Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Approches techniques

Apport de l’analyse céramologique dans l’étude des cultures néolithiques

Gaston-Bernard Arnal

Résumé

Le vase préhistorique est le résultat de tout un enchaînement d’actions où des recherches de matériaux et de procédés techniques entrent en jeu. De ce fait, les variétés de poterie dans la confection, dans les matières, dans les formes, dans les décorations et dans les couleurs reflètent les étapes chronologiques qui permettent de suivre son évolution et de reconnaître la succession des diverses civilisations. La morphométrie macroscopique, basée sur l’observation de critères techniques particulièrement révélateurs, permet de relever et d’exploiter des informations extrêmement précieuses pour la caractérisation des diverses étapes du Néolithique.

Texte intégral

1La céramique est le résultat de toute une évolution de l’humanité, aboutissant aux deux découvertes majeures du Néolithique :

  • L’énergie calorifique dont les propriétés ont été révélées grâce à la cuisson de la poterie. Conscient des capacités qu’il lui offre, l’homme s’est employé à domestiquer le feu, ouvrant ainsi les voies à la métallurgie, entraînant la rapide progression vers notre monde technologique moderne.

  • La transformation de la matière, car la céramique résulte des deux qualités fondamentales de l’argile : malléabilité à l’état plastique, dureté à l’état cuit. Pour la première fois, il y a production d’un objet artificiel qui est la conséquence d’un changement d’état du matériau sous l’action de la chaleur.

2Il est nécessaire que l’homme, devant les modifications engendrées par le feu, se trouvant confronté à des phénomènes qui lui échappent directement, éprouve le besoin de diriger cette puissance. Il est conscient de tout un enchaînement d’actions qui lui impose des recherches de matière et de procédés techniques, pour aboutir, notamment par des améliorations constantes, au perfectionnement des effets de la cuisson.

3Toutes ces recherches de l’homme marquent profondément le cours du Néolithique et s’expriment par une céramique d’une extrême diversité de styles, de genres morphologiques, de structures et de façonnages. Il en résulte que le document archéologique qui détient les meilleures qualités de fossile directeur du Néolithique est, sans conteste, la céramique ; et ses caractéristiques essentielles sont celles qui relèvent d’implications d’ordre technologique.

4En Préhistoire néolithique, une étude céramique basée uniquement sur une typologie morphologique est toujours incomplète, et bien souvent d’ailleurs, irréalisable. Une telle étude est fondée sur un choix subjectif qui risque de fausser toute investigation. Une méthode d’observation voulant conduire à l’exploitation intégrale des données offertes par tous les documents céramiques aurait, sans aucun doute, une valeur bien plus objective.

Figure I : Illustration graphique de l’indice α (représentant la somme du nombre des inclusions multiplié par leur grosseur). En ordonnée, sont portées les valeurs de l’indice ; les abscisses supportant, à intervalles réguliers et arbitraires, les divers gisements par étapes culturelles. Cardial (Leucate, Escanin 1, Portiragne) avec des valeurs respectives de 12,3 ; 15,6 ; 15.2.
Fagien avec une valeur de 18,5.
Chasséen (La Madeleine, Escanin 2 et St. Pierre niveau 1) dont les indices sont : 20,9 ; 24,8 ; 24,5.
Ferriérien (Les Pins, sites Ferriériens, St. Remèze) avec des valeurs indiciaires de : 30,5 ; 33.2 ; 29.9.
On dispose donc d’une « échelle indiciaire », aux limites bien déterminées, qui permet de considérer l’indice α comme caractéristique du :

  • Néolithique ancien méditerranéen lorsqu’il est compris entre 12 et 16.

  • Néolithique moyen méditerranéen entre 20 et 25.

  • Néolithique final entre 29 et 34.

On peut également remarquer une augmentation de l’indice en fonction de l’évolution chronologique. C’est ainsi que le Fagien, avec 18,5, s’inscrit normalement entre le Cardial et le Chasséen.

5Or, le moindre tesson a conservé dans sa masse et souvent sur ses surfaces les multiples traces des gestes et des outils de l’artisan, traduisant alors ses intentions. Il détient ainsi tous les principes élémentaires d’une typologie dont les éléments, étant d’ordre technologique, sont alors mesurables et quantifiables, constituant la plus objective méthode de classement analytique que puisse utiliser le Néolithicien.

6Pour pénétrer dans ce domaine de la technologie, le procédé le plus avéré est celui de l’expérimentation et concerne la fabrication de la poterie en se rapprochant le plus possible du contexte préhistorique. La reconstitution des méthodes, des matériaux et des outils, élaborée en relation avec les types authentiques, permet d’identifier des critères pertinents, d’autant plus qu’on les a éprouvés soi-même.

Figure 2 : Si on ne considère que les trois plus petites tailles de α (0,25, 0,50 et 1) un examen détaillé de l’ensemble des résultats amène à regrouper les indidus en 7 classes.
La répartition en classes permet d’obtenir des profils caractéristiques par la présence de valeurs nettement privilégiées et spécifiques.
Le Cardial : toutes les classes sont représentées, avec prédominance de B et D ; la classe A est présente avec une valeur bien supérieure à celle de toutes les autres cultures.
Le Fagien : sauf A, toutes les classes sont représentées, surtout C, mais l’élément caractéristique est la forte valeur des classes P et O.
Le Chasséen : nette prédominance de la classe D, faible valeur de la classe B et présence de la classe A ; P et O sont inexistants.
Le Ferriérien : la prédominance de la classe C s’accompagne de la présence non négligeable de D, E, P ; A et O étant nuls.

7Il en découle une méthodologie d’observation analytique que nous avons préférablement menée sur les éléments macroscopiques (apparents à l’œil nu) et généralement quantifiables ; c’est pourquoi, nous avons nommé cette démarche : « Morphométrie macroscopique ».

8Nous allons très rapidement présenter quelques travaux ayant trait à deux phases technologiques qui soumettent chaque type de tesson préhistorique à sa reconstitution expérimentale.

1. Le montage du vase

9Plusieurs techniques ont été utilisées :

- Le montage au colombin :

10Le colombin est un cylindre de pâte obtenu par roulage et étirage, soit entre les mains, soit sur une plaque de pierre. Il est alors mis bout à bout et constitue un volume par étagement successif de plusieurs assises.

11Dans les périodes primitives, il semble que le colombin soit un cylindre de faible diamètre et que le montage consiste en une simple superposition des éléments qui sont alors jointoyés par un additif de pâte. Plus tard, vers le milieu du Néolithique ancien, le colombin semble plus épais et, à la suite d’un aplanissement, il arrive à former une bande de section rectangulaire dont le plus petit côté sert de base.

Fig. 3 : Si on compare les résultats morphométriques de la céramique de la grotte IV de St. Pierre de la Fage à ceux obtenus par la même analyse d’autres sites du Néolithique ancien et moyen, on dispose d’échelles de mesures particulièrement démonstratives.
Pour ne pas alourdir une étude déjà assez complexe, on ne retiendra que cinq valeurs comparatives entre différentes productions. La Phase I du Néolithique ancien est représentée par des sites chronologiquement identiques : La Poujade, ainsi qu’un ensemble de trois gisements de type Cardial (Leucate, Portiragne, Escanin I). La Phase II du Néolithique ancien n’est étudiée, pour l’instant, que par le niveau ancien de St. Pierre de la Fage. La Phase III du Néolithique ancien associe le Fagien typique (niveau moyen de St. Pierre de la Fage) au seul site de cette période culturelle quenous avons pu aborder : le Bizien (provenant de la collection Genson de l’Institut d’Archéologie de Montpellier) bien que cette fouille ancienne ait nécessairement entraîné un certain tri des documents appuyé sur le décor typologiquement Bizien, source alors d’erreurs s’opposant à une vision objective de l’intégralité de la production. Enfin, le Néolithique moyen est représenté par le niveau récent de St. Pierre de la Fage et par la moyenne de deux autres sites de type Chasséen (La Madeleine, Escanin II).
L’épaisseur des parois est très forte dans les Phases I et II du Néolithique ancien, pour diminuer dans la Phase III, devenir régulièrement faible dans le Néolithique moyen et atteindre un maximum dans la Phase II. On constate une différence sensible entre le Néolithique ancien des massifs paraméditerranéens (La Poujade) et le Néolithique ancien des Plaines littorales méditerranéennes (Cardial). On doit relever la faiblesse de la mesure du Bizien (peut-être consécutive au choix subjectif de nombreux bords ?).
Les diamètres sont de plus en plus élevés au fur et à mesure de l’avancement chronologique (Bizien étant encore à part) pour revenir à des dimensions plus réduites dans le Chasséen.
L’épaisseur étant généralement fonction du diamètre, on peut noter que le rapport obtenu entre les deux est éloquent. Il marque une opposition très nette entre les techniques de confection du Néolithique ancien (au-dessous de 30) et du Néolithique moyen (au-dessus de 30). On remarque que le Bizien se situe encore à part dans ce rapport de mesures des volumes (le fait d’un échantillonnage aléatoire peut-il être évoqué ou bien ces chiffres reflètent-ils la réalité en se rapprochant des données du Chasséen ?).
Les deux dernières mesures offrent une plus parfaite cohérence, parce que vraisemblablement n’entre aucunement en jeu le moindre choix subjectif de l’échantillonnage et le Bizien peut alors s’inclure parfaitement dans une certaine progression technique.
Les températures de cuisson, bien que paraissant assez voisines, subissent une évolution chronologique. Au Néolithique ancien, on constate qu’elles se maintiennent au-dessous de 600° dans la Phase I, autour de 630° dans la Phase II et elle est proche de 650° dans la Phase III, pour dépasser les 650° au Néolithique moyen.
L’indice α = ∑(g X n) est bien plus évocateur encore. Il correspond à un caractère de technicité lié à une amélioration des matériaux de la pâte. Au Néolithique ancien, il est au-dessous de 16 dans la Phase I, au-dessous de 18 dans la Phase II, pour retomber entre 16 et 18 dans la Phase III. Au Néolithique moyen, le bond qu’il franchit est brutal et il se maintient entre 23 et 25.

12L’observation des lignes de fracture d’un vase préhistorique est souvent démonstrative de ce système de montage lorsque celles-ci laissent visualiser les étagements parallèles et parfois spiralés des colombins. De même, le relevé des épaisseurs de la paroi est aussi caractéristique lorsque la finesse de celle-ci s’accuse de plus en plus de bas en haut, soit du fond vers la lèvre.

- L’estampage :

13Ce procédé implique un moule (ex : un panier) et une assise plane (dalle de pierre). Une galette de pâte est réalisée le plus uniformément possible pour être engagée étroitement dans le moule et, après lissage de la surface interne du volume, le vase peut être démoulé et même modelé postérieurement.

14Cette méthode de montage semble apparaître dans le Midi de la France, au tout début du IVe millénaire et permet de confectionner facilement des vases ouverts ainsi que des formes nouvelles, comme notamment les carènes aiguës.

15L’estampage se reconnaît dans l’observation des mesures des épaisseurs de la paroi. Dans une direction verticale à l’assise du vase, le fond est généralement plus fin que la lèvre ; de même, horizontalement, on note des variations dans les épaisseurs.

- Autres procédés :

16D’autres sortes de montage paraissent découler de ces deux méthodes. Citons pour exemple le plaquage de colombins dans un moule, technique aux raccords très caractéristiques ; ou encore le montage par plaques préfabriquées, formant chacune les éléments des diverses portions des volumes du vase.

2. La pâte

17La pâte des pots préhistoriques est constituée de deux matériaux principaux : l’argile et le dégraissant. Si l’argile, qui est un minéral abondant dans la nature, ne semble pas avoir été l’objet d’un choix particulier de la part du préhistorique, par contre le dégraissant, qui est une matière non plastique et généralement inerte à de basses températures, représente le souci majeur de recherche du potier, quant à sa qualité, son calibre et son nombre. C’est pourquoi, nous nous sommes plus spécialement attaché à l’analyse quantitative des ingrédients.

18Le décapage à la fraise d’une alvéole, faite dans l’épaisseur de la masse du tesson, offre une aire circulaire de 10 mm de diamètre pour une profondeur de 1 mm, qui met au jour la composition macroscopique de la pâte. L’observation se fait sur un écran quadrillé au 1/4 de mm permettant de relever le nombre et la dimension des inclusions (fig. 1 et 2).

19Toute une série d’examens a été effectuée sur des documents découverts dans des gisements appartenant à une même période néolithique, mais d’origine géographique différente, ainsi que sur d’autres tessons provenant de sites illustrant des cultures totalement dissemblables (fig. 3).

20Outre les analyses de structure et de texture, le procédé morphométrique peut s’ouvrir à de multiples observations car son champ d’investigation est extrêmement large. Les opérations de finition et de traitement de surface ; les mesures des diamètres et des profils, des épaisseurs du tesson ; la recherche du poids et du volume du vase, de sa température de cuisson, de l’étendue des nuances de sa coloration, etc. sont autant de cas qui relèvent du même fondement analytique.

21La morphométrie macroscopique, obéissant à une approche analytique basée sur l’observation de critères techniques se référant à des échantillons simulateurs expérimentaux, permet d’exploiter des indices culturels extrêmement précieux pour la caractérisation des diverses étapes du Néolithique.

22L’étude typologique des volumes et des décors de la céramique est une démarche qui, dans l’état actuel des recherches, apparaît incomplète et insuffisante. De plus, elle est bien trop souvent irréalisable en raison de la rareté des formes reconstituables par rapport à la masse des tessons inutilisés. Or, c’est cette masse dans son intégralité qui offre l’échantillonnage vrai, et non un vase conservé jusqu’à nous à la suite de hasards exceptionnels. Le moindre tesson traduit les procédés de façonnage où sont inscrits les intentions du potier, ses faits et gestes, comme l’outil et le choix du matériau employés, qui, concernant les méthodes de travail et d’expressions dirigées par l’inspiration, révèlent l’authentique caractère ethnique de l’artisan (éléments techniques identifiables grâce à la reconstitution expérimentale et mesurables par une observation géométrique). Il devient maintenant nécessaire de recourir aux analyses technologiques, dont le fondement métrique garantit la valeur objective d’un ensemble évocateur, plutôt que de se contenter de la simple typologie morphologique de quelques documents.

23L’étude des sites méridionaux, qui a permis d’expérimenter l’application pratique de cette méthodologie, détermine pour eux une échelle chronologique formelle, tout en y reconnaissant des correspondances relatives.

Table des illustrations

Légende Figure I : Illustration graphique de l’indice α (représentant la somme du nombre des inclusions multiplié par leur grosseur). En ordonnée, sont portées les valeurs de l’indice ; les abscisses supportant, à intervalles réguliers et arbitraires, les divers gisements par étapes culturelles. Cardial (Leucate, Escanin 1, Portiragne) avec des valeurs respectives de 12,3 ; 15,6 ; 15.2.Fagien avec une valeur de 18,5.Chasséen (La Madeleine, Escanin 2 et St. Pierre niveau 1) dont les indices sont : 20,9 ; 24,8 ; 24,5.Ferriérien (Les Pins, sites Ferriériens, St. Remèze) avec des valeurs indiciaires de : 30,5 ; 33.2 ; 29.9.On dispose donc d’une « échelle indiciaire », aux limites bien déterminées, qui permet de considérer l’indice α comme caractéristique du :
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1197/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 2 : Si on ne considère que les trois plus petites tailles de α (0,25, 0,50 et 1) un examen détaillé de l’ensemble des résultats amène à regrouper les indidus en 7 classes.La répartition en classes permet d’obtenir des profils caractéristiques par la présence de valeurs nettement privilégiées et spécifiques.Le Cardial : toutes les classes sont représentées, avec prédominance de B et D ; la classe A est présente avec une valeur bien supérieure à celle de toutes les autres cultures.Le Fagien : sauf A, toutes les classes sont représentées, surtout C, mais l’élément caractéristique est la forte valeur des classes P et O.Le Chasséen : nette prédominance de la classe D, faible valeur de la classe B et présence de la classe A ; P et O sont inexistants.Le Ferriérien : la prédominance de la classe C s’accompagne de la présence non négligeable de D, E, P ; A et O étant nuls.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1197/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 3 : Si on compare les résultats morphométriques de la céramique de la grotte IV de St. Pierre de la Fage à ceux obtenus par la même analyse d’autres sites du Néolithique ancien et moyen, on dispose d’échelles de mesures particulièrement démonstratives.Pour ne pas alourdir une étude déjà assez complexe, on ne retiendra que cinq valeurs comparatives entre différentes productions. La Phase I du Néolithique ancien est représentée par des sites chronologiquement identiques : La Poujade, ainsi qu’un ensemble de trois gisements de type Cardial (Leucate, Portiragne, Escanin I). La Phase II du Néolithique ancien n’est étudiée, pour l’instant, que par le niveau ancien de St. Pierre de la Fage. La Phase III du Néolithique ancien associe le Fagien typique (niveau moyen de St. Pierre de la Fage) au seul site de cette période culturelle quenous avons pu aborder : le Bizien (provenant de la collection Genson de l’Institut d’Archéologie de Montpellier) bien que cette fouille ancienne ait nécessairement entraîné un certain tri des documents appuyé sur le décor typologiquement Bizien, source alors d’erreurs s’opposant à une vision objective de l’intégralité de la production. Enfin, le Néolithique moyen est représenté par le niveau récent de St. Pierre de la Fage et par la moyenne de deux autres sites de type Chasséen (La Madeleine, Escanin II).L’épaisseur des parois est très forte dans les Phases I et II du Néolithique ancien, pour diminuer dans la Phase III, devenir régulièrement faible dans le Néolithique moyen et atteindre un maximum dans la Phase II. On constate une différence sensible entre le Néolithique ancien des massifs paraméditerranéens (La Poujade) et le Néolithique ancien des Plaines littorales méditerranéennes (Cardial). On doit relever la faiblesse de la mesure du Bizien (peut-être consécutive au choix subjectif de nombreux bords ?).Les diamètres sont de plus en plus élevés au fur et à mesure de l’avancement chronologique (Bizien étant encore à part) pour revenir à des dimensions plus réduites dans le Chasséen.L’épaisseur étant généralement fonction du diamètre, on peut noter que le rapport obtenu entre les deux est éloquent. Il marque une opposition très nette entre les techniques de confection du Néolithique ancien (au-dessous de 30) et du Néolithique moyen (au-dessus de 30). On remarque que le Bizien se situe encore à part dans ce rapport de mesures des volumes (le fait d’un échantillonnage aléatoire peut-il être évoqué ou bien ces chiffres reflètent-ils la réalité en se rapprochant des données du Chasséen ?).Les deux dernières mesures offrent une plus parfaite cohérence, parce que vraisemblablement n’entre aucunement en jeu le moindre choix subjectif de l’échantillonnage et le Bizien peut alors s’inclure parfaitement dans une certaine progression technique.Les températures de cuisson, bien que paraissant assez voisines, subissent une évolution chronologique. Au Néolithique ancien, on constate qu’elles se maintiennent au-dessous de 600° dans la Phase I, autour de 630° dans la Phase II et elle est proche de 650° dans la Phase III, pour dépasser les 650° au Néolithique moyen.L’indice α = ∑(g X n) est bien plus évocateur encore. Il correspond à un caractère de technicité lié à une amélioration des matériaux de la pâte. Au Néolithique ancien, il est au-dessous de 16 dans la Phase I, au-dessous de 18 dans la Phase II, pour retomber entre 16 et 18 dans la Phase III. Au Néolithique moyen, le bond qu’il franchit est brutal et il se maintient entre 23 et 25.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1197/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search