Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Approches techniques

Discussion

Texte intégral

Approches techniques

P. Soulier

1Si la forme et les décors sont une chose intéressante, l’analyse des pâtes apporte une autre forme de renseignements. Il me semble que les visions microscopiques sont intéressantes et sont tout à fait complémentaires des visions qu’on peut avoir en lames minces, d’autant plus que les lames minces donnent une vision en lumière directe et en lumière polarisée, ce qui permet quand même une vision intéressante au niveau de la composition minéralogique et des dégraissants. A propos de poteries qui auraient été le produit de deux cuissons successives, réductrice et oxydante, il semble, par expérience, que l’on peut très bien obtenir cette chose non pas avec deux cuissons successives mais avec la même cuisson, une cuisson pouvant alternativement être oxydante ou réductrice avec un refroidissement oxydant, et on obtient tout à fait ce genre de résultat. Il n’y a donc pas forcément deux cuissons à partir du moment où il y a deux couleurs, rouge et noir. Par ailleurs avez-vous remarqué s’il pouvait y avoir des dégraissants de type organique qui laissent des creux, des vides caractéristiques à l’intérieur des pâtes ? Ceci peut être intéressant au point de vue des courants technologiques dans la fabrication de la céramique.

G. Guerreschi

2Pour ce qui concerne la composition des minéraux, nous avons presque constamment observé une constance stratigraphique lorsqu’il s’agit de la composition des minéraux. Et c’est naturel si nous pensons que pour toute la durée du gisement, on a pris l’argile dans des endroits assez voisins l’un de l’autre, de sorte que nous devons penser à un gisement d’argile qui est assez homogène. Au contraire nous avons observé une variation assez sensible pour les trois phases de Arene Candide et pour les trois phases de la grotte de Chiusazza. Au changement de niveau culturel, nous voyons un changement de ce qu’est l’apport humain à la pâte (pâte elle-même, décantation, dégraissant, cuisson). Il est par ailleurs possible d’observer qu’un vase peut être noir d’un côté et rouge de l’autre car, dans un foyer néolithique, le chauffage n’est pas régulier. Mais lorsque dans un gisement comme Gazzuolo sur 365 échantillons examinés, 320 environ montrent toujours le même aspect de trois couleurs, je commence à penser qu’il ne s’agit pas d’un hasard mais d’une méthode constante.

P. Soulier

3A propos des galets et des structures que nous a montrés J. Vaquer est-ce qu’il y a eu des tentatives de remontage de galets de manière à voir si les choses avaient été chauffées sur place ou non ? Car si les galets sont cuits sur place, des éléments de fractures tombent, bien évidemment. D’autre part, au niveau des interprétations, je me souviens avoir vu, il y a quelque temps, des structures qui ressemblaient un peu à celles-là et à valeur ethnographique - 19e-20e siècles - Elles servaient à produire de la vapeur, de manière à travailler le châtaignier ou le cytise, pour faire par exemple des paniers ou pour faire des colliers de moutons.

J. Vaquer

4Non dans le cas de la structure de Buholoup, nous n’avons pas encore réalisé le montage des galets. En fait ceci rentre dans un programme d’étude des structures chasséennes. J.-P. Giraud, en particulier, a assumé la charge du prélèvement complet des fragments de galets dans une structure chasséenne, donc plus récente, mais beaucoup plus grande. Je pense qu’on tentera l’expérience de recoller les galets mais c’est un travail extrêmement fastidieux car parfois cela donne plusieurs centaines, voire même milliers d’échantillons.

G.-B. Arnal

5En ce qui concerne la céramique, si vraiment il s’agit d’un vase entier qui est coloré extérieurement et intérieurement d’une teinte rouge alors que la surface intérieure du vase est noire, c’est vraisemblablement le fait d’une cuisson réductrice où le vase a été sorti du feu à une température élevée. Alors que s’il s’agit d’un tesson, il se peut que ce soit tout simplement une cuisson dite accidentelle, une fois que le vase a été cassé. Mais on peut également rencontrer une cuisson secondaire c’est-à-dire que le vase a alors servi à cuire des aliments, et dans ce cas il est noir à l’intérieur et rouge à l’extérieur. Il peut être noir à la suite de la cuisson réductrice et s’éclaircir à l’occasion d’un feu culinaire qui devient une cuisson oxydante. Maintenant, en ce qui concerne l’intérieur des pâtes et les matériaux que l’on peut trouver à l’intérieur, notamment des matériaux biologiques, il y en a des quantités dans le Néolithique ancien (il semble qu’il y en ait très peu dans notre Chasséen) et cela pose le problème de savoir comment les reconnaître. On ne peut que constater leur présence, les analyses chimiques coûtent très cher et seulement depuis très peu de temps le C.N.R.S semble intéressé par ces analyses. Donc c’est une chose qui est programmée mais qui n’est pas encore faite.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search