Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

L’Union indienne a soixante ans

Jean-Luc Racine

Texte intégral

1Janvier 2007

2L’Inde célébrera le 15 août 2007 ses soixante ans d’indépendance, et cet anniversaire amènera inévitablement son cortège de bilans. Habitués depuis peu à regarder avec confiance vers l’avenir, les décideurs et les médias indiens ne manqueront pas de se tourner aussi vers le passé, pour mesurer le chemin parcouru, rappeler sans doute les grandes étapes des dernières décennies, et évoquer peut-être quelques illusions perdues. Les bilans les plus équilibrés parleront des laissés-pour-compte de la croissance et des blocages qui ternissent l’image de la « plus grande démocratie du monde ». Mais l’optimisme devrait prévaloir à l’heure où la grande transformation de l’Inde est engagée.

3Ces soixante ans d’indépendance ont été riches en crises et en drames. Les contrecoups sanglants de la partition de 1947, qui fit naître le Pakistan en même temps que l’Inde, furent suivis de trois guerres avec le Pakistan et d’une avec la Chine. Des assassinats ont marqué les esprits : celui du père de la nation, Gandhi, en 1948 ; celui d’Indira Gandhi en 1984, contrecoup du sécessionnisme sikh ; celui de Rajiv Gandhi en 1989, éliminé par un attentat suicide commandité par les Tigres tamouls du Sri Lanka. Plus récemment, les stratèges du nationalisme hindou, au sein du Bharatiya Janata Party ou dans les organisations qui lui sont liées, ont instrumentalisé la division entre majorité hindoue et minorité musulmane en détruisant la mosquée d’Ayodhya en 1992 et en laissant s’opérer un pogrom antimusulman au Gujarat en 2002. Sur ses marges, le tissu national indien a craqué plus d’une fois : au Punjab dans les années 1980, en Assam et dans les petits États voisins du Nord-Est indien, où des groupes sécessionnistes restent actifs, au Cachemire, où l’insurrection lancée en 1989, vite épaulée par les combattants infiltrés du jihad, et la répression qui a suivi, ont fait des dizaines de milliers de morts.

4Mais dans l’ensemble le pari indien a été gagné. La dialectique de l’un et du multiple, pensée pour gérer la diversité religieuse, linguistique et ethnique dans un cadre démocratique, a permis à la construction nationale de se consolider contre les sécessionnismes, en redessinant la carte des États de l’Union et en s’accommodant des régionalismes. Le délicat équilibre entre le pouvoir central et celui des États est défini par une Constitution promulguée en 1950, mais aussi par le jeu des dynamiques politiques qui ont vu, au fil des décennies, l’hégémonie du vieux Parti du Congrès s’effriter au profit d’acteurs plus nombreux disposant souvent de bastions régionaux. Pour autant, aucune alternative nationale forte ne s’est manifestée avant la victoire, en 1998, du Bharatiya Janata Party, battu aux élections de 2004, mais qui reste une force avec qui il faut compter. Le retour du Congrès au pouvoir s’opère ensuite dans le cadre qui s’impose désormais à tous : celui d’un gouvernement de coalition.

5La pluralité des formations politiques ne traduit pas seulement de grands courants idéologiques ou l’affirmation d’identités régionales. Elle résulte aussi de l’intrusion, dans le champ politique, de la question sociale redéfinie par la nouvelle dynamique des castes dites basses et des intouchables, rebaptisés « dalits ». Les « écrasés » – c’est le sens de ce mot – se réveillent en effet, non sans divisions, non sans contradictions. Le mouvement est amplifié par les effets d’une discrimination positive portant des dizaines de millions d’Indiens défavorisés sur les bancs des collèges et dans les emplois publics. Les années 1980-1990 voient ainsi deux options infléchir l’héritage congressiste et le paradigme défini par Jawaharlal Nehru dans les décennies fondatrices de l’Inde indépendante. Tandis que le nationalisme hindou entend rassembler la nation autour de « l’hindouité », définie comme la matrice culturelle d’une Inde millénaire et « résurgente » en cette fin de XXe siècle, les tenants du réveil des basses castes affirment davantage l’identité socio-économique des groupes les plus nombreux, mais aussi dominés, qui entendent désormais s’émanciper des partis attrape-tout pour jouer le jeu d’une complexe arithmétique électorale.

6En parallèle, le modèle économique nehruvien est lui aussi révisé. L’Inde post-coloniale entendait construire, derrière des barrières protectionnistes, une économie nouvelle, réceptrice d’aide étrangère, mais prônant la « substitution aux importations ». Il s’agissait à la fois de jeter les bases d’une large industrialisation – charbon, acier, électricité – et celles d’une rénovation de l’agriculture appuyée sur un « développement communautaire », qui tourna court, et sur l’essor de l’irrigation, la réforme agraire ne jouant vraiment qu’à l’encontre des très grands propriétaires. En dépit des plans quinquennaux et de multiples programmes de développement rural, les résultats demeurent insuffisants. La « révolution verte » des années 1970 dissipe le spectre des famines et des disettes, mais ne règle ni la question des sans-terre, ni celle du sous-emploi rural. Le socle industriel large, mi-public, mi-privé, reste contraint par une réglementation pesante, « l’empire des permis », qui engendre la corruption sans favoriser ni la productivité, ni la compétitivité. Les timides ouvertures des années 1980 mènent à une crise de la balance des paiements en 1991, qui servira de déclic, à l’heure même où, hasard de l’histoire, s’effondrent l’URSS et son modèle dirigiste. Fait décisif, la nouvelle politique économique mise en place à compter de 1991 est portée par des gens du sérail, dont Manmohan Singh, alors ministre des finances et aujourd’hui Premier ministre, est l’archétype.

7Laboratoire politique de la démocratie de masse, laboratoire social en milieu multiculturel et inégalitaire, laboratoire économique d’une transition à pas comptés, l’Inde, en définitive, élabore ses propres modèles selon un processus dont le principe premier reste le même, sans avoir besoin d’être affiché : pas de soubresaut révolutionnaire, mais des évolutions mesurées, étapes après étapes. Faut-il y voir à l’œuvre un héritage culturel, défini dans les temps longs de l’histoire par la pratique intellectuelle du pluralisme et du débat ? Quelles qu’en soient les limites et les failles, l’option de la démocratie parlementaire est ici centrale : elle suppose une pratique de la négociation et du marchandage, sous l’œil d’une presse multiforme et d’une société civile en pleine assertion. Nul politique ne peut ignorer les prochaines échéances électorales, et ce principe, s’il freine parfois les réformes et peut conduire au populisme, assure au moins un certain degré de consensus qui explique pourquoi, depuis quinze ans, la politique de réformes graduées s’est poursuivie au fil de gouvernements d’obédiences les plus diverses.

8La remise en question du vieux modèle protectionniste a fait entrer l’Inde dans les temps post-post-coloniaux, au fil des années 1990. Le nouveau paradigme économique, qui combine libéralisation croissante, État régulateur et décentralisation accrue du pouvoir, est indissociable d’une redéfinition du rapport de l’Inde au monde, un monde de l’après-guerre froide, où le vieil ami soviétique a disparu au profit de l’hyperpuissance américaine. La diplomatie indienne, portée par le non-alignement nehruvien mâtiné du pragmatisme d’Indira Gandhi, doit alors redéfinir ses marques. Tandis que le Parti du Congrès repense la politique économique au début des années 1990, le Bharatiya Janata Party, au terme de cette même décennie, redéfinit, en termes de real-politik, la doctrine stratégique et le positionnement mondial de l’Inde. Les essais nucléaires de mai 1998 donnent le ton d’une Inde dénonçant plus clairement que jamais les inégalités de l’ordre mondial, bâti après-guerre au profit des cinq grands (États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni), seuls bénéficiaires de « l’apartheid nucléaire » entériné par le Traité de non-prolifération, et seuls membres permanents du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies. Dix-huit mois plus tard, Bill Clinton est en Inde et y célèbre « le concert des démocraties ». George W. Bush ira plus loin, en cherchant à promouvoir l’ascension d’une Inde qui compte à ses yeux bien des mérites : une démocratie confirmée, un marché émergent, un contrepoids possible à la montée en puissance de la Chine.

9Soixante ans après l’Indépendance, l’Inde, longtemps stéréotype du sous-développement, a donc changé d’image. Le succès emblématique de son savoir-faire informatique a montré qu’elle pouvait être compétitive à l’échelle mondiale et devenir, au-delà des services, une base globale de la recherche-développement. Les biotechnologies devraient suivre, tandis que le secteur manufacturier se transforme à son tour : les multinationales de l’automobile l’ont désormais compris. Cette Inde émergente, tirée par les classes moyennes supérieures de plus en plus ouvertes vers une influente diaspora établie aux États-Unis, redéfinit sa politique étrangère. Le rapprochement avec Washington est inédit, mais il ne vaut pas alliance univoque. New Delhi entend en tirer de multiples avantages, en termes de statut et d’accès aux technologies sensibles – pour le nucléaire civil en particulier. Mais, dans le même temps, une normalisation est conduite avec la Chine, en passe de devenir le deuxième partenaire économique de l’Inde après l’Union européenne. Et New Delhi pousse ses pions dans des configurations diverses, Sud-Sud à l’Organisation mondiale du commerce, contre les politiques agricoles européenne et américaine, Nord-Sud avec l’Allemagne, le Japon et le Brésil pour prôner un élargissement du Conseil de sécurité. Tout en gardant avec la Russie de Vladimir Poutine des liens étroits : traditionnel fournisseur d’armes, Moscou est aussi devenu une puissance gazière, et l’Inde, pour soutenir une croissance désormais supérieure à 7 %, a besoin de ressources énergétiques accrues. D’où son intérêt pour le Moyen-Orient et pour l’Asie centrale, et les nouveaux horizons africains et latino-américains de la diplomatie indienne. Dans ce contexte, le vieux tropisme anti-pakistanais demande lui aussi à être révisé : le dialogue avec Islamabad, instauré en 2004, se poursuit donc, en dépit d’incertitudes et d’ambiguïtés sur ce que pourraient être l’avenir du Cachemire et la résorption de la menace terroriste.

10Redéfinissant ses rapports au monde, l’Inde repense du coup ses relations avec ce qu’elle appelle son « voisinage élargi », qui court du Golfe persique jusqu’au détroit de Malacca, et qui embrasse aussi l’Asie centrale. Le jeu des constructions régionales se complique donc, en Asie du Sud-Est comme en Asie orientale, la compétition entre la Chine et l’Inde s’accroissant, bien que la première pèse économiquement presque trois fois plus que la seconde. États-Unis, Japon et Australie voient ainsi poindre un possible partenaire dans le grand jeu qui cherche à redessiner une géométrie des puissances qu’on peut interpréter soit comme l’ébauche d’une nouvelle multipolarité, soit comme l’adaptation des vieux principes westphaliens à un nouveau monde globalisé.

11L’avenir de l’Asie dessinera pour une part considérable les rapports de force et les compromis, les compétitions et les intérêts communs qui, sur tous les plans, définiront le monde de demain.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540