Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Au fil du temps

Chapitre premier. Les courriers du ciel de l’Empire abbasside

Texte intégral

  • 1 Sur leur emploi dans l’Antiquité, voir RE, IV/B, p. 2494 [Steier].
  • 2 Suivant le pseudo-Wāqidī, I, p. 176, l’émir de ‘Azāz fut averti en 638 par un espion de l’expéditio (...)
  • 3 Évoqués par Ğāḥiẓ, III, p. 190, à Médine, sous le califat de ‘Uṭmān b. ‘Affān ; exterminés à Damas (...)

1Au viie siècle, les pigeons ne devaient plus être que d’étranges messagers en Orient : l’importance qu’ils avaient eue jadis1 était depuis longtemps perdue2. Même les amoureux ne confiaient pas encore secrètement des billets doux aux voyageurs ailés qu’on lâchait dans des concours de vitesse à Médine, Damas et certainement dans toute ville où régnait la colombophilie3, comme le suggère l’absence d’allusions dans la poésie du temps ou attribuée au temps, jusqu’à l’avènement des Abbassides.

  • 4 III, p. 1194, 1196 ; Dozy (1879), p. 224-225. Wellhausen, p. 84/p. 136, 144 n. 33, prétend à tort q (...)

2Pourtant leur fidélité au nid n’était pas ensevelie dans l’oubli : dans l’année de l’hégire 67, que l’Occident chrétien devait appeler l’an 686, comme les troupes rebelles qui brûlaient de venger le martyre du petit-fils du Prophète, Husayn, commençaient à fléchir dans l’ardente bataille qui les opposait durement à l’armée omeyyade de Syrie, près de Mossoul, sur les rives d’une obscure rivière sortie de l’ombre pour lui donner son nom, le Ḫāzir, de gros pigeons blancs soudain s’envolèrent vers le ciel. Malgré l’éloignement (près de 500 km à tire-d’aile), ils parvinrent à retrouver leur chemin et regagner, par des contrées inconnues, leur colombier de Kūfa. Leur retour était un signe convenu pour alarmer le chef du mouvement, Muḫtār b. Abī ‘Ubayd : il les avait dans l’ombre remis à une poignée d’intimes avant le départ, en leur demandant de les libérer, si le combat tournait à l’avantage de l’ennemi, mais de les garder captifs, tant que soufflait le vent de la victoire. Cet emploi devait être cependant extraordinaire, sinon la volée inopinée n’aurait pas ébloui et ranimé la bravoure dans le cœur des guerriers qui triomphèrent : ils les avaient naïvement pris pour des anges en furie envoyés du ciel à leur secours sous la figure pacifique de colombes tombant des nues, dont Muḫtār leur avait prédit la venue. Récit singulier que seul un grammairien, Mubarrad4, dans son traité monumental, le Kāmil, truffé d’indications sans parallèle, a le mérite de confier à la lumière : les autres sources l’ont enseveli dans l’ombre et le silence, même celles qui narrent avec quelque luxe la rébellion dont la furieuse bataille fut le fruit et qui inspirent une grande créance par la seule autorité de leur nom.

  • 5wārazmī, p. 63/p. 141 ; Qalqašandi, XIV, p. 367 ; Maqrīzī, I, p. 226 ; éd. Wiet, IV, p. 84. L’empl (...)
  • 6 Ḥamza, I, p. 39 ; II, p. 27-28 ; Ġurar, p. 398 (où dawāb est rendu par « chevaux » au lieu de « bêt (...)
  • 7 Ibn Ḫurradāḏba, p. 112/85.
  • 8 Silsila, I, p. 118/II, p. 113.

3Malgré le profit que l’on pouvait en tirer, la faculté des pigeons de retourner au colombier, de près comme de loin, par plaines ou montagnes, déserts ou mer, resta longtemps méconnue, même des Omeyyades qui avaient pourtant créé la poste (barīd) pour les besoins du jeune empire qui prit Damas pour capitale : les dépêches étaient couramment portées par des courriers rapides qui passaient dans les voies comme le vent sans arrêter leur galop impétueux que pour changer aux relais leur mule sans queue5, suivant une coutume destinée à marquer les montures chargées d’acheminer la correspondance d’État commune à trois empires d’Orient : la Perse sassanide, qui en fut peut-être le berceau6, Byzance7 et la Chine8.

L’USAGE NAISSANT

  • 9 Qalqašandi, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 250.
  • 10 Ḫaṭīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Waṭwāṭ, II, p. 194 ; awq, p. 43 ; Nahrawālī, p. 98
  • 11 Dans la région d’Ahwāz, ‘Abd Allāh b. Maymūn révélait des faits survenus au loin dont il avait été (...)
  • 12 Témoins les vers de Rabī‘a Raqqī (mort en 198/813) transmis par Ibn al-Mu‘tazz, p. 163, 164, et rep (...)

4Le premier calife abbasside (et sans doute le premier calife de l’Islam) à recourir aux messagers du ciel serait le troisième, Mahdī (158/775-169/785), suivant une compilation tardive, mais digne de foi9, qui pourrait avoir repris une source ancienne maintenant perdue, si elle n’a été pertinemment inspirée par sa passion des courses de pigeons dont Bagdad fut longtemps féru10. L’information est d’autant plus plausible que ces courriers n’étaient pas inconnus dans l’empire : dans maintes provinces parfois reculées (Susiane [Ḫūzistān], Haute-Mésopotamie [Ğazīra qui n’a d’île que le nom] et Syrie du Nord), ils fendaient l’air de leurs ailes rapides, chargés de messages secrets11 qui devenaient galants12 s’ils étaient destinés aux femmes claustrées dans les harems et souvent privées d’autre communication avec l’extérieur, sans éveiller de soupçons jaloux, même s’ils frappaient les regards. Aussi les billets n’étaient-ils généralement pas surpris en chemin, surtout s’ils étaient cachés sous l’aile ou la queue, sauf si des mains ombrageuses s’avisaient à visiter les plumes pour les découvrir ou si des chasseurs lançaient des flèches aux pigeons qui passaient.

  • 13 Mas‘ūdī, IV, § 2809, est seul à signaler le lâcher. Ṭabarī, III, p. 1228, n’évoque qu’une lettre d’ (...)
  • 14 Ibn Ḫurradāḏba, p. 121/92 ; Qudāma, p. 213/163.
  • 15 Sur le vol du pigeon en montagne, voir Du Puy de Podio, p. 25-26.
  • 16 Ṭabarī, loc. cit.

5L’usage public des courriers célestes demeura cependant épisodique. Aussi ne surgissent-ils dans les sources narratives qu’en 222/837 : pour la première fois peut-être, l’armée leur confiait l’honneur de transmettre une grande nouvelle : la prise de Bābak enfui dans les montagnes13, le chef de la secte des Ḫurramiyya dont l’hérésie avait ébranlé l’empire, après deux ans de rude combat. Lâchés à Barzand, dans l’Āḏarbayğān, 14 parasanges (84 km) au nord d’Ardabīl14, où le général turc Afšīn avait dû les recevoir de la nouvelle résidence de Samarra que le calife s’était bâtie au bord du Tigre, ils regagnèrent leur lointain nid, malgré les monts qui s’élèvent très haut vers le ciel, qu’ils n’avaient jamais dû survoler, et la prodigieuse distance (quelque 700 km par la voie des airs) : maintes montagnes qui leur barraient le passage comme d’insurmontables obstacles15, notamment le Sapālān (4811 m), à l’ouest d’Ardabīl et le Sahand (3 798 m), au sud de Tabrīz, avaient dû les obliger à d’énormes détours. Mais comme aucun échange préalable de pigeons n’avait encore permis à la ville perdue de Barzand de correspondre avec la capitale fraîchement fondée, la réponse du calife ne parvint au général que par un courrier de la poste qui avait pris des ailes de vent pour gagner les montagnes16, emporté par le galop d’une mule écourtée, suivant la coutume léguée par les Omeyyades aux Abbassides.

LE RÉSEAU

  • 17 I, p. 96-97 ; repris par Ṭa‘ālibī, p. 370.

6Les liaisons étaient tantôt unilatérales et tantôt bilatérales. Si les pigeons étaient mis en cage pour un voyage de variable durée, puis lâchés au premier message, la correspondance ne s’effectuait que dans un sens unique : ils n’étaient pas dressés à rapporter la réponse. Pour entretenir une correspondance régulière par la voie des airs, il fallait d’abord établir des colombiers d’aller et retour pour échanger des oiseaux captifs, les y tenir quelque temps enfermés, puis les libérer au gré des plis. Mais seul le cœur de l’empire fut doté de relais, dont l’existence serait demeurée inconnue, si elle n’était incidemment révélée par un passage du Livre des animaux (Kitāb al-ayawān) de Ğāḥiẓ17 : « Sans les lettres, les gens de Raqqa, de Mossoul, de Bagdad et de Wāsiṭ ne peuvent savoir ce qui arrive à Basra ou advient à Kūfa dans l’espace d’un jour, si bien que l’événement qui se produit le matin à Kūfa est connu des gens de Basra avant le soir. » Cet éloge des missives fait allusion aux pigeons doués de faculté de direction qui abrègent les distances, comme le dévoile la phrase suivante. La date de création du réseau reste cependant incertaine : indifférent au temps, Ğāḥiẓ a négligé de la donner, comme tant d’autres omises dans son œuvre, la jugeant indigne d’être évoquée, même grossièrement, s’il la connaissait ; aussi n’a-t-il guère daigné fouiller sa mémoire pour en tirer le souvenir éteint, ou interroger les anciens, s’il l’ignorait, car elle ne pouvait être si vite perdue : elle devait remonter au seuil du iiie/ixe siècle, sinon à la fin du précédent, soit quelques décennies avant la rédaction de la monographie qui passe pour antérieure à 232/846. Ainsi le mépris superbe d’un grand esprit pour la précision des dates ensevelit-il dans l’ombre l’origine de la première poste aux pigeons que l’humanité ait probablement établie, dont l’étendue et les messagers de fond restèrent longtemps inégalés.

  • 18 Selon les termes de Ya‘qūbī, p. 233/p. 4.
  • 19 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

7De ce réseau, la ville mère était Bagdad, cœur de l’Iraq, qui semblait aux yeux des indigènes comme de l’Orient musulman le « centre du monde » et le « nombril de la terre »18. Cinq lignes en partaient en étoile, trois au sud, deux au nord. Les pigeons détenus devaient y être répartis en autant de brigades que de directions desservies qu’ils s’empressaient de regagner, dès qu’ils avaient reconquis la liberté à la faveur d’un message. Les villes appelées à correspondre avec la capitale avaient, de leur côté, des colombiers d’internement pour les pigeons de Bagdad qui s’envolaient au nid, sitôt rendus au ciel pour délivrer un pli. Les dépêches ne pouvaient être échangées sans le convoyage des voyageurs ailés d’une place à l’autre. Mais il prenait des jours par les voies les plus lentes : d’abord l’eau (fleuves, canaux et marais, suivant le chemin), puis la terre à dos d’homme19.

  • 20 La première distance est donnée par ifa, p. 183 ; la seconde par Ibn Rusta, p. 182/p. 210.
  • 21 On trouve la première distance dans Qudāma, p. 185/145 ; la deuxième dans Ya‘qūbi, p. 308/p. 139 ; (...)
  • 22 Ya‘qūbi, p. 322/p. 166 ; Tanbīh, p. 360 ; Maqdisī, p. 135 ; Taqwīm, p. 307/II/II, p. 80. Mais suiva (...)
  • 23 Yāqūt, IV, p. 684-685. La route actuelle comporte 469 km, Moyen-Orient, p. 595.
  • 24 Le chemin a perdu 100 km au cours du temps, Moyen-Orient, p. 625. Le voyage devait s’effectuer sans (...)
  • 25 Qudāma, p. 217-218/165-166. Cette route est décrite par Musil, p. 251-253. Idrīsī, p. 655-657, deva (...)
  • 26 La première distance est donnée par Bīrūnī, p. 294/p. 264 ; la seconde par Ibn Ḫurradāḏba, p. 72-73 (...)
  • 27 Idrisī, p. 657. Le décompte de Musil, p. 256 (348 milles), est incomplet en raison des étapes omise (...)
  • 28 Idem, p. 657-659.

8Sa durée variait cependant considérablement, les distances séparant Bagdad des autres villes du réseau allant du simple à plus du quadruple, sans relais intermédiaires pour changer d’oiseau. Les sources les donnent indifféremment tantôt en parasanges persanes actuellement fixées à 6 km, et tantôt en milles qui n’en valaient que le tiers : de la plus proche, Kūfa, 82 ou 93 milles (164 ou 186 km), suivant les uns20, 29, 30 ou 31 parasanges (174, 180 ou 186 km), suivant d’autres21 ; de Wāsiṭ (la cité « centrale » à jamais disparue), 50 (300 km)22 ; de Mossoul, 74 (444 km)23 ; de Basra, 100 (600 km)24 ; enfin de Raqqa, 126 parasanges (756 km) par la voie postale longeant l’Euphrate, ou légèrement plus, 127 et un mille (764 km) en cheminant à l’écart des rives pour arpenter les sables arides, selon certains25, mais 130 (780 km) ou 134 (804 km), selon d’autres26. Cependant, les convoyeurs tournaient peut-être leurs pas vers la route qui s’éloignait de l’Euphrate vers l’orient pour s’enfoncer dans le désert dont elle sortait pour suivre par moments le bord de l’eau : elle devait, en abrégeant les détours, rapprocher les deux villes de près d’un jour, car elle ne faisait que 372 milles (744 km)27. Quant au long chemin dont la courbe immense menait à Samarra et Takrīt avant d’abandonner le Tigre pour l’Euphrate, sa lenteur ne pouvait attirer les pas des porteurs de pigeons : après 171 milles (342 km) pour gagner Takrīt, il durait neuf mortelles journées28.

  • 29 Ya‘qūbi, p. 322/p. 166 ; Qudāma, p. 194/152 ; Tanbih, p. 360 ; Maqdisī, p. 135 ; Bakrī, I, p. 429 ; (...)
  • 30 Ṭabarī, II, p. 1657.
  • 31 Ibn Rusta, p. 180/p. 208.
  • 32 Ğāḥiẓ, III, p. 281.
  • 33 Un pigeon envolé de Samarra tomba dans un bateau sur le Tigre à Bagdad, Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223 ; (...)
  • 34Uyūn, IV/I, p. 330.

9Toutes les lignes du réseau ne convergeaient cependant pas vers la capitale : des liaisons transversales permettaient aux dépêches des trois villes du bas Iraq d’échapper au transit par Bagdad : Basra devait être directement unie à Wāsiṭ et Kūfa, respectivement distantes de 5029 et de 8030 ou de 85 parasanges31 (300, 480 ou 510 km) ; de même, Kūfa à Wāsiṭ, de 50 parasanges. En revanche, elles ne pouvaient probablement correspondre avec les deux cités de Haute-Mésopotamie, Mossoul et Raqqa, qu’indirectement par la capitale, bien que l’espace qui sépare les deux points extrêmes du réseau, Raqqa et Basra (quelque 660 km), fût loin d’être infini pour des pigeons de fond : des courses étaient engagées dans le ciel de la première ville à la seconde32. Toutefois, pour revenir sûrement d’un si long chemin, leur valeur était primordiale, leur sélection impitoyable. Outre ces lignes magistrales, des lignes secondaires devaient relier plusieurs cités que les sources ont laissées dans l’ombre, hormis celle qui unissait les deux capitales de l’empire, l’ancienne et la nouvelle : les dépêches de Samarra tombaient à Bagdad, probablement dès sa fondation en 221/836, sinon légèrement plus tard, bien qu’elles ne soient incidemment révélées qu’en 269/882-88333. Cette liaison certainement bilatérale ne fut pas suspendue par le retour dans la cité des premiers califes en 276/889 : en 327/938-939, un pigeon de Samarra en revint au nid, chargé d’un pli34.

L’EXTENSION DU RÉSEAU

  • 35 En 327/938, un pigeon lâché à Bagdad regagna Takrīt, où se trouvait Rāḍī, Miskawayh, I, p. 405/I, p (...)
  • 36 Yāqūt, I, p. 861. La distance actuelle est de 193 km, Moyen-Orient, p. 622.
  • 37 La première distance est donnée par Yāqūt, I, p. 367 ; Taqwīm, p. 301/II/II, p. 74 ; la seconde par (...)
  • 38 Miskawayh, I, p. 185/I, p. 208 ; Tufa, p. 315-316 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 272 ; Ibn al-Aṯīr, VIII (...)

10À une date indéterminée, probablement dès la fin du iiie/ixe siècle, mais certainement au début du suivant, le réseau s’allongea pour desservir des villes relativement éloignées que l’on avait primitivement, pour diverses raisons, laissées sans relais : ainsi la capitale finit par échanger les dépêches avec Takrīt35, à 30 parasanges (180 km)36. Cependant, des colombiers d’aller et retour ne furent jamais implantés dans des cités proches : Anbār ne pouvait lier correspondance avec Bagdad, malgré sa situation stratégique sur l’Euphrate : 10 ou 12 parasanges (60 ou 72 km) seulement les séparaient37. Aussi en 316/928, comme les lettres du gouverneur n’étaient emportées que par les courriers de la poste, alors que les Carmathes se portaient en masse sur la ville, le directeur des Domaines, Ibn Muqla eut l’idée lumineuse d’y convoyer des messagers volants afin d’instruire promptement Muqtadir des événements qu’il brûlait de connaître. Par cette ligne improvisée, il obtint et mérita la faveur du calife, dont sa fortune de vizir fut le fruit inespéré38.

  • 39 Comme du canal de Zubārā, à quelque 2 parasanges (12 km), au bord duquel furent établis en 315/927, (...)
  • 40 En 338/949, des pigeons partent pour le campement de Ğāmida entre Wāsiṭ et Baṣra, à plus de 50 para (...)
  • 41 En 324/935-936, un pigeon revint de ‘Askar Mukram à la capitale, Miskawayh, I, p. 347-348 et I, p. (...)
  • 42 En 324/935-936, un esclave galopant ramena de Bagdad à ‘Askar Mukram la réponse du billet qui s’en (...)

11Des liaisons pouvaient être, en effet, brièvement nouées entre la capitale et la région d’où l’on espérait recevoir des nouvelles : il suffisait d’y conduire des courriers ailés dans des prisons mobiles pour les tenir captifs ou en prendre au départ pour les lâcher en chemin, au fil des besoins, chargés d’un message. Les distances qu’ils devaient ensuite franchir pour revenir au nid n’étaient pas toujours proches39 ou moyennes40 : certains gagnaient en cage des pays lointains, comme le Ḫūzistān, sans avoir été au préalable soumis à aucun entraînement sur la ligne de vol41. Mais, comme ces liaisons étaient unilatérales, la réponse ne venait jamais du ciel, si toutefois elle était envoyée : elle arrivait au galop42, dans des délais variables suivant l’état des routes et la diligence des messagers. Ces lignes de secours étaient cependant éphémères : elles devenaient inutiles le danger dissipé.

  • 43 En 311/923, les dépêches sont expédiées par messagers (fuyūğ) et pigeons au vizir Ibn al-Furāt, Mis (...)

12Malgré l’avantage d’englober dans un même bureau deux services dédiés à la délivrance du courrier, la poste aérienne semble avoir été indépendante de la poste terrestre : elle n’en exploitait sans doute pas les relais ni le personnel, bien qu’un même pli pût à la fois prendre la voie du ciel et celle de la terre43 et revêtir deux formes : l’une brève et prompte qui avait des heures, voire des jours d’avance sur l’autre, longue et lente, s’il ne lui arrivait d’être captée ou perdue.

  • 44 Miskawayh, II, p. 375/II, p. 411 (Margoliouth ne distingue pas le āib al-burğ du barrāğ, aussi re (...)
  • 45 En 366/977, le chef du colombier de Bagdad porte à la famille du vizir Ibn Baqiyya une dépêche : ‘a (...)
  • 46 En 332/943, un gardien du colombier de Mossoul apporte à Sayf al-Dawla une dépêche tombée de Bagdad (...)
  • 47 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

13L’échange des billets exigeait un nombre élevé de pigeons qui demeure inconnu : ceux qui appartenaient au colombier gardaient la liberté pour ne retrouver peut-être le ciel que deux fois par jour à l’heure du grain, alors que ceux qui provenaient de colombiers correspondants la perdaient pour une prison plus ou moins longue. Ces messagers différents par l’origine devaient être nécessairement séparés, soit par des bâtiments distincts mais relativement proches, soit par des cloisons ou des filets tendus s’ils avaient à partager le même logis. Cependant, il leur fallait périodiquement changer d’état et de toit. Les premiers étaient conduits dans des relais voisins pour être brièvement privés du jour et de la liberté dans des lieux obscurs et peut-être même noirs qui ne devaient cependant pas tourner en lieux d’oubli : une longue réclusion leur ferait perdre le goût du nid ; les seconds ne restaient captifs qu’un temps limité pour ne pas adopter le pigeonnier d’internement. Quant aux hommes commis à leur soin, les sources narratives n’en signalent que les deux fonctions les plus importantes : le chef du colombier (āib al-burğ)44, auquel revenait parfois le soin de faire tenir le pli à son destinataire, si son rang lui en donnait droit45 ; et les gardiens (barrāğ) qui avaient les messagers à l’œil : ils étaient chargés de les soigner, de sonder l’horizon pour en guetter fixement le retour et découvrir ceux qui revenaient furtivement à la clarté des étoiles et des lunes qui éclairent souvent le ciel d’Orient comme de vrais soleils, pour détacher les dépêches et les délivrer46. Mais ces fonctionnaires ne pouvaient composer tout le personnel : des convoyeurs intègres et solides, probablement distincts des gardiens, devaient ramener les oiseaux captifs dans les ténèbres des colombiers d’internement des relais correspondants par de longues voies qui leur étaient infligées, d’abord en voguant sur les eaux, puis en les chargeant sur le dos47 ; des serviteurs étaient tenus de veiller à l’entretien et la propreté des bâtiments, que leurs hôtes risquaient de déserter s’ils cessaient de s’y plaire ; des palefreniers avaient à s’occuper du soin des montures ; et, probablement, un secrétaire écrivait les messages qui montaient au ciel et lisait ceux qui tombaient des nues. Comme dans maints services de l’empire, les fonctionnaires attachés aux colombiers passaient leur vie à répéter les mêmes gestes. Aussi les mois de leurs années devaient ressembler aux heures de leurs journées, de leurs soirées et même de leurs nuits s’ils veillaient pour attendre le retour des messagers, sans que la monotonie des gestes n’engendrât fatalement l’ennui.

LE DÉCLIN, PUIS L’ABANDON

  • 48 Ibn ai-Ğawzī, XV, p. 22 ; Ibn ‘Inaba, p. 278.
  • 49 La liaison est encore attestée en 321/933, Miskawayh, I, p. 262/I, p. 298 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 2 (...)
  • 50 Signalée en 366/977, Miskawayh, II, p. 375/II, p. 411 ; en 385/994, Rūḏrāwarī, p. 270/p. 287 ; et e (...)

14L’usage des voyageurs aériens lentement déclina sous les Būyides qui renoncèrent à maints colombiers publics. Plusieurs cités abandonnèrent leurs liaisons, comme Bagdad et Kūfa : l’émir ‘Aḍud al-Dawla (364/975-372/983) ne put y expédier un ordre et en obtenir réponse en quelques heures que grâce aux facteurs ailés de son secrétaire, le ‘alide Muhammad b. ‘Umar (mort en 390/1009), qui disposait d’un pigeonnier dans les deux villes. Il fut le premier surpris de la promptitude de transmission : un courrier aurait mis six jours pour aller à destination et pour en revenir48. Elle n’était pourtant pas extraordinaire : d’une part, la capitale n’avait cessé de correspondre par la voie des airs avec le relais proche de Kūfa que depuis trente ou quarante ans, sinon moins, si bien que le souvenir de la liaison n’était qu’endormi au fond de la mémoire où il pouvait être promptement réveillé49 ; d’autre part, elle entretenait toujours des échanges épistolaires avec Wāsiṭ50 (comme probablement d’autres cités) qu’elle ne devait suspendre qu’après l’an mil ou légèrement plus tard.

  • 51 Bundāri, p. 67 ; Sauvaget (1941a), p. 11.
  • 52 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; Cheikh-Moussa, p. 73.
  • 53 Ibn al-Aīr, X, p. 231 ; Ahsan, p. 251.

15Enfin, le réseau fut voué à l’abandon sous les Selğūkides, bien avant la suppression de la poste en 455/1063 par le sultan Alp Arslān, sous l’impulsion du vizir Niẓām al-Mulk51. Puis les relations privées furent soudain interrompues par la destruction des colombiers de la capitale et de leurs hôtes, sur injonction du vizir Faḫr al-Dawla b. Ğahīr en 467/107552 et du calife Muqtadī fraîchement élevé au trône : il fallait interdire aux regards des colombophiles l’accès des cours voisines, où ils erraient pour épier les femmes53 qui leur restaient dans la cité soigneusement voilées.

LE RENOUVELLEMENT DU RESEAU PAR NASIR

  • 54 Une biographie succincte figure dans Ḏahabī, an. 631-640, p. 103 ; Ṣafadī, II, p. 117, n° 457.
  • 55 VIII/II, p. 437 ; passage traduit par Cahen (1953), p. 19.
  • 56 Siyar, XXII, p. 192-243, n° 131.

16Mais cette ardeur n’a pu brutalement s’éteindre : les passions assoupies se réveillèrent et les rescapés reprirent leur office de messagers. Enfin, l’usage en fut ressuscité par un fervent colombophile, Nāṣir, comme le révèle un précieux fragment d’une source perdue, le Ta’rī de Qādisī (mort en 632/1235)54, que seul Sibṭ b. al-Ğawzī55 eut le mérite de reprendre sans peut-être en mesurer la portée, au lieu de l’ensevelir sous les cendres profondes de l’oubli pour son chi‘isme flagrant, comme d’autres historiens du temps qui avaient dû compulser le manuscrit et même en tirer gain sans toujours le citer, notamment Ḏahabī dans l’ample biographie qu’il consacre au calife56, où il préfère souvent le silence à la vérité qu’il feint d’ignorer pour ne pas flétrir le nom du souverain légitime de l’Islam.

  • 57 Ibn al-Aṯīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, IV, p. 165 ; Hartmann, p. 97 ; la même, EP, VII, p. 1 000 (Al (...)
  • 58 L’édition de Hyderabad fondée sur le manuscrit Landberg 136 de la Beinecke Library reproduit en fac (...)
  • 59 On trouve la première leçon dans le manuscrit d’Ahmed III, la seconde dans celui de Landberg qui es (...)
  • 60 La première leçon est celle du manuscrit d’Ahmed III, la deuxième celle de l’édition de Hyderabad, (...)
  • 61 Ibn al-Fuwaī, p. 203-204.
  • 62 Sur sa découverte, voir Ragheb (1970), p. 30-31.
  • 63 Ibn Šāhanšāh, p. 178.
  • 64 RCEA, X, p. 272, n° 3658 A.
  • 65 Sulūk, I/I, p. 96.
  • 66 La leçon Kāẓimiyyat du manuscrit d’Ahmed III doit être écartée : l’imām repose à Bagdad.

17En 590/1194, Nāṣir commença par saigner les voyageurs ailés de Bagdad. Cet ample carnage n’était pas gratuit : il imposait à la capitale l’emploi des messagers volants qui peuplaient ses colombiers57. Les pigeons doués de sens du retour devenaient monopole du calife. Puis les ruisseaux de sang qui coulaient dans la ville furent lavés, et l’élevage des petits confié aux soins du grand cadi et du chef des « jeunes » appelés fityān, deux personnages par essence sourdement hostiles l’un à l’autre. Il les répartit ensuite en douze groupes à l’image des douze imām-s chi‘ites pour leur donner différents noms, dont certains évoquaient ces derniers et d’autres des membres de la famille du Prophète58 : ‘Alawiyyāt, Ḥasaniyyāt, Ḥusayniyyāt, Muḥammadiyyāt, Fāṭimiyyāt, Hāšimiyyāt, Bāqiriyyāt, Ṣadūdiyyāt ou Ṣaydawiyyāt59, Zaydāt ou Zaydiyyāt60, Mahdiyyāt, Ṣādiqiyyāt et ‘Ābidiyyāt. Puis ces douze catégories furent menées à bon port aux sanctuaires (mašāhid) pour devenir sacrés. Mais lesquels ? Ni l’historien qui rapporte le récit, ni celui qui le reproduit en le sauvant de l’oubli ne fournit sur eux la moindre lumière. Il ne suffit pas de relater un événement capital : encore faut-il l’éclairer par un commentaire, car le temps rend obscur les faits jadis limpides. Étaient ce les lieux saints où les pèlerins vénéraient la tombe ou le souvenir des personnages dont les oiseaux avaient pris le nom, comme devait le faire le petit-fils du calife, Musta‘ṣim, en 643/124561 ? Les ‘Alawiyyāt seraient donc parvenues au tombeau de ‘Alī près de Kūfa (l’actuel Nağaf), dont des gazelles auraient révélé à Hārūn Rašīd l’endroit secret que les sunnites tiennent pour apocryphe62 ; les Ḥusayniyyāt auraient rejoint à Karbalā’ le corps sans tête du martyr Ḥusayn ; les Mahdiyyāt, la sombre cave de Samarra où les chi‘ites duodécimains situent la disparition sans traces du dernier imām destiné à revenir à la fin des temps, que Nāṣir avait restaurée en 580/1184-118563 avant de l’abriter d’une mosquée en 606/120964 ; les Hāšimiyyāt, la tombe honorée de l’aïeul du Prophète, Hāšim b. ‘Abd Manāf à Gaza, que Richard Cœur de Lion avait rendue en 583/1187 à Saladin65 ; enfin, la majorité aurait gagné le cimetière de Baqī‘ à Médine : les Fāṭimiyyāt, le sanctuaire de la fille du Prophète66 ; les Ḥasaniyyāt, celui de son fils ; les Bāqiriyyāt, celui du cinquième imām, Muhammad Bāqir ; les Ṣādiqiyyāt, celui du sixième, son fils, Ğa‘far Ṣādiq. Quant aux quatre derniers, les Muḥammadiyyāt, Zaydiyyāt, Ṣadūdiyyāt ou Ṣaydawiyyāt et ‘Ābidiyyāt, leur destination demeure inconnue.

18Renvoyées dans les cieux, probablement sans billet ou munies d’un mince pli, des différents endroits où elles furent menées, les douze familles de voyageurs ailés regagnèrent en bandes leurs nids des bords de Tigre. Aucun ne semble avoir été perdu. Même ceux qui revinrent de loin (Gaza ou Médine, respectivement à 950 et 1 070 km à tire-d’aile) retrouvèrent le chemin de la capitale, en survolant des pays inconnus.

19Ces prouesses furent peut-être sans lendemain. Rien n’en justifiait le renouvellement, ni le plaisir du calife, ni l’intérêt d’État : les sanctuaires qui avaient brièvement accueilli les pigeons n’étaient que des pèlerinages inutiles à la transmission des nouvelles dans un temps où le péril mongol menaçait les frontières.

  • 67 Suyūṭī, II, p. 313 ; awq, p. 60.
  • 68 Ibn ai-Fuwaṭī, p. 98.
  • 69 Idem, p. 128.
  • 70 Idem, p. 228.

20À quelque temps de là, sans doute autour d’un an, Nāṣir établit des colombiers d’aller et retour dans divers pays qui formaient son empire67, où la correspondance emportée par des messagers de fortune devait tarder longtemps en route depuis que les courriers de la poste avaient cessé de fendre le vent sur des mules sans queue. Ainsi, Bagdad put échanger les dépêches avec de lointaines régions, comme la ville d’Irbil en Haute-Mésopotamie68 ou la province du Ḫūzistān69 que le calife venait de réunir à l’empire : au lieu d’en assurer les frontières au nord, il les étendait légèrement au sud. Mais d’autres contrées demeuraient dépourvues de relais : les lettres n’arrivaient du chemin du Ḫurāsān que sur les ailes des pigeons qu’on avait privés de leur brève liberté pour les emporter en voyage et les lâcher dans la nature chargés de messages70.

  • 71 Ibn al-iqaqā, p. 49/p. 61 ; Ibn al-Fuwaī, p. 406.
  • 72 Ibn al-iqaqā, p. 49, 50/p. 61.
  • 73 Idem, p. 50/p. 61.
  • 74 Cette dernière fonction valut à ‘Abd al-Ġanī b. Darnūs (mort en 677/1278) l’intimité de deux calife (...)

21Les plus imposants colombiers s’élevaient au sein du palais du calife71. Des gardiens (barrāğ)72, commandés par un chef désigné sous l’expression de mutaqaddim al-barrāğīn73, veillaient aux soins des volatiles74 dédiés peut-être aux jeux plus qu’à la transmission des nouvelles, délivraient les messages venus du haut du ciel, mais ne prêtaient sans doute plus le dos au convoyage qu’ils effectuaient à cheval ou à mule ; en outre, des garçons d’écurie devaient être chargés des montures destinées aux échanges réciproques de pigeons, et des serviteurs, de l’entretien.

LA FIN DU RÉSEAU

  • 75 Ibn al-iqaqā, p. 49-51/p. 61-62. Ainsi, la défaite de l’armée face aux Mongols fut annoncée en 63 (...)
  • 76 Ibn al-iqaqā, p. 49-51/p. 61-63. L’annonce de la victoire mongole en 646/1248 parvint ainsi à Bag (...)
  • 77 Mes recherches ne m’ont pas permis d’identifier ce tombeau.
  • 78 Ibn al-Fuwaṭī, p. 203-204.

22L’usage des messagers célestes continua sous les trois derniers califes qui se succédèrent au trône : Ẓāhir (622/1225-623/1226), Mustanṣir (mort en 640/1242)75 et Musta‘ṣim à qui les terribles Mongols ôtèrent l’empire et la vie en 656/125876. En 643/ 1245, celui-ci marcha soudain sur les pas de son aïeul, Nāṣir, dont le souvenir n’avait pas dû quitter sa mémoire : il convoya des voyageurs ailés en quatre villes pour créer quatre espèces nouvelles. L’une gagna le nord : Samarra, le mausolée du onzième imām duodécimain, ‘Askarī ; les trois autres le sud : la première le sanctuaire du Compagnon Ḥuḏayfa b. Yamān à Madā’in ; la seconde celui d’un saint maintenant inconnu, Ġani, à Kūfa77 ; enfin la dernière, Qādisiyya. Chacune fut accompagnée d’un mandataire et deux témoins instrumentaires. Acte en fut dressé, dont l’authenticité fut reconnue par ces derniers auprès du cadi. Les trois premières catégories prirent le nom du tombeau où elles furent momentanément détenues, puis libérées : ‘Askariyyāt, Yamāniyyāt et Ġanawiyyāt, la dernière, Qādisiyyāt, celui de la ville dont le champ de bataille fut fatal à la Perse et propice à l’islam en 15/636. Ces quatre lâchers furent célébrés par des vers serviles pour caresser la vanité du « maître du monde » (mālik al-dunyā) qui n’était plus qu’un vain calife au trône chancelant, dont les conquêtes mongoles réduisaient l’empire au fil des ans. Le courtisan consommé qui les avait gonflés de vent et de fumée y jouait tristement sur les mots : il qualifiait les Qādisiyyāt de « sacrées » (muqaddasa)78.

  • 79 Selon l’image de Rašīd al-Dīn, éd. et trad. Quatremère, p. 280, 283.
  • 80 Désastre notamment décrit par Rašīd al-Dīn, éd. et trad. Quatremère, p. 302, 303 ; Ibn al-Fuwaṭī, p (...)
  • 81 En 759/1393, un homme dévoué au sultan Aḥmad b. Uways avait emporté des pigeons pour l’informer des (...)

23Des différents points où la liberté leur fut rendue, les quatre familles de voyageurs ailés fraîchement formées reprirent le chemin de Bagdad pour filer vers leur nid. Ce fut peut-être leur dernier trajet sur la voie où elles n’avaient été lentement menées que pour un nom d’honneur qui les sortirait de l’ombre et les distinguerait du restant des pigeons : les sources ne signalent pas le renouvellement du lâcher. Ces divertissements ne soulevaient plus les plaisirs d’antan dans l’empire croulant : le calife impuissant voyait venir l’orage qui grondait à l’horizon pour gagner de loin l’Iraq, l’ancien cœur du monde changé par le déclin en province. Bientôt les malheurs fondirent sur la capitale : elle fut livrée au sac et au feu en 656/1258 par des troupes mongoles qui l’avaient submergée, grouillant comme d’immenses nuées de « sauterelles » ou de « fourmis »79. Les colombiers du palais furent sans doute consumés par la mer de flammes qui dévora la ville80. Mais les pigeons captifs ont dû partiellement s’en évader pour trouver quelque asile sans jamais abandonner le ciel. Aussi, leur emploi survécut : un pillage effroyable et des désordres infinis n’abolissent pas un usage séculaire, si les hommes qui s’y livrent demeurent ; les colombiers embrasés durent renaître de leurs cendres et de nouveaux surgir de terre, comme les déserts reprendre vie et les mutilés ressusciter pour retrouver leur fonction. Cependant, le réseau ne fut jamais rétabli sous les dynasties qui occupèrent le trône des Abbassides sur les rives du Tigre et de l’Euphrate : les relations ne seront plus assurées que dans le sens du retour vers une capitale déchue de sa splendeur81.

Notes

1 Sur leur emploi dans l’Antiquité, voir RE, IV/B, p. 2494 [Steier].

2 Suivant le pseudo-Wāqidī, I, p. 176, l’émir de ‘Azāz fut averti en 638 par un espion de l’expédition ourdie en secret par les Arabes pour s’emparer de sa citadelle à la faveur de la nuit. Ce récit controuvé a été repris par Ockley, p. 228 ; et Le Beau, VI, p. 143. Il ne mérite que l’oubli profond où il a depuis sombré.

3 Évoqués par Ğāḥiẓ, III, p. 190, à Médine, sous le califat de ‘Uṭmān b. ‘Affān ; exterminés à Damas par ‘Umar b. ‘Abd al-‘Azīz, Ibn Abī l-Dunyā, p. 60 ; Bayhaqī, X, p. 213 ; Damīrī, I, p. 258/I, p. 588 ; awq, p. 43.

4 III, p. 1194, 1196 ; Dozy (1879), p. 224-225. Wellhausen, p. 84/p. 136, 144 n. 33, prétend à tort que les pigeons n’auraient pas été libérés. Dixon, p. 67-68, se méfie du récit qu’il a, du reste, mal compris.

5wārazmī, p. 63/p. 141 ; Qalqašandi, XIV, p. 367 ; Maqrīzī, I, p. 226 ; éd. Wiet, IV, p. 84. L’emploi des mules est également rappelé dans Biġāl, p. 56-57 ; ‘Umarī, p. 240 ; Anṣārī, p. 14/49.

6 Ḥamza, I, p. 39 ; II, p. 27-28 ; Ġurar, p. 398 (où dawāb est rendu par « chevaux » au lieu de « bêtes ») ; Ḫwārazmī, loc. cit. ; Qalqašandi, loc. cit.

7 Ibn Ḫurradāḏba, p. 112/85.

8 Silsila, I, p. 118/II, p. 113.

9 Qalqašandi, II, p. 89 ; XIV, p. 390 ; trad. Gaudefroy-Demombynes, p. 250.

10 Ḫaṭīb, XIII, p. 486 ; Ibn Ḫallikān, VI, p. 40 ; Waṭwāṭ, II, p. 194 ; awq, p. 43 ; Nahrawālī, p. 98.

11 Dans la région d’Ahwāz, ‘Abd Allāh b. Maymūn révélait des faits survenus au loin dont il avait été secrètement instruit par la voie du ciel, Ibn al-Nadīm, I, p. 186-187/I, p. 463 ; Ibn al-Ğawzī, XII, p. 299.

12 Témoins les vers de Rabī‘a Raqqī (mort en 198/813) transmis par Ibn al-Mu‘tazz, p. 163, 164, et repris dans son recueil, p. 115, 116, 117. Voir le commentaire d’Abū Zayd, p. 163-164 ; et un vers d’Abū Nuwās disparu entre 198/813 et 200/815, II, p. 322.

13 Mas‘ūdī, IV, § 2809, est seul à signaler le lâcher. Ṭabarī, III, p. 1228, n’évoque qu’une lettre d’Afšīn à Mu‘taṣim.

14 Ibn Ḫurradāḏba, p. 121/92 ; Qudāma, p. 213/163.

15 Sur le vol du pigeon en montagne, voir Du Puy de Podio, p. 25-26.

16 Ṭabarī, loc. cit.

17 I, p. 96-97 ; repris par Ṭa‘ālibī, p. 370.

18 Selon les termes de Ya‘qūbī, p. 233/p. 4.

19 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

20 La première distance est donnée par ifa, p. 183 ; la seconde par Ibn Rusta, p. 182/p. 210.

21 On trouve la première distance dans Qudāma, p. 185/145 ; la deuxième dans Ya‘qūbi, p. 308/p. 139 ; Bakrī, I, p. 430 ; la troisième dans Ibn Ḫurradāḏba, p. 125/96. La route de Bagdad à Kūfa a été étudiée par Musil, p. 243-247.

22 Ya‘qūbi, p. 322/p. 166 ; Tanbīh, p. 360 ; Maqdisī, p. 135 ; Taqwīm, p. 307/II/II, p. 80. Mais suivant Bakri, I, p. 429, et Yāqūt, IV, p. 881, Wāsiṭ était situé à mi-chemin de Kūfa et de Baṣra, et non de Bagdad. Cette liaison est attestée en 306/918, Miskawayh, I, p. 57/I, p. 62 ; Tufa, p. 33 ; en 311/923, Miskawayh, I, p. 94/I, p. 105 ; en 328/940, Miskawayh, I, p. 412/I, p. 456 ; et en 329/941, Ṣūlī, p. 196/II, p. 16.

23 Yāqūt, IV, p. 684-685. La route actuelle comporte 469 km, Moyen-Orient, p. 595.

24 Le chemin a perdu 100 km au cours du temps, Moyen-Orient, p. 625. Le voyage devait s’effectuer sans changement d’oiseau à Wāsiṭ, comme pour deux dépêches, l’une expédiée en 299/ 912, Tanūḫī, I, p. 236 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p.134 ; l’autre en 311/923, ‘Arīb, p. 110-111.

25 Qudāma, p. 217-218/165-166. Cette route est décrite par Musil, p. 251-253. Idrīsī, p. 655-657, devait la reprendre, et Musil, p. 254-256, la détailler.

26 La première distance est donnée par Bīrūnī, p. 294/p. 264 ; la seconde par Ibn Ḫurradāḏba, p. 72-73/53. Celle qui est établie de nos jours est de 620 km, suivant Musil qui a décrit, p. 248-251, l’itinéraire d’Ibn Ḫurradāḏba.

27 Idrisī, p. 657. Le décompte de Musil, p. 256 (348 milles), est incomplet en raison des étapes omises dans la traduction de Jaubert.

28 Idem, p. 657-659.

29 Ya‘qūbi, p. 322/p. 166 ; Qudāma, p. 194/152 ; Tanbih, p. 360 ; Maqdisī, p. 135 ; Bakrī, I, p. 429 ; Yāqūt, IV, p. 881.

30 Ṭabarī, II, p. 1657.

31 Ibn Rusta, p. 180/p. 208.

32 Ğāḥiẓ, III, p. 281.

33 Un pigeon envolé de Samarra tomba dans un bateau sur le Tigre à Bagdad, Ibn al-Ğawzī, XII, p. 223 ; Ṣafadī, XVI, p. 233-234.

34Uyūn, IV/I, p. 330.

35 En 327/938, un pigeon lâché à Bagdad regagna Takrīt, où se trouvait Rāḍī, Miskawayh, I, p. 405/I, p. 450 ; ‘Uyūn, IV/I, p. 324, 325.

36 Yāqūt, I, p. 861. La distance actuelle est de 193 km, Moyen-Orient, p. 622.

37 La première distance est donnée par Yāqūt, I, p. 367 ; Taqwīm, p. 301/II/II, p. 74 ; la seconde par Ibn Ḫurradāḏba, p. 72/53 ; Qudāma, p. 216/165 ; Bīrūnī, p. 294/p. 264 ; et Bakrī, I, p. 429, qui fournit cependant, une page plus loin, une autre distance erronée (30 parasanges). Canard (1951), I, p. 146-147, a choisi la dernière. Actuellement, elle est de 62 km, suivant Musil, p. 248.

38 Miskawayh, I, p. 185/I, p. 208 ; Tufa, p. 315-316 ; Ibn al-Ğawzī, XIII, p. 272 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 184 ; Bowen, p. 272-273.

39 Comme du canal de Zubārā, à quelque 2 parasanges (12 km), au bord duquel furent établis en 315/927, cent hommes munis chacun d’un pigeon, pour suivre les progrès des Carmathes, Miskawayh, I, p. 179/I, p. 202.

40 En 338/949, des pigeons partent pour le campement de Ğāmida entre Wāsiṭ et Baṣra, à plus de 50 parasanges (300 km) afin d’en ramener les nouvelles, Hamdānī, p. 163 ; Iršād, III, p. 185.

41 En 324/935-936, un pigeon revint de ‘Askar Mukram à la capitale, Miskawayh, I, p. 347-348 et I, p. 392 ; en 363/973-974, l’émir būyide Baḫtiyār lâcha d’Ahwāz des messagers ailés pour semer à Bagdad le faux bruit de sa mort et tendre des filets à son ennemi Sebüktigīn, Miskawayh, II, p. 326/II, 352 ; Kabir, p. 132 ; et pour la capture de ce dernier, Hamdānī, p. 214.

42 En 324/935-936, un esclave galopant ramena de Bagdad à ‘Askar Mukram la réponse du billet qui s’en était envolé, Miskawayh, I, p. 347-348/I, 392.

43 En 311/923, les dépêches sont expédiées par messagers (fuyūğ) et pigeons au vizir Ibn al-Furāt, Miskawayh, I, p. 94/I, p. 105.

44 Miskawayh, II, p. 375/II, p. 411 (Margoliouth ne distingue pas le āib al-burğ du barrāğ, aussi rend-il l’expression par « dove-cote keeper »).

45 En 366/977, le chef du colombier de Bagdad porte à la famille du vizir Ibn Baqiyya une dépêche : ‘alā l-rasm fi idmat al-nās lahum, suivant les termes de Miskawayh, loc. cit. Passage résumé par Hamdānī, p. 234.

46 En 332/943, un gardien du colombier de Mossoul apporte à Sayf al-Dawla une dépêche tombée de Bagdad, Tanūḫī, III, p. 22 ; en 338/949, un autre gardien du relais de la capitale remet un billet à Muhallabī, Hamdānī, p. 163.

47 Ğāḥiẓ, III, p. 213.

48 Ibn ai-Ğawzī, XV, p. 22 ; Ibn ‘Inaba, p. 278.

49 La liaison est encore attestée en 321/933, Miskawayh, I, p. 262/I, p. 298 ; Ibn al-Aṯīr, VIII, p. 253.

50 Signalée en 366/977, Miskawayh, II, p. 375/II, p. 411 ; en 385/994, Rūḏrāwarī, p. 270/p. 287 ; et en 392/1001, Hilāl, p. 411/p. 436.

51 Bundāri, p. 67 ; Sauvaget (1941a), p. 11.

52 Ibn al-Ğawzī, XVI, p. 166 ; Cheikh-Moussa, p. 73.

53 Ibn al-Aīr, X, p. 231 ; Ahsan, p. 251.

54 Une biographie succincte figure dans Ḏahabī, an. 631-640, p. 103 ; Ṣafadī, II, p. 117, n° 457.

55 VIII/II, p. 437 ; passage traduit par Cahen (1953), p. 19.

56 Siyar, XXII, p. 192-243, n° 131.

57 Ibn al-Aṯīr, XII, p. 440 ; Ibn Wāṣil, IV, p. 165 ; Hartmann, p. 97 ; la même, EP, VII, p. 1 000 (Al-Nāṣir li-dīn Allah).

58 L’édition de Hyderabad fondée sur le manuscrit Landberg 136 de la Beinecke Library reproduit en fac-similé par J. M. Jewett, Chicago, 1907, ne comporte que onze noms, parfois altérés. Le manuscrit d’Ahmed III A 2907 m’a permis d’en rectifier certains et de retrouver le douzième (Ḥusayniyyāt).

59 On trouve la première leçon dans le manuscrit d’Ahmed III, la seconde dans celui de Landberg qui est devenue ‘Abūyyāt dans l’édition de Hyderabad.

60 La première leçon est celle du manuscrit d’Ahmed III, la deuxième celle de l’édition de Hyderabad, alors que l’on rencontre Zayhāt dans le manuscrit Landberg.

61 Ibn al-Fuwaī, p. 203-204.

62 Sur sa découverte, voir Ragheb (1970), p. 30-31.

63 Ibn Šāhanšāh, p. 178.

64 RCEA, X, p. 272, n° 3658 A.

65 Sulūk, I/I, p. 96.

66 La leçon Kāẓimiyyat du manuscrit d’Ahmed III doit être écartée : l’imām repose à Bagdad.

67 Suyūṭī, II, p. 313 ; awq, p. 60.

68 Ibn ai-Fuwaṭī, p. 98.

69 Idem, p. 128.

70 Idem, p. 228.

71 Ibn al-iqaqā, p. 49/p. 61 ; Ibn al-Fuwaī, p. 406.

72 Ibn al-iqaqā, p. 49, 50/p. 61.

73 Idem, p. 50/p. 61.

74 Cette dernière fonction valut à ‘Abd al-Ġanī b. Darnūs (mort en 677/1278) l’intimité de deux califes, Mustanṣir et son fils, Musta‘ṣim : de portefaix, il devint gardien de colombier sous le premier qui l’avait tiré de l’ombre, puis chef du service et chambellan sous le second, Ibn al-Ṭiqṭaqā, p. 49-51/p. 61-63 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 406-407.

75 Ibn al-iqaqā, p. 49-51/p. 61-62. Ainsi, la défaite de l’armée face aux Mongols fut annoncée en 635/1238, Ibn al-Fuwatī, p. 113.

76 Ibn al-iqaqā, p. 49-51/p. 61-63. L’annonce de la victoire mongole en 646/1248 parvint ainsi à Bagdad, Ibn al-Fuwaṭī, p. 228.

77 Mes recherches ne m’ont pas permis d’identifier ce tombeau.

78 Ibn al-Fuwaṭī, p. 203-204.

79 Selon l’image de Rašīd al-Dīn, éd. et trad. Quatremère, p. 280, 283.

80 Désastre notamment décrit par Rašīd al-Dīn, éd. et trad. Quatremère, p. 302, 303 ; Ibn al-Fuwaṭī, p. 330.

81 En 759/1393, un homme dévoué au sultan Aḥmad b. Uways avait emporté des pigeons pour l’informer des progrès de Tamerlan, Ibn al-Furāt, IX/II, p. 344. Puis il reçut deux dépêches des habitants de la région, l’une véridique démentie par une fausse, qui était le fait du conquérant mongol, Yazdī, I, p. 449-452 ; Mīr-Ḫwānd, VI, p. 215 ; Aubin, p. 303-304.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540