Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 7. Triage

Texte intégral

LES MOIS D’ÉCLOSION

  • 1 Pour ne pas séquestrer les deux sexes, Chapuis, p. 83.
  • 2 La Perre de Roo (1877), p. 164 ; Gobin, p. 184-185 ; Gigot (1889), p. 62-63 ; Wittouck (1898), p. (...)
  • 3 Ğāḥiẓ, III, p. 169 ; repris par Nuwayri, X, p. 274.
  • 4 Varron, p. 140, livr. III, § VII.
  • 5 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Élien, p. 4, livre 1, § 15 ; Pline, X, p. 79, § 147.
  • 6 II, p. 335.
  • 7 Selon Espanet, p. 57, le froid de l’hiver fait manquer aisément deux couvées, comme la chaleur de (...)

1Longtemps les femelles ne furent pas, momentanément, séparées des mâles et retenues captives1 vers la mi-août, pour ne pas suspendre la mue par les naissances, ni de novembre ou décembre à la fin janvier, la mi-février ou la mi-mars, afin d’éviter les accouplements indésirables et prématurés suivis des pénibles couvées hivernales2. Aussi pondaient-elles dix mois par an en Iraq ; et même toute l’année, si on leur prodiguait les soins appropriés, suivant Ğāḥiẓ3 qui omet de nommer les deux mois sans œufs, jugeant inutile d’en instruire les lecteurs même lointains qui n’avaient que des lueurs sur la colombophilie. Était-ce dans la période comprise entre le solstice d’hiver (21 décembre) et l’équinoxe du printemps (21 mars), comme dans l’Antiquité4 ? Sauf en Égypte, où les pontes n’étaient pas interrompues, depuis la nuit des temps, par le mois du solstice5 ? Ou plus précisément janvier et février, dont le froid inexorable empêche les œufs d’éclore ? Ou bien encore l’été, notamment juillet et août dont la chaleur se révèle souvent néfaste aux couvées ? Un autre passage de Ğāḥiẓ fournit une réponse relativement vague au précédent fragment6 : les pigeons peuvent se reproduire le long de l’année si on leur prodigue tiédeur l’hiver et fraîcheur l’été. Il permet de situer le premier mois dans les rigueurs hivernales, le second dans les ardeurs estivales7.

  • 8 Abū l-Faẓl, I, p. 216/1, p. 299.

2Mais les méfaits de cette prolificité furent tardivement découverts et les couples finalement dépariés : dans les colombiers d’Akbar, les mâles étaient séparés des femelles près de la moitié de l’année : du printemps qui s’ouvre en farwardin (21 mars) à l’automne (mihrmāh) qui commence le 21 septembre8. Comme l’éclosion des œufs risquait d’être compromise, sitôt la chaleur éclatée, les accouplements débutaient après la mue pour s’achever avant son apparition : les premières couvées étaient d’arrière-saison, les dernières de printemps. Ce repos de quatre mois permettait aux volatiles de récupérer.

  • 9 Qalqašandī, II, p. 96.
  • 10 Kušāğim, p. 277.

3Mais si les pontes n’étaient pas suspendues ou ne l’étaient que brièvement au cours de l’année, le mois de naissance solaire (et non lunaire, comme le calendrier musulman) n’était pas indifférent : il passait pour déterminer la valeur des pigeons. Ceux qui brisaient leur coquille en mars (āḏār), avril (nisān), mai (ayār), septembre (aylūt), octobre (tašrīn I) et novembre (tašrīn II) étaient réputés robustes, intelligents et bien venus. En revanche, ceux qui émergeaient à la lumière en juin (ḥazīrān), juillet (tamūz), août (āb), décembre (kānūn I), janvier (kānūn II) et février (šubāṭ) étaient tenus pour faibles et bêtes ; de plus, ils dépérissaient en changeant de plumage deux fois l’an, au lieu d’une9. En gros, les pontes de printemps et d’automne étaient les meilleures, les pontes d’été et d’hiver les pires10.

  • 11 Chapuis, p. 97-98 ; La Perre de Roo (1877), p. 162 ; Gobin, p. 183 ; Wittouck (1901), p. 126 ; Ren (...)
  • 12 Lullin, p. 79.
  • 13 Pour reprendre les termes de La Perre de Roo (1877), p. 163.
  • 14 Gobin, p. 183 ; La Perre de Roo (1883), p. 264-165 ; Secrets, p. 29-30 ; Van der Linden, p. 120.
  • 15 Chapuis, p. 100 ; La Perre de Roo (1877), p. 164.
  • 16 Millet-Robinet, p. 153 ; Lullin, p. 79.
  • 17 Chapuis, p. 106 ; La Perre de Roo (1877), p. 164 ; Gobin, p. 111 ; Gigot (1889), p. 55-56, 166.
  • 18 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 42.

4Ces classements renferment plus qu’une ombre de vérité. Les jeunes des premières volées sont toujours les plus prisé11, notamment ceux de mai12 ; ils sont plus aptes à voyager que les tardifs (éclos de la fin décembre à la fin janvier) : souffreteux, ces derniers endurent péniblement le froid et ne forment jamais, si l’hiver les épargne, que des « oiseaux mal venus, à tempérament lymphatique, des rejetons rabougris sans fond, sans force, sans vivacité et sans énergie13 ». En outre, ils restent inutiles l’année de leur naissance : les grandes rémiges dont l’âpreté hivernale a suspendu la chute se renouvellent quand la saison devient clémente (fin avril-début mai), souvent presque en même temps que celles qui ont déjà changé. Cette mue en deux endroits de l’aile, interrompue quand l’automne ramène le froid, puis achevée au printemps, couramment tenue pour double, les rend effectivement impropres aux voyages14. Quant aux pigeonneaux d’été, ils ne sont pas fatalement chétifs et stupides, sauf parfois ceux d’août et de septembre dits « d’arrière-saison » : si certains deviennent aussi robustes et beaux que ceux du mois de mai15, d’autres ne peuvent gagner en vigueur avant les rigueurs des jours glacés16, d’autant plus que la mue des tardifs offre l’inconvénient d’être incomplète en automne : elle s’arrête aux premiers frissons pour reprendre au retour des souffles tièdes17. Aussi gardent-ils les dernières rémiges, que les colombophiles ont coutume d’appeler « plumes de nid », pour les renouveler l’année suivante18.

LES CRITÈRES DE SÉLECTION

  • 19 Ğāḥiẓ, III, p. 211.
  • 20 Idem, III, p. 168-169.
  • 21 Idem, III, p. 164,209.
  • 22 Idem, I, p. 118 ; III, p. 169.
  • 23 Idem, III, p. 226.
  • 24 Idem, III, p. 164.
  • 25 Idem, III, p. 270.
  • 26 Rāġib(1993), p. 749-751.

5Comme les observateurs attentifs qui flairaient la patrie des étrangers malgré leur diversité, fussent-ils de Kūfa, de Basra, de Médine, de Syrie ou même du lointain Yémen, les colombophiles avertis devinaient à vue la généalogie, l’espèce et le pays d’origine des pigeons qui ne pouvaient leur être dissimulés19. L’oracle de Basra, Muṯannā b. Zuhayr, était même apte à découvrir les jeunes doués pour le retour au nid au moyen d’infimes indices, sans les éprouver, si bien que leur prix s’envolait s’il venait à les convoiter20 ; de même, il parvenait à déceler les pigeons dépourvus de sens de direction parmi les pigeons de souche, aussi bien que les oiseaux pleins d’espérance parmi ces inconnus (mağhūl) qui rappelaient les hommes couramment baptisés ḫāriğī que leur mérite mettait au-dessus de leur naissance21. La science profonde qu’il avait lentement acquise s’était probablement propagée par la voix, mais nul n’égala sa clairvoyance en ce domaine comme son eunuque Ḥudayğ22 qui avait dû longtemps germer dans son ombre et recueillir la pluie de secrets dont il l’avait abreuvé au cours des ans. Pour le choix des voyageurs promis aux courses et au port des plis, les colombophiles se fondaient d’abord sur la constitution et surtout la filiation23. Aussi tendaient-ils à préférer les produits de l’élite aux rejetons des pigeons communs, tout en reconnaissant que les vertus et les vices des parents ne sont pas toujours transmis à leur progéniture : les vils n’enfantent pas tous des vils et les nobles des nobles, comme la folie peut engendrer la raison, la générosité l’avarice et la beauté la laideur24. Mais si la généalogie échappait aux colombophiles, la physiognomonie (firāsa) réputée infaillible les guidait dans leur choix, si bien qu’ils se croyaient naïvement à l’abri d’erreurs25. De pareils bruits couraient sur cette prétendue science dont les Arabes avaient hérité des Grecs les règles qui permettaient de percer les secrets des humains par leur apparence physique, alors qu’elle dévoyait couramment les grands esprits, notamment pour l’achat d’esclaves26.

6Bien que l’on ne puisse deviner la future vitesse du pigeonneau dès l’éclosion, maints colombophiles prétendaient qu’elle était clairement révélée par nombre de signes certains avant le baptême de l’air : il devait constamment s’agiter, se dégager de l’ombre du corps de son père ou de sa mère comme pour quitter le nid, avoir la tête dégarnie, les plumes du corps et des ailes longues dès la naissance, puis étendues pour lui couvrir le dos.

  • 27 Qalqašandī, II, p. 95.

7D’autres, plus sages, croyaient reconnaître les jeunes espoirs au moyen d’indices manifestes, dès les premiers vols et l’appariement : vue perçante, chair légère, graisse abondante, plumage clairsemé, bec à long pan à coups de crayon arrondis, contour de l’œil double, os allongés, queue réduite, cou saillant, cuisses longues, jambes courtes, pieds blancs comme les balzanes des chevaux, grande vigilance, fiente rare, assurance (comme une conscience de sa vitesse), ascension rapide, tête fréquemment tournée dans l’air, séjour en un seul lieu jusqu’à l’accouplement ; ensuite le mâle devait ardemment désirer sa femelle, bien la traiter et ne pas la rejeter27.

  • 28 Ğāḥiẓ, III, p. 270-272.
  • 29 Ibn Sida, VIII, p. 170-171 ; Waṭwāṭ, II, p. 193 ; Nuwayri, X, p. 270-271. ‘Umari, p. 313, semble s (...)

8Mais les amateurs les plus avisés triaient les pigeons légèrement plus tard, d’après une foule de signes que l’Orient avait pris coutume d’observer depuis la nuit des âges. Ils ne furent cependant que tardivement cristallisés par l’écriture, et transmis seulement par Ğāḥiẓ. Il a pu les tirer de la monographie que son maître, le grammairien Abū ‘Ubayda, avait consacrée aux colombins au tournant des iie/viiie et iiie/ixe siècles et qu’il a dû connaître, bien qu’il feigne de l’ignorer en négligeant de la citer, aussi bien que les recueillir des lèvres des colombophiles de Basra et de Bagdad qui lui avaient livré les secrets utiles qu’ils détenaient. Mais il fut probablement le premier à les classer en quatre catégories : conformation (taqṭī), toucher (mağassā), naturel (šamā’il) et mouvement (ḥaraka)28. Son Livre des animaux les porta jusqu’aux limites du monde musulman : aussi furent-ils reproduits par différents compilateurs à des siècles de distance29, tantôt intégralement, tantôt par bribes.

  • 30 Ğāḥiẓ, m, p. 270-271.

9Les qualités physiques étaient non seulement les plus nombreuses, mais également les plus probantes30 : la tête devait être convexe et de taille moyenne ; les yeux de belle forme ; les pupilles vives ; le bec court sans finesse et ses coups de crayon importants ; les narines amples ; le cou long et droit ; la poitrine large ; les épaules saillantes ; le sternum fort ; les cuisses volumineuses ; les jambes courtes ; les pattes allongées sans excès ; les ongles séparés ; les muscles durs ni enflés ni secs ; la queue courte et fine sans plumes emmêlées ni écartées ; la robe de couleur pure.

  • 31 Ğāḥiẓ, III, p. 271 ; Nuwayrī, X, p. 271.

10Si ces premiers signes corporels étaient reconnus par le regard, les seconds ne pouvaient l’être que par la prise en mains : fermeté des formes, vigueur de la chair, solidité des muscles, dureté du dos, du bec sans finesse et douceur au plumage sans délicatesse31.

  • 32 Ğāḥiẓ, III, p. 271-272 ; repris par Nuwayri, loc. cit.

11Comme les qualités physiques, les traits innés qui trahissaient le caractère32 étaient discernés par une observation attentive : le pigeon devait avoir la vue pure, l’œil juste, une grande prudence, une belle manière de tourner la tête, comme il devait s’envoler légèrement, abandonner toute hâte en picorant, trembler à peine s’il était d’effroi saisi et ne manifester qu’une pointe d’arrogance.

  • 33 Ğāḥiẓ, III, p. 272 ; Nuwayrī, loc. cit.
  • 34 Ğāḥiẓ, III, p. 272.
  • 35 Poulain, p. 12.
  • 36 Zaepffel, p. 81-82. Les autres qualités physiques ne doivent cependant pas être négligées, Wittouc (...)

12Enfin les derniers signes n’étaient révélés que par les mouvements de l’oiseau dans l’air : altitude de vol, allongement du cou en s’élevant en droite ligne vers le ciel, rapprochement des ailes, peu de trouble, engagement dans la course sans confusion, bonne orientation sans tournoiement et puissance dans l’allongement du trajet33. L’oiseau qui réunissait ces qualités était parfait ; pour les autres (les imparfaits), leur bonne direction et leur rapidité dépendaient des avantages dont ils bénéficiaient34. Ces multiples signes ne semblent avoir tous retenu l’attention qu’ils méritent, si bien que leur valeur demeure une énigme. Seuls certains continuent à recueillir la faveur des colombophiles, comme l’œil qui passe toujours pour primordial, notamment pour révéler les qualités de reproduction35 : maints amateurs effectuent les tris à la seule inspection de l’iris qui permet de repérer l’origine et l’état de santé des pigeons, bien qu’il ne suffise pas à reconnaître le plus rapide ou le plus robuste36.

  • 37 D’après les fragments repris par Qalqašandī, II, p. 94.

13Longtemps plus tard, Qawwāṣ devait s’étendre sur les signes qui dénonçaient le pigeon rapide dans la monographie disparue, dédiée au calife Nāṣir37. Si certains sont repris mot pour mot du Livre des animaux de Ğāḥiẓ, les autres furent probablement recueillis auprès des colombophiles de Bagdad qui lui avaient dévoilé les arcanes de leur science en échangeant sans doute leurs secrets : les yeux devaient être de taille moyenne, ni saillants, ni caves, sans faiblesse, ni angoisse ni peur, les narines ni grandes ni petites, le dos plan, ni bombé, ni brisé, l’oiseau, debout, devait dresser la poitrine, lever le cou, écarter les cuisses comme l’autour des palombes, ne pas manquer le but en retombant du ciel et ingérer rapidement le grain.

  • 38 Qalqašandī, II, p. 95.

14Si ces traits dénonçaient les jeunes de grande espérance, puis l’oiseau idéal, quelques caractères maudits constituaient des tares rédhibitoires : queue longue, plumes écartées et pattes pendantes en s’abattant sur le toit après un long vol38.

  • 39 Abu 1-Faẓl, I, p. 217/I, p. 300-301.
  • 40 Ğāḥiẓ, III, p. 226-227.
  • 41 La Perre de Roo (1881), p. 68.

15En d’autres terres d’Islam, les colombophiles cultivaient des secrets différents pour trier les pigeons. Dans l’Empire moghol (et probablement dans les temps antérieurs en cette région lointaine du monde), ils se bornaient d’abord à l’examen des pieds, de la forme des yeux ou des narines qui devaient être dilatées. Mais l’empereur Akbar découvrit une foule d’autres signes révélateurs : aussi l’estimation des oiseaux cessa d’être un mystère impénétrable même aux initiés pour devenir aisée aux novices. Il commença par classer en trois catégories les indices qui avaient jusqu’alors servi au tri et les compara pour en allonger la liste : les yeux et leurs marques du haut et du bas (sans doute le large ruban charnu qui les entoure), les ongles et les deux côtés supérieur et inférieur du bec (probablement, les excroissances ou « morilles » dont il est chargé). Puis il inspecta la variété et la couleur des protubérances annulaires des pieds. Consignés dans un cahier, ces divers signes amenèrent l’empereur à distinguer dix classes de volatiles différenciées par le prix et séparées par les bâtiments qui abritaient leur nid39. Mais la meilleure sélection est le fruit d’un entraînement qui permet de retenir parmi les oiseaux élus selon leur conformation et leur filiation (sans parler d’autres critères) ceux qui sont doués pour le retour40 : ainsi, les colombiers sont graduellement épurés, de génération en génération, par l’élimination naturelle des pigeons les plus faibles qui succombent lors des épreuves auxquelles ils sont soumis pour ne conserver pour la reproduction que les plus vigoureux, si bien que la race lentement amendée devient pure41.

Notes

1 Pour ne pas séquestrer les deux sexes, Chapuis, p. 83.

2 La Perre de Roo (1877), p. 164 ; Gobin, p. 184-185 ; Gigot (1889), p. 62-63 ; Wittouck (1898), p. 135 ; Wittouck (1901), p. 158 ; La Venne de Choulot, p. 50-51 ; Zaepffel, p. 78-80 ; Brechemin, p. 39-40. La mue suspendue reprend dès que les pigeonneaux peuvent se suffire à eux-mêmes, La Perre de Roo (1877), p. 168.

3 Ğāḥiẓ, III, p. 169 ; repris par Nuwayri, X, p. 274.

4 Varron, p. 140, livr. III, § VII.

5 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Élien, p. 4, livre 1, § 15 ; Pline, X, p. 79, § 147.

6 II, p. 335.

7 Selon Espanet, p. 57, le froid de l’hiver fait manquer aisément deux couvées, comme la chaleur de juillet et d’août.

8 Abū l-Faẓl, I, p. 216/1, p. 299.

9 Qalqašandī, II, p. 96.

10 Kušāğim, p. 277.

11 Chapuis, p. 97-98 ; La Perre de Roo (1877), p. 162 ; Gobin, p. 183 ; Wittouck (1901), p. 126 ; Renaudet, p. 21.

12 Lullin, p. 79.

13 Pour reprendre les termes de La Perre de Roo (1877), p. 163.

14 Gobin, p. 183 ; La Perre de Roo (1883), p. 264-165 ; Secrets, p. 29-30 ; Van der Linden, p. 120.

15 Chapuis, p. 100 ; La Perre de Roo (1877), p. 164.

16 Millet-Robinet, p. 153 ; Lullin, p. 79.

17 Chapuis, p. 106 ; La Perre de Roo (1877), p. 164 ; Gobin, p. 111 ; Gigot (1889), p. 55-56, 166.

18 Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 42.

19 Ğāḥiẓ, III, p. 211.

20 Idem, III, p. 168-169.

21 Idem, III, p. 164,209.

22 Idem, I, p. 118 ; III, p. 169.

23 Idem, III, p. 226.

24 Idem, III, p. 164.

25 Idem, III, p. 270.

26 Rāġib(1993), p. 749-751.

27 Qalqašandī, II, p. 95.

28 Ğāḥiẓ, III, p. 270-272.

29 Ibn Sida, VIII, p. 170-171 ; Waṭwāṭ, II, p. 193 ; Nuwayri, X, p. 270-271. ‘Umari, p. 313, semble s’en être inspiré en les abrégeant.

30 Ğāḥiẓ, m, p. 270-271.

31 Ğāḥiẓ, III, p. 271 ; Nuwayrī, X, p. 271.

32 Ğāḥiẓ, III, p. 271-272 ; repris par Nuwayri, loc. cit.

33 Ğāḥiẓ, III, p. 272 ; Nuwayrī, loc. cit.

34 Ğāḥiẓ, III, p. 272.

35 Poulain, p. 12.

36 Zaepffel, p. 81-82. Les autres qualités physiques ne doivent cependant pas être négligées, Wittouck (1910), p. 10.

37 D’après les fragments repris par Qalqašandī, II, p. 94.

38 Qalqašandī, II, p. 95.

39 Abu 1-Faẓl, I, p. 217/I, p. 300-301.

40 Ğāḥiẓ, III, p. 226-227.

41 La Perre de Roo (1881), p. 68.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540