Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie III. Construction des savoirs

Le problème de la classification des langues

Alain Peyraube

Texte intégral

1Septembre 2002

2En ce début du XXIe siècle, les problèmes à résoudre, quel que soit le domaine considéré, sont de plus en plus complexes. Ils requièrent une interdisciplinarité active et celle-ci est devenue l’axe fondamental des politiques de recherche, quelles qu’elles soient, d’où qu’elles viennent. Cette interdisciplinarité ne saurait masquer pour autant la nécessité de promouvoir aussi une comparaison non moins salutaire entre aires culturelles différentes, proches ou lointaines. C’est à partir de ce constat qu’est née l’initiative de constituer le Réseau Asie, afin de mieux coordonner les recherches menées sur différents pays d’Asie.

3Je voudrais présenter ici, pour illustrer la pertinence d’une telle démarche comparative, les problèmes que pose une classification des langues d’Asie orientale et d’Asie du Sud-Est.

4Les linguistes regroupent traditionnellement les 5 000 à 6 000 langues du monde – dont près de la moitié disparaîtra au cours du siècle –, dans 400 à 500 familles, de taille très inégale. Certaines d’entre elles, comme la famille austronésienne, comptent plus de 1 200 langues, d’autres n’en comptent qu’une seule : le basque, par exemple, exemple bien connu d’isolat linguistique.

  • 1 Greenberg J. H., Languages of Africa, Bloomington, Indiana Research Center in Anthropology, 1963 ; (...)
  • 2 Ruhlen M., “An overview of genetic classification”, in J. À. Hawkins and M. Gell-Mann (eds), The E (...)

5Au cours du XXe siècle, rares ont été les linguistes qui ont tenté de comparer entre elles des familles différentes et de proposer des regroupements de familles en macro-familles. Ce parti pris méthodologique a évolué depuis les années 1980, sous l’impulsion de linguistes comme Greenberg1 ou Ruhlen2, qui ont repris à leur compte d’anciennes propositions (sur l’austrique, le nostratique rebaptisé eurasiatique, etc.) et proposé de nouvelles macro-familles, comme le déné-caucasien ou l’amérinde. Il s’agit là d’hypothèses qui sont toujours âprement discutées dans la communauté des linguistes.

6Une étude de la situation telle qu’elle se présente en Asie orientale et en Asie du Sud-Est révèle bien la variété des propositions de regroupements possibles et la difficulté d’avoir des arguments indiscutables en faveur de l’une d’entre elles.

7On considère habituellement que cette vaste zone géographique regroupe cinq grandes familles linguistiques : le sino-tibétain, l’austronésien, l’austro-asiatique, le tai-kadai et le miao-yao (hmong-mjen).

  • 3 Chang K. C., The Archaeology of Ancient China, New Haven, Yale University Press, 1986.
  • 4 Van Driem G., “Sino-Bodic”, in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 60-3, 1997, (...)

8Le sino-tibétain (ST) est divisé généralement en deux branches qui auraient divergé il y a 6 000 ans, à une période à laquelle les archéologues identifient la formation de ce qu’ils appellent « la Chine initiale » (Chang3) : les langues sinitiques et les langues tibéto-birmanes (TB). Le TB regroupe quelques 250 langues, dont le tibétain, le birman, le lolo, le jingpo, etc. Les langues sinitiques, quant à elles, comprennent sept groupes : chinois du Nord ou mandarin, xiang, gan, wu, min, kejia (hakka), yue (cantonais). Le ST reste une hypothèse discutée. Certains linguistes4 assument ainsi que les langues sinitiques seraient simplement une branche du TB, voire même une sous-soussous-branche, auquel cas il n’y aurait tout simplement pas de ST.

  • 5 Blust R., “Subgrouping of the AN languages: consensus and controversies”, Communication au VIIIe c (...)
  • 6 Diamond J. M., “Taïwan’s gift to the world”, in Nature, 403, 2000, p. 709-710.

9L’austronésien (AN) daterait approximativement de 5000 avant J.-C. Il s’agit d’une des plus anciennes familles identifiées, avant même l’indo-européen, qui regroupe plus de 1200 langues. Blust5 considère que l’AN compte dix branches, dont neuf, pour 26 langues seulement, sont à Taïwan. La dixième branche rassemble ainsi plus de 1100 langues, de Madagascar à l’est de la Polynésie (voir également Diamond6).

  • 7 Sagart L., “Comment : Malayo-polynesian features in the AN-related vocabulary in Kadai”, Communica (...)

10Pour Sagart7, il n’y aurait que six branches en AN, toutes représentées à Taïwan, et une seule d’entre elles serait aussi représentée ailleurs. Dans ce scénario, les langues malayo-polynésiennes ne seraient plus qu’une sous-sous-sous-sous-sous branche d’un groupe paiwan-polynésien.

11La famille austro-asiatique (AA), identifiée vers 1880, compte près de 150 langues. Elle se subdivise en deux branches : les langues munda du Nord de l’Inde et les autres langues môn-khmer, notamment au Vietnam et au Cambodge. Comme l’AN, l’AA pourrait dater de 4000 à 5000 ans avant J.-C. Le tai-kadai (daïque) regroupe les langues tai et les langues kadai. La famille comprend le thai, bien sûr, mais aussi le lao, le zhuang, le buyi et les langues kam-sui (kam, sui, mulao, maonan, etc.) du Sud de la Chine.

12La famille miao-yao (hmong-mjen), enfin, comprend une trentaine de langues qu’on répartit en deux groupes : celui des langues miao (hmong du Guizhou, du Yunan, d’Indochine, hmn de l’ouest du Guizhou, qo xiong de l’Ouest du Hunan) et celui des langues yao (mjen, mun, tsao min).

13Divers regroupements entre les cinq familles détaillées ci-dessus ont été proposés au cours du siècle dernier. Presque toutes les combinaisons ont été essayées.

  • 8 Pulleyblank E. G., “Early contacts between Indo-Europeans and Chinese”, in International Review of (...)

14Si on exclut l’hypothèse d’un Sino-indo-européen, encore très fragile (Pulleyblank8), quatre scénarios de quatre macro-familles sont aujourd’hui en discussion : Austro-Tai, Austrique, Sino-caucasien, Sino-austronésien (devenu récemment Sino-tibétain-austronésien).

  • 9 Schlegel G., “Review of Frankfurter’s Siamese Grammar”, in T’oung Pao, 2, 1901, p. 76-87.
  • 10 Benedict, “Thai, Kadai, and Indonesian: A new realignment in Southeast Asia”, in American Anthropo (...)
  • 11 Ostapirat W., “Kra-dai and Austronesian: notes on some phonological correspondences”. Communicatio (...)
  • 12 Thurgood G., “Tai-kadai and Austronesian: the nature of the historical Relationship”, in Oceanic l (...)

15En ce qui concerne l’Austro-Tai, Schlegel9 avait déjà noté des rapports entre les langues tai et les langues austronésiennes. Mais c’est Benedict10 qui a véritablement proposé, dès 1942, l’existence d’une macro-famille Austro-tai, comprenant deux branches : le tai-kadai et l’austronésien, auxquelles on a parfois ajouté le miao-yao. Cette hypothèse est aujourd’hui toujours défendue par Ostapirat11 et critiquée, entre autres, par Thurgood12.

  • 13 Schmidt W., Grundzüge einer Lautlehreder der Mon-khmer Sprachen, 1905.
  • 14 Blust R., “Beyond the Austronesian homeland: the Austric hypothesis and its implications for archa (...)
  • 15 Reid L., “Morphological evidence for Austric”, in Oceanic linguistics, 33-2, 1994, p. 323-344.
  • 16 Diffloth G., “On the high cost of Austric”, Communication au symposium sur les perspectives d’une (...)

16L’Austrique est une hypothèse émise par Schmidt13 qui regroupait les familles AA et AN. Elle est aujourd’hui reprise par Blust14 et par Reid15. D’autres y ajoutent même le miao-yao et les langues tai-kadai. Diffloth16 pense que ces rapprochements sont loin d’être convaincants. Il situe par ailleurs le proto-AA très au sud du sous-continent de l’Asie du Sud-Est, voire en Inde même, ce qui rend l’hypothèse de l’Austrique assez invraisemblable.

  • 17 Starostin S., “Nostratic and Sino-Caucasian”, in V. Shevoroshkin (ed.), Explorations in language m (...)
  • 18 Bengston J. D., “Notes on Sino-caucasian”, in V. Shevoroshkin (ed.), Dene-Sino-Caucasian languages (...)

17Après avoir identifié des items lexicaux communs entre le ST, le caucasien du Nord et le iénisséen (langue ket), Starostin17 propose au début des années 1980 l’existence d’une macro-famille, le Sinocaucasien. Plus tard, Bengston18 y ajoute le basque, le bouroushaski et le na-déné, pour en faire la macro-famille appelée par Ruhlen le Déné-caucasien.

  • 19 Sagart L., “Chinese and Austronesian: evidence for a genetic relationship”, in Journal of Chinese (...)
  • 20 Sagart L., “The Evidence for Sino-Austronesian”, Communication au symposium sur les perspectives d (...)

18Au début des années 1990, enfin, Sagart19 suggère que le chinois et l’austronésien sont apparentés et affirme en conséquence l’existence d’une macro-famille, le Sino-austronésien, divisée en deux branches : les langues sinitiques et les langues austronésiennes. Le tibéto-birman est laissé de côté. Il revient aujourd’hui sur cette hypothèse en reconnaissant une intégrité au sino-tibétain (avec ses deux branches, langues sinitiques et langues TB) et propose une nouvelle macro-famille : le Sino-tibétain-austronésien (STAN)20. Les langues tai-kadai sont aussi incluses dans le STAN, qui daterait de 6500 environ avant J.-C., au moment de la domestication des céréales dans la vallée du fleuve Jaune.

  • 21 Starosta S., “PEA: A scenario for the origin and the dispersal of the languages of East and Southe (...)
  • 22 Sagart L., “The Evidence for Sino-Austronesian”, Communication au symposium sur les perspectives d (...)

19Les liens présumés entre les diverses familles linguistiques dans les hypothèses évoquées ci-dessus de macro-familles ont naturellement conduit à supposer une langue ancestrale commune pour toutes ces langues. Le pas a été franchi tout récemment par Straosta21 (2001), qui appelle cette macro-macro-famille le Proto-Eastasian (PEA). Le PEA aurait été parlé en Chine centrale, autour de la rivière Han et du fleuve Jaune, aux alentours de 10000 à 8000 avant J.-C. Il comprendrait seulement deux branches : le STAN (en reprenant la suggestion de Sagart22 d’y inclure aussi le tai-kadai) et l’austroasiatique. Nul besoin alors de reconnaître une macro-famille austrique.

20Cette hypothèse d’une seule macro-macro-famille pour l’Asie orientale et l’Asie du Sud-Est reste une pure spéculation, mais elle pourrait être soutenue par les études purement typologiques, voire de linguistique aréale, qui utilisent plus volontiers des critères syntaxiques que des critères d’ordre phonétique ou lexical. Bon nombre de propriétés syntaxiques ont en effet été identifiées, qui sont communes à la plupart des langues de cette aire très vaste.

21La génétique des populations, qui se propose, à partir de l’étude de la variabilité génétique de notre espèce, de reconstruire l’histoire des humains modernes depuis leur origine jusqu’à nos jours, est venue prêter main forte aux linguistes dans leur entreprise de classification des langues. Dès que les généticiens ont commencé, dans les années 1980, à pratiquer systématiquement l’analyse de l’ADN, les données se sont en effet considérablement accumulées, en même temps que se sont développées les techniques bio-chimiques et moléculaires ainsi que les modèles théoriques d’évolution nécessaires à l’interprétation du matériel génétique dans un contexte historique.

22Des corrélations entre distance génétique – notion centrale en génétique des populations – et distance linguistique ont été alors tentées. Et quelques correspondances étroites entre la classification génétique des populations et celle des macro-familles de langues ont été trouvées. D’autres travaux ont ensuite infirmé l’existence de corrélations indiscutables entre classification génétique des populations et classification des langues.

  • 23 Zhao T. M. et T. Lee, “Gm and Km allotypes in 74 Chinese populations: a hypothesis of the origin o (...)
  • 24 Zhao T. M., G. Zhang, Y. Zhu, S. Zheng, W. Gu, Q. Chen, X. Zhang et D. Liu, « Étude d’allotypes d’ (...)

23Un des premiers travaux importants menés par les généticiens chinois à partir d’une étude de la distribution des allotypes de l’immoglobuline Gm et Km dans 74 populations de Chine populaire conclut clairement que les Han du Nord et les Han du Sud manifestent des différences génétiques marquées. La division passe le long d’une ligne correspondant à la latitude 30° Nord (Zhao et Lee23, Zhao et al.24). Une comparaison avec 33 autres populations hors de Chine fait aussi apparaître que les Han du Nord appartiendraient volontiers à un groupe comprenant aussi les Althabasques (parlant des langues nadéné d’Amérique du Nord, i.e. de la macro-famille Dénécaucasienne), les Esquimaux, les Japonais, les Coréens et les Mongols (parlant des langues eskimo-aléoutes ou altaïques appartenant à la macro-famille Eurasiatique). Les Han du Sud, en revanche, seraient plus proches des Thaïlandais (langues tai-kadai), des Indonésiens et des Philippins (langues austronésiennes), enfin des Vietnamiens (langue austro-asiatique), bref autant de populations dont les langues sont subsumées dans la macro-famille Austrique.

  • 25 Chu J. Y., W. Huang, S. Kuang, J. Wang, J. Xu, Z. Chu, Z. Yang, K. Lin, P. Li, M. Wu, Z. Geng, C. (...)
  • 26 Su B., J. Xiao, P. Underhill, R. Deka, W. Zhang, J. Akey, W. Huang, D. Shen, D. Lu, J. Luo, J. Chu (...)

24Chu et al.25, après avoir étudié le profil génétique de 28 populations chinoises, soutiennent fermement cette distinction Nord-Sud. Il en est de même de Su et al.26, dont les analyses ont porté sur le chromosome Y. Ils notent que les populations du Sud révèlent beaucoup plus de polymorphismes que celles du Nord, qui partagent seulement avec elles un sous-ensemble limité d’haplotypes.

25L’unité des Han serait donc culturelle et non biologique. Elle pourrait être aussi non linguistique, les langues sinitiques étant rattachées, c’est selon, au Déné-caucasien quand il s’agit des langues parlées dans le Nord de la Chine ou à la macro-famille Austrique pour le chinois du Sud.

  • 27 Ding Y. C., S. Wooding, H. Harpending, H. Chi, H. Li, Y. Fu, J. Pang, Y. Yao, J. Yu, R. Moyzis et (...)

26Ding et al.27, cependant, après avoir analysé trois marqueurs et un virus humain, affirment qu’une telle distinction Nord-Sud n’a pas de raison d’être. Ils notent ainsi que les populations zhuang du Sud de la Chine, qui parlent le zhuang (une langue tai-kadai) sont très proches génétiquement des Chinois du Nord, beaucoup plus proches qu’ils ne le sont des Vietnamiens (locuteurs de langues austro-asiatiques) ou des Malais (locuteurs de langues austronésiennes). Ils concluent que les différences observées entre Chinois septentrionaux et méridionaux sont dues simplement à des phénomènes culturels sans implication quelconque au niveau de la génétique.

  • 28 Yao Y. G., Q. Kong, H-J Bandelt, T. Kivisild and Y. Zhang, “Phylogeographic differentiation of mit (...)

27Yao et al.28 pensent aussi qu’une simple division entre Chinois du Sud et Chinois du Nord est inappropriée pour rendre compte de la structure génétique des Han, autrement plus complexe.

28Ce débat sur les populations asiatiques, comme celui sur l’existence ou non de macro-familles n’est pas près d’être résolu. Les recherches les plus récentes et les plus prometteuses, quelles que soient les hypothèses contradictoires et l’absence de certitudes auxquelles elles ont abouti pour l’instant, ont ceci de particulier qu’elles sont devenues réellement interdisciplinaires et inter-aires culturelles. Les linguistes sont sortis de leur strict domaine de compétences et ont éprouvé le besoin de travailler avec des généticiens, mais aussi des archéologues, des paléoanthropologues, des paléodémographes, pour tenter de réaliser cette « nouvelle synthèse » que Renfrew appelle de ses vœux depuis le début des années 1990. Les spécialistes d’aires culturelles précises (Chine, Japon, Inde, Asie du Sud-Est, etc.) sont aussi sortis de leur aire culturelle de prédilection.

29Il était temps que la France, à l’instar d’autres pays européens comme les Pays-Bas ou des États-Unis, dispose aussi d’un Réseau Asie pour coordonner ces initiatives.

Notes

1 Greenberg J. H., Languages of Africa, Bloomington, Indiana Research Center in Anthropology, 1963 ; Greenberg J. H., Languages in Americas, Stanford, Stanford University Press, 1987 ; Greenberg J. H. Indo-European and its closest relatives : the Eurasiatic language familly, Stanford, Sstanford University Press, à paraître.

2 Ruhlen M., “An overview of genetic classification”, in J. À. Hawkins and M. Gell-Mann (eds), The Evolution of human Languages, Redwwod City (CA), Addison-Wesley Publishing Company, 1992, p. 159-189 ; Ruhlen M., On the origins of languages : Studies in linguistic taxonomy, Stanford, Stanford University Press, 1994 ; Ruhlen M., L’origine des langues, Paris, Belin, 1997.

3 Chang K. C., The Archaeology of Ancient China, New Haven, Yale University Press, 1986.

4 Van Driem G., “Sino-Bodic”, in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 60-3, 1997, p. 455-488 ; Van Driem G., Languages of the Himalayas, Leiden, Brill, 2001.

5 Blust R., “Subgrouping of the AN languages: consensus and controversies”, Communication au VIIIe colloque international de linguistique austronésienne, Taipei, 1997.

6 Diamond J. M., “Taïwan’s gift to the world”, in Nature, 403, 2000, p. 709-710.

7 Sagart L., “Comment : Malayo-polynesian features in the AN-related vocabulary in Kadai”, Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

8 Pulleyblank E. G., “Early contacts between Indo-Europeans and Chinese”, in International Review of Chinese Linguistics, 1-1, 1996, p. 1-24.

9 Schlegel G., “Review of Frankfurter’s Siamese Grammar”, in T’oung Pao, 2, 1901, p. 76-87.

10 Benedict, “Thai, Kadai, and Indonesian: A new realignment in Southeast Asia”, in American Anthropologist, 44, 1942, p. 576-601.

11 Ostapirat W., “Kra-dai and Austronesian: notes on some phonological correspondences”. Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

12 Thurgood G., “Tai-kadai and Austronesian: the nature of the historical Relationship”, in Oceanic linguistics, 33-2, 1994, p. 354-368.

13 Schmidt W., Grundzüge einer Lautlehreder der Mon-khmer Sprachen, 1905.

14 Blust R., “Beyond the Austronesian homeland: the Austric hypothesis and its implications for archaeology”, in W. Goodenough (ed.), Prehistoric settlement of the Pacific, Philadelphia, American Philosophical Society, 1996, p. 117-140.

15 Reid L., “Morphological evidence for Austric”, in Oceanic linguistics, 33-2, 1994, p. 323-344.

16 Diffloth G., “On the high cost of Austric”, Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

17 Starostin S., “Nostratic and Sino-Caucasian”, in V. Shevoroshkin (ed.), Explorations in language macrofamilies, Bochum, Studienverlag Dr. Brockmeyer, 1989, p. 42-66.

18 Bengston J. D., “Notes on Sino-caucasian”, in V. Shevoroshkin (ed.), Dene-Sino-Caucasian languages. Bochum, Studienverlag Brockmeyer, 1991.

19 Sagart L., “Chinese and Austronesian: evidence for a genetic relationship”, in Journal of Chinese Linguistics, 21-1, 1993, p. 1-62.

20 Sagart L., “The Evidence for Sino-Austronesian”, Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

21 Starosta S., “PEA: A scenario for the origin and the dispersal of the languages of East and Southeast Asia and the Pacific”, Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

22 Sagart L., “The Evidence for Sino-Austronesian”, Communication au symposium sur les perspectives d’une phylogénie des langues d’Asie orientale, Périgueux, 2001.

23 Zhao T. M. et T. Lee, “Gm and Km allotypes in 74 Chinese populations: a hypothesis of the origin of the Chinese nation”, in Human Genetics, 83, 1989, p. 101-110.

24 Zhao T. M., G. Zhang, Y. Zhu, S. Zheng, W. Gu, Q. Chen, X. Zhang et D. Liu, « Étude d’allotypes d’immoglobuline dans la population chinoise : hypothèse sur l’origine de la nation chinoise », in Acta Genetica Sinica, 18-2, 1991, p. 97-108, (en chinois).

25 Chu J. Y., W. Huang, S. Kuang, J. Wang, J. Xu, Z. Chu, Z. Yang, K. Lin, P. Li, M. Wu, Z. Geng, C. Tan, R. Du et L. Jin, “Genetic relationship of populations in China”, Proceedings of the National Academy of Sciences, 95, 1998, p. 11 763-11 768.

26 Su B., J. Xiao, P. Underhill, R. Deka, W. Zhang, J. Akey, W. Huang, D. Shen, D. Lu, J. Luo, J. Chu, J. Tan, P. Shen, R. Davis, L. Cavalli-Sforza, R. Chakraborty, M. Xiong, R. Du, P. Oefner, Z. Chen et L. Jin, “Y-chromosome evidence for a northward migration of modern humans into Eastern Asia during the last Ice Age”, in American Journal of Human Genetics, 65, 1999, p. 1 718-1 724.

27 Ding Y. C., S. Wooding, H. Harpending, H. Chi, H. Li, Y. Fu, J. Pang, Y. Yao, J. Yu, R. Moyzis et Y. Zhang, “Population structure and history in East Asia”, Proceedings of the National Academy of Sciences, 97, 2000, p. 14 003-14 006.

28 Yao Y. G., Q. Kong, H-J Bandelt, T. Kivisild and Y. Zhang, “Phylogeographic differentiation of mitochonjdrial DNA in han Chinese”, in American Journal of Human Genetics, 70, 2002.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site