Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 12. La dépêche

Texte intégral

  • 1 Comme la dépêche retrouvée en 396/1006 par le vizir Yāzūrī dans le jardin de son palais, Ibn al-Ṣa (...)
  • 2 Comme une dépêche envoyée en 660/1261, Ibn al-Fuwaṭī, p. 347.
  • 3 Dans un fragment du Qāḍī Fāḍil (mort en 596/1200) repris par Waṭwāṭ, II, p. 195 ; Suyūṭī, II, p. 3 (...)
  • 4 De pittakion (billet, lettre), suivant Freytag, p. 36, et Lane, I, p. 218. Blochet, ROL, X, 1903-1 (...)
  • 5 Ibn Ḥanbal, II, p. 213, 222 ; Ibn Māğa, II, p. 1437 ; Tirmiḏī, X, p. 107.
  • 6 Les Égyptiens le donnaient au billet (ruq’a), Ibn Māğa, loc. cit.
  • 7 Comme en 302/914, Ibn ‘Iḏārī, I, p. 172.
  • 8 Comme celui qui fut délivré à un grammairien, Zubaydī, p. 233 ; Qifṭī, I, p. 32.
  • 9 Ibn Bassām, III/II, p. 777.
  • 10 La lettre envoyée de Ḥamā à Gaza en 663/1264 était accompagnée d’une communication officielle (muṭ (...)
  • 11 Ibn Baṭṭūṭa le donne aux billets présentés au sultan de Maqdišū, II, p. 190, et à celui de Ğāwa (S (...)
  • 12 Comme les billets de Yaġmurāsan (mort en 681/1282) dans le fragment traduit par Dozy et reproduit (...)

1Longtemps les messages qui volaient à travers les airs ne portèrent aucun nom particulier : les sources les appellent vaguement « lettre » (kitāb)1 ou « écriture » (ḫaṭṭ)2. Mais, dès la fin du vie/xiie siècle, sous les Ayyoubides3 et peut-être même déjà sous les Fatimides, malgré l’absence de témoignages, ils reçurent un terme passé du grec à l’arabe dès l’aube de l’islam, biṭāqa4 : une tradition le donne à la carte contenant la « Profession de foi » lors du Jugement dernier5. Son expansion semble cependant aussi lente que tardive : il gagna les confins du monde musulman, probablement d’Égypte6, pour s’appliquer en Ifrīqiya dès le ive/xe siècle aux étiquettes portant le nom des suppliciés qui étaient suspendues aux oreilles des têtes abattues7, comme aux billets8, et en Andalus, au siècle suivant, aux requêtes soumises aux vizirs9. Malgré son triomphe sous les Mamelouks, l’usage ne le réserva guère aux dépêches qui prenaient la voie des airs : il servait parfois à désigner les billets transmis par la poste10 ou soumis au pouvoir11 et même la correspondance des souverains12, si toutefois leur écriture serrée avait permis de les confier à de petits papiers.

LES PREMIERS SIÈCLES

  • 13 Reynaud (1899), p. 446.
  • 14 Idem (1896), p. 653.
  • 15 Comme celle qui apprenait en 329/940 la disparition de Mākān b. Kākī, Niẓāmī ‘Arūḍī, p. 16 ; trad. (...)
  • 16 Comme celui qui annonçait en 396/1006 la débâcle d’Abū Rakwa, Ibn al-Ṣayrafī, p. 71 ; Itti‘āz, II, (...)
  • 17 Comme pour une dépêche soumise à Nāṣir, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228.
  • 18 Suivant Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Maqrīzī, II, p. 231. Maintes dépêches ne comportaient pas d’année, sous (...)
  • 19 Comme le poème adressé au vizir Abū l-Walīd par Mu‘tamid, p. 62.
  • 20 Comme celui que reçut Mu‘tamid de la femme qui détenait le « secret de son royaume », Mu‘tamid, p. (...)
  • 21 Comme celui que Mu‘tamid envoya à son fils Ma‘mūn, Mu‘tamid, p. 46.

2La forme primitive des plis que les pigeons portaient jusqu’au ciel demeure ensevelie dans l’ombre : aucun n’a survécu (même dans les collections de papyrus) et probablement qu’aucun ne reviendra à la lumière après avoir longtemps dormi dans le secret de la terre qui ne garde pas toujours des substances aussi fragiles. Toutefois, de rares dépêches reprises par les sources narratives laissent présumer que leur contenu était aussi léger que leur support, afin de ne produire aucune gêne ou fatigue à l’oiseau, ni de nuire à la régularité de son vol, bien qu’il puisse porter aisément 15 g13, voire 3014. Aussi, pour l’abréger, la date était bannie15 ou condensée. Elle se bornait alors à l’essentiel : heure, jour de la semaine et mois16 et parfois encore moins : seulement quantième et mois17. Quant à l’année, elle était couramment omise18. Même les poèmes que les ailes des messagers emportaient dans le ciel étaient singulièrement brefs : ils ne dépassaient généralement pas quatre vers19 et se réduisaient le plus souvent à deux20 ou trois21.

  • 22 Naḥḥās, p. 276 ; Mu‘izz b. Bādīs, p. 30 ; Qalqašandī, III, p. 12, 14.
  • 23 Qalqašandī, III, p. 128.
  • 24 Idem, III, p. 48.
  • 25 Idem, III, p. 128.

3Pour tenir sur de petits supports, l’écriture des messages devait être serrée dans les deux sens de l’épithète et les blancs même bannis. Aussi peut-être avait-on déjà pris coutume d’en tracer les lettres, comme plus tard dans l’Empire mamelouk, dans la calligraphie la plus menue jamais inventée en terre d’Islam, dont la création remontait au fameux Ahwal (qui devait le surnom de louche à ses yeux bigles) sous le califat de Hārūn Rašīd ou de Ma’mūn : I’« écriture de la poussière d’ornement » (qalam gubār al-ḥilya)22. Elle devait son nom étrange à une finesse extrême, troublant la vue comme une chose voilée d’un brouillard de poudre23. Ses caractères microscopiques tracés par un bec de calame aussi aigu qu’une plume étaient ronds et dépourvus d’angles24, comme les deux graphies dont elle dérivait : celle des copies (nasḥ) qui servait à transcrire les manuscrits, et celle des requêtes (riqā‘) dont l’emploi dépassait les placets qui lui avaient transmis leur nom25. Elle passerait de nos jours pour « pattes de mouches », si clarté et précision ne soulevaient l’admiration.

  • 26 Le doigt (aṣba) équivalait à 2,078 cm, Hinz, p. 54.
  • 27 P. 16 ; trad. Browne, p. 18 ; trad. Gastines, p. 43 ; Mustawfī, I, p. 383 ; Defrémery, p. 248.
  • 28 Niẓāmī ‘Arūḍī, p. 13 ; trad. Browne, p. 14 ; trad. Gastines, p. 36.
  • 29 En 311/977, les dépêches sont emportées par messagers et pigeons, Miskawayh, I, p. 94/I, p. 105 ; (...)
  • 30 Le commandant Tāš demande à Iskāfī de résumer la fin de Mākān en une seule phrase. Un messager ser (...)

4De tous les billets tombés du ciel, nul ne fut peut-être plus lapidaire que celui qui annonçait en 329/940 la mort du chef insoumis, Mākān b. Kākī, aux approches de Rayy. Le petit morceau de papier large seulement de deux doigts (4,156 cm)26 (et sans doute long d’un peu plus) ne portait que ces mots : « Quant à Mākān, il est devenu comme son nom (ammā Mākān fa-sāra ka-ismihi) ». Dans cette phrase improvisée, le secrétaire, Iskāfī, jouait brillamment sur le nom du rebelle dont on venait de trancher les jours et lui donnait en arabe un sens éloigné de celui qu’il revêt dans sa langue d’origine, le daylamite : par , il entendait la négation ; par kān, le verbe être à l’accompli ; l’expression donne alors : « il n’est pas » ; autrement dit : « il n’est plus ». L’émir samanide régnant à Buḫārā n’aurait tant joui de la victoire que par ces mots ailés ; il en fut si ravi qu’il offrit l’aisance à l’auteur : un esprit si vif méritait d’être affranchi des embarras domestiques. La subtile saillie aurait fini dans l’oubli, si la renommée ne s’en était emparée pour la porter aux âges futurs, si bien que, plus de deux siècles après sa traversée du ciel, le fameux écrivain persan Niẓāmī ‘Arūḍī27 l’intégra aux anecdotes illustrant l’art du secrétaire accompli rassemblées dans le premier de ses Quatre Discours (Ğahār maqāla) consacrés aux classes d’hommes indispensables aux rois. Mais l’origine du mot demeure inconnue : on ignore s’il l’avait puisé d’une source maintenant perdue ou recueilli des lèvres d’un érudit qui le tenait lui-même d’une longue chaîne de savants qui l’avaient reçu et gardé dans leur ardente mémoire pour le transmettre par la voix à d’attentives oreilles. Grâce au choix qui l’avait porté aux nues longtemps après qu’il en fut revenu, il franchit des distances infinies et le cours des âges comme modèle d’écriture lapidaire, dans un temps où l’on se plaisait à répéter que « les bavards divaguent » (al-mikṯār mihḏār)28, et même tardivement quand les précieux prolixes furent goûtés pour les calembours et les assonances dont leur prose était lardée. Cependant, ce trait concis reste ignoré des biographies arabes d’Iskāfī comme des traités de rhétorique qui avaient mission de léguer à la postérité la plus reculée les mots célèbres des siècles passés et leur permettre d’acquérir un immortel renom : par une incroyable fortune, une œuvre persane l’a sauvé de l’oubli. Mais ces froides dépêches qui prenaient le chemin des cieux ne pouvaient toujours détailler les récits : les clartés attendues parvenaient couramment dans des lettres plus étendues, délivrées par poste29 ou courrier, si le pays en était dépourvu30, à des heures, sinon des jours de distance.

  • 31 P. 105-106.
  • 32 II, p. 114-115.
  • 33 Comme le suppose Lévi-Provençal dans l’édition revue de Dozy, III, p. 129, n. 1. Une troisième ver (...)
  • 34 Ibn al-Sammāk, p. 63 ; trad. Huici Miranda, p. 77 ; trad. Lagardère, p. 223. Ce message est égalem (...)

5Néanmoins, de longs écrits n’empêchaient pas le messager d’aller légèrement vers le ciel sans qu’il en fût fatigué le temps du voyage : le poème hébreu de 22 vers improvisé en 434/1042 par le vizir Samuel Hannagīd à son fils Joseph, alors à Grenade, pour lui annoncer la levée du siège de Lorca, renfermait 135 mots31 ; et la lettre du roi de Séville Mu‘tamid à son fils, Rašīd, en 479/1086, après la sanglante défaite d’Alphonse VI de Castille dans la plaine de Zallāqa, en dépassait 220, en majorité superflus, qui couvrent seize lignes environ dans l’édition, mais assurément plus dans l’original dont la feuille devait être largement plus étroite. Sa formidable longueur pousse cependant à croire qu’elle fut expédiée par lambeaux sur plusieurs pigeons, comme le suggère le pluriel (ḥamā‘im) dont use la source qui la reprend, l’ample monographie de Grenade du vizir Ibn al-Ḫaṭib (mort en 776/1375)32, bien que sa restitution pût s’avérer délicate, si les fragments du discours tombaient dans le désordre, brouillés par l’imprévisible retour des messagers. Mais cette lettre étendue pourrait être un message apocryphe tardivement prêté au roitelet poète33 pour remplacer un original infiniment plus bref : suivant la chronique intitulée Al-Ḥulal al-mawšiyya que l’on a longtemps cru anonyme mais dont l’auteur est maintenant connu, Ibn al-Sammāk, qui l’acheva en 783/1381, Mu‘tamid n’aurait écrit de sa main qu’un billet de deux lignes d’une trentaine de mots sur un morceau de papier large d’un doigt (2,078 cm) qui fut lu à la brune ou la nuit tombée dans la mosquée de Séville34. Bien que légèrement plus tardive que la monographie d’Ibn al-Ḫatīb, l’œuvre d’Ibn al-Sammāk reprend des fragments d’auteurs peut-être plus anciens. Mais les deux versions contradictoires peuvent se concilier : le mot rapide écrit à la hâte s’envola sur-le-champ après la bataille, alors que le message verbeux avait été retardé par la rédaction de ses figures qui avait pris un temps infini.

LE MYSTÈRE DES MESSAGES CODÉS

  • 35 P. 239 ; Abū Šāma1, II, p. 152 ; Lyons et Jackson, p. 310.
  • 36 Mas Latrie, III, p. 666 ; Michaud (1825-1829), V, p. 560.

6Afin de ne pas éventer les secrets dont les messagers ailés étaient les dépositaires, s’ils venaient à tomber entre les mains de l’ennemi, les billets étaient parfois conçus en termes mystérieux au temps des croisades et peut-être également en temps de guerre : en 586/1190, lors du blocus d’Acre par les croisés d’Occident, la correspondance échangée entre la ville et l’armée de Saladin était rédigée « dans la langue convenue du secret des affaires » (bi l-tarğama al-muṣṭalaḥ ‘alayhā sirr al-umūr), suivant la formule du précieux Imād al-Dīn Iṣfahānī35 qui omet de révéler l’essentiel : le code qui permettait de percer les messages et que des courriers étaient chargés d’expliquer oralement avant les lâchers. De même, les croisés usaient d’un langage secret dont les termes limpides revêtaient un sens caché, pénétrable seulement des initiés et que l’ennemi ne pouvait soupçonner, si les billets étaient surpris en chemin et les pigeons capturés en survolant ses terres. Ainsi le commandeur de Tripoli, Ruidecœur, recourait, en 1282 à des signes (entreseignie) subtils : d’abord, il écrivait au maître de Gibelet comme s’il écrivait au châtelain de Tortose, pour voiler l’identité du destinataire ; puis la savonnerie de Tor-tose achevait d’égarer sans semer un germe de doute : ainsi la phrase apparemment anodine « Mandés les deniers, que l’eule est appareilliée » (Envoyez les deniers, que l’huile, ou peut-être la marmite, est prête) appelait le seigneur, car elle signifiait en réalité : « Venés vos ent, que la besoigne est tote preste » (Venez à présent que la besogne est toute prête)36.

LES DÉPÊCHES DES MAMELOUKS

  • 37 Même le dépouillement de la prodigieuse collection de l’Österreichische Nationalbibliothek fut aus (...)

7Grâce aux descriptions éparses dans les sources narratives, les billets que les ailes des messagers enlevaient dans le ciel émergent des ténèbres vers un jour qui reste relativement vague : comme pour les premiers temps, aucun spécimen n’a survécu, ni dans les archives, ni dans les collections de papyrus qui souvent abritent des documents sans parallèles37. Dans le futur, jamais aucun coup de providence n’en ramènera au jour : des bouts de papier si fragiles sont voués à disparaître au sein de la terre qui les a ensevelis. Même le désert le plus aride ne peut les sauver, fussent-ils profondément enfouis dans les sables.

  • 38 Qalqašandī, VI, p. 192.
  • 39 Ḫālidī, fol. 177 v°, 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxv.
  • 40 Qalqašandī, VI, p. 192, 193 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des s (...)
  • 41 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 120, 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Ḫālidī, fol. 177 v°.
  • 42 Ḫālidī, fol. 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxvii ; Karabacek, p. 89/p. 69.
  • 43 Ibn Nāẓir al- Ğayš, p. 124 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234.
  • 44 Qalqašandī, VI, p. 192 ; Ḫālidī, fol. 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxvii ; Ka (...)
  • 45 Karabacek, loc. cit., estimait la longueur des billets à 9,1 cm : il croyait à tort qu’elle dépass (...)
  • 46 Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; Maqrīzī, II, p. 211.
  • 47 Hālidī, fol. 177 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxv ; Karabacek, p. 88/p. 65. Le di (...)

8Comme tous les écrits émanés des bureaux de l’empire, la forme du message était réglée. D’abord, le support était spécifique : une variété de papier syrien (šāmī)38 d’une extrême finesse qui ne servait, en outre, que pour la correspondance délivrée par cavalier rapide (mulaṭṭafāt)39 : connu sous le nom de « papier d’oiseau » (waraq al-ṭayr)40 ou de « papier des billets » (waraq al-baṭā‘iq)41, sa production, comme celle des papiers destinés à la chancellerie, était financée par le loyer de la teinturerie de la soie au Caire42. Son format était le plus petit des neuf utilisés par les secrétaires d’État et contrastait vivement avec les grandes feuilles sur lesquelles les lettres étaient de coutume tracées et où le blanc l’emportait souvent sur le noir, même si les caractères prenaient de l’envergure. Mais il ne fut pas invariable. Jusqu’aux trois quarts du viiie/ xive siècle et peut-être même légèrement plus tard, sa largeur n’est révélée par aucune source. Toutefois, elle peut être indirectement déduite : comme la « maison du paraphe » (bayt al-‘alāma) qui recevait la devise du sultan couvrait quatre doigts (8,312 cm) et près des deux tiers de la ligne43, elle devait en mesurer six (12,468). Puis elle fut réduite de moitié et ramenée à trois (6,234 cm)44. Quant à sa longueur, aucune source ne la spécifie. Mais elle dépassait toujours la largeur45. Des feuilles aussi petites et fines étaient nécessairement légères comme l’air46 pour ne pas gêner le messager : si le poids des tardives n’était que d’un dirham et demi47, soit 4,68 g, celui des premières devait faire le double : trois dirhams (9,36).

  • 48 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124-125 ; Qalqašandī, VII, p. 234-235.
  • 49 En 710/1310, les dépêches écrites étaient en attente du paraphe du mamelouk Sunqur, ‘Aynī, ms Beya (...)
  • 50 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 51 Selon Qalqašandī, I, p. 119.
  • 52 Selon Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234.
  • 53 Le billet qui annonçait le meurtre d’Ašraf Ḫalīl et l’avènement de Baydarā en 693/1293, ‘Aynī, III (...)
  • 54 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234. La date du billet précité portait effectiveme (...)
  • 55 Comme Ibn ‘Abd al-Ẓāhir qui le souligne, Maqrīzī, II, p. 231. L’année figure effectivement dans le (...)

9Une surface aussi faible condamnait à l’essentiel, d’autant plus que la dépêche était couramment revêtue, sitôt rédigée, du « noble paraphe », si elle émanait du sultan48 ou de celui de l’expéditeur, fût-il un simple mamelouk49, qui tenait le haut de la feuille : pas d’invocation (basmala), sauf si le rédacteur désirait attirer la bénédiction divine sur le message (tabarruk), ni marge, ni pompe, et une date écourtée souvent réduite au jour de la semaine et à l’heure50 d’écriture51 qui correspondait d’ordinaire à l’heure du lâcher52, si l’envol du courrier n’avait été suspendu par un imprévu (orage, brume ou pluie) ou remis au lendemain par la tombée de la nuit et peut-être même seulement le déclin du soleil. Toutefois, elle pouvait être remplacée par le temps de la journée (waqt)53, de l’aube à l’après-midi, le retour des ombres interdisant de rendre au ciel tout messager captif. Mais cette date n’était pas toujours incomplète : elle comportait parfois le quantième et le mois54. Quant à l’année que les secrétaires longtemps refusèrent de bannir55, elle devint lentement inutile, même pour les oiseaux libérés vers sa fin et risquant de revenir après la lune nouvelle du premier de l’an, si un orage subit ou quelque autre raison en avait retardé le retour.

  • 56 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.
  • 57 Comme en 693/1293, dans la lugubre dépêche annonçant l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl, ‘Aynī, III, p. 22 (...)
  • 58 Ibn Nāẓir al- Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.
  • 59 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 125 ; Qalqašandī, VII, p. 235.
  • 60 Maqrīzī, II, p. 231 -232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/ II, (...)

10Malgré sa concision, le billet renfermait deux formules inamovibles que les secrétaires n’avaient pas coutume d’enchaîner. L’une était relative aux messagers et jugée indispensable. Si deux pigeons avaient pris le chemin du ciel, on écrivait toujours : « L’oiseau béni et son compagnon ont été lâchés », afin que, sitôt l’un rentré, on guettât l’autre qui le suivait à tire-d’aile ; en cas de retard, il fallait chercher l’absent, notamment dans les colombiers de la ville où il avait pu échouer56. Mais si un seul avait retrouvé la liberté des airs, on se bornait à la mention de l’oiseau béni57. La seconde formule était couramment appelée ḥasbala, forme contractée des deux premiers termes du verset coranique qu’elle reprenait (ḥasbī Allāh) : « Dieu nous suffit ! Quel excellent protecteur ! » (III, 167/173). Comme dans tous les écrits émanés de la chancellerie, elle fermait le pli pour appeler la protection divine sur lui58. Quant à l’adresse, elle était primitivement tracée dans le billet même ; s’il devait gagner le relais suivant, il incombait à celui qui l’avait reçu d’en donner l’ordre écrit après le commandement59. Puis elle fut tardivement bannie, sauf dans les messages dont se délivraient l’un après l’autre les colombiers de la ligne, comme ceux que l’on passait de loin au sultan : elle était alors brève et rédigée, non plus sur la face intérieure et cachée de la feuille, mais, au contraire, sur le côté extérieur et visible, le dos, afin que nul ne fût tenté d’en briser le sceau ; cependant, les indications de passage des gouverneurs qui avaient transmis le billet l’allongeaient progressivement60.

  • 61 En 680/1281, la défaite des Mongols est d’abord annoncée par des pigeons parfumés, puis confirmée (...)
  • 62 En 712/1312-1313, la levée du siège de Rahba par les Mongols est annoncée à Damas, en premier lieu (...)
  • 63 Comme la dépêche expédiée en 710/1310 d’Alep à Bīra et reproduite par ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 2 (...)

11Cette concision obligée dans un temps où la redondance fleurissait dans la langue des secrétaires forçait à bannir les ornements superflus et les longueurs inutiles (formules ampoulées et titulatures étendues) dont la correspondance officielle était alors particulièrement fertile et même les relations : elles étaient confiées par écrit à la poste61 ou données de vive voix par un courrier rapide qui avait retenu le message pour le réciter au destinataire62. Mais tous les plis aériens n’étaient pas lapidaires : aux premiers temps, avant que la réduction du format du papier ne l’interdît, ils pouvaient s’étendre et dépasser, au besoin, quarante mots63.

  • 64 Comme le laissent présumer les spécimens reproduits par Qalqasandī.
  • 65 Qalqašandī, VI, p. 194 ; Björkman, p. 42, 96, 114.
  • 66 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 120 ; Qalqašandī, III, p. 48, 128 ; Björkman, loc. cit.
  • 67 Qalqašandī, III, p. 48.
  • 68 Schimmel, p. 24.
  • 69 Le recueil de cinq livres (Manṣūr) dédié par Niẓām al-Dīn Šāh au šāh Tahmāsp avait atteint une cla (...)
  • 70 A. Alparslan, EI2, IV, p. 1155 (Khaṭṭ).
  • 71 Idem, EI2, IV, p. 1157 (Khaṭṭ).
  • 72 Qāẓī Aḥmad, p. 64 ; Huart (1908), p. 252 ; Schimmel, loc. cit.

12Pour que le message pût tenir sur un si petit support, il ne fallait pas seulement en abréger le cours, mais en réduire les lettres. Aussi l’usage fut de le tracer dans l’écriture la plus fine du temps en lui donnant peut-être légèrement plus de corps que de coutume64. On préférait alors l’appeler « écriture de l’aile » (qalam al-ğanāḥ)65 plutôt que la désigner sous son vieux nom officiel « écriture de la poussière » (qalam al-ġubār)66 dont on avait, pour l’écourter, supprimé le mot « ornement » (ḥilya) qui l’allongeait depuis des siècles. Mais si les secrétaires de la chancellerie ne l’utilisaient que pour les dépêches portées par courrier à cheval67, les calligraphes la cultivaient soigneusement d’un bout à l’autre du monde musulman : pour orner par endroits les manuscrits (combler des lettres ou former des figures d’hommes, d’animaux ou de fleurs composées de formules pies68), aussi bien que pour rédiger des recueils de poésie69 ou de petits Corans70 souvent brandis à la cime des bannières lors des batailles71, mais dont la taille pouvait inspirer le dédain, comme celui que ‘Umar Aqṭa‘ offrit à Tamerlan : il était si menu qu’il remplissait le chaton d’une bague. Cependant, le conquérant rejeta avec mépris le livre nain pourtant saint, le jugeant indigne de sa grandeur : aussi fallut-il, pour la flatter, lui calligraphier un Coran géant, dont les lignes dépassaient par moments la coudée72.

4. Écriture de la poussière usitée pour les billets

LES DÉPÊCHES DE L’ÈRE MODERNE

13Cette forme de billet disparut à la chute de l’Empire mamelouk. L’emploi de « l’écriture de l’aile » fut probablement banni sous les Ottomans : elle entraînait trop de soin pour une voie de transmission vouée au déclin.

  • 73 Rocchetta, p. 67.
  • 74 Troilo, p. 611.
  • 75 Troilo, p. 612. Dallam, p. 32, ne cite que la date de l’heure.
  • 76 « ... The bignes of a twelve penc. », selon Dallam, p. 32.
  • 77 Russell, II, p. 203, n. 30.

14Quant aux dépêches privées, elles devaient être légères par le format et le contenu autant que par le support : les billets emportés par les messagers ailés du port d’Alexandrette aux marchands d’Alep étaient tracés sur des bouts de papier73 qui ne permettaient peut-être d’énumérer les richesses qu’en caractères abrégés ; ils étaient larges d’une main seulement74 (soit une dixaine de centimètres), malgré les précisions de la date : jour, heure et même minutes75. Enfin, les mots destinés à la factorerie anglaise étaient griffonnés sur des feuilles encore plus petites qui pouvaient se réduire à la taille d’une pièce de 12 pence d’Élisabeth Ire (1558-1603)76 (soit près de 30 mm de diamètre). Toutefois, ces papiers exigus ne comportaient d’ordinaire que le nom du navire, l’heure d’arrivée et les informations susceptibles d’y tenir77.

PARFUMS ET COULEURS

  • 78 Comme le billet de Mu‘tasim à sa favorite d’Alméria, Ibn al-Abbār, II, p. 84 ; Pérès, p. 245.
  • 79 En 647/1249, des billets fragrants (baṭā’iq muhallaqa) annoncent l’arrivée de Tūrānšāh au palais d (...)
  • 80 Comme en Andalus, Samuel Hannagīd, p. 105.
  • 81 Malaterra, p. 50.

15Le billet qui voyageait dans l’espace embaumait souvent, s’il portait des vers galants78 ou une bonne nouvelle79 : il fleurait l’encens, l’eau de safran80 ou le ḫalūq, qui devaient le rendre jaune ou rouge, mais dont la senteur fugace tendait sans doute à devenir un souvenir de parfum pour s’évanouir plus vite que la couleur. En revanche, s’il annonçait une cruelle défaite, on pouvait l’écrire au sang. Cette idée n’apparut cependant qu’au comte de Sicile, Roger Ier : les Palermitains apprirent en 461/1068 leur adversité et la victoire normande à Misilmeri par des billets sanglants délivrés par des pigeons provenant du butin tiré de la bataille. La douleur fut si vive que la ville lâcha bride aux lamentations qui montèrent jusqu’au ciel81.

MODES D’ATTACHE DU BILLET

  • 82 Maqrīzī, II, p. 231 ; Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Suyūṭī, II, p. (...)
  • 83 Suivant Troilo, p. 611, pour les messagers entre Alep et Alexandrette.
  • 84 Teonge, p. 106.
  • 85 Ibn al-Fuwaṭi, p. 347.

16Pour fixer la dépêche aux messagers ailés, quatre méthodes furent utilisées. La plus commune et probablement le plus ancienne était de la confier, repliée, à la force de l’aile82. Mais seule la droite devait sembler favorable aux hommes commis à ce soin83 : ils ne pouvaient que fuir la gauche, sinistre depuis la nuit des temps. Il fallait également la mettre près du corps84 ; autrement dit, vers la base de la plume plutôt que vers l’extrémité libre. Aussi elle était, suivant une expression pittoresque du temps, envoyée « sur aile d’oiseau » (‘alā ğanāḥ al-ṭayr), ou simplement « sur aile85 », bien qu’elle fût en réalité liée sous une penne et même si elle était mise sur un organe différent.

  • 86 Les pigeons libérés en 491/1098 vers Hasert emportent les billets attachés à la queue : ad caudas, (...)
  • 87 Aussi, il semblait « dans la queue » (fi l-ḏanab), Maqrizi, II, p. 231 ; ou « dans une plume de la (...)
  • 88 Le pigeon capté en 328/940 avait le billet sur (‘alā) la queue, Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458.
  • 89 Foucher de Chartres, p. 776 (Hagenmayer prétend à tort dans la note 5 que clunes désigne la patte (...)
  • 90 En 269/882-883, un pigeon portait un pli sous la queue, Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223, comme les messa (...)
  • 91 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 92 Comme au port d’Alexandrie, Nicolas de Martoni, p. 586 ; Adorno, p. 160, 161 ; Joos van Ghistele, (...)

17Mais comme ce poids, malgré sa légèreté, contrariait le vol du messager, certains préféraient attacher le billet à la queue86, où il était parfois profondément enfoui87. Si les uns l’exposaient à la vue sur une plume88 de manière à surplomber le croupion (super clunes)89, d’autres penchaient pour son ombre90 probablement pour le dérober aux regards. Finalement, pour ses avantages, la queue supplanta l’aile dans les colombiers du réseau mamelouk91, sans toutefois la vouer à l’abandon92.

  • 93 La Perre de Roo (1877), p. 75 ; La Perre de Roo (1883), p. 289-290 ; Keucker, p. 89 ; Lamarche, p. (...)

18Dans ces deux systèmes d’attache, une précaution toutefois s’imposait pour le messager en mue : on devait se garder de confier le billet à une vieille plume qui ne lui appartenait presque plus et menaçait de tomber en chemin pour en choisir impérativement une nouvelle, plus fraîche, plus soyeuse, plus chaude de ton et aux barbes bien reliées entre elles, surtout à l’extrémité93.

  • 94 Mu‘izzī, p. 131 (2940) ; Sanudo, p. 187 ; Harant, II, p. 27/p. 34 ; Neitzschitz, p. 342 ; Volney, (...)
  • 95 Van Linschoten, p. 16.
  • 96 Malaterra, p. 50.
  • 97 Orderic Vital, VI, p. 116, 117 ; CJ, § 89, 90, 91, 92, 93 ; trad. Subrenat, p. 227, XVII, p. 228, (...)
  • 98 Mandeville, p. 89 ; Joos van Ghistele, p. 123 ; Bernard de Breydenbach, p. 34/74 ; Chesneau, p. 18 (...)
  • 99 Comme les billets emportés par les pigeons libérés par Jérusalem investie : les chrétiens ne devai (...)

19Les deux autres méthodes consistaient à fixer le pli à la patte94, de préférence à l’anneau dont elle était souvent pourvue95 ou à le suspendre au cou par un fil, suivant une coutume relativement ancienne. Bien qu’aucune source orientale (arabe, syriaque ou persane) ne la signale expressément, elle n’a pas manqué de frapper les regards de l’Occident, d’abord en Sicile en 106896, puis en Orient du xiie97 au xviie siècle98. S’il fallait dissimuler le message, il était enfoui dans les plumes, sous la gorge99.

  • 100 Maqrizī, II, p. 231 ; Tawq, p. 61.
  • 101 Valle, I, p. 244/I, p. 416, est le seul à signaler cette précaution. Mais dans la Chanson de Jérus (...)

20Ces différents procédés étaient loin d’offrir la même garantie au billet contre l’humidité et spécialement la pluie. Le meilleur était de le protéger à l’ombre de l’aile100. Les trois autres tendaient à le mouiller, surtout celui de la patte : l’oiseau risquait de le tremper, si la soif l’avait conduit vers la terre pour la désaltérer, car il n’était que rarement couvert de cire pour l’abriter des eaux101.

  • 102 Nicolas de Martoni, p. 586 ; Adorno, p. 160, 161 ; Joos van Ghistele, p. 123 ; Arnold von Harff, p (...)
  • 103 Bernard de Breydenbach, p. 34/74 ; Joos van Ghistele, p. 123.
  • 104 Coppin, p. 330.
  • 105 Tafur, p. 56/p. 68.
  • 106 Harant, II, p. 27/p. 34.
  • 107 Fürer, p. 45.
  • 108 Rocchetta, p. 67 ; Dallam, p. 32 ; Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 254 ; Tavernier, I, p. 177 ; Go (...)
  • 109 Troilo, loc. cit. ; Volney, p. 275.

21Mais le mode d’attache variait souvent suivant la distance et le temps. Sur de faibles portées, il perdait son importance, si bien que deux ou trois systèmes pouvaient être indifféremment usités : les pigeons qui servaient de courriers du port d’Alexandrie au palais du gouverneur ou aux demeures des marchands portaient les mots cachés sous l’aile102 ou pendus au cou103 ; ceux qui faisaient l’office de messagers de la rade de Damiette à la ville, à l’ombre des rémiges104, aussi bien qu’à la queue105, à la patte106 ou au cou107. Quant aux oiseaux lancés d’Alexandrette vers Alep, ils recevaient couramment les bouts de lettre sous l’aile108, mais parfois à la jambe109.

5a. Des plis au cou des pigeons

5b. Les pigeons de l’Orient dans le songe de l’Occident

  • 110 Traduction allemande d’Otto de Diemeringen des Voyages de Mandeville, J. Prüss, Strasbourg, 1488.
  • 111 Mešullam b. Menahem de Volterra en 1481, Adler, p. 162.

22Enfin aucun pli n’a jamais pu être mis au bec, comme l’imagine une figure sur bois oubliée dans un incunable110 ou comme le prétend un voyageur juif111 : l’oiseau l’aurait englouti ou perdu au vol.

  • 112 P. 106 ; repris par Carruthers, p. xx.
  • 113 Einen subtilen eisernen Drat, loc. cit.

23Quant au fil d’attache, sa banalité ne piquait jamais la curiosité et probablement n’attirait même pas les regards. Aussi les sources ne le décrivent jamais, sauf deux voyageurs qui, par un singulier hasard, ont noté celui qui servait à lier les messages envolés d’Alexandrette vers les marchands d’Alep au xviie siècle. Il n’était pas en matière végétale (coton ou lin), comme la majorité des fils de l’Orient syrien. Suivant le premier, un Anglais, Henry Teonge112, il était en soie, pour épargner toute blessure à l’aile du pigeon, mais d’après le second, un Allemand dont les récits brillent souvent par la rigueur, Franz Ferdinand von Troilo, en fer, ce qui paraît surprenant : même ténu113, il risquait de meurtrir le messager.

Notes

1 Comme la dépêche retrouvée en 396/1006 par le vizir Yāzūrī dans le jardin de son palais, Ibn al-Ṣayrafī, p. 42 ; Itti‘āẓ, II, p. 220, 221.

2 Comme une dépêche envoyée en 660/1261, Ibn al-Fuwaṭī, p. 347.

3 Dans un fragment du Qāḍī Fāḍil (mort en 596/1200) repris par Waṭwāṭ, II, p. 195 ; Suyūṭī, II, p. 315, 316 ; Ṭawq, p. 64 ; puis, en 637/1239, Sibṭ, VIII/II, p. 725 ; et, en 647/1250, Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 63 v°, 81 v°.

4 De pittakion (billet, lettre), suivant Freytag, p. 36, et Lane, I, p. 218. Blochet, ROL, X, 1903-1904, p. 317, voulait le rattacher au turc oriental (écrit) qui l’aurait emprunté au sanscrit pitaka (corbeille à livres).

5 Ibn Ḥanbal, II, p. 213, 222 ; Ibn Māğa, II, p. 1437 ; Tirmiḏī, X, p. 107.

6 Les Égyptiens le donnaient au billet (ruq’a), Ibn Māğa, loc. cit.

7 Comme en 302/914, Ibn ‘Iḏārī, I, p. 172.

8 Comme celui qui fut délivré à un grammairien, Zubaydī, p. 233 ; Qifṭī, I, p. 32.

9 Ibn Bassām, III/II, p. 777.

10 La lettre envoyée de Ḥamā à Gaza en 663/1264 était accompagnée d’une communication officielle (muṭāla’a), Baybars, p. 95 ; ‘Aynī, I, p. 396.

11 Ibn Baṭṭūṭa le donne aux billets présentés au sultan de Maqdišū, II, p. 190, et à celui de Ğāwa (Sumatra), IV, p. 231.

12 Comme les billets de Yaġmurāsan (mort en 681/1282) dans le fragment traduit par Dozy et reproduit en appendice dans Ibn al-Aḥmar, p. 111. Il ne s’agit cependant pas de lettres transmises par la voie des airs, comme l’a cru l’éminent orientaliste.

13 Reynaud (1899), p. 446.

14 Idem (1896), p. 653.

15 Comme celle qui apprenait en 329/940 la disparition de Mākān b. Kākī, Niẓāmī ‘Arūḍī, p. 16 ; trad. Browne, p. 18 ; trad. Gastines, p. 43 ; Mustawfī, I, p. 383 ; Defrémery, p. 248 ; ou celle qui alertait en 647/1250 de la bataille de Manṣūra, Ibn Wāṣil, fol. 81 v°.

16 Comme celui qui annonçait en 396/1006 la débâcle d’Abū Rakwa, Ibn al-Ṣayrafī, p. 71 ; Itti‘āz, II, p. 220-221.

17 Comme pour une dépêche soumise à Nāṣir, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228.

18 Suivant Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, Maqrīzī, II, p. 231. Maintes dépêches ne comportaient pas d’année, sous les Fatimides, Ibn al-Ṣayrafī, loc. cit. ; Itti‘āẓ, loc. cit. ; et sous les derniers Abbassides, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228.

19 Comme le poème adressé au vizir Abū l-Walīd par Mu‘tamid, p. 62.

20 Comme celui que reçut Mu‘tamid de la femme qui détenait le « secret de son royaume », Mu‘tamid, p. 59 ; ou celui de Mu‘tasim à l’une de ses épouses, Ibn al-Abbār, II, p. 84, dont Fatḥ b. Ḫāqān, p. 51, ne cite qu’un vers. Fragments traduits par Pérès, p. 244-245.

21 Comme celui que Mu‘tamid envoya à son fils Ma‘mūn, Mu‘tamid, p. 46.

22 Naḥḥās, p. 276 ; Mu‘izz b. Bādīs, p. 30 ; Qalqašandī, III, p. 12, 14.

23 Qalqašandī, III, p. 128.

24 Idem, III, p. 48.

25 Idem, III, p. 128.

26 Le doigt (aṣba) équivalait à 2,078 cm, Hinz, p. 54.

27 P. 16 ; trad. Browne, p. 18 ; trad. Gastines, p. 43 ; Mustawfī, I, p. 383 ; Defrémery, p. 248.

28 Niẓāmī ‘Arūḍī, p. 13 ; trad. Browne, p. 14 ; trad. Gastines, p. 36.

29 En 311/977, les dépêches sont emportées par messagers et pigeons, Miskawayh, I, p. 94/I, p. 105 ; en 386/996, elles sont expédiées de Damas au Caire « sur aile d’oiseau » et montures postales, Ibn al-Qalānisī, p. 46.

30 Le commandant Tāš demande à Iskāfī de résumer la fin de Mākān en une seule phrase. Un messager serait ensuite envoyé, Niẓāmī ‘Arūḍī, loc. cit.

31 P. 105-106.

32 II, p. 114-115.

33 Comme le suppose Lévi-Provençal dans l’édition revue de Dozy, III, p. 129, n. 1. Une troisième version légèrement plus brève et transmise par une voie inconnue figure dans Ibn ‘Abd al-Mu‘min, p. 291.

34 Ibn al-Sammāk, p. 63 ; trad. Huici Miranda, p. 77 ; trad. Lagardère, p. 223. Ce message est également évoqué par Ibn Ḫallikān, VII, p. 118 ; trad. Lagardère, p. 212.

35 P. 239 ; Abū Šāma1, II, p. 152 ; Lyons et Jackson, p. 310.

36 Mas Latrie, III, p. 666 ; Michaud (1825-1829), V, p. 560.

37 Même le dépouillement de la prodigieuse collection de l’Österreichische Nationalbibliothek fut aussi infructueux que fastidieux, bien qu’il se fût révélé souvent fertile en surprises.

38 Qalqašandī, VI, p. 192.

39 Ḫālidī, fol. 177 v°, 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxv.

40 Qalqašandī, VI, p. 192, 193 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/III, p. 118 n. ; Ḫālidī, fol. 177 v°, 178 v° ; Suyūṭī, II, p. 314 ; Ṭawq, p. 61 ; Björkman, p 42, 114.

41 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 120, 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Ḫālidī, fol. 177 v°.

42 Ḫālidī, fol. 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxvii ; Karabacek, p. 89/p. 69.

43 Ibn Nāẓir al- Ğayš, p. 124 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234.

44 Qalqašandī, VI, p. 192 ; Ḫālidī, fol. 178 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxvii ; Karabacek, p. 89/p. 69 ; Björkman, p. 114.

45 Karabacek, loc. cit., estimait la longueur des billets à 9,1 cm : il croyait à tort qu’elle dépassait du tiers la largeur. Mais les feuilles n’avaient pas toutes les mêmes dimensions, Heidemann, et al., p. 83.

46 Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; Maqrīzī, II, p. 211.

47 Hālidī, fol. 177 v° ; trad. Quatremère dans Rašīd al-Dīn, p. cxxxv ; Karabacek, p. 88/p. 65. Le dirham pesait en Égypte 3,12 g, Hinz, p. 3.

48 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124-125 ; Qalqašandī, VII, p. 234-235.

49 En 710/1310, les dépêches écrites étaient en attente du paraphe du mamelouk Sunqur, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 230.

50 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Suyūṭī, II, p. 314 ; Ṭawq, p. 62. Deux dépêches de 702/1303 ne portaient effectivement que l’heure et le jour : l’une la deuxième heure de la journée du samedi (al-sā‘a al-ṯāniya min nahār al-sabi), l’autre la deuxième du jour du dimanche (al-sā‘a al-ṯāniya min yawm al-aḥad), ‘Aynī, IV, p. 242.

51 Selon Qalqašandī, I, p. 119.

52 Selon Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234.

53 Le billet qui annonçait le meurtre d’Ašraf Ḫalīl et l’avènement de Baydarā en 693/1293, ‘Aynī, III, p. 228, ne comportait que le temps du lâcher (aṣr).

54 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234. La date du billet précité portait effectivement le quantième et le mois, ‘Aynī, III, p. 228.

55 Comme Ibn ‘Abd al-Ẓāhir qui le souligne, Maqrīzī, II, p. 231. L’année figure effectivement dans le modèle reproduit par Ibn Nāzir al-Gayš, p. 124 ; et repris par Qalqašandī, VII, p. 234.

56 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.

57 Comme en 693/1293, dans la lugubre dépêche annonçant l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl, ‘Aynī, III, p. 228.

58 Ibn Nāẓir al- Ğayš, p. 124 ; Qalqašandī, VII, p. 234 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.

59 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 125 ; Qalqašandī, VII, p. 235.

60 Maqrīzī, II, p. 231 -232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/ II, p. 120 n.

61 En 680/1281, la défaite des Mongols est d’abord annoncée par des pigeons parfumés, puis confirmée par deux courriers le même jour, Yūnīnī, éd. Hyderabad, IV, p. 94-95 ; Sulūk, I/III, p. 697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40 ; Ohsson, III, p. 534 ; en 683/1284, un voyageur ailé précède le courrier qui prévient de la mort de Manṣūr, maître de Ḥamā, Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 193 v° ; en 702/1303, les dépêches devancent à Alep les messagers, ‘Aynī, IV, p. 217 ; l’année suivante, les billets au gouverneur d’Alexandrie sont suivis par des lettres plus amples transmises par la poste, ‘Aynī, IV, p. 307 ; en 776/1374, la conquête de Sīs est d’abord transmise par messager à plumes, le lendemain par messager à cheval, Sulūk, III/I, p. 237.

62 En 712/1312-1313, la levée du siège de Rahba par les Mongols est annoncée à Damas, en premier lieu, par pigeons ; ensuite, par un mamelouk du gouverneur, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 259.

63 Comme la dépêche expédiée en 710/1310 d’Alep à Bīra et reproduite par ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.

64 Comme le laissent présumer les spécimens reproduits par Qalqasandī.

65 Qalqašandī, VI, p. 194 ; Björkman, p. 42, 96, 114.

66 Ibn Nāẓir al-Ğayš, p. 120 ; Qalqašandī, III, p. 48, 128 ; Björkman, loc. cit.

67 Qalqašandī, III, p. 48.

68 Schimmel, p. 24.

69 Le recueil de cinq livres (Manṣūr) dédié par Niẓām al-Dīn Šāh au šāh Tahmāsp avait atteint une clarté inégalée dans la calligraphie « de la poussière », Qāẓī Aḥmad, p. 135.

70 A. Alparslan, EI2, IV, p. 1155 (Khaṭṭ).

71 Idem, EI2, IV, p. 1157 (Khaṭṭ).

72 Qāẓī Aḥmad, p. 64 ; Huart (1908), p. 252 ; Schimmel, loc. cit.

73 Rocchetta, p. 67.

74 Troilo, p. 611.

75 Troilo, p. 612. Dallam, p. 32, ne cite que la date de l’heure.

76 « ... The bignes of a twelve penc. », selon Dallam, p. 32.

77 Russell, II, p. 203, n. 30.

78 Comme le billet de Mu‘tasim à sa favorite d’Alméria, Ibn al-Abbār, II, p. 84 ; Pérès, p. 245.

79 En 647/1249, des billets fragrants (baṭā’iq muhallaqa) annoncent l’arrivée de Tūrānšāh au palais de son père à Ṣāliḥiyya, Ibn al-Dawādārī, VII, p. 376 ; en 680/1281, la défaite mongole à Qaryatayn, Baybars, p. 199 ; Tuḥfa mulūkiyya, p. 101 ; Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 244, 245 ; Ğazarī, fol. 17 v° ; Mufaḍḍal, II, p. 494-495 [330-331] ; Ibn al-Furāt, VII, p. 220 ; Sulūk, I/III, p. 697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40 ; ‘Aynī, II, p. 280.

80 Comme en Andalus, Samuel Hannagīd, p. 105.

81 Malaterra, p. 50.

82 Maqrīzī, II, p. 231 ; Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 61. Ce procédé est également signalé par Ibn Ḥazm, p. 33 ; trad. Bercher, p. 91 ; trad. Arberry, p. 74 ; Malaterra, p. 50 ; Jacques de Vitry, p. 93/p. 64, 65 ; HO, p. 148 ; Barthélemy de Glanville, livre XII, chap. VII ; Schiltberger, p. 53 ; Balbi, p. 108 ; Palerne, p. 172 ; Bugnon, p. 115, 116.

83 Suivant Troilo, p. 611, pour les messagers entre Alep et Alexandrette.

84 Teonge, p. 106.

85 Ibn al-Fuwaṭi, p. 347.

86 Les pigeons libérés en 491/1098 vers Hasert emportent les billets attachés à la queue : ad caudas, selon Guillaume de Tyr, I, p. 346 ; caudis illarum filo innodata, selon Albert d’Aix, p. 438.

87 Aussi, il semblait « dans la queue » (fi l-ḏanab), Maqrizi, II, p. 231 ; ou « dans une plume de la queue » (en une pluma de la cola), Tafur, p. 56.

88 Le pigeon capté en 328/940 avait le billet sur (‘alā) la queue, Miskawayh, I, p. 414/I, p. 458.

89 Foucher de Chartres, p. 776 (Hagenmayer prétend à tort dans la note 5 que clunes désigne la patte et non le croupion) ; la même expression apparaît dans une leçon de Baudri de Dol, p. 94, var. 6.

90 En 269/882-883, un pigeon portait un pli sous la queue, Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223, comme les messagers libérés par le gouverneur d’Alexandrie : sub cauda, Symon Semeonis, p. 46,47. Aussi, il semblait sous le croupion qu’Arnold de Lübeck, p. 207, appelle indûment « ombilic » (sub umbilico).

91 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. Usage confirmé par Symon Semeonis, p. 46, 47 ; trad. Deluz, p. 972 ; Tafur, p. 56/p. 68 ; Brémond, p. 121.

92 Comme au port d’Alexandrie, Nicolas de Martoni, p. 586 ; Adorno, p. 160, 161 ; Joos van Ghistele, p. 123 ; Arnold von Harff, p. 76/p. 92 ; Suriano, p. 233 ; et d’Alexandrie au Caire, Ariosto, p. 87, en 1477.

93 La Perre de Roo (1877), p. 75 ; La Perre de Roo (1883), p. 289-290 ; Keucker, p. 89 ; Lamarche, p. 105 ; Castagnet, p. 14 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 44.

94 Mu‘izzī, p. 131 (2940) ; Sanudo, p. 187 ; Harant, II, p. 27/p. 34 ; Neitzschitz, p. 342 ; Volney, p. 275. Coutume également signalée en 883, près du fleuve Sambation (Éthiopie) par le voyageur juif, Eldad le Danite, Adler, p. 14.

95 Van Linschoten, p. 16.

96 Malaterra, p. 50.

97 Orderic Vital, VI, p. 116, 117 ; CJ, § 89, 90, 91, 92, 93 ; trad. Subrenat, p. 227, XVII, p. 228, XVIII, p. 229, XX, p. 230, XXI.

98 Mandeville, p. 89 ; Joos van Ghistele, p. 123 ; Bernard de Breydenbach, p. 34/74 ; Chesneau, p. 18 ; Palerne, p. 172 ; Cotovicus, p. 415 ; Fürer, p. 45 ; Moryson, II, p. 52 ; Lithgow, p. 120.

99 Comme les billets emportés par les pigeons libérés par Jérusalem investie : les chrétiens ne devaient rien remarquer, CJ, § 90 ; trad. Subrenat, p. 228, XVIII.

100 Maqrizī, II, p. 231 ; Tawq, p. 61.

101 Valle, I, p. 244/I, p. 416, est le seul à signaler cette précaution. Mais dans la Chanson de Jérusalem, les billets confiés aux pigeons sont scellés à la cire, CJ, § 89, 90 ; trad. Subrenat, p. 227, XVII, 228, XVIII.

102 Nicolas de Martoni, p. 586 ; Adorno, p. 160, 161 ; Joos van Ghistele, p. 123 ; Arnold von Harff, p. 76/p. 92 ; Suriano, p. 233 ; Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

103 Bernard de Breydenbach, p. 34/74 ; Joos van Ghistele, p. 123.

104 Coppin, p. 330.

105 Tafur, p. 56/p. 68.

106 Harant, II, p. 27/p. 34.

107 Fürer, p. 45.

108 Rocchetta, p. 67 ; Dallam, p. 32 ; Fermanel, p. 261 ; Stochove, p. 254 ; Tavernier, I, p. 177 ; Gonzales, p. 628 ; Pétis de La Croix, p. 78 ; Teonge, p. 106 ; Lettres édifiantes, I, p. 198 ; Troilo, p. 611 ; Bugnon, p. 117 ; Arvieux, V, p. 496 ; Russell, II, p. 203, n. 30.

109 Troilo, loc. cit. ; Volney, p. 275.

110 Traduction allemande d’Otto de Diemeringen des Voyages de Mandeville, J. Prüss, Strasbourg, 1488.

111 Mešullam b. Menahem de Volterra en 1481, Adler, p. 162.

112 P. 106 ; repris par Carruthers, p. xx.

113 Einen subtilen eisernen Drat, loc. cit.

Table des illustrations

Légende 4. Écriture de la poussière usitée pour les billets
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende 5a. Des plis au cou des pigeons
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1232/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende 5b. Les pigeons de l’Orient dans le songe de l’Occident
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540