Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie III. Construction des savoirs

Le Bhoutan et la recherche en sciences humaines

Françoise Pommaret

Texte intégral

1Août 2004

2Le Bhoutan est un royaume de 47 000 km2 situé sur le flanc sud de l’Himalaya et habité par environ 630 000 habitants. L’influence tibétaine a été prédominante et se manifeste dans divers traits socioculturels, y compris la religion. En fait l’étude des différentes facettes de la culture populaire, des données linguistiques, et de l’écologie montre que ce pays se trouve être à l’articulation culturelle et écologique entre le Tibet et l’Asie du Sud-Est, et un conservatoire exceptionnel de langues tibéto-birmanes. Contrairement au Népal, le Bhoutan ne permettait pas aux chercheurs étrangers de séjourner dans le pays et d’y travailler sans permission. Les raisons étaient multiples mais l’une d’elles était liée à l’acceptation très récente et seulement comprise par une élite, des notions de recherche et de méthode critique. Ces notions étaient totalement impensables dans un pays fonctionnant toujours sur des principes religieux et où les moines sont traditionnellement les détenteurs du savoir. Les disciplines des sciences humaines étaient donc inconnues dans ce pays où l’éducation moderne, c’est-à-dire non-monastique, n’a commencé qu’en 1965. Jusque dans les années 1980, leur concept même était encore peu compris et cause de grande méfiance. À la fin des années 1980, l’ouverture à la recherche en général et aux sciences humaines en particulier, a été de pair avec le développement du pays et sa sortie de l’isolement géopolitique. Cette ouverture s’accompagnait d’une volonté politique de former des chercheurs bhoutanais plutôt que de dépendre de chercheurs étrangers. Ce choix était dans la droite ligne de la politique de développement durable dans tous les secteurs que le gouvernement avait choisie. À la suite d’efforts individuels d’étrangers, de circonstances favorables, d’ouverture rapide aux mentalités des « autres » et aux concepts globaux, le pays expérimente depuis le milieu des années 1990, un véritable bond en avant dans le domaine des sciences humaines. Différentes institutions étrangères, dont le Centre national de la recherche scientifique, par l’intermédiaire de chercheurs individuels ont pu tisser des liens avec les institutions bhoutanaises qui se créaient parallèlement : Centre for Bhutan Studies (CBS), Institute for language and cultural studies (ILCS), Sherubtse College, Dzongkha Development Commission (DDC), National Library. Ce sont ces institutions qui aujourd’hui servent de correspondantes aux chercheurs désirant travailler sur un sujet précis au Bhoutan à condition que cette étude ne soit pas déjà entreprise par un Bhoutanais. Des bourses d’études supérieures à l’étranger de plus ou moins longue durée ont été attribuées à des enseignants bhoutanais par différents pays : Australie, Canada, France, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni. L’anglais étant la langue officielle du Bhoutan, la France est désavantagée. Toutefois, le ministère des Affaires étrangères soutient activement l’implication de chercheurs du Centre national de la recherche scientifique dans la formation d’enseignants bhoutanais en sciences humaines. En effet, la présence de chercheurs du Centre national de la recherche scientifique peut être qualifiée « d’historique » puisque c’est la plus ancienne, remontant au début des années 1980. Cette longue familiarité avec le pays a permis à ces chercheurs de fournir un grand nombre de publications et de créer au sein de l’UMR 8047 (Centre national de la recherche scientifique-École pratique des hautes études) devenue aujourd’hui UMR 7133, un programme Bhoutan qui agit comme un centre d’études et réunit les chercheurs étrangers travaillant sur le Bhoutan. Les travaux effectués tant par les chercheurs étrangers que par les Bhoutanais sont très divers mais peuvent se regrouper en études politiques et/ou sociales, histoire, histoire des religions, histoire économique, ethnographie, littérature et linguistique. L’intérêt national pour la culture a aussi permis un véritable renouveau des études historiographiques traditionnelles en dzongkha et des compilations de littérature orale. En revanche de nos jours, les Bhoutanais ne produisent pas d’études philosophiques de la doctrine bouddhique que ce soit au sein d’un centre de recherche ou d’une école monastique, si l’on excepte un chercheur basé à Cambridge (Royaume-Uni) et chercheur associé au Centre national de la recherche scientifique. Le rôle de l’Unesco dans le pays est loin d’être négligeable. En effet les divisions de l’éducation, du patrimoine immatériel et du patrimoine matériel soutiennent des projets de préservation qui font appel aux méthodes et aux disciplines des sciences humaines, en particulier la documentation de rituels. Depuis 1999, il existe un journal d’études bhoutanaises, le Journal of Bhutan Studies (JBS) publié par le Centre for Bhutan Studies et les articles très divers peuvent être téléchargés à partir du site www.bhutanstudies.org.bt. Au moins trois maisons d’édition permettent la parution de livres en anglais ou en dzongkha. En 2003, 2004, et 2006 l’organisation de trois conférences internationales au Bhoutan par le Centre for Bhutan Studies et la publication de leurs actes ont été des évènements majeurs dans le pays pour la diffusion du concept de recherche en sciences humaines. Toutefois, on remarque une influence de l’idée plutôt anglo-saxonne de la recherche en sciences humaines appliquée au développement et faisant partie de projets précis en matière de santé, d’éducation, de développement social et de gouvernement local surtout au sein de communautés rurales bien définies. De plus le concept de Bonheur national brut (BNB) qui sous-tend la philosophie de développement du pays et son chemin vers la démocratie, a reçu beaucoup d’attention internationalement et le Centre for Bhutan Studies à Thimphu travaille sur le contenu du concept avec l’aide du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et du Canada. Il est certain que la recherche fondamentale est difficile à subventionner dans un pays en développement qui manque de ressources humaines de haut niveau. La plupart des personnes considérées comme des chercheurs sont des fonctionnaires, en majorité des enseignants, qui ne peuvent consacrer tout leur temps à l’étude livresque ou de terrain. D’éducation anglophone, les Bhoutanais n’ont pas accès aux nombreuses publications francophones sur le Tibet ou le Népal. Ils ignorent l’œuvre des grands médiévistes tels que J. Le Goff ou G. Duby dont les analyses du Moyen-Âge occidental donnent un éclairage révélateur à une culture où sacré et pouvoir se mêlent. En même temps l’éducation anglophone donne aux Bhoutanais un avantage certain sur leurs collègues d’autres pays d’Asie qui ont beaucoup moins de facilité tant à l’expression qu’à la lecture d’ouvrages spécialisés anglo-saxons. Enfin, l’accès sans censure à Internet permet aux intellectuels d’être au courant des événements et parutions dans les disciplines concernées ainsi que d’être en contact avec leurs collègues étrangers. Virtuellement inconnues il y a quinze ans, les sciences humaines ont gagné au Bhoutan une reconnaissance certaine et leur développement est maintenant bien assuré par le gouvernement au sein de différentes institutions.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540