Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

La crise politique népalaise et l’insurrection maoïste

Gérard Toffin

Texte intégral

1Juin 2005

2Le 1er février 2005, le roi du Népal, Gyanendra Bikram Shah, qui avait accédé au trône en juin 2001 à la faveur du massacre de la famille royale par son neveu Dipendra, décréta l’état d’urgence dans le petit royaume himalayen. Pendant quelques jours, le pays fut coupé du monde, les liaisons téléphoniques et aériennes interrompues. Le gouvernement du Premier ministre Sher Bahadur Deuba fut limogé, les principaux chefs des partis politiques mis aux arrêts, des centaines de militants emprisonnés. Les libertés démocratiques furent suspendues, la presse libre muselée. Selon la proclamation royale, ces mesures visaient à « sauver la démocratie », éliminer une équipe ministérielle notoirement corrompue et rétablir la paix civile dans le pays après neuf ans d’insurrection maoïste.

3Le coup de force du roi fut relativement bien accueilli par les couches populaires et les classes moyennes, indignées par la corruption des hommes politiques issus des partis, ainsi que par les blocus et les grèves à répétition des maoïstes et de leurs sympathisants. Il fut en revanche très mal reçu par la communauté internationale, à commencer par l’Inde et les États-Unis qui interrompirent (au moins officiellement) leurs livraisons d’armes au royaume himalayen tant que la démocratie n’y serait pas rétablie. Les pays de la communauté européenne protestèrent eux aussi contre cet acte d’absolutisme royal. Seuls la Chine et le Pakistan s’abstinrent de ce tumulte. L’état d’urgence fut levé un peu moins de trois mois plus tard, le 30 avril 2005. La liberté de la presse est cependant loin d’être totalement rétablie et de nombreux militants politiques restent emprisonnés. Le gouvernement de Sa Majesté (HMG) ne règne toujours que sur la vallée de Katmandou et les chefs-lieux des districts. Le reste, c’est-à-dire la majeure partie des zones rurales, est encore soumis au contrôle, au moins partiel, des insurgés maoïstes.

4Cet épisode n’est que l’un des nombreux signes récents d’une volonté de reprise en main du pays par la famille royale pour enrayer une crise politique qui s’est considérablement aggravée au cours des dernières années. Depuis 1996, date du début de l’insurrection maoïste dans les collines de l’Ouest du pays, trois forces se partagent en fait le pouvoir :

  • les partis politiques issus du rétablissement démocratique de 1990 et des élections qui suivirent, Parti du Congrès et partis communistes en tête ;
  • le pouvoir royal qui dans la période précédente (1960-1990, régime dit des Panchayat) a régné en maître dans le pays ;
  • les guérilleros maoïstes, partisans de la violence armée pour établir une république, avec à leur tête Baburam Bhattarai et Pushpa Dahal, dit « Prachanda », depuis peu opposés l’un à l’autre.

5Qui sont ces guérilleros ? D’où viennent-ils ? Quels sont leurs soutiens ? Le Parti communiste népalais-maoïste (PCM-M) est issu d’une scission du Parti communiste népalais. Il prône l’établissement d’une démocratie populaire au Népal, l’abolition de la royauté et l’abrogation des traités avec l’Inde. Idéologiquement, cette mouvance révolutionnaire se situe dans la droite ligne du naxalisme indien, lui aussi issu de ruptures successives au sein des partis communistes. Militairement, on estime sa force opérationnelle à quelque 10 000 hommes, plus ou moins bien armés. Mais cette Armée de libération du peuple dispose également d’une milice et d’un puissant réseau de sympathisants dispersés dans la majeure partie du pays, qui double, voire triple ses effectifs. Le mouvement semble être particulièrement actif parmi les jeunes éduqués. Le bruit a couru dans les villages que les troupes maoïstes étaient avant tout alimentées par les recalés du SLC (diplôme obtenu normalement après une dizaine d’années d’études). Il est influent au sein de certains groupes tribaux (Magar dans l’Ouest, Tamang et Thangmi dans l’Est) ainsi que parmi les castes d’intouchables Dalit qui forment un groupe de population particulièrement défavorisé. Les femmes forment une part significative du mouvement. Les cadres dirigeants, dont beaucoup appartiennent à la caste des Brahmanes, sont le plus souvent d’anciens instituteurs et professeurs d’écoles. Les racines profondes de l’insurrection toutefois doivent être cherchées dans le grand état de pauvreté du Népal, la corruption généralisée, l’incapacité des partis politiques de répondre aux besoins du peuple dans les années qui suivirent le rétablissement de la démocratie en 1990, l’échec des politiques de transfert de l’aide internationale vers les régions les plus défavorisées du pays.

6Ce mouvement n’est soutenu officiellement ni par la Chine ni par l’Inde. Les deux voisins superpuissants ont condamné à maintes reprises les méthodes et les objectifs des insurgés. La Chine ne voit pas d’un œil favorable l’établissement à ses frontières d’un mouvement qui menace la stabilité de la région et qui revendique une idéologie (celle de Mao Zedong) dont il s’est détourné. L’Inde, pour sa part, s’inquiète d’un arc révolutionnaire armé déjà très actif sur son territoire (Bihar, Jarkhand, Assam, Andhra Pradesh) et dont les connexions avec les guérilléros népalais sont bien établies. L’armée népalaise reproche toutefois à son voisin du Sud de servir de base arrière aux rebelles. Des va-et-vient réguliers d’activistes sont attestés à travers la frontière. Les forces de sécurité indiennes ont réagi depuis peu en renforçant leur contrôle aux 1 750 kilomètres de frontières (dans des zones parfois peu sécurisées). Pour s’armer et subsister, les maoïstes comptent en fait sur trois sources : les aides venant des partis révolutionnaires « frères » d’Asie du Sud qui passent par l’Inde, « l’impôt révolutionnaire » instauré sur une grande partie du territoire népalais, enfin les attaques contre les établissements bancaires.

7De 1996 à 2001, la rébellion maoïste connut un succès foudroyant. Sans rencontrer de résistance, elle parvint à mener des opérations militaires d’envergure contre des postes de police et à s’imposer dans une grande partie du pays, au point de contrôler entièrement certains districts. Le manque de réaction et les atermoiements du roi Birendra devant la montée en puissance de l’insurrection n’ont pas fini de susciter des commentaires… Les maoïstes en profitèrent en tous les cas pour étendre leur sphère d’activité partout où ils le pouvaient et par mettre ici et là en pratique leur programme : annulation des dettes, distribution des terres, instauration de tribunaux révolutionnaires et de programmes d’enseignement répondant à leur propagande dans les écoles. Aux yeux de certains (notamment dans l’élite dite « progressiste »), ils finirent par représenter une alternative crédible aux partis politiques et à la royauté. L’accès du roi Gyanendra au trône en 2001 marqua un changement de politique radical. Le nouveau roi, frère cadet du roi défunt, mobilisa l’armée contre les insurgés et s’employa à réduire les activités des partis politiques, dont certains se comportaient comme des alliés objectifs de l’insurrection.

8Cette guerre civile a fait jusqu’ici au moins 11 000 morts et des milliers de blessés. Elle a paralysé le pays, son économie, les programmes et les projets de développement. Elle a entraîné le déplacement de milliers de personnes (100 000 environ), ainsi qu’une augmentation sans précédent de l’émigration, surtout masculine, des zones des collines affectées par le conflit vers les plaines et la vallée de Katmandou, cette dernière tendant à devenir un immense camp de réfugiés. De manière générale, la population népalaise (25 millions aujourd’hui) se trouve prise entre deux feux : elle est l’otage de la terreur maoïste d’un coté, qui s’impose par la menace, mais elle est également soumise aux exactions et aux brutalités des forces de sécurité népalaise, peu enclines à établir une nette séparation entre maoïstes et villageois soumis à leur influence. Comme dans tout conflit militaire, la presse pâtit de la situation et les institutions démocratiques ne fonctionnent plus librement : il n’y a plus eu d’élections dans le pays depuis 1999 et l’on voit mal comment un scrutin pourrait se tenir dans la situation présente.

9Toute solution militaire semble devoir être écartée, au moins à court terme. Certes, les forces de sécurité (quelque 150 000 personnes, police et armée confondues) ont remporté récemment des succès, elles semblent mieux organisées, mieux équipées, mieux armées qu’il y a quatre ans. Mais leurs capacités d’intervention restent encore limitées à une petite élite surentraînée. L’essentiel de l’armée reste cantonné dans ses casernes. Les maoïstes, de leur côté, montrent des signes d’essoufflement et de division. Ils n’ont plus l’offensive et limitent leurs actions à des embuscades et à des assassinats ciblés des représentants du pouvoir en place. Plus grave : ils ont perdu une partie de leur soutien auprès des paysans de la zone des collines, indignés par les exécutions sommaires et les massacres de civils, souvent des femmes et des enfants. L’Armée de Libération du peuple est cependant encore assez puissante pour paralyser les routes du Népal et couper les principaux axes commerciaux avec l’Inde, vitaux pour l’économie nationale. Le relief très montagneux du pays, les difficultés d’intervention rapide d’un endroit à un autre, hormis par hélicoptère (l’armée n’en possède qu’une vingtaine, dont tous ne sont pas opérationnels), sont encore ses meilleurs atouts dans ce conflit.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540