Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 4. Les messagers volants de l’ère moderne

Texte intégral

  • 1 Le navigateur hollandais, Van Linschoten, p. 16, en 1584 ; et deux ornithologues anglais : Willugh (...)
  • 2 Moore, loc. cit.
  • 3 Van Linschoten, loc. cit. ; Carruthers, p. xx.

1Malgré le long silence des documents d’archives, les Ottomans utilisèrent les voyageurs ailés en Turquie, comme en Afrique et en Asie : des allusions fugitives de sources occidentales en révèlent l’emploi du xvie au xviiie siècle1. La raison pousse même à en placer le commencement vers la fin du xve siècle. Des colombiers du Grand Sérail, partaient des paniers de pigeons vers les gouverneurs de provinces que gonflaient les honneurs du titre de pacha2; mais pour recevoir des messages de la Sublime Porte, ils devaient envoyer leurs courriers ailés pour un passage à l’ombre dans les colombiers de Topkapi. En outre, Istanbul échangeait pigeons et plis avec Alep, Alep avec Basra, probablement sans relais intermédiaires, malgré l’éloignement : ainsi les messages étaient portés sur des ailes d’un vol rapide des rives du Tigre et probablement du golfe Persique au Bosphore, et réciproquement3.

  • 4 En 1600-1601, Castela, p. 191, parle d’un seul gardien ; comme Brémond, p. 121, en 1643-1645, de « (...)
  • 5 Valle, I, p. 244/1, p. 416-417 ; Brémond, p. 121.
  • 6 Valle, I, p. 244/1, p. 416 ; Alpin, I, p. 86 ; Brémond, p. 120-121.
  • 7 Elle est signalée en 1585-1586 par Sanderson, p. 43 ; vers 1650, par Jouvin de Rochefort, VII, p. (...)
  • 8 Comme l’atteste en 1636 Neitzschitz, p. 342.
  • 9 En 1600-1601, Castela, p. 189, en signale le colombier sous le nom de Beluets ; et Chesneau, en 15 (...)
  • 10 Signalé par Chesneau, p. 17-18, sous le nom de Cattie.
  • 11 En 1524, des pigeons avertissent Ibrāhīm Pacha au Caire de l’arrivée du portugais Tenreiro, Tenrei (...)
  • 12 Le messager qui devait confirmer la maladie du chiaoux (garde) n’était pas parti à cheval, mais à (...)
  • 13 Comme en témoigne Fürer en 1565, p. 45 ; puis Harant en 1598, II, p. 27, 198/p. 34, 273.
  • 14 Fürer, p. 44-45 ; Harant, II, p. 27/p. 34 ; Coppin, p. 330 ; Monconys, p. 170.

2Quant aux colombiers d’Egypte, ils continuèrent à fonctionner jusqu’au xviie siècle, et les messagers à suivre dans les cieux leur route accoutumée. Mais le temps en avait considérablement réduit le personnel : n’y veillait qu’une poignée de gardiens, même dans le plus grand, celui de la citadelle du Caire4 qui n’était plus le cœur d’un vaste empire, mais la capitale déchue d’un lointain pays. Comme ils étaient à la fois les yeux et les mains des bâtiments, leurs obligations étaient multiples : nourrir les volatiles, séparer les mâles des femelles – emportant les uns en cage dans les villes dont ils espéraient recevoir des nouvelles ou dans les relais correspondants et retenant les autres au nid – observer les routes du ciel pour guetter leur retour et les porter au pacha, au gouverneur de la ville ou au commandant du lieu qui coupait de sa main le fil qui attachait le billet pour le dérouler et le lire5. Grâce à l’unique tour de la citadelle6, Le Caire restait uni aux trois villes de Basse-Egypte : Alexandrie7, Damiette8 et Bilbay9, d’où les dépêches destinées à passer d’un continent à l’autre tombaient à Qaṭyā10 pour gagner Damas11, probablement sur la terre plutôt que par le ciel12. En outre, les pigeons accomplissaient toujours l’office de messagers de la rade d’Alexandrie au palais du gouverneur13 et du port de Damiette à la ville14. Puis leurs ailes cessèrent de porter les messages de l’État.

  • 15 Moore, p. 29.
  • 16 Belon, p. 314, en 1555 ; Boitard et Corbié, p. 215.
  • 17 Bugnon, p. 117.
  • 18 Parry, p. 109.
  • 19 Lithgow, p. 119-120 ; Moore, p. 29.
  • 20 Volney, p. 275 ; Masson (1911), p. 285.
  • 21 Pour Maillet, p. 142, dont l’ouvrage parut en 1735, l’usage était récemment révolu. Mais Volney, p (...)
  • 22 Comme en témoigne Niebuhr en 1765, II, p. 196.
  • 23 L’usage est attesté dès 1599, dans la factorerie anglaise, par le facteur Dallam, p. 32, qui porta (...)
  • 24 Teonge, p. 93, 106.
  • 25 Teonge, p. 93, 106 ; Troilo, p. 611 ; Russell, loc. cit. ; Masson (1896), p. 379.
  • 26 Dallam, p. 32.
  • 27 Comme en témoigne en 1638 Tavernier, I, p. 176-177 ; en 1670, Pétis de la Croix, p. 78 ; en 1675, (...)
  • 28 Arvieux, V, p. 496.
  • 29 Le consul Arvieux, comme il le rapporte lui-même, p. 494.

3Quant aux particuliers, ils ne renoncèrent jamais aux courriers des airs : en Turquie, les puissants qui en élevaient communément dans leur palais abandonnaient le soin de les nourrir et de les dresser à un serviteur averti15 ; les marins d’Égypte, comme les marins de Crète (soumise à la domination des Ottomans en 1080/1669) et de Chypre (que la Sublime Porte arracha des mains de Venise en 1571), en mettaient à bord des navires pour annoncer leur heureux retour16 ; dans la dernière île, leur emploi se prolongea jusqu’au début du xviiie siècle17 et peut-être même plus tard ; grâce à leur vol, les négociants d’Alep étaient avertis des produits des Indes reçus à La Mekke18, aussi bien que des cargaisons fraîchement livrées au port d’Alexandrette, dont ils transmettaient le détail à Bagdad19. Mais comme les oiseaux tombaient sous les tirs des Kurdes, pillards de caravanes, avides de connaître les richesses qu’elles devaient drainer de la Méditerranée20, ils cessèrent de fendre le ciel de leurs ailes vers le quart du xviiie siècle21. Enfin quand la poste à temps fixe disparut de l’Iraq, les marchands itinérants emportaient des pigeons si quelque départ les éloignait de leur famille et les libéraient pour annoncer leur prochaine rentrée : ils pouvaient revenir de maintes villes méridionales qu’abreuve le Tigre ou l’Euphrate22. Mais l’absence de colombiers d’aller et retour ne leur permettait pas de recevoir de lettres par la voie des airs. L’usage des messagers ailés devint si commun que même l’Europe devait l’emprunter au Levant, notamment dans la cité d’Alep : d’abord dans les trois factoreries, l’anglaise23, la française et la vénitienne24, pour instruire rapidement les marchands des navires de la compagnie découverts au large d’Alexandrette ou des affaires courante25, aussi bien que pour envoyer des messages à leurs correspondants du port26 ; puis dans les consulats de France et d’Angleterre pour annoncer les bateaux battant leur pavillon sitôt jaillis à l’horizon de la mer par des billets expédiés par le vice-consul d’Alexandrette27, et auxquels ils pouvaient aussitôt répondre28, grâce à un échange préalable d’oiseaux, aussi bien que pour aviser de l’arrivée des hôtes de marque29.

  • 30 Elle équivalait à 1 000 marks, Generalanzeiger fur Bonn du 25 juin 1966 cité par Spies, p. 392.
  • 31 Moore, p. 29.
  • 32 P. 37 ; reproduit par Maḥğūb, I, p. 134.
  • 33 Valle, I, p. 869/IV, p. 316.
  • 34 Au xixe siècle, ils mettaient leur aile au service des plis, La Perre de Roo (1883), p. 4. En 1920 (...)

4Puis les pigeons disparurent de l’horizon des sources au déclin du Siècle des lumières qui fut souvent celui des ténèbres de l’autre côté de la Méditerranée : les savants de la Description de l’Égypte ne semblent guère les avoir entrevus, ni même en avoir eu vent, comme les yeux de l’Occident ne les verront plus dans les cieux de l’Orient. Mais un usage immémorial ne peut brutalement sombrer dans l’oubli, comme une mode éphémère du temps, simplement parce que les sources ne daignent plus les évoquer, jugeant les faits quotidiens indignes de souvenir. Ainsi en Syrie, leur usage n’a pu être abandonné, sinon l’État ne l’aurait formellement interdit en 1966 : les particuliers qui en détenaient encouraient trois ans de prison assortis d’une forte amende30. Cependant, cette prohibition était inutile : d’une part, l’existence de colombiers clandestins à la solde de l’étranger improvisés à la veille des hostilités était plus qu’improbable, sinon impossible, car ils devaient exciter les soupçons, ne fût-ce que par les ravitaillements réguliers en messagers des airs, si furtifs fussent-ils, sans lesquels les rapports d’espions ne pouvaient gagner Israël ; d’autre part, le passage d’un pigeon solitaire permettait de remonter jusqu’au moindre élevage secret. Dans le restant du monde musulman, les sources évoquent parfois les courriers du ciel, comme en Perse ṣafavide31, où ils prêtaient peut-être encore leurs ailes aux amours défendues, comme au temps de Sa‘dī (xiiie siècle)32, quand les femmes claustrées des harems entretenaient des relations écrites, notamment si les relations verbales par messagers étaient impossibles. À Ispahan, la fleur des pigeons venait de Bagdad : elle passait en qualité les voyageurs ailés d’Égypte et d’Asie33. Mais leur emploi devait être confidentiel, sinon il serait arrivé aux oreilles de Jean-Baptiste Tavernier ou de Jean Chardin qui n’auraient manqué de les décrire, comme les courriers de la poste que le langage du temps désignait sous le nom turc de čāpār-s qui leur ont inspiré de longs passages. En outre, les maigres allusions des sources suggèrent l’absence de réseau : la correspondance ne devait s’effectuer que dans un sens unique, celui du retour, si bien que la réponse aux dépêches aériennes ne pouvait parvenir au destinataire que par voie de terre. L’usage persista jusqu’au seuil du xxe siècle34.

  • 35 Ibn Baṭṭūṭa, III, p. 94, 95, 191-192 ; Ragheb (1994), p. 40-41.
  • 36 Abū l-Faẓl, I, p. 218/1, p. 302.

5De Perse, l’emploi des messagers volants dut gagner l’Inde, où il était probablement inconnu : le sultanat de Delhi ne confiait les messages qu’à des courriers à cheval et des coureurs qui prenaient des ailes aux talons en se relevant de relais en relais, tous les tiers de mille, suivant les uns, ou tous les quarts, suivant d’autres, soit tous les 666 ou 500 m35. Il n’y surgit que tardivement au temps d’Akbar qui réservait les pigeons dits rata au port des plis, alors que n’importe quelle autre espèce pouvait être envoyée, même de loin, chargée de nouvelles, après un dressage approprié36. Toutefois, le silence des sources suggère qu’aucune correspondance régulière et suivie par aller et retour n’était échangée entre son palais de Fathpur-Sīkrī et d’autres villes de son immense empire.

6Mais nulle part en terre d’Islam, la poste aérienne n’a retrouvé l’importance qu’elle avait eue dans l’Empire abbasside ou mamelouk : ces siècles de gloire étaient à jamais révolus.

Notes

1 Le navigateur hollandais, Van Linschoten, p. 16, en 1584 ; et deux ornithologues anglais : Willughby, p. 181, au xviie siècle ; et Moore, p. 29, au suivant.

2 Moore, loc. cit.

3 Van Linschoten, loc. cit. ; Carruthers, p. xx.

4 En 1600-1601, Castela, p. 191, parle d’un seul gardien ; comme Brémond, p. 121, en 1643-1645, de « celui qui est comis en ce faict » ; mais en 1616, Valle, I, p. 244/1, p. 416, « de quelques hommes » dans les colombiers, puis d’un seul homme à prendre soin des oiseaux.

5 Valle, I, p. 244/1, p. 416-417 ; Brémond, p. 121.

6 Valle, I, p. 244/1, p. 416 ; Alpin, I, p. 86 ; Brémond, p. 120-121.

7 Elle est signalée en 1585-1586 par Sanderson, p. 43 ; vers 1650, par Jouvin de Rochefort, VII, p. 24.

8 Comme l’atteste en 1636 Neitzschitz, p. 342.

9 En 1600-1601, Castela, p. 189, en signale le colombier sous le nom de Beluets ; et Chesneau, en 1549, p. 18, sans lui donner de nom.

10 Signalé par Chesneau, p. 17-18, sous le nom de Cattie.

11 En 1524, des pigeons avertissent Ibrāhīm Pacha au Caire de l’arrivée du portugais Tenreiro, Tenreiro, p. 77.

12 Le messager qui devait confirmer la maladie du chiaoux (garde) n’était pas parti à cheval, mais à pied, Valle, I, p. 244/1, p. 416.

13 Comme en témoigne Fürer en 1565, p. 45 ; puis Harant en 1598, II, p. 27, 198/p. 34, 273.

14 Fürer, p. 44-45 ; Harant, II, p. 27/p. 34 ; Coppin, p. 330 ; Monconys, p. 170.

15 Moore, p. 29.

16 Belon, p. 314, en 1555 ; Boitard et Corbié, p. 215.

17 Bugnon, p. 117.

18 Parry, p. 109.

19 Lithgow, p. 119-120 ; Moore, p. 29.

20 Volney, p. 275 ; Masson (1911), p. 285.

21 Pour Maillet, p. 142, dont l’ouvrage parut en 1735, l’usage était récemment révolu. Mais Volney, p. 275, le prolonge d’environ trois lustres.

22 Comme en témoigne Niebuhr en 1765, II, p. 196.

23 L’usage est attesté dès 1599, dans la factorerie anglaise, par le facteur Dallam, p. 32, qui portait un orgue compliqué d’Élisabeth Ire à Mehmet III. Il fut finalement abandonné au xviiie siècle, Russell, II, p. 203, n. 30.

24 Teonge, p. 93, 106.

25 Teonge, p. 93, 106 ; Troilo, p. 611 ; Russell, loc. cit. ; Masson (1896), p. 379.

26 Dallam, p. 32.

27 Comme en témoigne en 1638 Tavernier, I, p. 176-177 ; en 1670, Pétis de la Croix, p. 78 ; en 1675, Lettres édifiantes, I, p. 198 ; en 1679, Arvieux, V, p. 497.

28 Arvieux, V, p. 496.

29 Le consul Arvieux, comme il le rapporte lui-même, p. 494.

30 Elle équivalait à 1 000 marks, Generalanzeiger fur Bonn du 25 juin 1966 cité par Spies, p. 392.

31 Moore, p. 29.

32 P. 37 ; reproduit par Maḥğūb, I, p. 134.

33 Valle, I, p. 869/IV, p. 316.

34 Au xixe siècle, ils mettaient leur aile au service des plis, La Perre de Roo (1883), p. 4. En 1920, ils furent utilisés, lors de l’expédition de Riḍā šāh au Hūzistān, Riḍā šāh, p. 255, fig. 30 ; Goushegir, p. 61.

35 Ibn Baṭṭūṭa, III, p. 94, 95, 191-192 ; Ragheb (1994), p. 40-41.

36 Abū l-Faẓl, I, p. 218/1, p. 302.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540