Version classiqueVersion mobile

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 10. Éducation

Texte intégral

LES PREMIERS ENVOLS AUTOUR DU COLOMBIER

  • 1 Dès qu’ils ont de 30 à 35 jours, Mégnin, p. 347. En Iran, dès le premier mois, Goushegir, p. 25.
  • 2 Qabla l-maġrib wa intiṣāf al-nahār, Ğāḥiẓ, III, p. 225. De même, Wittouck (1898), p. 129, recomman (...)

1Les jeunes devaient éprouver leurs ailes au sortir du nid, soit à l’âge de quatre à cinq semaines, dès la première penne1. En Iraq abbasside, on les en tirait avant le milieu du jour et le coucher du soleil, en clair, le matin, pour les lâcher sous l’empire de la faim, si bien qu’ils s’empressaient de redescendre du ciel, dès le grain servi (dont les retardataires sont fatalement privés) : ainsi le moindre éloignement était-il banni. Cependant, deux précautions s’imposaient : ne jamais les sortir par vent violent qui les emporterait loin, ni leur donner l’envolée avec une bande de vieux mâles qui risquait de les entraîner dans l’espace et provoquer leur chute sur les toits2. Ils pouvaient être alors infailliblement perdus, surtout si des mains perfides les attiraient par des aliments hâtivement lancés pour les capturer.

  • 3 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

2De même, dans l’Empire moghol, les pigeonneaux d’Akbar étaient brièvement tenus dans la faim par des rations réduites du tiers ou du quart avant les vols d’essai qui les menaient du sol aux nues, une quarantaine de fois par jour3.

L’IDENTIFICATION DES SEXES

  • 4 Mégnin, p. 249-250 ; Gigot (1889), p. 69 ; Gigot (1904), p. 379-381 ; Lamarche, p. 43, 44.
  • 5 Qalqašandī, II, p. 93-94.

3Pour reconnaître les caractères sexuels qui sont difficiles à distinguer d’emblée, surtout avant la première mue, les colombophiles médiévaux se fondaient sur d’autres repères que ceux des temps modernes : ils ne semblent guère avoir prêté d’importance aux marques extérieures, comme l’empressement des mâles auprès des femelles ou la pose dominante de la queue au moment de l’acte de la fécondation (abattue pour l’un, en éventail pour l’autre4. D’autres particularités leur permettaient de discerner le sexe : les unes de valeur certaine, comme les signes physiques : la puissante démarche du pigeon, ses plumes plus larges, plus longues et plus égales que celles de la pigeonne, ainsi que son cou et ses joues plus gros ; mais les autres sont dénuées de fondement : le mâle avancerait le pied droit en marchant, la femelle, le gauche5.

L’APPARIEMENT

  • 6 Delcroix, p. 19.
  • 7 La Perre de Roo (1877), p. 137, 161 ; Wittouck (1898), p. 124. Renaudet, p. 21, 70, recommande mêm (...)
  • 8 Rodenbach, p. 37, 38.
  • 9 Gayot, p. 190 ; Renaudet, p. 70 ; Lamarche, p. 41.
  • 10 Lullin, p. 103 ; Gobin, p. 74 ; Lamarche, loc. cit.
  • 11 Damīrī, I, p. 258-259/I, p. 590 ; Tawq, p. 29.
  • 12 Aristote, VI, 4 [562 b].
  • 13 Les grosses espèces, plus tardives, ne peuvent s’apparier qu’à cinq ou six mois, Boitard et Corbié (...)
  • 14 Cinq, suivant Pline, X, p. 83, § 159 ; six, suivant Lullin, p. 102-103.
  • 15 Wittouck (1898), p. 66 ; Wittouck (1901), p. 64.

4Bien que les rapprochements prématurés soient aussi néfastes à la santé6 que préjudiciables, car ils arrêtent la croissance7, minent les pigeons8 et donnent souvent des œufs clairs9 et des petits dégénérés10, les jeunes devaient s’apparier l’année même de leur naissance : dès six mois11 comme dans l’Antiquité12, pour les grosses espèces et peut-être même dès quatre ou cinq pour les petites qui dévoilent plus tôt leur sexe par des signes précoces d’amour13, bien qu’elles ne soient aptes à se reproduire que trente à soixante jours plus tar14. Ainsi, les pigeonneaux du printemps s’accouplaient dès l’automne, ceux de l’été dès l’hiver. Ces appariements prématurés n’étaient pas seulement destinés à augmenter le rendement, mais peut-être aussi à fixer les jeunes célibataires au nid : ils pouvaient, en effet, s’unir fortuitement à des pigeons étrangers rencontrés aux champs, puis lâcher leur colombier pour celui de leur premier amour15. Autrement dit, les éleveurs préféraient épuiser les volatiles et ruiner leur avenir (s’ils en étaient conscients) que les perdre sans retour.

  • 16 Abū l-Faẓl, I, p. 216/1, p. 299.

5Pour la formation du couple, on enlevait du pigeonnier le mâle et la femelle qu’on voulait assortir, pour les enfermer dans une loge ou un casier, où ils ne tardaient pas à s’aimer. Après cinq ou six jours, on les sortait de leur prison passagère : l’un s’attachait désormais à l’autre et ne quittait plus sa mémoire, si bien qu’ils pouvaient se reconnaître après une longue séparation16.

  • 17 Boitard et Corbié, p. 10-11, 12 ; Millet-Robinet, p. 160 ; Descendance, II, Darwin, p. 127.
  • 18 Wittouck (1901), p. 70.
  • 19 Boitard et Corbié, p. 11.
  • 20 Boitard et Corbié, p. 10 ; Wittouck (1901), p. 68.
  • 21 Boitard et Corbié, p. 10.
  • 22 Chamberlain, p. 264.
  • 23 Boitard et Corbié, p. 55 ; Stevent, p. 217.

6Mais ces mariages forcés n’étaient pas aussi féconds que les mariages d’inclination, s’ils n’étaient stériles : certaines femelles refusent obstinément le compagnon qu’on leur destine, malgré une détention de six mois, voire d’un an, la profusion d’alpiste et de chènevis prodiguée dans l’espoir d’attiser leur ardeur17, notamment les veuves qui mettent des jours à oublier leur deuil18 ; d’autres ne s’accouplent qu’à leur fantaisie : au mâle choisi, elles préfèrent un autre, parfois le plus sale et le plus disproportionné à leur taille, qu’elles forcent, par des caresses, à les couvrir ou s’abandonnent indifféremment à plusieurs pour couver ensuite solitaires par un sauvage besoin de libertinage et de liberté19. De même, quelques pigeons repoussent la femelle qu’on leur offre20 et la rudoient, notamment pour l’attachement que leur inspire encore leur ancienne compagne21. Si certains éleveurs s’obstinent à prolonger la captivité du couple pour rendre l’oiseau rebelle épris22, d’autres renoncent à l’espérance de les unir et les séparent pour éviter les batailles23.

  • 24 Selon le témoignage de Mutannā b. Zuhayr, Ğāḥiẓ, III, p. 165, 166 ; Ibn Qutayba, II, p. 91/p. 67 ; (...)
  • 25 Privées de mâle, les femelles s’unissent entre elles, Aristote, VI, 2 [560 b] ; Élien, p. 4, livre (...)
  • 26 Ğāḥiẓ, III, p. 172 ; Waṭwāṭ, II, p. 192.
  • 27 Aristote, VI, 2 [560 b] ; Pline, X, p. 83, § 159, p. 85, § 166.
  • 28 Éd. Brugman et Drossaart Lulofs, p. 97, 99, 100, 103, 117, 118.
  • 29 Ğāḥiẓ, III, p. 213-214.
  • 30 Chapuis, p. 60 ; La Perre de Roo (1881), p. 86, 91,92, 185-186 ; Gigot (1889), p. 162 ; Wittouck ( (...)
  • 31 Wittouck (1901), p. 88.
  • 32 Zaepffel, p. 78 ; Stevent, p. 205.

7Ces unions avortées peuvent dériver des goûts des pigeons : comme les humains, des mâles ne montent que les mâles, mais refusent d’être montés, alors que d’autres se livrent, dociles, à leurs amants ; de même, des femelles couvrent les femelles et même les mâles, sans jamais s’offri24. Elles pondent alors des œufs clairs25 que l’arabe longtemps appela « œufs de vent » (bayḍ al-rīḥ)26. Malgré son apparence, cette locution pittoresque n’avait pas été forgée par des colombophiles férus de figures, ni inventée par le langage populaire : elle remontait à l’Antiquité lointaine au grec « hypénémien »27, et devait sa fortune à la traduction de Generatione animalium d’Aristote sous le titre de Fī kawn al-ḥayawān28 qui l’avait peut-être confinée au monde savant. Pour ces appariements, les colombophiles éclairés ne s’en remettaient pas à la nature en tolérant les accouplements libres : bannissant le hasard, ils appliquaient la sélection artificielle fondée sur des propriétés supposées pour l’amélioration de la race et n’admettaient à la reproduction que les pigeons les plus vigoureux et les plus doués, de noble souche, afin de léguer leurs remarquables aptitudes à leurs rejetons qui pourraient alors effectuer avec la plus grande vitesse des parcours lointains. Aussi la main de l’homme interdisait les croisements indignes ou funestes pour maintenir la race pure : on ne laissait pas les mâles communs couvrir les femelles de classe, ni les proches parents s’unir et produire une descendance chétive29 : les alliances consanguines passaient pour source de déchéance, alors qu’elles furent longtemps regardées en Europe, notamment en France et en Belgique, comme la meilleure manière d’obtenir une excellente race en reproduisant les qualités recherchées et en les perfectionnant : les fruits de l’inceste prospèrent dans l’inceste, des années durant, sans dégénérer30. La consanguinité n’est cependant pas sans méfait : elle tend parfois à diminuer vigueur et fécondité31, comme elle tourne au néfaste en se prolongeant : il convient alors de rafraîchir le sang par l’introduction d’un reproducteur étranger qui constitue un retour partiel au croisement32.

  • 33 Abū l-Fazl, I, p. 216/I, p. 299.

8Ces appariements revêtaient une importance si capitale que l’élite pourrait y présider personnellement : Akbar sélectionnait lui-même, pour leur grâce et leur exploit, les oiseaux dont la « race choisie » (gozīn-nizād) sortirait de l’union. Il fut le premier de l’Empire moghol à croiser les espèces pour les perfectionner et prévenir la dégénérescence : les accouplements s’opéraient auparavant naturellement, au gré des pigeons33.

  • 34 Comme le note Aristote, IX, 7 [612 b].
  • 35 Boitard et Corbié, p. 9. Les pigeons passaient jadis pour ignorer l’adultère : nul ne quitte le ni (...)
  • 36 Wittouck (1898), p. 71 ; Wittouck (1901), p. 70.
  • 37 Gobin, p. 81.
  • 38 Ğāḥiẓ, III, p. 165, 166 ; Ibn Qutayba, II, p. 91/p. 67 ; Ibn ‘Abd Rabbih, p. 240 ; Watwāt, II, p. (...)
  • 39 Ğāḥiẓ, III, p. 167, 168 ; Ibn Qutayba, loc. cit. ; Ibn ‘Abd Rabbih, loc. cit. ; Qazwīnī, p. 410 ; (...)
  • 40 Suivant Boitard et Corbié, p. 10, il arrive que le pigeon contraigne sa compagne « à vivre en comm (...)
  • 41 Boitard et Corbié, p. 56.

9Les couples se nouent d’ordinaire à vie pour se dissoudre par le veuvage de l’un ou de l’autre34, malgré les moments d’infidélités courants en temps de mue (août-septembre)35, surtout des femelles en l’absence même courte de leur compagnon36. Tous les pigeons sont, en effet, loin d’être monogames et certains franchement volages37 : Muṯannà b. Zuhayr avait observé des pigeonnes inconstantes s’offrant indifféremment aux mâles et aux femelles, non seulement hors vue de leur époux, mais sous ses yeux38, des pigeons bigames assurant tour à tour l’incubation et la becquée dans leur double nid39, bien que ces soins prodigués à deux couvées à la fois puissent leur être néfastes, sinon funestes, sans parler des œufs jamais éclos et des petits toujours chétifs40, ni des confusions éclatant dans le colombier, où les mâles en surnombre troublent les unions : ils pourchassent les femelles couveuses et combattent leur compagnon, importunant leurs ébats et risquant d’en briser la couvée41.

  • 42 Ğāḥiẓ, III, p. 168.
  • 43 L’union est dissoute pour la femelle, si quelque mésaventure la sépare du mâle, Characteristics, I (...)
  • 44 Gobin, p. 189-190.
  • 45 Descendance, I, p. 288, n. 4.
  • 46 Boitard et Corbié, p. 11.
  • 47 Boitard et Corbié, p. 9 ; Chapuis, p. 83 ; Wittouck (1901), p. 69. Darwin avait également eu vent (...)
  • 48 Boitard et Corbié, p. 9 ; Wittouck (1901), p. 69.

10Mais parfois l’union est rompue, sans accident fatal : Mutannā b. Zuhayr avait vu des pigeonnes lâcher leur pigeon et des pigeons leur pigeonne42 ; tantôt la femelle déserte le nid, infidèle au souvenir de son compagnon, s’il est, par mésaventure, absent43, ne fût-ce que deux jours44 ; tantôt, elle le quitte, s’il est blessé, affaibli45 ou infirme sous le poids des ans, bien qu’elle puisse prendre un amant de hasard, souvent passager46 ; et tantôt, en proie à un dégoût invincible, elle le fuit pour se livrer au premier venu et le suivre, si elle s’en éprend47. Plus rarement, le mâle abandonne son épouse, malgré ses caresses pour ressusciter son ardeur qu’il paie à coups de bec48.

L’ADDUCTION

  • 49 Mégnin, p. 347.
  • 50 Ğāḥiẓ, III, p. 259, 270, 274, 279, 283, 285. Les lieux d’adduction étaient nommés tawṭīnāt, Ğāḥiẓ, (...)
  • 51 Ğāḥiẓ, V, p. 203.
  • 52 Hidāyatuhualā qadr al-ta‘līm waalā qadr al-tawṭīn, Ğāḥiẓ, III, p. 274.

11Après l’appartement, le couple devait être « adduit », terme de colombophilie venu de Belgique où il a été emprunté à la fauconnerie pour désigner l’opération par laquelle on attache le pigeon au colombier49 que l’arabe désignait depuis la nuit des temps sous le nom de tawṭīn50, de la racine qui a donné patrie : l’oiseau ne se fixe dans la maison du maître qu’après avoir été éduqué51. Ainsi, il commençait à développer son sens de direction52.

  • 53 Ğāḥiẓ, III, p. 274-275.
  • 54 Idem, III, p. 275.
  • 55 Idem, III, p. 277-278. Les colombophiles d’Iran coupent toujours les rémiges avec des ciseaux ou l (...)
  • 56 Ğāḥiẓ, III, p. 278.
  • 57 Idem, loc. cit.
  • 58 Idem, III, p. 176 ; Ibn Qutayba, II, p. 92/p. 68.
  • 59 VI, 2 [560 b].
  • 60 Ğāḥiẓ la cite parfois : témoins les fragments relevés par Sezgin, III, p. 351. Mais il n’en était (...)
  • 61 Ğāḥiẓ, III, p. 230. Wittouck (1898), p. 130-131, recommande d’adduire le pigeon seul et de lui cou (...)
  • 62 Ğāḥiẓ, III, p. 232.
  • 63 Idem, III, p. 230.

12En Iraq abbasside, l’adduction commençait sans doute peu après le sixième mois : elle suivait, en effet, l’accouplement qui devait s’effectuer vers cet âge. On familiarisait le pigeonneau avec la terrasse munie d’une marque près de laquelle on lui jetait à manger, matin et soir. Pour être vue du ciel comme de terre, à toutes distances, elle devait être de belle taille, mais nullement noire : aucune chose visible de loin ne revêt ce ton, note curieusement l’auteur du Livre des animaux53. Croyait-on les pigeons privés de vision nocturne inaptes à discerner les objets couleur de nuit ? Pour attacher le couple à la terrasse, la façon la plus appropriée consistait à l’y sortir sans rémiges afin de l’y clouer54. Si certains éleveurs les arrachaient brutalement, d’autres préféraient les couper pour sauver les pigeons des méfaits du déplumage : d’abord, il passait pour affaiblir deux des quatre médianes dénommées manākib, de la cinquième à la huitième en comptant de dehors en dedans ; comme son renouvellement les rendait chétives, l’oiseau perdait en vigueur en filant au nid, sauf peut-être si les rémiges n’étaient que tardivement tirées, juste avant leur chute spontanée55 ; ensuite, il était réputé néfaste à la reproduction car diminuant la fécondité du couple56 ; enfin, il risquait de suspendre la ponte et même de la ruiner57 : la femelle dont on arrache les plumes passait pour retenir l’œuf58, suivant une croyance immémoriale qui remonte à la Generatione animalium d’Aristote59 et que la traduction de Yaḥyā b. Bitrīq avait peut-être semée parmi les colombophiles60. Mais il ne fallait dépouiller qu’une aile pour fermer au pigeon le chemin des nues : il devenait d’un côté « aérien » (hawāī) et de l’autre « terrestre » (arḍī)61, tiraillé entre le ciel et la terre62 ; car si les deux ailes étaient à la fois déplumées, l’oiseau conservait son équilibre et sa faculté d’envol, sans pouvoir toutefois s’éloigner63. Puis la mue ramenait progressivement l’usage du membre en le regarnissant de nouvelles plumes.

  • 64 Idem, III, p. 275.

13Ensuite, il fallait exercer le couple à évoluer au-dessus de la terrasse afin de repérer les environs immédiats. Bien que sortis simultanément, ils étaient d’abord séparément libérés. On commençait par le mâle et l’on privait la femelle des pennes d’une aile pour l’empêcher de le suivre dans le ciel, si bien qu’après avoir tournoyé, il se hâtait de descendre auprès d’elle. Son tour venait, dès que les rémiges lui étaient revenues en muant : son compagnon perdait alors les siennes pour le river au toit64.

  • 65 Idem, III, p. 278.

14Enfin le couple ouvrait les ailes en même temps pour s’élever dans le ciel, dès que le second avait égalé la longueur des plumes et le sens du retour du premier. On le laissait alors voler dans la liberté de l’air, sans lui accorder de repos, sauf s’il donnait des signes de faiblesse et de lassitude65.

  • 66 Comme certains le préfèrent, Gobin, p. 187 ; Gérardin, p. 57.
  • 67 Mégnin, p. 347, recommande de l’adduire dès l’âge de 30 à 35 jours.
  • 68 Van der Linden, p. 117.

15Dans les autres régions du monde musulman, l’adduction pouvait débuter plus tôt qu’en Iraq abbasside, vers le troisième ou le quatrième mois66 et peut-être même dès le premier67, sitôt le jeune sevré et ses ailes grandies68, si elle précédait l’appariement. Toutefois, ses modes ne devaient s’éloigner des méthodes suivies sur les rives du Tigre et ses abords, bien que les sources n’en soufflent mot. Seulement, dans les réseaux de colombiers, l’acclimatation et le dressage des futurs messagers s’opéraient sans doute au sein du relais, et non sur la terrasse du maître.

  • 69 Ğāḥiẓ, III, p. 229 ; Watwāt, II, p. 192.
  • 70 Ğāḥiẓ, III, p. 229, 257.
  • 71 Idem, III, p. 228-229.
  • 72 Pelletan, p. 17 ; Mégnin, p. 57.
  • 73 Mégnin, p. 251. L’amour conjugal et paternel n’avait pu fixer au Périgord deux mâles que l’on y av (...)
  • 74 Pelletan, p. 17.

16Mais les volatiles dont on a sacrifié les rémiges pour les adduire dans un nouveau pigeonnier ne perdaient pas fatalement le souvenir de l’ancien : certains s’évadaient pour le rejoindre, parfois même malgré les pennes coupées d’une aile69, s’ils recouvraient la force de monter au ciel70 : ainsi les oiseaux dérobés s’échappaient du colombier du voleur pour regagner celui du volé, dès que leurs plumes avaient repris en muant, même si le second logis offrait plus d’agréments et de profit que le premier71. Le pigeon n’adopte, en effet, le nouveau nid qu’après la ponte : les soins prodigués à sa couvée le retiennent72, bien qu’il puisse l’abandonner pour revenir à son ancien domicile73 : ainsi le volant passe pour résister au déplacement et retourner fidèlement au toit natal74.

  • 75 Chardin, II, p. 55.

17Enfin, si imprudents ou naïfs négligeaient de priver momentanément de rémiges le pigeon fraîchement acquis, il s’empressait de filer à son précédent nid, surtout si le vendeur l’avait dressé à cet effet : à Ispahan au xviie siècle, ces perfides manœuvres assimilées au vol provoquaient souvent des émeutes75.

LES VOYAGES D’ESSAI

  • 76 Mégnin, p. 347.
  • 77 Fa-huwa yulaqqanu bi-qurbihi min al-ḥadāṯa wa yu’arrafu bi-ḫurūğihi min haddi al-ḥadāta, III, p. 2 (...)
  • 78 Delcroix, p. 18. Si les pigeons ne sont pas dressés dès leur jeunesse, les meilleurs peuvent être (...)

18Ces vols rituels au-dessus du toit et à ses abords qui devaient demander deux mois et demi, sinon trois76 servaient de préambule à l’éducation (talīm) et l’entraînement (tamrīn) des pigeons. En Iraq abbasside, l’exercice (tadrīb) s’effectuait dans leur jeunesse (šabāb) et la plénitude de leurs forces avant les premiers signes du déclin : l’apprentissage même commençait à son « approche », et l’instruction prenait fin au « sortir de son terme ». Bien que le temps ait rendu vagues ces propos de Ğāḥiẓ77, il faut présumer que le dressage débutait vers le huitième ou le neuvième mois, mais impérativement dès l’année même de sa naissance, pour développer précocement son instinct de retour, après la mue des cinq rémiges primaires78.

  • 79 Ğāḥiẓ, III, p. 270.
  • 80 Idem, III, p. 226-227.
  • 81 Idem, III, p. 270.
  • 82 Idem, III, p. 224.

19Les lâchers de préparation étaient destinés à fortifier les muscles des futurs messagers qui devaient gagner en résistance par l’éducation et l’adduction qui la suivait79, aussi bien qu’à cultiver leur mémoire visuelle et leur intelligence afin de perfectionner leur faculté d’orientation ; ils permettaient également d’éliminer les sujets médiocres qui succombaient lors des épreuves subies80, comme ceux dont la force primait plutôt que le sens de direction, les lents malgré leur vigueur, les faibles malgré leur vitesse81. Cependant, ces exercices devaient être méthodiques par un allongement progressif des trajets : si on conduisait l’oiseau trop loin dès le premier voyage, il risquait de ne jamais revenir pour n’avoir pu s’imprégner suffisamment des images d’alentour. Aussi les jeunes n’étaient libérés que près du nid et soumis à de petites étapes82.

  • 83 Idem, III, p. 278.
  • 84 Idem, III, p. 279.
  • 85 Idem, III, p. 281.
  • 86 Rabaud, p. 96.

20Dans ces entraînements, le couple devait ouvrir en même temps les ailes pour voler au même nid. Lorsqu’il avait effectué plusieurs bons retours, on augmentait graduellement les distances83 pour lui apprendre la direction rapide, développer sa mémoire visuelle et lui permettre d’entreprendre des parcours plus lointains. Les vols les plus ardus étaient ceux qui offraient le moins de repères, s’ils n’en étaient dépourvus, comme le désert et la mer. Mais on devait tenir compte des aptitudes de l’oiseau : aussi se gardait-on de le libérer loin du colombier d’origine, s’il était faible, sans mémoire ou ne pouvant se résigner à la soif, comme on s’interdisait de le changer brutalement de climat : il fallait habituer au froid le messager éclos sous un ciel torride avant de le relâcher dans un frais pays, et inversement84. De même, on s’abstenait de rapprocher du nid le lieu où il recouvrait la liberté, comme de faire sauter au volatile la moitié d’une étape : s’il était habitué à s’élancer dans les airs d’un point déterminé pour franchir une distance donnée, il devenait incertain s’il était lâché plus près du colombier et risquait de ne jamais revenir. Aussi les maîtres abandonnèrent cette coutume néfaste en Iraq, pour ne pas perdre sans retour les oiseaux de prix85. Toutefois, certains pigeons rebroussaient chemin pour rejoindre leur toit apparent, s’ils l’avaient par mégarde dépassé, comme ceux que le vent porte au-delà du logis86.

  • 87 Gobin, p. 187 ; La Perre de Roo (1881), p. 68 ; La Perre de Roo (1883), p. 268 ; Gigot (1889), p. (...)
  • 88 Tegetmeir (1868), p. 87 ; Chapuis, p. 203.
  • 89 Wittouck (1901), p. 168.

21Mais dans le restant du monde musulman, les voyages d’essai pouvaient commencer plus tôt qu’en Iraq abbasside, peut-être même à trois ou quatre mois, pour les plus pressés87, sinon à cinq ou six, pour les plus prudents88, notamment pour connaître la valeur des futurs messagers, comme ils pouvaient être remis à la seconde année : prudence et soins s’imposaient alors89.

22Si les pigeons engagés dans des épreuves de vitesse ou de fond étaient libérés aux quatre points cardinaux, ceux des colombiers publics devaient être dressés sur la ligne qu’ils auraient à desservir, pour les familiariser avec le trajet en vue duquel ils étaient spécialement entretenus, bien qu’ils puissent rentrer directement au sud, même s’ils avaient fait leur apprentissage au nord, et inversement. L’entraînement vers un même point perfectionne effectivement la faculté d’orientation, alors qu’un changement brusque de direction expose les meilleurs oiseaux à s’égarer indéfiniment pour rentrer tardivement et même ne jamais reparaître au nid. Seuls les pigeons emportés en voyage, puis rendus à la liberté en zone inconnue, étaient voués à ne pas revenir par les chemins précédemment parcourus.

  • 90 Moore, p. 29.
  • 91 Brémond, p. 121.
  • 92 Russell, II, p. 204, n. 30.

23Ces épreuves ont franchi les siècles en Orient. Dans la Turquie ottomane et la Perse safavide, les messagers étaient entraînés à regagner leur nid par étapes progressives sur des distances graduellement doublées : s’ils rentraient d’un demi-mille anglais (804 m), on les éloignait d’un mille, puis de deux, quatre, huit, dix, vingt, et ainsi de suite. Les pigeons doués de sens du retour étaient finalement soumis à d’immenses lâchers, si bien que certains revenaient des confins du pays90. De même, en Égypte, les lâchers s’effectuaient d’abord de près, puis de loin91 ; et, en Syrie du Nord, les courriers ailés étaient progressivement éduqués sur la route d’Alexandrette à Alep qu’ils devaient survoler dans l’avenir92.

  • 93 Ğāḥiẓ, III, p. 225.

24Ces exercices méthodiques et prudemment gradués exigeaient non seulement science et soins, mais patience et longueur de temps93 : ils devaient prendre deux ou trois ans, sinon davantage. Ils étaient le prélude obligé de l’entraînement de long cours. Cependant, seuls les vieux pigeons de grand fond y étaient soumis : dans le réseau mamelouk, la distance qui séparait les relais était souvent inférieure à 100 km et rarement supérieure à 200.

LE CHEMIN DE L’EAU POUR CALMER LA SOIF

  • 94 Idem, III, p. 280.
  • 95 Idem, III, p. 218.

25Pour apprendre au pigeon à se désaltérer dans les étendues d’eau qui s’offraient au retour, il était spécialement dressé en Iraq abbasside. On l’emportait brûlant de soif au bord d’une source, d’un étang, d’un fleuve ou d’un canal pour lui couvrir des doigts les yeux afin de réduire son champ de vision à l’espace que son regard avait coutume d’embrasser en buvant. Puis on l’agrandissait légèrement, aux premières gorgées, pour dissiper la frayeur que la vue de l’eau pouvait lui inspirer. L’opération était ensuite maintes fois renouvelée en élargissant progressivement le champ visuel de l’oiseau pour la suspendre finalement lorsqu’il s’était formé à boire sans voile sur les yeux94. Les messagers aériens suspendaient donc leur vol pour éteindre leur soif dans fleuves, canaux et marais95, notamment s’ils devaient franchir des cieux enflammés où le soleil pesait sur d’ardents déserts.

  • 96 Gigot (1889), p. 217-218.

26À la fin du xixe siècle, une méthode similaire obligeait les voyageurs ailés d’Europe à s’abreuver en chemin. On les privait d’eau au colombier un jour durant en supprimant le bassin, puis on les conduisait par d’âpres chaleurs à l’écart, au bord d’une rivière solitaire, de préférence dans une île, pour les sortir du panier : la soif les poussait à se désaltérer dans le courant, avant de s’envoler et disparaître dans l’air. Il ne fallait généralement s’y reprendre plus d’une fois que pour les oiseaux rebelles96. Ainsi les hommes, en deux bouts lointains de l’ancien monde, à des siècles d’intervalle, ont appris aux voyageurs ailés à calmer leur soif dans les voyages au long cours d’une manière analogue ; l’éloignement géographique et l’écart historique interdisent de supposer la moindre transmission d’une technique que l’Orient avait dû ensevelir dans des siècles d’oubli ; dans l’Empire mamelouk, cette éducation des messagers volants se révélait inutile, les relais n’étant éloignés que d’une heure ou deux : aussi la distance ne pouvait les altérer, sauf dans l’immensité aride qui séparait les relais éphémères d’Assouan et de ‘Ayḏāb, où ils ne pouvaient échapper à la soif s’ils devaient braver l’ardeur du simoun dans un ciel embrasé.

Notes

1 Dès qu’ils ont de 30 à 35 jours, Mégnin, p. 347. En Iran, dès le premier mois, Goushegir, p. 25.

2 Qabla l-maġrib wa intiṣāf al-nahār, Ğāḥiẓ, III, p. 225. De même, Wittouck (1898), p. 129, recommande de ne pas libérer les jeunes par grand vent : entraînés trop loin, ils risquent de ne plus retrouver leur nid.

3 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

4 Mégnin, p. 249-250 ; Gigot (1889), p. 69 ; Gigot (1904), p. 379-381 ; Lamarche, p. 43, 44.

5 Qalqašandī, II, p. 93-94.

6 Delcroix, p. 19.

7 La Perre de Roo (1877), p. 137, 161 ; Wittouck (1898), p. 124. Renaudet, p. 21, 70, recommande même de ne faire reproduire les jeunes que vers l’âge d’un an.

8 Rodenbach, p. 37, 38.

9 Gayot, p. 190 ; Renaudet, p. 70 ; Lamarche, p. 41.

10 Lullin, p. 103 ; Gobin, p. 74 ; Lamarche, loc. cit.

11 Damīrī, I, p. 258-259/I, p. 590 ; Tawq, p. 29.

12 Aristote, VI, 4 [562 b].

13 Les grosses espèces, plus tardives, ne peuvent s’apparier qu’à cinq ou six mois, Boitard et Corbié, p. 89 ; Millet-Robinet, p. 160 ; Lullin, p. 82. Espanet, p. 37, est plus vague.

14 Cinq, suivant Pline, X, p. 83, § 159 ; six, suivant Lullin, p. 102-103.

15 Wittouck (1898), p. 66 ; Wittouck (1901), p. 64.

16 Abū l-Faẓl, I, p. 216/1, p. 299.

17 Boitard et Corbié, p. 10-11, 12 ; Millet-Robinet, p. 160 ; Descendance, II, Darwin, p. 127.

18 Wittouck (1901), p. 70.

19 Boitard et Corbié, p. 11.

20 Boitard et Corbié, p. 10 ; Wittouck (1901), p. 68.

21 Boitard et Corbié, p. 10.

22 Chamberlain, p. 264.

23 Boitard et Corbié, p. 55 ; Stevent, p. 217.

24 Selon le témoignage de Mutannā b. Zuhayr, Ğāḥiẓ, III, p. 165, 166 ; Ibn Qutayba, II, p. 91/p. 67 ; Ibn ‘Abd Rabbih, p. 240 ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 274 ; Masālik, éd. Ḥamdān, p. 87 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 590 ; Ṭawq, p. 29. En Iran, les mâles se couvrent parfois les uns les autres, d’ordinaire l’hiver où ils sont séparés des femelles. Mais les femelles peuvent aussi monter les mâles, Goushegir, p. 35.

25 Privées de mâle, les femelles s’unissent entre elles, Aristote, VI, 2 [560 b] ; Élien, p. 4, livre 1, § 15 ; Pline, X, p. 83, § 159, p. 85, § 166. De même, Wittouck (1898), p. 135-136, et (1901), p. 158, parle de jeunes pigeonnes qui se caressent et se blottissent dans un coin pour y pondre.

26 Ğāḥiẓ, III, p. 172 ; Waṭwāṭ, II, p. 192.

27 Aristote, VI, 2 [560 b] ; Pline, X, p. 83, § 159, p. 85, § 166.

28 Éd. Brugman et Drossaart Lulofs, p. 97, 99, 100, 103, 117, 118.

29 Ğāḥiẓ, III, p. 213-214.

30 Chapuis, p. 60 ; La Perre de Roo (1881), p. 86, 91,92, 185-186 ; Gigot (1889), p. 162 ; Wittouck (1898), p. 84-102 ; Zaepffel, p. 76-77. Ce sujet est cependant controversé, Wittouck (1901), p. 84-107.

31 Wittouck (1901), p. 88.

32 Zaepffel, p. 78 ; Stevent, p. 205.

33 Abū l-Fazl, I, p. 216/I, p. 299.

34 Comme le note Aristote, IX, 7 [612 b].

35 Boitard et Corbié, p. 9. Les pigeons passaient jadis pour ignorer l’adultère : nul ne quitte le nid que célibataire ou veuf, Pline, X, p. 63, § 104.

36 Wittouck (1898), p. 71 ; Wittouck (1901), p. 70.

37 Gobin, p. 81.

38 Ğāḥiẓ, III, p. 165, 166 ; Ibn Qutayba, II, p. 91/p. 67 ; Ibn ‘Abd Rabbih, p. 240 ; Watwāt, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 273-274 ; Masālik, éd. Ḥamdān, p. 87 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 590 ; Tawq, p. 29. En Iran, les couvées peuvent être assurées par deux mâles ou deux femelles à la fois, Goushegir, p. 35.

39 Ğāḥiẓ, III, p. 167, 168 ; Ibn Qutayba, loc. cit. ; Ibn ‘Abd Rabbih, loc. cit. ; Qazwīnī, p. 410 ; Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, X, p. 274 ; Masālik, éd. Ḥamdān, loc. cit. L’inconstance de certains mâles pousse à les détenir pour en suspendre les méfaits, Descendance, II, p. 128. Voir aussi Wittouck (1898), p. 70-71.

40 Suivant Boitard et Corbié, p. 10, il arrive que le pigeon contraigne sa compagne « à vivre en commun avec une rivale préférée... et les force, en les battant, à lui rester fidèles, au moins en sa présence ».

41 Boitard et Corbié, p. 56.

42 Ğāḥiẓ, III, p. 168.

43 L’union est dissoute pour la femelle, si quelque mésaventure la sépare du mâle, Characteristics, I, p. 162, 163 [III. 5].

44 Gobin, p. 189-190.

45 Descendance, I, p. 288, n. 4.

46 Boitard et Corbié, p. 11.

47 Boitard et Corbié, p. 9 ; Chapuis, p. 83 ; Wittouck (1901), p. 69. Darwin avait également eu vent de pigeonnes « déréglées » qui préfèrent le premier étranger à leur propre mâle et le quittent même pour le compagnon dont elles sont éprises, Descendance, II, p. 128.

48 Boitard et Corbié, p. 9 ; Wittouck (1901), p. 69.

49 Mégnin, p. 347.

50 Ğāḥiẓ, III, p. 259, 270, 274, 279, 283, 285. Les lieux d’adduction étaient nommés tawṭīnāt, Ğāḥiẓ, III, p. 245.

51 Ğāḥiẓ, V, p. 203.

52 Hidāyatuhualā qadr al-ta‘līm waalā qadr al-tawṭīn, Ğāḥiẓ, III, p. 274.

53 Ğāḥiẓ, III, p. 274-275.

54 Idem, III, p. 275.

55 Idem, III, p. 277-278. Les colombophiles d’Iran coupent toujours les rémiges avec des ciseaux ou les dents, Goushegir, p. 25.

56 Ğāḥiẓ, III, p. 278.

57 Idem, loc. cit.

58 Idem, III, p. 176 ; Ibn Qutayba, II, p. 92/p. 68.

59 VI, 2 [560 b].

60 Ğāḥiẓ la cite parfois : témoins les fragments relevés par Sezgin, III, p. 351. Mais il n’en était pas familier, « Introduction » de Brugman et Drossaart Lulofs de Fi kawn al-ḥayawān, p. 40-41.

61 Ğāḥiẓ, III, p. 230. Wittouck (1898), p. 130-131, recommande d’adduire le pigeon seul et de lui couper les rémiges d’une aile, sauf la dernière, pour l’empêcher de quitter le colombier.

62 Ğāḥiẓ, III, p. 232.

63 Idem, III, p. 230.

64 Idem, III, p. 275.

65 Idem, III, p. 278.

66 Comme certains le préfèrent, Gobin, p. 187 ; Gérardin, p. 57.

67 Mégnin, p. 347, recommande de l’adduire dès l’âge de 30 à 35 jours.

68 Van der Linden, p. 117.

69 Ğāḥiẓ, III, p. 229 ; Watwāt, II, p. 192.

70 Ğāḥiẓ, III, p. 229, 257.

71 Idem, III, p. 228-229.

72 Pelletan, p. 17 ; Mégnin, p. 57.

73 Mégnin, p. 251. L’amour conjugal et paternel n’avait pu fixer au Périgord deux mâles que l’on y avait appariés : ils rentrèrent à Paris le même jour, l’un le matin, l’autre le soir, Thauziès (1910), p. 267.

74 Pelletan, p. 17.

75 Chardin, II, p. 55.

76 Mégnin, p. 347.

77 Fa-huwa yulaqqanu bi-qurbihi min al-ḥadāṯa wa yu’arrafu bi-ḫurūğihi min haddi al-ḥadāta, III, p. 225.

78 Delcroix, p. 18. Si les pigeons ne sont pas dressés dès leur jeunesse, les meilleurs peuvent être à jamais perdus, Moore, p. 29.

79 Ğāḥiẓ, III, p. 270.

80 Idem, III, p. 226-227.

81 Idem, III, p. 270.

82 Idem, III, p. 224.

83 Idem, III, p. 278.

84 Idem, III, p. 279.

85 Idem, III, p. 281.

86 Rabaud, p. 96.

87 Gobin, p. 187 ; La Perre de Roo (1881), p. 68 ; La Perre de Roo (1883), p. 268 ; Gigot (1889), p. 110 ; La Villatte, p. 20 ; Mégnin, p. 347 ; Lamarche, p. 91 ; Delcroix, p. 19.

88 Tegetmeir (1868), p. 87 ; Chapuis, p. 203.

89 Wittouck (1901), p. 168.

90 Moore, p. 29.

91 Brémond, p. 121.

92 Russell, II, p. 204, n. 30.

93 Ğāḥiẓ, III, p. 225.

94 Idem, III, p. 280.

95 Idem, III, p. 218.

96 Gigot (1889), p. 217-218.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search