Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 5. La colombophilie

Texte intégral

  • 1 Les monuments que la tribu de ʿĀd érigeait pour se divertir sur des lieux élevés parmi les dunes d (...)
  • 2 Elle figure dans trois des Six Livres, Ibn Ḥanbal, II, p. 345 ; Ibn Māğa, II, p. 1238-1239 ; Abū D (...)
  • 3 Ces épreuves ou le coureur luttait de vitesse avec l’oiseau sont condamnées par Šāfi‘ī, IV, p. 230
  • 4 Fahd, p. 170.

1Si les jeux aux pigeons se perdent dans la nuit des temps, suivant des bruits longtemps répandus1, ils n’apparaissent dans les sources qu’à l’avènement de l’islam, pour l’hostilité qu’inspiraient ceux qui s’y livraient : le Prophète aurait taxé de « démon poursuivant une démone » (šayṭān yaibau šayṭāna)2 un homme courant derrière une colombe de toute la vitesse de ses pieds, probablement dans l’espoir de la distancer3. Authentique ou non, la parole qui remontait souvent aux lèvres des fidèles reflète leur mauvais renom, aussi bien que celui des pigeons qui demeuraient peut-être associés à la déesse de la fécondité, Astarté, dont ils avaient été le symbole, comme en témoignait une figure en bois de palmier suspendue au plafond de la Ka’ba, dépecée par le Prophète, lors de la conquête de La Mekke4.

DROIT ET COLOMBOPHILIE

  • 5 Daʿāʿim, II, p. 511 ; Širāzi, p. 337/IV, p. 98 (Bousquet a confondu l’homographe [ḥmm] qui désigne (...)
  • 6 Šīrāzī, p. 337/IV, p. 98 ; Ibn Qudāma, IX, p. 172.
  • 7 Ḫalīl, loc. cit. ; Mawwāq, loc. cit. ; Haṭṭāb, loc. cit.
  • 8 Saraḫsi, XVI, p. 131 ; Kāsānī, VI, p. 269 ; Ibn Qudāma, IX, p. 172 ; Zayla‘ī, IV, p. 221-222 ; Dam (...)
  • 9 Ibn Qudāma, loc. cit.
  • 10 Saraḫsi, XVI, p. 131-132 ; Kāsānī, loc. cit. ; Ibn Qudāma, loc. cit. ; Zayla‘ī, loc. cit.

2De toute éternité, les hommes qui s’adonnent aux jeux de pigeons ont inspiré le mépris. Aussi, les juristes des temps reculés aux temps présents s’accordent à bannir leur témoignage en justice, comme celui des êtres qui passaient, pour diverses raisons, pour le rebut du monde : incroyants, ivrognes, usuriers, libertins, voleurs, balayeurs, chiffonniers, ramasseurs d’ordures, éboueurs, chanteurs et danseurs5. Ils ont toujours prêté le flanc aux accusations les plus variées : les uns décrient leur manque d’honneur6 ou l’inconvenance de leur divertissement, même s’il n’est pas interdit et ne suscite pas d’enjeux qui le transforment en jeu de hasard (qimār)7 ; les autres les chargent d’opprobre et de vices qui parfois s’appuient sur une ombre de vérité : du manque de virilité à la stupidité et la bassesse qui les poussent à plonger d’ardents regards des toits dans les cours voisines pour en violer l’intimité et découvrir la nudité féminine, malgré les murs impénétrables qui les protégeaient, impiété qui les détourne de la prière et des pratiques de la religion8. Cependant, s’ils élèvent les volatiles pour le port des plis9 ou la compagnie et s’abstiennent de les faire voler10, leur témoignage est admis.

  • 11 Ğāḥiẓ, I, p. 296-297 ; Ibn Abī 1-Dunyā, p. 51 ; Damīrī, I, p. 259/I, p. 593 ; Ṭawq, p. 43 ; Fākihī (...)
  • 12 Hamaḏānī, p. 160 ; trad. Prendergast, p. 124 ; Mubārak, p. 108 ; Ahsan, p. 251, n. 32 ; Goushegir, (...)

3Mais les juristes n’étaient pas seuls à fustiger les colombophiles : la voix publique les taxait de pédérastie11 et de vol : ils avaient coutume de lâcher les oiseaux dans les demeures pour s’y glisser et les dévaliser : s’ils y étaient surpris, ils justifiaient leur présence par le dessein de récupérer leur bien12.

  • 13 « Pas d’enjeu que pour le pied ou le sabot » (Lā sabaqa illā fi ḫuffin aw ḥāfirin), Ibn Ḥanbal, II (...)
  • 14 L’opinion des quatre rites est résumée par Ibn Qayyim, p. 65, 67.

4Des jeux dont les pigeons doués de sens du retour font l’objet, les plus courants et assurément les plus populaires sont les concours de vitesse (musābaqa, sabq), souvent gratifiés de prix. Bien qu’une parole tombée des lèvres du Prophète, puis recueillie par maints livres de traditions13 et que les juristes ne semblent avoir jamais condamné comme apocryphe, limite l’enjeu au pied (ḫuff) du dromadaire, au sabot (ḥāfir) du cheval et aux flèches (naṣl), ils ont partagé les rites14.

  • 15 Kāsānī, VI, p. 206. Ibn Qayyim, p. 65, 67, déclare à tort qu’ils admettent toutes sortes des compé (...)
  • 16 Ḫalīl, p. 82/I, p. 220 ; Mawwāq, III, p. 390-391 ; Haṭṭāb, III, p. 390 ; Dasūqī, II, p. 192.
  • 17 Ḫalīl, p. 82/I, p. 220 ; Damīrī, I, p. 262/I, p. 598 ; Mawwāq, III, p. 392 ; Haṭṭāb, III, p. 392-3 (...)

5Les hanafites15 ne tiennent pour licites que les compétitions admises par le dit du Prophète, comme les mālikites16 qui proscrivent les courses d’ânes, de mulets, d’éléphants et de bovins. Toutefois, certains17 permettent les épreuves de pigeons, ainsi que d’autres susceptibles d’être utiles à la guerre, pourvu qu’elles soient gratis, sans prix décerné au vainqueur : la transmission rapide des nouvelles favorise, en effet, le triomphe des musulmans sur l’ennemi.

  • 18 Šāfi‘ī, IV, p. 229-230 ; Šīrāzī, p. 150/11, p. 74-75 ; Nawawī, III, p. 319-320 ; Ramlī, VIII, p. 1 (...)
  • 19 Ibn Qudāma, VIII, p. 653 ; Ramlī, VIII, p. 156.
  • 20 Sīrāzī, p. 150/11, p. 75 ; Nawawī, III, p. 319-320.
  • 21 ʿImrānī, Bayān, passage traduit par Rosenthal, p. 107 ; Ibn Qayyim, p. 65 ; Ramlī, VIII, p. 157.

6Šāfi‘ī et ses disciples18 prennent les termes de ḥāfir et de ḫuff dans un sens large : aussi certains autorisent les courses d’éléphants, de mulets et d’ânes, les deux équidés étant effectivement pourvus de sabots et les pachydermes de pieds19. Quant aux compétitions de voyageurs ailés, elles ont profondément divisé le rite autant que la lutte : rejetées par les uns qui ne les assimilent guère aux armes20, elles sont admises par les autres pour le profit qu’en tirent les musulmans en temps de guerre21.

  • 22 Ibn Qudāma, VIII, p. 651, 652, 653.
  • 23 XXX, p. 215-216 ; XXXI, p. 49 ; XXXII, p. 223, 250.
  • 24 Idem, XXXII, p. 246.
  • 25 Comme Ibn Qayyim, p. 65.

7Enfin les hanbalites22 distinguent deux types d’épreuves : les unes dotées d’enjeux et limitées aux chevaux, aux dromadaires et au tir ; les autres, sans prix, qu’il est permis d’organiser entre coureurs, éléphants, mulets, ânes, pigeons, javelots et bateaux. Cette opinion a prévalu dans le rite, sans faire cependant l’unanimité : Ibn Taymiyya23 n’a pu être seul à condamner toutes compétitions, hors dromadaires, chevaux et flèches, qu’il regarde comme une forme de combat dans la voie de Dieu (ğihād), ainsi que course à pied et lutte : les autres ne peuvent être couronnées d’enjeux, même si elles sont licites, étant sans profit pour la religion et ce bas monde. Particulièrement répréhensibles sont les lâchers de pigeons pour les dommages subis par le voisinage : chute des pierres décochées et femmes découvertes par les joueurs24 qui plongeaient dans les cours des regards de désir. Cependant, tous ses disciples ne se rangèrent pas à son avis : certains ont pu autoriser les courses de voyageurs ailés25.

  • 26 Damīrī, I, p. 262/I,p. 599 ; Mawwāq, III, p. 392 ; Haṭṭāb, III, p. 392-393 ; Dasūqī, II, p. 194.
  • 27 Ġazālī, III, p. 86, 147 ; Rosenthal, p. 52.
  • 28 XXXII, p. 219, 223.

8Enfin, quelques juristes assimilent les luttes aériennes aux jeux de hasard26 qui troublent la vie et la religion de ceux qui s’y livrent, autant que les échecs et le trictrac27. Mais d’autres, comme Ibn Taymiyya, les en excluent28.

  • 29 Šāfiʿī, IV, p. 230 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 652, 654,656, 657, 658 ; Mawwāq, III, p. 390, 391.
  • 30 Šīrāzī, p. 150 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 652, 653, 657, 658 ; Ibn Taymiyya, XXVIII, p. 22 ; XXXI, p. (...)
  • 31 Ibn Qudāma, VIII, p. 654 ; Ibn Qayyim, p. 67.
  • 32 Kāsānī, VI, p. 206 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 658.
  • 33 Ibn Qudāma, VIII, p. 658, 661.
  • 34 Idem, VIII, p. 658.
  • 35 Idem, ibid.
  • 36 Terme relevé par Rosenthal, p. 97.
  • 37 Šāfi‘ī, IV, p. 230 ; Šīrāzī, p. 149, 150 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 651, 652, 653, 654, 655, 656, 658  (...)
  • 38 Comme le souligne judicieusement Rosenthal, p. 97.

9L’enjeu était si populaire qu’on l’appelait de toutes sortes de noms (au moins huit, plus les dérivés) : sabaq29, ğa‘l, ğul30, ğu‘āla31, ḫaṭar32, rahn33, nadab34, qara35, wağab36 ou ‘iwaḍ37 préféré des juristes qui le tenaient pour une compensation aux frais engagés38. Cette liste longue et fournie de synonymes semble, de plus, incomplète : elle sort d’ouvrages de droit qui tendent à bannir le langage de la rue. Aussi les mots qui n’ont pu entrer dans la mémoire par la voie de la main resteront-ils à jamais plongés dans le domaine de l’inconnu.

  • 39 Ibn Qudāma, VIII, p. 655 ; Mawwāq, III, p. 390.
  • 40 Pour une course de pigeons à l’époque mamelouke, Mufaḍḍal, IV, p. 96/248. Le texte, imprécis, parl (...)
  • 41 Ibn Qudāma, VIII, p. 655, 658.
  • 42 Idem, VIII, p. 655.
  • 43 Mawwāq, III, p. 390.
  • 44 Šīrāzī, p. 150/II, p. 75 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 655 ; Mawwāq, III, p. 390.
  • 45 Ḫalīl, p. 81/I,p. 219 ; Dasūqī, II, p. 193.
  • 46 Ibn Qudāma, VIII, p. 654 ; Dasūqī, II, p. 192-193.

10Immédiat ou différé, totalement ou partiellement, et partant sans obligation de dépôt avant la course, si les concurrents s’étaient liés au moyen d’une parole39, l’enjeu pouvait être en espèces, comme en nature : trophée de prix (effigie d’or : médaille ou statuette)40, chose de moindre valeur (froment)41 ; partie en numéraire, partie en froment42. De même, il pouvait consister en aumône ou œuvre pie : le gagnant promettait d’affranchir un esclave ou d’offrir des nattes aux fidèles43. Mais quelle qu’en fût la forme, il devait être connu, susceptible d’être vu, estimé et décrit44, et sa vente valable45 : il ne pouvait donc être constitué d’un esclave fugitif46, de vin ou de porc.

  • 47 Šāfi‘ī, IV, p. 230 ; Šīrāzī, p. 150/11, p. 75 ; Kāsānī, VI, p. 206 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 658-659  (...)
  • 48 XXVIII, p. 22 ; Rosenthal, p. 103.
  • 49 Notamment par Subkī, Fatāwā, II, p. 421 ; Rosenthal, p. 103-104.
  • 50 Ibn Kaṯīr, XIV, p. 216 ; Laoust, p. 160-161 ; Rosenthal, p. 104.

11L’enjeu était tantôt offert par une personne étrangère à l’épreuve, tel qu’un souverain ou un gouverneur, à la charge du Trésor public ou de sa cassette, et tantôt par un des compétiteurs ou des propriétaires des bêtes engagées dans la course. Mais s’il était fourni par chacun des deux participants, la convention ne devenait licite que par la présence d’un tiers exempté de toute mise, le « légaliseur » (muḥallil) dont le nom prouvait que les compétiteurs ne visaient pas à se livrer à un jeu de hasard. Si l’un des deux premiers concurrents était vainqueur, il gardait son propre enjeu et prenait possession de celui de son adversaire ; mais si le « légaliseur » gagnait, il emportait les deux prix, sans avoir rien risqué ; et s’il perdait, rien ne lui revenait47. Cependant, Ibn Taymiyya ne jugeait pas ce troisième concurrent obligatoire48. Bien que son opinion fût rejetée49, son disciple, Ibn Qayyim Ğawziyya, devait en 746/1346 la reprendre et la soutenir. Elle ne tarda pas à se répandre, mais ceux qui l’avaient embrassée n’en devinaient guère l’origine. Prenant ses propos comme les siens, alors qu’ils s’opposaient aux quatre rites, le cadi šāfi‘ite le convoqua : après entretien, il dut les répudier pour se rallier publiquement à l’avis de la majorité50.

  • 51 Buḫāri, p. 325 ; Rosenthal, p. 53.

12Ces règlements n’étaient pas spécifiques aux courses communément admises par les juristes (chevaux, dromadaires et tir) : l’usage les avait étendus aux concours illicites s’ils étaient couronnés de prix, notamment ceux de pigeons. Toutefois, les gamins se dispensaient de « légaliseur », de peur qu’il les privât d’enjeux51. Mais comme il fallait ajouter le parcours pédestre qui séparait le colombier du lieu de constatation des rentrées, ces courses se prêtaient aux fraudes et aux erreurs, plus aisément que les courses de chevaux, de dromadaires ou de flèches, bien que les sources narratives et juridiques omettent de les évoquer.

  • 52 Attestés dès le ier siècle à Médine, Ğāḥiẓ, III, p. 190.
  • 53 Ibn Abī l-Dunyā, p. 51 ; Damīri, I, p. 259/I, p. 593 ; Ṭawq, p. 43 ; Rosenthal, p. 54.
  • 54 Notamment par Ibn Taymiyya, XXXII, p. 249-250.
  • 55 Comme au Caire du temps de Muẓaffar Ḥāğğī, Sulūk, II/III, p. 739 ; Abū l-Maḥāsin, X, p. 169 ; Rose (...)

13Comme toutes les compétitions, ces luttes aériennes suscitaient des paris (murāhana, rahn) souvent passionnés52. Certains intervenaient peut-être entre les propriétaires pour la réussite de leur pigeon, mais la majorité plutôt entre les hommes qui avaient engagé dans l’épreuve une somme donnée sur l’oiseau qu’ils présumaient devoir la gagner. Ceux qui avaient désigné le vainqueur se partageaient les mises à l’amertume des autres. Les enjeux évanouis en fumée pouvaient être si considérables que les esclaves du jeu qui brûlaient de flamber se consumaient souvent dans la misère où ils étaient condamnés à s’éteindre53. Bien que les juristes s’accordent à les fustiger54, ils n’étaient pas toujours clandestins : il fallait souvent les tolérer, notamment si le souverain lui-même s’y livrait55.

RAVAGES DES JEUX AÉRIENS

  • 56 Ğāḥiẓ, III, p. 190-191 ; Meier, p. 273.
  • 57 Ğāḥiẓ, III, p. 190 ; Ṭabarī, I, p. 3027-3028 ; Ibn al-Atīr, III, p. 181 ; Ibn al-Ğawzī, IV, p. 338
  • 58 Ğāḥiẓ, I, p. 296-297.

14Au premier siècle de l’Islam, jeunes et voyous se livraient aux turpitudes dans la capitale improvisée du jeune empire, Médine, épiant des toits les voisins et spécialement les femmes qui ne se montraient dans la cité que soigneusement voilées aux regards, abusant des enfants attirés par les pigeonneaux, tirant à l’arbalète (ğulāhiq) des boules de boue qui souvent, au lieu d’abattre la cible, mutilaient une innocente victime, lui cassant nez ou dent, s’ils ne l’éborgnaient. Ces délits demeuraient impunis : la justice n’en pouvait découvrir les coupables, faute de témoins pour les identifier. Le troisième calife, ‘Utmān, aurait purgé la ville des colombidés, s’ils ne formaient un peuple (umma)56 : pour suspendre les divertissements réprouvés, il se borna à rogner leurs ailes et briser les arbalètes57. Aussi les gouverneurs de Médine s’empressaient-ils de surgir au logis des suspects que la rumeur couvrait d’infamie58.

  • 59Uyūn, III/I, p. 16.
  • 60 Ce récit détaillé ne figure que dans ‘Uyūn, III/I, p. 15-16. Il est surprenant qu’il soit ignoré d (...)
  • 61 Ma‘ārif, p. 622 ; ‘Uyūn, III/I, p. 16 ; Ṭabarī, II, p. 1258 ; Bad’, V, p. 138/145 ; Šahrastānī, p. (...)
  • 62 Les criminels ne finissent pas ainsi comme le prétend Van Ess, II, p. 594, qui tait la peine subie

15Cependant, de telles rigueurs ne peuvent perdurer : elles lassent même les tyrans. Aussi l’interdit ne fut pas long : comme les villes ne pouvaient être délivrées de la vile engeance, les jeux aux pigeons furent bientôt tolérés, puis admis, si bien que la mode s’en répandit au cours des ans futurs, sans désormais frapper la curiosité et peut-être même les regards : un hārigite de Kūfa, Abū Bayhas, fuyant le terrible maître de l’Orient, Ḥağğāğ, qui tranchait la tête des membres de la secte sous ses yeux59 pour assouvir son plaisir de voir le sang couler à flots, prit à Médine l’aspect rouge des colombophiles pour ne pas être reconnu : immense chevelure, barbe et mains enluminées de henné. Mais ce changement d’apparence ne fit que retarder sa découverte : transmis à Médine, son signalement fut publiquement lu par le gouverneur, en sa présence dans la foule. Il fut identifié par un voisin qui fondit sur lui pour le livrer60. Après une faveur éphémère et d’éternelles causeries nocturnes, un coup d’épée le priva des pieds et des mains, puis de la vie, en 94/713, sur une lettre du calife61. Mort digne de son hérésie : les crimes verbaux pouvaient être plus sauvagement punis que les crimes de sang62.

  • 63 Ibn Rušd, VI, p. 53.

16Les bouillants plaisirs des jeux de pigeons ne troublaient pas seulement la quiétude des villes, mais aussi parfois la paix des ménages au point de les briser, notamment si les femmes interdisaient à leur époux la compagnie de la maudite engeance63 pour renoncer à leur folie.

  • 64 Ibrāhīm b. Aštar qui devait battre en 67/686 l’armée omeyyade à Ḫāzir y faisait voler dans sa jeun (...)
  • 65 Ibn Abī 1-Dunyā, p. 60 ; Bayhaqī, X, p. 213 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 588 ; Ṭawq, p. 43.
  • 66 L’auteur du carnage fut Mahdī, selon Ḫatīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Ṭawq, loc. ci (...)
  • 67 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; Cheikh-Moussa, p. 73.
  • 68 Ibn al-Atīr, X, p. 231 ; Goldziher, II, p. 369 ; Ahsan, p. 251.
  • 69 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 210, 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Šāma1, II, p. 152 ; R (...)
  • 70 Ibn ‘Iḏārī, I, p. 170/I, p. 238.
  • 71 Ibn ‘Abdūn, p. 47/p. 105, §141, ou le terme de ḫallāq qui les y désigne reste problématique : rien (...)

17De Médine, ce divertissement gagna l’Orient, s’il n’y était déjà connu : Kūfa64 et Damas, où le goût ardent que ce peuple aérien suscitait lui devint fatal : le calife ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz durant son règne passager qui avait légèrement franchi deux ans (99/717-101/720) fit tuer tous les pigeons de vol (al-ḥamām al-ṭayyār) pour n’épargner que ceux dont les rémiges d’une aile coupée (al-muqaṣṣaṣāt) leur interdisaient de monter vers les cieux65. Cet immense carnage qui avait dû se borner à la capitale de l’Empire omeyyade ne put guérir le peuple d’une telle folie, comme les massacres perpétrés dans la première capitale des Abbassides ; d’abord par Mahdī (158/775-169/785) ou Hārūn Rašīd (170/786-193/809) qui déclara les pigeons dignes de mort pour un terme forgé que le cadi Abū l-Baḫtarī Wahb avait frauduleusement prêté au Prophète pour rendre licites les luttes aériennes dont le calife était féru66 ; puis, en 467/1075, par le vizir selğūkide, Faḫr al-Dawla b. Ğahīr, qui somma l’inspecteur des marchés de supprimer les pigeonniers et leurs hôtes67. L’ordre émanait du calife Muqtadī qui venait de prendre les rênes de l’État : il espérait interdire à l’œil ardent des colombophiles de pénétrer dans le secret des demeures et d’y flotter pour guetter les femmes d’aplomb68. Mais ces amples ravages furent loin d’arracher la plaie qui rongeait la cité ni même d’en calmer la furie : le feu couva pour renaître de ses cendres, les colombiers abattus furent bientôt relevés et repeuplés, les jeux repris et la canaille légère revint hanter les toits qui dominaient les cours du voisinage qu’elle fouillait ardemment des yeux. La guerre pouvait cependant étrangement donner à la folie un vernis de sagesse : le soldat d’Acre qui faisait tournoyer les pigeons dans le ciel passa longtemps pour inutile. Mais le long siège de 586/1190 le rendit soudain utile à la cité et l’islam ; aussi les louanges remplacèrent les blâmes qui couraient la ville à son sujet : sans ses oiseaux que d’intrépides nageurs portaient la nuit aux troupes de Saladin campées sur les collines, les assiégés n’auraient jamais pu en recevoir de nouvelles à tire-d’aile69. La colombophilie passa bientôt de l’Orient en Occident, où des amateurs malavisés risquaient, en temps de guerre, de perdre la vie : en 301/913-914, une poignée d’entre eux fut livrée à Barqa aux flammes punitives, après avoir de force englouti des lambeaux rôtis de leur propre chair : sitôt la ville emportée, le commandant fatimide les déclara espions et les accusa de correspondre avec l’ennemi abbasside, dont ils recevaient des lettres par la voie des airs70. En Andalus, les jeux maudits devaient ravager maintes villes, malgré le silence des sources. Aussi, à Séville, la vente des pigeons qui tournoyaient dans les cieux fut prohibée au vie/xiie siècle par l’inspecteur des marchés71 pour interdire aux joueurs qui les lançaient dans les airs de plonger l’œil vers les cours voisines pour l’attacher aux femmes dévoilées.

  • 72 Dībāğ, p. 68 ; Meier, p. 272. Mais, en 1534, selon Goushegir, p. 54.

18Mais en Orient aussi bien qu’en Occident, les passions défendues renaissent incessamment de leurs cendres et les sources n’en parlent d’ordinaire que si le souverain venait à les réprimer : ainsi, dans la province d’Ardabil, la colombophilie devait tant sévir qu’un firman du sāh safavide Tahmāsp I (930/1524-984/1576) la défendit deux ans après son avènement. L’interdit frappait également les temples du hasard et maints lieux mal famés : les tavernes (šarāb ḫāna) où les hommes cherchaient l’ivresse ou l’oubli au fond d’une coupe, les établissements où ils s’abîmaient dans les longues rêveries des fumées du cannabis (bang ḫāna) ou les plaisirs de mystérieuses compositions (ma’ğūn ḫāna) et les sinistres lupanars que le langage figuré de l’ordre préfère appeler « maisons de la grâce » (bayt al-lutf)72 pour en exalter les voluptés basses qui n’y étaient pourtant, malgré leur nom, jamais octroyées, plutôt que de flétrir les mornes débauches et noircir le monde sordide où les clients se plongeaient.

  • 73 Maillet, p. 143-144. Les colombophiles tordent le cou de l’oiseau s’il refuse de gagner le colombi (...)
  • 74 Kamutar-bøzī dans certains dialectes, Goushegir, p. 11.
  • 75 Maḥğūb, I, p. 129 ; Goushegir, p. 58.
  • 76 Goushegir, p. 58-59.
  • 77 Idem, p. 11.
  • 78 Idem, p. 12.
  • 79 Idem, p. 52.
  • 80 Meier, p. 270.

19En Syrie du Nord, des concours de vitesse étaient organisés d’Alexandrette vers Alep au xviiie siècle et des sommes considérables risquées, notamment entre les marchands. Suivant la légende, un maître dépité du grand pari perdu tua l’oiseau, dès son retour73. Les jeux aériens se sont fidèlement transmis du fond de l’abîme des âges jusqu’aux hommes de nos jours pour tourner en plaie, notamment à Damas, où les chasseurs de pigeons sont appelés en langage populaire : qaššāšūn ; et en Iran où ils se nomment et sans doute se nommeront toujours kabūtar bāzī74 (ces goûts ne passent jamais), malgré les prohibitions qui les frappèrent pour divers motifs : en 1969, à Téhéran pour éviter les collisions entre avions et volatiles, des colonies entières furent saisies par la police, puis bannies des pistes75 ; à la fin des années 1980, comme les joueurs invétérés refusaient de renoncer aux plaisirs qui les dévoraient, les ayatollahs commencèrent par éliminer les pigeons domestiques afin d’en purger le pays : ils ont détruit le peuple que le calife ‘Utmān n’avait osé anéantir à Médine et dépassé les rigueurs des premiers temps. Mais comme le nombre infini de volatiles rendait la mission impossible, le massacre fut suspendu : ne pouvant éradiquer le fléau, il fallut en tempérer les méfaits en imposant l’érection de murets sur les toits pour interdire aux colombophiles d’abaisser les regards sur les cours voisines d’en dessous76 : ils furent désormais voués à les élever au ciel pour suivre leurs jeux favoris. Ces mesures ne purent éteindre l’ardeur de cette passion : elle fait fureur dans les provinces du Ḫurāsān, d’Ispahan, de Fārs, de Māzandarān, d’Āḏarbayğān et spécialement du Ḫūzistān, dans les villes de Dezful, Šuštar et Ahwāz77. Mais les bruits anciens qui couraient sur les colombophiles et les vices dont on les gratifiait jadis retrouvent créance78, les vieilles méfiances n’étant qu’endormies par le cours des siècles : les pères hésitent à leur donner leur fille, pour leur épargner les privations imposées par les pertes essuyées au jeu79 et les sauver peut-être même de l’âpre misère qui risquait de peser plus tard sur elles ; ils négligent, du reste, tant leur travail et leur famille, que leur femme demande le divorce80.

LES EPREUVES AÉRIENNES

  • 81 Ğāḥiẓ, III, p. 147.
  • 82 Comme l’affirmait Muṯannā b. Zuhayr, Ğāḥiẓ, III, p. 256-257.
  • 83 Comme le révèlent une tradition transmise par Abū Hurayra, Buḫārī (p. 325), Rosenthal (p. 53) et l (...)
  • 84 Ğāḥiẓ, III, p. 212, 281 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 275.
  • 85 Ğāḥiẓ, III, p. 294-296 ; Ahsan, p. 237, 238, 251.
  • 86 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390,391 ; trad (...)
  • 87 Comme toujours en Iran, Goushegir, p. 11, 47-48.

20En Orient, depuis la nuit des temps, les pigeons furent les animaux domestiques dont l’élevage était le plus répandu parmi les diverses couches de la population, du bas peuple à l’élite, du vil ventouseur au roi : les hommes comme les femmes, les enfants comme les adultes, les jeunes comme les vieux, les mâles comme les eunuques, s’y livraient81. Des multiples jeux dont ils étaient l’objet pour divertir les foules82, les courses aériennes où les oiseaux doués de sens du retour étaient engagés devaient être aussi populaires que les courses de chevaux ou de dromadaires, et probablement encore plus à certaines époques et en certains pays, peut-être même avant l’islam. Mais elles n’apparaissent dans les sources qu’au premier siècle à Médine parmi les adolescents qui engageaient des paris83. Elles étaient autant de vitesse que de fond et visaient alors à mettre en valeur l’endurance des oiseaux. Même si aucune récompense ne leur était allouée, ils faisaient la gloire du maître et sa fortune : le prix des volatiles revenus de lâchers lointains s’envolait, comme celui de leurs rejetons84, notamment à Basra : les voyageurs ailés retournés de Wāsiṭ trouvaient preneur pour cinquante dinars, leurs petits pour trois et leur œufs pour deux85. Un pigeon rentré de Constantinople en atteignit même mille86. Comme ces épreuves ne pouvaient rester à l’abri des spéculations, des paris devaient être oralement engagés sur le retour des oiseaux au nid et la distance parcourue. Malgré la confiance absolue qui liait nécessairement les parties, le spectre des litiges planait fatalement : en tous temps, fourbes et malins usent de ruses et de tricheries pour emporter les mise87.

  • 88 Cinquante parasanges séparaient Wāsiṭ de Basra, Yaʿqūbī, p. 322/p. 166 ; Tanbīh, p. 360 ; Maqdisī, (...)
  • 89 Ğāḥiẓ, III, p. 294-296.
  • 90 Idem, III, p. 215 ; V, p. 423.
  • 91 Idem, III, p. 215.
  • 92 Idem, III, p. 215, 228.
  • 93 Idem, III, p. 216.
  • 94 Bakri, I, p. 433, 434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Ansārī, p. 14/48 ; Qalqašandī, II, p. 90, 97  (...)
  • 95 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 390, 391 ; tra (...)
  • 96 Ibn al-Fuwaṭī, p. 212-213.

21Sous les Abbassides, des oiseaux gagnaient la liberté de l’air à d’énormes distances de leur colombier : les uns couvraient 300 km88 en revenant de Wāsiṭ à Basra89 ; d’autres en dépassaient 1 000, voire 2 000 à vol battu : renvoyés dans les cieux en Syrie du Nord, de Lu’lu’a, dans la région de Ṭarsūs90, de Baġrās (Pagrae), de ‘Aliq, de Ṣafṣāf, près de Maṣīṣa, de Ḫaršana, dans la province de Malatya (Mélitène) et même de Barġama (Pergame), dans l’Empire byzantin91, après un convoyage aussi pénible que long, ils regagnaient Bagdad et Basra, respectivement à 1 680 et 2 011 km à travers l’espace ; de même, des voyageurs ailés de Raqqa étaient progressivement libérés de Lu’lu’a et de Darb (entre Ṭarsūs et la frontière byzantine), puis d’encore plus loin au nord, de Byzance même92. On croyait que le Tigre et l’Euphrate leur servaient de guide par des détours infinis qui ne leur permettaient pas de s’égarer : pigeons et fleuves descendaient ensemble93, les uns vers le nid, les autres vers la mer. Vers la moitié du iiie/ ixe siècle, le cadi Bakkār b. Qutayba délivra à Fusṭāṭ, qui était alors la capitale de l’Égypte, des voyageurs ailés que des hommes sûrs avaient lentement menés captifs de Basra pour lui en confier l’envolée par une lettre qui les accompagnait. Malgré son mérite, sa religion et sa piété, il s’était rendu à leur prière94, alors que les juristes ḥanafites comme ceux du restant des rites condamnent les épreuves aériennes. Les oiseaux retrouvèrent leur colombier, malgré 1610 km par la voie du ciel. À une date inconnue, un voyageur ailé qui avait reconquis sa liberté à Constantinople franchit 2 080 km pour revenir à Basra95. Ces lâchers lointains étaient si populaires qu’ils pouvaient être célébrés à Bagdad par des poèmes louant le vainqueur : en 644/1246, le chef de la chancellerie chanta le retour des pigeons des bords méridionaux de l’empire, de ‘Abbādān au sud-ouest de la Perse et de Ḫašabāt qui devait son nom aux piliers de bois plantés dans le golfe Persique, près du lieu où le Šaṭṭ al-‘Arab venait offrir ses eaux à la mer96.

GRANDS ET PIGEONS

  • 97 Ğāḥiẓ, I, p. 118, 135 ; III, p. 147 ; Maḥāsin, p. 611 ; Ahsan, p. 251. Les eunuques sont curieusem (...)
  • 98 Ġuzūlī, II, p. 260.

22Ces épreuves ne soulevaient pas seulement la lie, mais également diverses couches de la société, comme les eunuques97 qui les cherchaient sans doute pour remplacer les plaisirs dont les hommes les avaient sauvagement privés en les châtrant, même s’ils étaient impropres à les en consoler. Elles embrasaient aussi l’élite98, notamment souverains et vizirs, souvent plus que les nobles courses de dromadaires et de chevaux. L’histoire en signale plusieurs qui se laissèrent emporter par cette folle passion dans l’immense Orient du viiie au xxe siècle, si bien qu’il faut la tenir pour un trait éternel, malgré les multiples interdits qui l’ont souvent frappée.

  • 99 Waṭwāṭ, II, p. 194 ; Qalqašandī, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 250.
  • 100 Ḫatīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Ṭawq, p. 43 ; Nahrawāli, p. 98.
  • 101 Damīrī, I, p. 260/I, p. 593-594 ; Goldziher, II, p. 369 ; Ahsan, p. 252.
  • 102 Damīri, loc. cit.
  • 103 Ḫatīb, XIII, p. 484 ; Ṭawq, p. 43-44.

23Ces épreuves ont commencé par enflammer maints califes abbassides. Tout commença avec le troisième, Mahdī99 : pour flatter ses penchants, le cadi Abū l-Baḫtarī Wahb avait ajouté le terme d’« aile » à la tradition qui n’admettait que les concours de « pieds », de « sabots » et de flèches, pour rendre licites les épreuves d’oiseaux. Cette invention lui attira un considérable présent. Puis le souverain se repentit du mensonge et fit couper la gorge aux pigeons de Bagdad100. Suivant une version divergente, cette adjonction aurait été improvisée pour son fils, Hārūn Rašīd, à l’occasion d’un don de colombins, reçu en présence du cadi101. Comme on lui demandait le crime qui avait fait mériter la mort aux oiseaux, il leur imputa le terme frauduleusement mis par Abu l-Baḫtarī sur les lèvres du Prophète pour chatouiller agréablement sa colombophilie102. Le même fieffé menteur lui aurait, en outre, forgé une autre tradition pour l’entretenir dans l’erreur interdite : ce goût aurait saisi le Prophète103.

  • 104 Qaiqasandī, II, p. 89.
  • 105 Mas‘ūdī, V, § 3539. La passion de Mustakfī avant d’accéder au trône est également évoquée par Hamd (...)

24Mais ce singulier carnage ne put exterminer les voyageurs ailés de Bagdad : des foules en réchappèrent, dérobées à la fureur de Mahdī ou de Hārūn. Aussi cette passion embrasa des califes plus obscurs, comme Wāṯiq (227/842-232/847)104, puis Mustakfī (333/944-334/945) et Muṭī’ (334/946-363/974), qu’opposaient souvent les courses de pigeons (comme les combats de béliers, de coqs et de cailles), avant leur avènement, du temps de leur voisinage105.

  • 106 Ibn al-Atīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, III, p. 207 ; IV, p. 164 ; Ḏahabī, an. 621-630, p. 86 ; Ṣafa (...)
  • 107 Sur ce sport, voir notamment Meier, p. 272-273.
  • 108 Ibn Wāṣil, IV, p. 164, 165 ; Eddé, p. 230.
  • 109 Ibn al-Atīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, IV, p. 165.
  • 110 Ṣafadī, II, p. 217, n° 607 ; Subkī, VI, p. 94, n° 619.
  • 111 Apparemment unique, cet exemplaire n’est pas l’original, mais une pâle copie tardive, insérée dans (...)

25Mais le plus ardent colombophile fut Nāṣir (572/1180-622/1225)106, également féru de tir au vol par balles d’argile ou pierres lancées à l’arbalète (bunduq)107, si bien que ce sport devint un privilège du calife : nul autre que lui ne pouvait s’y livrer, s’il ne l’avait lui-même initié108. Aussi un habitant de Bagdad rebelle aux bienfaits promis pour l’attacher dut fuir l’empire pour la Syrie, préférant la gloire d’être le seul homme au monde à refuser ce droit au calife109. Un traité lui fut même dédié par le juriste šāfi‘ite, Ibn al-Baqqāl autrement nommé Ibn Wad’a (mort en 588/1193)110 : Al-Muqṭaraḥ fi l-muṣṭalaḥ fi ta‘līm ramy al-bunduq, dont il ne reste qu’une copie manuscrite111 qui mérite d’être tirée de l’ombre. Aussi les jeux aux pigeons jouirent-ils en son temps d’une faveur constante. Il invitait ses fidèles à bâtir des colombiers ; tous ceux qui voulaient être admis à l’honneur de l’approcher devaient recevoir un pigeon de sa main.

  • 112 Ibn Šāhanšāh, p. 180 ; Hartmann, p. 96-97 ; la même, EI2, VII, p. 1000 (Al-Nāṣir li-dīn Allāh).
  • 113 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 261-262.

26Ce geste symbolique leur ouvrait le chemin de l’intégrité : désormais, ils ne pouvaient mentir, s’ils prêtaient serment112. Pour la première fois en terre d’Islam, les colombophiles n’étaient plus suspects, mais probes : les hommes du vice devenaient des hommes de vertu par la confiance du calife. Cette folie aveugla tant Nāṣir qu’elle lui fit oublier ses devoirs et même la conduite de ses affaires : averti par son vizir que la Transoxiane venait de tomber sous la puissance des Mongols dont l’invasion balayait l’empire au nord et semait la mort en marchant sur l’Iraq, il lui refusa ses oreilles pour suivre le vol de sa favorite, baptisée du nom de Balqā’ pour son plumage pie, qu’il n’avait pas admiré depuis trois jours113 : un plaisir prochain passait avant un péril lointain.

  • 114 Ibn al-Fuwaṭī, p. 18.
  • 115 En 643/1245, un poète demanda quelques pigeons revenus de loin, Ibn al-Fuwaṭī, p. 203-204.
  • 116 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49/p. 61.
  • 117 Bar Hebraeus, p. 409 ; Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49-50/p. 61 ; Ibn al-Dawādārī, VII, p. 349.
  • 118 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49-51/p. 61-63 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 406-407.

27Cette passion passa de père en fils114 : Ẓāhir qui occupa son trône accordait sans peine les pigeons que les compagnons admis à son intimité brûlaient de saisir de ses mains, même si un lointain retour venait d’augmenter leur valeur115. Ces plaisirs ont dû le vouer à la promiscuité où l’entraînaient les affinités entretenues avec la lie. Les deux derniers califes de Bagdad, Mustanṣir116 et Musta‘ṣim117, suivirent ses traces dans cette voie insensée : l’un tira du bas peuple un vil portefaix, ‘Abd al-Ġani b. Darnūs (qui devait survivre à la chute de l’empire et quitter la vie en 677/1278), pour l’attacher à l’un des colombiers du palais, l’autre qui en avait hérité le promut au grade de chef des gardiens pour l’honorer finalement de sa familiarité et lui conférer la dignité de chambellan, assortie du titre de Nağm al-Dīn al-Ḫāss (le confident), si bien qu’il atteignit l’apogée des grandeurs. La pluie de faveurs dont il fut comblé lui permit d’arriver à une haute fortune : la libéralité des califes de l’empire expirant allait parfois jusqu’à la prodigalité pour les favoris qui vivaient dans leur ombre, même s’ils ne méritaient pas leurs bienfaits. Le vizir le comblait également de largesses pour qu’il soignât son nom auprès du dernier « maître du monde » : il passait pour faire et défaire les vizirs. Aussi prodiguait-il ses égards à l’ancien portefaix jadis méprisé et se levait même pour vider la salle d’audience, s’il lui faisait l’insigne faveur d’une visite improvisée : il pouvait prêter sa voix au calife pour un entretien secret118. Mais nombre de ces colombiers de plaisir du sein du palais ont dû brûler dans la capitale incendiée par les Mongols en 656/1258.

  • 119 Sulūk, III/I, p. 309.

28L’exil sous le ciel lointain du Caire n’éteignit pas l’ardeur colombophile des califes dépossédés qui gardèrent ce titre d’honneur et nominal, mais impropre à les consoler de la perte de leur puissance et de leur opulence : maints d’entre eux ont dû en être dévorés, même si les sources n’évoquent que la passion d’un seul, Mutawakkil (mort en 808/1405)119.

  • 120 Comme le notait Ġuzūlī, II, p. 260.

29Ce sport n’était pas l’apanage des Abbassides120. D’autres dynasties en étaient férues. Mais les sources n’en parlent pas toujours, si bien que les ravages des flammes demeurent souvent dans l’ombre. Elles n’émergent d’ordinaire à la lumière que si elles entraînent la chute des grands.

  • 121 Ta’rīḫ-i Sīstān, p. 275/p. 219 ; Goushegir, p. 18.
  • 122 Ibid., p. 279/p. 223.
  • 123 Ibid., p. 284/p. 227.
  • 124 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ẓāhirī (...)
  • 125 Ibn Ẓāfir, p. 30 ; Ibn Ḫallikān, VII, p. 30-31 ; Maqrizī, II, p. 7 ; Ġuzūlī, II, p. 260. Récit rés (...)
  • 126 Maqrizī, I, p. 487.

30L’émir ṣaffāride, Ṭāhir b. Muhammad, homme de plaisir et de boisson, consumait ses jours dans la contemplation de ses pigeons et de ses mules à Zaranğ, dans la province de Sīstān, en Perse orientale, dans une région maintenant afghane, en l’année 291/ 904121 ; aussi fut-il livré au mépris de l’armée122 qui finit par le déserter en 296/909123. Les Fatimides qui conservaient les pedigrees de leurs voyageurs ailés dans un service particulier124 les engageaient souvent dans des courses. ‘Azīz en raffolait, mais ses volatiles ne les enlevaient pas toujours. L’oiseau de Ya‘qūb b. Killis ayant un jour triomphé, le calife reçut un billet anonyme : en tout, le vizir prenait le meilleur et lui laissait le pire, même en pigeons. La calomnie dont le bruit vint à ses oreilles lui inspira deux vers pour aduler bassement le maître de l’empire et déguiser l’amère victoire : le véritable vainqueur était son voyageur ailé ; le sien n’était qu’un chambellan qui l’avait précédé125. Ces compétitions délassaient également le vizir Afḍal Šāhanšāh : son jardin hors du Caire abritait maints colombiers, dont les hôtes étaient engagés dans des courses par des hommes éprouvés (muṭayyir)126.

  • 127 Rāwandī, p. 205. Goushegir, p. 18, a transformé les colliers en bagues.

31Des sultans selğūkides, plusieurs durent s’adonner à la colombophilie, malgré le silence profond des sources : le petit-fils de Maliksāh, Maḥmūd, qui se trouva assis sur le trône de son père au sortir de l’enfance, à l’âge de treize ans en 511/1118, ne pouvait en être le seul fervent, même s’il fut probablement le seul à parer ses pigeons de colliers d’or127 par ce goût du luxe aussi vif que celui de la luxure qui le consuma dans sa vingt-septième année lunaire en 525/1131, après une brève jeunesse dissipée en débauches. Des Mamelouks, quatre sultans éphémères, dont aucun ne franchit trois ans de règne, portèrent cette passion jusqu’à la fureur. Elle fut néfaste aux trois premiers et fatale au dernier : il fut immolé dans la fleur de l’âge par des émirs qui lui avaient peut-être donné le trône en ces temps incertains où les anciens esclaves trempaient leurs mains dans le sang de leur maître.

  • 128 Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 33 ; Sulūk, I/II, p. 406 ; trad. Quatremère, I/I, p. 75 ; ‘Aynī, I, p. 2 (...)
  • 129 Sulūk, I/II, p. 417 ; trad. Quatremère, I/I, p. 85 ; Abū 1-Maḥāsin, VII, p. 103.
  • 130 Sulūk, I/II, p. 418 ; trad. Quatremère, I/I, p. 86.
  • 131 Salmon, p. 77, 82, 83, 84, 87-88.
  • 132 Ibn Iyās, I/I, p. 302.
  • 133 Baybars, p. 46 ; repris par ‘Aynī, I, p. 221.
  • 134 Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 39 ; Sulūk, I/II, p. 418 ; I/III, p. 749 ; trad. Quatremère, I/I, p. 86  (...)
  • 135 Deux fils de Baybars y furent éloignés, Baybars, p. 315 ; Sulūk, I/III, p. 749 ; trad. Quatremère, (...)
  • 136 Pour reprendre l’image de Baybars, loc. cit.

32Le premier fut Manṣūr, le fils d’Aybak. Il se livrait sans frein aux jeux de pigeons avec les eunuques et les fils d’esclaves qui l’accompagnaient dans d’autres plaisirs indignes de son rang (courses d’ânes, combats de coqs et de béliers). Mais cette maudite passion lui coûta l’empire : il fut enseveli sous le profond mépris des émirs qui l’avaient, malgré son extrême jeunesse (quinze ans à peine), élevé au trône de son père en 655/ 1257128. Aussi fut-il déchu deux ans plus tard, jeté avec sa mère et son frère dans un cachot provisoire de la citadelle129 où le jour ne devait jamais arriver, comme dans les geôles du temps où régnaient la nuit et les chauves-souris. Puis on lui donna pour prison une tour qui plongeait dans l’eau à Damiette et sans doute plus claire par ses baies qui livraient passage aux rayons du soleil. Le sultan Quṭuz venait de l’élever et la baptiser du nom de la Chaîne (burğ al-silsila)130, probablement pour remplacer la vieille tour homonyme qui fermait jadis le chemin du Nil aux voiles chrétiennes par de longs anneaux reliés au donjon qui lui faisait pendant131. Puis les récits différaient sur sa fin : les uns disaient qu’il s’y consuma longtemps avant de s’éteindre pour gagner le repos du cimetière132 ; les autres qu’il en fut tiré en 658/1260 par Baybars qui venait de s’emparer du trône par le sang ; puis un vaisseau le porta avec ses compagnons de captivité aux bords de l’Asie, à Constantinople même133 encore aux mains des croisés ou dans l’empire de Nicée que les sources arabes du temps avaient coutume de désigner sous le nom de l’illustre maison qui avait fourni des empereurs à l’Orient : « les pays des Lascaris » (bilād al-Aškarī)134, et où les grands étaient parfois bannis135. Il n’avait recouvré la liberté que pour souffrir l’amer exil dans un pays ignoré et, de surcroît, byzantin ; autrement dit, il était sorti des ténèbres du cachot (malgré les lumières de l’islam) pour gagner les ténèbres du christianisme136 ; il dut y traîner encore le titre de sultan (qu’il avait pourtant quitté), dévoré par la misère, et s’éteindre dans l’ombre à une date inconnue.

  • 137 Mufaḍḍal, IV, p. 96/248. Mais suivant un récit divergent, le pigeon appartenait au jeune amant du (...)
  • 138 Ṣafadi, VIII, p. 90 ; Sulūk, II/III, p. 662 ; Muqaffā, I, p. 636 ; Durar, I, p. 316, n° 745 ; Abu (...)

33Les derniers sultans furent trois frères qui n’étaient guère dignes de soutenir la gloire du nom de leur père, Nāṣir Muhammad, et celui de leur grand-père, Qalāwūn. Le premier fut Ahmad qui, dès l’âge tendre, bouillait d’ardeur pour les divertissements aériens qui l’entraînaient vers la violence : en 741/1340, le pigeon d’un eunuque devança le sien de toute la légèreté de ses ailes et gagna l’effigie d’or offerte au vainqueur (probablement médaille ou figurine). Dans sa joie, son maître offrit aux castrats du palais un banquet qui blessa tellement le tyran en herbe que sa fureur flamba : il battit si violemment l’insolent qui osait fêter sa victoire qu’il faillit lui arracher la vie137. Il ne devait cependant occuper le trône paternel sous le titre de Nāṣir (742-743/1342) qu’environ cinq mois : il perdit tout empire, puis l’Empire ; déposé, il quitta la capitale pour livrer son corps aux plaisirs à Karak en Palestine : en changeant l’Afrique pour l’Asie, il ne changea pas de vie. Mais son séjour n’y fut que passager : un émir finit par l’étrangler en 745/1344. Puis sa tête fut portée au Caire à son frère Ṣāliḥ que les émirs avaient après sa chute sur le trône élevé138. Il était dans sa vingt-sixième année.

  • 139 Ṣafadi, XVI, p. 154 ; Ayān, II, p. 522 ; Manhal, VI, p. 250 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 118.
  • 140 Ṣafadi, XVI, p. 155 ; Durar, II, p. 289 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 141.
  • 141 Sulūk, II/III, p. 697 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 124.
  • 142 Sulūk, II/III, p. 695 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 123.
  • 143 Sulūk, II/III, p. 712.
  • 144 Ṣafadī, XVI, p. 153 ; A‘yān, II, p. 523-524 ; Sulūk, II/III, p. 712, 714 ; Manhal, VI, p. 252.
  • 145 Sulūk, II/III, p. 713.

34Le deuxième fut Ša‘bān qui prit pour régner le surnom de Kāmil. Les émirs n’avaient cependant consenti à lui donner l’empire en 746/1345, comme l’avait recommandé son frère Ṣāliḥ avant de rendre le dernier soupir, qu’à condition de bannir les vils plaisirs où il avait pris coutume de croupir139. Mais les rênes du pouvoir ne purent l’en délivrer. Non seulement il viola sa promesse140, mais il somma de ne plus réprimer les jeux de pigeons141, alors qu’ils avaient inondé la capitale142. Méprisé pour la bassesse de ses penchants, puis déchu, il se sauva près de sa mère dans la citadelle pour s’y cacher143. Pris, il fut mis à l’ombre144, puis à mort145.

  • 146 Sulūk, II/III, p. 726 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 157. Sur cette salle, voir Behrens-Abouseif, p. 54-55
  • 147 Ibn Iyās, I/I, p. 516.
  • 148 Abu 1-Maḥāsin, X, p. 157.
  • 149 Sulūk, II/III, p. 726 ; Muqaffā, III, p. 123 ; Durar, II, p. 83-84, n° 1476.
  • 150 Ibn Iās, I/I, p. 515-516.
  • 151 Idem, I/I, p. 516.
  • 152 Sulūk, II/III, p. 740 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 169.
  • 153 Sulūk, II/III, p. 739 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 169 ; Rosenthal, p. 54.
  • 154 Sulūk, II/III, p. 741.
  • 155 Ibn Duqmāq, I, p. 192.

35Enfin le troisième et le dernier des quatre sultans fut Ḥāğği. Il remplaça sur le trône Kāmil qui prit sa place dans le ténébreux cachot où il l’avait tenu sous clef et devint Muẓaffar (747/1346-748/1347) (le victorieux). Mais il ne fut guère digne de ce titre pompeux : les seules victoires dont il pouvait se glorifier étaient celles qu’emportaient ses pigeons dans le ciel. Dès les premiers jours de son empire, il se réfugia dans la colombophilie pour fuir la flamme ardente qui le consumait pour trois femmes. Mais ce désir d’oubli l’entraîna dans un gouffre fatal d’où il ne put jamais remonter. Il dressa sur le portique du pavillon de la citadelle, qui méritait le nom de « Stupéfiant » (Duhayša) pour la décoration splendide qu’offrait son intérieur, un enclos sur colonnes et bois élevés146 garni d’une fine dentelle de bois incrustée d’ivoire et d’ébène147. Ce paradis des pigeons engloutit une somme fabuleuse, estimée par certains à 7 000 dirhams148, mais portée par d’autres à plus de 70 000149, et même à 50 000 dinars frais venus de Syrie150. Les oiseaux furent parés d’or (pendentifs au cou, bagues aux pattes) et livrés aux soins de serviteurs qui jouissaient d’appointements réglés de mois en mois151. Le sultan alla jusqu’à sommer les muezzins de baisser leur chant en convoquant les fidèles à la prière, si le vol de ses pigeons tourbillonnait dans l’air pour ne plus les troubler, depuis qu’il les avait, un soir, effrayés et dispersés, en s’élevant des minarets voisins de la citadelle et de la plaine des tombeaux de Qarāfa déployée à l’ombre des tours, excitant chez lui la plus vive colère qu’il ne put brider152. Pour engager les paris, il fut étroitement lié avec la lie du Caire153 qu’il couvrait de ses ailes et d’une pluie de dons jetés à poignées. Dans le seul mois de ramadan 748/1347 au cours duquel ses jours furent abrégés, il lança 30 000 dinars, 300 000 dirhams et 80 000 dinars de bijoux, de perles et de broderies154. Ces jeux aériens finirent même par abolir la distance morale qui aurait dû le séparer de la plèbe, si bien qu’il désertait son lit du palais155.

  • 156 Sulūk, II/III, p. 741-742 ; Muqaffā, III, p. 123-124 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 170 ; Ibn Iyās, I/I, p (...)
  • 157 XI, p. 239-240 ; A‘yān, II, p. 179 ; Manhal, V, p. 54 ; Durar, II, p. 84, n° 1476. Une version pro (...)
  • 158 Ibn Iyās, I/I, p. 516-518. Récit abrégé par Ibn Duqmāq, I, p. 192-193.
  • 159 Sayf, p. 214. Cette version semble résumée par Ibn Habīb, III, p. 100.

36Cette passion fut cependant éphémère. Le souverain se laissa guider par les conseils de deux familiers : le merveilleux enclos fut abattu et les volatiles saignés de ses propres mains156. Mais son dernier jour était proche : il s’était attiré à lui-même une mort tragique, sur laquelle il courut beaucoup de bruits, si bien qu’elle est diversement racontée par les sources. La version la plus proche dans le temps mérite peut-être d’être préférée aux deux autres aussi divergentes que tardives. Elle fut recueillie par Ṣafadi157 probablement au Caire, où il était souvent passé. Un émir qui avait surpris le sultan faisant voler les pigeons sur le toit l’accabla de mépris et saisit deux volatiles pour les égorger. Muẓaffar prit feu à son geste, mais du feu du courroux : il jura de trancher la gorge de l’insolent. Aussi ce dernier s’empressa de le devancer : tuer le sultan avant que le sultan ne le tue. Les deux autres récits sont plus éloignés par le temps. Suivant l’un158, Muẓaffar aurait publiquement menacé d’immoler à sa furie la fleur des émirs, afin de venger ses amis emplumés qu’il avait ordonné de saigner ; le bruit en courant le perdit : il fut capturé, puis étouffé dans un mausolée de la cité des morts et sa dépouille dans l’ombre enfouie ; suivant l’autre159, sa passion aurait provoqué la révolte d’une poignée d’émirs, dont l’un frappa son cheval qui, tombé sur le sol, ne se releva plus. Les rebelles se jetèrent alors sur le sultan et l’étranglèrent.

  • 160 XI, p. 240 ; A‘yān, II, p. 179.

37Il sortit de la vie peu après avoir franchi le seuil de son vingtième printemps. Sa fin tragique inspira ce mot à Ṣafadi : « Il perdit âme et royaume pour les pigeons160 ». De nos jours on serait tenté de dire : sa passion lui coûta l’Empire et la vie.

  • 161 Sulūk, II/III, p. 745 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 187.

38Après son meurtre, ses compagnons de plaisir furent contraints de rendre les largesses prodigieuses dont sa magnificence les avait comblés au fil des jours. Ainsi, des biens inespérés, que l’on avait cru dissipés en fumée furent versés dans le trésor public : 530 000 dinars, 420 000 dirhams en espèces et plus de 200 000 dinars en richesses variées, la moitié en perles et en pierreries, l’autre en soieries et broderies161. Muẓaffar Ḥāğği fut probablement le dernier sultan mamelouk à s’adonner aux luttes aériennes. Sa mort ne devait pas en éteindre l’ardeur parmi le peuple, même si les sources les jugeaient dignes des cendres de l’oubli.

  • 162 Ḥāfiz-i Abrū, Ta’rīh intiḫāy-i aḥwāl-i mulūk-i Kart dans Tauer, p. 63.

39Mais cette maudite folie qui lui coûta le trône fut loin d’ébranler l’Empire mamelouk, comme elle troubla quelques décennies plus tard la dynastie de Kart dont elle ne fut pas étrangère à la chute : le dernier sultan, Ġiyāṯ al-Dīn Pīr ‘Alī, qui monta au trône de son père en 771/1370, ne put s’arracher aux chemins du plaisir (colombiers, musique et réceptions), quand en 782/1380 Tamerlan investit sa capitale Harāt : il se croyait naïvement à l’abri d’invincibles remparts, où des nuées de guerriers repoussaient les violents assauts des terribles Mongols162. Après la chute de la cité, il conserva trône et vie, sultan longtemps de nom, mais en effet vassal du conquérant dont il avait dû attirer le mépris. Il put ainsi continuer à se livrer à cette folle passion dont il ne put jamais guérir jusqu’au dernier soupir en 791/1389.

  • 163 Huart (1876), p. 328.

40Elle toucha aussi le sultan ğalāyiride, Ahmad b. Uways, homme de plaisir, de boisson et de sang, qui s’adonnait aux jeux des pigeons dans sa capitale Bagdad dont l’approche de Tamerlan devait le chasser en 795/1393. Mais en changeant de lieu, il ne changea pas de vie : durant l’exil qui l’avait brièvement conduit en 809/1406-1407 à Tabrīz, il leur consacrait le plus clair de son temps, comme à d’autres jeux interdits en compagnie de jeunes garçons imberbes163. Ainsi le tyran déchu tentait-il peut-être d’oublier son trône perdu.

  • 164 Bābur, p. 50. Accident également évoqué p. 58.
  • 165 Idem, p. 49.
  • 166 Idem, p. 51.
  • 167 Idem, p. 50.
  • 168 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

41Le roitelet de Farġāna, ‘Umar Šayḫ Mīrzā se livrait également à la colombophilie dans l’inabordable forteresse d’Aḫsī, comme en témoigne sa mort imprévue et tragique. En 899/1494, après avoir franchi son trente-neuvième printemps, il « s’envola du ravin avec ses pigeons et son pigeonnier et devint un gerfaut (sunqur)164 ». Suivant une antique croyance turque chamaniste, son âme survécut sous l’apparence corporelle de la fleur des faucons. Cette expression pittoresque sous le calame de son fils Bābur, le « Prince des mémorialistes », dans son autobiographie, voile une tragédie : la chute du souverain dans le profond de l’abîme qui tenait lieu de fossé à la forteresse165, probablement même dans le Sir Daryā (Iaxartes), le plus grand fleuve d’Asie centrale qui lui lavait le pied. Peut-être que, plongé dans la folie par les drogues dont il préférait la volupté, dans ses derniers ans, aux fumées de l’ivresse166, il s’était senti pousser des ailes pour s’élever vers les amis qu’il avait coutume de suivre de terre, les yeux rivés au ciel. Mais, par malheur, sa corpulence l’entraîna au fond du gouffre : il portait « sa tunique si serrée que, pour en nouer les cordons, il contractait son ventre et, quand il lui rendait sa liberté après avoir noué les cordons, il arrivait très souvent que ces derniers se rompissent167 ». Le renom de ses pigeons s’était répandu au loin : près d’un siècle après sa disparition, leur souvenir revenait souvent sur les lèvres des colombophiles de l’Empire moghol168.

  • 169 Bābur, p. 201 ; Meier, p. 270.
  • 170 Roemer, p. 55, 151 ; Meier, p. 272.

42Son oncle lointain, le sultan timuride du Ḫurāsān, Ḥusayn Bayqarā (873/1469-912/ 1506), fut également dévoré par cette passion indigne d’un grand souverain et incompatible avec l’empire, comme par les combats de coqs et de béliers169. Mais il n’en ignorait pas les méfaits : aussi devait-il sommer l’inspecteur des marchés de bannir les jeux de sa capitale, Harāt170.

  • 171 Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299, 300.
  • 172 Abu l-Faẓl, I, p. 215/I, p. 298-299 ; Smith, p. 22, 339.

43Le plus grand des empereurs moghols, Akbar, qui monta en 963/1555 sur le trône dont il fut un héritier précoce au passage de l’enfance à l’adolescence alors qu’il n’avait que treize ans, flambait également pour la colombophilie. Dès le printemps de sa jeunesse et peut-être même avant d’être élevé à la souveraine puissance, il était féru de vol de pigeons qu’il appelait « jeu d’amour » (‘išq bāzī)171 ; leurs tourbillons ailés, notamment les éblouissantes voltiges et les figures qu’ils formaient dans le ciel le plongeaient dans l’extase du derviche tourneur emporté par la danse et l’entraînaient à louer le Seigneur pour les merveilles de la création. Puis, en avançant dans le cours des années, la sagesse le détourna brièvement de cette passion. Mais elle devait plus tard solliciter son intérêt, et son étude porta des fruits inespérés : elle lui servit à réduire les esprits indécis et matérialistes à l’obédience, comme à faire régner la concorde et l’amitié172. Seule sa fin l’en délivra en 1014/1605.

  • 173 Hawkins, p. 104.
  • 174 Abu l-Faẓl, I, p. 217/I, p. 300.
  • 175 Idem, I, p. 215/I, p. 298.
  • 176 Idem, I, p. 218/I, p. 302-303.

44Les colombiers de son palais de Fatḥpur-Sikrī abritaient un peuple innombrable de pigeons : 4 000, d’après un voyageur anglais173 ; mais plus de 20 000, d’après l’oracle de son temps, son historiographe et secrétaire intime, Abu l-Faẓl, qui soulignait, au demeurant, la difficulté de les dénombrer174, dont cinq cents avaient sur leurs prouesses aériennes bâti leur renommée, et suscité d’étranges histoires ; certains étaient des présents envoyés par les seigneurs des peuples ennemis, īrān et Tūrān (en gros : Persans et Turcs) ; mais la plupart provenaient de sélections de marchands175, sans doute acquises à prix fabuleux. Des hommes qui les entraînaient et recevaient, comme les soldats, leur salaire de l’armée, certains furent si fameux que leur nom est venu jusqu’à nous : il accuse parfois une origine lointaine : Samarcande, Buḫārā, Harāt et Balḫ176. Autrement dit, des immigrés de Transoxiane et du Ḫurāsān, auxquels les pigeons avaient ouvert les portes du palais impérial et peut-être les chemins d’un vernis d’opulence au sud lointain.

  • 177 Batānūnī, p. 149.

45Après la mort de l’empereur, plusieurs souverains et princes ont dû cultiver cette passion, même si bien peu apparaissent à la lumière des sources dans l’immense Orient peuplé de colombiers. En Égypte, le vice-roi ‘Abbās Hilmī Ier (1848-1854), fervent colombophile, possédait des légions de pigeons appartenant à différentes espèces. Aussi l’élite devait-elle l’imiter177.

  • 178 MacCullagh, p. 262.
  • 179 Idem, p. 299.
  • 180 D’après le témoignage de Batānūnī, loc. cit.

46Le dernier sultan ottoman, ‘Abd al-Ḥamīd II (1876-1909), était féru d’oiseaux. Il entretenait dans le fameux jardin du palais de Yildiz, à Istanbul, 20 000 pigeons captifs dans deux cents énormes volières en renfermant chacune une centaine178. Quand il fut déchu de son trône, puis banni à Salonique, l’insouciance des nouveaux maîtres regarda la nourriture des oiseaux de prix comme un soin superflu : aussi furent-ils privés de grain ; si plusieurs succombèrent de faim179, d’autres miraculeusement survécurent180.

  • 181 Goushegir, p. 57.

47Enfin, dans la Perse de la fin du xixe siècle, les notables s’adonnaient également à cette folie. Un émir qāğār rapporta en 1888, au retour d’un voyage en Europe, six cents pigeons, notamment des capucins cravatés et des pigeons à queue de paon. Ce goût prit son fils, dès qu’il toucha sa dixième année, si bien qu’entre 1925 et 1937, il parvint à posséder 2 000 volatiles. Dans ses vieux ans, approchant de sa fin et rongé par la maladie, il fit monter son lit dans un colombier de sa terrasse, transformé en chambre à coucher : il ne devait plus quitter de la vue ses éternels amis avant de quitter la vie en 1941181.

LITTERATURE SPECIALISÉE

48Au rebours de maints jeux en vogue dans les sociétés musulmanes, la colombophilie inspira nombre d’ouvrages. Mais destinés à un public réduit, de plus, marginal et souvent illettré ou étranger aux manuscrits, les plus anciens n’ont guère bénéficié d’une large diffusion qui aurait pu les sauver de la disparition : aussi, les quatre qui remontent au Moyen Âge ont depuis longtemps péri, sans parler des autres dont l’oubli a dévoré le nom et jusqu’au souvenir.

  • 182 Ibn al-Nadīm, I, p. 53/I, p. 116 ; Yāqūt, VII, p. 169 ; Qiftī, III, p. 285 ; Ibn Ḫallikān, V, p. 2 (...)
  • 183 I, p. 156/I, p. 342. Ahsan, p. 250, n. 31, évoque également l’ouvrage.
  • 184 Comme il le déclare à maintes reprises, I, p. 2, 38, 87, 132, 219/I, p. 2, 83, 190, 289, 534.

49Des deux premiers ne survit que le titre : ne pouvant devenir l’objet d’une demande régulière et jugés indignes d’être répandus, les copistes ont négligé de les transcrire, si bien qu’ils sont maintenant perdus. Aucun prosateur n’a daigné en prendre des bribes pour les introduire dans son œuvre. Pourtant, le plus ancien en méritait l’honneur pour le nom rayonnant de l’auteur : le Kitāb al-ḥamām (Livre des pigeons) du grammairien de Basra, Abū ‘Ubayda (mort vers 209/824)182, que son disciple Ğāḥiẓ semble ignorer, alors qu’il avait dû longtemps prêter l’oreille à sa voix et même recueillir les flots de paroles qui coulaient de ses lèvres. Mais il l’a peut-être secrètement pillé dans le Livre des animaux (le silence est souvent suspect). Quant au second, Kitāb mā warada fi tafḍil al-tayr al-hādī (Livre de ce qui a été rapporté sur les mérites de l’oiseau doué de faculté de direction), sa perte était sans doute inéluctable : le chanteur qui l’avait composé, Ibn Ṭarḫān, était si obscur qu’il s’éteignit dans l’ombre et l’indifférence ; même Ibn al-Nadīm183 n’avait eu vent de sa mort : aussi sa date fut laissée en blanc dans le manuscrit ; on ne peut que grossièrement la situer avant 377/987, année de l’achèvement du Fihrist184. La monographie aurait sombré dans les ténèbres de l’oubli, si l’érudit ne l’en avait sauvée en la citant.

  • 185 Qalqasandi, II, p. 90 ; XIV, p. 390-391.
  • 186 Comme ceux que reproduit Qalqašandī, II, p. 90, 91.
  • 187 Comme le soupçonnait Qalqašandī, XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251. L’œuvre est éga (...)
  • 188 Notamment les fragments reproduits par Maqrizī, II, p. 231-232 ; Suyūṭī, II, p. 313-314 ; Ṭawq, p. (...)

50Mais du troisième que le temps a également détruit – la monographie au titre inconnu dédiée par Qawwās au calife Nāṣir185 vers la fin du vie/xiie siècle ou au début du suivant -, survivent des lambeaux prélevés par divers compilateurs, tantôt sous son nom186, et tantôt sans le citer. La vogue répandit le manuscrit jusqu’en Égypte, où il en tomba une copie entre les mains d’Ibn ‘Abd al-Ẓāhir (mort en 692/1292) qui l’avait consulté avec fruit dans son Kitāb tamā’im al-ḥamā’im (Livre des amulettes des pigeons)187. Malgré la faveur que cette œuvre avait conquise, elle n’a guère franchi les siècles, si bien qu’aucun exemplaire n’en subsiste : seuls quelques passages de variable étendue nous ont été transmis, les uns par des compilateurs qui ont eu la probité d’en indiquer la provenance188, les autres par des démarqueurs qui lui ont fait l’honneur de la plagier, sans daigner l’avouer, bien qu’il soit maintenant difficile, voire impossible, d’identifier les fragments volés, directement ou indirectement par des « plagiaires de plagiats » apparemment inconscients.

  • 189 Storey, II/III, p. 410-411.
  • 190 Idem, II/III, p. 411.
  • 191 Variations, I, p. 148, n. 10. Bien que son nom y soit mal transcrit – Sayzid Mohammed Musari – la (...)

51Enfin, les seuls traités qui sont arrivés jusqu’à nous remontent à l’ère moderne : quatre tardivement confiés au persan en Inde. Le plus important est probablement Kabūtar-nāmeh (Histoire des pigeons) de Wālih Mūsawī (dont le nom est de nos jours presque inconnu) (mort en 1184/1770) qui abandonna le nord pour le sud : il quitta son Ḫurāsān natal et s’en fut au lointain Hyderabad, pour gagner finalement Arcot189. Le second qui porte un titre commun aux deux ouvrages est l’œuvre d’un colombophile encore plus obscur, un certain Muhammad Ismā’il. Enfin, les deux derniers, Risālah-i kabūtarān et Risālah-i kabūtar-bāzī190, ne semblent plus offrir de nom d’auteur : des recherches permettront peut-être d’établir s’il continue à s’y cacher et que l’on n’a guère pris soin de l’y découvrir, ou s’il a simplement disparu, emporté par la page qui le portait. Ces trésors des bibliothèques indiennes restent encore manuscrits, bien qu’ils méritent d’être soustraits à l’oubli, surtout le premier qui semble une précieuse mine d’informations. Aussi l’indianiste, H. M. Elliot, avait-il eu l’obligeance de le traduire pour Darwin191 qui en tira fruit, notamment dans un passage relatif aux pigeons de Basra et de Bagdad.

LES GÉNÉALOGIES DES PIGEONS

  • 192 Levi, p. 258, §641.

52Comme le restant des animaux (humains compris), les pigeons passent pour transmettre leurs qualités physiques et intellectuelles à leur progéniture, bien qu’un couple de choix puisse donner des rejetons sans valeur. Aussi, les pedigrees s’avèrent indispensables à l’élevage192. L’expérience en a démontré les vertus : on n’obtient de bons oiseaux que par la pureté du sang, et il n’est d’autre moyen de la maintenir qu’en constatant la naissance de chaque petit.

  • 193 Pline, X, p. 66, § XXXVII (53) ; Chamberlain, p. 17.
  • 194 Bakri, I, p. 434.
  • 195 Ğāḥiẓ, III, p. 209-210 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. (...)
  • 196 Ğāḥiẓ, III, p. 217.

53Les Romains furent les premiers à relever et conserver les filiations des pigeons d’élite193. Puis l’usage s’en perdit pour renaître à Basra194 : dès la fin du iie/viiie siècle et peut-être même avant, les colombophiles s’y mirent à consigner dans des registres (dawāwīn, dafātir) les lignées des voyageurs ailés. Grâce à la fécondité des femelles, elles dépassaient en étendue les traités généalogiques qui fleurissaient alors195. Bien que la forme en demeurât inconnue, elles ne pouvaient s’éloigner des filiations de chevaux recueillies en Iraq dans l’opuscule d’Ibn al-Kalbī (mort en 204/819 ou deux ans plus tard) : elles devaient ignorer le principe des arbres (tašğīr, mušağğar), et les notices l’ordre alphabétique ; le nom du pigeon devait y être généralement accompagné de celui de son père ou de sa mère, de ses enfants, parfois même de ses oncles, tantes, frères et sœurs, du vendeur et de l’acheteur, éventuellement de son signalement, de sa provenance et peut-être même de son prix. Ainsi pouvait-on connaître l’origine des oiseaux et les croiser : on évitait, d’une part, les unions néfastes ou supposées telles ; et de l’autre, les souillures afin d’écarter les sujets jugés indignes de l’honneur de se reproduire. Cependant, quelquefois, des pigeons obscurs égalaient les exploits des pigeons issus d’une fameuse lignée. Aussi, dès qu’un inconnu enlevait une course, il devenait le point de départ d’un pedigree rigoureusement établi qui augmentait la valeur de sa progéniture196, la faculté d’orientation et la vitesse passant pour héréditaires.

  • 197 À son propos, voir GAS, III, p. 362.
  • 198 Ğāḥiẓ, III, p. 164 ; Nuwayrī, X, p. 273.
  • 199 Idem, III, p. 210-211.
  • 200 Son existence n’est révélée que par Ibn al-Nadīm, I, p. 156/I, p. 342.
  • 201 Comme le suggère un passage d’Ibn Sīda, VIII, p. 170.

54De ces généalogistes de Basra, le plus éminent était Muṯannā b. Zuhayr197 que les colombophiles prenaient pour guide (imām)198 ; nul ne le surpassait en matière de filiations, de croisements, de métissages et de mères199. Ces lignées suscitèrent même d’insipides productions qui n’ont guère obtenu l’honneur de copies consécutives qui leur auraient permis de passer de bibliothèque en bibliothèque et de ville en ville ; leur nature les vouait à l’oubli, le temps rendant inutiles ces froides listes médiocrement goûtées, même d’ardents colombophiles. Aussi, aucune n’est arrivée jusqu’à nous, même sous forme de bribes, et un titre seulement est connu : Kitāb ansāb al-ḥamām (Livre des généalogies des pigeons), de l’obscur chanteur, Ibn Ṭarḫān200 ; mais il ne pouvait être le premier ni le dernier livre écrit sur ce sujet. La coutume de consigner le lignage des voyageurs ailés ne resta pas confinée à l’Orient : elle gagna l’Occident, le lointain Andalus201.

  • 202 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ẓāhirī (...)
  • 203 Un ‘alide de Kūfa, Ğalāl al-Dīn ‘Abd Allāh b. Muḫtār, occupa ce poste, Ibn al-Fuwaṭī, p. 257.
  • 204 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 138 ; Suyūtī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 60.
  • 205 Abu l-Maḥāsin, VI, p. 262.
  • 206 Ruṣāfi (mort en 627/1230), Ibn al-Fuwaṭī, p. 18.
  • 207 Ğalāl al-Dīn b. Muḫtār occupa son poste de scribe jusqu’à sa mort en 649/1251, Ibn al-Fuwaṭī, p. 2 (...)

55Mais les particuliers ne furent pas seuls à se livrer à cette pratique. Divers souverains s’y adonnèrent : les Fatimides confiaient les pedigrees des messagers aériens à un service qui leur était spécialement dédié202. Un bureau similaire fut créé par le calife abbasside Nāṣir : il affecta un secrétaire aux registres (dasātīr) des généalogies des pigeons, pompeusement baptisé : « scribe des cages des oiseaux pigeons » (kātib šarā’iğ al-ṭuyūr al-ḥamām)203‘, fonction réservée aux amateurs avertis. Dès 592/1196, il appela ses volatiles comme les hommes libres : leur nom était suivi de celui de leur père, introduit par le mot ibn (fils) ; mais les femelles en changeaient, après couvée, pour devenir les mères (umm) de leur premier rejeton mâle, sinon du plus fameux204. Quelques pigeons méritaient, en outre, un sobriquet descriptif : le calife avait appliqué à sa favorite le surnom de Balqā’ pour sa robe pie205. Ces listes furent complétées par ses successeurs : son fils Ẓāhir, avant même de monter sur le trône de ses pères, chargea un secrétaire particulier de poursuivre les généalogies commencées et d’en entamer des nouvelles, à la faveur des courses emportées par des oiseaux d’origine obscure206 ; les derniers califes de Bagdad, Mustanṣir et Musta‘ṣim, qui avaient hérité de son goût, augmentèrent ces filiations pures et sans tache207. Elles furent brusquement interrompues par la conquête mongole qui déposséda les Abbassides du trône : elles ne semblent pas avoir été reprises dans l’Égypte lointaine, ni par les califes bannis qui n’étaient plus qu’un nom, ni par les Mamelouks, malgré l’intérêt prêté aux messagers volants pour la transmission des nouvelles et la fureur de la colombophilie qui avait saisi maints sultans.

  • 208 Abū 1-Faẓl, I, p. 215-216/I, p. 299.
  • 209 Idem, I, p. 217/I, p. 301.

56Mais les filiations des voyageurs ailés n’ont pu cesser de couvrir les registres en Orient, bien que les seules que l’on confiait encore à l’écriture et recopiait fidèlement fussent celles des descendants du Prophète, les vrais nobles par le sang. Elles ont probablement fleuri en Perse, malgré le profond silence des sources, avant de triompher dans l’Empire moghol, au temps d’Akbar : il enregistrait la généalogie des pigeons qui descendaient de grands ancêtres pour la sauvegarde de la pureté de la race ; la plus prestigieuse avait le « premier » pour souche, Mūhanna le favori, au plumage vert : elle comptait nombre d’oiseaux d’élite, tels qu’Almās (diamant) dont la robe blanche devait avoir l’éclat de la pierre qui lui avait donné son nom, Šāh ‘ūdi (Aloès royal), plutôt sombre comme le bois qui avait servi à le baptiser, Aškī (Plaintif) et Parīzād (Enfant de péri)208. La visite de sa lignée ouvrait l’inspection générale des colombiers209.

COMMERCE

  • 210 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Nuwayrī, X, p. 275.
  • 211 Selon l’expression de Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; repris par Waṭwāṭ, II, p. 191 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ġu (...)
  • 212 Celui de Bagdad est cité dans Manāqib, p. 26 ; celui d’Alep dans Alāq, I/I, p. 66, 147 ; celui du (...)
  • 213 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ġuzūlī, II, p. 260 ; Ahsan, p. 237, (...)
  • 214 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ahsan, p. 4, 250-251.

57De tous les animaux, les pigeons de race étaient ceux dont le prix montait vers des sommets qu’aucune bête ne pouvait atteindre : dromadaire, cheval ou mulet, paon, faisan, coq ou rapace dressé (aigle royal, autour des palombes, faucon pèlerin ou sacre)210. Aussi les voyageurs hors ligne changeaient-ils parfois de main au iiie/ixe siècle pour cinq cents dinars, somme si fabuleuse qu’elle devenait suspecte, même pour « la plus noble conquête que l’homme ait jamais faite », fût-elle de race et dont on n’entendait de pareille que dans ces contes de la veillée211, où la fiction l’emportait sur la réalité et le mensonge sur la vérité pour alléger le poids de la nuit. Ces transactions s’effectuaient d’ordinaire à l’amiable auprès des propriétaires, loin des marchés aux oiseaux (sūq al-ṭayr), dont les cités étaient souvent pourvues212. Mais pour mériter un prix élevé, les pigeons devaient donner des signes d’espérance et surtout prouver leur faculté de direction par un lointain retour : à Bagdad et Baṣra, leur rentrée augmentait non seulement leur valeur, mais également celle de leurs rejetons : les jeunes mâles pouvaient dépasser vingt dinars, les femelles dix, et leurs œufs se vendre à cinq l’unité213, si bien qu’un couple de pigeons égalait par les revenus un domaine et permettait d’entretenir les familles, de rembourser les dettes, d’acquérir des boutiques ou d’élever demeures et jardins214.

  • 215 Bakrī, I, p. 433 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudef (...)
  • 216 Ğāḥiẓ, III, p. 295-296. Voir aussi Ahsan, p. 237, 238, 251.
  • 217 Ğāḥiẓ, III, p. 169.

58À Basra, l’envolée du prix des voyageurs ailés rendait le commerce particulièrement lucratif215. S’ils rentraient de Wāsiṭ qui n’était pourtant qu’à 300 km, leur maître nourrissait l’espoir de les vendre pour cinquante dinars ; l’acquéreur n’était guère perdant : il cédait chacun de leurs petits pour trois dinars et chacun de leurs œufs pour deux aux amateurs qui espéraient un jour en obtenir cinquante s’ils retournaient de la ville dont leur père était revenu216. Ces sommes élevées poussaient les colombophiles à s’associer dans le dessein d’acquérir l’oiseau convoité qu’ils partageaient alors, suivant leur nombre, en moitiés ou en tiers, comme Muṯannā b. Zuhayr était souvent contraint de le faire pour les jeunes qui promettaient par le sens du retour qui lui était apparu à de clairs signes : le moindre intérêt qu’il témoignait pour un pigeonneau suffisait à le renchérir217. Ces associations étaient non seulement imposées par les prix excessifs, mais également par la prudence : l’oiseau risquait de périr ou de ne jamais revenir, comme les amateurs de se tromper dans leur choix.

  • 218 Bakrī, I, p. 433 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; Hālīdī, fol. (...)
  • 219 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, loc. cit. ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390, 391 ; (...)
  • 220 Le prix de 5 000 dinars avancé par Nuwayri, loc. cit., n’est pas crédible.
  • 221 Bakri, I, p. 434 ; Ibn’Abd al-Mu’min, loc. cit. ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390.

59Loin de se s’effondrer par le déclin du califat qui l’entraînait vers la chute, la valeur des pigeons continua de s’envoler : certains étaient portés à sept cents dinars218 ; un champion retourné de Constantinople atteignit même la somme prodigieuse de mille dinars219 qui ne fut probablement jamais dépassée220 ; quant aux œufs, ils coûtaient autant que les bons esclaves : vingt dinars l’unité221.

  • 222 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 138 ; Ṭawq, p. 60.

60Mais ces folies ne régnaient pas seulement à Basra : la capitale n’y resta pas étrangère. Nāṣir y vendit un oiseau pour mille dinars222. De même, dans toutes les villes où la colombophilie trouvait à s’exercer, la valeur des pigeons prisés tendait à flamber sans même connaître la chaleur des enchères.

  • 223 Abu l-Faẓl, I, p. 217/I, p. 301.

61Ces sommes insensées ne pouvaient être l’apanage de l’Empire abbasside : dans maints pays, les pigeons de race ont dû les atteindre, bien qu’elles ne soient attestées que dans celui des Moghols. L’empereur Akbar avait classé les siens en dix catégories différenciées par le prix dont celui de la première ne connaissait pas de frein : aussi maints pauvres se consolaient de leur misère en caressant l’espérance de la fortune, s’ils obtenaient l’oiseau rare223 qu’ils imploraient peut-être à titre de bienfait.

  • 224 Gigot (1889), p. 39 ; Van der Linden, p. 107.
  • 225 Boitard et Corbié, p. 66. Cette coutume de confier les œufs à d’autres pigeons est attestée dans l (...)
  • 226 Millet-Robinet, p. 160 ; Espanet, p. 57.
  • 227 Boitard et Corbié, p. 66 ; Lullin, p. 106.
  • 228 Mode de conservation décrit par Wittouck (1901), p. 116.
  • 229 Ğāḥiẓ, III, p. 151 ; Nuwayri, X, p. 272.
  • 230 Ğāḥiẓ, III, p. 172.

62Mais ces transactions n’étaient pas sans déconvenue. Si l’achat de pigeons de souche est justifié, celui des petits est aléatoire : les sujets d’élite n’en donnent parfois que de médiocres. Quant à celui des œufs, il est particulièrement hasardeux : d’abord, leur fragilité en rend le transport délicat ; le moindre choc et même simplement une violente secousse risque d’en briser la mince coquille : ils sont alors toujours perdus en début d’incubation, malgré leur fraîcheur, et presque toujours avant les deux ou trois derniers jours de couvée224 ; ensuite, il faut les passer à un autre couple, sitôt leur ponte retirée, le jour même, au plus tard le lendemain, pour en assurer l’éclosion225. Mais la substitution doit se faire à la dérobée226 : autrement, la mère risque de quitter la couvée ou même de la rejeter du nid227. Néanmoins, des amateurs avertis avaient peut-être découvert le secret de conserver provisoirement les œufs de prix : les enlever, sitôt pondus, pour les enfermer dans une boîte garnie d’ouate, placée dans un lieu à température constante et dont on ne les tirait que pour les confier au couple qui les réchauffera des jours durant228. Cependant, malgré d’infinies précautions, certains œufs sont promis à ne jamais éclore, notamment s’ils s’altèrent. Leur perte suscitait alors des chimères : certains en accusaient le tonnerre, à l’image des femmes dont la peur engendre une fausse couche229, alors que d’autres la rejetaient sur une nuée glissant dans le ciel, spécialement dans l’ardeur de l’été ou des vents du sud230.

  • 231 Reynaud (1896), p. 650 ; Boeve (1898), p. 16 ; Gérardin, p. 48 ; Voitellier, p. 74.
  • 232 Chapuis, p. 82 ; Boeve (1893), p. 10 ; Voitellier, loc. cit.
  • 233 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Lullin, p. 102 ; Gobin, p. 76 ; La Villatte, p. 17.
  • 234 Lullin, p. 103 ; Wittouck (1898), p. 34 ; Gérardin, loc. cit. Pour Vindevogel, Duchatel et Pastore (...)
  • 235 Boitard et Corbié, p. 64 ; Lullin, p. 104.
  • 236 Boitard et Corbié, p. 92 ; Chapuis, p. 87.
  • 237 La longévité du pigeon varie suivant les auteurs : 10 à 12 ans, Gobin, p. 213 ; 15 à 20, Rodenbach (...)
  • 238 Espanet, p. 41.
  • 239 Gobin, p. 76.
  • 240 Lamarche, p. 41.
  • 241 La Perre de Roo (1877), p. 136.

63Ce commerce rendait l’élevage des voyageurs ailés une source considérable de profit. Les femelles peuvent, en effet, fournir, sans fatigue, six couvées annuelles d’une paire chacune231, parfois davantage : huit, neuf232 et même dix, dans leur plus grande vigueur, suivant les races et la nourriture donnée233 ; ces petits deviennent eux-mêmes, en six mois environ, aptes à se multiplier ; en outre, les pigeonnes conservent leurs facultés reproductrices dix à douze ans234, voire quatorze235 et quinze236, dans une vie dépassant rarement deux décennies237, bien qu’il soit préférable de les réformer entre la sixième238 et la huitième année, s’ils n’appartiennent à une race rare et de prix239 : les œufs tardifs sont souvent clairs240 et les petits qui en brisent la coquille, médiocres, au-delà de huit ans241.

  • 242 Comme le note Wittouck (1898), p. 110 ; idem (1901), p. 119.
  • 243 Brechemin, p. 40.
  • 244 Ğāḥiẓ, III, p. 169 ; reproduit dans Nuwayri, X, p. 274.
  • 245 Ğāḥiẓ, III, p. 269.
  • 246 Idem, II, p. 335.
  • 247 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65-66 ; Ibn ‘Abd al-Rabbih, VI, p. 239.
  • 248 Comme s’en étonnent Aristote, VI, 4 [562 b] ; Élien, p. 4, livre 1, § 15 ; et Pline, X, p. 79, § 1 (...)
  • 249 Ğāḥiẓ, III, p. 283.
  • 250 Ğāḥiẓ, III, p. 179 ; repris par Nuwayrī, X, p. 275. D’après Pline, X, p. 83, § 159, les œufs d’été (...)
  • 251 Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.
  • 252 Pline, X, p. 83, § 159, constate la présence d’œufs parmi les pigeonneaux : les uns s’envolent, d’ (...)
  • 253 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Pline, X, p. 79, § 147.
  • 254 Ğāḥiẓ, III, p. 167, 178 ; Nuwayrī, X, p. 274 ; Van der Linden, p. 107.
  • 255 Van der Linden, p. 107.
  • 256 Ğāḥiẓ, III, p. 167 ; Nuwayri, X, p. 274 ; Abū l-Faẓl, I, p. 216/I,p. 299. Il peut s’agir d’une jeu (...)
  • 257 Terme que lui donnent Boitard et Corbié, p. 60 ; et Lullin, p. 104.
  • 258 Pelletan, p. 52 ; Wittouck (1898), p. 110 ; idem (1901), p. 119.
  • 259 Boitard et Corbié, p. 67 ; Rodenbach, p. 39.

64Cette prolificité était cependant loin de satisfaire certains éleveurs : une avidité insatiable d’accroître leur gain les poussait à soumettre les femelles à un rythme de production outré, propre à les épuiser et les user prématurément, ainsi qu’à les exposer à la paralysie des ailes ou des pattes ou à une inflammation de l’oviducte242, sans parler des pigeonneaux délicats et chétifs qui en sont presque toujours le fruit243. Comme les couples n’étaient généralement pas dépariés, même brièvement, pendant la mue et l’âpreté hivernale, ils se reproduisaient dix mois durant et même douze, si on les entourait de soins continus244 : propreté des colombiers et des nids245, fraîcheur l’été et douceur l’hiver246, fumigations de résine247, ainsi qu’abondance de nourriture. En Égypte, les femelles étaient encore plus fécondes : depuis la nuit des temps, les pontes n’étaient pas interrompues en décembre248. Si les sexes étaient provisoirement séparés près d’un mois, ce repos n’était pas destiné à réparer les reproducteurs, mais à les rendre plus prolifiques ; leur ardeur redoublait lors du réaccouplement249. Comme la durée d’incubation est de 17-18 jours, selon la température, à compter de la ponte du second œuf qui tombe le surlendemain, mais peut-être pas de 20, suivant le climat ou les maladies qui risquent de survenir250, ni de 21 en hiver251, et que les bonnes femelles recommencent à couver avant que les jeunes n’aient quitté le nid252, elles pouvaient donner onze nichées par an de deux pigeonneaux chacune et même douze en Égypte253 ; et encore plus d’œufs : d’abord, elles en pondent occasionnellement un troisième254 et même un quatrième255, plus fréquemment qu’un seul256 auquel le langage colombophile donnait jadis le nom expressif d’« œuf avancé »257 ; ensuite, elles s’empressent de remplacer la couvée dont on les a privées pour la passer à un autre couple258, bien que ces pontes successives et rapprochées épuisent les reproducteurs, en particulier les femelles259.

  • 260 Mağlisī, p. 574.
  • 261 Ibn Rušd, VI, p. 94.

65Enfin les pigeons n’étaient pas seulement vendus, mais encore loués ou même gratuitement prêtés, malgré le blâme que le maître risquait d’encourir, l’usage auquel on les destinait demeurant inconnu260. Cependant, au moment de la restitution, le prêteur était en droit de réclamer les petits nés chez l’emprunteur261.

TROMPERIES

  • 262 Abū l-Farağ Iṣbahānī, XIV, p. 34-39.

66Ce commerce, comme tant d’autres, n’échappait pas à la fraude : les pigeons communs étaient parfois donnés pour des pigeons de race, surtout les petits dont seuls d’infaillibles amateurs prétendaient en flairer l’origine et la faculté de direction ; les acquéreurs dupés perdaient sans retour une somme importante sans pouvoir se retourner contre le vendeur. Le poète de Basra, Muhammad b. Yasīr (mort vers 210/825), fut ainsi victime d’un abus de confiance : il avait demandé de jeunes voyageurs ailés. Mais l’acheteur se révéla perfide : il les acquit de Muṯannā b. Zuhayr, comme il l’avait promis, puis les garda pour lui remettre des pigeonneaux privés de sens d’orientation. Il ne put qu’exhaler son dépit dans un long poème262.

  • 263 Ğāḥiẓ, III, p. 229, 257.
  • 264 Idem, V, p. 203.
  • 265 Mégnin, p. 57.
  • 266 Chardin, II, p. 55 ; III, p. 39 ; Beazley, p. 109.

67Mais les tromperies ne se réduisaient pas à l’origine : des vendeurs indélicats se plaisaient à reprendre les oiseaux cédés à la faveur de l’instinct qui les ramène au premier nid, même si l’acheteur avait sacrifié les rémiges d’une aile pour leur fermer les portes du ciel263, avant de les clouer au nouveau par l’éducation264, l’appariement et surtout les soins prodigués à leur couvée265. Aussi d’habiles filous dressaient les pigeons vendus à regagner la terrasse qui avait été leur berceau et vidaient à distance des colombiers frais peuplés. A Ispahan, au xviie siècle, ils provoquaient des émeutes fomentées par les acquéreurs spoliés266.

  • 267 Zayla‘ī, IV, p. 222.
  • 268 Ibn Rusd, XVIII, p. 607.
  • 269 Idem, XVIII, p. 608.

68Maints éleveurs attiraient également les volatiles du voisinage par fraude et artifice en les entraînant par un vol de pigeons tourbillonnant dans l’air : séduits, ils changeaient de colombier ; le maître s’emparait du bien d’autrui pour le vendre et l’engloutir267, alors qu’il lui fallait restituer tout oiseau réfugié dans son bâtiment dont il connaissait le propriétaire ; mais s’il ne pouvait le faire, il devait lui donner sa couvée fraîchement éclose ; de même, si le pigeon de son voisin s’était apparié avec l’un des siens et qu’il se trouvait dans l’impossibilité de s’en saisir pour le lui rendre, alors qu’il en connaissait le nid, il était tenu de lui remettre ses petits268, ou du moins, l’un des deux269.

  • 270 Nakt, p. 85-86 ; Zéki, p. 46.
  • 271 Jean-Léon l’Africain, I, p. 214.

69Ces ruses perfides étaient si populaires que même la cécité ne détournait pas les colombophiles des jeux interdits à leurs yeux : un aveugle de Ḥamā avait coutume de parfumer ses amis emplumés avant de les rendre au ciel. S’ils attiraient, en retombant vers la terre, des pigeons partis des colombiers voisins, des roucoulements le lui annonçaient. Il abattait alors sur l’ensemble le filet de la longue perche dont le temps n’a pas effacé le nom ‘ubb en Syrie, puis les humait à tour de rôle pour découvrir les oiseaux étrangers trahis par l’absence de senteur et les séparer des siens270. Cet instrument ne servait pas seulement à capturer les volatiles ramenés par les bandes, mais également ceux qui volaient au ras des toits : des filous postés sur les terrasses de Fez en usaient pour ravir les pigeons qui passaient à portée des mailles et les vendre dans sept ou huit boutiques du marché des charbonniers271.

  • 272 Idem, loc. cit.
  • 273 Chardin, III, p. 39 ; Goushegir, p. 42-43, 54.
  • 274 Ğāḥiẓ, III, p. 228-229.
  • 275 Goushegir, p. 42.

70Ces changements de colombier étaient communs d’un bout à l’autre du monde musulman : à Fez, les propriétaires en venaient aux mains272 ; en Perse, la canaille dissipait ses journées à voler les pigeons, sans que la rigueur de la saison ne les en détournât273. Mais les oiseaux dérobés devaient être rapidement appariés et acclimatés à leur nouveau nid, sinon ils s’empressaient de regagner l’ancien274. À Damas, les chasseurs de pigeons (qaššāšūn) s’emparent toujours indûment des volatiles du voisinage en lançant une volée à leur assaut. Les deux groupes s’étant fondus, ils font redescendre le tourbillon des airs à l’aide d’une femelle et récupèrent l’oiseau entraîné par la mêlée. En Iran, le pigeon capturé dans le ciel est parfois rendu à ses propriétaires, s’ils sont parents, voisins ou amis. Mais si le colombophile gagnant refuse de le restituer pour le cacher, l’emporter ou le vendre, on l’accuse de l’avoir « étouffé275 », en dépouillant le verbe de son acception courante.

Notes

1 Les monuments que la tribu de ʿĀd érigeait pour se divertir sur des lieux élevés parmi les dunes de sable du désert d’Arabie méridionale qu’elle habitait dans l’Antiquité, et dont le prophète Hūd leur reprochait la fondation dans un verset coranique (XXVI, 128), passaient parfois pour des colombiers, Tafsir, XIX, p. 54 ; Ibn Abī l-Dunyā, p. 51.

2 Elle figure dans trois des Six Livres, Ibn Ḥanbal, II, p. 345 ; Ibn Māğa, II, p. 1238-1239 ; Abū Dāwūd, II, p. 306. Elle est également reproduite par Ğāḥiẓ, I, p. 299 ; Ibn Abī 1-Dunyā, p. 50 ; Bayhaqī, X, p. 19, 213 ; Ibn Taymiyya, XXXII, p. 246 ; Damīri, I, p. 258, 262/I, p. 588, 598 ; Ṭawq, p. 42.

3 Ces épreuves ou le coureur luttait de vitesse avec l’oiseau sont condamnées par Šāfi‘ī, IV, p. 230.

4 Fahd, p. 170.

5 Daʿāʿim, II, p. 511 ; Širāzi, p. 337/IV, p. 98 (Bousquet a confondu l’homographe [ḥmm] qui désigne à la fois les pigeons et les bains ; aussi a-t-il cru que le témoignage de celui qui se tient dans les hammams et qui y joue n’est pas admis) ; Saraḫsi, XVI, p. 131 ; Kāsānī, VI, p. 269 ; Ibn Qudāma, IX, p. 172 ; Zayla‘ī, IV, p. 221-222 ; Ḫalīl, p. 211/IV, p. 9 ; Mawwāq, VI, p. 153 ; Haṭṭāb, VI, p. 153 ; Dasūqī, IV, p. 153.

6 Šīrāzī, p. 337/IV, p. 98 ; Ibn Qudāma, IX, p. 172.

7 Ḫalīl, loc. cit. ; Mawwāq, loc. cit. ; Haṭṭāb, loc. cit.

8 Saraḫsi, XVI, p. 131 ; Kāsānī, VI, p. 269 ; Ibn Qudāma, IX, p. 172 ; Zayla‘ī, IV, p. 221-222 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 588.

9 Ibn Qudāma, loc. cit.

10 Saraḫsi, XVI, p. 131-132 ; Kāsānī, loc. cit. ; Ibn Qudāma, loc. cit. ; Zayla‘ī, loc. cit.

11 Ğāḥiẓ, I, p. 296-297 ; Ibn Abī 1-Dunyā, p. 51 ; Damīrī, I, p. 259/I, p. 593 ; Ṭawq, p. 43 ; Fākihī, fol. 91 r°.

12 Hamaḏānī, p. 160 ; trad. Prendergast, p. 124 ; Mubārak, p. 108 ; Ahsan, p. 251, n. 32 ; Goushegir, p. 43, 50-51.

13 « Pas d’enjeu que pour le pied ou le sabot » (Lā sabaqa illā fi ḫuffin aw ḥāfirin), Ibn Ḥanbal, II, p. 256, 358, 424 ; Ibn Māğa, II, p. 960 ; Abū Dāwūd, I, p. 403 ; Tirmiḏī, VII, p. 192 ; Nasā’i, VI, p. 188, 189. Le terme de nasl est parfois ajouté, Ibn Ḥanbal, II, p. 474 ; Tirmiḏī, loc. cit. ; Nasā’ī, VI, p. 188 ; Bayhaqī, X, p. 16. Voir le commentaire de la tradition dans Ibn Qudāma, VIII, p. 653.

14 L’opinion des quatre rites est résumée par Ibn Qayyim, p. 65, 67.

15 Kāsānī, VI, p. 206. Ibn Qayyim, p. 65, 67, déclare à tort qu’ils admettent toutes sortes des compétitions.

16 Ḫalīl, p. 82/I, p. 220 ; Mawwāq, III, p. 390-391 ; Haṭṭāb, III, p. 390 ; Dasūqī, II, p. 192.

17 Ḫalīl, p. 82/I, p. 220 ; Damīrī, I, p. 262/I, p. 598 ; Mawwāq, III, p. 392 ; Haṭṭāb, III, p. 392-393 ; Dasūqī, II, p. 194 ; Rosenthal, p. 109.

18 Šāfi‘ī, IV, p. 229-230 ; Šīrāzī, p. 150/11, p. 74-75 ; Nawawī, III, p. 319-320 ; Ramlī, VIII, p. 156, 157.

19 Ibn Qudāma, VIII, p. 653 ; Ramlī, VIII, p. 156.

20 Sīrāzī, p. 150/11, p. 75 ; Nawawī, III, p. 319-320.

21 ʿImrānī, Bayān, passage traduit par Rosenthal, p. 107 ; Ibn Qayyim, p. 65 ; Ramlī, VIII, p. 157.

22 Ibn Qudāma, VIII, p. 651, 652, 653.

23 XXX, p. 215-216 ; XXXI, p. 49 ; XXXII, p. 223, 250.

24 Idem, XXXII, p. 246.

25 Comme Ibn Qayyim, p. 65.

26 Damīrī, I, p. 262/I,p. 599 ; Mawwāq, III, p. 392 ; Haṭṭāb, III, p. 392-393 ; Dasūqī, II, p. 194.

27 Ġazālī, III, p. 86, 147 ; Rosenthal, p. 52.

28 XXXII, p. 219, 223.

29 Šāfiʿī, IV, p. 230 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 652, 654,656, 657, 658 ; Mawwāq, III, p. 390, 391.

30 Šīrāzī, p. 150 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 652, 653, 657, 658 ; Ibn Taymiyya, XXVIII, p. 22 ; XXXI, p. 49 ; Ibn Qayyim, p. 67 ; Ḫalīl, p. 81 ; Mawwāq, III, p. 390, 392 ; Ḥaṭṭāb, III, p. 392 ; Dasūqī, II, p. 192, 193.

31 Ibn Qudāma, VIII, p. 654 ; Ibn Qayyim, p. 67.

32 Kāsānī, VI, p. 206 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 658.

33 Ibn Qudāma, VIII, p. 658, 661.

34 Idem, VIII, p. 658.

35 Idem, ibid.

36 Terme relevé par Rosenthal, p. 97.

37 Šāfi‘ī, IV, p. 230 ; Šīrāzī, p. 149, 150 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 651, 652, 653, 654, 655, 656, 658 ; Nawawī, III, p. 319 ; Ibn Taymiyya, XXX, p. 215 ; XXXII, p. 246 ; Ibn Qayyim, p. 6, 65 ; Mawwāq, III, p. 392 ; Ramlī, VIII, p. 156, 157.

38 Comme le souligne judicieusement Rosenthal, p. 97.

39 Ibn Qudāma, VIII, p. 655 ; Mawwāq, III, p. 390.

40 Pour une course de pigeons à l’époque mamelouke, Mufaḍḍal, IV, p. 96/248. Le texte, imprécis, parle de dahab lahu sūra.

41 Ibn Qudāma, VIII, p. 655, 658.

42 Idem, VIII, p. 655.

43 Mawwāq, III, p. 390.

44 Šīrāzī, p. 150/II, p. 75 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 655 ; Mawwāq, III, p. 390.

45 Ḫalīl, p. 81/I,p. 219 ; Dasūqī, II, p. 193.

46 Ibn Qudāma, VIII, p. 654 ; Dasūqī, II, p. 192-193.

47 Šāfi‘ī, IV, p. 230 ; Šīrāzī, p. 150/11, p. 75 ; Kāsānī, VI, p. 206 ; Ibn Qudāma, VIII, p. 658-659 ; Nawawī, III, p. 320-322 ; Ḫalīl, p. 81/I, p. 219 ; Mawwāq, III, p. 391 ; Haṭṭāb, III, p. 391-392 ; Dasūqī, II, p. 193 ; Ramlī, VIII, p. 158-159 ; Rosenthal, p. 97-106 ; le même, EI2, V, p. 112 (Kimār).

48 XXVIII, p. 22 ; Rosenthal, p. 103.

49 Notamment par Subkī, Fatāwā, II, p. 421 ; Rosenthal, p. 103-104.

50 Ibn Kaṯīr, XIV, p. 216 ; Laoust, p. 160-161 ; Rosenthal, p. 104.

51 Buḫāri, p. 325 ; Rosenthal, p. 53.

52 Attestés dès le ier siècle à Médine, Ğāḥiẓ, III, p. 190.

53 Ibn Abī l-Dunyā, p. 51 ; Damīri, I, p. 259/I, p. 593 ; Ṭawq, p. 43 ; Rosenthal, p. 54.

54 Notamment par Ibn Taymiyya, XXXII, p. 249-250.

55 Comme au Caire du temps de Muẓaffar Ḥāğğī, Sulūk, II/III, p. 739 ; Abū l-Maḥāsin, X, p. 169 ; Rosenthal, p. 54.

56 Ğāḥiẓ, III, p. 190-191 ; Meier, p. 273.

57 Ğāḥiẓ, III, p. 190 ; Ṭabarī, I, p. 3027-3028 ; Ibn al-Atīr, III, p. 181 ; Ibn al-Ğawzī, IV, p. 338.

58 Ğāḥiẓ, I, p. 296-297.

59Uyūn, III/I, p. 16.

60 Ce récit détaillé ne figure que dans ‘Uyūn, III/I, p. 15-16. Il est surprenant qu’il soit ignoré des nombreuses notices consacrées au personnage.

61 Ma‘ārif, p. 622 ; ‘Uyūn, III/I, p. 16 ; Ṭabarī, II, p. 1258 ; Bad’, V, p. 138/145 ; Šahrastānī, p. 219/I, p. 387 ; M. Th. Houtsma, EP, I, p. 116 (Abū Bayhas).

62 Les criminels ne finissent pas ainsi comme le prétend Van Ess, II, p. 594, qui tait la peine subie.

63 Ibn Rušd, VI, p. 53.

64 Ibrāhīm b. Aštar qui devait battre en 67/686 l’armée omeyyade à Ḫāzir y faisait voler dans sa jeunesse les pigeons, Mubarrad, III, p. 1195.

65 Ibn Abī 1-Dunyā, p. 60 ; Bayhaqī, X, p. 213 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 588 ; Ṭawq, p. 43.

66 L’auteur du carnage fut Mahdī, selon Ḫatīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Ṭawq, loc. cit. ; Nahrawālī, p. 98 ; mais Hārūn, d’après Damīrī, I, p. 260/I, p. 593-594.

67 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; Cheikh-Moussa, p. 73.

68 Ibn al-Atīr, X, p. 231 ; Goldziher, II, p. 369 ; Ahsan, p. 251.

69 ‘Imād al-Dīn, p. 239, 240, 280/p. 210, 211, 244 ; Sibṭ, VIII/I, p. 404 ; Abū Šāma1, II, p. 152 ; RHC, Or., IV, p. 442 ; Lyons et Jackson, p. 310 ; Eddé, p. 343.

70 Ibn ‘Iḏārī, I, p. 170/I, p. 238.

71 Ibn ‘Abdūn, p. 47/p. 105, §141, ou le terme de ḫallāq qui les y désigne reste problématique : rien n’autorise la traduction « apprivoisés » de Lévi-Provençal. Il faudrait lire ḫallāq (qui tournoie dans les airs).

72 Dībāğ, p. 68 ; Meier, p. 272. Mais, en 1534, selon Goushegir, p. 54.

73 Maillet, p. 143-144. Les colombophiles tordent le cou de l’oiseau s’il refuse de gagner le colombier, sitôt revenu, Lempereur, p. 127.

74 Kamutar-bøzī dans certains dialectes, Goushegir, p. 11.

75 Maḥğūb, I, p. 129 ; Goushegir, p. 58.

76 Goushegir, p. 58-59.

77 Idem, p. 11.

78 Idem, p. 12.

79 Idem, p. 52.

80 Meier, p. 270.

81 Ğāḥiẓ, III, p. 147.

82 Comme l’affirmait Muṯannā b. Zuhayr, Ğāḥiẓ, III, p. 256-257.

83 Comme le révèlent une tradition transmise par Abū Hurayra, Buḫārī (p. 325), Rosenthal (p. 53) et les allusions de Ğāḥiẓ, III, p. 190-192.

84 Ğāḥiẓ, III, p. 212, 281 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayrī, X, p. 275.

85 Ğāḥiẓ, III, p. 294-296 ; Ahsan, p. 237, 238, 251.

86 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390,391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ḫālīdī, fol. 105 r° ; Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 60.

87 Comme toujours en Iran, Goushegir, p. 11, 47-48.

88 Cinquante parasanges séparaient Wāsiṭ de Basra, Yaʿqūbī, p. 322/p. 166 ; Tanbīh, p. 360 ; Maqdisī, p. 135 ; Yāqūt, IV, p. 881.

89 Ğāḥiẓ, III, p. 294-296.

90 Idem, III, p. 215 ; V, p. 423.

91 Idem, III, p. 215.

92 Idem, III, p. 215, 228.

93 Idem, III, p. 216.

94 Bakri, I, p. 433, 434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Ansārī, p. 14/48 ; Qalqašandī, II, p. 90, 97 ; XIV, p. 390, 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251, 252.

95 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 97 ; XIV, p. 390, 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, loc. cit.

96 Ibn al-Fuwaṭī, p. 212-213.

97 Ğāḥiẓ, I, p. 118, 135 ; III, p. 147 ; Maḥāsin, p. 611 ; Ahsan, p. 251. Les eunuques sont curieusement devenus des « homosexuels efféminés » dans Goushegir, p. 55.

98 Ġuzūlī, II, p. 260.

99 Waṭwāṭ, II, p. 194 ; Qalqašandī, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 250.

100 Ḫatīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Ṭawq, p. 43 ; Nahrawāli, p. 98.

101 Damīrī, I, p. 260/I, p. 593-594 ; Goldziher, II, p. 369 ; Ahsan, p. 252.

102 Damīri, loc. cit.

103 Ḫatīb, XIII, p. 484 ; Ṭawq, p. 43-44.

104 Qaiqasandī, II, p. 89.

105 Mas‘ūdī, V, § 3539. La passion de Mustakfī avant d’accéder au trône est également évoquée par Hamdānī, p. 149.

106 Ibn al-Atīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, III, p. 207 ; IV, p. 164 ; Ḏahabī, an. 621-630, p. 86 ; Ṣafadī, VI, p. 311, 314 ; Kutubī, I, p. 66, n° 28 ; Ġuzūlī, II, p. 260 ; Taeschner, p. 141.

107 Sur ce sport, voir notamment Meier, p. 272-273.

108 Ibn Wāṣil, IV, p. 164, 165 ; Eddé, p. 230.

109 Ibn al-Atīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, IV, p. 165.

110 Ṣafadī, II, p. 217, n° 607 ; Subkī, VI, p. 94, n° 619.

111 Apparemment unique, cet exemplaire n’est pas l’original, mais une pâle copie tardive, insérée dans un recueil factice transcrit en 1038/1629 et conservé à la Bibliothèque nationale de France (arabe 4639).

112 Ibn Šāhanšāh, p. 180 ; Hartmann, p. 96-97 ; la même, EI2, VII, p. 1000 (Al-Nāṣir li-dīn Allāh).

113 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 261-262.

114 Ibn al-Fuwaṭī, p. 18.

115 En 643/1245, un poète demanda quelques pigeons revenus de loin, Ibn al-Fuwaṭī, p. 203-204.

116 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49/p. 61.

117 Bar Hebraeus, p. 409 ; Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49-50/p. 61 ; Ibn al-Dawādārī, VII, p. 349.

118 Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49-51/p. 61-63 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 406-407.

119 Sulūk, III/I, p. 309.

120 Comme le notait Ġuzūlī, II, p. 260.

121 Ta’rīḫ-i Sīstān, p. 275/p. 219 ; Goushegir, p. 18.

122 Ibid., p. 279/p. 223.

123 Ibid., p. 284/p. 227.

124 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ẓāhirī, p. 117.

125 Ibn Ẓāfir, p. 30 ; Ibn Ḫallikān, VII, p. 30-31 ; Maqrizī, II, p. 7 ; Ġuzūlī, II, p. 260. Récit résumé dans Aḫbār, p. 38-39 ; mais le calife est devenu gouverneur d’Egypte pour des raisons politiques, Rosenthal, p. 53. Vers repris dans Ibn al-Dawādāri, VI, p. 593.

126 Maqrizī, I, p. 487.

127 Rāwandī, p. 205. Goushegir, p. 18, a transformé les colliers en bagues.

128 Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 33 ; Sulūk, I/II, p. 406 ; trad. Quatremère, I/I, p. 75 ; ‘Aynī, I, p. 220 ; Ibn Iyās, I/I, p. 302.

129 Sulūk, I/II, p. 417 ; trad. Quatremère, I/I, p. 85 ; Abū 1-Maḥāsin, VII, p. 103.

130 Sulūk, I/II, p. 418 ; trad. Quatremère, I/I, p. 86.

131 Salmon, p. 77, 82, 83, 84, 87-88.

132 Ibn Iyās, I/I, p. 302.

133 Baybars, p. 46 ; repris par ‘Aynī, I, p. 221.

134 Ibn al-Dawādāri, VIII, p. 39 ; Sulūk, I/II, p. 418 ; I/III, p. 749 ; trad. Quatremère, I/I, p. 86 ; II/I, p. 104 ; Abu 1-Maḥāsin, VII, p. 55, 103.

135 Deux fils de Baybars y furent éloignés, Baybars, p. 315 ; Sulūk, I/III, p. 749 ; trad. Quatremère, II/I, p. 104 ; Manhal, V, p. 231 ; VI, p. 14.

136 Pour reprendre l’image de Baybars, loc. cit.

137 Mufaḍḍal, IV, p. 96/248. Mais suivant un récit divergent, le pigeon appartenait au jeune amant du futur sultan, Muqaffā, I, p. 629.

138 Ṣafadi, VIII, p. 90 ; Sulūk, II/III, p. 662 ; Muqaffā, I, p. 636 ; Durar, I, p. 316, n° 745 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 98.

139 Ṣafadi, XVI, p. 154 ; Ayān, II, p. 522 ; Manhal, VI, p. 250 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 118.

140 Ṣafadi, XVI, p. 155 ; Durar, II, p. 289 ; Abu l-Maḥāsin, X, p. 141.

141 Sulūk, II/III, p. 697 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 124.

142 Sulūk, II/III, p. 695 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 123.

143 Sulūk, II/III, p. 712.

144 Ṣafadī, XVI, p. 153 ; A‘yān, II, p. 523-524 ; Sulūk, II/III, p. 712, 714 ; Manhal, VI, p. 252.

145 Sulūk, II/III, p. 713.

146 Sulūk, II/III, p. 726 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 157. Sur cette salle, voir Behrens-Abouseif, p. 54-55.

147 Ibn Iyās, I/I, p. 516.

148 Abu 1-Maḥāsin, X, p. 157.

149 Sulūk, II/III, p. 726 ; Muqaffā, III, p. 123 ; Durar, II, p. 83-84, n° 1476.

150 Ibn Iās, I/I, p. 515-516.

151 Idem, I/I, p. 516.

152 Sulūk, II/III, p. 740 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 169.

153 Sulūk, II/III, p. 739 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 169 ; Rosenthal, p. 54.

154 Sulūk, II/III, p. 741.

155 Ibn Duqmāq, I, p. 192.

156 Sulūk, II/III, p. 741-742 ; Muqaffā, III, p. 123-124 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 170 ; Ibn Iyās, I/I, p. 516.

157 XI, p. 239-240 ; A‘yān, II, p. 179 ; Manhal, V, p. 54 ; Durar, II, p. 84, n° 1476. Une version proche ou l’on trouve deux émirs au lieu d’un a été reprise par Maqrizī dans Sulūk, II/III, p. 741-742, et Muqaffā, III, p. 124-125, puis par Abū l-Maḥāsin, X, p. 158, 170.

158 Ibn Iyās, I/I, p. 516-518. Récit abrégé par Ibn Duqmāq, I, p. 192-193.

159 Sayf, p. 214. Cette version semble résumée par Ibn Habīb, III, p. 100.

160 XI, p. 240 ; A‘yān, II, p. 179.

161 Sulūk, II/III, p. 745 ; Abu 1-Maḥāsin, X, p. 187.

162 Ḥāfiz-i Abrū, Ta’rīh intiḫāy-i aḥwāl-i mulūk-i Kart dans Tauer, p. 63.

163 Huart (1876), p. 328.

164 Bābur, p. 50. Accident également évoqué p. 58.

165 Idem, p. 49.

166 Idem, p. 51.

167 Idem, p. 50.

168 Abū l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

169 Bābur, p. 201 ; Meier, p. 270.

170 Roemer, p. 55, 151 ; Meier, p. 272.

171 Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299, 300.

172 Abu l-Faẓl, I, p. 215/I, p. 298-299 ; Smith, p. 22, 339.

173 Hawkins, p. 104.

174 Abu l-Faẓl, I, p. 217/I, p. 300.

175 Idem, I, p. 215/I, p. 298.

176 Idem, I, p. 218/I, p. 302-303.

177 Batānūnī, p. 149.

178 MacCullagh, p. 262.

179 Idem, p. 299.

180 D’après le témoignage de Batānūnī, loc. cit.

181 Goushegir, p. 57.

182 Ibn al-Nadīm, I, p. 53/I, p. 116 ; Yāqūt, VII, p. 169 ; Qiftī, III, p. 285 ; Ibn Ḫallikān, V, p. 238 ; Ahsan, p. 250, n. 31 ; GAS, III, p. 364.

183 I, p. 156/I, p. 342. Ahsan, p. 250, n. 31, évoque également l’ouvrage.

184 Comme il le déclare à maintes reprises, I, p. 2, 38, 87, 132, 219/I, p. 2, 83, 190, 289, 534.

185 Qalqasandi, II, p. 90 ; XIV, p. 390-391.

186 Comme ceux que reproduit Qalqašandī, II, p. 90, 91.

187 Comme le soupçonnait Qalqašandī, XIV, p. 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251. L’œuvre est également citée par Qalqasandi, II, p. 90.

188 Notamment les fragments reproduits par Maqrizī, II, p. 231-232 ; Suyūṭī, II, p. 313-314 ; Ṭawq, p. 61.

189 Storey, II/III, p. 410-411.

190 Idem, II/III, p. 411.

191 Variations, I, p. 148, n. 10. Bien que son nom y soit mal transcrit – Sayzid Mohammed Musari – la date de son décès (1770) permet de l’identifier.

192 Levi, p. 258, §641.

193 Pline, X, p. 66, § XXXVII (53) ; Chamberlain, p. 17.

194 Bakri, I, p. 434.

195 Ğāḥiẓ, III, p. 209-210 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ḫālidī, fol. 105 r°.

196 Ğāḥiẓ, III, p. 217.

197 À son propos, voir GAS, III, p. 362.

198 Ğāḥiẓ, III, p. 164 ; Nuwayrī, X, p. 273.

199 Idem, III, p. 210-211.

200 Son existence n’est révélée que par Ibn al-Nadīm, I, p. 156/I, p. 342.

201 Comme le suggère un passage d’Ibn Sīda, VIII, p. 170.

202 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ẓāhirī, p. 117.

203 Un ‘alide de Kūfa, Ğalāl al-Dīn ‘Abd Allāh b. Muḫtār, occupa ce poste, Ibn al-Fuwaṭī, p. 257.

204 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 138 ; Suyūtī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 60.

205 Abu l-Maḥāsin, VI, p. 262.

206 Ruṣāfi (mort en 627/1230), Ibn al-Fuwaṭī, p. 18.

207 Ğalāl al-Dīn b. Muḫtār occupa son poste de scribe jusqu’à sa mort en 649/1251, Ibn al-Fuwaṭī, p. 257.

208 Abū 1-Faẓl, I, p. 215-216/I, p. 299.

209 Idem, I, p. 217/I, p. 301.

210 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Nuwayrī, X, p. 275.

211 Selon l’expression de Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; repris par Waṭwāṭ, II, p. 191 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ġuzūlī, II, p. 260 ; Fākihī, foi. 90 r° ; Ahsan, p. 237, 250.

212 Celui de Bagdad est cité dans Manāqib, p. 26 ; celui d’Alep dans Alāq, I/I, p. 66, 147 ; celui du Caire dans Maqrizī, II, p. 90, 100 ; trad. Raymond et Wiet, p. 129, 180.

213 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ġuzūlī, II, p. 260 ; Ahsan, p. 237, 251.

214 Ğāḥiẓ, III, p. 212 ; Nuwayri, X, p. 275 ; Ahsan, p. 4, 250-251.

215 Bakrī, I, p. 433 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251.

216 Ğāḥiẓ, III, p. 295-296. Voir aussi Ahsan, p. 237, 238, 251.

217 Ğāḥiẓ, III, p. 169.

218 Bakrī, I, p. 433 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, p. 107 ; Qalqašandī, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; Hālīdī, fol. 105 r°.

219 Bakri, I, p. 433-434 ; Ibn ‘Abd al-Mu’min, loc. cit. ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390, 391 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 251 ; Ḫālidī, loc. cit. ; Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 60.

220 Le prix de 5 000 dinars avancé par Nuwayri, loc. cit., n’est pas crédible.

221 Bakri, I, p. 434 ; Ibn’Abd al-Mu’min, loc. cit. ; Qalqašandī, II, p. 90 ; XIV, p. 390.

222 Abū l-Maḥāsin, VI, p. 138 ; Ṭawq, p. 60.

223 Abu l-Faẓl, I, p. 217/I, p. 301.

224 Gigot (1889), p. 39 ; Van der Linden, p. 107.

225 Boitard et Corbié, p. 66. Cette coutume de confier les œufs à d’autres pigeons est attestée dans l’Empire moghol, Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

226 Millet-Robinet, p. 160 ; Espanet, p. 57.

227 Boitard et Corbié, p. 66 ; Lullin, p. 106.

228 Mode de conservation décrit par Wittouck (1901), p. 116.

229 Ğāḥiẓ, III, p. 151 ; Nuwayri, X, p. 272.

230 Ğāḥiẓ, III, p. 172.

231 Reynaud (1896), p. 650 ; Boeve (1898), p. 16 ; Gérardin, p. 48 ; Voitellier, p. 74.

232 Chapuis, p. 82 ; Boeve (1893), p. 10 ; Voitellier, loc. cit.

233 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Waṭwāṭ, II, p. 192 ; Lullin, p. 102 ; Gobin, p. 76 ; La Villatte, p. 17.

234 Lullin, p. 103 ; Wittouck (1898), p. 34 ; Gérardin, loc. cit. Pour Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76, la femelle peut reproduire de 8 à 10 ans.

235 Boitard et Corbié, p. 64 ; Lullin, p. 104.

236 Boitard et Corbié, p. 92 ; Chapuis, p. 87.

237 La longévité du pigeon varie suivant les auteurs : 10 à 12 ans, Gobin, p. 213 ; 15 à 20, Rodenbach, p. 146 ; 16 à 17, Vindevogel, Duchatel et Pastoret, p. 76 ; 18 à 20, La Perre de Roo (1877), p. 3. De rares sujets peuvent cependant en dépasser 20, si de longs voyages et de nombreuses couvées ne les ont pas minés, Wittouck (1898), p. 34-35 ; Wittouck (1901), p. 33 ; et même en atteindre 22, Rodenbach, p. 146-147 ; 25, Chapuis, p. 87 ; La Perre de Roo (1877), p. 136 ; Gobin, loc. cit. ; Rodenbach, p. 147 ; voire 30, Abu l-Faẓl, I, p. 218/I, p. 302. Dans l’Antiquité, des bruits faisaient vivre le ramier jusqu’à trois ou quatre décennies, Aristote, VI, 4 [562 b] ; IX, 7 [613 a] ; Pline, X, p. 64, § 106.

238 Espanet, p. 41.

239 Gobin, p. 76.

240 Lamarche, p. 41.

241 La Perre de Roo (1877), p. 136.

242 Comme le note Wittouck (1898), p. 110 ; idem (1901), p. 119.

243 Brechemin, p. 40.

244 Ğāḥiẓ, III, p. 169 ; reproduit dans Nuwayri, X, p. 274.

245 Ğāḥiẓ, III, p. 269.

246 Idem, II, p. 335.

247 Ibn Qutayba, II, p. 90/p. 65-66 ; Ibn ‘Abd al-Rabbih, VI, p. 239.

248 Comme s’en étonnent Aristote, VI, 4 [562 b] ; Élien, p. 4, livre 1, § 15 ; et Pline, X, p. 79, § 147.

249 Ğāḥiẓ, III, p. 283.

250 Ğāḥiẓ, III, p. 179 ; repris par Nuwayrī, X, p. 275. D’après Pline, X, p. 83, § 159, les œufs d’été éclosent le 18e jour, au lieu du 20e.

251 Abu l-Faẓl, I, p. 216/I, p. 299.

252 Pline, X, p. 83, § 159, constate la présence d’œufs parmi les pigeonneaux : les uns s’envolent, d’autres éclosent. Même remarque dans Lullin, p. 102 ; Voitellier, p. 75.

253 Aristote, VI, 4 [562 b] ; Pline, X, p. 79, § 147.

254 Ğāḥiẓ, III, p. 167, 178 ; Nuwayrī, X, p. 274 ; Van der Linden, p. 107.

255 Van der Linden, p. 107.

256 Ğāḥiẓ, III, p. 167 ; Nuwayri, X, p. 274 ; Abū l-Faẓl, I, p. 216/I,p. 299. Il peut s’agir d’une jeune qui pond pour la première fois, Boitard et Corbié, p. 60 ; Lullin, p. 104 ; ou d’une vieille épuisée par les voyages, Van der Linden, p. 106, sinon frisant les douze ans, Wittouck (1901), p. 34.

257 Terme que lui donnent Boitard et Corbié, p. 60 ; et Lullin, p. 104.

258 Pelletan, p. 52 ; Wittouck (1898), p. 110 ; idem (1901), p. 119.

259 Boitard et Corbié, p. 67 ; Rodenbach, p. 39.

260 Mağlisī, p. 574.

261 Ibn Rušd, VI, p. 94.

262 Abū l-Farağ Iṣbahānī, XIV, p. 34-39.

263 Ğāḥiẓ, III, p. 229, 257.

264 Idem, V, p. 203.

265 Mégnin, p. 57.

266 Chardin, II, p. 55 ; III, p. 39 ; Beazley, p. 109.

267 Zayla‘ī, IV, p. 222.

268 Ibn Rusd, XVIII, p. 607.

269 Idem, XVIII, p. 608.

270 Nakt, p. 85-86 ; Zéki, p. 46.

271 Jean-Léon l’Africain, I, p. 214.

272 Idem, loc. cit.

273 Chardin, III, p. 39 ; Goushegir, p. 42-43, 54.

274 Ğāḥiẓ, III, p. 228-229.

275 Goushegir, p. 42.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540