’un changement sensible et durable de la politique étrangère turque semble à ce moment-là d’autant plus crédible que le différend turco-israélien s’accompagne d’une attitude frondeuse d’Ankara à l’égard de ses alliés occidentaux sur d’autres grands dossiers. Ainsi, au cours du second semestre 2009, la Turquie, après avoir fortement tenté d’empêcher l’arrivée du Danois Anders Fogh Rasmussen à la tête de l’OTAN, refuse de déférer aux requêtes américaines lui demandant d’accroître son contingent en Afghanistan et de s’engager dans des actions militaires. Puis, le 17 mai 2010, Ankara signe avec le Brésil et l’Iran un accord tripartite se présentant comme une alternative aux sanctions occidentales pour contraindre l’Iran à renoncer à son programme nucléaire23. Enfin, en novembre 2010, lors du sommet de l’OTAN à Lisbonne, la Turquie refuse que le document stratégique prévoyant l’extension du bouclier nucléaire américain à l’Europe (y compris la Turquie) mentionne expressément des « États voyous », tels l’Iran ou la Syrie, comme des « ennemis24 ». Ainsi, en l’espace de quelques années, la Turquie, tout en restant dans l’OTAN, s’est forgée aux yeux du monde arabe la stature d’un pays indépendant, à certains égards comparable à la France du général de Gaulle sortant du commandement intégré de l’OTAN et critiquant l’État d’Israël après la guerre des Six Jours25.

  • 26 Des accords entre la Turquie et la Ligue arabe ont notamment débouché sur la tenue de manifestatio (...)
  • 27 Voir « Davutoğlu Proposes Regional Trade Alliance at TAC Meeting », Today’s Zaman, 11 juin 2010.
  • 28 Cette annonce a concerné, la même année, d’autres pays non arabes, comme la Russie, et elle a vu é (...)
  • 29 Il s’agit d’un jeu de mots avec Schengen, Damas se disant Şam (Cham) en turc et en arabe.
  • 30 Sur cette anecdote et sa diffusion par la suite, cf. entre autres : « Onlara Şengen Var, Bizde Şam (...)

20Parallèlement, les échanges économiques de la Turquie avec le monde arabe se sont accrus massivement. Ils ont pratiquement doublé depuis 2005, passant de 25 milliards de dollars en 2005 à plus de 50 milliards en 2010. La tenue régulière de forums et de congrès internationaux turco-arabes d’entrepreneurs et de décideurs politiques26, notamment dans le cadre d’accords entre Ankara et la Ligue arabe, atteste de ce développement. Lors du cinquième forum économique turco-arabe qui s’est tenu à Istanbul en juin 2010, le ministre turc des Affaires étrangères a annoncé la création d’une zone de libre-échange et de libre circulation entre la Turquie, la Syrie, la Jordanie et le Liban, soulignant son désir que cette initiative puisse s’étendre à l’ensemble du monde arabe, et déclarant notamment : « Nous souhaitons qu’une voiture puisse partir de Turquie pour atteindre le Maroc sans être arrêtée par un poste frontière27. » L’année 2010 a sans doute été le moment culminant de cette coopération économique turco-arabe, avec la tenue de plusieurs forums ministériels conjoints et la généralisation de l’annonce des suppressions de visas (Syrie, Jordanie, Liban, Libye, Égypte, etc.)28. Lors de son séjour au Liban, en novembre de cette année-là, Recep Tayyip Erdoğan proposait de créer au Proche-Orient et en Afrique du Nord une zone comparable à l’espace Schengen. Alors qu’il fustigeait par ailleurs les difficultés d’accès des citoyens turcs à ce dernier, on lui prête même, dès septembre 2009, une déclaration faisant de façon humoristique la promotion d’un espace Şamgen29 aux frontières de l’Union européenne30.

  • 31 Voir la contribution d’Yves Gonzalez-Quijano dans cet ouvrage.

21La dimension très concrète prise par les relations de la Turquie avec le monde arabe a amplifié, au sein de ce dernier, la promotion de la success story turque. Les résultats économiques de la Turquie viennent appuyer le rayonnement politique international qui est désormais le sien. Les Arabes admirent en la Turquie contemporaine un pays musulman qui a réussi et dont le taux de croissance est parmi les premiers au monde. Mais ils apprécient aussi sa modernité et son ouverture d’esprit. Illustration de ces sentiments complexes, le succès sans précédent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord des feuilletons télévisés turcs, qui sont en train de faire oublier les films égyptiens de naguère, et même de damer le pion aux soap operas mexicains, très suivis également dans cette partie du monde : des séries turques comme Günüş ou Kaybolan Yıllar donnent à voir des modes de vie libres, se rapprochant de ceux du monde occidental, mais déclinés dans une société musulmane31. Outre l’avènement d’un soft power alla turca, ce phénomène montre que la Turquie a réussi à transformer en atout un handicap stratégique. Terre entre deux mondes, ou plutôt État oriental sous influence occidentale, elle était autrefois un partenaire suspect aux yeux des Arabes ; aujourd’hui, c’est l’aptitude turque à assumer des héritages culturels multiples, à réhabiliter ses traditions religieuses, tout en réussissant dans le monde contemporain, que le monde arabe regarde avec envie.

La nouvelle politique étrangère turque à l’épreuve du « printemps arabe »

  • 32 Voir J. Marcou, « Égypte : Recep Tayyip Erdoğan sort enfin de son mutisme », Blog de l’OVIPOT, 1er(...)

22Pourtant, au moment où le rapprochement turco-arabe atteignait son apogée, les révoltes arabes qui ont marqué la première partie de l’année 2011 ont changé la donne, amenant subitement à s’interroger sur la pertinence de la nouvelle politique étrangère turque. Face à ce mouvement que personne n’avait anticipé, la gêne de la Turquie n’a pas été moindre que celle des Occidentaux. Le gouvernement de l’AKP s’est montré plutôt discret face aux premiers soulèvements qui ont affecté le monde arabe. Il a fallu attendre la chute de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie et les premières grandes manifestations en Égypte pour voir le Premier ministre turc mettre un terme, le 1er février, à un silence jugé assourdissant depuis plusieurs semaines par une partie de la presse turque et demander aux dirigeants arabes d’écouter les revendications de leurs peuples32. Cette prudence s’est confirmée par la suite, notamment à l’occasion des crises libyenne et syrienne.

23La Turquie n’avait pas prévu les révoltes arabes ; ces dernières sont intervenues au moment même où ses échanges économiques avec le monde arabe connaissaient une accélération considérable et s’accompagnaient, on l’a vu, d’un projet de zone de libre-échange et de libre circulation. Or, dès le début de l’année 2011, les exportations turques ont enregistré des reculs très significatifs dans la plupart des pays touchés par des soulèvements importants (Tunisie, Égypte, Libye et Syrie notamment). La bourse turque a chuté de façon significative en janvier-février 2011, faisant craindre des répercussions sur la stabilité de la livre turque. L’embrasement de la Libye, qui a remis en cause les 15 milliards de dollars de contrats signés au cours des dernières années, a aussi contraint la Turquie à évacuer dans l’urgence la plupart des 25 000 expatriés qu’elle comptait dans ce pays.

24Le printemps arabe a également pris à contre-pied la politique de bon voisinage déployée par Ahmet Davutoğlu. Au cours de sa deuxième législature, le gouvernement de l’AKP a noué des relations de proximité avec des dirigeants arabes qui ont été la cible de mouvements de contestation à partir de la fin de 2010. Cet activisme diplomatique avait valu de surcroît à Recep Tayyip Erdoğan plusieurs prix dont le poids symbolique est devenu lourd dans un contexte de bouleversements politiques inattendus. Quelques mois avant le début du printemps arabe, en effet, le Premier ministre turc avait reçu le prix du roi Fayçal en Arabie Saoudite (le « Nobel de la paix » arabe) « pour ses succès politiques et ses qualités de leadership dans le monde musulman », mais aussi le prix Mouammar Kadhafi des Droits de l’homme « pour services éminents rendus à l’humanité ».

  • 33 Cf. S. İdiz, « Turkey’s Dilemma Grows », Hürriyet Daily News, 11 avril 2011.

25Le mouvement de révolte qui s’est propagé dans le monde arabe au premier semestre 2011 a donc parfois mis la diplomatie turque dans une position inconfortable ; si Ankara a pu faire face assez facilement aux révolutions en Tunisie et en Égypte, pays en réalité peu concernés par sa politique de bon voisinage, les épreuves libyenne et surtout syrienne se sont avérées beaucoup plus délicates à aborder. En Libye, le gouvernement turc, refusant de prendre parti entre les insurgés et le régime de Mouammar Kadhafi, a d’abord critiqué l’intervention internationale avant de s’y rallier après l’adoption de la résolution 1 973 par le Conseil de sécurité des Nations unies et de demander officiellement le départ du dictateur libyen. Cette attitude a valu au gouvernement turc la défiance des insurgés libyens et même des manifestations hostiles, à Benghazi, au cours de la première quinzaine d’avril33.

  • 34 Cf. T. Baïetto, « La répression en Syrie place la Turquie dans une position délicate », Le Monde, (...)
  • 35 Voir J. Marcou, « La Turquie réagit avec prudence au discours de Bachar Al-Assad annonçant l’ouver (...)

26En Syrie, les autorités turques sont longtemps restées sur la réserve face à la répression menée par le régime baasiste et n’ont changé de ton que lorsque des milliers de réfugiés ont commencé à affluer à la frontière turco-syrienne34. La Turquie s’est ainsi retrouvée, à partir de la deuxième quinzaine de mai 2011, dans une position schizophrénique, critiquant de plus en plus durement la répression de Damas, sans pour autant couper les ponts avec les dirigeants syriens. Les relations entre les deux pays se sont dès lors rapidement dégradées, les médias syriens se mettant à accuser Ankara de soutenir la rébellion, des manifestations organisées par le régime baasiste s’en prenant à l’ambassade de Turquie à Damas et des officiels syriens dénonçant même les fameuses visées néo-ottomanes de la politique étrangère turque35.

  • 36 Ce point de vue est largement reflété par les articles de Semih İdiz dans Milliyet ou dans le Hürr (...)

27Cette situation a ouvert un débat en Turquie même sur le bienfondé de la politique étrangère d’Ahmet Davutoğlu. Pour les milieux d’opposition, la gêne du gouvernement de l’AKP à l’égard du printemps arabe démontre la caducité de la « nouvelle diplomatie turque » dans son environnement proche. Le Premier ministre turc et son ministre des Affaires étrangères auraient notamment sous-estimé la fragilité des régimes autoritaires arabes, dont ils n’ont cessé de se rapprocher au cours des dernières années, en pariant sur leur permanence, voire sur leur aptitude à évoluer pragmatiquement. De fait, le système régional dont ils avaient rêvé, dominé par la Turquie et fondé sur la mise en place de partenariats stratégiques et la création d’un espace global de libre-échange au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, semble remis en cause36.

  • 37 Ahmet Davutoğlu s’est encore rendu à Damas le 9 août 2011 pour demander l’arrêt des violences.
  • 38 Voir A. Bökürt, « Turkey Walks Gray Line in Libya », Today’s Zaman, 26 mars 2011 ; A. Bulaç, « Tur (...)

28Mais pour les experts proches du gouvernement, la nouvelle diplomatie turque trouverait au contraire un regain de pertinence dans le contexte qui est en train de s’affirmer. En effet, le rayonnement de la Turquie au niveau régional lui permettrait de jouer un rôle plus important que jamais. Sans s’impliquer militairement en Libye dans une intervention internationale qui a été diversement appréciée dans le monde arabe, la Turquie aurait réussi à tenir sa place de membre de l’OTAN en se démarquant de ses alliés occidentaux les plus va-t-en-guerre et en ne s’investissant que dans de valorisantes activités humanitaires. Après les critiques que lui avait values son refus d’armer la rébellion et ses appels au cessez-le-feu, elle a finalement réussi à renouer avec le Conseil national de transition (CNT) libyen et à se repositionner dans la perspective d’une sortie de crise, Ahmet Davutoğlu se rendant même en personne à Benghazi à plusieurs reprises en juillet et août 2011. Quant à l’épineux dossier syrien, en dépit d’une situation difficile pour l’ensemble de la communauté internationale, le gouvernement turc serait parvenu à conserver l’oreille du régime baasiste sans perdre la sympathie des insurgés37. Fort des relations qu’il entretient avec Téhéran et le Hezbollah et des rapports privilégiés qui sont les siens avec les Occidentaux, il serait à même de jouer un rôle déterminant pour préserver la stabilité régionale. Enfin, en ce qui concerne les conséquences économiques fâcheuses qu’ont eues ces événements, la Turquie pourrait retrouver à moyen et long terme, dans le contexte de la reconstruction qui suivra les révolutions arabes et malgré les pertes enregistrées, tous les atouts accumulés au cours des dernières années38.

De la politique étrangère à la politique intérieure

  • 39 Sur l’analyse de ce discours, cf. J.-P. Burdy, « Retour sur le “discours du balcon” et sur la vict (...)

29Au soir du 12 juin 2011, à l’issue d’une large victoire aux élections législatives qui lui ont ouvert une troisième législature, Recep Tayyip Erdoğan prononce au siège de son parti devant une foule enthousiaste un discours qui retient l’attention des observateurs. Dans cette déclaration connue désormais sous le nom de « discours du balcon » (balkon konuşması), le Premier ministre affirme que la victoire de son parti a été unanimement saluée dans la région et harangue ses partisans : « Croyez-moi, aujourd’hui Istanbul a remporté une victoire, mais c’est aussi une victoire pour Sarajevo ; une victoire pour Izmir comme pour Beyrouth ; une victoire pour Ankara comme pour Damas ; une victoire pour Diyarbakır comme pour Ramallah, Naplouse, Jénine, pour la Cisjordanie, pour Jérusalem et pour Gaza. […] Aujourd’hui, c’est la victoire de la Turquie et du Moyen-Orient, du Caucase et de l’Europe. Aujourd’hui, c’est la victoire de la démocratie, de la liberté, de la paix, de la justice et de la stabilité… » Recep Tayyip Erdoğan se livrant de la sorte à un bornage symptomatique des espaces qui ont été le champ de la politique de bon voisinage de son ministre des Affaires étrangères, il n’en fallait pas plus pour relancer les supputations sur le « néo-ottomanisme » de l’AKP39.

  • 40 Cf. notamment le premier discours de campagne de Recep Tayyip Erdoğan dans la ville de Bayburt (No (...)
  • 41 Voir E. Kart, « Davutoğlu Tears Down Walls Between Foreign, Domestic Policy », Today’s Zaman, 11 j (...)

30En réalité, cette déclaration procède surtout d’une démarche, souvent affichée au cours de la campagne électorale40, tendant à harmoniser politique étrangère et politique intérieure. Cette complémentarité du national et de l’international est régulièrement affichée depuis la deuxième législature de l’AKP au pouvoir. Les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères ont ainsi développé des stratégies conjointes pour que la politique de bon voisinage bénéficie au développement économique des régions orientales de la Turquie. Le ministère des Affaires étrangères a été réformé pour être pleinement mis sous l’autorité du gouvernement, alors même qu’il avait été pendant longtemps une excroissance de l’establishment stato-militaire républicain. Recep Tayyip Erdoğan et Ahmet Davutoğlu font souvent référence à une « diplomatie publique », c’est-à-dire à une politique étrangère plus en phase avec l’ensemble des politiques publiques conduites dans le cadre national et avec les aspirations de l’opinion publique. De façon significative, en 2009 et 2010, les ambassadeurs turcs ont achevé leurs deuxième et troisième conférences dans des villes orientales de la Turquie (Mardin, Erzurum) en allant même jusqu’à se mêler, après leurs travaux, à la foule des bazars et à engager des parties de tavla dans les cafés41. Au cours des dernières années, les dirigeants turcs ont souvent expliqué que les changements les plus notables de leurs orientations diplomatiques (notamment le durcissement de leur ton à l’égard d’Israël) étaient largement approuvés par l’opinion publique. Cette « diplomatie publique » plus attentive à l’opinion des citoyens a été bien sûr présentée comme profondément différente de la politique étrangère exclusivement tournée vers l’Occident, et décidée au plus haut niveau, antérieurement menée par les élites laïques.

  • 42 Voir supra.

31Pour autant, dans le monde tel que le conçoivent Recep Tayyip Erdoğan et Ahmet Davutoğlu, nous avons vu que la Turquie n’entend pas tenir le rôle d’une puissance musulmane sunnite. Elle se veut avant tout une force économique et un acteur politique incontournable, contribuant à la stabilité et au développement d’un espace eurasiatique complexe. Il s’agit de mettre en synergie de nouveaux atouts régionaux et une relation durable avec l’Occident, pour transcender un statut de pays écartelé entre de multiples influences stratégiques, culturelles et religieuses. Tel est en fait le fondement de la théorie d’approfondissement stratégique d’Ahmet Davutoğlu qui toutefois, après de premiers développements enthousiastes et un peu idéalistes, a été confrontée, à l’occasion des soulèvements arabes, à une série d’épreuves de vérité plus difficiles à négocier. Il est vrai qu’assurer à la fois la victoire « du Moyen-Orient, du Caucase et de l’Europe », comme l’a souhaité Recep Tayyip Erdoğan au soir de sa troisième victoire consécutive aux élections législatives42, n’est certainement pas une entreprise aisée !

Notes

2 Abdullah Gül a notamment travaillé à la Banque islamique de développement à Djeddah, en Arabie Saoudite, de 1983 à 1991.

3 Ö. Taşpınar, « Turkey Middle East Policy : Between Neo-Ottomanism and Kemalism », Carnegie Papers, no 10, septembre 2008. Sur le débat concernant le « néo-ottomanisme », cf. E. Parlar Dal, « Entre précaution et ambition, le néoottomanisme de la nouvelle politique étrangère de l’AKP en question », Eur-Orient, « Dynamiques contemporaines en Turquie. Ruptures, continuités ? », numéro hors série, 2010, p. 35-49.

4 Sur ce thème, cf. K. Barysch, Can Turkey Combine EU Accession and Regional Leadership ?, Londres, Center for European Reform, 2010 ; D. Schmid, « De l’élargissement à l’éloignement : la Turquie veut-elle toujours adhérer à l’Union européenne ? », Politique étrangère, vol. 75, no 1, printemps 2010, p. 13-24.

5 Sur l’évolution des relations turco-arabes depuis le début du XXe siècle, voir la contribution de William Hale dans cet ouvrage, ainsi que le dossier spécial « Turcs et Arabes, une histoire mouvementée » de Qantara, no 78, janvier 2011, p. 24-55, avec des articles de François Zabbal, Ahmet Kuyaş, Leyla Dakhli, Emmanuelle Perrin et Jean Marcou.

6 Cf. A. Davutoğlu, Stratejik Derinlik : Türkiye’nin Uluslararası Konumu (Profondeur stratégique : la position internationale de la Turquie), Istanbul, Küre, 2009 ; cf. aussi : A. Davutoğlu, « Turkey’s Zero-Problems Foreign Policy », Foreign Policy, 20 mai 2010.

7 Outre leur fréquence, les rencontres entre les deux leaders se sont accompagnées de réceptions privées et ont été marquées par les relations entretenues également par leurs épouses.

8 Au cours des six derniers mois de l’année 2009, les exportations syriennes ont augmenté de 200 %, atteignant 413 millions de dollars ; les exportations turques ont augmenté de 38 %, atteignant 828 millions de dollars.

9 Forme de rapprochement que la Turquie a conduit avec plusieurs de ses voisins au cours des dernières années, consistant en une coopération étroite multisectorielle (politique, économique, culturelle, voire militaire) et reposant sur des contacts fréquents au plus haut niveau, renforcés par une institutionnalisation des réunions de travail dans les différents domaines de la coopération.

10 En marge du G20 à Londres, le 3 avril 2009, répondant à des questions à l’issue d’un discours prononcé au Chatham House Royal Institute of International Affairs, le Premier ministre turc déclare : « Nous défendons l’établissement d’un État irakien sur la base d’une nationalité irakienne… Si vous créez un État kurde, d’autres voudront mettre en place un État chiite, et d’autres un État arabe. Dès lors, vous divisez l’Irak en trois. Et cela risque de conduire l’Irak à une guerre civile. » Cf. Today’s Zaman, 3 avril 2009.

11 On observe néanmoins que les rapprochements des dernières années sont loin d’avoir pacifié totalement la situation. Au cours de l’année 2009, la sécheresse que connaissait l’agriculture irakienne a conduit les trois pays à des négociations serrées.

12 Güneydoğu Anadolu Projesi (GAP) : projet de l’Anatolie du Sud-Est, lancé par la Turquie dans les années 1980, dont le but est d’accroître la production hydroélectrique et l’irrigation du Sud-Est du pays. Il implique la construction de nombreux barrages et le développement concomitant de multiples opérations d’aménagement du territoire (irrigation, tourisme, zones d’activité économique, etc.).

13 Sur le rôle de médiateur de la Turquie en janvier 2009, voir « Erdoğan Says US Mideast Envoy to Visit Ankara », Today’s Zaman, 30 janvier 2009.

14 Sur ces médiations régionales de la Turquie, voir notamment le discours prononcé par le président Abdullah Gül lors de la 65e session de l’Assemblée générale des Nations unies, le 23 septembre 2010, intitulé « Turkey Contributes to Peace, Security, and Welfare in the International Community », publié par Today’s Zaman, 24 septembre 2010.

15 La communauté alévie représenterait entre 20 % et 25 % de la population en Turquie. Voir A. Kazancigil, La Turquie, Paris, Le Cavalier Bleu, 2008, coll. « Idées reçues », vol. 156, p. 49-53. L’alévisme associe, à l’origine, un islam proche du chiisme, des usages paléochrétiens anatoliens, un chamanisme à connotation turcique, des références zoroastriennes et mazdéennes, etc. La spécificité alévie s’illustre de façon multiple : non-observation du jeûne du ramadan et des prières quotidiennes, organisation de Cem (cérémonies fermées associant hommes et femmes), lieux de culte particuliers (les Cemevleri), usage rituel du vin, de la danse et de la musique, etc. « L’ouverture alévie » a permis à l’AKP de capter pour la première fois une partie du vote alévi lors des élections législatives de 2007 ; déçus par les promesses non tenues du gouvernement, les alévis se sont cependant éloignés du parti gouvernemental dès les élections locales de 2009.

16 Sur cette question, voir J.-P. Burdy, « Les chiites ja’faris de Turquie, entre politique intérieure et diplomatie régionale », Blog de l’OVIPOT, 22 août 2011.

17 Sur cette visite, voir J.-P. Burdy, « Retour sur une rencontre de Recep Tayyip Erdoğan avec le grand ayatollah Ali al-Sistani à Najaf », Blog de l’OVIPOT, 23 avril 2011.

18 Voir A. Davutoğlu, discours d’ouverture à la troisième conférence des ambassadeurs turcs, 4 janvier 2011.

19 Sur le rejet par Ahmet Davutoğlu de l’interprétation néo-ottomaniste de sa politique étrangère, voir cette interview dans Sabah : « Yeni Osmanlılar Sözü Iyi Niyetli Değil », 4 décembre 2009.

20 Un incident s’est néanmoins produit à ce sujet en décembre 2010, puisqu’on a attribué à Ahmet Davutoğlu des propos évoquant « une communauté de destin des peuples ottomans », lors d’un forum des médias des pays turcophones se tenant à Istanbul. La nouvelle a fait réagir le président syrien Bachar Al-Assad qui a fait savoir son intention de demander des explications au chef de la diplomatie turque. Ce dernier a immédiatement démenti avoir tenu de tels propos.

21 Sur ce concept et les commentaires qu’il a suscités, voir E. Kart, « Turkey Vows to Become Voice for’Kadim’Civilizations », Today’s Zaman, 4 janvier 2011. Pour une opinion plus critique, voir « Give Diplomatic Mysticism a Chance », Hürriyet Daily News, 4 janvier 2011.

22 « One minute ! » est le nom sous lequel est connue la virulente répartie de Recep Tayyip Erdoğan au président israélien Shimon Pérès lors d’une table ronde organisée au Forum de Davos en janvier 2009, une dizaine de jours après l’intervention militaire israélienne à Gaza. Se considérant comme lésé dans le temps de parole, le Premier ministre turc avait réclamé la parole en commençant par cette apostrophe en anglais à l’adresse du modérateur des débats. Cet épisode a considérablement accru la popularité du Premier ministre turc au sein du monde arabo-musulman. En Turquie même, R. T. Erdoğan fut accueilli à son retour par des manifestations d’enthousiasme à l’aéroport d’Istanbul.

23 Cf. J. Marcou, « La Turquie et le Brésil défendent l’accord qu’ils ont signé pour résoudre la question nucléaire iranienne », Blog de l’OVIPOT, 24 mai 2010.

24 Cf. « New Strategic Concept », document adopté par la conférence de l’OTAN à Lisbonne, le 19 novembre 2010, disponible sur le site de l’OTAN : http://www.nato.int/strategic-concept/index.html (accès juillet 2011).

25 Cf. Ö. Taşpınar, « Turkish Gaullism ? », Today’s Zaman, 12 avril 2010.

26 Des accords entre la Turquie et la Ligue arabe ont notamment débouché sur la tenue de manifestations internationales régulières, comme le Forum économique turco-arabe, mis en place en 2005.

27 Voir « Davutoğlu Proposes Regional Trade Alliance at TAC Meeting », Today’s Zaman, 11 juin 2010.

28 Cette annonce a concerné, la même année, d’autres pays non arabes, comme la Russie, et elle a vu également la Turquie alléger les procédures de visas avec plusieurs pays d’Afrique comme le Kenya ou le Cameroun. Au début de l’année 2011, le Premier ministre a même annoncé son intention de supprimer tous les visas entre la Turquie et les pays musulmans. Pour les pays avec lesquels Ankara a supprimé les visas, voir la carte en page 114 de cet ouvrage.

29 Il s’agit d’un jeu de mots avec Schengen, Damas se disant Şam (Cham) en turc et en arabe.

30 Sur cette anecdote et sa diffusion par la suite, cf. entre autres : « Onlara Şengen Var, Bizde Şamgen Var », Yeni Şafak, 17 septembre 2009 ; N.-B. Criss, « Parameters of Foreign Turkish Policy Under AKP Governments », UNISCI Discussion Papers, no 23, mai 2010, p. 10 à 22 (notamment p. 11).

31 Voir la contribution d’Yves Gonzalez-Quijano dans cet ouvrage.

32 Voir J. Marcou, « Égypte : Recep Tayyip Erdoğan sort enfin de son mutisme », Blog de l’OVIPOT, 1er février 2011.

33 Cf. S. İdiz, « Turkey’s Dilemma Grows », Hürriyet Daily News, 11 avril 2011.

34 Cf. T. Baïetto, « La répression en Syrie place la Turquie dans une position délicate », Le Monde, 9 juin 2011.

35 Voir J. Marcou, « La Turquie réagit avec prudence au discours de Bachar Al-Assad annonçant l’ouverture d’un dialogue national en Syrie », Blog de l’OVIPOT, 21 juin 2011.

36 Ce point de vue est largement reflété par les articles de Semih İdiz dans Milliyet ou dans le Hürriyet Daily News. Voir notamment les chroniques suivantes dans le Hürriyet Daily News : « Some Friendships Becoming Difficult for AKP », 21 février 2011 ; « AKP’s Middle East Policy in Turmoil », 28 mars 2011 ; « Why Is AKP Lenient on Libya and Syria ? », 25 avril 2011.

37 Ahmet Davutoğlu s’est encore rendu à Damas le 9 août 2011 pour demander l’arrêt des violences.

38 Voir A. Bökürt, « Turkey Walks Gray Line in Libya », Today’s Zaman, 26 mars 2011 ; A. Bulaç, « Turkey’s Regional Perception », Today’s Zaman, 16 mai 2011 et A. Bilici, « Turkey’s Test with Syria », Today’s Zaman, 29 juin 2011.

39 Sur l’analyse de ce discours, cf. J.-P. Burdy, « Retour sur le “discours du balcon” et sur la victoire d’un nouveau leader régional », Blog de l’OVIPOT, 26 juin 2011.

40 Cf. notamment le premier discours de campagne de Recep Tayyip Erdoğan dans la ville de Bayburt (Nord-Est de la Turquie), le 22 avril 2011, au cours duquel il s’était écrié : « Les problèmes de Bayburt sont nos problèmes, comme ceux de Kaboul, du Darfour, de Bagdad, de Benghazi, de Sarajevo, de Gaza ou Jérusalem. Si nous ignorons Gaza, nous serons honteux à Bayburt. »

41 Voir E. Kart, « Davutoğlu Tears Down Walls Between Foreign, Domestic Policy », Today’s Zaman, 11 janvier 2010.

42 Voir supra.

Auteur

Professeur des universités à Sciences Po Grenoble, Jean Marcou anime l’Observatoire de la vie politique turque (OVIPOT) depuis 2006. Ancien pensionnaire de l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) d’Istanbul, il a également été directeur de la filière francophone d’Économie et de Science politique de l’université du Caire (2000-2006) et professeur de droit constitutionnel comparé et de politique comparée à l’université de Marmara à Istanbul (1988-1992). Il a publié de nombreux ouvrages sur la Turquie, notamment, avec Jean-Paul Burdy, La Turquie à l’heure de l’Europe, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540