Version classiqueVersion mobile

Les messagers volants en terre d’Islam

 | 
Youssef Ragheb

Prologue

Texte intégral

  • 1 À commencer par l’opuscule de Miḫā’īl Nikūlā Ṣabbāġ (dont à regret je cite le nom), Kitāb Musābaqa (...)

1Le pigeon messager en terre d’Islam compte parmi les thèmes négligés, voire oubliés. Le luxe des sources (orientales et occidentales) qui en révèlent l’intérêt et les secrets, dont l’humanité a perdu la mémoire pour la retrouver à des siècles de distance en des pays éloignés de leur berceau, n’a inspiré qu’une maigre et triste production qui peut avantageusement rester dans l’oubli1.

  • 2 Ainsi Joshua Prawer a chassé tous les pigeons de son Histoire du royaume latin de Jérusalem, même (...)

2Pourtant, les voyageurs ailés abondent dans les livres depuis le iiie/ixe siècle jusqu’au Siècle des lumières, dans des monographies consacrées aux animaux, comme celle de Ğāḥiẓ, aussi bien que dans les annales et les chroniques (en arabe, persan, syriaque, latin, vénitien et vieux français) ou dans les récits de pèlerins et de voyageurs. Bien qu’ils aient parfois sollicité l’attention des historiens, nul n’a tenté de relever systématiquement et de rassembler cette poussière d’indications, courtes ou longues, pour leur consacrer l’étude qu’elles méritent. Certains les ont même sciemment supprimées de leur œuvre pour des raisons qui m’échappent2.

  • 3 Lors du XXIVe Congrès des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, La Circulatio (...)
  • 4 Son absence à la Bibliothèque Nationale de France reste une énigme. Je n’ai consulté que l’exempla (...)
  • 5 Comme il le déclare au seuil de La Vérité sur le triage des pigeons voyageurs en 1910.

3À l’origine, le hasard de mes recherches m’a porté vers les messagers des airs. En 1993, je les avais brièvement évoqués dans un article dédié à la transmission des nouvelles en terre d’Islam3, sans toutefois soupçonner la richesse infinie des sources que masquent leur dispersion dans l’espace et le temps comme la diversité des langues qui ont servi à les rédiger. Mais pour comprendre nombre de ces textes parfois obscurs pour tous ceux qui n’ont que de vagues lueurs sur la colombophilie, spécialement les longs passages relatifs au dressage des pigeons promis aux voyages et la création des réseaux de colombiers, j’ai dû plonger dans un océan de monographies et d’articles sur le sujet : si certains se révélèrent médiocres et partant inutiles ou même dangereux, d’autres m’ont éclairé de leurs lumières. Les meilleurs travaux ont vu le jour au courant du xixe siècle et à l’aube du xxe : en 1824, Les Pigeons de volière de Boitard et Corbié dont Charles Darwin invoque l’autorité au fil des pages4 ; en 1877, l’Essai sur le vol des oiseaux de Léopold Du Puy de Podio et Le pigeon messager... de V. La Perre de Roo ; en 1889, La Science colombophile, son application à toutes les parties du sport et à l’art de la guerre de Félix Gigot ; enfin et surtout la Colombophilie moderne de Sylvain Wittouck, dont la deuxième édition date de 1898 et la troisième apparemment introuvable en France, de 1901. Quant à sa Colombophilie parfaite qu’il tenait pour son œuvre la plus accomplie5, aucun exemplaire ne m’est tombé sous la main dans les nombreuses bibliothèques que j’ai eu l’occasion de visiter dans l’ancien et le nouveau monde. Mais elle doit couramment se trouver en Belgique où nulle occasion ne s’est offerte de porter mes pas.

4Après avoir tiré fruit de ces lectures, je revins vers les sources des temps reculés dont je pouvais finalement saisir la portée, si bien que les longs passages dont l’obscurité m’avait d’abord rebuté devenaient soudain transparents et lumineux. Ainsi, les voies de l’érudition m’ont mené vers la colombophilie, puis la colombophilie vers l’érudition. Je me suis promené d’un monde à l’autre pour les bienfaits de mon sujet. Mais ce chemin fut désespérément long : l’élaboration et la rédaction de ce livre m’ont largement coûté plus d’un lustre. Toutefois, le fruit de mes recherches semblera peut-être hybride : il pourrait passer pour celui d’un historien pour les colombophiles, et pour les historiens, celui d’un colombophile. Mais il n’est que celui d’un historien qui n’a jamais hanté l’ombre des colombiers et ne savoure des pigeons que la tendreté de la chair délicatement accommodée.

5Enfin mon écriture ne manquera pas de surprendre. J’ai, en effet, banni la sécheresse qui règne couramment dans les ouvrages historiques et les apparente aux sables arides du désert, sans toutefois abandonner la précision ni broder pour dévoyer. Les messagers volants m’ont souvent entraîné dans les airs, loin de la solitude des bibliothèques et de l’espace où j’ai coutume de confiner mes recherches. Aussi, ai-je cultivé à loisir les images, pour mon propre plaisir, aussi bien que pour masquer l’érudition et en alléger l’indispensable lourdeur. Je me suis toujours demandé si l’historien a le droit d’infliger l’ennui, si louable fût son dessein d’éclairer. Il lui appartient d’adapter son style au sujet pour rendre agréable la lecture de son œuvre.

Notes

1 À commencer par l’opuscule de Miḫā’īl Nikūlā Ṣabbāġ (dont à regret je cite le nom), Kitāb Musābaqat al-barq wa l-ġamām fī suāt al-ḥamām, qui ne méritait guère l’honneur d’être traduit en trois langues au xixe siècle : en français par A. I. Silvestre de Sacy, La Colombe messagère plus rapide que l’éclair, plus prompte que la nue, Paris, 1805 ; en allemand par C. Löper, Die Brieftaube, schneller als der Blitz flüchtiger als die Wolke, Strasbourg, 1879 ; en russe par G. Murkos, « Pochtovye Golubi na Vostoke », Russkii Vectnik, CLVI, 1881, p. 576-590. Les fables qui y fourmillent ont longtemps mystifié. Puis maints articles épars dans des revues éphémères que j’ai eu peine à retrouver et dont la médiocrité m’a conduit à les bannir des notes comme de ma bibliographie.

2 Ainsi Joshua Prawer a chassé tous les pigeons de son Histoire du royaume latin de Jérusalem, même dans les passages où ils ont joué un rôle prédominant.

3 Lors du XXIVe Congrès des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public, La Circulation des nouvelles au Moyen Âge (Avignon, juin 1993).

4 Son absence à la Bibliothèque Nationale de France reste une énigme. Je n’ai consulté que l’exemplaire de la Bibliothèque centrale du Museum national d’histoire naturelle.

5 Comme il le déclare au seuil de La Vérité sur le triage des pigeons voyageurs en 1910.

© CNRS Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search