Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Approches techniques

Analyses microscopiques de céramiques néolithiques

Giampiero Guerreschi

Résumé

Ce type d’investigations se propose de recueillir des informations complémentaires qui ne sauraient être obtenues à partir d’un simple examen morphologique. Un petit tesson de céramique, observé en section au microscope stéréoscopique avec des grossissements de 18, 54 et 126 fois, présente plusieurs aspects fort intéressants.
Les résultats relèvent de deux aspects fondamentaux : l’un concerne la matrice géologique, caractéristique du banc d’argile, et demeure constant dans une sériation stratigraphique ; l’autre, de type manufacturier - c’est-à-dire de facture humaine (pétrissage, décantation, dégraissant, cuisson, engobage) - est typique de chaque phase culturelle ; il est donc plus variable.

Texte intégral

1Le matériel céramique est généralement étudié en fonction de sa morphologie (forme, éléments divers, décor...) : les documents ne sont jamais examinés qu’à partir de leur seul aspect extérieur. Depuis plusieurs années, nous nous sommes demandé si un examen de la structure intérieure - donc de la section - ne donnerait pas des informations complémentaires.

2Des essais dans ce sens ont été entrepris par le Professeur A.-M. de Angelis (1956-1957-1960), sur cinq groupes de matériaux - dont ceux de Lagozza - en suivant la méthode utilisée en minéralogie : préparation d’une lame mince et examen au microscope monoculaire polarisant à lumière transmise. Cette méthodologie n’eut aucune suite, probablement pour deux raisons : en premier lieu la préparation de la lame mince exige beaucoup de temps, un outillage et du personnel spécialisés ; en second lieu, elle ne permet de reconnaître correctement que les minéraux présents dans la section étudiée, dont l’épaisseur ne dépasse guère quelques microns.

3Cette méthode ne nous semblait donc pas proposable, ce qui s’est d’ailleurs confirmé au fil des années de travail. Pour atteindre notre objectif intuitif, nous avons donc adopté une méthode moins orthodoxe, mais qui s’adapte mieux - nous semble-t’il - à une recherche objective. Même si elle est beaucoup moins précise dans la reconnaissance des minéraux, elle permet de préparer l’échantillon en quelques minutes et d’étudier une section de 8 à 12 mm. L’examen d’un champ plus étendu autorise non seulement l’identification des minéraux, mais aussi l’observation des différents aspects de la matière argileuse ; ces aspects peuvent être subdivisés en deux groupes : le premier est lié à la matrice géologique, caractérisé par le type d’argile employée (fréquence et granulométrie des minéraux présents, mise en évidence d’éventuels microfossiles et pollens) ; le second est en relation étroite avec la fabrication de la céramique, et donc avec l’intervention humaine (engobage, consistance, couleur en corrélation avec la température et le milieu oxydo-réducteur de cuisson ; structures plus ou moins homogènes liées aux processus préliminaires de décantation ; type et granulométrie du dégraissant).

4La méthode consiste à détacher mécaniquement un petit échantillon, à le coller sur une lame pour microscope, la cassure fraîche tournée vers l’objectif. L’examen s’effectue sous lumière diffuse à l’aide d’un microscope stéréo-binoculaire à grossissements progressifs : 18x, 54x, 126x. Les observations sont reportées sur des fiches spéciales prévues selon un code d’analyse. La masse globale des informations recueillies est ensuite répartie sur des fiches de différents modèles afin qu’il soit possible d’effectuer des comparaisons entre divers niveaux et structures, entre diverses formes et décorations, ou entre les mêmes faciès provenant de sites différents (par exemple Lagozza de Besnate et Lagozza des couches de l’Isolino de Várese). Dans une première publication récemment parue (Sibrium, XV), j’ai réuni avec la précieuse collaboration du Docteur Paola Mesturini, les résultats de ces années de recherche consacrées à cinq groupes de matériaux issus de cinq gisements néolithiques. Les observations générales qui s’en dégagent sont les suivantes :

  1. chaque lot de matériel présente un ensemble de caractéristiques qui lui sont propres, nettement différentes de celles des autres lots : elles aboutissent donc à la reconnaissance du lieu de provenance ;

  2. lorsque le matériel préhistorique provient d’une séquence stratigraphique, la matrice géologique demeure à peu près constante sur toute l’épaisseur du remplissage, mais les caractéristiques d’exécution varient en fonction de niveaux culturels ;

  3. il est possible, sur la base a et b, de reconnaître dans un lot de documents céramiques d’éventuelles pièces archéologiques allochtones, c’est-à-dire provenant d’une autre station.

5Voici quelques considérations particulières concernant chacun des lots étudiés :

6Arene Candide (SV) - Ligurie : les échantillons se rapportent à trois phases culturelles. Dans les trois groupes on relève des caractéristiques distinctes du point de vue de l’intervention humaine ;

  • Age du Bronze : bonne cuisson en milieu oxydo-réducteur équilibré ; cuisson de tendance élevée (env. 800°) par suite de l’absence de carbonates.

  • Néolithique supérieur, phase Lagozza : apport macroscopique de dégraissant de quartz, calcite, roche quartzeuse et parfois de chamotte.

  • Néolithique inférieur, phase de la céramique à impressions (coups de poinçon) : pétrissage soigné, quantité réduite de dégraissant.

7Beljorte de Gazzuolo (MN) - Lombardie : Néolithique supérieur, troisième phase de la civilisation des vases à bouche carrée. Nous n’insisterons pas sur les caractéristiques communes du site. Il a été possible de confirmer que divers tessons, trouvés à une distance relativement grande les uns des autres, appartenaient bien au même vase. Le problème des « puits de remplissage » d’où provient le matériel est résolu : l’analyse comparative entre l’argile des céramiques et l’argile du sol autour des puits n’a montré aucune différence sauf en ce qui concerne le dégraissant, ce qui semble bien prouver que les trous furent creusés pour extraire l’argile et ont ultérieurement servi de dépotoirs.

8Grotte de Chiusazza (SR) - Sicile : stratigraphie comportant treize phases culturelles, du Néolithique supérieur à la fin de l’Age du Bronze. En raison de l’espace limité qui nous est imparti, nous ne prendrons pas en considération les caractéristiques de chaque phase. La constance de la matrice géologique est particulièrement frappante : présence des mêmes minéraux avec une fréquence et une granulométrie identiques, et surtout même concentration macroscopique de coquilles de microfaune.

9Isolino de Varese (VA) - Lombardie : échantillons correspondant à six phases culturelles qui s’étagent du Néolithique ancien à la fin de l’Age du Bronze. Nous nous limiterons à signaler que, parmi les documents examinés, une dizaine présentent un ensemble de caractères concernant la matrice qui les différencient du stock commun de l’Isolino ; il est donc très probable qu’ils sont de provenance extérieure. Parmi ces vestiges, il faut noter une anse en « flûte de Pan » qui, du point de vue culturel, dérive de la zone chasséenne.

10Lagozza de Besnate (VA) - Lombardie : Néolithique supérieur, phases proto-Lagozza et Lagozza classique. Dans un contexte homogène, il est possible de relever des différences de nuances entre les divers groupes typologiques : vases sphéroïdaux, tasses carénées, grandes écuelles, vases tronconiques, enfin groupe des plats à bord décoré et couvercles, que nous pensons plus archaïques et d’extraction chasséenne.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search