Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Comprendre le Cambodge d’aujourd’hui

Alain Forest

Texte intégral

1Février 2008

2Durant les années 1990-2005, nulle autre contrée de par le monde que le Cambodge n’a été autant observée, examinée, scrutée par les experts, les membres d’organisations non gouvernementales, les spécialistes de toutes disciplines, que le Cambodge. Données chiffrées, statistiques et tableaux, pourcentages et « fromages », projections et prévisions – le plus souvent alarmistes ! –, abondent et parfois encombrent. Certaines des études ainsi produites témoignent d’une approche superficielle du terrain en même temps que d’une assurance déconcertante, mais beaucoup sont estimables, notamment au regard des conditions d’impréparation et de rapidité dans lesquelles elles ont été effectuées, et elles donneront du grain à moudre aux historiens à venir. Cependant, elles pèchent généralement par l’esprit qui les anime : par la force des choses, elles sont pénétrées d’un utilitarisme réducteur, où le Cambodge est essentiellement traité comme un amoncellement de « cas » à résoudre, d’anormalités à évaluer et à ramener à une « norme », ceci au risque, d’une part, d’occulter le poids d’une longue histoire passée et de s’en tenir aux stéréotypes, d’autre part, de simplifier et de ne comprendre la société qu’à travers l’accumulation et le traitement de chiffres.

3Toutefois, s’il est légitime de s’intéresser à Angkor comme aux Khmers rouges, l’histoire du Cambodge, surtout l’histoire récente, est loin de se résumer à ces deux moments. Au moins la façon dont ces moments ont pesé sur l’histoire, c’est-à-dire dont leurs suites et leurs conséquences ont été vécues au fil du temps, mériterait-elle autant d’attention.

4Repenser les principales articulations des discours concernant le Cambodge, synthétiser les avancées de la connaissance depuis cinquante ans, revoir et recadrer les perspectives, cet effort est tenté dans un ouvrage collectif sur Le Cambodge contemporain, initié par l’IRASEC (Bangkok MAE/Centre national de la recherche scientifique) et publié dans le courant du premier trimestre 2008 aux Indes Savantes (Paris). Il ne s’agit pas d’une compilation encyclopédique, il ne prétend pas couvrir tous les aspects du Cambodge contemporain ni même l’ensemble des défis cruciaux pour le Cambodge confronté au monde d’aujourd’hui. Il présente des « lectures » synthétiques de l’histoire, de quelques grands pans de la réalité cambodgienne et de quelques situations exemplaires, par des personnes qui entretiennent avec le terrain, depuis parfois des dizaines d’années, une certaine familiarité. Cela ne suffit évidemment pas à en faire d’infaillibles spécialistes mais elle ont acquis une vision relativement large des situations, dans la durée et dans leur complexité, qui procure à leurs analyses une certaine légitimité.

5Ces lectures sont déterminées par au moins trois constatations. La première est d’une évidence trop souvent négligée : des générations de jeunes Cambodgiens et Cambodgiennes ont maintenant atteint l’âge mûr, qui n’ont jamais connu la période polpotienne du Kampuchea démocratique (1975-1979). Si l’on y ajoute ceux qui, nés entre 1970 et 1979, ont été essentiellement les spectateurs victimes de la guerre et de la barbarie polpotienne, c’est toute la population de moins de 38 ans, soit une grande majorité des Cambodgiens qui se trouve étrangère à l’histoire conduite par leur aînés – protectorat, période sihanoukiste dite du Sangkum (1953-1970), régime lonnolien (1970-1975). Beaucoup ont par contre vécu ces années glauques de la République populaire du Kampuchea et du protectorat vietnamien (1979-1989) qui n’étaient pas sans évoquer les années du communisme d’après-guerre dans les pays de l’Est (lesquels ont d’ailleurs beaucoup aidé le Cambodge dans ces années difficiles, notamment par la formation de personnels techniques). Ils se sont donc éveillés à la vie dans une ambiance de crainte et d’incertitude, et pour la plupart au milieu de familles démembrées et obligées de lutter en permanence pour assurer leur survie au quotidien. Ils en gardent des sentiments très contrastés, avec des souvenirs de grande solidarité et de grande sollicitude de la part de leur entourage, et de grande dureté de la société ; de résignation et de lutte ; d’envie par rapport à ceux qui avaient pu gagner l’étranger et de fierté d’être restés et d’avoir surmonté les épreuves. S’ils ont subi de plein fouet les conséquences des fautes et crimes politiques de leurs aînés, ils n’entendent guère en être accusés à leur tour et ils demeurent réservés face à un excès de moralisme tous azimuts et à des procédures censées être purificatrices mais qui les ramènent, eux, de force, à des temps qu’ils n’ont pas même connus. D’ailleurs, quand ils regardent à leur tour le passé, que voient-ils ? Une communauté internationale qui a reconnu le Kampuchea démocratique de Pol Pot et dont les membres les plus éminents ont continué d’armer les polpotistes pendant plus de dix ans après que ceux-ci eurent été rejetés du pays. Et quand ils regardent le présent ? De grands pays voisins, Thaïlande, Vietnam, Chine surtout qui bénéficient de la part de la même communauté internationale d’une indulgence remarquable et qui, en ce qui concerne la Chine, défendent efficacement leurs amis face aux pays occidentaux…

6C’est donc à ce Cambodge représenté par ces générations de l’ouverture au monde, de l’économie de marché, de la « médiatisation » et de la mondialisation mais chargées d’un passé qui explique quelque peu leurs inclinations et hésitations électorales, qu’une grande partie des articles rassemblés dans Le Cambodge contemporain s’efforce d’introduire.

7En second lieu, la démarche n’entend pas aller dans le sens de cet étrange catastrophisme, oscillant entre un Cambodge qui demeurerait le pays de l’extrême malheur, de la misère absolue et de la corruption politique, en même temps qu’un pays à l’envoûtante séduction… Dans les années 1980-2000, une mobilisation massive des aides et des bonnes volontés était largement justifiée. De là, à décrire le Cambodge d’aujourd’hui comme un pays toujours sans avenir, menacé par tous les fléaux que les hommes dans leur rapacité ou leur inconscience peuvent s’infliger, il y a un grand pas. Le pays demeure certes un des plus pauvres de la planète… mais quand on se tourne vers l’ensemble des pays pauvres de la planète, il est loin d’offrir l’image d’une totale et irrémédiable déchéance.

8En tout cas, une heure de vérité s’approche : celle où le Cambodge ne bénéficiera plus d’un état d’exception du point de vue de l’aide. On devine que l’issue du procès des Khmers rouges aura aussi pour fonction de marquer la fin d’un tel état... et de légitimer un désengagement de la communauté internationale – ce qui expliquerait aussi pourquoi les autorités cambodgiennes le font traîner en longueur. On devine également que c’est du côté de l’Asie et notamment vers la Chine que le Cambodge se tournera alors résolument.

9C’est en effet une troisième constatation de départ : une des particularités du Cambodge… c’est qu’il est en Asie, situation « évidente » mais que les donateurs et experts non asiatiques ont tendance à oublier ou à minimiser. Outre que cette donnée explique quelques-unes des orientations essentielles des régimes cambodgiens depuis 1953, elle pèse de plus en plus sur les orientations politiques, sociales et économiques actuelles et doit absolument être intégrée dans les grilles d’analyse. On remarque que, pour l’instant et probablement faute d’élites adéquatement formées, le Cambodge peine à trouver sa place au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est. Mais il retrouve la propension à échapper à la pression ou à l’envahissante sollicitude des voisins du premier cercle (Thaïlande et Vietnam), comme à la sollicitude parfois trop appuyée des pays et institutions du troisième cercle (Occidentaux et institutions internationales), par l’appui sur la puissance du second cercle, la Chine continentale.

10Dès à présent, les réponses à quelques problèmes des moins tolérables, de la corruption à la pédophilie en passant par la drogue et le trafic des œuvres d’art, dépassent le cadre d’un dialogue et d’une action commune entre Cambodgiens et Occidentaux, alors qu’ils sont largement entretenus par des pratiques, des modèles de comportement, des circuits, des fournisseurs et des consommateurs asiatiques. Plus généralement, les nouveaux circuits économiques tels qu’ils sont déterminés par les investissements dans le pays ou par la fréquentation touristique, comme les nouveaux axes prioritaires de développement s’élaborent à l’initiative d’hommes d’affaires chinois, thaïs, malaisiens… ou sous l’effet de politiques impulsées en Corée, au Japon, en Chine, par les gouvernements eux-mêmes ou par l’intermédiaire d’institutions telle la Banque asiatique de développement. On ne peut guère douter que, dans un contexte de formidable dynamisme des économies et sociétés asiatiques, les relations tissées avec les pays de la zone pèseront d’un poids plus lourd sur la définition du type de société ou du régime politique cambodgiens que les conseils et les aides de l’Occident.

11En quoi ce petit pays qu’est le Cambodge peut-il donc nous intéresser, hors l’argument – trop souvent seriné et qui justifie n’importe quoi – d’une histoire franco-cambodgienne particulière ? Sans doute parce qu’il a été et demeure – à son corps défendant et à son détriment – un excellent révélateur des rapports de force à l’œuvre dans cette région du monde. Sur une zone de fracture entre sinisation et indianisation, entre Vietnam et Siam, entre colonisation française et expansion anglo-saxonne (beaucoup trop de Français et d’Anglo-Saxons continuent, hélas, d’analyser les enjeux en ces termes), entre poussée du communisme et « containment », il est peut-être aujourd’hui au centre d’un important ré-ordonnancement régional. N’est-il pas voué à devenir la tête de pont d’une expansion chinoise qui, en raison de sa puissance économique, mise davantage sur le développement, impulsé et donc contrôlé par elle-même, des corridors birman et lao-cambodgien que sur les armes, pour s’imposer, voire pour paralyser une Asie du Sud-Est dont les principes majeurs (« non-ingérence » dans les modes de gouvernement des différents pays et défense pacifique des drapeaux et intérêts nationaux) sont intelligemment instrumentalisés par Pékin et qui semble aujourd’hui en panne d’initiatives et condamnée à feindre d’organiser un mouvement qui la dépasse ? On peut cependant présumer que cela n’ira pas sans créer de nouvelles situations de tension.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site