Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Le Laos au cœur de l’Asie ?

Vatthana Pholsena

Testo integrale

1Septembre 2008

2La République démocratique populaire lao occupe une superficie de 236 800 km2 et abrite une population approchant les 6 millions d’individus, soit une densité de population d’environ 25 habitants par km2. Son faible poids démographique n’empêche pas une très grande diversité linguistique et culturelle. Jusqu’à une date récente, le Laos recensait officiellement 47 groupes ethniques. L’ethnie lao, dominante sur le plan politique, compte pour à peine la moitié de la population totale. D’après les recherches entreprises par le Front lao pour la construction nationale (la principale organisation de masse gouvernementale), le pays en aurait à présent 49, répartis dans quatre catégories ethnolinguistiques : Lao-Tai, Mon-Khmer, Hmong-Mien et Sino-Tibétain. Cette liste de 49 noms n’a cependant pas été approuvée par l’Assemblée nationale lors de la dernière session parlementaire en juillet 2008. Ce n’est pas la « découverte » de deux nouvelles ethnies qui explique cette légère augmentation, mais un processus complexe dicté par des critères et des méthodes de sélection, parfois arbitraires, que contestent aujourd’hui les membres d’ethnies s’estimant lésées car leurs noms ont été modifiés sans leur accord, ou pire, parce qu’elles n’apparaissent plus sur cette liste. Ces désaccords mettent en lumière l’exercice difficile de définition de la nation lao ; ils montrent aussi que des décisions importantes, même sur des sujets sensibles, ne sont pas exclusivement débattues et prises au sein du bureau politique du Parti communiste.

3Le Laos partage ses frontières à l’ouest avec la Thaïlande et la Birmanie, au nord avec la Chine, à l’est avec le Vietnam, et au sud avec le Cambodge ; c’est le seul pays de la péninsule indochinoise n’ayant pas d’accès direct à la mer. Cette position géographique lui coûta très cher durant le conflit entre les États-Unis et le Nord-Vietnam. Les bombes américaines pilonnèrent l’est du pays entre 1964 et 1973 sans jamais parvenir à arrêter l’infiltration des forces communistes nord-vietnamiennes vers le Sud-Vietnam. Le « domino » tomba finalement – sans entraîner la Thaïlande dans sa chute, démentant ainsi les craintes des militaires et analystes du camp pro-capitaliste – en décembre 1975. Depuis, le Parti populaire révolutionnaire lao, qui bénéficie de l’appui solide des régimes chinois et vietnamien (ses deux plus proches alliés politiques), monopolise le pouvoir.

4C’est à l’échelle régionale que ses dirigeants imaginent désormais l’avenir du pays. Le Laos a rejoint l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN), l’organisation régionale sud-est asiatique, le 23 juillet 1997. En novembre 2004, le régime organisait le Xe sommet annuel de l’ASEAN à Vientiane. Plus de 3 000 délégués, dont 800 journalistes étrangers, furent invités. L’organisation de ce sommet symbolisait d’une certaine manière la fin d’un long chemin parcouru par ce pays sortant de trente ans de guerre et de plusieurs années d’ostracisme économique et diplomatique de la part de la communauté internationale. Cette adhésion a indéniablement apporté au Laos un supplément de visibilité, de même qu’elle a permis à ses hauts fonctionnaires d’acquérir de précieuses compétences en matière de coopération institutionnalisée. Mais l’ASEAN n’a pas la capacité (ni la mission) d’accorder des aides au développement à ses membres. En réalité, l’intégration régionale du Laos se poursuit surtout en dehors des grandes réunions officielles.

5Deux des voies transfrontalières (comprenant routes, ponts, voies ferroviaires, etc.), ou « couloirs économiques », selon le terme employé par la Banque asiatique de développement (BAD), traversent le pays : les couloirs nord-sud et est-ouest. Depuis cette année, le premier relie le nord de la Thaïlande, le nord-ouest du Laos et le sud-ouest de la Chine (le Yunnan), tandis que le second en partant du Centre-Vietnam parcourt le sud du Laos et le nord et nord-est de la Thaïlande pour rejoindre la Birmanie à l’ouest. Au siècle dernier, les administrateurs coloniaux français espéraient relier le Laos au Vietnam par voie terrestre et trouver un passage fluvial sur le Mékong vers la Chine. Leurs tentatives échouèrent. Le projet du gouvernement lao, défendu par de puissants bailleurs de fonds (dont la BAD), de transformer le pays en plaque tournante économique régionale bénéficie aujourd’hui de moyens financiers et techniques beaucoup plus importants, ainsi que du fort soutien des pays limitrophes (en particulier, la Chine et la Thaïlande) déterminés à renforcer l’intégration économique dans la péninsule indochinoise. Ces « couloirs » sont en effet porteurs de grandes ambitions : selon la BAD et les voisins frontaliers du Laos, ils vont améliorer la libre circulation des biens et des personnes (par exemple, la branche orientale du couloir nord-sud au nord-ouest du Laos – une route à quatre voies de 280 kilomètres – réduirait le temps de transport entre Kunming et Bangkok de cinq à un jour seulement) ; du point de vue du gouvernement lao, ces routes concrétisent, enfin, le désenclavement du pays – en passant d’une condition de land-locked à land-linked – et son repositionnement stratégique au cœur de l’Asie du Sud-Est péninsulaire. À ce jour, ces routes ont cependant moins favorisé les échanges entre le Laos et l’extérieur que l’installation d’investisseurs étrangers (en particulier, chinois, thaïlandais et vietnamiens) dans des zones frontalières, traversées ou à proximité des « couloirs », sur la base de concessions foncières (ainsi, à Boten sur la frontière chinoise ; dans la province de Savannakhet sur le trajet du Couloir est-ouest, et à Houei Xai au nord-ouest près de la frontière thaïlandaise), où se sont rapidement développés infrastructures commerciales et équipements touristiques (hôtels, casinos, restaurants) destinés à une clientèle principalement étrangère.

6Malgré une croissance annuelle moyenne de 6,5 %, l’économie lao contient des faiblesses structurelles (forte dépendance envers l’aide internationale, secteur industriel peu développé et faible qualification de la main-d’œuvre, notamment), qui ne lui permettent pas d’exploiter pleinement l’ouverture de ses frontières. Le pays, en revanche, est riche en ressources naturelles (terres arables non cultivées ; couverture forestière (bien qu’en déclin continu dû aux coupes de bois (légales et, surtout, illégales), à la conversion des surfaces forestières en espaces de cultures permanentes et au développement des infrastructures (routes et barrages, en particulier) ; ressources minières – cuivre, or, et charbon, notamment). Dans ce contexte, leur exploitation apparaît au regard du régime lao comme la solution la plus immédiate pour améliorer la croissance des exportations et du produit intérieur brut. Ainsi, par exemple, depuis les années 1990, le gouvernement lao, soutenu par les organismes de prêt internationaux et investisseurs privés, a accéléré sa politique de construction de barrages hydroélectriques. Le Laos, avec la province du Yunnan, détient le plus grand potentiel d’énergie hydroélectrique parmi les pays affluents du Mékong, et ses dirigeants espèrent que le pays deviendra à moyen terme la « batterie de l’Asie du Sud-Est ». Le défi à relever est immense, pourtant : comment convertir les ressources naturelles « inexploitées » en une source de revenus à la fois pour l’État et ses citoyens ; autrement dit, comment mettre en place une stratégie de développement national durable et équitable reposant sur l’exploitation de ressources naturelles dont les communautés rurales (comprenant les trois quart de la population) dépendent en grande partie pour leur subsistance ?

7La culture commerciale du caoutchouc illustre les risques de dérive dans la stratégie de conversion des ressources naturelles – ici, les terres cultivables vacantes – en capitaux. En l’absence de statistiques officielles, il est difficile de connaître la surface totale de terres agricoles converties en plantations commerciales ; en février 2007, le Comité de planification et d’investissement estimait à 200 000 hectares la superficie consacrée à la culture du caoutchouc et répartie entre 17 différentes compagnies (en majorité, chinoises, vietnamiennes et thaïlandaises). Les besoins énormes de l’économie chinoise en matières premières (devenue, depuis 2002, le premier débouché de la production mondiale de caoutchouc, alors que sa production domestique stagne depuis le début des années 1990) expliquent en partie cette expansion très rapide – l’essor de la culture du caoutchouc démarra seulement au Laos en 2004 avec l’arrivée de compagnies chinoises au nord du Laos (Luang Namtha, Oudomxay, Phongsaly). Cette demande chinoise renforce également le gouvernement lao dans sa stratégie de développement rural, et en particulier, sa politique de réduction de la pauvreté axée sur le passage d’une agriculture d’autosubsistance à une agriculture de marché dans les zones rurales et montagneuses. Enfin, il ne faut pas sous-estimer l’investissement individuel des ménages ruraux tout autant désireux de recevoir une part (même petite) du gâteau.

8Les conditions dans lesquelles opèrent les compagnies privées sont variées. Au nord (à Luang Namtha, notamment), les contrats représentent la majorité des arrangements entre les investisseurs (chinois pour la plupart) et les villageois. Si la formule « 2 + 3 » a plutôt la faveur des villageois (ces derniers apportent la terre et la main-d’œuvre, tandis que les compagnies fournissent les capitaux, les compétences techniques et les débouchés ; après récolte, les villageois reçoivent 70 % des bénéfices, les compagnies, 30 %), c’est la formule « 1 + 4 », préférée par les compagnies car elle leur octroie un plus grand contrôle (les villageois procurent la terre, le reste est pris en charge par les compagnies ; le partage des profits est inversé : 70 % vont aux investisseurs), qui s’est davantage imposé. En outre, les termes de ces contrats (« 2 + 3 » ou « 1 + 4 ») sont souvent imprécis, confus, voire parfois contradictoires ou carrément mensongers dans quelques cas. Les risques de disputes entre villageois, autorités locales et compagnies privées sont, en conséquence, réels, d’autant que les premiers sont rarement consultés lors de la phase de négociation des contrats.

9Ces changements dans le paysage agraire lao ont de fait rapidement soulevé les critiques des organisations non gouvernementales étrangères travaillant dans le pays, mais également les protestations de villageois victimes de pratiques peu scrupuleuses encouragées par un cadre juridique insuffisant et peu contraignant, mais également par l’attitude complaisante et intéressée de certaines autorités locales (d’après les lois de décentralisation, les provinces sont autorisées à signer des contrats d’investissement avec des compagnies privées ne dépassant pas 3 millions de USD (5 millions pour les provinces les plus larges) et 100 hectares de superficie. Au vu de certains projets situés en dehors de la capitale, ces plafonds sont clairement dépassés, encore faut-il que les autorités provinciales les connaissent, ce qui n’est pas toujours le cas).

10Les tensions furent particulièrement vives au sud du pays au début de l’année 2007 dans les districts de Laogname (Saravane) et de Bachieng (Champassak) entre villageois et compagnies privées, accusées par les premiers d’empiéter sur leurs terres agricoles pour y étendre leurs plantations de caoutchouc. La gravité de la situation – d’autant plus que ces heurts étaient loin de constituer un cas isolé – poussa le gouvernement à prendre une décision inédite : le 9 mai 2007, le Premier ministre, Bouasone Bouphavanh, annonça la mise en place d’un moratoire à durée illimitée sur les larges concessions foncières dans les secteurs minières et agricoles à but commercial. À la différence du Nord, la plupart des compagnies privées dans les provinces du Sud (Savannakhet, Khammouane, Saravane, Champassak, Sékong) développent leurs cultures commerciales sur la base de concessions foncières (dont les surfaces peuvent couvrir jusqu’à plusieurs milliers d’hectares sur des périodes comprises entre trente et cinquante ans) qui échappent pratiquement à tout contrôle, excluent la participation de la population locale et fragilisent d’autant les droits fonciers des ménages en amplifiant la privatisation des terres.

11L’adoption de ce moratoire montre que certaines leçons ont été retenues, même si les réformes demeurent urgentes et nécessaires dans un secteur souffrant de nombreuses lacunes (absence de collecte systématique des données sur les surfaces agricoles cultivées et non cultivées ; manque de clarté dans les prérogatives des différents niveaux politico-administratifs (ministères, provinces, districts) ; cadre juridique inadéquat ; application lacunaire du droit foncier ; manque de personnel qualifié et de soutien technique aux villageois, etc.). Loin des clichés sur les lenteurs du pays, les exemples ci-dessus (qu’il s’agisse du désenclavement du Laos ou des bouleversements dans le paysage agraire) témoignent de la rapidité des changements dans l’économie et la société lao ; sans une meilleure gestion des richesses du pays (naturelles et créées), c’est-à-dire équitable à l’ensemble de la population et durable pour l’environnement, ces transformations risquent de ne profiter qu’à une minorité.

© CNRS Éditions, 2011

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Freemium

open access

Offerto da L’éditeur de ce site