Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 6. Races et couleurs

Texte intégral

LA DENOMINATION DES VOYAGEURS AILÉS

  • 1 Comme le souligne Waṭwāṭ, II, p. 191.
  • 2 Ğāḥiẓ, I, p. 97 ; II, p. 79 ; III, p. 213, 270.
  • 3 Abu l-Farağ Iṣbahānī, XIV, p. 34 ; Iḫwān al-Ṣafā, II, p. 233 ; Ibn Buḫtīšū‘, fol. 39 v° ; Ibn al-A (...)
  • 4 Ibn Sīda, VIII, p. 170 ; Bakrī, I, p. 432 ; Maqqarī, IX, p. 72.
  • 5 Ainsi figure-t-il dans l’édition de Būlāq des Agānī d’Abū l-Farağ Iṣbahānī, et même dans le Supplé (...)
  • 6 Sibṭ, VIII/II, p. 437.
  • 7 Ibn Nāzir al-Ğayš, p. 124, 125 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234, 235 ; Maqrizī, II, p. 231 ; ʿ (...)
  • 8 Ğāḥiẓ, III, p. 147 ; Ibn Qalāqis, p. 133 ; Suyūṭī, II, p. 314 ; Ṭawq, p. 62, 72.
  • 9 Abū l-Farağ Iṣbahānī, loc. cit. ; Ibn al-Aṯīr, XI, p. 375 ; XII, p. 440 ; Bāhir, p. 159 ; Abū Šāma(...)
  • 10 Qādī Fāḍil dans Ṭawq, p. 66 ; Ibn ʿAbd al-Ẓāhir dans Ṭawq, p. 68 ; Šāfiʿ b. ʿAlī, p. 411/416 ; ‘Um (...)
  • 11 Ḫālidī, loc. cit. ; Maqrizī, II, p. 211.
  • 12 Alf layla wa layla, III, p. 417 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 433 ; Ṭawq, p. 6 (...)
  • 13 Ittiʿāz, III, p. 266.

1De la foule de noms que l’arabe leur donna au cours du temps, le plus ancien et probablement le plus significatif est celui de ḥamām huddī ou hādi (au pluriel, huddā’ ou hawādī, littéralement : pigeons doués du sens de direction). Particulièrement vivace en Iraq1 qui en fut probablement le berceau, comme le suggèrent ses premiers témoignages2, il gagna le restant de l’Orient jusqu’à l’Égypte3 et même l’Occident lointain (Andalus)4 pour tomber tardivement en déclin : banni du langage parlé, puis de l’écrit, sa forme devint si floue qu’il fut longtemps pris pour un vague homographe : hindi (indien)5. Sa disparition l’a rendu de nos jours inconnu même aux colombophiles. Puis les voyageurs ailés furent couramment désignés sous deux termes : l’un générique : ṭayr, tāir, au pluriel tuyūr, atyār (oiseau), qui demeure limpide, malgré une ambiguïté rarement perdue quand un adjectif précis est placé derrière lui comme ‘atīq, pluriel ‘utq (noble)6, ou maymūn (béni)7 que la langue littéraire donne depuis le premier siècle des Abbassides au pigeon8 ; l’autre spécifique : ḥamām, pluriel ḥamā’im (pigeon), souvent suivi d’une épithète, telle que mansūb, pluriel manāsīb (de souche)9, et rasāilī (messager)10 ou d’un mot appliqué aux lettres dont ils étaient chargés : rasāil (des messages)11 et biṭāqa12, baṭā’iq (des billets)13.

  • 14 Waṭwāṭ, loc. cit.
  • 15 Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, X, p. 269.
  • 16 Ṣayrafi, I, p. 309.
  • 17 VIII, p. 170.
  • 18 Ğāḥiẓ, III, p. 146, 147, 169, 216, 222, 223 ; Nuwayrī, X, p. 257.
  • 19 Ğāḥiẓ, III, p. 213, 214.

2Outre ces dénominations dominantes, d’autres marginales et relativement populaires sont apparues en certains pays pour s’évanouir lentement au cours du temps. A Basra, les voyageurs ailés furent baptisés du nom de madīniyyāt14, qui en révèle l’origine et peut-être aussi la coutume de les engager dans des courses interdites qui serait venue de la ville sainte du Prophète ; alors qu’en Égypte, le peuple les appelait baṣārī15, même s’ils n’étaient plus importés de la cité lointaine du bas Iraq, ou simplement biṭāqa16, par une étrange synecdoque qui désignait le messager sous le nom du message confié à ses ailes rapides. Quant à l’adjectif qui a triomphé de nos jours, zāğil, il n’apparaît qu’exceptionnellement dans les sources médiévales : on ne le rencontre que dans le dictionnaire d’Ibn Sīda17. Toutefois, les formes zigāl18 ou zağal19 s’appliquent parfois au lâcher.

  • 20 Rūmī, p. 103 (vers 1690).
  • 21 Ateš et Tarzi, Farsça grameri, I, p. 119, cité par Meier, p. 270.

3Au rebours de l’arabe, le persan semble disposer de moins de mots pour désigner les voyageurs du ciel, malgré la longue vogue de la colombophilie que les rigueurs n’ont jamais pu enrayer. Les plus courants sont kabutar-i payk20 ou kabutar-i nāmabar (pigeon messager)21.

ESPÈCES

  • 22 Buffon, IV, p. 304, 311-312 ; Lullin, p. 10 ; Espanet, p. 13 ; Darwin, p. 23-27 ; Variation, I, p. (...)
  • 23 Origine évoquée par Buffon, IV, p. 312.
  • 24 Levi, p. 41, §50, p. 42, § 53.
  • 25 II, p. 203.
  • 26 Moore, p. 25, le donne au pigeon messager. On le retrouve sous la plume de Buffon, IV, p. 343. Mai (...)
  • 27 La Perre de Roo (1877), p. 18.
  • 28 La Perre de Roo (1883), p. 182-191.
  • 29 Tegetmeir (1868), p. 74-75 ; La Perre de Roo (1883), p. 137-140 ; Levi, p. 167, § 198.

4Les ornithologues qui s’accordent à faire descendre tous les pigeons du bise22 (malgré son nom, plus bleu que bis23, sinon il ne serait devenu Blue Rock Dove en anglais) les classent sous une seule race : Columba livia domestica24. Les autres termes latins sont non seulement d’une valeur minime, d’autant plus que maintes espèces en sont dépourvues, mais propres à confondre : ainsi au Siècle des lumières, le naturaliste britannique Alexander Russell, dans sa monumentale Natural History of Aleppo25, donne à ses messagers ailés celui du volant (Columba tabellaria)26, dit pigeon hirondelle parce qu’il gagne rapidement les nues27 ou monte-au-ciel28, alors qu’ils appartiennent à une variété différente : Columba tuberculosa, appelée en anglais Scandaroons (tiré d’Iskandarūn, nom arabe d’Alexandrette), en allemand Nürnberger Bagadetten et en français « bagadais de Nuremberg29 ».

  • 30 Ibn Sida, VIII, p. 170.
  • 31 Viré, EI2, III, p. 111 -112, en fait à tort des « haut-voiliers » qui reliaient le Bosphore à Basr (...)
  • 32 Waṭwāṭ, II, p. 191 ; Nuwayri, X, p. 270.
  • 33 Qalqašandī, II, p. 96.
  • 34 Ce terme désigne dans le langage colombophile une tache de couleur (également appelée coup de pinc (...)

5Tous les pigeons domestiques ne servaient pas au port des plis ou au sport, même s’ils s’élançaient en droite ligne vers le ciel ou le traversaient comme une flèche : les naf-fāzāt (bondissants) ou samāwiyyāt (célestes) qui disparaissaient du regard au-delà des nuages30 n’emportaient pas de messages31. Des races usitées, seules deux apparaissent dans les sources arabes : les ‘alawi (qui volaient au haut des airs) petits et rapides, à tête ronde et iris rouge32, et les andam33, dont les sujets d’élite de noble souche et grande vitesse se distinguaient par divers signes : voix puissante, yeux caves, narines dilatées, bec noir de la tête au bout sans l’ombre d’un blanc, pourvu de larges « coups de crayon » (qirṭim)34 et d’épais coins.

  • 35 Pétis de la Croix, p. 103-104.
  • 36 Rocchetta, p. 66 ; Gonzales, II, p. 628.
  • 37 Troilo, p. 610.
  • 38 Dallam, p. 32.
  • 39 Volney, p. 275.
  • 40 Troilo, loc. cit.
  • 41 Gonzales, loc. cit. ; Pétis de la Croix, p. 78 ; Troilo, loc. cit.
  • 42 Pétis de la Croix, loc. cit.
  • 43 Rocchetta, p. 66.
  • 44 Pétis de la Croix, loc. cit. ; Troilo, loc. cit.

6Les pigeons les mieux décrits servaient de courriers entre Alep et le port d’Alexandrette légèrement après qu’il en fut devenu la porte. Venus, suivant la tradition, de Bagdad35 et apparus dans l’horizon des textes à l’extrême fin du xvie siècle, ils continuèrent à piquer la curiosité longtemps après leur abandon dans la première moitié du xviiie. Maints passages leur ont été consacrés par divers voyageurs occidentaux qui les ont vus passer dans les cieux pour disparaître des yeux, ou observés de près sur la terre. De taille variable, ils pouvaient être plus grands que les pigeons communs36, aussi bien que relativement petits, bleutés37 comme immaculés38, et probablement revêtir d’autres tons courants (brun, roux, cendré, mosaïque ou noir) qui n’ont pas frappé les regards distraits de l’Occident. Ils se distinguaient par des narines renflées et raboteuses, au lieu d’être lisses et unies39, de grands yeux rouges40, un gros bec41 de pourpre42 sur un signe blanc43 et des pattes écarlates44.

  • 45 Suivant le témoignage de Moore, p. 56. Voir aussi Variation, I, Darwin p. 148 ; Boeve (1898), p. 8 (...)
  • 46 Moore, p. 28-29 ; Buffon, IV, p. 328-329 ; Boitard et Corbié, p. 184-188 ; Lullin, p. 27-30 ; Espa (...)
  • 47 La Perre de Roo (1877), p. 16 ; La Perre de Roo (1883), p. 3-4 ; Zaepffel, p. 41 ; Poulain, p. 11.
  • 48 La Perre de Roo (1877), p. 15-16, 17.
  • 49 Wittouck (1898), p. 21.

7Importés dans la région de Nuremberg à une date indéterminée, probablement au Siècle des lumières (sinon avant)45, une longue faveur les répandit lentement en Europe. Mais dégénérés par l’oisiveté, ils ont perdu l’instinct de retour qui les ramenait au nid, si bien qu’ils sont devenus impropres aux voyages pour l’agrément des volières, comme les bagadais introduits par des marins hollandais vers 1765, sous le nom corrompu de bagadat, bagadetten, qui ont donné naissance aux dragons46. En revanche, les carriers persans47, rapportés à une date inconnue, ont échappé au déclin et semblent avoir été à l’origine des carriers anglais48 et irlandais49.

  • 50 Variation, I, p. 148-149 ; Gobin, p. 34-35 ; La Perre de Roo (1883), p. 313-315 ; Renaudet, p. 268 (...)
  • 51 La Perre de Roo (1883), p. 309-313.
  • 52 Idem, p. 315-316.
  • 53 Idem, p. 313-314.

8Enfin trois espèces ont retenu l’attention des ornithologues au xixe siècle : le pigeon de Basra dont Darwin avait reçu de Madras deux spécimens envoyés par l’indianiste H. M. Elliot, l’un dépouillé de sa peau, l’autre conservé dans l’alcool, qu’il a minutieusement décrits : sa taille, comme celle de son bec, le rapprochait du biset sauvage. Maints signes dénonçaient le messager, notamment l’étroitesse de la tête, l’allongement des paupières, les traces de peau caronculée sur les narines, la forme du bec, la largeur intérieure de la bouche et la longueur des pattes qui dépassait légèrement celle des bisets50. Quant aux deux autres variétés, la première provient de Beyrouth51, la seconde d’Afrique52. Mais ces trois espèces nominales peuvent se réduire à deux : le pigeon de Basra et de Beyrouth ne forment apparemment qu’une seule et même race53.

LA FLEUR DES PIGEONS D’ORIENT

  • 54 Waṭwāṭ, II, p. 191.
  • 55 Comme le révèle le terme de baṣārī qu’on leur donnait, Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, X, p. 269.
  • 56 Variation, I, p. 148-149 ; Gobin, p. 34-35 ; La Perre de Roo (1883), p. 313-315 ; Renaudet, p. 268 (...)
  • 57 Valle, I, p. 869/IV, p. 316 ; Thévenot, p. 118 ; Niebuhr, II, p. 196 ; Carruthers, p. xx.
  • 58 Pétis de la Croix, p. 103-104.
  • 59 Moore, p. 29.
  • 60 Le Tasse, I, p. 869/IV, p. 316-317.
  • 61 ‘Umarī, p. 254 ; trad. Hartmann, p. 500 ; repris par Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. G (...)

9Dans l’Empire abbasside, les voyageurs ailés les plus prisés aux premiers temps appartenaient à deux villes : Basra qui les avait probablement importés de Médine, comme le suggère le nom de madīniyyāt qui leur fut tardivement donné dans le langage du peuple, et Bagdad54. Ğāḥiẓ n’en cite point d’autres dans les nombreux passages qu’il consacre aux pigeons dans sa monographie monumentale sur les animaux, dont les plus longs durent des pages. Le temps n’en ternit guère la renommée : les uns servaient de messagers, notamment dans la vallée que le Nil engraissait de son limon55 et en Inde, particulièrement à Madras56 ; les autres passaient aux xviie et xviiie siècles pour la fleur des pigeons d’Égypte et d’Asie57. Aussi leur confiait-on des lettres en maints pays : Syrie du Nord (entre Alexandrette et Alep)58, Turquie, où on les appelait bagatin59, et Perse : en 1619, Pietro della Valle en avait commandé quelques paires d’Ispahan. Il caressait l’espoir de les rapporter de l’empire lointain des Safavides, malgré l’énorme distance que la terre avait mise entre les deux mondes et rêvait d’étonner Rome en les élevant à domicile, ne fût-ce que pour honorer la mémoire du Tasse qui avait chanté une colombe messagère dans sa Jérusalem délivrée60. Mais son vœu ne semble pas avoir été exaucé, sinon il n’aurait pas manqué de se vanter de sa prouesse. Quant aux pigeons de Mossoul, leur faveur semble avoir été tardive, malgré le bruit sans doute infondé qui en fit le berceau de la colombophilie : Nūr al-Dīn les aurait préférés en son temps aux messagers volants de Syrie pour peupler ses colombiers militaires61.

COULEURS

  • 62 Tegetmeier (1871), p. 49 ; Du Puy de Podio, p. 32 ; La Perre de Roo (1877), p. 14 ; La Perre de Ro (...)
  • 63 Un homme de Basra dénommé Yaʿfur capturait les pigeons verts, Abu Nuwās, II, p. 320. Ğāḥiẓ (I, p. (...)
  • 64 La tradition est également reproduite par ʿUmari, p. 313 (seulement le terme de gurr semble devoir (...)

10Bien que la couleur du plumage (comme la nuance des yeux) soit étrangère aux facultés des pigeons et indifférente aux amateurs62, certaines robes suscitaient l’engouement. À Basra, les vertes et les mouchetées comme le pelage des panthères (anmar, pluriel numr) étaient spécialement prisées des colombophiles depuis la seconde moitié du iie/viiie siècle63 jusqu’au viiie/xive64 et probablement longtemps plus tard : ces goûts ne sont guère fugitifs.

  • 65 Cette gamme de couleurs est décrite par un passage reproduit par Qalqasandi, II, p. 91, de la mono (...)
  • 66 L’usage admettait que l’on étendît l’épithète à la couleur du ciel et de la nuit, au lieu de la ré (...)

11Les unes présentaient une gamme de quatre nuances distinguées par des termes spéciaux : la plus foncée était presque noire, comme la pierre à aiguiser (aḫḍar misannī) qui devait être une variété de grès ou de schiste ; la moyenne évoquait les plantes à chlorophylle (nabtī al-ḫudra) ; et la plus claire était couramment limpide (ṣāfi al-ḫuḍra) ; mais terne, elle tournait au brun (asmar)65. Cette classification mérite nuance : si certains oiseaux offraient la teinte du basilic, d’autres devaient friser le roux, et les plus sombres tirer sur le bleu ou le noir, le ciel et la nuit étant souvent tenus pour verts66.

  • 67 Qawwās recopié par Qalqasandi, II, p. 91-92.

12Quant aux pigeons mouchetés, que les colombophiles appelleraient de nos jours « mosaïques » ou « bariolés », ils comportaient maintes variétés, dont deux spécialement prisées : les premiers nantis d’un cou blanc comme le croissant qui leur valait le nom de hilālī, les seconds d’un œil jaune comme l’arsenic ; les autres recevaient différentes épithètes en majorité empruntées aux robes chevalines, suivant la forme, la couleur et l’emplacement des marques : si elles étaient rondes comme le dinar, ils étaient appelés mudannar ; noires et blanches, à savoir pie, abraš, abqa’ ou ablaq ; grenat quasi noires, dabāsī ; mais si elles tranchaient sur le fond, ils devenaient mulamma’ ; formaient-elles une bande blanche au milieu du corps, muwaššah ; évoquaient-elles la cotte de mailles, mudarra. Enfin, les derniers étaient dénommés « œil de grenade » (rummānī al-ayn) pour leur iris blanc semé de pourpre67.

  • 68 Ğāḥiẓ, II, p. 79 ; III, p. 245 ; repris par ‘Umarī, p. 313 ; Damīri, I, p. 257/1, p. 588. On croya (...)
  • 69 Ğāḥiẓ, II, p. 314.
  • 70 Qawwās repris par Qalqašandī, II, p. 91.

13Ces voyageurs ailés étaient aussi prisés que les noirs et les blancs reniés : réputés ne pas revenir de loin, les uns passaient pour dénués de sens du retour autant que les nègres nés sous un ciel brûlant et cuits par des soleils ardents, les Zanğs du sud de l’Ethiopie, les plus vils Africains, les autres aussi faibles que des Slaves impulsifs et grossiers68. Pourtant, les premiers n’étaient pas toujours sombres comme les corbeaux dont les Zanğs rappelaient parfois le plumage69 : si certains l’étaient intégralement (aswad muṭbaq), même des cuisses (aswad ḥālik ou aswad zinğī) et souvent luisants (aswad barrāq), d’autres n’étaient que cendrés (aswad ramādī) ou mêlés de blanc (aswad aḫlas) ; quant aux seconds, ils pouvaient être immaculés (abyaḍ ṣāfi), comme argentés (fiḍḍī) ou alezans (ašqar)70.

  • 71 Boeve (1898), p. 67.
  • 72 Du Puy de Podio, p. 33.
  • 73 Boeve (1898), p. 67. Les pigeons clairs étaient victimes du même préjugé, Gérardin, p. 30.
  • 74 Du Puy de Podio, p. 32-33. Selon Thauziès (1913), p. 807, trois pigeons rentrés de nuit ne regagnè (...)
  • 75 Wittouck (1901), p. 106.
  • 76 Millet-Robinet, p. 153 ; Tegetmeier (1871), p. 49 ; Reynaud (1896), p. 649 ; Boeve (1898), loc. ci (...)
  • 77 Les quatre pigeons tués par des faucons et découverts par Jaeger, p. 70, étaient neigeux ; et les (...)
  • 78 Les individus blancs sont toujours les premières victimes du milan, Lullin, p. 80-81 ; Variation, (...)
  • 79 Boitard et Corbié, p. 120 ; Wittouck (1901), p. 106 ; Poulain, p. 73.
  • 80 Pour reprendre l’expression de Mariot-Didieux, p. 66.
  • 81 Lullin, p. 81.

14De pareilles rumeurs couraient en Europe sur les oiseaux noirs et blancs : des colombophiles avertis jugeaient les premiers lents, mais tenaces71, et les seconds mous72. Certains même regardaient leur blancheur comme un signe de dégénérescence73, malgré les notables avantages réunis par leur teinte : elle permet aux pigeons de mieux voir le guide qui vole en tête pour le suivre, surtout par temps orageux ou sombre, comme de découvrir le messager revenu au sein de la nuit où il demeure souvent enfoui pour regagner son nid, l’aube éclose ; enfin, elle réfléchit la chaleur, si bien que l’oiseau reste frais et supporte mieux la fatigue74, notamment aux heures brûlantes des torrides journées d’été. Mais elle présente un inconvénient de taille : voyante, elle tire de loin l’œil de l’ennemi75 qui tente de capturer les courriers ailés pour en dérober le pli ou de les abattre, même s’ils filent dans l’espace, prompts comme une flèche, autant qu’elle frappe les regards infaillibles des pirates de l’air76. Ils fusent alors vers eux pour s’en saisir, notamment les trois espèces qui en sont réputées avides : le faucon77, le milan78 et l’épervier79. Aussi le pigeon de neige tend-il à disparaître, généralement avant d’avoir fait souche, « victime de l’éclat de sa couleur80 ». Il fut même longtemps banni du colombier, malgré son indéniable saveur81.

  • 82 Suivant un passage de Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des su (...)
  • 83 Qalqašandī, II, p. 91-92, leur consacre une notice.
  • 84 Abu l-Faẓl, I, p. 215 (l’épithète sabz est devenue étrangement « bluish colour » dans la traductio (...)
  • 85 Abū 1-Faẓl, I, p. 217/I, p. 301.
  • 86 Sur les couleurs dominantes des pigeons voyageurs, voir Wittouck (1898), p. 33 ; Wittouck (1901), (...)
  • 87 Legendre, p. 49-53, 59.

15Dans l’Empire mamelouk, les courriers bleus avaient la faveur de la poste : elle ne semble pas en avoir utilisé d’autres82. Pourtant les oiseaux verts et mouchetés que l’Iraq prisait jadis traversaient toujours l’air83. Cependant, pour une raison inconnue, les premiers devinrent lentement des fantômes dans le ciel : à l’orée du xviie siècle, les colombiers d’Akbar n’en renfermaient qu’un, son favori84 ; les autres n’étaient que « verdâtres » (ḫaḍrī) (selon l’expression forgée par le maître de l’empire), tirant sur le noir comme le bois d’aloès85. Puis ils ont fini par s’évanouir86 : les pigeons qui se fondent au feuillage87 ne servent ni au sport ni au port des plis.

  • 88 Troilo, p. 610.
  • 89 Comme le pigeon qui s’était posé sur le sol devant Dallam, p. 32.

16En Syrie du Nord ottomane, les messagers d’Alep et d’Alexandrette pouvaient être bleutés88, aussi bien que blancs89, malgré les prédateurs qui devaient les chasser dans l’air pour les attraper.

  • 90 Goushegir, p. 38. Morier, p. 141, n’avait jamais vu de pigeon blanc dans la Perse du sud.

17Enfin, en Iran de nos jours, les colombophiles penchent pour les pigeons qui méritent le nom de « corbeau » (qalāq, corruption du mot kalāġ) pour le noir profond de leur plumage et les pigeons immaculés à queue sombre dont la rareté relative augmentait considérablement le prix90. Les vices dont on les gratifiait jadis sont tombés dans un oubli profond : on ne compare plus les uns aux Zanğs, ni les autres aux Slaves, comme à Basra au temps des premiers califes : les teintes jadis décriées ont fini par triompher.

Notes

1 Comme le souligne Waṭwāṭ, II, p. 191.

2 Ğāḥiẓ, I, p. 97 ; II, p. 79 ; III, p. 213, 270.

3 Abu l-Farağ Iṣbahānī, XIV, p. 34 ; Iḫwān al-Ṣafā, II, p. 233 ; Ibn Buḫtīšū‘, fol. 39 v° ; Ibn al-Aṯīr, XI, p. 375 ; Bāhir, p. 159, 171 ; Sibṭ, VIII/I, p. 285 ; Abū Šāma2, I, p. 22 ; Qazwīnī, p. 410 ; ʿUmarī, p. 313 ; Masālik, éd. Hamdān, p. 87 ; Ibn al-Durayhim, fol. 84 r°, 85 r° ; Ṣafadi, VI, p. 311 ; Kutubī, I, p. 66, n° 28 ; Qalqašandī, XIV, p. 389 ; Fākihī, fol. 90 r° ; Nuwayrī, X, p. 269.

4 Ibn Sīda, VIII, p. 170 ; Bakrī, I, p. 432 ; Maqqarī, IX, p. 72.

5 Ainsi figure-t-il dans l’édition de Būlāq des Agānī d’Abū l-Farağ Iṣbahānī, et même dans le Supplément de Dozy.

6 Sibṭ, VIII/II, p. 437.

7 Ibn Nāzir al-Ğayš, p. 124, 125 ; repris par Qalqašandī, VII, p. 234, 235 ; Maqrizī, II, p. 231 ; ʿAynī, III, p. 228 ; Suyūṭī, II, p. 314.

8 Ğāḥiẓ, III, p. 147 ; Ibn Qalāqis, p. 133 ; Suyūṭī, II, p. 314 ; Ṭawq, p. 62, 72.

9 Abū l-Farağ Iṣbahānī, loc. cit. ; Ibn al-Aṯīr, XI, p. 375 ; XII, p. 440 ; Bāhir, p. 159 ; Abū Šāma2, 1, p. 520 ; Ibn Wāṣil, IV, p. 164 ; Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, loc. cit. ; Abū l-Fidā, III, p. 52 ; Ḏahabī, an. 621-630, p. 86 ; Ṣafadī, VI, p. 314 ; Fākihī, loc. cit.

10 Qādī Fāḍil dans Ṭawq, p. 66 ; Ibn ʿAbd al-Ẓāhir dans Ṭawq, p. 68 ; Šāfiʿ b. ʿAlī, p. 411/416 ; ‘Umari, loc. cit. ; Qalqašandī, I, p. 118, 119 ; XIV, p. 389 ; Ḫālidī, fol. 105 v°.

11 Ḫālidī, loc. cit. ; Maqrizī, II, p. 211.

12 Alf layla wa layla, III, p. 417 ; Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344 ; Ibn Ḫaldūn, V, p. 433 ; Ṭawq, p. 60.

13 Ittiʿāz, III, p. 266.

14 Waṭwāṭ, loc. cit.

15 Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, X, p. 269.

16 Ṣayrafi, I, p. 309.

17 VIII, p. 170.

18 Ğāḥiẓ, III, p. 146, 147, 169, 216, 222, 223 ; Nuwayrī, X, p. 257.

19 Ğāḥiẓ, III, p. 213, 214.

20 Rūmī, p. 103 (vers 1690).

21 Ateš et Tarzi, Farsça grameri, I, p. 119, cité par Meier, p. 270.

22 Buffon, IV, p. 304, 311-312 ; Lullin, p. 10 ; Espanet, p. 13 ; Darwin, p. 23-27 ; Variation, I, p. 140-141, 210, 211, 213-214, 234 ; Gobin, p. 9 ; Chamberlain, p. 7.

23 Origine évoquée par Buffon, IV, p. 312.

24 Levi, p. 41, §50, p. 42, § 53.

25 II, p. 203.

26 Moore, p. 25, le donne au pigeon messager. On le retrouve sous la plume de Buffon, IV, p. 343. Mais il ne désigne que le volant, Boitard et Corbié, p. 212-218 ; Gobin, p. 28-30 ; Mégnin, p. 57.

27 La Perre de Roo (1877), p. 18.

28 La Perre de Roo (1883), p. 182-191.

29 Tegetmeir (1868), p. 74-75 ; La Perre de Roo (1883), p. 137-140 ; Levi, p. 167, § 198.

30 Ibn Sida, VIII, p. 170.

31 Viré, EI2, III, p. 111 -112, en fait à tort des « haut-voiliers » qui reliaient le Bosphore à Basra, Le Caire à Damas et Tunis au Caire.

32 Waṭwāṭ, II, p. 191 ; Nuwayri, X, p. 270.

33 Qalqašandī, II, p. 96.

34 Ce terme désigne dans le langage colombophile une tache de couleur (également appelée coup de pinceau), le plus souvent noire, placée à la pointe supérieure du bec, s’il est pâle.

35 Pétis de la Croix, p. 103-104.

36 Rocchetta, p. 66 ; Gonzales, II, p. 628.

37 Troilo, p. 610.

38 Dallam, p. 32.

39 Volney, p. 275.

40 Troilo, loc. cit.

41 Gonzales, loc. cit. ; Pétis de la Croix, p. 78 ; Troilo, loc. cit.

42 Pétis de la Croix, loc. cit.

43 Rocchetta, p. 66.

44 Pétis de la Croix, loc. cit. ; Troilo, loc. cit.

45 Suivant le témoignage de Moore, p. 56. Voir aussi Variation, I, Darwin p. 148 ; Boeve (1898), p. 85-86 ; Mégnin, p. 71 ; Blanchon, p. 16.

46 Moore, p. 28-29 ; Buffon, IV, p. 328-329 ; Boitard et Corbié, p. 184-188 ; Lullin, p. 27-30 ; Espanet, p. 19 ; Pelletan, p. 12-15 ; Variation, I, p. 149, 150 ; La Perre de Roo(1877), p. 34 ; Gobin, p. 16-19, 31 ; La Perre de Roo (1883), p. 4,137-140 ; Keucker, p. 72 ; Rosoor, p. 28 ; Boeve (1893), p. 86-87 ; Mégnin, p. 67, 71, 76 ; Blanchon, p. 15-16 ; Lamarche, p. 71-72 ; Brechemin, p. 119, 122-125 ; Voitellier, p. 123 ; Renaudet, p. 23-24 ; Serre, p. 106-107 ; Delcroix, p. 13. Gayot, p. 126, pensait qu’ils venaient de Baga (Catalogne) ; d’autres, de Campanie, Renaudet, p. 23.

47 La Perre de Roo (1877), p. 16 ; La Perre de Roo (1883), p. 3-4 ; Zaepffel, p. 41 ; Poulain, p. 11.

48 La Perre de Roo (1877), p. 15-16, 17.

49 Wittouck (1898), p. 21.

50 Variation, I, p. 148-149 ; Gobin, p. 34-35 ; La Perre de Roo (1883), p. 313-315 ; Renaudet, p. 268-269.

51 La Perre de Roo (1883), p. 309-313.

52 Idem, p. 315-316.

53 Idem, p. 313-314.

54 Waṭwāṭ, II, p. 191.

55 Comme le révèle le terme de baṣārī qu’on leur donnait, Waṭwāṭ, loc. cit. ; Nuwayri, X, p. 269.

56 Variation, I, p. 148-149 ; Gobin, p. 34-35 ; La Perre de Roo (1883), p. 313-315 ; Renaudet, p. 268-269.

57 Valle, I, p. 869/IV, p. 316 ; Thévenot, p. 118 ; Niebuhr, II, p. 196 ; Carruthers, p. xx.

58 Pétis de la Croix, p. 103-104.

59 Moore, p. 29.

60 Le Tasse, I, p. 869/IV, p. 316-317.

61 ‘Umarī, p. 254 ; trad. Hartmann, p. 500 ; repris par Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; et Ẓāhirī, p. 116-117.

62 Tegetmeier (1871), p. 49 ; Du Puy de Podio, p. 32 ; La Perre de Roo (1877), p. 14 ; La Perre de Roo (1883), p. 264 ; Keucker, p. 77 ; Gigot (1889), p. 164 ; Boeve (1898), p. 13, 14, 67 ; Mégnin, p. 62 ; Wittouck (1898), p. 33, 78 ; Wittouck (1901), p. 33 ; Merkès, p. 43 ; Poulain, p. 13.

63 Un homme de Basra dénommé Yaʿfur capturait les pigeons verts, Abu Nuwās, II, p. 320. Ğāḥiẓ (I, p. 104 ; II, p. 79, 80 ; III, p. 245), les loue autant que les mouchetés. De même, Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65, mais les verts ont pris la couleur de la poussière (ġubr). Pour certains amateurs, le plumage mosaīque révèle l’élite ou la médiocrité, Deschutter, p. 11.

64 La tradition est également reproduite par ʿUmari, p. 313 (seulement le terme de gurr semble devoir être changé en numr ou en ġubr).

65 Cette gamme de couleurs est décrite par un passage reproduit par Qalqasandi, II, p. 91, de la monographie perdue que Qawwāṣ dédia à Nāṣir.

66 L’usage admettait que l’on étendît l’épithète à la couleur du ciel et de la nuit, au lieu de la réduire à la teinte du basilic et des légumes, Ğāḥiẓ, III, p. 246.

67 Qawwās recopié par Qalqasandi, II, p. 91-92.

68 Ğāḥiẓ, II, p. 79 ; III, p. 245 ; repris par ‘Umarī, p. 313 ; Damīri, I, p. 257/1, p. 588. On croyait les oiseaux noirs dépourvus de sens d’orientation, et les blancs trop faibles pour revenir, Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65.

69 Ğāḥiẓ, II, p. 314.

70 Qawwās repris par Qalqašandī, II, p. 91.

71 Boeve (1898), p. 67.

72 Du Puy de Podio, p. 33.

73 Boeve (1898), p. 67. Les pigeons clairs étaient victimes du même préjugé, Gérardin, p. 30.

74 Du Puy de Podio, p. 32-33. Selon Thauziès (1913), p. 807, trois pigeons rentrés de nuit ne regagnèrent leur colombier qu’au point du jour.

75 Wittouck (1901), p. 106.

76 Millet-Robinet, p. 153 ; Tegetmeier (1871), p. 49 ; Reynaud (1896), p. 649 ; Boeve (1898), loc. cit. Dans la deuxième décennie du xixe siècle, Morier, p. 141, n’avait pas vu de pigeon blanc dans la Perse du sud et la région d’Ispahan.

77 Les quatre pigeons tués par des faucons et découverts par Jaeger, p. 70, étaient neigeux ; et les plumes trouvées dans une aire de faucon provenaient de pigeons blancs ou jaunes. Exemples évoqués par Darwin, Variation, II, p. 215.

78 Les individus blancs sont toujours les premières victimes du milan, Lullin, p. 80-81 ; Variation, II, p. 215.

79 Boitard et Corbié, p. 120 ; Wittouck (1901), p. 106 ; Poulain, p. 73.

80 Pour reprendre l’expression de Mariot-Didieux, p. 66.

81 Lullin, p. 81.

82 Suivant un passage de Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 117 n. ; et repris dans Maqrizī, II, p. 211.

83 Qalqašandī, II, p. 91-92, leur consacre une notice.

84 Abu l-Faẓl, I, p. 215 (l’épithète sabz est devenue étrangement « bluish colour » dans la traduction, I, p. 299).

85 Abū 1-Faẓl, I, p. 217/I, p. 301.

86 Sur les couleurs dominantes des pigeons voyageurs, voir Wittouck (1898), p. 33 ; Wittouck (1901), p. 33 ; Castagnet, p. 15-16 ; Poulain, p. 58 ; Levi, p. 57, § 75 ; Stevent, p. 86-88.

87 Legendre, p. 49-53, 59.

88 Troilo, p. 610.

89 Comme le pigeon qui s’était posé sur le sol devant Dallam, p. 32.

90 Goushegir, p. 38. Morier, p. 141, n’avait jamais vu de pigeon blanc dans la Perse du sud.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540