Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Du soviétisme à la dictature en Ouzbékistan : jalons d’une régression politique sociale et économique

Laurent Bazin, Bernard Hours et Monique Selim

Texte intégral

1Juillet 2005

2Lorsqu’au début des années 1990 l’Ouzbékistan devient un État indépendant sur les ruines de l’URSS, les conditions de viabilité d’un État national démocratique ne sont pas toutes réunis, ce qui amène au pouvoir le secrétaire du Parti communiste, Islam Karimov, sur un projet nationaliste euphorique nourri des attentes d’une société fragilisée par les effets de la perestroïka et l’effritement progressif du welfare-state soviétique. Population pluriethnique, frontières contestées, l’héritage de l’URSS est politiquement problématique et la construction de l’identité nationale s’inscrit comme une nécessité, quitte à réinventer l’histoire. C’est la tâche à laquelle s’attelle Islam Karimov avec un zèle qui progressivement va le transformer en dictateur nationaliste autiste.

3Toute une rhétorique nationaliste de puissance, de dignité, de valeurs culturelles est mise en avant tandis que l’économie capitaliste, les « réformes » espérées par les instances multilatérales et par la société se font attendre. Le nationalisme fonctionne comme un rideau de fumée qui se dissipe progressivement durant près de quinze ans car la population s’appauvrit, les industries ferment, les affaires sont monopolisées par le pouvoir, les systèmes d’éducation, de protection sociale, de santé, se dégradent pour laisser la place à des mafias d’État, construites sur une corruption effrénée. C’est ainsi que l’État devient peu à peu une entreprise familiale, disqualifiée par le peuple, manipulatrice d’un pseudo-pluralisme électoral auquel même les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ne parviennent plus à croire. Mais le régime organise soigneusement l’absence d’alternative en interdisant toute expression de la société civile, tout parti d’opposition réel, toute liberté des médias, en brimant les organisations non gouvernementales (ONG) favorables à une évolution démocratique. Pendant ce temps, les prisons sont remplies de suspects d’islamisme, torturés à grande échelle.

4En fait le danger islamiste, très hypothétique et de facto circonscrit par cette répression massive, sert de prétexte pour abolir toute expression autre que celle du pouvoir d’État. Jouant habilement des rapprochements avec Moscou ou bien avec Washington, comme on le faisait au temps de la guerre froide, ce régime affronte néanmoins une réprobation croissante à l’Ouest. Disposant d’une base militaire utile pour l’Irak, l’Afghanistan et l’Iran, les États-Unis sont fort embarrassés par cet allié si peu démocratique et restent temporairement dans une position d’attentisme.

5Trois champs de crise symptomatiques de l’état de la société et de l’État peuvent être évoqués. En premier lieu, la sphère du travail et de la production apparaît marquée par un déclin prononcé, dont la conscience est très vive chez tous les acteurs sociaux, à l’encontre d’une rhétorique officielle basée sur une dénégation éhontée de toute difficulté. Le tissu économique datant de l’époque soviétique – agriculture et industrie – a été déstructuré et partiellement détruit par la dépression économique qui a précédé le démembrement de l’URSS et s’est renforcée au fil des ans, contrairement à la situation de certains des États voisins. Un moment préservé des privatisations, le parc industriel a été pour une part frappé d’obsolescence, tandis qu’une autre part a été progressivement cédée à des capitaux étrangers, dont les investissements sont cependant faibles, voire en retrait. Les entreprises, même privatisées, restent soumises à un contrôle politique et administratif sourcilleux. Elles rencontrent en outre des difficultés notables à s’approvisionner en liquidités, celles-ci étant retenues dans les banques du fait d’une politique sommaire de restriction de la masse monétaire. Le chômage est aujourd’hui massif et les salaires qui, du fait de cette politique de raréfaction des liquidités, sont fréquemment payés en retard voire en nature, se sont effondrés à un niveau tellement bas que l’emploi, devenu en lui-même peu attractif, ne peut constituer l’unique source de revenu pour une famille ni même pour un individu seul. Parallèlement, les anciens dispositifs de protection sociale ont disparu tandis que l’accès au logement, aux soins ou à la scolarisation s’avère aujourd’hui coûteux et problématique.

6Dans ce contexte de pénurie économique persistante, les femmes et le travail des femmes sont devenus des enjeux sociaux majeurs, dans toutes leurs dimensions économiques, politiques, symboliques, etc. Alors que l’URSS avait tenté de généraliser le travail des femmes, ce dernier semble à la fois régresser sous l’effet d’un processus de re-traditionnalisation et simultanément devenir une condition de survie. À titre illustratif, une initiative économique féminine est remarquable, notamment dans le commerce ; les privatisations et l’implantation de nouvelles entreprises, à capitaux étrangers, entraînent parallèlement une prolétarisation de jeunes femmes des villages périurbains, réputées plus dures à la tâches que leurs homologues des villes ; l’appauvrissement dramatique des campagnes accentué par le récent démantèlement des kolkhozes – les terres sont accaparées par une petite minorité de notables – conduit de surcroît de nombreuses personnes à migrer vers les villes pour s’efforcer de trouver des sources de revenus. Les marchés, parfois le bord des routes, sont devenus des lieux où des ruraux de plus en plus nombreux tentent de vendre leur force de travail. Ces « marchés du travail » au sens le plus concret se sont féminisés au cours des cinq dernières années. Ils reposent, comme c’est le cas en Chine à une échelle bien plus importante, sur la constitution d’une « population flottante », maintenue dans une précarité économique d’autant plus grande qu’elle est, administrativement, en situation d’illégalité faute d’obtenir un permis de résidence et de travail hors des provinces d’origine.

7Le second champ que l’on peut évoquer est celui de la recherche scientifique : dans une continuité symptomatique avec l’URSS, elle se voit octroyer un rôle supposé majeur mais largement fictif. L’instauration d’un système de contrats sur appels d’offres disciplinaires et thématiques de l’État avec en corollaire une dé-salarisation généralisée façonnent un paysage spécifique : la précarité économique extrême qui est le lot des chercheurs et de l’ensemble des intellectuels renforce les injonctions de leur mission idéologique. Loin d’être abandonnée, la notion d’idéologie se voit dotée d’une nouvelle aura ; Islam Karimov a en effet, dans ses nombreuses œuvres qui font l’objet d’examens obligatoires à tous les niveaux d’enseignement, pointé les risques que pouvaient engendrer « le vide idéologique » et a entrepris de bâtir une « immunité idéologique » selon ses propres termes. Ainsi les sciences sociales et humaines ont-elles pour devoir d’ériger les socles historiques, archéologiques, culturels, philosophiques et ethniques de la légitimité de « l’État indépendant » et de contrer les « attaques idéologiques » véhiculées par Internet et identifiées à une « arme de destruction massive » qu’il faudrait contenir. Petits travailleurs de l’idéologie, hier comme aujourd’hui – mais désormais dans des conditions sociales et économiques si détériorées qu’elles semblent proches de la survie –, les chercheurs s’attellent à leur tâche avec sérieux, rigueur et dans la crainte d’une sanction de tout écart.

8Le délitement des structures économiques, la quête éperdue de moyens de subsistance, le chômage brutal des hommes, les migrations ont entraîné des transformations des rapports familiaux très repérables dans toutes les couches de la population, des milieux paysans et ouvriers aux franges sociales intellectuelles. La retraditionnalisation en œuvre sous l’égide de l’État débouche sur des processus contradictoires touchant en particulier la position des femmes : d’un côté elles sont projetées sur un marché embryonnaire du travail d’une extrême fragilité, de l’autre elles se voient l’objet d’un retour à des normes antérieures combattues selon des degrés divers par l’État soviétique au nom de la modernisation et de la destruction des sociétés « traditionnelles ». Dans tous les cas, elles se retrouvent l’otage de nouvelles légitimations de coercition qui sont sacralisées dans l’incantation des o’zbekchilik (traditions ouzbèkes) transcendant les classes sociales et leurs différenciations passées et présentes. On assiste ainsi à la production de nouveaux modes d’unification dans la particularisation, autour de règles de mariages désormais pensées comme intemporelles. En conséquence, les mariages sont l’objet d’investissements sociaux, économiques et symboliques essentiels : ostentation et manifestation de puissance et de richesse, inflation des coûts cérémoniels, des dots et des compensations matrimoniales, raréfaction des mariages entre époux de « nationalité » (au sens soviétique : elle est toujours inscrite sur le passeport) différente, confortation des mariages arrangés et négociés entre familles.

9Ces transformations dans un contexte de tensions économiques et de durcissement continu de l’oppression politique dénotent un repli généralisé et très prononcé sur la sphère familiale comme refuge à la menace de la brutalité de l’État d’un côté, de l’incertitude économique de l’autre. Simultanément, la famille et le mariage sont magnifiés par l’État qui tente également d’abolir la possibilité du divorce. L’État voit dans l’exaltation de l’unité familiale ouzbèke, à juste titre, la matrice de postures de soumission à toute forme d’autorité et d’un renforcement des relations de dépendance économique et politique. Corollairement, le désir de quitter le pays – pour le Kazakhstan, la Russie ou les pays occidentaux – apparaît très répandu dans toutes les catégories sociales tant la fuite se présente comme la seule issue. « L’Ouzbékistan est foutu » est un leitmotiv inlassablement répété, comme un écho inversé des slogans présidentiels omniprésents promettant un « État grandiose (comme) avenir de l’Ouzbékistan ».

10Les ONG sont elles aussi en crise après un parcours relativement ascensionnel depuis l’indépendance. Jusqu’en 1995, dans l’euphorie de l’indépendance sont nées des centaines d’ONG plus ou moins conformes à cette notion. Tout ce qui était non étatique était déclaré ONG, y compris les partis politiques. Les bailleurs de fonds internationaux ont mis un peu d’ordre dans ce fatras où l’on observe la forte présence de femmes, de nombreux leaders formés dans les structures soviétiques, une tendance marquée à l’emploi familial dans des « ONG-maison » assez fréquentes. Durant cette période on attendait tout de l’Occident vainqueur et tout paraissait possible, y compris l’émergence d’une société civile dotée d’une voix et des miracles écologiques pour remplir la mer d’Aral. Malgré les financements reçus de l’étranger, à 80 % des États-Unis, peu de société civile en 1995 et moins encore en 2005 car la rhétorique nationaliste étatique a peu à peu bâillonné l’opinion au nom de la « spécificité ouzbèke ». Ce piège a bien fonctionné et même l’intelligentsia s’y est laissée prendre, qui découvre aujourd’hui un champ politique monopolisé par le pouvoir d’État. Même à ce niveau aucune voix n’est autorisée hormis celle du président qui est ainsi parvenu à incarner la société en la mettant en état de « mort cérébrale ». Dépités par le maigre développement de la société civile, imputé à tort à la société au lieu d’être attribué à l’État, les bailleurs de fonds (Agence des États-Unis pour le développement international, Banque mondiale, Banque asiatique de développement, Programme des Nations unies pour le développement… pour citer les principaux) ont progressivement accordé aux ONG une aide plus ciblée, plus modeste, sur des projets socioéconomiques ou humanitaires de faible importance, multipliés sans capitalisation ni véritable stratégie, sans parler des multiples tentatives de l’État pour capter une partie de ces ressources à travers les Gongos (ONG-gouvernementales) face auxquelles les bailleurs de fonds institutionnels font preuve d’autant de mansuétude qu’avec le régime.

11La fermeture brutale de la fondation Soros en 2004, spécialisée dans l’émergence de la société civile et facilitatrice avérée des « révolutions » calmes en Géorgie puis en Ukraine, a très sérieusement réduit les fonds destinés à cette société civile interdite. Les bailleurs de fonds se sont tus et font semblant de n’avoir rien vu… jusqu’à Andijon peut-être. La mesure de cet événement est forte en Occident et presque étouffée à l’intérieur d’un pays qui se découvre « coupé du monde ». Le gouvernement a clairement formulé sa vision des ONG en 2005. Il a pour projet, à travers une association nationale des ONG, de prendre explicitement le contrôle de toutes les ONG (dont le nombre a diminué des deux tiers depuis 2004) en vue de piloter intégralement les objectifs et les programmes. Cette « nationalisation » des ONG serait probablement une première mondiale et serait réalisée avec des fonds étrangers (bien problématiques) et des ressources de l’État.

12Pour l’heure les fonds reçus de l’étranger sont gelés dans la banque d’État qui les monopolise. Environ un tiers est livré aux destinataires, le reste est retourné aux expéditeurs avec la mention : « Ce projet n’entre pas dans les priorités du gouvernement. » Effrayé par le rôle des ONG et des sociétés civiles dans les évolutions politiques des pays voisins, le régime ouzbek a choisi de les neutraliser brutalement depuis 2004. La peur provoque la menace qui engendre la peur. On peut donc se demander si les graines semées pourront pousser au pied des mitrailleuses, sans l’intervention de pressions internationales fortes susceptibles d’acculer le régime… mais à quelles extrémités ?

13Aujourd’hui la nostalgie de l’URSS est partagée par une large part de la société tandis que le pays ne connaît ni l’économie de marché, ni la démocratie. Il est plus pauvre et moins libre qu’en 1990 et fait la triste expérience d’une soi-disant « transition » en forme de régression, voire de descente aux enfers. Jusqu’où ?

14Dans cette conjoncture, des questions sociologiques et anthropologiques majeures se posent concernant la domination, sa reproduction et surtout ses modes d’incorporation. La représentation négative que les acteurs ont d’eux-mêmes – s’identifiant à travers la parole supposée de l’ancien dominant russe à des animaux symbolisant la soumission et la passivité (les moutons) ou désormais à d’autres dénués de parole (les poissons) – désigne l’efficacité consciente et inconsciente du pouvoir sur un temps long. Selon un schéma maintenant bien rodé dans tous les pays musulmans et bien au-delà, la « lutte contre le terrorisme islamiste », en permettant d’éradiquer tous les germes d’opposition politique, contribue à cet assujettissement collectif.

Auteurs

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540