Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie III. Construction des savoirs

Une renaissance du confucianisme en Chine ?

Sébastien Billioud

Texte intégral

1Mars 2011

2Évoquer un retour du confucianisme en Chine aujourd’hui n’est pas le moindre des paradoxes au regard des attaques multiformes dont il a fait l’objet au XXe siècle. Avec la fin de l’Empire, il perd son rôle politique et social central, sa dimension totalisante aussi, ne subsistant plus que sous la forme de projets épars, qu’ils soient idéologiques, religieux ou intellectuels. Après 1949, son sort paraît scellé sur le continent. Le maoïsme combat d’abord les « quatre vieilleries » (idées, culture, coutumes, habitudes) et lance même, pendant la Révolution culturelle, une célèbre campagne de critique de Confucius et de Lin Biao. La politique de réforme et d’ouverture conduite depuis le début des années 1980 entraîne ensuite, du fait des mutations profondes du pays, un mouvement d’individualisation de la société chinoise qui se manifeste dans les domaines les plus divers (activité économique et professionnelle, relations familiales, relations entre sexes, références culturelles, etc.). Un tel contexte ne semble a priori guère constituer un terrain favorable à une « renaissance confucéenne ».

3Pourtant, depuis une dizaine d’années, la référence au confucianisme revient avec force dans la société chinoise. Largement réinventée, porteuse d’une part de rêve et d’utopies, non dénuée parfois d’une certaine dimension nationaliste à laquelle on ne peut cependant pas la réduire, elle se manifeste de façons très diverses.

4Dans le domaine éducatif, on assiste à la redécouverte des textes classiques confucéens par des publics variés et notamment à leur apprentissage par les enfants. Ce phénomène prend place très largement en marge du système d’éducation obligatoire, le plus souvent sous la forme d’activités extrascolaires. Les méthodes d’apprentissage (souvent des lectures répétées, jusqu’à la mémorisation, de textes souvent difficiles par de jeunes enfants afin de tirer partie de leurs capacités de mémorisation) prennent fréquemment l’éducation « occidentale » et son primat de la compréhension du contenu inculqué pour contremodèle. On ne parle pas là d’un mouvement négligeable (aucun chiffre n’existe, mais le phénomène toucherait des millions de personnes). Dans ses formes les plus radicales, ce mouvement va jusqu’à la réouverture d’institutions traditionnelles (écoles privées dispensant un enseignement en grande partie basé sur les classiques). Ce dernier phénomène, quoique très marginal, connaît aujourd’hui un développement rapide et donne parfois lieu à de véritables expérimentations pédagogiques. Ce « retour aux textes classiques » (où les sources confucéennes, tout en étant dominantes ne sont pas nécessairement exclusives) ne se limite pas aux enfants et touche également des strates très variées de la population et est par exemple très notable chez les entrepreneurs.

5Cet engouement a parfois des objectifs utilitaires (acquisition d’un capital culturel, niveau scolaire des enfants ou encore sources de profit car il y a un « business du confucianisme »), mais revêt souvent également une dimension plus « spirituelle » de culture de soi qui fait aussi écho à la multiplicité des initiatives tendant à réactiver des rituels confucéens : cérémonies en l’honneur de Confucius dans les temples ou réinvention de grands rites de passages (remise du bonnet viril, mariages, funérailles). On se rapproche ici d’une dimension religieuse du confucianisme, qui peut être ou non revendiquée. Elle l’est parfois ouvertement par des activistes qui s’emploient concrètement à ouvrir des « lieux de cultes » alors que le confucianisme ne compte pas aujourd’hui parmi les cinq religions officielles. Des intellectuels inspirés par le confucianisme proposent des gammes de solutions différentes pour institutionnaliser de nouveau celui-ci sur le plan religieux, que ce soit comme l’une des religions officielles, comme religion d’État ou comme « religion civile ».

6Les exemples de cette réactivation du confucianisme aujourd’hui pourraient être multipliés (création d’organisations non gouvernementales, promotion de la lecture de textes dans les entreprises, réactivation de structures traditionnelles comme les temples ancestraux des lignages, etc.) même si le mouvement, dans l’ensemble, demeure très peu structuré et que les quelques organisations qui tentent d’émerger ont encore des bases très fragiles. Il faut souligner qu’il s’agit dans une large mesure d’un phénomène populaire et non coordonné. Divers facteurs peuvent l’expliquer.

7Un premier type d’explications est historique. Tout d’abord, le retour actuel d’une référence au confucianisme ne part pas de rien. Il y a eu, tout au long du XXe siècle, des lignes de continuité qui ont pu prendre des formes diverses (projets intellectuels, éducatifs, religieux, idéologiques), mais ont perpétué des fragments de l’héritage confucéen. Le rôle de la Chine de la périphérie (et notamment de Taïwan ou de Hong Kong) peut ici être souligné. Une relecture synthétique de cet héritage fragmenté (et dès lors mal connu) est en réalité nécessaire pour rendre compte de la situation actuelle. En second lieu, le retour du confucianisme est un phénomène qui doit aussi être appréhendé dans le cadre plus général de la relation de la Chine à son passé, et, par extension, dans celui de sa relation au temps. L’un des phénomènes aujourd’hui marquants en Chine est celui d’une « production (ou réappropriation) de passé », qui coïncide, pour reprendre les notions bien connues de Koselleck, avec le double élargissement du champ d’expérience de la population et de son horizon d’attente. Cette production de passé est partielle (les zones « d’oubli » restent nombreuses), largement réinventée, éclectique et va de l’engouement pour les études Ming ou les « études nationales » (guoxue) à des retours de « fièvre maoïste ». Étant donné le poids du confucianisme dans l’histoire chinoise, le renouveau d’une référence à cette tradition dans le contexte actuel n’est dès lors guère étonnant.

8Un second type d’explications est davantage sociologique. On assiste, dans le contexte dominant « d’individualisation de la société chinoise » et de dissolution de toutes sortes de structures de cohésion (de l’unité de travail à la famille) à la constitution d’un contre-courant producteur de « collectif ». La montée en puissance du religieux participe de ce processus. Dès lors, le confucianisme, par son positionnement même, peut non seulement prétendre capter un segment du marché religieux en très forte croissance mais aussi, plus généralement, un segment du marché des valeurs dans une société post-maoïste en partie sécularisée et désidéologisée.

9Quel rôle jouent les autorités dans ce renouveau confucéen ? Un commentaire fréquent est d’associer confucianisme en Chine actuelle et projet idéologique. On cite alors quelques slogans officiels aux vagues accents confucéens (« l’harmonie »), la nécessité d’une idéologie de substitution, le débat des années 1980 sur les « valeurs asiatiques », quelques artefacts culturels (comme le film Confucius de Zhang Yimou) ou encore le fameux « soft power » à la chinoise porté à travers le monde par le réseau d’Instituts Confucius. En réalité, le rôle des autorités ne peut être ni exagéré, ni nié.

10Le rôle des autorités ne peut pas être exagéré car aucun élément probant n’est disponible pour soutenir sérieusement l’hypothèse d’une fonction précise ou importante qui serait attribuée, au sommet, au confucianisme dans la société chinoise, même si les autorités valorisent désormais largement la culture traditionnelle dans le cadre de leur politique culturelle et l’associent de nouveau, symboliquement, à l’image qu’elles projettent de la Chine. En dehors de son soutien épisodique à des activités ponctuelles (quand le ministère de la Culture soutient telle ou telle activité locale comme par exemple une célébration autour d’une figure tutélaire de la civilisation chinoise), la plus grande contribution du gouvernement central à l’égard de la « fièvre confucéenne actuelle » a pour l’instant surtout résidé dans sa tolérance calculée à l’égard d’initiatives prises à la base.

11Au niveau local, les activistes confucéens doivent nécessairement trouver un cadre pour leurs activités et sont, de fait, obligés de négocier en permanence avec les autorités. En l’absence de politique claire au niveau central et du fait de l’extrême diversité des activités proposées, l’attitude des autorités peut varier considérablement en fonction des lieux et des acteurs, allant du soutien affirmé au simple laisser-faire ou parfois à l’interdiction. Quand un soutien est apporté, il peut l’être en fonction de considérations très diverses, qu’elles soient économiques (valorisation touristique et patrimoniale d’un site ou d’un lieu), sociales (par exemple rôle social des halls ancestraux reconstruits pour les personnes âgées), éducatives (promotion de textes confucéens dans des écoles), culturelles, idéologiques et morales (promotion de la piété filiale dans le cadre de campagnes d’éducation patriotique), etc. On soulignera l’importance de l’engagement personnel d’activistes confucéens employés comme cadres au sein même de l’appareil d’État. Cette situation, fréquente, est l’un des moteurs du développement actuel du confucianisme. Elle permet aussi de comprendre que ce dernier se laisse difficilement appréhender par des schémas explicatifs opposant l’État et la société.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site