Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre 3. Le réseau mamelouk

Texte intégral

  • 1 Le dernier pigeon s’en était envolé l’année même, chargé d’un triste message : il fut le premier q (...)
  • 2 Alāq, I/I, p. 40 ; Ibn al- Šiḥna, p. 54-55/p. 46 ; Herzfeld, I, p. 118 ; Eddé, p. 344.
  • 3attā lam yubqū bihā aṯaran, comme le rapporte Alāq, loc. cit.
  • 4 Herzfeld, I, p. 85-87.
  • 5 Remplois dans les saillants, fûts de colonnes couchées et noyées dans les murailles, Herzfeld, I, (...)
  • 6 Comme le révèle un texte mutilé, Herzfeld, I, p. 89, n° 39. Une inscription commémore également la (...)

1Nul État n’attacha plus de prix aux messagers du ciel que celui des Mamelouks. Avant même la création de la poste, le sultan Quṭuz, pourvut la citadelle d’Alep en 658/1260 d’un colombier de fortune pour remplacer le colombier ayyoubide fraîchement détruit, sinon réduit en cendres1, quand Hūlāgū prit et livra la ville aux flammes. Mais le bâtiment fut éphémère : revenus un an plus tard, après le meurtre du sultan, les Mongols s’emportèrent si violemment à sa vue qu’ils renversèrent la forteresse de fond en comble2. Furie voisine de la folie : démanteler une citadelle pour un pigeonnier, même si son érection violait l’esprit de la reddition. Ils ne purent, cependant, en effacer les vestiges3 ni même la raser pour assouvir leur rage : plusieurs monuments ne furent que mutilés, notamment la grande entrée, la porte couronnée de serpents entrelacés à tête de dragon et ses vantaux, le vestibule coudé qui sont l’ouvrage de Ẓāhir Ġāzī en 606/1209 et en 608/1211, comme le prouvent les inscriptions gravées dans la pierre ou le fer4, des fragments considérables du mur d’enceinte entre l’ouest et le nord qui portent le nom de Nūr al-Dīn et la date 568/11735 ou la tour relevée par ‘Aziz6.

  • 7 Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 165 r° ; Abu l-Maḥāsin, VII, p. 104, 105.

2Ce colombier de la citadelle ne devait pas être solitaire : il révèle indirectement un réseau ; son éloignement de la capitale (près de 362 km par les voies du convoyage) interdit de penser qu’il fût destiné à retenir les pigeons damascènes pour un temps limité : les deux villes ne pouvaient correspondre que par des relais intermédiaires, probablement Ḥamā ou Homs, peut-être encore Qārā ou Ma‘arrat al-Nu‘mān. Enfin, plusieurs colombiers hérités des Ayyoubides devaient continuer à fonctionner, comme celui de Bīra : en 658/1260, juste avant que Baybars ne montât au trône, des pigeons s’en allèrent instruire Alep de l’approche des Mongols7.

LE RÉSEAU PRIMITIF

  • 8 Selon Maqrizī, I, p. 227 ; Sulūk, I/II, p. 446 ; trad. Quatremère, I/I, p. 142 ; Sauvaget (1941a), (...)
  • 9 Également appelé Quṣayr al-Qawāfil, Nu‘aymī, II, p. 366, puis devenu Ḫān Quṣayr, où subsistent les (...)
  • 10 Sauvaget (1941a), p. 30-31.
  • 11 Ibn Šaddād, p. 357 ; Yūnīnī, éd. Hyderabad, III, p. 260-261 ; Kutubī, I, p. 244 (les deux derniers (...)
  • 12 Une dépêche de Bīra tombait à Ḥamā, puis à Damas, Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 224 ; Sulūk, I/II, p. 524  (...)
  • 13 L’expression est de Ḥusn, p. 87 ; Amitai-Preiss, p. 202-203.

3Puis Baybars organisa la poste aux pigeons, sans doute en même temps que la poste aux chevaux, en 659/1260-12618. Ce réseau confiné à la Syrie se réduisait primitivement à trois lignes. Les deux premières laissaient Damas au nord pour prendre le chemin de l’Orient, l’une vers Qaryatayn, l’autre vers Tadmur (l’antique Palmyre) et Raḥba (qui a quitté son nom médiéval pour s’appeler Mayyādīn) sur l’Euphrate ; quant à la troisième, elle ne partait pas de la capitale, mais de Quṣayr al-Qufūl (le fortin des caravanes)9, 16 km à l’est : elle montait vers Manāḫ, Nebek, Qārā, pour finir à Homs. En outre, les ruines d’un ancien bâtiment jadis destiné à recevoir les voyageurs altérés et fourbus, le ḫān de Muḥdaṯa, dont l’emplacement reste inconnu, furent relevées pour abriter un colombier et peut-être aussi pour héberger les caravanes : maints relais de poste furent établis dans les caravansérails publics10. Ces stations furent peuplées de pigeons et de gardiens salariés pour obtenir des nouvelles des voyageurs qui suivaient des chemins abandonnés en raison de leur insécurité11. Enfin, légèrement plus tard, une quatrième ligne dont l’existence n’est révélée qu’en 663/1265 relia Damas à Ḥamā et la forteresse lointaine de Bīra12 qui protégeait la route de la Mésopotamie et passait pour le « cadenas de la Syrie » (qufl al-Šām)13. Ainsi, les deux citadelles qui défendaient les bords d’empire sur l’Euphrate, Bīra au nord, Raḥba à l’est, pouvaient prévenir Damas dès qu’une nuée de Mongols promettait l’orage par des lignes de poussière montant à l’horizon.

  • 14 Aussi Ayalon, p. 301, se méprend-il : la forme et l’étendue du réseau n’étaient pas inconnues aupa (...)
  • 15 Comme la Palestine n’était pas desservie, la dépêche de Bīra fut emportée par la poste de Damas à (...)
  • 16 Maints colombiers présentés par Sauvaget (1941a), p. 37-39, n’existaient pas au temps de Baybars.

4Au rebours de la poste qui n’était plus que souvenir de souvenir en Syrie, Baybars tirait fruit d’une technique éternelle qui n’avait cessé de fleurir en Orient, malgré les multiples changements de dynasties. Son réseau était même inférieur à celui des Ayyoubides14, dont il avait dû intégrer les colombiers survivants, comme ceux qui montaient de Damas à la citadelle d’Alep via Ḥamā ou Homs : les pigeons mirent leur aile au service de la nouvelle dynastie. Sa seule innovation fut d’associer la poste de terre à la poste des airs qui avaient été jusqu’alors toujours séparées. Enfin l’Asie n’était plus reliée à l’Afrique, comme du temps des Ayyoubides : la Palestine15 et l’Égypte semblent avoir été privées de pigeonniers16.

5Ce réseau primitif de Baybars fut bientôt modifié. Maints colombiers furent éphémères ; le royaume se dépouilla de quatre relais intermédiaires jugés superflus : d’une part, Quṣayr al-Qufūl, Manāḫ et Nebek, les pigeons volant directement de Damas à Qārā ; de l’autre, Ḫān Muḥdaṯa, aussi vite délaissé qu’improvisé, si bien que les sources n’en gardent même pas souvenir.

L’EXTENSION DU RÉSEAU

  • 17 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Sulūk, loc. cit. ; trad. Quatremère, loc. cit.
  • 18 Ibn Ḫurradāḏba, p. 78/57 ; Qudāma, p. 219/167.
  • 19 Iṣṭaḫrī, p. 65 ; Ibn Ḥawqal, p. 185/I, p. 183 ; Idrisī, p. 378.

6Comme le réseau ne desservait qu’une fraction de l’empire, les plis transmis par les messagers des airs étaient souvent emportés par les cavaliers de la poste qui, bien qu’aussi vifs que vent, étaient loin de battre les pigeons les plus lents : une dépêche envolée de Bīra en 663/1265 mit quatre jours pour atteindre Baybars à Yubnā, dans la région de Ramla ; après avoir changé d’aile à Ḥamā, elle était tombée à Damas pour reprendre sa route par terre17 : elle avait probablement pris moins d’un jour à tire-d’aile pour franchir quelque 300 km, mais trois, sinon plus, à cheval pour couvrir le restant du voyage, bien qu’il fût inférieur au précédent : il ne comptait que 130 milles (260 km)18. La vitesse était pourtant prodigieuse pour le temps : la distance exigeait sept jours au pas de caravane, quatre de Damas à Tibériade, trois jusqu’à Ramla19.

  • 20 Elle ne l’était pas sous le règne de Baybars, comme pourrait le suggérer un passage de Waṣṣāf, à d (...)
  • 21 Sulūk, I/III, p. 696-697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40. Dans son mémento, le sultan rappelle à s (...)

7Ce réseau fut progressivement prolongé jusqu’au Liban, la Palestine et l’Égypte20, sous le règne de Qalāwūn et peut-être même avant : dès 680/1281, les dépêches arrivaient de Damas au Caire21. Puis il fut étendu dans ce pays que les historiens continuent d’appeler Syrie du Nord, même si les cartes l’offrent maintenant aux regards sous le nom de Turquie. Quand les bornes de l’empire furent lentement déplacées jusqu’à la rive droite de l’Euphrate, des colombiers poussèrent dans trois puissantes citadelles (sinon davantage) qui tombèrent tour à tour sous le joug des Mamelouks.

  • 22 Sulūk, I/III, p. 714 ; trad. Quatremère, II/I, p. 61 ; Hellenkemper, p. 87.
  • 23 Tašrif, p. 29-30 ; Baybars, p. 245 ; Abu l-Fidā, IV, p. 18 ; Nuwayrī, XXXI, p. 38 ; Ibn Habib, I, (...)
  • 24 Le mérite revient à Dörner de l’avoir identifié et publié, p. 320-325, pl. 79 B ; repris par Helle (...)
  • 25 Date de la plus ancienne inscription, Kraemer, p. 306.

8La première fut la plus éloignée : Kaḫtā qui, close d’une robuste muraille, se dressait inexpugnable sur un promontoire, debout sur le ciel. Après l’invasion mongole, elle était probablement passée de la main des Selğūkides à celle de chrétiens22 obscurs dont les sources semblent ignorer jusqu’au nom, si elle n’était encore soumise à la domination de ses anciens maîtres, comme le suggère la désignation de son gouverneur, Šuğā‘ Mūsā. Alléchée par les promesses exorbitantes de Qalāwūn, la population de la forteresse s’en défit en 682/1283 : elle lui ôta la vie pour livrer les murs aux émirs d’Alep venus les prendre au nom du sultan. Désormais, le roc devint l’angoisse des Arméniens23. Un colombier y fut installé, dont les ruines muettes ont perdu l’inscription qui en révélait la destination et la date, suivant la coutume des monuments du temps24. Il devait remonter aux alentours de 685/1286, quand la nouvelle conquête fut parsemée de bâtiments25.

  • 26 Ses différents noms ont été relevés par Hellenkemper, p. 51.
  • 27 Vardan le Grand cité par Dédéyan, p. 1092.
  • 28 Dédéyan, p. 1092-1095. Voir aussi Grousset, II, p. 305 ; Hellenkemper, p. 51-52 ; E. Honigman-[C. (...)
  • 29 Bar Hebraeus, p. 461 ; E. Honigman-[C. E. Bosworth], op. cit., p. 626 ; Canard (1967), p. 243 ; He (...)
  • 30 Bar Hebraeus, p. 493 ; Baybars, p. 288-289 ; Abu l-Fidā, IV, p. 26-27 ; Nuwayrī, XXXI, p. 226-240  (...)
  • 31 Comme Ibn al-Dawādārī, IX, p. 8, 26, 111, 220, 221, 227, 267 ; Ẓāhiri, p. 117.
  • 32 Ibn al-Furāt, VIII, p. 137.

9La deuxième fut Qal‘at al-Rūm, que les sources arabes, byzantines, syriaques, arméniennes et franques désignent sous le même nom traduit en différentes langues26 que lui avait légué le prêtre grec qui en fut le maître27. Mais elle ne le méritait plus, ayant changé maintes fois de mains au cours du temps. Englobée dès l’orée du xiie siècle par le comté d’Édesse (Ruhā), elle fut donnée en 1150 par la comtesse Béatrice, femme de Josselin II de Courtenay, au catholicos arménien Grigor III Pahlawouni comme lieu de résidence lors d’une rencontre à Tall Bāšir (Turbessel)28. Bâtie sur un roc inaccessible que contourne le Marzabān (altéré au cours du temps en Merziman) en accourant des montagnes porter ses eaux à l’Euphrate pour y perdre son nom et devenir fleuve, elle en contrôlait les gorges sauvages. En 678/1279, juste avant que Qalāwūn ne fût mis sur le trône, une puissante armée avait tenté d’emporter le nid d’aigle. Mais assauts et menaces furent impuissants : le catholicos refusa de livrer le château qui avait offert l’asile à la ville couchée à son pied. Aussi la colère de l’armée se déchargea sur le pays d’alentour qu’elle ravagea et les murs déserts à son ombre qu’elle pilla et brûla cinq jours durant avant de se retirer29. Cette citadelle de la liberté ne tomba que treize ans plus tard : ses imprenables remparts furent finalement pris en 691/1292 par Ašraf Ḫalīl à la suite d’un siège dont la durée varie suivant les sources : vingt jours d’après les uns, mais trente-trois d’après d’autres. Sur son ordre, le château escarpé fut débaptisé pour changer le nom des Rūms au nom des musulmans (al-muslimīn), comme l’imposait la glorieuse conquête qui leur « ouvrait la porte de l’Euphrate »30. Mais la volonté des souverains ne peut brutalement effacer les appellations séculaires : le mot nouveau ne refoula pas l’ancien et ne parvint à l’éteindre ; le peuple et même parfois les sources narratives31 devaient continuer à l’utiliser, comme le turc tardivement le traduire Rūm Qal‘esi. La victoire insigne fut annoncée à Damas par la voie des airs32. Mais elle n’a pu directement y parvenir : des pigeons accompagnant l’armée avaient dû emporter le billet à la citadelle de Bīra ou celle d’Alep ; puis, il était obligatoirement passé par maints relais intermédiaires (Ma‘arrat al-Nu‘mān, Ḥamā, Homs et Qārā) avant de gagner la capitale de la Syrie. Dans la nouvelle conquête, un colombier fut bientôt établi.

  • 33 Nuwayrī, XXXI, p. 249-250 ; Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 340-341 ; Mufaḍḍal, II, p. 558-559 [394-395] (...)
  • 34 Mufaḍḍal, II, p. 558 [394] ; Ibn al-Furāt, loc. cit. Elle ne fut jamais donnée par Hūlāgū à la Cil (...)
  • 35 Abū l-Fidā, IV, p. 5 ; Canard (1967), p. 236.

10Enfin, la troisième forteresse fut Bahasnā (dont le temps a corrompu le nom pour en faire Besni) qui, placée en sentinelle sur un rocher au bord du ciel, veillait sur un col élevé au nord de la grande boucle de l’Euphrate. Elle fut cédée par le roi Het‘um II (1289-1305) en 692/1293, sous l’empire de la peur, ainsi que deux autres places, pour sauver sa capitale, Sis, du siège et du carnage33. Elle n’avait que brièvement appartenu à la Cilicie : vendue à Het‘um Ier (1226-1269) par le gouverneur ayyoubide, à la prise d’Alep par les Mongols en 658/1260, pour 100 000 dirhams, dont il ne toucha que 60 00034, elle ne fut pas livrée aux Mamelouks, alors qu’une trêve en stipulait la remise en 666/126835.

11Au début du viiie/xive siècle, sinon à la fin du précédent, le réseau des colombiers couvrait l’empire : il s’étendait sur deux continents, en Afrique, au sud, jusqu’au bord extrême de l’Égypte sur la mer Rouge, en Asie, jusqu’aux forteresses perdues de Syrie du Nord englobées maintenant par la Turquie. Par sa superficie et le nombre de relais, il fut certainement le plus grand jamais établi dans l’histoire de l’humanité, non seulement aux temps de la première splendeur de la dynastie, mais même après sa réduction progressive sous le règne des Circassiens. Il était aussi foncièrement différent du réseau abbasside qui ne desservait que le cœur de l’empire : l’antique Mésopotamie, de Raqqa dans la haute à Baṣra dans la basse.

LA GÉOGRAPHIE DU RÉSEAU

  • 36 ‘Umari, p. 254, 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 394 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Ẓāhirī, p. 117.
  • 37 Ẓāhirī, p. 116.
  • 38 Qalqašandī, XIV, p. 393.
  • 39 Qalqašandī, XIV, p. 389, 392 ; Ḫālidī, fol. 105 r°, 105 v°.
  • 40 Selon Maqrizī, II, p. 231.
  • 41 Celle de ‘Umarī, p. 254-255 ; trad. Hartmann, p. 500-501 ; reprise par Qalqašandī, I, p. 118 ; XIV (...)
  • 42 Ainsi, les relais de Rosette et de Burullus sont seulement signalés par Sulūk, III/I, p. 133 ; cel (...)

12Les stations portaient différents noms : centres de pigeons (marākiz al-ḥamām)36 ou de billets (marākiz al-baṭā’iq)37, points de lâcher (masāriḥ al-ḥamām38) ou lieux d’envol des pigeons (maṭārāt al-ḥamām39), dont l’arabe moderne devait reprendre le premier terme pour désigner l’aéroport. Leur nombre exact demeure inconnu, s’il a jamais été connu, puisqu’il passa longtemps pour incalculable40. Les listes subsistantes sont, de plus, incomplètes41 : maints colombiers secondaires y sont omis, dont les sources narratives ou bien les ruines révèlent parfois l’existence42. Mais il devait en dépasser 72, près des deux tiers (46) des stations éparses en Syrie, le reste (26) en Égypte, douze dans la haute, treize dans la basse, plus celle du Caire aux tours en majorité encloses dans les murs de la citadelle. Ce nombre, cependant, ne fut que brièvement maintenu : de la fin du viie/xiiie siècle au seuil du suivant, soit peut-être seulement deux ou trois décennies ; puis diverses raisons stratégiques aussi bien qu’économiques l’abaissèrent progressivement en Afrique, comme en Asie, le plus souvent en bord d’empire, où les besoins du service s’étaient réduits au fil des ans et dont les colombiers déserts durent tomber en ruine pour disparaître sans laisser de trace.

13Bien que le réseau comportât moins de relais que celui de la poste aux chevaux dont il dépendait, il étendait parfois plus loin ses ramifications pour assurer les liaisons bilatérales dans les villes qui en étaient dépourvues : marginales, comme le Fayyoum, mais également importantes, comme Jérusalem et Naplouse. Tous ces colombiers n’étaient cependant pas neufs, ni même récents : certains devaient remonter aux vastes empires tombés au cours du temps, des Fatimides aux Ayyoubides, non seulement celui du Fayyoum dans la plaine de Barqiyya, mais probablement aussi bien d’autres (Alexandrie, Damiette et Bilbays).

14Le noyau de l’immense réseau était la citadelle du Caire, ville dans la ville ou plutôt ville dominant la ville qui abritait le palais du sultan et le siège habituel de l’empire. Des séries de relais en rayonnaient, afin de permettre aux dépêches de parvenir, d’une part, en haute, comme en basse Égypte, et d’autre part, aux frontières orientales et septentrionales de la Syrie.

  • 43 ‘Umarī, p. 254 ; Anṣārī, p. 14/49 ; Qalqašandī, XIV, p. 392 ; Ẓāhirī, p. 117.
  • 44 ‘Umarī, loc. cit. ; Anṣārī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit.
  • 45 Qalqašandī, XIV, p. 392, reproche à ‘Umarī de ne pas citer les colombiers qui permettaient aux dép (...)
  • 46 ‘Umarī, loc. cit. ; repris par Qalqašandī, I, p. 118 ; XIV, p. 392, signale l’abandon du réseau de (...)
  • 47 Ẓāhiri, loc. cit.
  • 48 ‘Umarī, p. 244 ; Qalqašandī, XIV, p. 374.
  • 49 Qalqašandī, XIV, p. 374-375 ; Garcin, p. 367.
  • 50 Sur l’abandon de cette piste, voir Garcin, p. 420-425.
  • 51 Ẓāhirī, p. 118, signale à tort une voie postale d’Assouan à ‘Ayḏāb et semble ignorer la destructio (...)

15Au sud, elles gagnaient Qūṣ43 que les réseaux antérieurs (des Fatimides aux Ayyoubides) ne semblent avoir jamais desservi, par une chaîne d’étapes dont les sources n’ont pas gardé mémoire et probablement au nombre de huit ; elles s’envolaient ensuite vers Assouan ; de là, elles survolaient un désert maudit, l’enfer des caravanes, sous un soleil souvent de plomb, pour tomber dans l’ardent port de ‘Ayḏāb44, sur le bord occidental de la mer Rouge. Elles changeaient peut-être d’oiseau dans des relais intermédiaires qui demeurent inconnus45. Mais les pigeons cessèrent bientôt de fendre le ciel de feu. Dès le début du viiie/xive siècle, sinon un peu auparavant, la poste renonça aux tours perdues du fin fond de Haute-Égypte46 et même aux tours intermédiaires qui avaient brièvement permis les liaisons de la capitale avec Qūṣ : elles furent jugées inutiles après son déclin47, la rareté des lettres de passage n’en justifiant plus le maintien. Elles n’avaient peut-être fonctionné que vingt ou trente ans. Désormais, des courriers à dromadaire succédèrent aux messagers des airs (alors que le cheval régnait dans le restant de l’empire), non seulement dans le désert qui sépare ‘Ayḏāb de Suwākin, au sud, le dernier relais de poste où parvenaient les plis du sultan, et d’Assouan au nord, mais également dans les cultures qui remplacent l’or des sables d’Assouan à Qūṣ48. Puis la piste de la mer Rouge fut abandonnée pour celle de Qūṣ et des buttes de Qifṭ49, elle-même à son tour délaissée sous les Circassiens, probablement après la destruction de ‘Ayḏāb vers 142650 : les messagers cessèrent de gagner cet enfer, dont les caravanes avaient déserté les sables enflammés51.

  • 52 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)

16Quant au Fayyoum, il demeurait en liaison avec la capitale par le colombier solitaire de Barqiyya52, à l’entrée de la vaste plaine que les bâtiments avaient graduellement envahi pour transformer le désert en ville. Mais de privé, il était devenu public.

  • 53 Ẓāhirī, p. 117. ‘Umari, loc. cit., omet de signaler les stations par lesquelles les dépêches passa (...)
  • 54 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. ; Maqrizī, II, p. 232 ; Ẓāhirī, loc. cit. Cette directio (...)
  • 55 Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 412/417 ; Anṣārī, loc. cit. ; ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. La halte (...)
  • 56 Comme le rappelle Qalāwūn dans le mémento dédié à son fils, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 412 et 417.
  • 57 Ḫālīdī, fol. 105 v°, et Ẓāhirī ne le signalent pas.
  • 58 Maqrizī, II, p. 231, le désigne sous l’expression « le premier relais » (awwal al-marākiz), qui a (...)

17En Basse-Égypte, le réseau comportait quatre lignes magistrales rayonnant du Caire : la première vers Alexandrie par Minūf la haute (al-ulyā) et Damanhūr al-Waḥš ; la deuxième vers Damiette par Banī ‘Ubayd et Ašmūm al-Rummān53 ; la troisième vers Bilbays, Ṣāliḥiyya et Qatyā, sur la frontière54 ; enfin, la quatrième vers Suez, sur la route du pèlerinage55. Mais ce dernier relais fut abandonné à une date indéterminée : il perdit lentement son importance primitive du temps de Qalāwūn, quand le gouverneur de la province de Šarqiyya devait augmenter le nombre des convoyeurs chargés d’y mener les pigeons captifs56 : aucune source n’en atteste plus l’existence au ixe/ xve siècle57. En outre, un colombier isolé se dressait dans la plaine de Munyat ‘Uqba (près d’Imbāba, dont le temps a corrompu le nom : Mît ‘Uqba). Mais il était réservé au lâcher des pigeons qui emportaient des billets vers Alexandrie : il fallait les éloigner de la citadelle qui les avait quelque temps retenus pour les empêcher d’y revenir58, car ils tendaient à confondre leur prison fugitive avec leur colombier d’origine s’ils avaient été, par mégarde, oubliés dans ses ténèbres.

  • 59 Sulūk, III/I, p. 133.

18Malgré son étendue, ce réseau égyptien manquait de souplesse, faute de lignes transversales : maintes villes faiblement éloignées étaient privées de liaisons directes ; si Damiette et Alexandrie pouvaient établir des communications écrites par l’intermédiaire de deux relais secondaires, Burullus et Rosette59, Bilbays n’était probablement plus en liaison avec le premier port, comme du temps des Ayyoubides, ni avec le second : ses dépêches devaient sans doute descendre d’abord au Caire, puis remonter vers leur destination finale, à moins qu’un cavalier ne les emportât, pour leur éviter d’énormes détours inutiles par la capitale.

  • 60 ‘Umari, p. 254 ; Qalqasandi, XIV, p. 392 ; Ẓāhirī, p. 117.
  • 61 Ẓāhirī, p. 42 ; Marmardji, p. 157.
  • 62 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, XIV, p. 393 ; Ẓāhirī, p. 117.
  • 63 Ces deux relais figurent seulement dans Ẓāhiri, loc. cit.
  • 64 Dans son mémento, Qalāwūn souligne à l’attention de son fils l’importance du convoyage des pigeons (...)
  • 65 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, loc. cit. ; Ẓāhirī, loc. cit., omet trois relais : Ludd, Qāqūn et Irb (...)
  • 66 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 393. Quant à Ẓāhirī, p. 117, il fait partir la ligne de Baysā (...)
  • 67 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit.

19Pour passer en Syrie (bilād al-Šām) (la grande, maintenant éclatée en maints États), les plis d’Afrique transitaient obligatoirement par le nord du Sinaï : après avoir changé d’aile dans les villages oubliés de Qaṭyā, puis de Warrāda, ils entraient en Palestine pour gagner la station centrale de Gaza60, « vestibule du royaume » (dahlīz al-mulk)61, à la croisée de maintes voies célestes. De là, ils étaient indifféremment transmis vers Naplouse, Jérusalem, Hébron62, puis Ṣāfiya et Karak63 ou Damas : ils devaient y tomber le jour même de leur envol du Caire64 en passant par sept relais : Ludd, Qāqūn, Ğīnīn, Baysān, Irbid, Ṭafs et Ṣanamayn65. De cette voie magistrale, partaient quelques dérivations, notamment de Ğīnīn vers Ṣafad66, de Baysān vers Aḏri‘āt (aujourd’hui Dir‘a), et de Ṭafs vers Iš‘ār, puis Walāt67.

  • 68 Ibn Qāḍī Šuhba, IV, p. 350 ; Ibn Iyās, I/II, p. 582.
  • 69 Cette ligne n’est mentionnée que par Ẓāhirī, loc. cit.
  • 70 ‘Umari, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. ; Ẓāhirī, loc. cit.
  • 71 La liaison Damas-Beyrouth est signalée par Sālih b. Yahyā, p. 35, et Ẓāhiri, loc. cit.
  • 72 Ẓāhirī, loc. cit., l’appelle Tarbala. Comme Sauvaget (1941a), p. 77, n. 302, je n’ai pu l’identifi (...)
  • 73 Cette liaison n’est citée que par Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 178.
  • 74 Liaison signalée uniquement par Maqrizī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des (...)
  • 75 Elle passa longtemps pour franque, alors qu’elle fut érigée en 625/1227-1228 par ‘Azīz ‘Uṯmān, voi (...)
  • 76 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 393, 394 ; Ẓāhirī, loc. cit. (ce passage erroné signale un (...)
  • 77 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 394.
  • 78 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258, 260.
  • 79 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 393 ; Ẓāhirī, loc. cit., insère Ḫān Tūmān entre Ma‘arrat a (...)
  • 80 Alāq, I/I, p. 40 ; Ibn al-Šiḥna, p. 54/p. 46.
  • 81 Il n’est connu que par un passage de Sulūk, III/II, p. 720 ; Sayrafī, I, p. 309.
  • 82 Seul Baybars, p. 200, les mentionne en 680/1281.
  • 83 Ces trois relais ne sont attestés que par Baybars, p. 200.
  • 84 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqasandi, XIV, p. 394 ; Ẓāhiri, loc. cit. La liaison Alep-Bīra apparaît égaleme (...)
  • 85 ‘Umarī, p. 252 ; Qalqašandī, XIV, p. 384.
  • 86 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 394.
  • 87 ‘Umarī, p. 252 ; Qalqašandī, XIV, p. 384.
  • 88 Ẓāhirī ne le signale pas.
  • 89 Relais mentionné seulement par Baybars, p. 200.

20A Damas, le colombier que la citadelle renfermait en son sein68 formait le plus important nœud de Syrie. Sept lignes au moins s’en irradiaient en éventail : les dépêches pouvaient gagner le Liban : Saïda69, Baalbek70, Beyrouth71 ou Tripoli par une station intermédiaire au nom altéré72, d’où les messagers des airs les emportaient, au besoin, le long de la côte jusqu’à Ğabala73, comme elles pouvaient s’envoler au sud vers Ṣubayba74 (la forteresse ayyoubide à l’orient de Bāniyās sur le versant sud du mont Hermon75, aussi bien qu’au nord vers Qaryatayn ; de là, elles reprenaient le chemin du ciel pour tomber dans la citadelle de Raḥba, sur l’Euphrate, qui formait la barrière orientale de l’empire, après avoir changé de pigeon à Tadmur, Suḫna et Qabāqib76 et suivi un interminable pays désolé. Mais dans la première moitié du viiie/xive siècle, les messagers à cheval remplacèrent les messagers à plumes entre ces deux derniers villages77, sans doute après que des enceintes vivantes de Mongols eurent vainement assailli les hauteurs de Raḥba en 712/1312-131378, malgré l’orage qui grondait encore. Enfin une dernière ligne reliait Damas à Qārā, d’où les dépêches étaient dirigées sur Homs, Ḥamā et Ma‘arrat al-Nu‘mān79 pour atterrir au relais de la citadelle d’Alep qui avait succédé au colombier que la fureur mongole avait abattu en 659/126080, sans peut-être en occuper l’emplacement. Quelques-unes pouvaient cependant gagner des relais secondaires : Salamiyya81, Šayzar et Abū Qubays82, probablement de Ḥamā ou de Homs, sinon des deux. D’Alep, elles s’envolaient vers une nuée de colombiers dispersés dans des provinces désormais englobées par la Turquie : Rāwandān, Baġrās (Pagrae), entre Antioche et Alexandrette, Darbsāk83, Bīra, Qal‘at al-Muslimīn (ou plutôt Qal‘at al-Rūm, puisque la forteresse perdue au fond des gorges n’avait jamais pu se débarrasser du nom de ses anciens maîtres) et Bahasnā84, le dernier relais de Syrie du Nord joint à un relais de chevaux85. De là, elles tombaient dans d’importantes stations de la région86, maintenant inconnues, sauf Kaḫtā, le colombier terminus de l’extrême nord du monde musulman sur cette ligne, contenu dans une place également pourvue d’une poste87. Mais il fut abandonné en même temps que le relais perché sur sa roche, sans doute vers la moitié du ixe/xve siècle88. Enfin, ces colombiers perdus des confins d’empire devaient échanger les plis avec des stations correspondantes, comme Bīra avec ‘Ayntāb89 sur le chemin de Bahasnā.

21À l’instar du réseau égyptien, le réseau syrien manquait de liaisons transversales : ainsi, Homs, Ḥamā et Alep n’ont probablement entretenu la moindre correspondance avec Tripoli ou Ğabala qu’en passant par Damas. Aussi les courriers à cheval devaient-ils hâter la délivrance des plis.

1a. Ruines de l’aqueduc de Kaḫtā qui contient le colombier mamelouk.

1b. Escalier intérieur.

  • 90 Maqrizī, II, p. 231.

22Ainsi, les nouvelles étaient portées d’un bout du royaume à l’autre, jusqu’aux bornes reculées de Syrie, aux premiers temps de ‘Ayḏāb, sur la mer Rouge et d’Assouan90, puis finalement de la citadelle du Caire. Des rives du Nil aux rives de l’Euphrate, mais en théorie : jamais aucune dépêche n’a dû s’envoler des confins désertiques de Haute-Égypte aux rudes confins de la Syrie du Nord vers les forteresses lointaines de Qal‘at al-Muslimin, de Bahasnā ou de Kaḫtā : les billets tendaient à converger des fonds de l’empire vers la capitale des deux continents, Le Caire.

L’ESPACEMENT DES RELAIS

  • 91 Ibn Ḫurradāḏba, p. 98/71 ; Qudāma, p. 218/166.
  • 92 La première distance est donnée par Ibn Ḫurradāḏba, loc. cit. ; Qudāma, loc. cit. ; la seconde par (...)
  • 93 La distance de Ḥamā à Alep est de 153 km par voie de terre ; et d’Alep à Bīra, de 115 km à vol d’o (...)
  • 94 La première distance figure dans Moyen-Orient, p. 192 ; la seconde dans Baedeker, p. 329. A vol d’ (...)
  • 95 Moyen-Orient, p. 232.
  • 96 Ibid., p. 232, 234.

23Les longueurs d’étape ont considérablement varié au cours du temps. Dans le réseau primitif de Baybars, aucun principe ne semble avoir présidé à leur distribution, si bien qu’elles offraient d’importants écarts allant d’un à plus de quinze. Certaines stations étaient proches de 12 milles (24 km), comme Nebek et Qārā91 ; d’autres moyennement distantes de 40 ou 46 (80 ou 92 km), suivant la route, comme Qārā et Homs92 ; enfin d’autres relativement éloignées, comme Ḥamā et Bīra, à plus de 268 km93 ou Damas et Tadmur, à 230 ou 260 km94, à moins que les plis ne fussent d’abord transmis à Qaryatayn, à 130 km95, puis emportés à Tadmur, à 100 km96.

  • 97 Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; Maqrizī, II, p. 211. Le barīd équivalait à quatre parasanges (24 km), (...)
  • 98 A la fin du xixe siècle, la distance qui séparait les colombiers militaires ne dépassait pas en Fr (...)
  • 99 ‘Umarī, p. 239 ; repris par Qalqašandī, XIV, p. 372 ; Sauvaget (1941a), p. 27-28.
  • 100 Ainsi Qalqašandī, IV, p. 114, situe Tadmur à 59 milles (118 km) de Damas, alors que la route compt (...)
  • 101 Maqrīzī, I, p. 184, 227, ne donne que 42 milles (84 km) de Warrāda à Gaza, en reprenant un passage (...)

24Puis ces intervalles entre les relais furent uniformisés : ils devinrent théoriquement de trois postes (barīd)97, soit de quelque 12 parasanges (72 km). En dessous, le temps infailliblement perdu, au départ par l’orientation, à l’arrivée par la manipulation des dépêches n’était jamais rattrapé. Au-delà, on craignait de rompre les messagers ou de les égarer, bien qu’ils pussent franchir 300 km, sans balancer ni s’épuiser98. Toutefois, pour se rapprocher d’une ville ou fuir un inclément désert99, les distances augmentaient ou diminuaient souvent considérablement. Malheureusement, les listes qui les énumèrent omettent de les donner, alors que l’administration postale devait les posséder par l’arpentage des voies, comme de préciser si les stations étaient placées au sein de l’agglomération, sur sa lisière, dans un faubourg retiré ou bien alentour. De maigres indications éparses dans les sources permettent parfois de pallier ces lacunes, malgré leur divergence et les erreurs susceptibles de les entacher, généralement imputables à un copiste100 ou à un oubli101 ; de même, les distances actuelles peuvent les rectifier ou les compléter, si les routes n’ont guère changé au cours du temps. Les recherches effectuées font d’emblée ressortir des écarts allant du simple au quadruple.

  • 102 Taqwim, p. 267/II/II, p. 44. La distance actuelle serait de 70 km, selon N. Elisséeff, EI2, V, p. (...)
  • 103 Taqwim, p. 255/II/II, p. 33. Yāqūt, I, p. 673, donne la distance en parasange : 12. La route actue (...)
  • 104 La première distance est donnée par Boucheman, p. 15 ; la seconde par Moyen-Orient, p. 266. Mais s (...)
  • 105 « Deux projets... », p. 432-433 ; Devise, p. 242.
  • 106 « Deux projets... », p. 433, 455-456 ; Devise, p. 242.
  • 107 Devise, p. 243. Cette distance est plus vraisemblable que les 6 lieues (24 km) données par « Deux (...)
  • 108 Moyen-Orient, p. 284.
  • 109 Yāqūt, I, p. 712. Une distance similaire, 16 lieues (64 km), figure dans « Deux projets », p. 434, (...)
  • 110 Ibn Ḫurradāḏba, p. 80/59 ; passage traduit par Marmardji, p. 103 ; Qudàma, p. 220/167 ; Maqrīzī, I (...)

25Maints relais étaient effectivement espacés de trois postes environ suivant les sources médiévales qui expriment les distances en parasanges ou en milles aussi bien qu’en lieues pour les occidentales : Bahasnā-Kaḫtā : 70 km à vol d’oiseau ; Ma‘arrat al-Nu‘mān-Alep102 et Damas-Baalbek : 36 milles (72 km)103 ; Gaza-Ludd : 75 ; Tadmur-Suḫna : 75 ou 80104. Quelques autres étaient légèrement plus proches : Qaṭy-Warrāda105 ou Ṣāliḥiyya-Qaṭyā : 17 lieues (68 km)106 ; Bilbays-Ṣāliḥiyya : 14 (56 km)107 ; Ḥamā-Ma’arrat al-Nu‘mān : près de 61 km, comme à présent108 ; Le Caire-Bilbays : 10 parasanges (60 km)109, plutôt que 24 milles (48 km)110.

  • 111 Dont 12 jusqu’à Kuswa, Taqwim, p. 253/II/II, p. 31.
  • 112 Ibn Ḫurradāḏba, p. 98/71 ; Qudāma, p. 218/166. La distance actuelle est de 45 km, Palmyrena, p. 24 (...)
  • 113 La distance actuelle est de 47 km, Moyen-Orient, p. 192. Mais elle serait de 58 km, selon Baedeker (...)
  • 114 Qabāqib étant située à 90 km de Tadmur, et Suḫna à 56, Baedeker, p. 342.
  • 115 Qalqašandī, IV, p. 123-124.

26D’autres relais n’avaient que deux postes d’écart, soit 24 milles (48 km), comme Damas-Ṣanamayn111, Homs-Salamiyya112 et Homs-Ḥamā113. Enfin certains étaient même encore plus rapprochés : Suḫna-Qabāqib : 34 km114, soit près d’une poste et demie, proximité sans doute imposée par le morne désert de la Palmyrène. Aussi, peut-être, pour cette raison, furent-ils remplacés par des relais de chevaux : le gain de temps avait paru minime, voire nul, entre le ciel et la terre. De même, Šayzar n’était situé qu’à 9 milles (18 km) de Ḥamā, si les pigeons s’en envolaient, mais à 33 (66 km) de Homs115.

  • 116 Ibid., p. 232, 234.
  • 117 Ibid., p. 50. Cette distance semble plus exacte que celle de Baedeker, p. 285 : 147 km.

27En revanche, quelques stations étaient éloignées de quatre postes, sinon davantage : Gaza-Hébron : 94 km ; Gaza-Jérusalem : 96 ; Qaryatayn-Tadmur : près de 100 (la voie actuelle reprend l’ancienne)116 ; Damas-Beyrouth : 109117.

  • 118 Ibn Ḫurradāḏba, p. 80/58 ; Qudāma, p. 219/167. Bien qu’il reprenne ce passage, Maqrīzī, I, p. 184, (...)
  • 119 La première distance figure dans « Deux projets », p. 432, 454-455 ; la seconde dans Devise, p. 24 (...)
  • 120 Moyen-Orient, p. 360.
  • 121 Ibid., p. 232.
  • 122 Taqwim, p. 249/II/II, p. 27 ; Marmardji, p. 126. La distance actuelle est de 153 km, Moyen-Orient, (...)
  • 123 Égypte, p. 235. Elle n’est que de 125 km à tire-d’aile.
  • 124 Elle n’est cependant que de 110 km à vol d’oiseau.
  • 125 Sur cette route du Nil à la mer Rouge, voir Couyat, p. 141-142.
  • 126 Samūm muhraq comme le dit Maqrizi, I, p. 203 ; éd. Wiet, III, p. 303.
  • 127 Qalqasandi, XIV, p. 392, souligne que ‘Umarī omet de les citer : ce silence suggère peut-être leur (...)

28Enfin quelques relais étaient même distants de cinq postes, voire plus : Le Caire-Le Fayyoum et Alep-Bīra : au moins 115 km, par le chemin le plus court, le ciel ; Warrāda-Gaza : 58 milles (116 km)118, plutôt que 26 ou 28 lieues et demie (104 ou 114 km)119 ; Tripoli-Gabala : 123 km120 ; Damas-Qaryatayn : 130121 ; Alep-Qal‘at al-Muslimīn : encore davantage, puisque cette distance n’est qu’à vol d’oiseau ; Damas-Saïda : 66 milles (132 km)122 ; Le Caire-Suez : près de 134 km, par une voie jadis hantée des caravanes123 ; Gaza-Naplouse : 160124 ; Alep-Bahasnā : 170 à tire-d’aile ; enfin, Qūṣ-Assouan, 240 km environ ; et Assouan-‘Ayḏāb, près de 400, à travers un torride désert125, souvent brûlé par un vent de feu, l’ardent simoun126 et qui ne devait couramment présenter la moindre eau à la soif des convoyeurs. Mais comme les distances qui séparaient les trois derniers relais de Haute-Égypte étaient trop lointaines pour les pigeons du réseau, des stations intermédiaires permettaient peut-être aux billets de changer d’aile en cours de route127, bien que les mers de sable ne semblent guère propices à recevoir de colombiers.

  • 128 Ainsi ‘Umarī, p. 254, repris par Qalqašandī, XIV, p. 392, ne signale pas les deux relais qui relia (...)
  • 129 Maqrizī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 (...)

29Ces éloignements extrêmes pourraient cependant provenir de relais omis128, alors qu’ils ne sont guère extraordinaires et restent le plus souvent inférieurs aux plus petites distances du réseau abbasside, qui allaient de 180 à 744 km. Ce choix prudent de stations rapprochées était pourtant dispendieux : s’il augmentait les chances de retour et diminuait le nombre de volatiles nécessaires pour délivrer les dépêches, il multipliait autant les relais que les frais d’entretien et de personnel ; de plus, il ralentissait les liaisons par les pertes de temps dues au changement de courrier. Néanmoins, des oiseaux de fond pouvaient effectuer d’une traite de longs voyages : en 688/1289, dix messagers sur plus de quarante reçus au Caire s’envolèrent pour Ṣubayba (la forteresse voisine de Bāniyās). Ils rentrèrent le jour même129, par des voies inconnues, différentes de celles de l’aller et survolant des pays jamais visités, moins deux tombés en ville où la foule se plut à les railler.

ARCHITECTURE DES BÂTIMENTS

30Si les ramifications du réseau sont amplement dévoilées par les sources narratives, la structure des relais baigne dans la brume : aucun texte n’a daigné en laisser une description fugitive, comme l’archéologie pallie à peine leur silence. Ces bâtiments ont tous disparu, hormis le pigeonnier ignoré de Kaḫtā, dont il ne reste qu’un fragment ruiné où le jour n’entrait jamais et qui devait servir de prison aux mâles des relais voisins. Même ceux qu’abritaient de puissantes forteresses n’étaient pas faits pour tenir contre le temps et subsister des siècles entiers : ils sont retournés à la terre, s’ils étaient de briques crues condamnées à se liquéfier sous les torrents de pluie et retomber en poussière sous la furie des vents ; ou bien, ils furent de leurs pierres dépouillés pour garnir d’autres constructions. Ce vide ne sera sans doute jamais comblé par des découvertes futures : il est improbable que l’on puisse retrouver les traces d’un colombier sur le terrain ou une description ignorée dans un texte qui permette d’en rendre la forme perdue par voie de conjectures.

SUPERFICIE ET TAILLE DES RELAIS

  • 130 Comme l’avançait Sauvaget (1941a), p. 39.
  • 131 Dörner, p. 320-325, pl. 78, 79 B.

31Dans les régions desservies par les courriers à cheval, les relais aux pigeons devaient être incorporés aux relais de poste, sans toujours occuper la terrasse du corps de bâtiment dominant la porte130, comme ils pouvaient être établis dans des monuments étrangers à la transmission des nouvelles : le colombier aveugle de Kaḫtā était aménagé au-dessus de l’entrée d’un aqueduc qui désaltérait l’aride forteresse131 ; mais dans les pays dépourvus de stations postales, les colombiers étaient probablement isolés, autrement dit, indépendants et détachés de toute construction.

  • 132 Maqrizī, II, p. 231.
  • 133 Fabri, II, p. 488.
  • 134 Maqrizī, loc. cit. ; Casanova, p. 597.

32Leur taille devait varier suivant leur importance et le nombre de directions desservies. L’ensemble le plus impressionnant s’élevait sur le rocher du Caire dont la citadelle accroît le sommet : les colombiers y étaient séparés par ligne de correspondance et chaque brigade dirigée par un chef (muqaddam)132. Mais la longue et vaste muraille ne pouvait ramasser toutes ces tours probablement dispersées et peut-être éloignées les unes des autres, pour en faciliter la surveillance, comme pour ne pas en perdre tous les hôtes en cas d’épidémie : aussi certaines furent rejetées au bas de la colline, dans l’immense plaine réservée aux déploiements des pompes militaires et où courent toujours les longues séries d’arcades de l’aqueduc qui montait l’eau du Nil jusqu’à la forteresse133, sans parler du colombier du Fayyoum, isolé en bord de ville, à Barqiyya134.

  • 135 Schiltberger, p. 68/p. 53.
  • 136 Frescobaldi, p. 52.

33Deux sortes de volatiles d’origine distincte peuplaient les bâtiments : dans les colombiers d’internement, des étrangers provenant des relais voisins, mâles privés de femelle135 et arrachés à leur nichée136 ; dans les autres, les oiseaux nés ou adduits sur place : couples en liberté passagère assurant l’incubation ou la becquée, femelles restées seules à couver ou nourrir et sans doute captives, mais auxquelles on ne refusait peut-être pas la faculté de s’envoler, jeunes retirés du nid et provisoirement placés dans un pigeonnier de sevrage avant de passer dans un autre, pour être éduqués sur sa ligne de vol et auxquels les vieux apprendraient le chemin du retour, mais d’avenir incertain, plusieurs étant voués à la perte lors des voyages d’essai auxquels ils étaient promis.

  • 137 Maqrīzī, loc. cit. ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 138 Du Puy de Podio, p. 88-89. Cependant, La Perre de Roo (1877), p. 95, estimait les besoins de chaqu (...)

34Pour répondre aux besoins des directions desservies (au moins cinq), la masse de volatiles libres et claustrés devait être colossale. a l’apogée du réseau, vers la fin de 687/1288 et sans doute longtemps encore, les colombiers en abritaient 1 900137 qui ne formaient probablement pas 950 couples ; d’une part, le nombre de mâles retenus dans des relais voisins ou en voie de retour ne correspondait pas nécessairement à celui des mâles internés issus de colombiers encadrants ; de l’autre, maints petits n’étaient pas encore appariés. Ce chiffre impressionnant n’est cependant pas excessif, d’autant plus que certains messagers pouvaient perdre momentanément l’usage des ailes et devenir inutiles, affaiblis par la maladie ou les progrès de la mue : à la fin du xixe siècle, on proposait d’affecter au minimum 8 000 couples, soit 4 000 mâles, aux trois ou quatre colombiers militaires de Paris ; et le quart aux stations correspondantes138. Puis la masse des messagers de la citadelle dut décliner au début du viiie/xive siècle, après l’abandon des relais de Haute-Égypte.

  • 139 Comme en 698/1299, Yūnīnī, éd. et trad. Guo, p. 61/p. 117 ; ou en 806/1403-1404, Ibn Qāḍī Šuhba, I (...)
  • 140 Comme en 802/1400, Ibn Iyās, I/II, p. 582.
  • 141 Ẓāhiri, p. 42 ; Marmardji, p. 157.

35D’autres nœuds importants du réseau devaient être également d’envergure : celui de la citadelle de Damas pouvait dépasser l’ampleur du centre principal du Caire et le nombre des pigeons qu’il abritait, des libres aux détenus, puisqu’il desservait sept directions, sinon davantage. Il était si vaste qu’il servait de prison : l’élite était parfois jetée dans ses ténèbres139 (les petits croupissaient en de plus noirs cachots) ; mais ce sépulcre des vivants devenait pour certains l’antichambre de la mort, puis une tour de sang, où leur gorge était tranchée140. De même, le relais de la citadelle d’Alep devait occuper un espace aussi important, puisqu’il correspondait avec autant de colombiers, sinon davantage. En revanche, celui de Gaza était sans doute légèrement plus petit, malgré le surnom de « vestibule du royaume » que méritait la ville141 : il n’était en liaison qu’avec cinq stations.

36Cependant, tous les relais de forteresse n’étaient pas aussi grands. La superficie de nombre d’entre eux devait être relativement modeste, sans être cependant réduite, en raison des bâtiments nécessaires aux différentes branches du service : deux sortes de colombiers, les uns pour interner les mâles des postes voisins, où les femelles étaient bannies autant que le jour, les autres pour les familles de la place qui jouissaient par moments de la liberté et de la lumière ; des écuries pour les bêtes qui assuraient l’échange des pigeons ; enfin, des logements pour les hommes de peine et d’écriture qui formaient le personnel et l’accueil des gardiens des stations prochaines en charge du convoiement des messagers.

  • 142 Comme les désignait Qalāwūn dans son mémento, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/416.
  • 143 Dömer, p. 320-325, pl. 78, 79 B.
  • 144 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258, 260.

37Quant aux colombiers qui n’entretenaient des relations écrites qu’avec un seul relais, comme les colombiers de l’avant des places frontières (ṯuġūr)142, d’où les liaisons ne se faisaient qu’à l’arrière, ils pouvaient se borner à l’essentiel : le pigeonnier de Kaḫtā n’est qu’un obscur réduit absolument nu, formé d’une salle voûtée au second étage d’un aqueduc, où conduit un escalier sans rampe qui prend la lumière des baies qui le bordent143. Sa taille exiguë et ses murs aveugles incitent à croire qu’il servait de prison passagère aux mâles de la station voisine de Bahasnā vers laquelle ils prendraient leur vol, sitôt délivrés. Un autre plus grand et plus clair dans les parages devait abriter les pigeons libres de la place. Cependant, les colombiers des fonds de l’empire n’étaient pas toujours si petits : celui de Raḥba qui dominait la rive qu’abreuve l’Euphrate semble avoir été relativement vaste, en raison du péril mongol, comme le suggèrent les dépêches qui tombaient à Damas en 712/1312-1313 dru comme grêle avant d’être soudain suspendues pour sauver les messagers des flèches ailées des « ennemis de Dieu » (les Mongols, suivant le langage du temps) dont sept murailles de guerriers enveloppaient les murailles de pierre144.

ADMINISTRATION DU RÉSEAU

  • 145 Sur ce caractère de la poste mamelouke, voir Sauvaget (1941a), p. 14-16.
  • 146 Qalqašandī, XI, p. 93.
  • 147 Ḫālidī, fol. 105 r°.
  • 148 Maqrizī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)
  • 149 Idem, loc. cit. ; passage traduit par Quatremère, loc. cit.
  • 150 Terme qui désigne le chef du colombier d’Alep (barrāğ Ḥalab), ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245 ; et (...)
  • 151 En 710/1310, on demande au chef du colombier d’Alep d’apporter des pigeons de Bīra, ‘Aynī, ms Beya (...)
  • 152 Fonction attestée en 693/1293 par le chef du colombier d’Alexandrie, ‘Aynī, III, p. 228 ; en 711/1 (...)
  • 153 Ibn al-Dawādārī, IX, p. 215.
  • 154 Maqrīzī, II, p. 211.
  • 155 On rencontre ce pluriel dans Ẓāhirī, p. 117.
  • 156 Ibn Šaḍḍād, p. 357 ; Yūnīnī, éd. Hyderabad, III, p. 260, 261 ; Kutubī, I, p. 244.
  • 157 Maqrīzī, II, p. 231.
  • 158 Selon Maqrizi, II, p. 231, 232 ; Casanova, p. 597.
  • 159 Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.
  • 160 Sa fonction avait été déterminée dans les Tamā’im al-ḥamā’im de Muḥyī al-Dīn b. ‘Abd al-Ẓāhir, sel (...)
  • 161 Ses obligations avaient été définies dans un paragraphe du même ouvrage, Ṭawq, loc. cit.
  • 162 Ẓāhirī, p. 117.
  • 163 Rāġib, « Une vente à livrer... », p. 133-136.
  • 164 Abġāl li l-tadriğ, Ẓāhirī, p. 117 ; abġāl al-ḥaml, Maqrizī, II, p. 231.
  • 165 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 (...)

38Comme la poste aux chevaux à laquelle elle était rattachée, la poste aux pigeons était réservée au service du sultan145 et confiée au soin du chef de la chancellerie, le scribe du secret (kātib al-sirr)146 : il devait surveiller les stations, connaître les colombiers qui en relevaient et les distances qui les séparaient, leur équipement, ainsi que le personnel et les montures147. Chaque relais était commandé par un chef (muqaddam)148. Les stations d’envergure, à l’image de celle de la citadelle du Caire, en avaient même plusieurs, dont chacun dirigeait une ligne de correspondance149. Mais parfois les sources lui donnent le nom de « gardien » (barrāğ)150, comme les hommes commis au soin des oiseaux. Tantôt, il lui incombait de délivrer les futurs messagers qui seraient libérés151 et surtout les messages152 sans délai, car ils étaient morigénés, s’ils tardaient ou négligeaient de passer les nouvelles qu’ils guettaient153 ; tantôt cette tâche revenait, comme dans la citadelle du Caire154, aux subalternes couramment appelés barrāğūn ou barrāğa (pluriel de barrāğ)155, plus rarement ḫufarā’156 (pluriel de ḫafīr). Ces derniers dont les salaires (ğāmikiyyāt) étaient versés par les écuries du sultan157 avaient de multiples obligations : soigner les pigeons qu’ils devaient connaître de vue, les enloger pour les conduire au poste voisin158, où ils seraient brièvement détenus avant d’être mis en liberté, fouiller des yeux l’horizon pour en épier le retour, d’abord du premier paru, « l’oiseau béni » (al-ṭā’ir al-maymūn), puis de son « compagnon » (rafiq), selon l’expression du temps, son ombre lointaine qu’il fallait parfois rechercher alentour, où un colombier étranger avait pu l’attirer159. En outre, les pigeonniers disposaient de divers fonctionnaires : le baṭṭāq160, secrétaire qui rédigeait ou plutôt gribouillait les plis, en expédiait au besoin les versions plus longues emportées par les cavaliers, déchiffrait les dépêches qui tombaient du ciel dont l’écriture hâtée était souvent illisible pour les déposer ensuite aux archives ; et le mubaṭṭaq, qui ne doit pas être confondu avec le premier, malgré la commune racine de leur nom, dont le rôle se réduisait apparemment à fixer le billet replié au messager ailé qui s’envolait de ses mains161, car il pouvait le perdre en chemin, s’il n’était fermement attaché, comme de le dégager au retour, aussi légèrement que possible : brutalement ôté, le papier fin risquait de se déchirer, et le message de devenir illisible ; les serviteurs (ḫuddām)162 qui s’employaient à faire régner la propreté et recueillir la fiente fournie qui leur était peut-être abandonnée à titre de gratification pour être vendue comme engrais aux agriculteurs163 ; et sans doute les garçons chargés du soin des mules de convoyage164 tirées des propres écuries du sultan165 et distincts des palefreniers qui s’occupaient des chevaux destinés aux courriers, dans les colombiers des relais de poste.

VOYAGES ET CONVOYAGES

  • 166 Comme le recommande Qalāwūn à son fils, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/416.
  • 167 Comme le suggère un passage de ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245. On lit également dans Qalqašandī, X (...)
  • 168 Šāfi’b. ‘Alī, p. 411.
  • 169 Qalqašandī, I, p. 118 ; Ḫālidī, fol. 105 r°.
  • 170 En 710/1310, le gouverneur demande au chef du colombier d’Alep s’il a des pigeons « pour Bīra » (l (...)
  • 171 Qalqašandī, I, p. 118.
  • 172 Qalqašandī, XI, p. 92. Le gouverneur de Šarqiyya devait convoyer les pigeons jusqu’au colombier de (...)
  • 173 En 688/1289, plus de quarante pigeons furent convoyés au Caire par le gouverneur de Ṣubayba, où il (...)
  • 174 Ḫālidī, fol. 105 r°-v°.

39Bien que le fonctionnement du réseau ne soit dévoilé que par allusions fugitives, l’imagination permet de le reconstituer pour rendre le passé présent. L’usage se bornait aux « bons oiseaux »166 ; autrement dit, le dressage avait permis de reconnaître les jeunes doués de faculté d’orientation et d’éliminer ceux qui se révélaient impropres au service de la correspondance. Mais à rebours des pigeons du réseau abbasside, ils n’étaient pas nécessairement d’élite, vu la faible distance qui séparait couramment les colombiers. Puis ils étaient toujours lâchés dans la même direction, afin d’apprendre sans balancer leur ligne de vol et perfectionner leur sens de direction. Chaque poste en comportait de provenances diverses, les uns du relais, les autres des stations prochaines. Aussi, marquage et ségrégation s’imposaient pour identifier les origines : on se gardait de mêler les pigeons enfermés près de recouvrer la liberté aux messagers qui allaient bientôt la perdre dans le colombier voisin où ils seraient conduits pour y être momentanément mis à l’ombre et bannis de la lumière. Les équipes d’oiseaux à interner (lots d’un nombre inconnu) qui étaient désignées sous le terme militaire de nawba167 comme les équipes de courriers de la poste168 étaient menées au relais prochain169 où elles étaient probablement retenues dans des colombiers aussi noirs que celui de Kaḫtā. Mais leur captivité éphémère ne durait peut-être que deux ou trois jours, sinon moins, si des nouvelles urgentes l’écourtaient en hâtant leur lâcher. Aussi les convoyeurs qui avaient accompagné les détenus en ramenaient-ils certainement, après un bref repos, d’autres que garderait leur colombier, si bien que les paniers étaient pleins à l’aller comme au retour. Lorsque la relève était assurée par l’apport de l’équipe suivante, ils s’envolaient le jour même ou le lendemain matin, chargés d’un billet anodin, sinon à vide, pour regagner leur nid où on leur donnait le temps de se refaire et retrouver le bien-être qui les y attachait, sinon ils risquaient de perdre le goût de revenir : deux ou trois jours devaient probablement suffire, si un imprévu n’en abrégeait la liberté. Bien qu’à chaque relève, le chef du colombier eût la faculté de retenir deux équipes à la fois, si la conjoncture l’imposait, des lâchers répétés dans un temps court pouvaient laisser les relais libres de messagers170, malgré les échanges continus qui menaient tous les jours des pigeons détenus dans les stations qui devaient les relâcher171, sous la responsabilité du gouverneur de la place172. Cependant, pour les oiseaux de fond, la captivité était plus longue, les voyages lointains plus espacés173. Enfin, les pigeons libérés dans la nature au gré des besoins qui ne délivraient les dépêches que dans le sens du retour, comme ceux qui accompagnaient les voyages du sultan174, échappaient aux prisons périodiques du convoiement et des stations encadrantes.

TRANSMISSION DES MESSAGES

  • 175 Qalqašandī, I, p. 119 ; Maqrizī, II, p. 211.
  • 176 Maqrīzī, II, p. 231-232.
  • 177 Comme le révèle le mémento de Qalāwūn, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/417.

40Sitôt que le volatile rentrait au colombier, la dépêche lui était retirée et mise sur un pigeon frais qui prenait la voie des airs175. Les gouverneurs qui la recevaient à titre transitoire en signalaient le passage au dos sans en briser le sceau, puis la transmettaient sans retard au relais voisin. Ainsi les plis volaient de poste en poste jusqu’à destination176. Aussi, les gardiens devaient chercher des yeux les oiseaux dans le ciel et, au besoin, recourir aux habitants de la région : dans la province orientale, Šarqiyya, même les bédouins scrutaient l’azur pour surveiller les messagers sur la voie du retour177.

  • 178 Comme en 693/1293, ‘Aynī, III, p. 693 ; et, en 710/1310, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 337.
  • 179 ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.
  • 180 Comme l’appelait justement Sauvaget (1941a), p. 17.
  • 181 Qalqašandī, I, p. 119 ; Maqrizī, II, p. 211. Sur le rôle des deux fonctionnaires, voir Sauvaget (1 (...)
  • 182 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 (...)
  • 183 Qalqašandī, I, p. 119.

41Dans les relais du réseau, les gardiens commençaient par dépouiller les messagers de leur message pour le tendre au gouverneur178 et délivraient également les pigeons qui devaient emporter les billets dans les airs179 ; de même, ils fixaient les plis de passage aux courriers chargés de les transmettre. Dans la citadelle du Caire, ils saisissaient les oiseaux rentrés pour les remettre sur-le-champ au porte-écritoire (dawādār), ce « dignitaire de parade180 » qui tirait son nom du nécessaire dont il était armé et qu’il avait coutume de présenter au sultan pour le paraphe des documents. Comme il était chargé de sa correspondance, il lui revenait d’ôter au messager le poids du billet et de le déplier pour le parcourir. S’il prenait seul les décisions pour les affaires courantes, il perdait la liberté d’agir pour les importantes : la dépêche était délivrée au scribe du secret, qui s’empressait de la lire au souverain, comme toute lettre arrivée par la poste dont il devait également tracer la réponse181. Mais si le sultan se réservait le droit de la délier de ses mains, il était le premier à jeter les yeux sur le contenu : les fastes des cortèges étaient aussitôt suspendus, comme les plaisirs du polo, des repas et des banquets sans fin : on lui portait l’oiseau avant les dernières bouchées ; et même s’il goûtait le repos du sommeil, ses serviteurs devaient l’arracher du lit, au moindre pli tombé des nues : il fallait toujours agir incontinent et ne jamais perdre l’instant favorable182. Quant aux billets qui s’envolaient de la citadelle, ils suivaient les mêmes voies jusqu’à leur destination, proche ou lointaine183.

DÉCLIN DES MESSAGERS VOLANTS

  • 184 Maqrizī, loc. cit. ; Casanova, p. 597.
  • 185 Sulūk, II/III, p. 728 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 157 ; Sauvaget (1941a), p. 81.
  • 186 Au ixe/xve siècle, Ḫālidī, fol. 105 v°, Ẓāhirī, p. 117, ne signalent plus que trois liaisons (Alex (...)
  • 187 En 882/1477, le départ de Qā’itbāy de Gaza pour l’Egypte fut annoncé par messager, Ibn Iyās, III, (...)

42Comme la poste aux chevaux dont elle dépendait, la poste aux pigeons absorbait des frais considérables d’entretien et de personnel, aussi bien que d’alimentation des oiseaux et des mules dont le fourrage était fourni par les greniers du sultan184. Aussi, pour subvenir à leurs besoins, ils furent dotés, notamment par des biens constitués en waqf à leur profit ou concédés en iqṭā’, comme le fit Ṣāliḥ, le fils de Nāṣir Muhammad (743/1342-746/1345). Néanmoins, leurs ressources se révélèrent rapidement précaires : aussi, il fallut, en 747/1346 ou l’année d’après, enlever un domaine qui produisait 20 000 dirhams et 3 000 ardab-s de grains l’an à un courrier à dromadaire (hağğān) pour leur en affecter le revenu185. Mais lorsque les dépenses d’exploitation ne furent plus compensées par les avantages retirés par le souverain et cessèrent de correspondre au service rendu, les colombiers dont la position n’était plus un point stratégique (pour ne pas dire improductifs, le terme étant alors vide de sens) et par lesquels les grandes nouvelles avaient cessé de passer furent abandonnés, sinon appropriés à d’autres usages : en Égypte, seules les trois lignes qui reliaient Le Caire à Alexandrie, Damiette et Qaṭyā, demeuraient indispensables186 : l’importance et le nombre des dépêches échangées justifiaient leur maintien. Cependant, au déclin de l’empire, maints messages importants n’étaient souvent plus emportés par des messagers ailés, mais par des courriers terrestres187.

  • 188 Qalqašandī, XIV, p. 372 ; Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 88 ; Ibn Iyās, I/I, p. 332 ; Sauva (...)
  • 189 Le service est attesté en 806/1403, Ṣayrafi, II, p. 181 ; comme en 813/1410, Sulūk, IV/I, p. 146 ; (...)
  • 190 Ẓāhiri, p. 120 ; Sauvaget (1941a), p. 82-83.
  • 191 Cela est attesté sous le règne de Barsbāy (825/1422-841/1438), Schiltberger, p. 68-69/ p. 53. En 8 (...)
  • 192 En 885/1480-1481, un courrier de Ruhā apprit le massacre de l’armée, Ibn Iyās, III, p. 170 ; Histo (...)
  • 193 En 827/1424, un messager à dromadaire arrivait de Damas au Caire pour annoncer la prise d’un émir (...)
  • 194 Le remplacement des messagers à plumes par des messagers à dromadaire apparaît graduellement dans (...)
  • 195 Sauvaget (1941a), p. 81.

43En Syrie, le réseau tendit également à diminuer, après l’invasion de Tamerlan en 803/ 1400-1401 qui voua la poste à la ruine188, sans toutefois la suspendre189 : si le nombre des chevaux fut réduit sous le règne de Mu’ayyad (815/1412-824/1421)190, celui des pigeons dut également baisser. Cependant, l’Afrique demeurait en liaison avec l’Asie jusqu’à la moitié du ixe/xve siècle191, bien que les grandes nouvelles, comme celles de l’armée192 ou du sultan193 vouées à prendre le chemin du ciel, fussent souvent emportées par des courriers à dromadaire194. Des relais d’un nombre infini n’offraient plus d’intérêt comme aux premiers temps de l’empire, quand pesaient les dangers mongol et franc, si bien que l’entretien de maints colombiers devait être déploré comme des frais inutiles : le sultan préférait acquérir des mamelouks pour s’affermir au trône195, plutôt que d’assurer la transmission des billets par la voie des airs. En clair, il préférait étendre sa puissance sur la terre que d’être promptement instruit par le ciel d’orages lointains ou des nouvelles les plus indifférentes, comme les incidents bénins : le péril couvait au sein de la capitale pour éclater souvent à l’ombre de la citadelle ; l’ennemi n’était plus aux bornes de l’empire, mais aux portes du palais. A chaque temps sa primauté.

44Si la poste des airs abbasside sombra dans l’oubli, la renommée du réseau mamelouk franchit les mers pour gagner l’Italie portée par son prodigieux effet. Ainsi, l’Arioste doit en évoquer les relais dans une strophe du Roland furieux (XV, 90) : dès que la mort de l’affreux bandit Orrile (issu de l’union d’un elfe et d’une fée) fut certaine, le gouverneur du château de Damiette attacha sous l’aile d’un pigeon une lettre qu’il alla porter au Caire. De là, un autre fut lancé qui partit pour ailleurs,

  • 196 L’Arioste, I, p. 587.

... corne quivi è stilo,
Si che in pochissime ore andò l’aviso
Per tutto Egitto, ch’era Orrilo ucciso.
Comme, dans ces pays, c’en est l’usage,
Si bien qu’en peu de temps l’Égypte sut,
Par la rumeur, qu’Horrile avait vécu196.

45Ainsi la réalité nourrit la fiction.

Notes

1 Le dernier pigeon s’en était envolé l’année même, chargé d’un triste message : il fut le premier qui porta à Ḥamā les nouvelles de la victoire mongole, Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 165 r° ; Eddé, p. 180.

2 Alāq, I/I, p. 40 ; Ibn al- Šiḥna, p. 54-55/p. 46 ; Herzfeld, I, p. 118 ; Eddé, p. 344.

3attā lam yubqū bihā aṯaran, comme le rapporte Alāq, loc. cit.

4 Herzfeld, I, p. 85-87.

5 Remplois dans les saillants, fûts de colonnes couchées et noyées dans les murailles, Herzfeld, I, p. 81-85.

6 Comme le révèle un texte mutilé, Herzfeld, I, p. 89, n° 39. Une inscription commémore également la construction d’un arsenal dans l’enceinte de la citadelle en 625/1228, Herzfeld, I, p. 136-137.

7 Ibn Wāṣil, ms Paris, fol. 165 r° ; Abu l-Maḥāsin, VII, p. 104, 105.

8 Selon Maqrizī, I, p. 227 ; Sulūk, I/II, p. 446 ; trad. Quatremère, I/I, p. 142 ; Sauvaget (1941a), p. 10. Ibn Iyās, I, p. 331-332, met la création de la poste en 669/1270. Mais il se trompe d’année, comme le note Sauvaget, loc. cit. n. 33. On ne peut donc le suivre, car il ne fait pas grande autorité sur cette période historique.

9 Également appelé Quṣayr al-Qawāfil, Nu‘aymī, II, p. 366, puis devenu Ḫān Quṣayr, où subsistent les ruines d’un caravansérail ayyoubide.

10 Sauvaget (1941a), p. 30-31.

11 Ibn Šaddād, p. 357 ; Yūnīnī, éd. Hyderabad, III, p. 260-261 ; Kutubī, I, p. 244 (les deux derniers passages omettent Nebek).

12 Une dépêche de Bīra tombait à Ḥamā, puis à Damas, Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, p. 224 ; Sulūk, I/II, p. 524 ; trad. Quatremère, II/I, p. 2.

13 L’expression est de Ḥusn, p. 87 ; Amitai-Preiss, p. 202-203.

14 Aussi Ayalon, p. 301, se méprend-il : la forme et l’étendue du réseau n’étaient pas inconnues auparavant.

15 Comme la Palestine n’était pas desservie, la dépêche de Bīra fut emportée par la poste de Damas à Yubnā, Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Sulūk, loc. cit. ; trad. Quatremère, loc. cit.

16 Maints colombiers présentés par Sauvaget (1941a), p. 37-39, n’existaient pas au temps de Baybars.

17 Ibn ‘Abd al-Ẓāhir, loc. cit. ; Sulūk, loc. cit. ; trad. Quatremère, loc. cit.

18 Ibn Ḫurradāḏba, p. 78/57 ; Qudāma, p. 219/167.

19 Iṣṭaḫrī, p. 65 ; Ibn Ḥawqal, p. 185/I, p. 183 ; Idrisī, p. 378.

20 Elle ne l’était pas sous le règne de Baybars, comme pourrait le suggérer un passage de Waṣṣāf, à d’autres égards, peu crédible, comme l’a démontré Amitai-Preiss, p. 131 : l’appel au secours des habitants de Bīra assiégée par les Mongols en 663/1264 serait parvenu au Caire par la voie des airs, après avoir transité par Ḥamā et Homs. Mais il ne pouvait pas avoir dépassé Damas.

21 Sulūk, I/III, p. 696-697 ; trad. Quatremère, II/I, p. 40. Dans son mémento, le sultan rappelle à son fils l’importance du convoyage des pigeons du Caire à Gaza, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/416.

22 Sulūk, I/III, p. 714 ; trad. Quatremère, II/I, p. 61 ; Hellenkemper, p. 87.

23 Tašrif, p. 29-30 ; Baybars, p. 245 ; Abu l-Fidā, IV, p. 18 ; Nuwayrī, XXXI, p. 38 ; Ibn Habib, I, p. 80 ; Ibn al-Furāt, VII, p. 274 ; Sulūk, loc. cit.

24 Le mérite revient à Dörner de l’avoir identifié et publié, p. 320-325, pl. 79 B ; repris par Hellenkemper, p. 96-97, 262-263.

25 Date de la plus ancienne inscription, Kraemer, p. 306.

26 Ses différents noms ont été relevés par Hellenkemper, p. 51.

27 Vardan le Grand cité par Dédéyan, p. 1092.

28 Dédéyan, p. 1092-1095. Voir aussi Grousset, II, p. 305 ; Hellenkemper, p. 51-52 ; E. Honigman-[C. E. Bosworth], EI2, VIII, p. 625 (Rūm Ḳal‘esi).

29 Bar Hebraeus, p. 461 ; E. Honigman-[C. E. Bosworth], op. cit., p. 626 ; Canard (1967), p. 243 ; Hellenkemper, p. 52-53 ; Amitai-Preiss, p. 180. Incursion vaguement évoquée par d’autres sources, comme A‘lāq, I/II, p. [83] 320 ; Ibn al-Furāt, VII, p. 141 ; Sulūk, I/II, p. 652.

30 Bar Hebraeus, p. 493 ; Baybars, p. 288-289 ; Abu l-Fidā, IV, p. 26-27 ; Nuwayrī, XXXI, p. 226-240 ; Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 323-333 ; Mufaḍḍal, II, p. 552-553 [388-389] ; Ibn Kaṯīr, XIII, p. 327 ; Ibn Ḥabīb, I, p. 149-153 ; Ibn al-Furāt, VIII, p. 136-142 ; Qalqašandī, IV, p. 120 ; Sulūk, V III, p. 778 ; trad. Quatremère, II/I, p. 141 ; ‘Aynī, III, p. 110-119 ; Abū 1-Maḥāsin, VIII, p. 12.

31 Comme Ibn al-Dawādārī, IX, p. 8, 26, 111, 220, 221, 227, 267 ; Ẓāhiri, p. 117.

32 Ibn al-Furāt, VIII, p. 137.

33 Nuwayrī, XXXI, p. 249-250 ; Ibn al-Dawādārī, VIII, p. 340-341 ; Mufaḍḍal, II, p. 558-559 [394-395] ; Ibn Ḥabīb, I, p. 160 ; Ibn al-Furāt, VIII, p. 156 ; Sulūk, I/III, p. 784 ; trad. Quatremère, II/ I, p. 147-148 ; Abu l-Maḥāsin, VIII, p. 14.

34 Mufaḍḍal, II, p. 558 [394] ; Ibn al-Furāt, loc. cit. Elle ne fut jamais donnée par Hūlāgū à la Cilicie, comme le prétend Mik‘ayelyan, p. 333. Il se fonde sur un passage de Hayton, p. 171 : le conquérant avait remis plusieurs terres et châteaux au roi d’Arménie. Mais nul nom n’y figure. Cette erreur est reprise par Canard (1967), p. 222.

35 Abū l-Fidā, IV, p. 5 ; Canard (1967), p. 236.

36 ‘Umari, p. 254, 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 394 ; Maqrīzī, II, p. 231 ; Ẓāhirī, p. 117.

37 Ẓāhirī, p. 116.

38 Qalqašandī, XIV, p. 393.

39 Qalqašandī, XIV, p. 389, 392 ; Ḫālidī, fol. 105 r°, 105 v°.

40 Selon Maqrizī, II, p. 231.

41 Celle de ‘Umarī, p. 254-255 ; trad. Hartmann, p. 500-501 ; reprise par Qalqašandī, I, p. 118 ; XIV, p. 392-394 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 253-254, comme celle de Ẓāhirī, p. 117.

42 Ainsi, les relais de Rosette et de Burullus sont seulement signalés par Sulūk, III/I, p. 133 ; celui de Ğabala, par Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 178 ; celui de Ṣubayba, par Maqrizī, II, p. 232 ; celui de Salamiyya, par Sulūk, III/II, p. 720 ; Ṣayrafī, I, p. 309 ; ceux de Šayzar, d’Abū Qubays, de Baġrās, de Rāwandān, de Darbsāk et de ‘Ayntāb par Baybars, p. 200. Quant au colombier de Kaḫtā, seules ses ruines attestent son existence.

43 ‘Umarī, p. 254 ; Anṣārī, p. 14/49 ; Qalqašandī, XIV, p. 392 ; Ẓāhirī, p. 117.

44 ‘Umarī, loc. cit. ; Anṣārī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit.

45 Qalqašandī, XIV, p. 392, reproche à ‘Umarī de ne pas citer les colombiers qui permettaient aux dépêches de gagner Assouan et ‘Ayḏāb.

46 ‘Umarī, loc. cit. ; repris par Qalqašandī, I, p. 118 ; XIV, p. 392, signale l’abandon du réseau de Haute-Égypte, sans en donner la date. En 721/1321, le relais de Qūṣ ne fonctionnait plus : la destruction de six églises fut annoncée au Caire par un esclave du gouverneur, alors qu’elle aurait dû l’être par la voie des airs, comme les démolitions similaires d’Alexandrie et de Damanhīr, Sulūk, II/ I, p. 218-219.

47 Ẓāhiri, loc. cit.

48 ‘Umarī, p. 244 ; Qalqašandī, XIV, p. 374.

49 Qalqašandī, XIV, p. 374-375 ; Garcin, p. 367.

50 Sur l’abandon de cette piste, voir Garcin, p. 420-425.

51 Ẓāhirī, p. 118, signale à tort une voie postale d’Assouan à ‘Ayḏāb et semble ignorer la destruction de la ville, comme le note Garcin, p. 422.

52 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Casanova, p. 597.

53 Ẓāhirī, p. 117. ‘Umari, loc. cit., omet de signaler les stations par lesquelles les dépêches passaient pour gagner Alexandrie et Damiette, comme le note Qalqašandī, XIV, p. 392. Même lacune dans Anṣārī, loc. cit.

54 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. ; Maqrizī, II, p. 232 ; Ẓāhirī, loc. cit. Cette direction était également appelée Šarqiyya, Maqrīzī, II, p. 231.

55 Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 412/417 ; Anṣārī, loc. cit. ; ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. La halte des caravanes se faisait à ‘Ağrūd, 20 km au nord-ouest, Jomier, p. 180-181.

56 Comme le rappelle Qalāwūn dans le mémento dédié à son fils, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 412 et 417.

57 Ḫālīdī, fol. 105 v°, et Ẓāhirī ne le signalent pas.

58 Maqrizī, II, p. 231, le désigne sous l’expression « le premier relais » (awwal al-marākiz), qui a disparu du passage repris par Suyūṭī, II, p. 313 ; Ṭawq, p. 61.

59 Sulūk, III/I, p. 133.

60 ‘Umari, p. 254 ; Qalqasandi, XIV, p. 392 ; Ẓāhirī, p. 117.

61 Ẓāhirī, p. 42 ; Marmardji, p. 157.

62 ‘Umarī, p. 254 ; Qalqašandī, XIV, p. 393 ; Ẓāhirī, p. 117.

63 Ces deux relais figurent seulement dans Ẓāhiri, loc. cit.

64 Dans son mémento, Qalāwūn souligne à l’attention de son fils l’importance du convoyage des pigeons à Gaza, afin que les dépêches parviennent le jour même à Damas, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/ 416.

65 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, loc. cit. ; Ẓāhirī, loc. cit., omet trois relais : Ludd, Qāqūn et Irbid.

66 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 393. Quant à Ẓāhirī, p. 117, il fait partir la ligne de Baysān et non de Ğīnīn.

67 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit.

68 Ibn Qāḍī Šuhba, IV, p. 350 ; Ibn Iyās, I/II, p. 582.

69 Cette ligne n’est mentionnée que par Ẓāhirī, loc. cit.

70 ‘Umari, loc. cit. ; Qalqašandī, loc. cit. ; Ẓāhirī, loc. cit.

71 La liaison Damas-Beyrouth est signalée par Sālih b. Yahyā, p. 35, et Ẓāhiri, loc. cit.

72 Ẓāhirī, loc. cit., l’appelle Tarbala. Comme Sauvaget (1941a), p. 77, n. 302, je n’ai pu l’identifier. La distance de Damas à Tripoli était de 90 milles (180 km), selon Taqwīm, p. 253/II/II, p. 30, et maintenant de 197 km, Moyen-Orient, p. 192 ; les dépêches devaient effectivement changer de pigeon dans une poste intermédiaire.

73 Cette liaison n’est citée que par Ibn Baṭṭūṭa, I, p. 178.

74 Liaison signalée uniquement par Maqrizī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

75 Elle passa longtemps pour franque, alors qu’elle fut érigée en 625/1227-1228 par ‘Azīz ‘Uṯmān, voir Ellenblum.

76 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 393, 394 ; Ẓāhirī, loc. cit. (ce passage erroné signale une liaison impossible : Alep-Qabāqib-Tadmur-Raḥba).

77 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 394.

78 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258, 260.

79 ‘Umarī, loc. cit. ; Qalqašandī, XIV, p. 393 ; Ẓāhirī, loc. cit., insère Ḫān Tūmān entre Ma‘arrat al-Nu‘mān et Alep. Mais comme la distance qui sépare cette localité d’Alep n’est que de 14 km, il ne peut s’agir que d’un relais de chevaux, comme l’avance Sauvaget (1941a), p. 91-92.

80 Alāq, I/I, p. 40 ; Ibn al-Šiḥna, p. 54/p. 46.

81 Il n’est connu que par un passage de Sulūk, III/II, p. 720 ; Sayrafī, I, p. 309.

82 Seul Baybars, p. 200, les mentionne en 680/1281.

83 Ces trois relais ne sont attestés que par Baybars, p. 200.

84 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqasandi, XIV, p. 394 ; Ẓāhiri, loc. cit. La liaison Alep-Bīra apparaît également dans ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.

85 ‘Umarī, p. 252 ; Qalqašandī, XIV, p. 384.

86 ‘Umarī, p. 255 ; Qalqašandī, XIV, p. 394.

87 ‘Umarī, p. 252 ; Qalqašandī, XIV, p. 384.

88 Ẓāhirī ne le signale pas.

89 Relais mentionné seulement par Baybars, p. 200.

90 Maqrizī, II, p. 231.

91 Ibn Ḫurradāḏba, p. 98/71 ; Qudāma, p. 218/166.

92 La première distance est donnée par Ibn Ḫurradāḏba, loc. cit. ; Qudāma, loc. cit. ; la seconde par Ibn Ḫurradāḏba, p. 76/56.

93 La distance de Ḥamā à Alep est de 153 km par voie de terre ; et d’Alep à Bīra, de 115 km à vol d’oiseau.

94 La première distance figure dans Moyen-Orient, p. 192 ; la seconde dans Baedeker, p. 329. A vol d’oiseau, les deux villes ne sont séparées que de 220 km.

95 Moyen-Orient, p. 232.

96 Ibid., p. 232, 234.

97 Masālik, éd. Sayyid, p. 42 ; Maqrizī, II, p. 211. Le barīd équivalait à quatre parasanges (24 km), Hinz, p. 55.

98 A la fin du xixe siècle, la distance qui séparait les colombiers militaires ne dépassait pas en France 285 km à vol d’oiseau, suivant Du Puy de Podio, p. 89 ; 300, suivant Rabaud, p. 93 ; ou 330, suivant Mégnin, p. 349.

99 ‘Umarī, p. 239 ; repris par Qalqašandī, XIV, p. 372 ; Sauvaget (1941a), p. 27-28.

100 Ainsi Qalqašandī, IV, p. 114, situe Tadmur à 59 milles (118 km) de Damas, alors que la route compte 230 ou 240 km par le désert et 220 par le ciel. Pline, V, XXI, § 88, se trompe plus encore : elle ne serait que de 27 milles (moins de 40 km). Dussaud, p. 248, évoque ce passage sans réagir. Musil croit que Pline évalue la distance à 176 milles romains, Palmyrena, p. 240.

101 Maqrīzī, I, p. 184, 227, ne donne que 42 milles (84 km) de Warrāda à Gaza, en reprenant un passage d’Ibn Ḫurradāḏba : il saute les 16 premiers (de Gaza à Rafah). Aussi Wiet les a rétablis dans son édition, III, p. 226 ; IV, p. 85.

102 Taqwim, p. 267/II/II, p. 44. La distance actuelle serait de 70 km, selon N. Elisséeff, EI2, V, p. 928 (Ma‘arrat al-Nu‘mān), ou de 87, selon Moyen-Orient, p. 286.

103 Taqwim, p. 255/II/II, p. 33. Yāqūt, I, p. 673, donne la distance en parasange : 12. La route actuelle comporte 93 km, d’après Moyen-Orient, p. 50 ; ou 104, d’après Baedeker, p. 310.

104 La première distance est donnée par Boucheman, p. 15 ; la seconde par Moyen-Orient, p. 266. Mais selon Baedeker, p. 432, elle ne serait que de 56 km.

105 « Deux projets... », p. 432-433 ; Devise, p. 242.

106 « Deux projets... », p. 433, 455-456 ; Devise, p. 242.

107 Devise, p. 243. Cette distance est plus vraisemblable que les 6 lieues (24 km) données par « Deux projets », p. 433, 434.

108 Moyen-Orient, p. 284.

109 Yāqūt, I, p. 712. Une distance similaire, 16 lieues (64 km), figure dans « Deux projets », p. 434, 456-457. L’ancienne route des caravanes comporte à présent 61 km, Égypte, p. 215.

110 Ibn Ḫurradāḏba, p. 80/59 ; passage traduit par Marmardji, p. 103 ; Qudàma, p. 220/167 ; Maqrīzī, I, p. 183, 227 ; éd. Wiet, III, p. 224 ; IV, p. 85. Devise, p. 243, donne encore moins : 9 lieues (36 km). La distance est de 50 km à vol d’oiseau.

111 Dont 12 jusqu’à Kuswa, Taqwim, p. 253/II/II, p. 31.

112 Ibn Ḫurradāḏba, p. 98/71 ; Qudāma, p. 218/166. La distance actuelle est de 45 km, Palmyrena, p. 249.

113 La distance actuelle est de 47 km, Moyen-Orient, p. 192. Mais elle serait de 58 km, selon Baedeker, p. 357, 358.

114 Qabāqib étant située à 90 km de Tadmur, et Suḫna à 56, Baedeker, p. 342.

115 Qalqašandī, IV, p. 123-124.

116 Ibid., p. 232, 234.

117 Ibid., p. 50. Cette distance semble plus exacte que celle de Baedeker, p. 285 : 147 km.

118 Ibn Ḫurradāḏba, p. 80/58 ; Qudāma, p. 219/167. Bien qu’il reprenne ce passage, Maqrīzī, I, p. 184, 227, ne donne que 42 milles (84 km) : les 16 premiers (de Gaza à Rafah) ont disparu. Aussi Wiet dans son édition, III, p. 226, et IV, p. 85, a rétabli le fragment omis.

119 La première distance figure dans « Deux projets », p. 432, 454-455 ; la seconde dans Devise, p. 241-242.

120 Moyen-Orient, p. 360.

121 Ibid., p. 232.

122 Taqwim, p. 249/II/II, p. 27 ; Marmardji, p. 126. La distance actuelle est de 153 km, Moyen-Orient, p. 192. Aussi celle que donne Qalqašandī, IV, p. 111, reprise par Marmardji, loc. cit., 36 milles (72 km), est erronée, probablement altérée, puisqu’elle provient d’une même source, ‘Azīzī : le mot siṭṭūna (soixante) est devenu ṯalāṯūna (trente).

123 Égypte, p. 235. Elle n’est que de 125 km à tire-d’aile.

124 Elle n’est cependant que de 110 km à vol d’oiseau.

125 Sur cette route du Nil à la mer Rouge, voir Couyat, p. 141-142.

126 Samūm muhraq comme le dit Maqrizi, I, p. 203 ; éd. Wiet, III, p. 303.

127 Qalqasandi, XIV, p. 392, souligne que ‘Umarī omet de les citer : ce silence suggère peut-être leur absence.

128 Ainsi ‘Umarī, p. 254, repris par Qalqašandī, XIV, p. 392, ne signale pas les deux relais qui reliaient Le Caire, d’une part, à Damiette et, de l’autre, à Alexandrie.

129 Maqrizī, II, p. 232 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 n.

130 Comme l’avançait Sauvaget (1941a), p. 39.

131 Dörner, p. 320-325, pl. 78, 79 B.

132 Maqrizī, II, p. 231.

133 Fabri, II, p. 488.

134 Maqrizī, loc. cit. ; Casanova, p. 597.

135 Schiltberger, p. 68/p. 53.

136 Frescobaldi, p. 52.

137 Maqrīzī, loc. cit. ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

138 Du Puy de Podio, p. 88-89. Cependant, La Perre de Roo (1877), p. 95, estimait les besoins de chaque forteresse à un millier de pigeons : pendant le siège de Paris, la poste en avait libéré près de 400 ; repris par Gobin, p. 213.

139 Comme en 698/1299, Yūnīnī, éd. et trad. Guo, p. 61/p. 117 ; ou en 806/1403-1404, Ibn Qāḍī Šuhba, IV, p. 350.

140 Comme en 802/1400, Ibn Iyās, I/II, p. 582.

141 Ẓāhiri, p. 42 ; Marmardji, p. 157.

142 Comme les désignait Qalāwūn dans son mémento, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/416.

143 Dömer, p. 320-325, pl. 78, 79 B.

144 Ibn al-Dawādāri, IX, p. 258, 260.

145 Sur ce caractère de la poste mamelouke, voir Sauvaget (1941a), p. 14-16.

146 Qalqašandī, XI, p. 93.

147 Ḫālidī, fol. 105 r°.

148 Maqrizī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n.

149 Idem, loc. cit. ; passage traduit par Quatremère, loc. cit.

150 Terme qui désigne le chef du colombier d’Alep (barrāğ Ḥalab), ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245 ; et celui du colombier de Raḥba (barrāğ al-Raḥba), ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 337.

151 En 710/1310, on demande au chef du colombier d’Alep d’apporter des pigeons de Bīra, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.

152 Fonction attestée en 693/1293 par le chef du colombier d’Alexandrie, ‘Aynī, III, p. 228 ; en 711/1311, par celui de Raḥba, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 337 ; et celui du colombier de Damas qui est censé avoir délivré un billet, Ibn al-Dawādāri, IX, p. 214.

153 Ibn al-Dawādārī, IX, p. 215.

154 Maqrīzī, II, p. 211.

155 On rencontre ce pluriel dans Ẓāhirī, p. 117.

156 Ibn Šaḍḍād, p. 357 ; Yūnīnī, éd. Hyderabad, III, p. 260, 261 ; Kutubī, I, p. 244.

157 Maqrīzī, II, p. 231.

158 Selon Maqrizi, II, p. 231, 232 ; Casanova, p. 597.

159 Maqrīzī, II, p. 231 ; Suyūṭī, II, p. 314.

160 Sa fonction avait été déterminée dans les Tamā’im al-ḥamā’im de Muḥyī al-Dīn b. ‘Abd al-Ẓāhir, selon Ṭawq, p. 61.

161 Ses obligations avaient été définies dans un paragraphe du même ouvrage, Ṭawq, loc. cit.

162 Ẓāhirī, p. 117.

163 Rāġib, « Une vente à livrer... », p. 133-136.

164 Abġāl li l-tadriğ, Ẓāhirī, p. 117 ; abġāl al-ḥaml, Maqrizī, II, p. 231.

165 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 118 n. ; Casanova, p. 597.

166 Comme le recommande Qalāwūn à son fils, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/416.

167 Comme le suggère un passage de ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245. On lit également dans Qalqašandī, XI, p. 92 : iqāmat nuwab al-ḥamām.

168 Šāfi’b. ‘Alī, p. 411.

169 Qalqašandī, I, p. 118 ; Ḫālidī, fol. 105 r°.

170 En 710/1310, le gouverneur demande au chef du colombier d’Alep s’il a des pigeons « pour Bīra » (li l-Birā) (entendre : qui en sont originaires), car il peut n’en avoir plus en réserve. Comme il lui répond par l’affirmative, il lui ordonne de lui en apporter un lot (nawba), ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.

171 Qalqašandī, I, p. 118.

172 Qalqašandī, XI, p. 92. Le gouverneur de Šarqiyya devait convoyer les pigeons jusqu’au colombier de Suez, Šāfi ‘ b. ‘Alī, p. 412/417.

173 En 688/1289, plus de quarante pigeons furent convoyés au Caire par le gouverneur de Ṣubayba, où ils restèrent quelque temps sans emploi. Mais l’imminence de leur mue poussa à en libérer dix un mercredi, simplement pour en accuser réception, Maqrizī, II, p. 232.

174 Ḫālidī, fol. 105 r°-v°.

175 Qalqašandī, I, p. 119 ; Maqrizī, II, p. 211.

176 Maqrīzī, II, p. 231-232.

177 Comme le révèle le mémento de Qalāwūn, Šāfi‘ b. ‘Alī, p. 411/417.

178 Comme en 693/1293, ‘Aynī, III, p. 693 ; et, en 710/1310, ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 337.

179 ‘Aynī, ms Beyazit 2393, p. 245.

180 Comme l’appelait justement Sauvaget (1941a), p. 17.

181 Qalqašandī, I, p. 119 ; Maqrizī, II, p. 211. Sur le rôle des deux fonctionnaires, voir Sauvaget (1941a), p. 17-18.

182 Maqrīzī, II, p. 231 ; passage traduit par Quatremère, Histoire des sultans Mamlouks, II/II, p. 120 n. ; Suyūṭī, II, p. 314 ; Ṭawq, p. 61.

183 Qalqašandī, I, p. 119.

184 Maqrizī, loc. cit. ; Casanova, p. 597.

185 Sulūk, II/III, p. 728 ; Abū 1-Maḥāsin, X, p. 157 ; Sauvaget (1941a), p. 81.

186 Au ixe/xve siècle, Ḫālidī, fol. 105 v°, Ẓāhirī, p. 117, ne signalent plus que trois liaisons (Alexandrie, Damiette et Qaṭyā), et Maqrizī, II, p. 232, qu’une seule, la dernière. Elle est souvent citée dans les sources, comme en 807/1405, Sulūk, III/III, p. 1161 ; Ṣayrafī, II, p. 201 ; en 813/1410, Sulūk, IV/I, p. 152 ; en 814/1411, Sulūk, IV/I, p. 174 ; et, en 828/1425, Ṣayrafi, III, p. 93. La relation d’Alexandrie avec la capitale est attestée en 1507 par Martin von Baumgarten, p. 33 ; passage traduit par Churchill, I, p. 437.

187 En 882/1477, le départ de Qā’itbāy de Gaza pour l’Egypte fut annoncé par messager, Ibn Iyās, III, p. 138 ; Histoire, p. 154 ; comme devait l’être son arrivée à Qaṭyā, malgré le relais de pigeons.

188 Qalqašandī, XIV, p. 372 ; Maqrīzī, I, p. 227 ; éd. Wiet, IV, p. 88 ; Ibn Iyās, I/I, p. 332 ; Sauvaget (1941a), p. 82. Désormais, les départs et les arrivées de la poste ne sont plus signalés dans Sulūk et Ṣayrafi.

189 Le service est attesté en 806/1403, Ṣayrafi, II, p. 181 ; comme en 813/1410, Sulūk, IV/I, p. 146 ; et, en 815/1412, Sayf, p. 311.

190 Ẓāhiri, p. 120 ; Sauvaget (1941a), p. 82-83.

191 Cela est attesté sous le règne de Barsbāy (825/1422-841/1438), Schiltberger, p. 68-69/ p. 53. En 842/1439, une dépêche damascène tombe au Caire, Ibn Ḥağar, IX, p. 71.

192 En 885/1480-1481, un courrier de Ruhā apprit le massacre de l’armée, Ibn Iyās, III, p. 170 ; Histoire, p. 188 ; en 895/1490, un autre, le siège de Kuwāra, Ibn Iyās, III, p. 273, 274 ; Histoire, p. 307, 308.

193 En 827/1424, un messager à dromadaire arrivait de Damas au Caire pour annoncer la prise d’un émir rebelle, Ibn Ḥağar, VIII, p. 39 ; en 882/1477, un courrier apprenait l’entrée de Qā’itbāy à Alep, puis son départ vers l’Euphrate, Ibn Iyās, III, p. 135 ; Histoire, p. 151. A quelque temps de là, un autre, son retour de Syrie, Ibn Iyās, III, p. 138 ; Histoire, p. 154.

194 Le remplacement des messagers à plumes par des messagers à dromadaire apparaît graduellement dans les sources, Sulūk, IV/II, p. 870, 891, 892,958 ; Ibn Ḥağar, VIII, p. 39 ; Abu l-Maḥāsin, XV, p. 65, 77, 429 ; XVI, p. 109, 110 ; Ibn Iyās, III, p. 135, 138, 227, 273, 274, 452 ; Histoire, p. 151, 154, 254, 307, 308,493.

195 Sauvaget (1941a), p. 81.

196 L’Arioste, I, p. 587.

Table des illustrations

Légende 1a. Ruines de l’aqueduc de Kaḫtā qui contient le colombier mamelouk.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende 1b. Escalier intérieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende 1c. Colombier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1223/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540