Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 8. Le colombier

Texte intégral

  • 1 Ğāḥiẓ, III, p. 213.
  • 2 Comme le soldat d’Acre sous Saladin, ‘Imād al-Dīn, p. 239 ; Abu Sāma1, II, p. 152 ; RHC, Or., IV, (...)

1Au rebours des demeures des humains, la taille des pigeonniers ne traduisait pas toujours l’opulence ni même la puissance : en Syrie, les colombophiles érigeaient aux oiseaux d’imposants bâtiments probablement carrés, comme le suggère le terme fastueux de qaṣr, que l’on devait imposer aux palais et qu’ils justifiaient par leurs dimensions, sans forcément révéler richesse ou rang. Leur renommée vint jusqu’en Iraq1, où les puissants n’en élevaient parfois que de petits. Quant aux humbles, ils s’accommodaient d’abris de fortune, qu’ils pouvaient monter de bois et de roseaux2.

  • 3 Ğāḥiẓ, III, p. 270.
  • 4 Propos entendus par Ğāḥiẓ au printemps de sa vie, une cinquantaine d’années avant d’écrire le Ḥaya (...)
  • 5 Ğāḥiẓ, III, p. 223-224.
  • 6 Qalqašandī, II, p. 96.

2À la campagne, les colombiers étaient plutôt placés près d’un champ3, où les volatiles glanaient à loisir ; en ville, généralement installé4: les montées et descentes fortifient les pigeons, dont ils musclent ailes et chair5 ; d’autres préféraient le toit, afin d’accoutumer les pigeonneaux à la rudesse de l’air et la chaleur du lieu, avant de rejoindre leurs parents dans le ciel qui leur apprenaient à voler et s’abattre, alors que s’ils naissaient près du sol, leur corps s’habituait au frais de l’ombre et au mou de l’air. Lorsqu’ils gagnaient ensuite la terrasse, la canicule passait pour les condamner aux maladies du foie et à la fièvre hectique6. Outre ces raisons qui exaltent les mérites du toit, les points culminants offrent d’autres avantages que les sources arabes omettent d’évoquer : ils sont visibles de loin, comme ils favorisent le dressage et l’entraînement des jeunes qui deviennent plus aériens.

LES TYPES PRINCIPAUX

3Comme le temps a renversé les colombiers médiévaux, dont il ne reste aucune trace, sinon celui de Kaḫtā qui n’est plus que ruines de ruines, non seulement les faibles édifices qui n’étaient pas conçus pour le défier, notamment si leurs briques crues avaient croulé en poussière pour s’évanouir lentement, mais également les plus imposants que les hommes ont réduits en débris pour les employer à bâtir divers monuments, si bien que seules les sources permettent d’en imaginer l’architecture. Les indications disséminées que l’on y découvre laissent entrevoir deux types de colombier.

  • 7 Blanchon, p. 30.
  • 8 Millet-Robinet, p. 145.
  • 9 Boitard et Corbié, p. 210 ; Millet-Robinet, p. 145, 148.

4Les plus courants devaient être les colombiers « de pied » (comme la langue spéciale les appelait jadis7), élevés sur une maçonnerie attenante ou non aux bâtiments voisins. Ils offraient une forme de tour, de préférence ronde, pour ses avantages : à l’extérieur, ils découragent les rats qui parviennent souvent à gravir les angles des bâtiments carrés8 ; à l’intérieur, ils favorisent la visite des nids à l’aide d’échelles tournantes et permettent d’en rétrécir l’entrée, si bien que les oiseaux peuvent défendre plus facilement leur couvée contre les prédateurs9. Toutefois, certains présentaient peut-être quatre faces aux quatre vents et d’autres huit.

  • 10 Comme le note Ğāḥiẓ, IV, p. 153. L’Iran les redoute toujours, Goushegir, p. 27.

5Les autres étaient soutenus par des colonnes ou des piliers pour mettre les volatiles à l’abri des ennemis coutumiers (carnassiers et rongeurs), hormis les serpents qui s’y glissent pour engloutir les pigeonneaux dont ils sont friands10. Leur figure pouvait offrir quatre, six ou huit côtés et peut-être même un cercle. Mais leur accès était d’ordinaire malaisé : seules des échelles permettaient d’y grimper.

6Quant aux fuies de bois généralement dressées sur un poteau central, elles étaient probablement inconnues.

  • 11 Boitard et Corbié, p. 116 ; Millet-Robinet, p. 146.

7Enfin, quel qu’en fût le genre, il fallait peindre les murs des bâtiments de chaux immaculée pour les rendre visibles aux pigeons du haut du ciel, comme les rafraîchir, dès qu’ils avaient commencé à faner pour jaunir11 ou tourner au gris. Aussi l’entretien devait les rendre aveuglants de blancheur.

L’IRAQ ABBASSIDE

  • 12 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; ou sawmaa, Ğāḥiẓ, III, p. 269, 270.
  • 13 Ğāḥiẓ, III, p. 269,270.
  • 14 Espanet, p. 30.
  • 15 Boitard et Corbié, p. 211.
  • 16 Ğāḥiẓ, II, p. 157.
  • 17 Idem, III, p. 269.

8Deux catégories de colombiers y apparaissent dans les sources. Dans les « tours » (burğ12) régnait l’ombre : porte close, ils n’étaient que vaguement éclairés par la lueur incertaine tombant d’une lointaine baie d’envol (kaww) perçant le toit, la seule voie possible pour les oiseaux de gagner le ciel et d’en revenir. Sa taille devait juste leur livrer passage, tour à tour13 ; autrement dit, elle était proportionnée à leur volume, afin d’interdire l’accès des pirates de l’air14. Mais son étroitesse ne manquait pas d’inconvénients : d’un côté, elle freinait les rentrées massives des fugitifs du ciel qui se dérobaient à l’assaut violent d’un rapace ; de l’autre, un mâle hargneux pouvait s’y embusquer pour repousser les retours, si bien que l’incubation menaçait d’être compromise15. Face à la baie, une planche s’offrait parfois au repos des oiseaux qui sortaient de la tour pour s’envoler dans la lumière ou tombaient du haut des airs pour rentrer dans la pénombre du colombier16. A l’intérieur, les boulins (tamārid) s’ouvraient au bas des murs dont ils couvraient les deux tiers : larges et séparés par une cloison, les meilleurs creusaient la maçonnerie17.

  • 18 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 66. Ce passage a été repris par Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239, sans second (...)
  • 19 Ğāḥiẓ, II, p. 335.

9Parfois plus prisés que les premiers et jugés plus sûrs, les seconds colombiers étaient perchés sur piliers de bois et percés de deux portes opposées au vent du midi. Même si leur intérieur était légèrement plus clair, ils ne tiraient qu’un jour blême de trois baies d’envol, dont la première trouait le toit, la deuxième regardait l’orient, la dernière l’occident18. Autrement dit, la tradition interdisait de les ouvrir au vent du nord qui les inonderait de froid en s’y engouffrant pour glacer les pigeons, d’autant plus qu’il fallait y tiédir l’hiver pour favoriser les ponte19.

L’EMPIRE MAMELOUK

  • 20 Maqrīzī, II, p. 231 ; Ẓāhīrī, p. 116, 117.
  • 21 Dörner, p. 320-325, pl. 78, 79 B.

10Les colombiers de la poste étaient généralement des « tours » (burğ)20. En Asie, ils devaient être en pierre, comme le fragment délabré de Kaḫtā ; mais en Afrique, surtout en Haute-Égypte, en brique crue, comme les bâtiments réservés de nos jours aux pigeons de chair. Cependant, ceux du Caire et de Basse-Égypte étaient peut-être, comme la majorité des monuments mamelouks, en pierre. Ils n’étaient pas tous indépendants : les plus petits pouvaient être abrités par des édifices sans lien avec la transmission des messages ou la colombophilie : celui de Kaḫtā surmontait le portail d’un aqueduc21.

  • 22 Évoqués seulement par Schiltberger, p. 68/p. 53.
  • 23 Castagnet, p. 34.

11Ils présentaient probablement deux types distincts par l’architecture et la destination : les premiers, où les mâles noyés dans l’ombre sans femelle22 attendaient leur liberté rendue par un billet, devaient être de noires prisons sans fenêtre et n’ayant d’autre ouverture que l’entrée, comme le réduit aveugle de Kaḫtā, malgré les méfaits des ténèbres : si les pigeons captifs sont privés de jour, d’espace et d’air même brièvement, ils sont voués à perdre leur puissance de vol pour devenir impropres aux voyages23 ; les seconds abritaient les couples et leur couvée. Bien que leur forme reste inconnue, ils ne devaient pas être noirs comme les premiers, mais seulement obscurs : les portes et les baies dont ils prenaient jour ne pouvaient les rendre clairs.

  • 24 Muqaffā, III, p. 123, 124 ; Durar, II, p. 83, n° 1476.
  • 25 Sulūk, II/III, p. 726, 740, 741 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 157, 168, 169, 170.
  • 26 Comme celui que le sultan Ḥāğğī érigea en 748/1347, Sulūk, II/III, p. 726 ; Abū l-Maḥāsin, X, p. 1 (...)
  • 27 Ibn Iyās, I/I, p. 516. Un passage d’Abū l-Maḥāsin, X, p. 169, confirme également la présence de ma (...)
  • 28 Sulūk, II/III, p. 741 ; Muqaffā, III, p. 124 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 170 ; Ibn Iyās, I/I, p. 516.

12Quant aux pigeonniers de sport, ils revêtaient une forme différente des colombiers de la poste ; les sources les désignent sous le terme d’« enclos » (ḥaẓīr24 ou ḥaḍīr25, plus proche du langage parlé), comme les parcs à bestiaux ; certains reposaient sur des piliers et des colonnes de bois26 qui les isolaient du sol pour les soustraire aux animaux grimpeurs, comme celui du sultan Muẓaffar Ḥāğğī qui dominait le portique du pavillon de la citadelle du Caire dont la splendeur frappait tant la vue qu’il fut décoré du nom sonore de « Stupéfiant » (Duhayša). Ce temple dédié à la colombophilie était d’un luxe insensé : son érection absorba des sommes fabuleuses pour le temps : ses boiseries ajourées (maqāṣīr) offraient des incrustations d’ébène et d’ivoire, dont l’art devait l’emporter sur la matière, mais qui ne pouvaient laisser passer qu’un faible jour ; leur faste était digne des écrans fins et ciselés qui enfermaient jalousement dans certaines mosquées l’enceinte réservée au souverain27. Mais cette frêle merveille qui couvrait le pavillon de son ombre fut éphémère : par la fureur embrasé, le sultan la fit démolir28 ; la fortune engloutie s’évanouit en fumée. Toutefois, les précieux décombres du colombier écroulé, notamment les bois légers comme des dentelles, furent sans doute sauvés pour parer d’autres bâtiments.

L’EMPIRE OTTOMAN

  • 29 Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

13Les rares colombiers qui ont survécu n’ont suscité aucune étude, même ceux du palais de Topkapi, dont la date demeure incertaine. Quant aux disparus, ils n’ont jamais été décrits, hormis celui de la citadelle du Caire qui échappe à la brume des sources : suivant l’allusion d’un voyageur29, il évoquait une « guérite » élevée que les gardiens refermaient dès qu’ils avaient vu les messagers rentrer dans sa pénombre pour les dépouiller du billet.

LA PERSE

  • 30 Beazley, p. 105-107, fig. 1 et 2, pl. I et II.
  • 31 Idem, p. 107-108.
  • 32 Également reproduite par Beazley, pl. V.

14À l’inverse des colombiers médiévaux qui devaient être des constructions fragiles, probablement destinées à demeurer enfouies dans la nuit du passé, ceux de l’Empire ṣafavide peuvent être imaginés grâce à deux tours tombantes qui n’ont plus pour toit que le ciel, dans les grands jardins royaux de Hazār Ğarīb près d’Ispahan et remontant apparemment au temps du šāh ‘Abbās (1587-1629)30. Bien qu’elles fussent consacrées à la collecte de la colombine destinée aux cultures de melons, leur architecture ne devait pas considérablement s’éloigner des bâtiments réservés aux voyageurs ailés, sauf l’intérieur qui ne pouvait offrir cette poussière de nids rendant impossible le contrôle du retour des messagers pour en détacher le billet ramené. Construites en briques cuites, elles sont formées de huit petits tambours régnant autour d’un large tambour central. La première est percée de deux portes, l’une au nord, l’autre au sud ; la seconde d’une seule s’ouvrant au midi, sans doute pour la fermer au froid pénétrant qu’apporte le vent du nord. La lumière leur tombait, en outre, du toit par des fenêtres maintenant disparues. Ce type devait être répandu, comme le suggèrent des ruines sans maître d’âge indéterminé qui survivent dans la région. Dans certaines, dépourvues d’entrée pour interdire l’accès aux serpents, régnaient l’ombre et le frais : elles ne tiraient leur jour que des baies percées dans le toit qui servaient de porte aux ramasseurs de fiente31. Outre ces divers témoignages que le temps permettra de compléter, trois planches, l’une dans la monographie latine d’Engelbert Kaempfer32 et deux dans la relation de voyage de Jean Chardin, représentent des spécimens légèrement différents : la première montre un colombier de Hazār Ğarīb, les deux autres quelques pigeonniers d’Ispahan et de la région de Gømīšān (Comicha). Circulaires, ils comportaient une base munie d’une corniche crénelée de merlons, qui soutenait tantôt une tourelle, tantôt deux en retrait successif et de hauteur décroissante, coiffées d’un toit parfois pointu comme un bonnet posé, parfois arrondi comme une calotte. Dans maints d’entre eux, il devait faire naturellement sombre : les bâtiments sans porte pour fermer le chemin aux serpents étaient à peine éclairés par le jour pâle des lointaines baies qui donnaient issue aux pigeons au sommet des murs. Mais les colombiers qui tiraient la lumière de proches fenêtres et de portes perçant la base devaient être légèrement plus clairs.

  • 33 Morier, p. 140 ; cité par Beazley, p. 107.
  • 34 Herbert, p. 120, à Mehyār ; repris par Beazley, p. 105.
  • 35 De 60 et 70 pieds, suivant Curzon, II, p. 19.

15Ces bâtiments n’étaient pas toujours nus à l’extérieur : si certains n’avaient pour tout ornement que la blancheur des murs, d’autres offraient à l’admiration ou, du moins, à la curiosité, décor et peintures33, révélant plus de soin que les façades des maisons pourtant souvent de belle apparence34 ; de plus, nombre d’entre eux frappaient par leur hauteur qui pouvait franchir 18 et même 21 mètres35.

16Enfin l’absence de colombiers sur pilotis suggère qu’ils étaient peu répandus, voire inconnus dans les campagnes : on ne devait les rencontrer qu’au sein des villes, dans le secret des demeures, probablement dans les cours.

LES AUTRES TYPES

17Cependant, tous les bâtiments destinés aux pigeons n’étaient pas « de pied » ou sur piliers. D’autres formes ont existé : sur les terrasses de Fez à la fin du Moyen Âge, les

2. Colombiers safavides de la région de G0misân, Perse.

3a. Colombiers ṣafavides de Perse, probablement de la région d’Ispahan.

3b. Colombier ṣafavide de Hāzar Ğarīb.

  • 36 Selon les termes de Jean-Léon l’Africain, I, p. 214.
  • 37 Goushegir, p. 30-33, 38.

18pigeonniers évoquaient les « armoires des droguistes36 » ; en Iran de nos jours, les colombophiles consacrent aux oiseaux diverses structures dans l’habitat, de type sans doute ancien : des colombiers toujours élevés sur le toit, dans un angle, de forme cubique ou proche du cube et offrant deux ou trois mètres de côté, les uns réservés aux mâles captifs, les autres aux cages enfermant des reproducteurs ou un couple dont le mâle est en voie d’adduction ; des niches appelées en langage populaire « maisons du couple » (ğuft ḫāna), dont chacune ne peut en recevoir qu’un et sa couvée ; elles sont ouvertes ou fermées, suivant leur destination : les unes sont disséminées dans la cour pour permettre les allées et venues des volatiles en liberté, les autres aménagées sur le toit pour adduire les mâles fraîchement acquis ou capturés par l’appariement, d’où les détenus ne sont tirés qu’à l’heure du grain37.

LES SOINS INTÉRIEURS

  • 38 Ğāḥiẓ, III, p. 272-273.
  • 39 Idem, III, p. 269.
  • 40 Idem, II, p. 335.
  • 41 Rāġib, « Une vente à livrer », p. 136-137.
  • 42 Une fois l’an en Perse à la fin du xix siècle, Curzon, II, p. 19 ; Beazley, p. 107 ; une ou deux f (...)

19Pour maintenir les bâtiments propres et frais38, il fallait les balayer et les laver à certaines heures39, sinon les œufs menaçaient d’être petits, comme les colombophiles le supposaient à tort40, liant leur taille à l’hygiène du colombier. De même, on devait en retirer régulièrement la fiente : son amas au fil des jours dégage des miasmes fétides et le démon de la vermine s’empare des volatiles qui désertent alors leur logis, si les petits ne les retiennent41. Dans les colombiers destinés aux pigeons de chair et à la production de la colombine, plutôt qu’aux voyageurs ailés, sa collecte et le nettoyage pouvaient ne s’effectuer qu’une ou deux fois l’an42.

  • 43 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 66 ; Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239.
  • 44 Boitard et Corbié, p. 123.
  • 45 Malézieux, p. 237.
  • 46 Comme le pensait Chapuis, p. 24-25, pour les fumigations résineuses de benjoin et d’encens.
  • 47 Jugement porté par Pelletan, p. 42, sur les fumigations de plantes aromatiques que certains éleveu (...)
  • 48 La Perre de Roo (1877), p. 128-129 ; Wittouck (1901), p. 240.
  • 49 Gobin, p. 184 ; Gigot (1889), p. 282.
  • 50 Millet-Robinet, p. 152.

20Enfin les fumigations de résine étaient prisées pour leurs bienfaits : elles étaient réputées favoriser la fécondité des volatiles43, sans doute en les soulageant des parasites qui les ravageaient. Des pratiques similaires ont traversé âges et pays : en Europe au xixe siècle, des éleveurs mettaient à profit l’absence des pigeons battant les champs pour brûler dans les colombiers diverses substances aromatiques (encens, benjoin, thym, lavande, styrax, romarin ou genièvre)44, afin de répandre dans l’air les douces émanations qui passaient pour les préserver des maladies45 et les délivrer de la vermine qui les dévorait46. Mais ces parfums sont superflus47 : ils ne servent d’ordinaire qu’à masquer la puanteur de la crasse qui finit toujours par triompher. Seules les fumigations de soufre peuvent détruire les parasites qui rongent les pigeonniers48. Toutefois, il faut en retirer les oiseaux avant d’y procéder49. Aussi, les amateurs éclairés préfèrent nettoyer les bâtiments que les embaumer50.

POUR CHASSER LE MAL

  • 51 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65-66 ; Qazwīnī, p. 285. Mais selon Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239, la plan (...)
  • 52 Qazwīnī, loc. cit.

21Pour écarter des colombiers les chats sauvages friands de pigeons et d’œufs, on y jetait la rue (siḏāb)51 : sa forte odeur nauséeuse due à l’huile essentielle qu’elle contient passait pour éloigner les félins comme les serpents des demeures52.

  • 53 Mahlat Mahw pour la femme de Sem, Adnaf Našā’ pour celle de Cham, et Zadqat Nabṯ pour celle de Jap (...)
  • 54 Ṣalīb, Naḥlab, Arbasisa, Ṭabarī, I, p. 211, 212, 213.

22Enfin, pour favoriser la croissance des jeunes et les préserver des maux, on traçait aux coins du bâtiment, en guise de talisman, trois noms étranges que l’on donnait pour ceux des brus de Noé, les femmes de Sem, Cham et Japhet53, non pas ceux que la tradition musulmane leur prête54, mais d’autres qui semblent des formules magiques dont la signification demeure impénétrable.

Notes

1 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

2 Comme le soldat d’Acre sous Saladin, ‘Imād al-Dīn, p. 239 ; Abu Sāma1, II, p. 152 ; RHC, Or., IV, p. 442 ; Lyons et Jackson, p. 310.

3 Ğāḥiẓ, III, p. 270.

4 Propos entendus par Ğāḥiẓ au printemps de sa vie, une cinquantaine d’années avant d’écrire le Ḥayawān, soit vers la fin du iie/viiie siècle, III, p. 223.

5 Ğāḥiẓ, III, p. 223-224.

6 Qalqašandī, II, p. 96.

7 Blanchon, p. 30.

8 Millet-Robinet, p. 145.

9 Boitard et Corbié, p. 210 ; Millet-Robinet, p. 145, 148.

10 Comme le note Ğāḥiẓ, IV, p. 153. L’Iran les redoute toujours, Goushegir, p. 27.

11 Boitard et Corbié, p. 116 ; Millet-Robinet, p. 146.

12 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; ou sawmaa, Ğāḥiẓ, III, p. 269, 270.

13 Ğāḥiẓ, III, p. 269,270.

14 Espanet, p. 30.

15 Boitard et Corbié, p. 211.

16 Ğāḥiẓ, II, p. 157.

17 Idem, III, p. 269.

18 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 66. Ce passage a été repris par Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239, sans seconde porte ni troisième baie.

19 Ğāḥiẓ, II, p. 335.

20 Maqrīzī, II, p. 231 ; Ẓāhīrī, p. 116, 117.

21 Dörner, p. 320-325, pl. 78, 79 B.

22 Évoqués seulement par Schiltberger, p. 68/p. 53.

23 Castagnet, p. 34.

24 Muqaffā, III, p. 123, 124 ; Durar, II, p. 83, n° 1476.

25 Sulūk, II/III, p. 726, 740, 741 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 157, 168, 169, 170.

26 Comme celui que le sultan Ḥāğğī érigea en 748/1347, Sulūk, II/III, p. 726 ; Abū l-Maḥāsin, X, p. 157.

27 Ibn Iyās, I/I, p. 516. Un passage d’Abū l-Maḥāsin, X, p. 169, confirme également la présence de maqāsīr.

28 Sulūk, II/III, p. 741 ; Muqaffā, III, p. 124 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 170 ; Ibn Iyās, I/I, p. 516.

29 Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

30 Beazley, p. 105-107, fig. 1 et 2, pl. I et II.

31 Idem, p. 107-108.

32 Également reproduite par Beazley, pl. V.

33 Morier, p. 140 ; cité par Beazley, p. 107.

34 Herbert, p. 120, à Mehyār ; repris par Beazley, p. 105.

35 De 60 et 70 pieds, suivant Curzon, II, p. 19.

36 Selon les termes de Jean-Léon l’Africain, I, p. 214.

37 Goushegir, p. 30-33, 38.

38 Ğāḥiẓ, III, p. 272-273.

39 Idem, III, p. 269.

40 Idem, II, p. 335.

41 Rāġib, « Une vente à livrer », p. 136-137.

42 Une fois l’an en Perse à la fin du xix siècle, Curzon, II, p. 19 ; Beazley, p. 107 ; une ou deux fois en Egypte, Rāġib, loc. cit.

43 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 66 ; Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239.

44 Boitard et Corbié, p. 123.

45 Malézieux, p. 237.

46 Comme le pensait Chapuis, p. 24-25, pour les fumigations résineuses de benjoin et d’encens.

47 Jugement porté par Pelletan, p. 42, sur les fumigations de plantes aromatiques que certains éleveurs avaient l’habitude de faire dans les colombiers.

48 La Perre de Roo (1877), p. 128-129 ; Wittouck (1901), p. 240.

49 Gobin, p. 184 ; Gigot (1889), p. 282.

50 Millet-Robinet, p. 152.

51 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65-66 ; Qazwīnī, p. 285. Mais selon Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239, la plante était jetée dans les briques crues.

52 Qazwīnī, loc. cit.

53 Mahlat Mahw pour la femme de Sem, Adnaf Našā’ pour celle de Cham, et Zadqat Nabṯ pour celle de Japhet, Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 66 ; ou Maḥlat Maḥm, Naf Nasā et Fālir dans Ibn ‘Abd Rabbih, VI, p. 239.

54 Ṣalīb, Naḥlab, Arbasisa, Ṭabarī, I, p. 211, 212, 213.

Table des illustrations

Légende 2. Colombiers safavides de la région de G0misân, Perse.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1228/img-1.jpg
Fichier image/, 333k
Légende 3a. Colombiers ṣafavides de Perse, probablement de la région d’Ispahan.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1228/img-2.jpg
Fichier image/, 135k
Légende 3b. Colombier ṣafavide de Hāzar Ğarīb.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1228/img-3.jpg
Fichier image/, 258k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540