Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Sur la crise tibétaine

Jean-Luc Domenach

Texte intégral

1Juin 2008

2La crise de mars et avril derniers au Tibet et à propos du Tibet appelle de la part d’un spécialiste de la politique chinoise deux sortes de commentaires : les premiers sur l’histoire terrible de la domination chinoise depuis les années 1950, qui est une clef essentielle ; et les seconds, sur les maladresses des Occidentaux et des Chinois durant les mois récents ainsi que sur la difficulté de formuler des hypothèses d’évolution.

3Une chose est sûre : la politique des autorités communistes depuis 1950 a de façon continue contredit le récit qu’elles en font puisque, justement, elle a traité le Tibet comme une différence à détruire, non comme une partie du monde chinois. La recherche que j’ai faite sur les camps de travail et la violence politique en Chine fait apparaître le Tibet comme littéralement écrasé par les autorités communistes jusqu’à la fin des années 1970. Par la suite, la répression chinoise s’est réduite, mais le problème s’est encore aggravé. En effet, si les Tibétains ont regagné partiellement le contrôle de leur culte et de leurs mœurs, ils n’ont guère renforcé leur poids économique et social. De leur côté, avec le développement économique, les colons chinois se sont installés en nombre croissant alors que se répandait dans les villes chinoises l’idée que le Tibet n’était plus qu’une charmante bizarrerie touristique. Au reste, colons et touristes étaient désormais acheminés à Lhassa par un train qui soulignait l’Empire de la modernité.

4Les autorités chinoises pouvaient donc estimer que leur pouvoir, autrefois surtout politique et militaire, s’était à la fois complété et consolidé en s’étendant aux domaines plus modernes de l’économie, de la démographie et même du tourisme. Si la préparation des Jeux olympiques les mettait sur des charbons ardents, c’est plutôt les dissidents et les Ouïghours qu’ils craignaient : ainsi s’explique en partie le retard de leurs réactions à l’émeute du 10 mars. Ils n’avaient pas compris que, justement, leur triomphe colonial mettait les Tibétains dans une situation désespérée qui les contraignait à agir. Ensuite, leur réaction tardive a été d’autant plus dure que Pékin n’a pas osé contredire les autorités de Lhassa au moins pour trois séries de raisons : la nécessité de ne pas encourager les autres minorités dissidentes, l’importance de la vague nationaliste dans le pays et le malaise, pour ne pas dire plus, entre un pouvoir central réformiste et nombre de pouvoirs provinciaux prédateurs, voire même parfois l’armée elle-même.

5L’histoire – et les tibétologues – diront quelle a été la chaîne de commande du côté tibétain. Menacés d’écrasement, ils ont choisi l’émeute et le martyre, donc l’internationalisation de leur cause. Mais, du coup, ils en perdaient partiellement le contrôle, qui était capté par les sympathisants étrangers : une nébuleuse variable de gens de presse, de militants des droits de l’homme, de sympathisants du bouddhisme et de membres de l’élite mondaine qui s’est révélée dans un premier temps très efficace. En effet, d’une part elle avait de l’influence sur les ressorts médiatiques et politiques d’une société démocratique. D’autre part et surtout, elle prenait habilement appui sur la brutalité de la répression des autorités de Pékin. Or celle-ci mettait en évidence une série d’apparences inégalement exactes : la Chine utilisait les Jeux olympiques à son profit nationaliste (vrai) ; elle n’avait pas appliqué ses « promesses » en matière de droits de l’homme (à moitié vrai car elle n’avait rien promis, c’est le CIO qui avait cru entendre des promesses) ; et elle demeurait un régime « totalitaire » (faux). Ainsi s’est formée une logomachie à la fois inutile et maladroite – puisque la Chine demeurait maîtresse du terrain tibétain – et insultante pour une population chinoise qui sait précisément ce qui va mieux qu’avant pour elle (et aussi, d’ailleurs, ce qui va encore mal).

6Mais de leur côté, s’ils avaient la possibilité de mettre à profit les erreurs de leurs adversaires, les dirigeants chinois ont manifesté une rigidité politique et une vulgarité de langage qu’on ne leur connaissait plus depuis le massacre du 4 juin 1989 : insultant le Dalaï-lama, salissant ses partisans, menaçant dans un vocabulaire quasi mussolinien les gouvernements occidentaux qui s’étaient montrés sensibles à la cause tibétaine et refusant d’admettre une quelconque part de responsabilité. En effet, pour n’avoir pas prévu la vague de sinophobie en Occident, Pékin l’exagérait et prenait le risque majeur de soutenir la lame de fond nationaliste qui travaille le pays depuis une dizaine d’années. Ce soutien allait jusqu’à une novation qui a dû faire se retourner le Premier ministre Chou En-lai dans sa tombe : le soutien, pour ne pas dire plus, aux initiatives nationalistes des associations de Chinois d’outre-mer à l’étranger, dont des manifestations à Berlin, Londres et Paris. Chou En-lai, lui, avait au contraire laissé pour mot d’ordre aux Chinois d’outre-mer de « ne pas se montrer » (« bu yao chutou »)…

7Au-delà de ces éléments relativement simples et connus, il existe pour moi deux séries d’incertitudes. Tout d’abord, sur le déroulement des événements. Côté tibétain, on note l’apparition d’aptitudes nouvelles à la fois tactiques – mettre à profit l’approche des Jeux olympiques et les maladresses répétées de Pékin depuis le début de l’année – et organisationnelles – communiquer les appels à la mobilisation du centre aux différentes périphéries du Tibet. Mais l’on ne sait pas vraiment si le Dalaï-lama a été consulté ou non, dans quelle mesure le projet des activistes tibétains dépasse la revendication de l’autonomie, et jusqu’à quel point un accord négocié avec les autorités chinoises – qui impliquerait inévitablement des concessions douloureuses – pourrait se révéler applicable.

8Les incertitudes sont encore plus grandes du côté chinois. D’abord, comment diable les dirigeants d’un si grand pays ont-ils pu mettre à la tête du comité chinois d’organisation Liu Qi, l’un des hommes les plus déconsidérés de l’ancienne équipe Jiang Zemin ? Aussi longtemps que ce personnage demeurera en place, il faudra s’attendre à de nouvelles maladresses… Ensuite, les incertitudes portent sur l’attitude des autorités d’occupation chinoises à Lhassa. Celles-ci se sont montrées surprises : à quoi servaient donc leurs milliers d’indicateurs ? Leur réaction a été d’abord molle puis violente : pourquoi ? Et comment se fait-il qu’elles aient été si violentes verbalement ? Toutes ces incertitudes convergent vers une question centrale : dans cette situation quasi-coloniale, Pékin (Paris) sera-t-il capable encore de réfuter Lhassa (Alger) ? Pas sûr, d’autant, comme on sait, que Hu Jintao a dirigé le Tibet dans les années 1980. D’un autre côté, l’attitude beaucoup plus habile des autorités centrales après le séisme du Sichuan peut s’interpréter comme une réfutation de celle des autorités de Lhassa…

9Derrière ces incertitudes d’ordre conjoncturel, il existe une question, beaucoup plus fondamentale, qui est celle du rapport entre le droit et la force. La Chine paie cher son mépris du droit des peuples, mais le Tibet paie, lui aussi, son déficit de force. Me trompé-je ? J’ai le sentiment qu’au-delà de la sympathie assez oscillatoire qu’il inspire en Occident, le Tibet demeurera longtemps faible. C’est donc sur une évolution intérieure à la Chine qu’il lui faut compter, et en particulier sur la formation à Pékin d’un État de droit. Pour l’instant, cette évolution se dessine, mais elle est encore lente.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site