Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 11. Voyages

Texte intégral

  • 1 Ğāḥiẓ, III, p. 217.
  • 2 Gigot (1889), p. 118 ; Wittouck (1901), p. 176.

1Avant même la fin du dressage, les jeunes pouvaient prêter leurs ailes au port des plis, si des vieux les guidaient au plus haut des cieux pour leur montrer le chemin du retour : les premiers lâchers en groupe permettaient aux éprouvés (muğarrab) de reconduire les novices (ġumr)1, les voyageurs des airs se séparant en deux classes distinctes, dont l’une était indispensable à l’autre pour regagner le nid. Mais ces rentrées en bande ne profitent guère aux jeunes : elles invitent à la paresse, le trajet étant franchi machinalement et sans discernement. Aussi les amateurs avertis les libèrent-ils isolément, jusqu’à une distance de 25 km, plutôt que de les laisser suivre des oiseaux rompus au voyage2.

LE CHOIX DU SEXE DES MESSAGERS

  • 3 La Perre de Roo (1877), p. 223 ; Wittouck (1901), p. 201.
  • 4 Gigot (1889), p. 117 ; Rosoor, p. 75 ; Boeve (1898), p. 13 ; Secrets, p. 55.
  • 5 Rodenbach, p. 115.
  • 6 Ğāḥiẓ, III, p. 223.
  • 7 Malaterra, p. 50.
  • 8 Ḫālīdī, fol. 105 r° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 117 (...)

2Bien que la femelle voyage aussi bien que le mâle3 (sinon mieux4, surtout la couveuse pour son attachement aux œufs5), au Moyen Âge on préférait généralement ce dernier : à Basra, sous les Abbassides pour sa résistance, sa vigueur, son sens de l’orientation et sa fidélité au nid6 ; puis en Sicile7 ; enfin dans l’Empire mamelouk, pour son amour conjugal, son acuité visuelle et sa rapidité8.

  • 9 Ğāḥiẓ, loc. cit.
  • 10 Rodenbach, p. 115 ; Secrets, p. 55.
  • 11 Expression consacrée pour désigner la période précédant la ponte pendant laquelle le mâle poursuit (...)
  • 12 La Perre de Roo (1877), p. 211 ; Rodenbach, p. 116 ; Secrets, p. 56.
  • 13 Gigot (1889), p. 117.
  • 14 Chapuis, p. 210 ; La Perre de Roo (1877), p. 210.
  • 15 La Perre de Roo (1877), p. 223-224.
  • 16 Rodenbach, p. 116.
  • 17 Rodenbach, loc. cit. ; Wittouck (1901), p. 201 ; Secrets, p. 56-57.
  • 18 Chapuis, p. 210.
  • 19 La Villatte, p. 43.

3On ne penchait pour la femelle qu’à Bagdad aux premiers temps de la splendeur des califes : le mâle y passait pour imprévisible au point d’abandonner son chemin à la vue de sa compagne s’il ne l’a depuis longtemps couverte9 ; en d’autres termes, il tendait à bifurquer dans le ciel pour la rejoindre. Pourtant, elle n’est en réalité disponible qu’une quinzaine de jours par mois10 ; en outre, maints défauts la défavorisent : d’abord, la « chasse à nid »11 l’abat, son compagnon ne lui laissant pas le temps de se nourrir12 ; ensuite, l’approche de la ponte l’incommode13 tant qu’elle ne peut résister à la fatigue, si bien que son retour est compromis ; de plus, elle risque de pondre en loge, durant le transport14 ou d’atterrir pour déposer un œuf15 et devenir la proie du chasseur, sinon de tomber en captivité dans un colombier de hasard s’offrant comme abri passager16 ; aussi, il convient de la prendre sur sa couvée et la retenir le jour de l’éclosion, comme les deux, trois ou quatre jours précédents et suivants pour ne la libérer que vers le cinquième17 ; enfin, la couvaison prolongée et l’alimentation des petits l’épuisent plus que le mâle, si bien que son état de faiblesse peut lui devenir fatal. Maints amateurs préfèrent donc ne pas l’arracher aux soins maternels pour ne pas l’exposer18 ; mais s’ils désirent l’employer avantageusement, ils la séparent de son compagnon, pour éviter les inconvénients de la ponte19.

  • 20 Alpin, I, p. 86.
  • 21 Valle, I, p. 244/I, p. 416.

4Cependant, au cours du temps, le sexe du messager a parfois perdu de son importance : dans l’Égypte ottomane, on lâchait tantôt indifféremment l’un ou l’autre20, et tantôt seulement le mâle21.

LES SÉPARATIONS QUI ACTIVENT LE RETOUR

5Pour garantir une rentrée rapide, on exploitait l’attachement familial du pigeon par deux méthodes.

  • 22 III, p. 278-279. Décrite tardivement par Alpin, I, p. 86 ; Valle, I, p. 244/I, p. 416.
  • 23 Gigot (1904), p. 265.
  • 24 Gobin, p. 189-190.
  • 25 D’après Van der Linden, p. 165.
  • 26 Wittouck (1898), p. 183-186.
  • 27 Chard, p. 66.
  • 28 Wittouck (1901), p. 203-204 ; Poulain, p. 88-90 ; Van der Linden, p. 164-166 ; Delcroix, p. 42-52  (...)
  • 29 Van der Linden, p. 165.
  • 30 Chard, p. 65-66.

6La première était la séparation momentanée des couples, qui devait remonter dans la nuit des âges, bien qu’elle ne soit attestée qu’à l’aube du iiie/ixe siècle dans un passage du Livre des animaux de Ğāḥiẓ22. On prenait le mâle sur le nid pour l’emporter loin de la femelle, afin que son souvenir l’incitât à revenir. Si l’on craignait qu’il en fût las, on lui offrait une nouvelle compagne pour la lui retirer après accouplement. Elle ne lui était rendue qu’avant de l’enfermer dans le panier qui devait lui servir de prison éphémère jusqu’au colombier d’internement ou le lâcher. Mais on le privait de la couvrir (et bientôt de la voir), pour ne pas dissiper sa forme par la « chasse à nid23 ». Ainsi, le désir dont il brûlait pour la femelle brutalement éloignée de sa vue sans s’éloigner de sa mémoire attisait en lui le sentiment du retour. Elle-même devait rester captive, car elle pouvait abandonner son domicile, si l’absence de son compagnon se prolongeait et même ne plus se résigner à l’attendre au-delà du second jour24. Ce secret perdu d’Orient fut trouvé, comme bien d’autres, en Occident à une date incertaine et tardive. Il apparut pour la première fois en Belgique à l’extrême fin du xixe siècle, peut-être dans la région de Liège25. Appelé par les uns « veuvage forcé26 », mais par d’autres plus justement « chasteté forcée27 » et par les amateurs du temps présent seulement « veuvage »28, il se répandit rapidement parmi les colombophiles de Charleroi, peu après la Première Guerre mondiale29, vers 192030. Cependant, le mystère qui faisait la supériorité de certains champions ne semble avoir été que tardivement dévoilé, après avoir été longtemps celé. Ce jeu (ainsi est-il considéré) a depuis connu maintes variations, dont la principale consiste à condamner au célibat les pigeons quelques jours avant l’épreuve pour en décupler les performances.

  • 31 P. 204-205. Maints voyageurs d’Occident en parleront des siècles durant, Frescobaldi, p. 52 ; Rocc (...)
  • 32 Élien, p. 91, livre 9, § 2 ; RE, IV/B, p. 2494 (Taube) [Steier] ; RE, V/A, p. 69 (Taurosthenes) [F (...)
  • 33 Ğāḥiẓ, III, p. 151 ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwàṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 272 ; Masālik, éd. Ḥamd (...)
  • 34 Aristote, IX, 7 [613 a], Élien, p. 4, livre 1, § 15, Characteristics, I, p. 204, 205 [III. 45], no (...)

7La seconde méthode consistait à enlever le messager à sa couvée ou à sa nichée en laissant au conjoint le soin d’assurer, pendant son absence, l’incubation ou la becquée. Sitôt renvoyé aux cieux, il volait au nid pour réchauffer ses œufs ou nourrir ses petits. Bien qu’il ne soit que tardivement révélé par le chroniqueur allemand des croisades, Arnold de Lübeck en 11931, ce procédé remonte à une lointaine antiquité : en 444 avant notre ère, l’athlète d’Égine, Taurosthénès, aurait arraché une colombe à sa tendre couvée nue pour l’emporter aux Jeux d’Olympie. Après son triomphe, il lui attacha un lambeau de pourpre et lui donna la volée : en s’élançant vers le nid de ses doux rejetons, elle annonça le jour même à l’île sa victoire32 par le ruban de fortune dont elle était parée. Dans cette forme de séparation, le sexe devient indifférent, car les parents veillent ensemble aux besoins des pigeonneaux et se relèvent pour recouvrir les œufs33 : la femelle garde le nid de la fin de l’après-midi à neuf ou dix heures du matin, parfois davantage jusqu’à midi ; elle le cède ensuite au mâle qui l’occupe d’ordinaire jusqu’à quinze ou seize heures, s’il n’abrège les peines de l’incubation, pendant qu’elle reprend sa liberté pour s’alimenter, se désaltérer, se baigner, s’étirer ou s’ébattre à l’ombre du colombier. La mère couve donc trois fois plus longtemps que le père : dix-huit à dix-neuf heures, alors qu’il se borne à six, sinon moins ; mais, en son absence, il remplit son devoir34.

  • 35 Gigot (1889), p. 46 ; Delcroix, p. 51.
  • 36 Boitard et Corbié, p. 72 ; Millet-Robinet, p. 162 ; Lullin, p. 114-115 ; Chapuis, p. 118-120 ; Gay (...)
  • 37 Chapuis, p. 211.
  • 38 La Perre de Roo (1877), p. 239.
  • 39 Benoist, p. 132.
  • 40 Zaepffel, p. 84.
  • 41 Ğāḥiẓ, VII, p. 68.
  • 42 Idem, III, p. 282.
  • 43 Boitard et Corbié, p. 66.
  • 44 Espanet, p. 57.
  • 45 Millet-Robinet, p. 160.
  • 46 Boitard et Corbié, p. 66 ; Lullin, p. 106.
  • 47 Boitard et Corbié, p. 11-12, 64 ; Lullin, p. 105.

8Cette méthode offrait l’avantage de ne pas miner les messagers : les pigeons qui n’ont pas d’œufs à réchauffer ni de petits à nourrir sont toujours en forme et obtiennent de meilleurs résultats que des sujets de même valeur épuisés par la « chasse à nid », l’incubation et la becquée35. Mais elle n’était pas sans danger : si le voyageur ailé est subitement retiré à sa nichée pendant les huit premiers jours qui suivent l’éclosion, la bouillie lactée couleur crème, vulgairement appelée « pâtée » ou « lait de jabot », qui se forme en fin d’incubation pour nourrir sa tendre couvée risque de le gêner, sinon de l’emporter : s’il ne peut la déglutir dans leur bec, elle séjourne dans la poche de l’œsophage pour s’y accumuler et durcir, si bien que sa muqueuse s’enflamme, atteinte d’une éruption souvent fatale nommée lad36. Aussi, la prudence imposait de le prendre « sur œuf frais » (en début de couvaison) ou d’attendre quelques jours après l’éclosion avant de le priver de sa nichée : trois ou quatre37, huit38, sinon quinze39 ou vingt40. Pour cette raison, à Basra, comme à Bagdad et probablement dans tout l’Iraq abbasside, on ne lâchait pas de pigeon nourrissant ses petits41, ni on le laissait couver, car l’incubation l’eût épuisé ; elle passait même pour l’enfler et dilater sa tête par l’afflux de l’humidité de son corps accrue par la graisse que la chaleur rejetait vers elle. S’il donnait la becquée, il fallait le soumettre à la diète et renouveler son entraînement. Aussi préférait-on lui retirer ses œufs pour les glisser dans le nid d’un autre couple nourricier après les avoir marqués d’un signe afin de les retrouver et identifier les petits qui en briseraient la coquille42 ; encore fallait-il absolument, d’une part, opérer la substitution le jour même ou au plus tard le lendemain pour ne pas les perdre43 ; et, d’autre part, la cacher à la mère44 qui n’en est pas toujours dupe45. Si elle découvre la supercherie, elle est susceptible d’abandonner la couvée ou de la jeter hors du nid46. Toutefois, les colombophiles avertis pouvaient également en confier l’incubation à des pigeons stériles qui couvent les œufs ou élèvent les oisillons dont ils sont privés47.

  • 48 Ğāḥiẓ, III, p. 153-154, 157.
  • 49 Idem, III, p. 254-255.
  • 50 Lullin, p. 109.

9Mais dès que les ailes des jeunes leur ouvraient les chemins du ciel, cette séparation perdait son effet : l’oiseau ne s’attache à ses petits que s’il doit pourvoir à leurs besoins ; sitôt sevrés et emplumés, soit au bout de dix-huit jours à un mois environ après l’éclosion, il perd la tendresse qu’ils lui inspirent48 et semble les ignorer : bêtise et manque de mémoire, comme des amateurs éclairés le pensaient jadis49, alors qu’il chasse simplement ses rejetons du nid, dès qu’ils peuvent se suffire à eux-mêmes pour les obliger à chercher leur nourriture50.

LES DOUCEURS QUI RAMÈNENT AU NID

  • 51 Le pigeon est effectivement friand de sucre qu’il prend sans rechigner, Gigot (1904), p. 64-65, 27 (...)
  • 52 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 90. On croyait même jadis que le pigeon, dépourvu de palais, (...)
  • 53 Malaterra, p. 50 ; Edgington, p. 169.
  • 54 Brechemin, p. 50-51 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 99 ; Stevent, p. 125. Mais, pour certai (...)
  • 55 Schiltberger, p. 68/p. 53.
  • 56 Maqrīzī, II, p. 211 ; Ẓāhirī, p. 117 ; Casanova, p. 597.
  • 57 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 100.
  • 58 Schiltberger, loc. cit.

10Outre ces deux sortes de séparation, on exploitait, pour accélérer le retour du pigeon, son goût supposé des aliments doux51. Bien qu’il perçoive à peine les saveurs sucrées par le nombre réduit de ses papilles gustatives (trente-sept, alors que l’homme en possède plusieurs milliers)52, il devait rechercher par instinct les substances dont il ressentait les bienfaits et rejeter celles dont il éprouvait les méfaits. En Sicile, on mêlait de miel le froment qui servait de nourriture de fond53 pour en masquer peut-être le goût amer dont l’oiseau ne raffole guère54 ; dans l’Empire mamelouk, on additionnait de sucre le grain quotidien55, les féveroles56, sans doute pour en adoucir l’amertume dont le pigeon n’est pas friand57. Puis sitôt le mâle emporté loin de la femelle dans un colombier d’internement, il en était banni et les rations étaient réduites58. Aussi, dès que le messager retrouvait la liberté de l’air, il volait droit au pigeonnier pour s’y régaler des douceurs dont on l’avait sevré : elles devaient compléter les joies du retour et flatter sa fidélité au nid.

L’IDENTIFICATION DES PIGEONS

11Comme les oiseaux de voyage égarés ou réfugiés dans un colombier étranger ne cessaient d’appartenir à leur maître, même s’il les avait perdus de vue, on leur imposait souvent des signes distinctifs pour en favoriser la restitution, alors que les pigeons dépourvus d’origine de propriété que l’on pourrait qualifier d’anonymes disparaissaient à jamais, si l’instinct ne les ramenait au nid.

  • 59 Évoqués par Qawwās, Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 252.
  • 60 Ibn Iyās, I/I, p. 516. Des vervelles servaient également de plaques d’identité en fauconnerie, Vir (...)

12Les plus courants semblent avoir été les tatouages (wušūm) sur divers membres, spécialement répandus à Bagdad59, et les anneaux passés autour des pattes sur lesquels les propriétaires gravaient une marque de reconnaissance. Généralement en métal, mais sans doute aussi en ivoire dans les pays tels que l’Inde où sa profusion le rendait commun, ils portaient le nom de ḫulḫāl60, comme les ornements qui paraient les chevilles des femmes et qu’elles faisaient retentir en se mouvant. Certains devaient résonner par des grelots, dont les tintements légers en frappant l’oreille signalaient le retour des oiseaux ; en la guidant de proche en proche, ils permettaient de les découvrir, notamment si la nuit les avait rendus invisibles ou un accident longtemps dérobés aux recherches en leur ôtant l’usage des ailes.

  • 61 Rawandī, p. 205. Goushegir, p. 18, a dénaturé ce passage : les léopards (yūz) sont devenus des lév (...)
  • 62 Mīr-Ḫwānd, IV, p. 320 ; M. Th. Houtsma, El, III, p. 139 (Maḥmūd b. Muḥammad b. Malikshāh) ; Grouss (...)
  • 63 Ibn Iyās, I/I, p. 516.

13Plus que ceux des particuliers, les pigeons des souverains devaient être identifiables de près ou de loin : ceux du sultan selğūkide, Maḥmūd b. Muḥammad b. Malikšāh, étaient, comme ses léopards, ses autours des palombes et ses chiens de chasse, ornés de colliers d’or61. Les parures des favoris étaient peut-être aussi incrustées de gemmes, comme les cercles mis au cou de sa meute dont le nombre élevé (400) n’avait pas détourné le sultan de les couvrir de manteaux brochés d’or62 : il fallait aux animaux resplendir de richesses inouïes pour les rendre dignes de son prestige et assouvir sa soif de luxe qu’il ne put longtemps étaler ; la mort l’ôta du monde en 525/1131, à la fleur du printemps (sa vingt-septième année fraîchement franchie), consumé par les plaisirs et les débauches dont il était friand. Enfin les pigeons du sultan mamelouk Muẓaffar Ḥāğğī ruisselaient aussi d’or : plaques en sautoir et bagues aux pattes63.

  • 64 Cette indication ne figure que dans un passage de Masālik, éd. Sayyid, p. 42, traduit par Quatremè (...)
  • 65 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 66 Masālik, éd. Sayyid, loc. cit.
  • 67 Ludolph de Suchem, p. 61/p. 80.

14Cependant, ces bijoux furent toujours extraordinaires : les messagers bleus64 de la poste mamelouke ne portaient que la marque indélébile des animaux du sultan (dāġ), d’origine turco-mongole, une empreinte au fer chaud sur les pattes ou sur le bec que l’on appelait « signe technique » (iṣṭilāḥ) dans le langage impertinent des plaisantins friands de railleries urbaines65 ; ainsi égarés et vannés devaient-ils être remis au colombier voisin ou libérés dès qu’ils avaient recouvré la puissance des ailes. En outre, au lâcher, ils étaient momentanément parés d’un léger ornement pour accompagner le pli. Visible au vol, il permettait de les reconnaître, sitôt parus au ciel, et de ne pas les intercepter66, la capture en étant prohibée67, comme de les distinguer des oiseaux sauvages ou domestiques et de les protéger contre les chasseurs, bien qu’il soit impossible de confondre par l’allure les bandes de pigeons qui passent à tire-d’aile ou battent les champs avec les messagers solitaires et hâtifs. Mais cet honneur passager dont ils étaient dépouillés au retour demeure de nature inconnue : ce pouvait être un pendentif, comme un ruban régnant autour du cou ou d’une patte qui signalait l’oiseau en voltigeant en plein air. Il devait être alors jaune, comme les bannières de la dynastie qui ondoyaient au vent et les emblèmes du sultan, aussi bien que court pour ne pas s’emmêler aux arbres en chemin si le messager ailé gagnait une branche voisine.

  • 68 Seul Schiltberger, p. 68/p. 53, la signale sur les pigeons captifs de la citadelle du Caire.
  • 69 Ibn Iyās, I/I, p. 516.
  • 70 Van Linschoten, p. 16, signale les anneaux mis à leurs pieds.
  • 71 Goushegir, p. 29.

15Indépendamment de ces deux marques du souverain, l’une permanente et fixe, l’autre temporaire et amovible, les courriers du ciel de la poste mamelouke étaient munis d’une troisième : elle indiquait la station qu’ils devaient regagner, sitôt leur liberté reconquise68. Elle évitait les confusions toujours possibles, malgré la ségrégation régnant dans les relais, spécialement ceux des citadelles du Caire, de Damas et d’Alep, dont les colombiers retenaient captives des masses d’oiseaux d’origine variée. Bien qu’aucune source n’en spécifie la nature, il est plausible que ce fût un tatouage ou une bague à la patte : les pigeons de Muẓaffar Ḥāğğī en étaient effectivement revêtus69, comme plus tard, les messagers volants de l’Empire ottoman70 et les oiseaux des colombophiles d’Iran de nos jours71.

  • 72 Ḫāqānī, p. 260 ; Maḥğūb, I, p. 134, 135. Goushegir, p. 18, l’a converti en bague.

16Outre ces divers signes d’identification, d’autres servaient à révéler la valeur des pigeons précieux pour les sauver des mains des hommes qui les avaient capturés : en Perse, les maîtres leur fixaient à la patte un bout d’or léger pour inviter celui qui s’en était emparé à les en dépouiller et les libérer. Cet ornement n’était pas de luxe : aussi un vers musical devait l’appeler : « prix de la tête » (sar-bahā) (dans le langage des poètes, comme celui des hommes : rançon), alors que l’oiseau l’avait au pied72.

LA MISE EN LOGE

  • 73 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125 ; Ibn Wāṣil, V, p. 220,221 ; Abū 1-Fidā, III, p. 164 ; Nuwayrī, XXIV, p. 2 (...)
  • 74 Malaterra, p. 50.
  • 75 Symon Semeonis, p. 46.
  • 76 Balbi, p. 108 ; Valle, I, p. 244/p. 416.
  • 77 Tucher, p. 370 a ; Jean de Solms, p. 110 b.
  • 78 La version allemande de Fabri, p. 145.
  • 79 Utilisé par Arnold von Harff, p. 76, 78, pour rédiger sa relation.
  • 80 Harant, II, p. 198.
  • 81 Moore, p. 29.
  • 82 Teonge, p. 106 ; Russell, II, p. 203 ; 204, n. 30.
  • 83 Lettres édifiantes..., I, p. 198.

17Du nid au point du lâcher, des loges de repos emprisonnaient les pigeons. Leur nom varie de langue en langue : en arabe, qafaṣ73 qui désigne à la fois la cage et le panier, mais plutôt l’une que l’autre ; en latin, sportula (panier)74 ou gabia (cage)75 ; en italien, gabbia (cage)76 ; en allemand, körblein (corbeille)77, käfig (cage)78 ou korf (panier, corbeille) dans un dialecte bas rhénan79 ; en tchèque, klec (cage)80 ; en anglais, basket81 ou cage82 ; enfin, en français, « cage83 ». Ces termes divers donnent à penser que les prisons étaient à claire-voie plutôt que closes, qu’elles fussent de jonc, d’osier ou de bois.

  • 84 Épreuves courantes dans les loges collectives, Gibault, p. 14.
  • 85 Lempereur, p. 115.
  • 86 Benoist, p. 18.
  • 87 Gigot (1904), p. 286.
  • 88 Russell, II, p. 203, n. 30.
  • 89 Selon Balbi, p. 108, les pigeons de Bagdad que l’on portait captifs à Baṣra pour y être lâchés ne (...)

18Leurs dimensions dépendaient de leur contenance : les plus petites étaient individuelles ; elles ont le mérite d’épargner aux voyageurs ailés les furieux coups de bec que leurs compagnons de captivité peuvent leur infliger84, les combats de mâles étant fréquents, mais rarement fatals85 ; les plus grandes étaient collectives ; leur taille variait suivant le nombre d’oiseaux, ainsi que la quantité de grain et d’eau. Quant à leur forme, elle n’est malheureusement révélée par aucune source, bien qu’elle ne soit pas indifférente : si elle est défectueuse, le pigeon est susceptible d’y souffrir86. Trop massives et trop lourdes, le maniement des loges devient malaisé par le surplus de force exigé ; si elles s’ouvrent par le dessus, elles exigent un espace considérable au lâcher et imposent aux messagers le plus mauvais des vols : le vol ascensionnel ; enfin si leur configuration est démesurément basse et les claires-voies largement espacées, elles n’arrêtent plus les mains étrangères qui s’y insinuent alors aisément pour dérober les oiseaux qu’elles condamnent, en outre, à la gêne des positions incommodes87. Généralement fermées pour retenir les détenus, ces prisons étaient parfois découvertes, comme celles qui servaient à convoyer les courriers ailés entre Alep et Alexandrette88. Mais pour les empêcher de s’échapper vers le ciel, il fallait les recouvrir d’une housse en toile qui les privait de lumière presque autant que de liberté89.

  • 90 En 491/1098, les messagers de l’émir de ‘Azāz tirent de leur poitrine deux pigeons qu’ils ont empo (...)

19Cependant, le transport des pigeons ne s’effectuait pas toujours à panier ouvert ou clos : les messagers pouvaient secrètement enfermer dans le sein l’oiseau destiné à rapporter le pli90.

LE CONVOYAGE

20Les modes de déplacement des pigeons captifs du nid au lieu où ils devaient retrouver le chemin du ciel ont différé suivant les pays et les âges.

  • 91 Ğāḥiẓ, III, p. 213.
  • 92 Comme ceux qui furent libérés en 222/837 à Barzand pour annoncer la capture de Bābak, Mas‘ūdī, IV, (...)

21Dans la Mésopotamie abbasside, ils furent d’abord emportés par bateaux91, sans doute pour leur épargner les saccades sur les routes souvent défoncées qu’essuyaient les oiseaux lâchés dans la nature92. Mais la navigation intérieure était souvent difficile, voire impossible.

  • 93 Rousseau, p. 52 ; Morgan, p. 259. Tours et détours se multiplient au sud de Bagdad, Chesney, I, p. (...)
  • 94 Andrew, p. 103 ; Taylor, p. 85.
  • 95 Selon Thévenot, p. 116, le Tigre était si lent, qu’à peine voyait-on de quel côté il coulait.

22Sur le Tigre, des méandres infinis et l’extrême mobilité des grèves la rendaient immense, pénible et par moments périlleuse93, spécialement l’été94, où la lenteur de l’eau qui semblait endormir son cours allongeait, de plus, la descente95.

  • 96 Valle, I, p. 371-372/I1, p. 217-218 ; Tavernier, I, p. 279 ; Rousseau, p. 51 ; Kinneir, p. 464 ; P (...)
  • 97 Le terme n’a été recueilli que par Aucher-Éloy, p. 212. Son orthographe demeure incertaine : abras (...)
  • 98 Ils sont absents des deux listes d’embarcations utilisées sur le Tigre, celle d’Azdī, p. 107, et c (...)
  • 99 Le terme akkadien kalakku vient du sumérien, AD, VIII, p. 62-63 ; Kindermann, p. 89 ; Tardieu, p. (...)
  • 100 Les embarcations qui descendaient de Tall Fāfān à Mossoul (Farağ, III, p. 40) ou de Mossoul à Bagd (...)
  • 101 Selon Hérodote, I, p. 189, la carcasse de l’embarcation était vendue à la criée et les peaux empil (...)

23De Mossoul à Bagdad, rocs et hauts-fonds imposaient l’usage immémorial de radeaux munis de voiles : rapidement improvisés, le plus souvent de grosses branches assemblées, ils flottaient au gré des flots et du vent sur des outres que l’on regonflait de loin en loin au moyen de tubes de roseau, spécialement par basses eaux. Les plus grands qui chargeaient plus d’une centaine de passagers, outre les marchandises, se nommaient (et se nomment toujours) kalak96 ; les plus petits qui ne pouvaient en recevoir que trois ou quatre, abras97. Mais ces termes sont inconnus des sources arabes98 qui tendent à bannir le langage populaire, même le premier qui remonte au déluge99 : elles ne leur donnent que celui de zawraq100. Parvenus à destination, les radeaux étaient rompus, les branchages vendus comme combustible pour en tirer un considérable profit, le bois étant rare et cher, les peaux des outres désenflées lavées et frottées, puis renvoyées à Takrīt ou Mossoul, à dos d’homme ou d’âne, pour servir au prochain voyage101.

  • 102 Ionidès, p. 116, 161 ; Pardé, p. 528, 529 ; Vaumas (1955), p. 165-166, 181 ; Vaumas (1962), p. 239 (...)
  • 103 Quatre milles et quart par heure, selon Chesney, I, p. 32 ; six kilomètres d’après Willcoks, p. 28
  • 104 « Cheap camelier », Chesney, I, p. 32 ; II/II, p. 635.

24La durée de la navigation dépendait des saisons : lors de la crue du printemps, de mars à mai, spécialement en avril où le fleuve atteignait son apogée, grossi par les fontes de neige coulant des monts voisins et les pluies d’hiver tombées sur le plateau subtaurique ou dans le Kurdistan102, le courant s’accélérait au point de friser sept kilomètres par heure103 : aussi le Tigre fut-il tardivement qualifié de « chamelier à bon marché104 ».

  • 105 Niebuhr, II, p. 287 ; Chesney, I, p. 32 ; Baedeker, p. 395.
  • 106 De quatre à cinq jours, suivant Porter, II, p. 260. En 1852, le voyage d’Oppert en dura effectivem (...)
  • 107 Thévenot, p. 116.
  • 108 Cholet mit six jours (11-17 mars 1892), p. 294, 317 ; comme Hornell, p. 28.
  • 109 Comme Rich en 1821 (3-12 mars), II, p. 128, 157, 349, 366.
  • 110 84 heures, selon Layard (1849), II, p. 97.
  • 111 Vaumas (1955), p. 166.
  • 112 Vaumas (1955), p. 165 ; Vaumas ( 1962), p. 239.
  • 113 Willcoks, p. 28.
  • 114 Délai mis par Thévenot en 1665 (8-16 août), p. 106, 117 ; et Layard (1867) en 1850 (18-26 octobre) (...)
  • 115 Selon Porter, II, p. 260, la descente estivale prenait de 8 à 10 jours.
  • 116 Baedeker, p. 395.
  • 117 Niebuhr, II, p. 287 ; Chesney, I, p. 32.
  • 118 Layard (1849), II, p. 97-98 ; Hornell, p. 28.
  • 119 Ionidès, p. 116 ; Pardé, p. 524 ; Vaumas (1955), p. 165.
  • 120 Prouesse d’Ibn Šaddād en rağab 578/octobre 1182, Nawādir, p. 57 ; repris par Abū Šāma1, II, p. 33  (...)
  • 121 Vaumas (1955), p. 165.
  • 122 Budge mit six jours en février 1889, II, p. 87-120.
  • 123 Délai de Mouzaffer-Czaykowski (3-10 novembre 1898), p. 176.
  • 124 Tavernier mit dix jours de Mossoul à Bagdad (15-25 février 1651), I, p. 280, 285.
  • 125 Vaumas (1955), p. 167, 172.
  • 126 Idem (1955), p. 170.
  • 127 Idem (1955), p. 171.
  • 128 Idem (1955), p. 172.

25Sa descente ne prenait alors que trois, quatre105 ou cinq jours106, malgré les fonds mouvants qui ne permettaient aux radeaux endormis de voguer la nuit qu’aux approches de la capitale107. Mais si la montée des eaux était tardive (autrement dit : toujours légère en mars), le voyage pouvait tirer en longueur et durer six, sept108 et même neuf jours109, soit le triple du délai le plus bref. Ces variations dépendaient non seulement de la vitesse du courant, mais également de la taille des radeaux : les petits glissaient si rapidement sur les eaux qu’ils couvraient en près de trois jours et demi le trajet que les grands avaient coutume de parcourir en six ou sept110, si bien qu’ils écourtaient de moitié les heures perdues sur le fleuve. Mais dès la décrue qui s’amorçait en juillet111 et que les longues sécheresses pouvaient amplifier jusqu’à la fin de l’été112, le courant devenait si faible que le Tigre semblait dormir. Sa vitesse horaire diminuait alors si considérablement qu’elle tombait à deux km113, rendant la route infiniment plus lente : elle durait huit114, dix115, douze116, quinze jours, soit autant que par terre117 et même autour de trente118, si bien que les radeaux traînaient sur l’onde plus longtemps que les caravanes sur les chemins de la capitale, spécialement au courant de septembre119, mois des basses eaux. Toutefois, exceptionnellement, la navigation pouvait être réduite à cinquante heures (deux jours et deux heures)120. Cependant, pour que le radeau pût voler plutôt que voguer, il devait être non seulement léger par sa petite taille, mais entraîné par des voiles pleines de vent et des rames battant l’eau dont les mariniers faisaient des ailes. Enfin les montées d’automne et d’hiver qui débutaient aux premières pluies de novembre pour s’accentuer graduellement en décembre et janvier121 abrégeaient légèrement la descente : elle prenait alors six122 ou sept jours123, comme en temps de crue, mais parfois plus, jusqu’à dix124. Cependant, ces variations du niveau des eaux pouvaient énormément changer d’une année à l’autre125 : il arrivait que le Tigre gonflât dès janvier126, ne baissât qu’en août, parfois même en juillet et que l’étiage s’attardât jusqu’au premier mois de l’année127, suivant la prédominance de sa forme d’alimentation et suivant que les pluies avaient été précoces ou tardives, abondantes ou faibles128.

  • 129 En 327/938, Rādī prit la voie du fleuve de Bagdad à Mossoul, Miskawayh, I, p. 405/I, p. 450.
  • 130 Conservés au British Muséum et commentés par Héron de Villefosse, p. 102-103. Ces trajets à contre (...)
  • 131 La vitesse horaire du halage est de un kilomètre, d’après Jouanique, p. 73 ; de un à deux, selon B (...)
  • 132 Rousseau, p. 51.

26Quant à la remonte, la rapidité du courant l’interdisait aux radeaux, si de solides rameurs ne le refoulaient à coups d’aviron, notamment de Takrīt à Mossoul129. Aussi les bateliers devaient-ils les haler à bras ou à col, probablement debout dans les eaux basses, et à la nage à l’aide d’outrés, quand la crue les gonflait, suivant un procédé immémorial, gravé dans des bas-reliefs assyriens130, au rythme d’un à deux kilomètres par heure131, l’inégalité des berges interdisant d’y atteler des bêtes de trait pour en augmenter la vitesse132.

  • 133 Il n’était même navigable qu’entre ces deux villes, Tavernier, I, p. 189.
  • 134 Vaumas (1955), p. 181.
  • 135 Idem (1965), p. 92.
  • 136 Idem (1955), p. 183.
  • 137 Idem (1955), p. 181.
  • 138 Willcoks, p. 29.
  • 139 Cette formation apparaît dans Idrīsī, p. 385. Elle n’est donc pas moderne, comme le prétend A. Bar (...)
  • 140 Ya‘qūbī, p. 323/p. 166 ; Ibn Ḫurradāḏba, p. 59/40 ; Ibn Rusta, p. 87, 94, 95, 185/p. 96, 105, 106, (...)
  • 141 Ibn Rusta, p. 95/p. 106.
  • 142 Dimašqī, p. 96/p. 117. Changement évoqué par Mas‘ūdī, I, § 235.
  • 143 Ya‘qūbī, p. 320-323/p. 162-167 ; Ibn Ḫurradāḏba, p. 59/40 ; Ibn Rusta, p. 185/p. 214 ; Idrisī, p. (...)
  • 144 Ibn al-Faqīh, p. 187/p. 227 ; Iṣṭaḫrī, p. 81 ; Ibn Ḥawqal, p. 236/I, p. 229.

27De Bagdad à Basra, le Tigre devenait plus navigable133, malgré son déclin que l’on a justement qualifié de « mort134 » : privé des affluents qui le nourrissaient et livré à lui-même135, il finissait par languir, puis par s’effondrer, dans ses derniers replis, en prêtant ses eaux aux champs irrigués et aux marécages qui ne lui en restituaient qu’une faible fraction à l’étiage136. À ‘Amāra, le fleuve déchu était rabaissé au rang de rivière ; et plus loin à la décrue, sa profondeur descendait plus bas que la hauteur d’un homme137 pour tomber même, par endroits, à un mètre et demi138. Puis, au-delà de la région de Qatr, les bateaux voguaient sur les marais dormants pour entrer dans le canal d’Abū 1-Asad et rejoindre le Šaṭṭ al-‘Arab139, où les deux immenses fleuves de Mésopotamie perdent leur nom et leurs eaux. Il recevait alors l’étrange dénomination de Tigre borgne (Diğla al-‘awrā’)140 ou peut-être Tigre de la Borgne, le premier terme étant toujours privé d’article, qu’aucun fleuve en terre d’Islam n’a jamais pris, et dont l’origine était discutée : les uns prétendaient qu’elle venait d’un barrage qui l’aurait aveuglé141 ; les autres d’un changement de lit à travers le temps qui l’avait considérablement éloigné du Tigre142. De là, les embarcations passaient tour à tour dans deux humbles canaux, dont le trafic devait être digne d’un fleuve : Ma‘qil, puis Fayḍ143, sur les rives duquel la vieille ville de Baṣra était jadis couchée, à quatre parasanges (vingt-quatre km)144 de la ville moderne qui en a pris le nom, malgré son éloignement.

  • 145 Ionidès, p. 161 ; Pardé, p. 524, 562 ; Vaumas (1955), p. 165, 181.
  • 146 Pardé, p. 516. En juin et juillet, le vent souffla du nord-ouest, sauf quelques jours du sud-est, (...)
  • 147 Baedeker, loc. cit. Légèrement plus, 805, d’après Willcoks, p. 27.
  • 148 Taylor, p. 78.
  • 149 Porter, II, p. 261. Newberry mit sept jours en 1581 (24 avril-1er mai), Purchas, VIII, p. 455 ; co (...)
  • 150 Huit ou neuf, Federici en 1563, p. 6 ; Fitch en 1583, Purchas, X, p. 167 ; Ryley, p. 53. En 1580, (...)
  • 151 Laps de temps pris par Fitch en 1583 : parti le 27 juillet, il était parvenu à destination le 6 ao (...)
  • 152 Federici, p. 6.
  • 153 Thévenot, p. 304.
  • 154 Idem, p. 306.

28Comme de Mossoul à Bagdad, la durée du trajet variait considérablement suivant le niveau des eaux : elle pouvait aller du simple quand la crue du printemps hâtait le courant au triple quand la décrue d’été le rendait somnolent, spécialement lors de l’étiage qui avait d’ordinaire lieu en octobre, un mois plus tard qu’en amont, provoqué, d’une part, par la puissance de l’évaporation due aux chaleurs intenses et, d’autre part, par le manque de pluie145. Emportés par les flots impétueux autant que par les vents du nord et du nord-ouest qui gonflent couramment les voiles le long de l’année et presque tout l’été146, les bateaux employaient un nombre variable de jours à suivre les méandres infinis du fleuve qui en retardaient la marche : quelque 800 km (mais peut-être moins, le Tigre ayant déserté au cours du temps son ancien lit) au lieu de 500 à vol d’oiseau147, par les hautes eaux du printemps, malgré leur violence contre laquelle ils devaient lutter pour ne pas échouer148. S’ils avaient la faveur du vent, ils ne prenaient que six ou sept jours149 ; mais s’il devenait infidèle et cessait de les flatter, ils s’attardaient plus longtemps en glissant dans les détours qui leur en coûtaient un, deux ou trois de plus150. Enfin la décrue allongeait considérablement les délais : ils pouvaient durer onze jours151, aussi bien que dix-huit, même en voguant sur le fleuve assoupi à la clarté des étoiles152. Le vent avait, en effet, parfois coutume de trahir les bateaux et les rendre durs à remuer, surtout au milieu des eaux153 ; aussi, les mariniers serraient les voiles inutiles au moindre souffle du midi154, pour confier les embarcations au fil du courant et à la force des rames.

  • 155 En 366/976-977, Rāḍī remonta le Tigre de Baṣra à Bagdad par les marais, Miskawayh, II, p. 367/II, (...)
  • 156 Tavernier, I, p. 304.
  • 157 Plaisted, p. 127.
  • 158 Beawes, p. 25.
  • 159 Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 160 Rauwolf, p. 145 ; Plaisted, p. 64.
  • 161 Durée du voyage d’Eldred et de Federici, Dannenfeldt, p. 120.
  • 162 Tavernier, I, p. 304.
  • 163 Idem, I, p. 189.
  • 164 D’après Teixeira, Dannenfeldt, p. 120.
  • 165 Tavernier, I, p. 304.
  • 166 D’après Eldred, Dannenfeldt, p. 120.
  • 167 Tavernier, I, p. 304.
  • 168 Pardé, p. 516.
  • 169 Niebuhr, II, p. 197.
  • 170 Vingt et un jours de Basra à Lamlūm, Niebuhr, II, p. 198.

29Quant à la remonte, elle était d’une lenteur infinie, les bateaux ne pouvant se mouvoir contre le cours impétueux du fleuve que tirés à bras ou à col d’homme, si exceptionnellement de vigoureux rameurs ne s’évertuaient à couper l’onde à l’aviron pour rompre la force du courant155. Comme le procédé primitif de traction ne dépassait guère deux lieues et demie (dix km) du lever du soleil à son coucher156 et tombait même souvent à moins, le trajet exigeait plusieurs mortelles journées : quinze157, trente158, trente-huit159, quarante160, quarante-quatre, cinquante-cinq161, soixante162 ou soixante-dix163, et parfois même trois mois164 ou davantage165. Ces durées variées qui allaient d’un à plus de six ne dépendaient pas seulement du nombre de haleurs qui pouvait s’élever jusqu’à quatorze166 et peut-être même l’excéder, ou du poids des bateaux : la remonte était souvent troublée, sinon suspendue par la rage des vents qui repoussait les coques167 et les tempêtes de sable qui se déchaînent fréquemment le printemps et l’été pour sévir des jours durant168. Aussi préférait-on changer de fleuve : abandonner le Tigre pour l’Euphrate, dont l’absence de courbures abrégeait la remonte169, bien qu’elle traînât souvent, spécialement quand les eaux baissaient, si les bateaux touchaient les fonds mouvants dont il fallait lentement les tirer pour les remettre à flot : la navigation pouvait prendre trois semaines170.

  • 171 Balbi, p. 98-99 ; passage traduit dans Purchas, X, p. 145.
  • 172 Cartwright dans Purchas, VIII, p. 483.

30De Bagdad à Kūfa, les convoyeurs devaient laisser le Tigre pour l’Euphrate, et les bateaux passaient d’un fleuve à l’autre par un des multiples canaux qui les joignaient, pour en suivre le fil, voiles aux vents dont elles étaient souvent emplies et rames à l’eau. Mais sa descente n’est pas sans péril, en raison des tourbillons, des branches mortes et des troncs d’arbre dont le courant s’empare pour les entraîner vers la mer171. En outre, de juillet en septembre, l’Euphrate tombait si bas que les embarcations risquaient d’échouer aux bancs de sable172.

  • 173 Vaumas (1955), p. 190.
  • 174 L’Euphrate est navigable toute l’année, Andrew, p. 49, 50, 51.
  • 175 Vaumas (1955), p. 190-191 ; Vaumas (1965), p. 93.
  • 176 Pardé, p. 529. Cartwright croyait à tort en 1603 que les mois les plus favorables pour la navigati (...)

31Comme sur le fleuve voisin, la durée du voyage changeait suivant les saisons : si la décrue de fin d’été et du début d’automne173 l’allongeait, sans jamais l’interrompre174, la montée des eaux amorcée dès novembre, mais infiniment plus lente que celle du Tigre et surtout la crue printanière d’avril à juin175, spécialement en mai, où elle atteignait son apogée176, devaient la réduire. Quant à la remonte, elle était considérablement ralentie par le halage.

  • 177 Ce trafic fluvial est signalé par Maqdisī, p. 124.

32Enfin de Raqqa à Bagdad, les convoyeurs empruntaient les bateaux qui fendaient l’Euphrate177, les voiles aux vents abandonnées, puis se mettaient en route par terre, si un canal latéral ne les amenait au Tigre. Dans le sens inverse, ils suivaient les mêmes chemins que le halage tirait en longueur.

  • 178 Taqwīm, p. 296/II, p. 70-71.
  • 179 Ibn Rusta, p. 185/p. 213.
  • 180 Ya‘qūbī, p. 323/p. 166.
  • 181 Idrīsī, p. 666.

33Quant aux vastes marais du bas Iraq, leur faible profondeur condamnait les embarcations à les couper lentement à la perche178 en passant par des voies frayées dans les forêts de roseaux179, notamment de Kūfa à Basra au sud180 et Wāsit au nord181.

  • 182 ‘Alā ẓuhūr al-riğāl, selon les termes de Ğāḥiẓ, III, p. 213.

34Aussi l’eau fut-elle finalement abandonnée en faveur de la terre en raison des difficultés de navigation et des lenteurs du halage qui pouvaient prolonger considérablement la captivité des messagers ailés et retarder la transmission des nouvelles : vers le début du iiie/ixe siècle et peut-être même dès la fin du précédent, ils gagnèrent les colombiers d’internement à dos d’homme182. Mais l’expression doit s’entendre dans un plus large sens : les convoyeurs chargeaient peut-être sur l’épaule un gros bâton portant deux paniers suspendus, l’un par-devant, l’autre par-derrière. Ce mode de transport était sans doute destiné à épargner aux oiseaux les secousses que les bêtes pouvaient leur infliger, les rendant inutiles à destination.

  • 183 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Hawqal, p. 235/I, p. 227 ; Idrīsī, p. 666.
  • 184 Un selon Iṣṭaḫrī, p. 79 ; deux, d’après Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227 ; Idrīsī, p. 666. La distance (...)
  • 185 Parti de Bagdad le 15 safar 580/28 mai 1184, Ibn Ğubayr parvint à Mossoul le 23 ṣafar/5 juin, p. 2 (...)
  • 186 Les caravanes pouvaient en mettre douze, Plaisted, p. 122, ou dix-sept, Hommaire de Hell, I/II, p. (...)
  • 187 Idrīsī, p. 657.
  • 188 Idem, p. 655-657.
  • 189 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Idrīsī, p. 383, 666.
  • 190 Huit étapes selon Iṣṭaḫrī, loc. cit. ; Ibn Ḥawqal, loc. cit. ; mais sept, d’après Idrīsī, p. 383, (...)
  • 191 Route décrite par Qudāma, p. 225-226/p. 170 ; Le Strange, p. 82. Elle semble avoir été suivie par (...)
  • 192 Ya‘qūbī, p. 308/p. 139. L’aller-retour se faisait en six jours, Ibn al- Ğawzī, XV, p. 22.
  • 193 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Taqwim, p. 295/II/II, p. 70. Maqdisī, p. 134, (...)
  • 194 Idrīsī, p. 383,666.
  • 195 Ibn Ḥurradādba, p. 145/109 ; Iṣṭaḫri, p. 27 ; Ibn Ḥawqal, p. 40/I, p. 38 ; Idrisī, p. 383.
  • 196 Iṣṭaḫri, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Idrisī, p. 383, 666.
  • 197 Le fleuve compte 800 km au lieu de 500 à vol d’oiseau, Baedeker, p. 401.
  • 198 La route terrestre est de 165 km, selon Willcoks, p. 27 ; et de 190, suivant Ionidès, p. 178.
  • 199 La première distance est donnée par Ionidès, p. 190, la seconde par Willcoks, p. 28.
  • 200 Willcoks, p. 28.
  • 201 Ğāḥiẓ, III, p. 214.

35Les trajets s’effectuaient au pas lent de caravane : de Bagdad à Samarra, il fallait aux convoyeurs trois jours183 ; jusqu’à Takrīt, un ou deux de plus184 ; jusqu’à Mossoul, huit185, sinon douze et même dix-sept186 ; jusqu’à Raqqa, près de dix, si, pour s’épargner du chemin, ils s’éloignaient de l’Euphrate vers l’Orient et coupaient à travers désert187, ou quinze s’ils tournaient par la route de l’ouest188 ; pour gagner Wāsit, huit189 ; Baṣra, sept ou huit autres190 par la voie postale qui côtoyait l’Euphrate191 ; Kūfa, au moins trois192, sinon quatre193 ou cinq194 ; de Kūfa à Baṣra, douze195 ; mais jusqu’à Wāsiṭ, six, en fendant lentement les vastes marais à la faveur des perches196. Toutefois, le chemin de terre est plus court que le chemin d’eau, spécialement de Bagdad à Baṣra 197, même si le Tigre a changé ses rivages au cours du temps : jusqu’à Kūt, seulement 165 ou 190 km, au lieu de quelque 345 au gré du courant et du vent198 ; puis jusqu’à ‘Amāra, 190, mais 203 à 245 au fil des replis de la voie liquide199 ; enfin, jusqu’à Qurna, où le Tigre et l’Euphrate mélangent leurs eaux, on en compte 105 de plus en cheminant par terre sèche, contre 140 en glissant sur le grand fleuve déroulé200. On ignore cependant si les convoyeurs assumaient leur tâche de l’origine à la destination finale, ou bien s’ils changeaient en cours de route, chacun n’effectuant qu’une fraction du parcours. Toutefois, la première hypothèse semble la plus vraisemblable : les messagers de la poste abbasside ne se relayaient guère, prenant seulement des bêtes fraîches à la place des bêtes fatiguées dans les relais placés sur les voies. Ces hommes devaient être cependant de vigoureux voyageurs pour enlever des paniers probablement lourds, et les amener vers des colombiers d’internement éloignés de 160 à plus de 600 km. Mais leur résistance ne déterminait pas seulement leur choix : leur loyauté, leur tendresse, leur clairvoyance et leur savoir étaient également requis201 pour remplir fidèlement leur mission : soigner les pigeons (leur garder des conditions d’hygiène parfaite, les nourrir et surtout les abreuver, spécialement par canicule), aussi bien que de ne pas les échanger ou les détourner frauduleusement. En clair, la probité passait avant la force : les suspects étaient partout écartés, si grande fût leur vigueur.

  • 202 Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Šāma1, II, p. 152, 159 ; RH (...)
  • 203 Détail fourni par Sibṭ, VIII/I, p. 404.
  • 204 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 135-136 ; passage traduit par Gab (...)
  • 205 Sibṭ, VIII/I, p. 404.

36Mais ce mode primitif de convoyage tomba à une date indéterminée en désuétude, comme celui des voies d’eau l’avait déjà été pour d’autres raisons. Désormais, le dos des bêtes remplaça celui des hommes. Ainsi, les messagers volants furent sans doute conduits prisonniers aux colombiers d’internement, dans le réseau de maints empires, des Fatimides aux Ayyoubides, malgré le silence profond des sources. Cependant, guerres et spécialement sièges rendaient les convoyages difficiles, sinon impossibles. Les voies secrètes se révélaient alors propices pour entrer et sortir les pigeons des villes investies, comme la mer à la faveur des ombres : lors du blocus d’Acre par les Francs en 586/1190 et l’année d’après, de jeunes et vaillants nageurs les emportaient par de profondes nuits202, couchés au ras de l’eau, les uns dans une poche blottie contre leur sein (‘ubb)203, les autres sans doute dans des prisons flottantes qu’ils devaient tirer sur les flots, malgré les embarras rencontrés s’ils devaient passer sous les navires au mouillage. Ces liaisons cachées furent le seul moyen de ravitailler la cité en messagers ailés et d’emporter ceux que l’instinct devait y ramener. Aussi ne furent-elles pas suspendues par les périls et les voyages sans retour : certains convoyeurs sombraient dans les vagues qui, poussées par les vents, en déposaient parfois le corps sur le rivage nu204 ; d’autres tombaient dans les filets tendus par les croisés qui en avaient surpris le passage et les arrachaient des eaux en les remontant205. Même quand les pigeons vinrent à manquer, les nageurs continuèrent à plonger dans l’ombre liquide jusqu’à la dernière nuit du long siège dont la durée allait excéder deux années.

  • 206 Maqrizī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 119 (...)
  • 207 Maqrizī, loc. cit.
  • 208 ‘Umarī, p. 244 ; Qalqašandī, XIV, p. 374.

37Dans la poste mamelouke, les volatiles étaient emportés sur des mules sorties des propres écuries du sultan206 vers les ténèbres des stations correspondantes où ils seraient momentanément retenus, accompagnés des gardiens et souvent des gardes (ğān-dāriyya)207 qui délivraient parfois les plis. Les chevaux des courriers ne devaient pas servir aux convoiements pour leur épargner des secousses cruelles : la vitesse n’était pas seulement inutile, mais néfaste. Cependant, dans les lointains relais de Haute-Egypte qui furent, du reste, éphémères, de Qūṣ à Assouan, puis dans le morne désert qui menait à ‘Ayḏāb208, les mules étaient relayées par les dromadaires qui seuls pouvaient en franchir les champs de braise.

  • 209 Même les caravanes ne prenaient que 14 heures pour aller de Suhna à Tadmur, Beawes, p. 14.
  • 210 Une étape (marḥala), d’après Idrīsī, p. 346.
  • 211 Qalqašandī, IV, p. 100 ; Marmardji, p. 163.
  • 212 Taqwīm, p. 249/II/II, p. 28 ; passage traduit par Marmardji, p. 14 ; Qalqašandī, IV, p. 104.
  • 213 Qalqašandī, IV, p. 113.
  • 214 Taqwim, p. 267 ; II/II, p. 43.
  • 215 Une étape et demie les séparait, Qalqašandī, IV, p. 113.
  • 216 Ibn Hawqal, p. 187/I, p. 184 ; Idrīsī, p. 370, 377.
  • 217 Idrisi, p. 377.
  • 218 Yāqūt, I, p. 673.
  • 219 Ibn Ḥawqal, p. 187/I, p. 184 ; Idrīsī, p. 369, 377.
  • 220 Qalqašandī, IV, p. 120.
  • 221 Idem, IV, p. 119.
  • 222 Quatre jours, deux de Qūṣ à Armant, et deux d’Armant à Assouan, selon Muhallabī, Taqwīm, p. 111 ; (...)
  • 223 Taqwīm, p. 112 ; II/I, p. 155 ; Garcin, loc. cit.
  • 224 Suivant Ibn Ğubayr, p. 58/p. 65, huit postes les séparaient.
  • 225 Sur cette route, voir Couyat, p. 141-143.
  • 226 La première durée est donnée par Taqwīm, p. 121/II/I, p. 167 ; la seconde par Iṣṭaḫri, p. 54 ; Idr (...)
  • 227 Le premier nombre de jours figure dans Taqwim, loc. cit. ; le deuxième dans Iṣṭaḫri, p. 35 ; et Ib (...)

38À rebours des transports lointains de l’Empire abbasside qui prenaient de quatre à quinze jours, ces trajets étaient souvent brefs : quelques heures pour les relais les plus rapprochés, comme Suḫna-Qabāqib ou Suḫna-Tadmur209 ; une journée pour ceux qu’une étape (marḥala) séparait, comme Le Caire-Bilbays210 ou Ludd-Qāqūn211 ; une et demie pour les colombiers légèrement plus éloignés, comme Damas-Bāniyās212 ou Qārā-Homs213 ; sinon deux, comme d’Alep à Rāwandān214, de Damas à Qārā215, Beyrouth216 ou Saïda217 ; ou trois, comme de Damas à Baalbek218, si un chemin différent ne l’abrégeait d’un jour219 ; mais davantage en marge d’empire : près de quatre d’Alep à Bahasnā220 et de cinq à Qal‘at al-Muslimīn221 (ou plutôt Qal‘at al-Rūm qui n’avait jamais quitté le nom de ses fondateurs, malgré la volonté du maître de l’empire) ; quatre de Qūṣ à Assouan222, sinon cinq223 et même huit, au rythme des caravanes224 ; enfin l’enfer de sable, l’abominable pays de la soif d’Assouan à ‘Ayḏāb225 coûtait aux convoyeurs vingt à vingt-sept jours à franchir : douze ou quinze, jusqu’aux mines d’or de Wādī ‘Allāqī226 ; puis huit, dix ou douze jusqu’au port de la mer Rouge227.

  • 228 Sur l’état des voies postales, voir Sauvaget (1941a), p. 35.
  • 229 La Venne de Choulot, p. 47.
  • 230 Benoist, p. 18, 19.

39Les montures cheminaient sans doute au pas, la plus lente des allures, pour ne pas secouer dur les messagers volants : le transport sur des routes poudreuses et défoncées qui semblaient sous la pluie des fleuves de boue228 risquait de les épuiser, d’en flétrir le plumage et même de les rendre impropres aux longs parcours229. Mais si les convoyeurs lançaient leur mule au galop, ils devaient attacher convenablement les paniers de repos, jamais à la ceinture, ni au harnais, et y maintenir les pigeons, sinon ils pouvaient en sortir étourdis ou congestionnés par les épreuves subies et devenir inutiles au lâcher230.

  • 231 Teonge, p. 106 ; Volney, p. 275 ; Carruthers, p. xx.
  • 232 Tavernier, I, p. 177, 178.

40Enfin, sous les Ottomans, les chevaux devaient couramment acheminer les voyageurs ailés, notamment entre Alep et Alexandrette231. Les 40 lieues (160 km) de route exigeaient plus de deux journées des cavaliers bien montés, trois petites pour les autres232.

  • 233 Rauwolf, p. 214-215/p. 145 ; Balbi, p. 108 ; repris par Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 234 Ces dangers sont évoqués par Dannenfeldt, p. 219-221.
  • 235 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.

41Cependant, dès 1574 et peut-être même plus tôt, un peu après 1514, quand le navigateur Albuquerque eut pris l’aride Ormuz pour l’incorporer à l’empire colonial portugais, la voie d’eau servit à nouveau au transport des pigeons, comme aux premiers temps du réseau abbasside. Les convoyeurs les emportaient de Bagdad vers Baṣra233 dans des embarcations entraînées par le Tigre, même si dans l’obscurité des flots nageaient les étoiles, malgré les écumeurs des marais et des canaux semés d’îlots qui rôdaient jour et nuit sur les eaux, guettant toute proie à détrousser à la faveur d’immenses forêts de roseaux ; ils devaient en surgir sans qu’aucun bruit ne les révélât pour dépouiller les victimes, puis s’y enfoncer pour disparaître234 ; ces périls ne pouvaient être contournés si les chemins de terre devenaient interdits par le sultan ottoman ou le šāh ṣafavide. De Baṣra, les pigeons descendaient le Šaṭṭ al-‘Arab où les deux fleuves de Mésopotamie s’unissent pour offrir leurs eaux à la mer et gagnaient le golfe Persique, où les bateaux livrés au pouvoir des vents propices qui règnent toute l’année les portaient jusqu’aux côtes dépouillées de l’île qui en gardait l’entrée235.

  • 236 Newberry toucha Ormuz le 4 septembre 1583, Purchas, IX, p. 498. Il avait dû quitter Basra après sa (...)
  • 237 Le 10 avril 1651, Tavernier quittait Basra, I, p. 319, pour aborder Ormuz le 1er mai, I, p. 324.
  • 238 En 1581, John Newberry s’embarqua de Basra le 30 mai, Purchas, VIII, p. 456, et parvint à Ormuz le (...)
  • 239 L’itinéraire est décrit par Ibn Ḫurradāḏba, p. 61-62/42. Jusqu’à Sīrāf, on comptait 120 parasanges (...)
  • 240 Willcoks, p. 30.
  • 241 Ragheb (1996), p. 190.
  • 242 Harant, II, p. 27/p. 35.
  • 243 Idem, loc. cit.

42Ces convoyages étaient désespérément longs : leur durée allait de 26 à 42 jours. De la capitale à Basra, les embarcations qui voguaient au gré du courant et des vents glissaient sur le fleuve 6 à 18 jours durant, suivant les saisons, et dépassaient peut-être 800 km de replis ; et, de Baṣra à Ormuz, ils mettaient encore plus de temps, malgré les voiles animées par le souffle des vents favorables : au minimum 20236, mais plutôt de 21237 à 23 jours238 pour couvrir quelque 176 parasanges (1 056 km)239, dont une centaine de kilomètres jusqu’à Fāw240, où le Šaṭṭ al-‘Arab porte son tribut à la mer ; puis ils longeaient le rivage persique en passant par six îles avant d’aborder la septième. Toutefois, la navigation était couramment retardée, sinon suspendue par les violentes tempêtes souvent écloses depuis la fin de l’été jusqu’à la fin de l’automne241. Enfin le voyage des pigeons que l’on portait de Baṣra à Bagdad242 traînait en longueur, qu’ils fussent convoyés dans des bateaux halés ou à dos de bête. De même, les oiseaux conduits d’Ormuz à Baṣra243 remontaient le golfe, puis le Šaṭṭ al-‘Arab plus lentement qu’en descendant.

  • 244 Qalqašandī, I, p. 118.
  • 245 Ğāḥiẓ, III, p. 254-255.
  • 246 Descendance, II, p. 117.
  • 247 Tout Alep le savait, d’après Russell, II, p. 204 n. 30.
  • 248 Coppin, p. 330.
  • 249 Gonzales, II, p. 628.
  • 250 Rocchetta, p. 66.

43Ces échanges périodiques de courriers aériens étaient nécessairement fréquents, s’ils n’étaient quotidiens, comme dans le réseau mamelouk244, où ils passaient tour à tour d’une liberté éphémère à un célibat passager : l’oiseau devait rester nomade et ne jamais devenir sédentaire, malgré la lenteur du convoyage. Il peut, en effet, oublier sa femelle : si elle disparaît de ses yeux pour un seul mois, puis qu’il la découvre continûment à l’ombre du colombier, en compagnie d’un nouveau mâle plus faible que lui, il paraît, indifférent, l’ignorer comme une étrangère, même après avoir longtemps partagé la douceur du nid. Ruse profonde de sa nature, comme on le pensait jadis245, alors qu’il n’affectait peut-être pas de ne plus la connaître : les pigeons dépariés deviennent souvent inconnus l’un à l’autre et ne se reconnaissent que rarement et parfois jamais, s’ils sont réunis après une séparation de quelques semaines d’hiver246. De plus, le messager risquait de perdre le fragile souvenir du nid et la confiance du maître, si sa captivité dépassait la quinzaine247 : aussi pour ne pas trop la prolonger et compromettre le retour, les pigeons revenaient souvent à vide, comme le révèlent des témoignages tardifs au xviie siècle d’un usage apparemment immémorial : à Damiette, ils regagnaient les airs au bout d’un certain temps, si aucune nouvelle n’en avait abrégé la détention ; aussi, dès leur retour, on vérifiait s’ils étaient chargés d’un pli248 et l’on n’était guère surpris de les en trouver démunis. De même, les marchands d’Alep les enfermaient à peine quelques jours ; si l’attente se prolongeait, ils préféraient les tirer des ombres et de la solitude pour confier les prochains billets aux nouveaux oiseaux249 fraîchement reçus. Mais comme il fallait d’incessants convoyages pour renouveler les provisions, ils ne pouvaient toujours offrir les bienfaits de la liberté à leurs messagers ailés après une captivité fugitive : certains les gardaient donc longtemps reclus avant de les laisser regagner les nues250.

  • 251 La Venne de Choulot, p. 50.
  • 252 À la fin de la guerre de 1870-1871, des pigeons rentrèrent de Port-de-Piles, dans la Vienne, à Par (...)
  • 253 Descendance, II, p. 117.
  • 254 Rabaud, p. 89.
  • 255 Chamberlain, p. 137.
  • 256 Reynaud (1896), p. 645-646.
  • 257 Un jeune perdu dès la première sortie rentra au bout de six ans, Hinnenberger, p. 28.
  • 258 Comme le rapportent Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 590 ; Ṭawq, p. 28.
  • 259 Wittouck (1898), p. 215-216.
  • 260 Gobin, p. 215-216.

44Cependant, cette prudence excessive peut sembler gratuite : le nid n’échappe jamais à la mémoire du pigeon, après deux mois de détention251 ; mais si elle en dure cinq ou six, le retour devient incertain : si les uns reviennent252, même après neuf mois d’exil253, d’autres rentrent lentement ou ne reparaissent pas, s’ils ont recouvré la liberté dans une région éloignée254. Seuls les voyageurs d’élite gardent un éternel souvenir du colombier qu’ils peuvent rejoindre après une longue prison : deux, trois255 ou cinq années256, voire six257 et peut-être même dix258. Toutefois ces brèves réclusions sont loin d’être superflues : une captivité prolongée affaiblit les messagers ailés259 ; ils viennent à languir pour abandonner leurs petits et cesser même de produire, si aucune échappée, même fugitive, dans l’air ne leur permet de se refaire et de jouir du soleil. Aussi certains éleveurs aménagent-ils dans les colombiers d’internement des volières pour offrir aux prisonniers l’ombre de la liberté avant de les rendre au ciel260.

LA FAIM ET LA SOIF APAISÉES AVANT L’ENVOLÉE

  • 261 La Perre de Roo (1877), p. 238.
  • 262 Comme à l’époque mamelouke, Hālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sul (...)
  • 263 Mégnin, p. 350.
  • 264 Rosoor, p. 131.
  • 265 Valle, I, p. 244/I, p. 416, probablement exagère en disant qu’on lui donnait « tout son saoul » de (...)
  • 266 Wittouck (1898), p. 185 ; Wittouck (1901), p. 205.
  • 267 Chamberlain, p. 179.
  • 268 Wittouck (1898), p. 205-206.

45La prudence imposait de ne pas lancer l’oiseau à jabot vide261 : s’il regagnait la terre pour apaiser la faim cruelle qui le torturait dans le ciel, il devenait une proie facile pour le chasseur. Cette précaution était de rigueur même s’il ne devait pas revenir d’une région éloignée262, bien qu’elle fût superflue : le pigeon ne descend pas des airs pour s’alimenter dans des parcours qui ne dépassent pas 300263 ou même 400 km264. Mais on ne devait pas le bourrer de grain265 pour ne pas l’exposer à une indigestion266 qui engendre la paresse267, ou qui peut réduire sa vitesse de retour268.

  • 269 Arvieux, V, p. 496. Il est indispensable de faire boire le pigeon avant lâcher, La Perre de Roo (1 (...)
  • 270 Wittouck (1898), p. 217.
  • 271 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76, 93.

46Plus sage était de l’abreuver, avant de le rendre à la liberté269. En effet, il éprouve un besoin impérieux et quotidien d’eau en nature270, dont il consomme des quantités relativement importantes (40 à 60 ml et même plus si les journées deviennent ardentes)271.

  • 272 Wittouck (1898), p. 65 ; Wittouck (1901), p. 62-63.
  • 273 La Perre de Roo (1877), p. 240-241.
  • 274 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 90.
  • 275 Particularité notée par Aristote, IX, 7 [613 a] ; Pline, X, p. 64, § XXXIV ; Boitard et Corbié, p. (...)
  • 276 Gonzales, II, p. 628, avait oublié d’abreuver le pigeon avant lâcher : ce dernier s’étant ensuite (...)
  • 277 Troilo, p. 611, 612.
  • 278 Russell, II, p. 203, n. 30 ; La Perre de Roo (1883), p. 286.

47Aussi souffre-t-il rapidement de la soif272 : il ne saurait y résister plus de dix heures d’affilée273, sous peine de s’épuiser et même de périr, alors qu’il peut rester une décade à jeun274. En plongeant le bec dans l’onde jusqu’aux narines sans renverser l’encolure pour en avaler vivement des gorgées d’un geste quasi chevalin275, il risquait de tremper le billet et même d’en effacer l’écriture276. Aussi, au xviie siècle, on prenait soin de laver la queue et les pieds des pigeons qui servaient de courriers aux marchands d’Alep, avant de les rendre au ciel d’Alexandrette pour les sauver des imprévisibles dangers des haltes : en rejoignant la terre pour savourer la fraîcheur de l’eau sous les feux du soleil et calmer l’ardeur qui les dévorait, ils risquaient de tomber sous les coups des chasseurs ou dans les serres des rapaces277 ; et, dans la factorerie anglaise, on plongeait leurs pieds, avant lâcher, dans un bain de vinaigre pour des bienfaits imaginaires : on espérait les garder frais par l’ingénieux artifice et permettre aux messagers de résister à l’attrait de l’eau offerte en chemin dont la vue ne devait guère éveiller leur soif, même s’ils étaient brûlés par un soleil dévorant : en les attirant vers la terre quand ils volaient librement dans le ciel, le voyage courait le risque d’être inutilement prolongé et le pli même d’être perdu278.

LE NOMBRE DE MESSAGERS

48Par sécurité, il ne fallait pas libérer de pigeon seul, mais lui donner un ou plusieurs compagnons de route : d’une part, il retrouve mieux son colombier en groupe qu’isolément ; d’autre part, le pli est sûr d’arriver à bon port. Mais le vol ne devait compter que des voyageurs du même sexe momentanément dépariés, le plus souvent des mâles qui filaient vers la femelle et la couvée dont ils avaient été privés.

  • 279 En 647/1250, celle de Mansūra ne fut annoncée que par un seul oiseau, comme le spécifiait le bille (...)
  • 280 Comme en 324/935-936 pour apprendre à Barīdī la mise à mort de l’eunuque Yāqūt, Miskawayh, I, p. 3 (...)
  • 281 En 693/1293, l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl, ‘Aynī, III, p. 228.
  • 282 Ainsi, en 646/1249, le sultan mourant apprit par trois fois que Saint Louis venait d’aborder à Dam (...)
  • 283 Tantôt les sources le spécifient, ‘iddat aṭyār, Tuḥfa, p. 33 ; et tantôt le pluriel aṭyār, ṭuyūr, (...)
  • 284 Du port à Damiette, plusieurs pigeons à la fois étaient libérés, Coppin, p. 330.
  • 285 Comme en Turquie ottomane, Moore, p. 29.
  • 286 Les troupes de pigeons qui fuient Jérusalem investie se répandent dans le ciel : ils doivent regag (...)
  • 287 Du Puy de Podio, p. 17.
  • 288 Les messagers de ‘Azāz ne lâchèrent que deux pigeons en 491/I098 pour informer l’émir du succès de (...)
  • 289 Elle apparaît dans la dépêche soumise à Nāṣir, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228, en 646/1248.
  • 290 Forme relevée dans La Villatte, p. 38, 39.
  • 291 Du Puy de Podio, p. 18-22 ; Keucker, p. 82-83 ; La Villatte, p. 38, 39.
  • 292 Tous les « pisteurs » ne deviennent pas des « reporters » : plusieurs sont voués à le rester le lo (...)
  • 293 Qalqašandi, I, p. 118-119 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūtī, II, p. 314.
  • 294 Ibn Nāzīrī al-Ğayš, p. 124, 125 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234, 235 ; Maqrizī, loc. cit. ; S (...)
  • 295 Maqrīzī, loc. cit. ; Suyūṭī, loc. cit.

49Le nombre d’oiseaux simultanément rendus au ciel dépendait non seulement de la coutume, de l’urgence de la dépêche et des réserves du colombier, mais également de maints éléments, comme la distance à franchir, les accidents de parcours, les conditions atmosphériques ou la direction et l’intensité des vents. Aussi pouvait-on n’en lâcher qu’un, même si le trajet était immense, l’événement qui venait de s’accomplir considérable, le message dont il était dépositaire lugubre et pressant (bataille279, exécution280 ou meurtre de sultan281), comme on pouvait libérer une volée de trois282 ou davantage283 sur un chemin relativement court284, cinq ou six285 sans doute, sans peut-être obscurcir le ciel par une nuée286, ni même dépasser la vingtaine pour éviter le trouble et le désordre qui menaçaient d’éclater pendant les trajets de long cours, notamment si un orage subit venait à surprendre la bande qui pouvait être flagellée par un vent ou une pluie inique287. Mais le plus souvent, le vol se réduisait à deux messagers288 : « l’oiseau et son compagnon » (al-ṭāir wa rafiquhu)289, comme les désignait parfois la dépêche. La formule est limpide : le premier tenait la tête, dirigeant la marche, le second suivait fidèlement. L’armée française partageait également ses pigeons en deux classes, les « reporters » ou « reporteurs »290 et les « pisteurs » ou « suivants »291. Ce langage militaire mériterait d’être repris, si le temps ne l’avait noyé dans l’oubli. Tous les jeunes commençaient par suivre les vieux meneurs. Puis l’entraînement permettait de les distinguer : les meilleurs passaient guides, mais les autres ne changeaient jamais d’état, voués à servir d’ombre au conducteur qu’ils ne devaient perdre de vue, sous peine de s’égarer, car ils n’apprenaient jamais le chemin du retour292. Même les Mamelouks dont le réseau abritait une masse prodigieuse de voyageurs ailés n’en lâchaient d’ordinaire qu’une paire293 : « l’oiseau » qualifié de « béni » (maymūn), pour attirer sur lui la protection divine contre les dangers de la route, et son éternel « compagnon » qui n’avait pas droit à l’épithète294. Régulièrement entraînés à revenir par la même voie sur une faible portée, les deux messagers volants la connaissaient finalement si bien que, par tout temps et tout vent, le message était sûr de parvenir à bon port. Si l’un rentrait solitaire, l’autre était sitôt recherché, sinon dans l’horizon épié, car un colombier étranger pouvait l’avoir attiré295, spécialement si le maître lui avait offert à boire ou à manger.

  • 296 Mas Latrie, III, p. 666 ; Michaud (1825-1829), V, p. 560.

50Enfin si le trajet de retour était relativement court, les messagers pouvaient prendre le chemin du ciel à des heures de distance, au lieu de recevoir simultanément l’envolée. Ainsi le commandeur de Tripoli, Ruidecœur envoya en 1282 trois lettres le même jour pour hâter la venue du seigneur de Gibelet, « l’une à tierce, l’autre apres none et l’autre avant que le soleil fu cochiés296 ». En clair, la première le matin, le deuxième l’après-midi, enfin la dernière avant le déclin du jour.

  • 297 Comme en 693/1293, pour annoncer le meurtre d’Ašraf Ḫalīl, ‘īaynī, III, p. 228.
  • 298 Qalqašandī, I, p. 119.
  • 299 En 712/1312-1323, les pigeons tombent sous les traits des Mongols qui assiègent en cercle Raḥba, I (...)

51Parfois, l’« oiseau béni » était libéré sans « compagnon » de voyage, même si un funeste message lui était confié297, bien qu’un accident pût l’empêcher de regagner son nid298, d’autres fois les villes investies lâchaient des bandes de pigeons299, si la pénurie ne les condamnait à n’en délivrer qu’un pour ne pas les gaspiller et en épuiser les réserves, malgré les périls du chemin : un rapace risquait de s’abattre sur lui du fond du ciel pour le dévorer et l’ennemi d’intercepter le billet.

  • 300 Teonge, p. 106.
  • 301 Teonge, loc. cit. ; Troilo, p. 612.
  • 302 Balbi, p. 108.
  • 303 Comme le recommande Samuel Hannagīd, p. 105, en 434/I042 à son fils Joseph, dans le poème qui lui (...)

52Quant aux particuliers dont les colombiers menaçaient de rapidement se vider si les envois s’enchaînaient à intervalles pressés, ils ne renvoyaient d’ordinaire dans l’espace qu’un nombre réduit de messagers, surtout sur une faible distance : ainsi, les marchands n’en lâchaient souvent qu’un300 ou deux301 d’Alexandrette vers leur nid d’Alep qui n’était qu’à 100 km à tire-d’aile. Mais si la longueur du voyage rendait incertain le retour des pigeons, comme de Basra à Bagdad, ils pouvaient en libérer plusieurs302. Toutefois, une précaution s’imposait si deux messagers s’envolaient au même colombier. Ils ne devaient pas s’élancer ensemble dans les airs : le second ne recouvrait la liberté que lorsque le premier avait gagné le vaste ciel303 pour le suivre à distance.

L’OISEAU FÊTÉ

  • 304 La prise de trois villes (Homs, Ḥamā et Šayzar) et la chute prochaine d’Alep assiégée, Itti‘āẓ, I, (...)
  • 305 Ibn Iyās, I/II, p. 546 ; III, p. 138 ; Histoire, p. 154.
  • 306 Ibn Iyās, I/II, p. 416.
  • 307 Itti‘āẓ, I, p. 275, 276.

53Les messagers qui filaient dans les airs suscitaient parfois plus d’allégresse au retour de la captivité que ceux qui volaient sur terre ; aussi les oiseaux porteurs d’une grande nouvelle pouvaient-ils être honorés, comme ce voyageur ailé qui, en 382/992, fut conduit en triomphe par deux villes (Fusṭāṭ et Le Caire) dans une cage recouverte de brocart pour célébrer les conquêtes fatimides en Syrie qu’il venait d’annoncer304, alors que pareils hommages n’étaient jamais rendus aux courriers de la terre : la gratitude ne consentait d’ordinaire qu’à les revêtir de robes d’apparat305, honneur si commun qu’il en devenait banal, fussent-elles de prix et garnies de martre zibeline306. Cependant, cette marche triomphale ne devait être qu’une promenade infligée : les ovations du peuple en liesse ne pouvaient qu’affoler l’oiseau. Elle ne fêtait pas seulement la victoire, mais également l’exploit du messager volant, aussi merveilleux qu’inusuel : aucun n’était revenu d’une prison si lointaine (Damas probablement). Les deux pigeons rentrés de Syrie au cours des mois suivants307 échappèrent à la parade : ils n’apprenaient que des mouvements d’armée.

  • 308 Selon les termes mêmes de Chapuis repris par La Perre de Roo (1881), p. 67-68 ; et Lempereur, p. 4 (...)

54Le spectacle singulier ne fut probablement jamais renouvelé dans la capitale, ni dans aucune cité musulmane. Mais des transports de joie suscitèrent une promenade imprévue à Liège au cours de l’été 1820, quand le voyageur ailé d’une société colombophile du faubourg d’Amercœur gagna le premier prix en revenant de Paris. Ce retour parut si prodigieux qu’il fut triomphalement mené en loge dans un cortège chargé d’en égayer la marche. Il parcourut à pas lents la ville en joie, « précédé de deux joueurs de violon qui célébraient sa victoire, et suivi de deux pièces de canon dont les décharges, à l’entrée de chaque rue, annonçaient le passage du vainqueur308 ». Rien de nouveau sous le soleil...

  • 309 Lempereur, p. 45.

55Ces parades furent poursuivies en Belgique jusqu’au début du xxe siècle, comme le prouve une photo qui perpétue le souvenir d’un panier d’osier qui servait à la société Le Faucon d’Anderlecht vers 1900 à promener en triomphe les lauréats des concours sur une charrette par les voies du village pour les livrer aux joies de la foule. Gigantesque et paré de fleurs de papier, il revêtait une forme de podium où les pigeons étaient échelonnés par ordre de dignité. Au sommet, trônait le vainqueur ; à ses pieds, les seize suivants occupaient deux compartiments médians, six dans le supérieur, dix dans l’inférieur ; enfin, tout en bas, étaient relégués les derniers309.

TRANSFORMATION DE L’OISEAU SUIVANT LA NOUVELLE

  • 310 ‘Imād al-Dīn, p. 18/p. 20.
  • 311 « Cascuns de nos colons ait la teste plumée : Çou est senefiance la vile est apressee », CJ, § 90. (...)
  • 312 En 680/1281, la défaite de l’armée mamelouke face aux Mongols à Qaryatayn fut annoncée à Damas par (...)
  • 313 Selon l’expression de Imād al-Dīn, p. 18/p. 20.
  • 314 Baybars, p. 199 ; Tuḥfa mulūkiyya, p. 168 ; ‘Ayn‘ī, II, p. 280.
  • 315 Tuḥfa mulūkiyya, p. 101.
  • 316 En 680/I281, pour annoncer la victoire musulmane sur les Mongols après une défaite qui changea le (...)
  • 317 Maqrizī, I, p. 476 ; passage traduit par Silvestre de Sacy, p. 404-405.
  • 318 Renseignement recueilli par Silvestre de Sacy, p. 405.
  • 319 En 842/I439, une foule d’Aleppins s’était inondée de safran pour fêter la prise de l’ennemi, Abū l (...)

56Les courriers des airs revêtaient parfois les signes conventionnels du deuil ou de la joie, surtout s’ils revenaient sans pli, l’ayant perdu ou le temps ayant manqué pour en griffonner un, si bien que l’on devinait la nouvelle dès leur tombée des nues : les oiseaux de malheur, qu’un grand lettré féru de mélodieux calembours devait appeler « pigeons de la mort » (ḥimām al-ḥimām)310, pouvaient avoir la tête déplumée pour marquer la détresse résultant d’un siège, sous les Fatimides311 ou le corps barbouillé de noir sous les Mamelouks312, couleur annonçant la défaite infiniment mieux que « les lettres de l’humiliation » (kutub al-kabt)313 que l’on n’avait pas toujours le courage d’écrire. En revanche, les oiseaux de bon augure (aṭyār al-bašā‘īr)314 que l’on qualifiait de « fortunés » (ayāmin)315 prenaient une teinte jaune ou rouge produite par le ḫalūq316, s’ils en étaient enduits. Ce parfum épais où le safran se mêlait tantôt au musc317, tantôt à des substances moins onéreuses, comme les essences de rose et de santal318, servait couramment à fêter les événements heureux319. Ainsi, les messages des airs n’étaient pas toujours confiés à l’écriture : ils pouvaient s’exprimer dans un langage muet, sans une ombre d’incertitude, sur le messager et se lire même de loin dans l’adversité et la félicité ou s’exhaler de près, s’il demeurait toutefois vaguement odorant, car les douces senteurs dont on l’avait baigné se dissipaient souvent dans le ciel, surtout si la pluie l’avait trempé, le vent battu ou un imprévu longtemps retardé.

  • 320 Comme le premier pigeon qui, en 1203-1204, regagna Acre. Mais un second pigeon muni d’une lettre r (...)

57Enfin, pour les croisés d’Asie, un fil rouge au cou pouvait paraître d’un triste augure par sa couleur qui dénonçait guerre ou sang, si le messager était sans message320.

FIN DES LÂCHERS : LE REPOS APRES LE DERNIER RETOUR

  • 321 Ğāḥiẓ, III, p. 224-225.
  • 322 Boitard et Corbié, p. 11-12, 64 ; Lullin, p. 105. Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299, parle des pigeo (...)

58Proches ou lointains, les voyages cessaient dès que l’oiseau avait acquis un certain âge321 : il était désormais perdu pour la transmission des nouvelles et le peuplement du colombier ; les fruits de sa vieillesse n’offraient plus les promesses du printemps de sa vie : ses œufs risquaient d’être clairs, ses petits, faibles et rabougris. Néanmoins, chargé d’ans, il n’était pas voué à devenir inutile : il pouvait rester nécessaire s’il réchauffait les couvées étrangères et nourrissait les pigeonneaux dont il était désormais privé322.

Notes

1 Ğāḥiẓ, III, p. 217.

2 Gigot (1889), p. 118 ; Wittouck (1901), p. 176.

3 La Perre de Roo (1877), p. 223 ; Wittouck (1901), p. 201.

4 Gigot (1889), p. 117 ; Rosoor, p. 75 ; Boeve (1898), p. 13 ; Secrets, p. 55.

5 Rodenbach, p. 115.

6 Ğāḥiẓ, III, p. 223.

7 Malaterra, p. 50.

8 Ḫālīdī, fol. 105 r° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 117 n. En Europe, il a longtemps joui de la faveur qu’il a connu dans l’Orient : au xixe siècle, il inspirait la confiance des colombophiles, Chapuis, p. 210 ; Benoist, p. 132. Aussi l’armée française le préférait-il pour sa fidélité à la femelle dont il ne perd pas le souvenir, même après une longue réclusion, Du Puy de Podio, p. 87.

9 Ğāḥiẓ, loc. cit.

10 Rodenbach, p. 115 ; Secrets, p. 55.

11 Expression consacrée pour désigner la période précédant la ponte pendant laquelle le mâle poursuit continuellement sa femelle, Gigot (1889), p. 47. Ğāḥiẓ, III, p. 165, use d’une expression similaire : tard.

12 La Perre de Roo (1877), p. 211 ; Rodenbach, p. 116 ; Secrets, p. 56.

13 Gigot (1889), p. 117.

14 Chapuis, p. 210 ; La Perre de Roo (1877), p. 210.

15 La Perre de Roo (1877), p. 223-224.

16 Rodenbach, p. 116.

17 Rodenbach, loc. cit. ; Wittouck (1901), p. 201 ; Secrets, p. 56-57.

18 Chapuis, p. 210.

19 La Villatte, p. 43.

20 Alpin, I, p. 86.

21 Valle, I, p. 244/I, p. 416.

22 III, p. 278-279. Décrite tardivement par Alpin, I, p. 86 ; Valle, I, p. 244/I, p. 416.

23 Gigot (1904), p. 265.

24 Gobin, p. 189-190.

25 D’après Van der Linden, p. 165.

26 Wittouck (1898), p. 183-186.

27 Chard, p. 66.

28 Wittouck (1901), p. 203-204 ; Poulain, p. 88-90 ; Van der Linden, p. 164-166 ; Delcroix, p. 42-52 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 114-115 ; Stevent, p. 276-295 ; Chard, p. 65-66 ; Lempereur, p. 105.

29 Van der Linden, p. 165.

30 Chard, p. 65-66.

31 P. 204-205. Maints voyageurs d’Occident en parleront des siècles durant, Frescobaldi, p. 52 ; Rocchetta, p. 66, 67 ; Castela, p. 190-191 ; Coppin, p. 330 ; Brémond, p. 121 ; Troilo, p. 612 ; Arvieux, V, p. 496 ; Russell, II, p. 203, n. 30 ; Niebuhr, II, p. 196 ; Volney, p. 275.

32 Élien, p. 91, livre 9, § 2 ; RE, IV/B, p. 2494 (Taube) [Steier] ; RE, V/A, p. 69 (Taurosthenes) [Fiehn]. Un récit similaire est faussement attribué aux Métamorphoses d’Ovide par Moore, p. 30 ; Chamberlain, p. 16.

33 Ğāḥiẓ, III, p. 151 ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwàṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 272 ; Masālik, éd. Ḥamdān, p. 88 ; Ibn al-Durayhim, fol. 85 v° ; Damīrī, I, p. 259/I, p. 591 ; Ṭawq, p. 30.

34 Aristote, IX, 7 [613 a], Élien, p. 4, livre 1, § 15, Characteristics, I, p. 204, 205 [III. 45], notent que les pigeons se relaient sur le nid ; Pline, X, p. 83, § 159, et Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299, que le mâle réchauffe les œufs le jour, la femelle la nuit ; Nuwayri, X, p. 273, que la femelle couve plus longtemps que le mâle. Sur le partage de l’incubation, voir Moore, p. 11 ; Buffon, IV, p. 326-328 ; Millet-Robinet, p. 155 ; Lullin, p. 103-104, 107 ; Espanet, p. 57 ; Pelletan, p. 51 ; Gayot, p. 188 ; Chapuis, p. 85 ; La Perre de Roo (1877), p. 156 ; Gigot (1889), p. 38 ; Rosoor, p. 97 ; Mégnin, p. 254 ; Wittouck (1898), p. 107-108 ; Boeve (1898), p. 17 ; Blanchon, p. 95 ; Wittouck (1901), p. 116-117 ; Lamarche, p. 6-7, 54 ; Renaudet, p. 78 ; Brechemin, p. 33 ; Castagnet, p. 21 ; Zaepffel, p. 83 ; Poulain, p. 57 ; Grzimek et Fontaine, VIII, p. 231, 237 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 117 ; Stevent, p. 236.

35 Gigot (1889), p. 46 ; Delcroix, p. 51.

36 Boitard et Corbié, p. 72 ; Millet-Robinet, p. 162 ; Lullin, p. 114-115 ; Chapuis, p. 118-120 ; Gayot, p. 298-299 ; La Perre de Roo (1877), p. 158, 239 ; Gobin, p. 114-116 ; Rodenbach, p. 197 ; Wittouck (1898), p. 277 ; Gigot (1889), p. 277 ; Boeve (1893), p. 147 ; Boeve (1898), p. 95 ; Wittouck (1901), p. 122, 202, 289-291 ; Lamarche, p. 65 ; Castagnet, p. 43 ; Brechemin, p. 89-90.

37 Chapuis, p. 211.

38 La Perre de Roo (1877), p. 239.

39 Benoist, p. 132.

40 Zaepffel, p. 84.

41 Ğāḥiẓ, VII, p. 68.

42 Idem, III, p. 282.

43 Boitard et Corbié, p. 66.

44 Espanet, p. 57.

45 Millet-Robinet, p. 160.

46 Boitard et Corbié, p. 66 ; Lullin, p. 106.

47 Boitard et Corbié, p. 11-12, 64 ; Lullin, p. 105.

48 Ğāḥiẓ, III, p. 153-154, 157.

49 Idem, III, p. 254-255.

50 Lullin, p. 109.

51 Le pigeon est effectivement friand de sucre qu’il prend sans rechigner, Gigot (1904), p. 64-65, 270.

52 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 90. On croyait même jadis que le pigeon, dépourvu de palais, ne pouvait goūter les aliments, Gigot (1889), p. 80.

53 Malaterra, p. 50 ; Edgington, p. 169.

54 Brechemin, p. 50-51 ; Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 99 ; Stevent, p. 125. Mais, pour certains colombophiles, les pigeons en sont si friands que leur appétit renaît, dès qu’on leur en jette, même s’ils sont repus, Gigot (1889), p. 23 ; Gigot (1904), p. 58-59.

55 Schiltberger, p. 68/p. 53.

56 Maqrīzī, II, p. 211 ; Ẓāhirī, p. 117 ; Casanova, p. 597.

57 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 100.

58 Schiltberger, loc. cit.

59 Évoqués par Qawwās, Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 252.

60 Ibn Iyās, I/I, p. 516. Des vervelles servaient également de plaques d’identité en fauconnerie, Viré (I), p. 292.

61 Rawandī, p. 205. Goushegir, p. 18, a dénaturé ce passage : les léopards (yūz) sont devenus des lévriers, les autours (bāz) des faucons, et les colliers (qilāda) des bagues.

62 Mīr-Ḫwānd, IV, p. 320 ; M. Th. Houtsma, El, III, p. 139 (Maḥmūd b. Muḥammad b. Malikshāh) ; Grousset, I, p. 522-523.

63 Ibn Iyās, I/I, p. 516.

64 Cette indication ne figure que dans un passage de Masālik, éd. Sayyid, p. 42, traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 117 n. ; et repris dans Maqrīzī, II, p. 211.

65 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

66 Masālik, éd. Sayyid, loc. cit.

67 Ludolph de Suchem, p. 61/p. 80.

68 Seul Schiltberger, p. 68/p. 53, la signale sur les pigeons captifs de la citadelle du Caire.

69 Ibn Iyās, I/I, p. 516.

70 Van Linschoten, p. 16, signale les anneaux mis à leurs pieds.

71 Goushegir, p. 29.

72 Ḫāqānī, p. 260 ; Maḥğūb, I, p. 134, 135. Goushegir, p. 18, l’a converti en bague.

73 Ibn al-Aṯīr, XI, p. 125 ; Ibn Wāṣil, V, p. 220,221 ; Abū 1-Fidā, III, p. 164 ; Nuwayrī, XXIV, p. 247 ; Itti‘āẓ, I, p. 275 ; Ẓāhirī, p. 117.

74 Malaterra, p. 50.

75 Symon Semeonis, p. 46.

76 Balbi, p. 108 ; Valle, I, p. 244/p. 416.

77 Tucher, p. 370 a ; Jean de Solms, p. 110 b.

78 La version allemande de Fabri, p. 145.

79 Utilisé par Arnold von Harff, p. 76, 78, pour rédiger sa relation.

80 Harant, II, p. 198.

81 Moore, p. 29.

82 Teonge, p. 106 ; Russell, II, p. 203 ; 204, n. 30.

83 Lettres édifiantes..., I, p. 198.

84 Épreuves courantes dans les loges collectives, Gibault, p. 14.

85 Lempereur, p. 115.

86 Benoist, p. 18.

87 Gigot (1904), p. 286.

88 Russell, II, p. 203, n. 30.

89 Selon Balbi, p. 108, les pigeons de Bagdad que l’on portait captifs à Baṣra pour y être lâchés ne devaient pas voir trop de lumière.

90 En 491/1098, les messagers de l’émir de ‘Azāz tirent de leur poitrine deux pigeons qu’ils ont emportés blottis, Albert d’Aix, p. 438 ; de même, en 1125, l’émissaire de ‘Azāz dissimule un oiseau, serré contre son sein, ACC, p. 74. Même les nageurs qui convoyaient les pigeons lors du siège d’Acre en 586/I190 les portaient parfois dans une poche ménagée sur le sein, Sibṭ, VIII/I, p. 404.

91 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

92 Comme ceux qui furent libérés en 222/837 à Barzand pour annoncer la capture de Bābak, Mas‘ūdī, IV, § 2809 ; ou ceux qui informaient de l’approche des Carmathes, du canal de Zubārā à Bagdad en 315/927, Miskawayh, I, p. 179/I, p. 202 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 272.

93 Rousseau, p. 52 ; Morgan, p. 259. Tours et détours se multiplient au sud de Bagdad, Chesney, I, p. 35. Le grand voyageur Thévenot, p. 106, qui n’avait pas vu de lit plus tortueux que celui du Tigre, croyait les bancs de pierre ; Andrew, p. 103, les prenait pour des bas-fonds.

94 Andrew, p. 103 ; Taylor, p. 85.

95 Selon Thévenot, p. 116, le Tigre était si lent, qu’à peine voyait-on de quel côté il coulait.

96 Valle, I, p. 371-372/I1, p. 217-218 ; Tavernier, I, p. 279 ; Rousseau, p. 51 ; Kinneir, p. 464 ; Porter, II, p. 259-260 ; Buckingham, p. 317-318 ; Rich, II, p. 128 ; Andrew, p. 31, 102 ; Chesney, I, p. 25, 32, 39 ; II/II, p. 633-636 ; Oppert, I, p. 80-81 ; Cholet, p. 261-263, 267 ; Ritter, p. 142-143 ; Hornell, p. 26-29 ; Rougé, p. 42-43 ; Tardieu, p. 75-95.

97 Le terme n’a été recueilli que par Aucher-Éloy, p. 212. Son orthographe demeure incertaine : abras ? ou abras ?

98 Ils sont absents des deux listes d’embarcations utilisées sur le Tigre, celle d’Azdī, p. 107, et celle de Gildemeister, p. 439. Mais ces dernières sont incomplètes : elles ne signalent pas le ḥadīdī, et la première, de plus, ignore le qurqūr, bien qu’il ne soit pas inconnu des sources, Tuḥfa, p. 257.

99 Le terme akkadien kalakku vient du sumérien, AD, VIII, p. 62-63 ; Kindermann, p. 89 ; Tardieu, p. 75, n. 20 ; Gignoux, p. 89-91.

100 Les embarcations qui descendaient de Tall Fāfān à Mossoul (Farağ, III, p. 40) ou de Mossoul à Bagdad (Miskawayh, II, p. 176) ne pouvaient être que des radeaux, comme probablement le zawraq de Tuḥfa (p. 256), les zawārīq qui suivaient le fil du Tigre (Ṣūlī, p. 76 ; ‘Uyūn, IV/I, p. 153, 154, 323, 330) ou qui étaient amarrés dans le port de Takrit (Ṣūlī, p. 244). D’autres noms sont donnés aux radeaux : ṭawf, āma et ‘abara, voir Duğaylī.

101 Selon Hérodote, I, p. 189, la carcasse de l’embarcation était vendue à la criée et les peaux empilées sur les ânes pour regagner l’Arménie. Le procédé n’a pas changé au cours du temps, Valle, I, p. 372/II, p. 218 ; Aucher-Eloy, p. 212 ; Andrew, p. 102 ; Layard (1849), II, p. 98 ; Chesney, II/II, p. 635 ; Hornell, p. 28 ; Tardieu, p. 78.

102 Ionidès, p. 116, 161 ; Pardé, p. 528, 529 ; Vaumas (1955), p. 165-166, 181 ; Vaumas (1962), p. 239 ; Vaumas (1965), p. 92.

103 Quatre milles et quart par heure, selon Chesney, I, p. 32 ; six kilomètres d’après Willcoks, p. 28.

104 « Cheap camelier », Chesney, I, p. 32 ; II/II, p. 635.

105 Niebuhr, II, p. 287 ; Chesney, I, p. 32 ; Baedeker, p. 395.

106 De quatre à cinq jours, suivant Porter, II, p. 260. En 1852, le voyage d’Oppert en dura effectivement cinq de Mossoul à Bagdad, du 22 au 27 mars (et non pas mai, comme dans le texte), I, p. 82, 87.

107 Thévenot, p. 116.

108 Cholet mit six jours (11-17 mars 1892), p. 294, 317 ; comme Hornell, p. 28.

109 Comme Rich en 1821 (3-12 mars), II, p. 128, 157, 349, 366.

110 84 heures, selon Layard (1849), II, p. 97.

111 Vaumas (1955), p. 166.

112 Vaumas (1955), p. 165 ; Vaumas ( 1962), p. 239.

113 Willcoks, p. 28.

114 Délai mis par Thévenot en 1665 (8-16 août), p. 106, 117 ; et Layard (1867) en 1850 (18-26 octobre), p. 260, 266.

115 Selon Porter, II, p. 260, la descente estivale prenait de 8 à 10 jours.

116 Baedeker, p. 395.

117 Niebuhr, II, p. 287 ; Chesney, I, p. 32.

118 Layard (1849), II, p. 97-98 ; Hornell, p. 28.

119 Ionidès, p. 116 ; Pardé, p. 524 ; Vaumas (1955), p. 165.

120 Prouesse d’Ibn Šaddād en rağab 578/octobre 1182, Nawādir, p. 57 ; repris par Abū Šāma1, II, p. 33 ; Ibn Wāṣil, II, p. 122 ; Lyons et Jackson, p. 179 ; Tardieu, p. 81. En octobre, le voyage pouvait durer 8 jours, comme en 1850 pour Layard (1867), p. 260, 266.

121 Vaumas (1955), p. 165.

122 Budge mit six jours en février 1889, II, p. 87-120.

123 Délai de Mouzaffer-Czaykowski (3-10 novembre 1898), p. 176.

124 Tavernier mit dix jours de Mossoul à Bagdad (15-25 février 1651), I, p. 280, 285.

125 Vaumas (1955), p. 167, 172.

126 Idem (1955), p. 170.

127 Idem (1955), p. 171.

128 Idem (1955), p. 172.

129 En 327/938, Rādī prit la voie du fleuve de Bagdad à Mossoul, Miskawayh, I, p. 405/I, p. 450.

130 Conservés au British Muséum et commentés par Héron de Villefosse, p. 102-103. Ces trajets à contre-courant furent tardivement abandonnés, Niebuhr, II, p. 288.

131 La vitesse horaire du halage est de un kilomètre, d’après Jouanique, p. 73 ; de un à deux, selon Barrière, p. 53 ; Saffroy, p. 64 ; le cheminement journalier de 10 à 12, Picard, I, p. 247.

132 Rousseau, p. 51.

133 Il n’était même navigable qu’entre ces deux villes, Tavernier, I, p. 189.

134 Vaumas (1955), p. 181.

135 Idem (1965), p. 92.

136 Idem (1955), p. 183.

137 Idem (1955), p. 181.

138 Willcoks, p. 29.

139 Cette formation apparaît dans Idrīsī, p. 385. Elle n’est donc pas moderne, comme le prétend A. Baram, EI2, IX, p. 380 (Shaṭṭ al-‘arab).

140 Ya‘qūbī, p. 323/p. 166 ; Ibn Ḫurradāḏba, p. 59/40 ; Ibn Rusta, p. 87, 94, 95, 185/p. 96, 105, 106, 214 ; Balāduri, p. 356 ; Qudāma, p. 240/I81 ; Mas‘ūdī, I, § 235 ; Tanbīh, p. 52 ; Bakri, I, p. 235, 236 ; Idrisī, p. 383, 671 ; Ibn Serapion, p. 28/296, 299, 300-301 ; Yāqūt, I, p. 770 ; II, p. 553 ; III, p. 745 ; Taqwīm, p. 43/II/I, p. 54 ; Ibn ‘Abd al-Mu‘min, p. 234, 421.

141 Ibn Rusta, p. 95/p. 106.

142 Dimašqī, p. 96/p. 117. Changement évoqué par Mas‘ūdī, I, § 235.

143 Ya‘qūbī, p. 320-323/p. 162-167 ; Ibn Ḫurradāḏba, p. 59/40 ; Ibn Rusta, p. 185/p. 214 ; Idrisī, p. 670-671. Le Strange, p. 43, prétend à tort que l’estuaire était indifféremment appelé Fayd et Diğla al-‘awrā‘. Pellat, p. 20, fut égaré par ce passage. S’il avait lu Yāqūt, III, p. 931, il aurait su que le Fayd prolongeait le canal d’Ubulla, Al-‘Alī, p. 82.

144 Ibn al-Faqīh, p. 187/p. 227 ; Iṣṭaḫrī, p. 81 ; Ibn Ḥawqal, p. 236/I, p. 229.

145 Ionidès, p. 161 ; Pardé, p. 524, 562 ; Vaumas (1955), p. 165, 181.

146 Pardé, p. 516. En juin et juillet, le vent souffla du nord-ouest, sauf quelques jours du sud-est, Niebuhr, II, p. 166 ; puis les vents nord ou nord-ouest régnèrent, sauf quelques jours en août et en septembre, II, p. 186.

147 Baedeker, loc. cit. Légèrement plus, 805, d’après Willcoks, p. 27.

148 Taylor, p. 78.

149 Porter, II, p. 261. Newberry mit sept jours en 1581 (24 avril-1er mai), Purchas, VIII, p. 455 ; comme Kinneir, p. 500, en août 1814. Les bateaux à vapeur en prenaient de cinq à six, par hautes eaux, Baedeker, p. 401.

150 Huit ou neuf, Federici en 1563, p. 6 ; Fitch en 1583, Purchas, X, p. 167 ; Ryley, p. 53. En 1580, Balbi fit le voyage en huit jours (13-21 mars), p. 98, 102 ; Purchas, X, p. 145 ; comme Rich en 1821 (11-19 mai), II, p. 159, 175, 367, 374 ; et, en mars 1651, Tavernier en dix, I, p. 297 ; comme Plaisted en avril 1750, p. 121.

151 Laps de temps pris par Fitch en 1583 : parti le 27 juillet, il était parvenu à destination le 6 août, Purchas, IX, p. 494.

152 Federici, p. 6.

153 Thévenot, p. 304.

154 Idem, p. 306.

155 En 366/976-977, Rāḍī remonta le Tigre de Baṣra à Bagdad par les marais, Miskawayh, II, p. 367/II, p. 401.

156 Tavernier, I, p. 304.

157 Plaisted, p. 127.

158 Beawes, p. 25.

159 Harant, II, p. 27/p. 35.

160 Rauwolf, p. 145 ; Plaisted, p. 64.

161 Durée du voyage d’Eldred et de Federici, Dannenfeldt, p. 120.

162 Tavernier, I, p. 304.

163 Idem, I, p. 189.

164 D’après Teixeira, Dannenfeldt, p. 120.

165 Tavernier, I, p. 304.

166 D’après Eldred, Dannenfeldt, p. 120.

167 Tavernier, I, p. 304.

168 Pardé, p. 516.

169 Niebuhr, II, p. 197.

170 Vingt et un jours de Basra à Lamlūm, Niebuhr, II, p. 198.

171 Balbi, p. 98-99 ; passage traduit dans Purchas, X, p. 145.

172 Cartwright dans Purchas, VIII, p. 483.

173 Vaumas (1955), p. 190.

174 L’Euphrate est navigable toute l’année, Andrew, p. 49, 50, 51.

175 Vaumas (1955), p. 190-191 ; Vaumas (1965), p. 93.

176 Pardé, p. 529. Cartwright croyait à tort en 1603 que les mois les plus favorables pour la navigation étaient avril et octobre, lorsque les pluies abondantes gonflaient l’Euphrate, Purchas, VIII, p. 483 : les eaux étaient hautes en avril, mais basses en octobre.

177 Ce trafic fluvial est signalé par Maqdisī, p. 124.

178 Taqwīm, p. 296/II, p. 70-71.

179 Ibn Rusta, p. 185/p. 213.

180 Ya‘qūbī, p. 323/p. 166.

181 Idrīsī, p. 666.

182 ‘Alā ẓuhūr al-riğāl, selon les termes de Ğāḥiẓ, III, p. 213.

183 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Hawqal, p. 235/I, p. 227 ; Idrīsī, p. 666.

184 Un selon Iṣṭaḫrī, p. 79 ; deux, d’après Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227 ; Idrīsī, p. 666. La distance de Bagdad à Takrī était de quatre jours environ, selon Taqwīm, p. 295/II/II, p. 70.

185 Parti de Bagdad le 15 safar 580/28 mai 1184, Ibn Ğubayr parvint à Mossoul le 23 ṣafar/5 juin, p. 230, 234/p. 263, 269.

186 Les caravanes pouvaient en mettre douze, Plaisted, p. 122, ou dix-sept, Hommaire de Hell, I/II, p. 465 ; Tardieu, p. 79 n. 40, 81 n. 44.

187 Idrīsī, p. 657.

188 Idem, p. 655-657.

189 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Idrīsī, p. 383, 666.

190 Huit étapes selon Iṣṭaḫrī, loc. cit. ; Ibn Ḥawqal, loc. cit. ; mais sept, d’après Idrīsī, p. 383, 666.

191 Route décrite par Qudāma, p. 225-226/p. 170 ; Le Strange, p. 82. Elle semble avoir été suivie par Ibn Battūta, II, p. 7-8.

192 Ya‘qūbī, p. 308/p. 139. L’aller-retour se faisait en six jours, Ibn al- Ğawzī, XV, p. 22.

193 Iṣṭaḫrī, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Taqwim, p. 295/II/II, p. 70. Maqdisī, p. 134, énumère les trois étapes intermédiaires.

194 Idrīsī, p. 383,666.

195 Ibn Ḥurradādba, p. 145/109 ; Iṣṭaḫri, p. 27 ; Ibn Ḥawqal, p. 40/I, p. 38 ; Idrisī, p. 383.

196 Iṣṭaḫri, p. 79 ; Ibn Ḥawqal, p. 235/I, p. 227-228 ; Idrisī, p. 383, 666.

197 Le fleuve compte 800 km au lieu de 500 à vol d’oiseau, Baedeker, p. 401.

198 La route terrestre est de 165 km, selon Willcoks, p. 27 ; et de 190, suivant Ionidès, p. 178.

199 La première distance est donnée par Ionidès, p. 190, la seconde par Willcoks, p. 28.

200 Willcoks, p. 28.

201 Ğāḥiẓ, III, p. 214.

202 Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Šāma1, II, p. 152, 159 ; RHC, Or., IV, p. 442 ; Lyons et Jackson, p. 310 ; Eddé, p. 343.

203 Détail fourni par Sibṭ, VIII/I, p. 404.

204 ‘Imād al-Dīn, p. 286/p. 250 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Nawādir, p. 135-136 ; passage traduit par Gabrieli, p. 227 ; RHC, Or., III, p. 179 ; Abū Šāma1, II, p. 162 ; RHC, Or., IV, p. 482 ; Röhricht (1898), p. 527-528.

205 Sibṭ, VIII/I, p. 404.

206 Maqrizī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 119 n. ; Ẓāhirī, p. 117 ; Casanova, p. 597.

207 Maqrizī, loc. cit.

208 ‘Umarī, p. 244 ; Qalqašandī, XIV, p. 374.

209 Même les caravanes ne prenaient que 14 heures pour aller de Suhna à Tadmur, Beawes, p. 14.

210 Une étape (marḥala), d’après Idrīsī, p. 346.

211 Qalqašandī, IV, p. 100 ; Marmardji, p. 163.

212 Taqwīm, p. 249/II/II, p. 28 ; passage traduit par Marmardji, p. 14 ; Qalqašandī, IV, p. 104.

213 Qalqašandī, IV, p. 113.

214 Taqwim, p. 267 ; II/II, p. 43.

215 Une étape et demie les séparait, Qalqašandī, IV, p. 113.

216 Ibn Hawqal, p. 187/I, p. 184 ; Idrīsī, p. 370, 377.

217 Idrisi, p. 377.

218 Yāqūt, I, p. 673.

219 Ibn Ḥawqal, p. 187/I, p. 184 ; Idrīsī, p. 369, 377.

220 Qalqašandī, IV, p. 120.

221 Idem, IV, p. 119.

222 Quatre jours, deux de Qūṣ à Armant, et deux d’Armant à Assouan, selon Muhallabī, Taqwīm, p. 111 ; II/I, p. 154 ; Garcin, p. 10.

223 Taqwīm, p. 112 ; II/I, p. 155 ; Garcin, loc. cit.

224 Suivant Ibn Ğubayr, p. 58/p. 65, huit postes les séparaient.

225 Sur cette route, voir Couyat, p. 141-143.

226 La première durée est donnée par Taqwīm, p. 121/II/I, p. 167 ; la seconde par Iṣṭaḫri, p. 54 ; Idrisī, p. 40 ; éd. et trad. De Goeje, p. 22/26.

227 Le premier nombre de jours figure dans Taqwim, loc. cit. ; le deuxième dans Iṣṭaḫri, p. 35 ; et Ibn Hawqal, p. 50/I, p. 48 ; le troisième dans Idrisï, p. 47 ; éd. et trad. De Goeje, p. 27/32. Mais il ne pouvait se réduire à quatre, comme le prétend Ya‘qūbī, p. 335/p. 190.

228 Sur l’état des voies postales, voir Sauvaget (1941a), p. 35.

229 La Venne de Choulot, p. 47.

230 Benoist, p. 18, 19.

231 Teonge, p. 106 ; Volney, p. 275 ; Carruthers, p. xx.

232 Tavernier, I, p. 177, 178.

233 Rauwolf, p. 214-215/p. 145 ; Balbi, p. 108 ; repris par Harant, II, p. 27/p. 35.

234 Ces dangers sont évoqués par Dannenfeldt, p. 219-221.

235 Balbi, p. 108 ; Harant, II, p. 27/p. 35.

236 Newberry toucha Ormuz le 4 septembre 1583, Purchas, IX, p. 498. Il avait dû quitter Basra après sa lettre du 15 août, Purchas, IX, p. 496.

237 Le 10 avril 1651, Tavernier quittait Basra, I, p. 319, pour aborder Ormuz le 1er mai, I, p. 324.

238 En 1581, John Newberry s’embarqua de Basra le 30 mai, Purchas, VIII, p. 456, et parvint à Ormuz le 22 juin, Purchas, VIII, p. 459.

239 L’itinéraire est décrit par Ibn Ḫurradāḏba, p. 61-62/42. Jusqu’à Sīrāf, on comptait 120 parasanges (720 km), Relation, p. 7.

240 Willcoks, p. 30.

241 Ragheb (1996), p. 190.

242 Harant, II, p. 27/p. 35.

243 Idem, loc. cit.

244 Qalqašandī, I, p. 118.

245 Ğāḥiẓ, III, p. 254-255.

246 Descendance, II, p. 117.

247 Tout Alep le savait, d’après Russell, II, p. 204 n. 30.

248 Coppin, p. 330.

249 Gonzales, II, p. 628.

250 Rocchetta, p. 66.

251 La Venne de Choulot, p. 50.

252 À la fin de la guerre de 1870-1871, des pigeons rentrèrent de Port-de-Piles, dans la Vienne, à Paris, après cinq mois de prison, Mégnin, p. 351.

253 Descendance, II, p. 117.

254 Rabaud, p. 89.

255 Chamberlain, p. 137.

256 Reynaud (1896), p. 645-646.

257 Un jeune perdu dès la première sortie rentra au bout de six ans, Hinnenberger, p. 28.

258 Comme le rapportent Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 590 ; Ṭawq, p. 28.

259 Wittouck (1898), p. 215-216.

260 Gobin, p. 215-216.

261 La Perre de Roo (1877), p. 238.

262 Comme à l’époque mamelouke, Hālidī, fol. 105 v° ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; ou ottomane, en Égypte, Valle, I, p. 244/I, p. 416, et en Syrie, entre Alep et Alexandrette, Arvieux, V, p. 496.

263 Mégnin, p. 350.

264 Rosoor, p. 131.

265 Valle, I, p. 244/I, p. 416, probablement exagère en disant qu’on lui donnait « tout son saoul » de grain.

266 Wittouck (1898), p. 185 ; Wittouck (1901), p. 205.

267 Chamberlain, p. 179.

268 Wittouck (1898), p. 205-206.

269 Arvieux, V, p. 496. Il est indispensable de faire boire le pigeon avant lâcher, La Perre de Roo (1877), p. 238 ; Benoist, p. 132.

270 Wittouck (1898), p. 217.

271 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76, 93.

272 Wittouck (1898), p. 65 ; Wittouck (1901), p. 62-63.

273 La Perre de Roo (1877), p. 240-241.

274 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 90.

275 Particularité notée par Aristote, IX, 7 [613 a] ; Pline, X, p. 64, § XXXIV ; Boitard et Corbié, p. 3 ; et Levi, p. 41, § 52.

276 Gonzales, II, p. 628, avait oublié d’abreuver le pigeon avant lâcher : ce dernier s’étant ensuite trempé en chemin, le billet était devenu indéchiffrable.

277 Troilo, p. 611, 612.

278 Russell, II, p. 203, n. 30 ; La Perre de Roo (1883), p. 286.

279 En 647/1250, celle de Mansūra ne fut annoncée que par un seul oiseau, comme le spécifiait le billet vu et repris par Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 81 v°.

280 Comme en 324/935-936 pour apprendre à Barīdī la mise à mort de l’eunuque Yāqūt, Miskawayh, I, p. 347-348/I, p. 392 ; Hamdānī, p. 97.

281 En 693/1293, l’assassinat d’Ašraf Ḫalīl, ‘Aynī, III, p. 228.

282 Ainsi, en 646/1249, le sultan mourant apprit par trois fois que Saint Louis venait d’aborder à Damiette, Joinville, § 163.

283 Tantôt les sources le spécifient, ‘iddat aṭyār, Tuḥfa, p. 33 ; et tantôt le pluriel aṭyār, ṭuyūr, vaguement le révèle, Mas‘ūdī, VII, § 2809 ; Miskawayh, I, p. 412,415/I, p. 456, 460 ; II, p. 244, 326, 375/II, p. 260, 352, 411 ; Hilāl, p. 411/p. 437 ; Tuḥfa, p. 33, 36 ; Hamdānī, p. 214, 234 ; Ibn al-Qalānisī, p. 46, 341 ; Abū Šāma2,I, p. 271 ; Ibn al-Dawādārī, IX, p. 259 ; Itti‘āẓ, III, p. 266.

284 Du port à Damiette, plusieurs pigeons à la fois étaient libérés, Coppin, p. 330.

285 Comme en Turquie ottomane, Moore, p. 29.

286 Les troupes de pigeons qui fuient Jérusalem investie se répandent dans le ciel : ils doivent regagner Damas, Tibériade et Tyr. « Regardez ces pigeons ; cela fait longtemps qu’on n’en a pas vu autant ! », s’écrient les Francs émerveillés. Bien qu’elle appartienne à la fiction (La Chanson de Jérusalem), l’image doit refléter la réalité, CJ, § 92 ; trad. Subrenat, p. 229, XX. Mais le chiffre de « plus de cent » est excessif, p. 229, XIX.

287 Du Puy de Podio, p. 17.

288 Les messagers de ‘Azāz ne lâchèrent que deux pigeons en 491/I098 pour informer l’émir du succès de leur mission, Albert d’Aix, p. 438 ; Guillaume de Tyr, I, p. 346. De même, deux voyageurs ailés étaient couramment libérés d’Alexandrette pour avertir Alep de l’arrivée des navires chrétiens, Tavernier, I, p. 177 ; Teonge, p. 97 ; Troilo, p. 612.

289 Elle apparaît dans la dépêche soumise à Nāṣir, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228, en 646/1248.

290 Forme relevée dans La Villatte, p. 38, 39.

291 Du Puy de Podio, p. 18-22 ; Keucker, p. 82-83 ; La Villatte, p. 38, 39.

292 Tous les « pisteurs » ne deviennent pas des « reporters » : plusieurs sont voués à le rester le long de leur carrière, Du Puy de Podio, p. 18 ; Keucker, p. 83.

293 Qalqašandi, I, p. 118-119 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūtī, II, p. 314.

294 Ibn Nāzīrī al-Ğayš, p. 124, 125 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234, 235 ; Maqrizī, loc. cit. ; Suyūtī, loc. cit.

295 Maqrīzī, loc. cit. ; Suyūṭī, loc. cit.

296 Mas Latrie, III, p. 666 ; Michaud (1825-1829), V, p. 560.

297 Comme en 693/1293, pour annoncer le meurtre d’Ašraf Ḫalīl, ‘īaynī, III, p. 228.

298 Qalqašandī, I, p. 119.

299 En 712/1312-1323, les pigeons tombent sous les traits des Mongols qui assiègent en cercle Raḥba, Ibn al-Dawādārī, IX, p. 258, 259, 260. Finalement, on cesse de les livrer inutilement aux flèches à travers les airs.

300 Teonge, p. 106.

301 Teonge, loc. cit. ; Troilo, p. 612.

302 Balbi, p. 108.

303 Comme le recommande Samuel Hannagīd, p. 105, en 434/I042 à son fils Joseph, dans le poème qui lui annonce la fin du siège de Lorca.

304 La prise de trois villes (Homs, Ḥamā et Šayzar) et la chute prochaine d’Alep assiégée, Itti‘āẓ, I, p. 275 ; Bianquis, I, p. 195.

305 Ibn Iyās, I/II, p. 546 ; III, p. 138 ; Histoire, p. 154.

306 Ibn Iyās, I/II, p. 416.

307 Itti‘āẓ, I, p. 275, 276.

308 Selon les termes mêmes de Chapuis repris par La Perre de Roo (1881), p. 67-68 ; et Lempereur, p. 44-45.

309 Lempereur, p. 45.

310 ‘Imād al-Dīn, p. 18/p. 20.

311 « Cascuns de nos colons ait la teste plumée : Çou est senefiance la vile est apressee », CJ, § 90. Le second vers ne figure pas dans l’édition de C. Hippeau, ni dans la traduction de Subrenat. Et, plus loin, § 92 ; trad. Subrenat, p. 229, XX : « Et ils ont tous des plumes arrachées devant près de la tête. » Ce détail ne peut relever de la fiction.

312 En 680/1281, la défaite de l’armée mamelouke face aux Mongols à Qaryatayn fut annoncée à Damas par deux pigeons barbouillés de noir, selon Ğazarī, fol. 17 v° ; ou un seulement, suivant Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 244-245 ; Mufaḍḍal b. Abī l-Faḍā’il, II, p. 495 [331] ; Ibn al-Furāt, VII, p. 218.

313 Selon l’expression de Imād al-Dīn, p. 18/p. 20.

314 Baybars, p. 199 ; Tuḥfa mulūkiyya, p. 168 ; ‘Ayn‘ī, II, p. 280.

315 Tuḥfa mulūkiyya, p. 101.

316 En 680/I281, pour annoncer la victoire musulmane sur les Mongols après une défaite qui changea le deuil en joie, Baybars, loc. cit. ; Yūnīnī, éd. Hyderabad, IV, p. 95 (lire ḫulliqa au lieu de ḫulliqa) ; Sulūk, I/III, p. 697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40.

317 Maqrizī, I, p. 476 ; passage traduit par Silvestre de Sacy, p. 404-405.

318 Renseignement recueilli par Silvestre de Sacy, p. 405.

319 En 842/I439, une foule d’Aleppins s’était inondée de safran pour fêter la prise de l’ennemi, Abū l-Maḥāsin, XV, p. 326 ; comme, en 876/I472, les eunuques pour célébrer la guérison de Qā‘itbāy, Ibn Iyās, III, p. 63 ; Histoire, p. 68 ; et, en 885/I480, ils en avaient imprégné la mousseline de leur turban, à son retour de pèlerinage, Ibn Iyās, III, p. 162 ; Histoire, p. 180. Mais en 922/I516, ce parfum sembla provocant, Ibn Iyās, V, p. 7 ; Journal, II, p. 5. Même les monuments vénérés et les miḥrāb-s en étaient enduits, Silvestre de Sacy, p. 405 ; ainsi le fut, en 170/787, la mosquée de Médine, Sauvaget (1947) p. 53 ; au Caire, derrière le palais fatimide, un pilier en était régulièrement frotté, Harawī, p. 35/p. 81 ; Maqrīzī, I, p. 86, 375, 376, 405 ; II, p. 96, 102, 290 ; trad. Raymond et Wiet, p. 86, 101, 103, 106, 159, 189 ; ‘Aynī, I, p. 333 ; Ravaisse, I, p. 477-478 ; et le nilomètre en était oint, lors de la rupture de la digue qui marquait la fin de la crue, Maqrīzī, I, p. 472, 476, 477, 493 ; Sulūk, II/I, p. 171 ; IV/II, p. 694 ; Abū l-Mahāsin, XI, p. 233 ; XII, p. 82, 83 ; XV, p. 425 ; XVI, p. 287, 289, 295, 300.

320 Comme le premier pigeon qui, en 1203-1204, regagna Acre. Mais un second pigeon muni d’une lettre rassura les croisés, Estoire de Eracles, p. 261 ; Ernoul, p. 357 ; Röhricht (1898), p. 691.

321 Ğāḥiẓ, III, p. 224-225.

322 Boitard et Corbié, p. 11-12, 64 ; Lullin, p. 105. Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299, parle des pigeons qui couvent les œufs et élèvent les petits des autres.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540