Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Approches techniques

Contribution à l’étude des cuvettes de combustion à remplissage de pierres chauffées

Patricia Phillips, Jean Vaquer et Jacques Coularou

Résumé

Parmi les diverses structures que l’on rencontre dans les habitats du Néolithique ancien, les cuvettes de combustion avec remplissage de pierres brûlées sont les plus évidentes. Leur mode de réalisation et leur fonction ont fait l’objet de multiples suppositions. Pour tester la validité de ces hypothèses, l’analyse détaillée d’une structure de l’abri de Buholoup est confrontée à des données expérimentales. Les méthodes utilisées : analyse pétro-graphique, analyse géomagnétique, mesure de température lors des essais, tendent à montrer que la chauffe des pierres avait lieu dans la cuvette et que le but recherché était la réalisation d’un calorifère dont les potentialités dépendaient du choix des pierres et de leurs dimensions. Les données recueillies suggèrent que ces structures avaient, pour la plupart, des fonctions culinaires et qu’il doit être possible pour les exemplaires bien conservés de préciser si ces cuissons étaient faites directement ou à l’étouffé.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

  • 1 Abri de Font-Juvénal, Conques-sur-Orbiel (Aude): grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault) (...)
  • 2 Site de Torre Sabea, Gallipoli, Pouilles (Italie) ; site de Courthezon (Vaucluse).
  • 3 Habitats mésolithiques de la Baume de Montclus (Gard) et de Gra-mari, Méthamis (Vaucluse) ; village (...)

1Dans les habitats du Néolithique ancien, qu’ils soient troglodytiques1 ou en plein air2, les structures les plus évidentes sont des cuvettes remplies de pierres chauffées et de résidus de combustion. Ces structures ne sont pas d’ailleurs spécifiques du Néolithique ancien méditerranéen, on les rencontre dans de nombreuses cultures et plusieurs périodes3. Elles ont reçu des appellations diverses : foyer - fosse (Paccard M., 1971) ; trou de combustion à sole de pierres (Gasco J., 1980) ; cuvette de combustion à remplissage de pierres chauffées (Vaquer J., 1981). Leur interprétation fonctionnelle a fait l’objet d’hypothèses nombreuses et variées : fond de cabane, foyer culinaire, foyer pour la cuisson des viandes, four de type polynésien, structure de type sauna, structures destinées à boucaner de la viande ou à sécher le poisson, structures fumigènes pour éloigner les insectes, structures à vocation artisanale (cuisson des poteries, travail du cuir). Les recherches sur le contrôle de la validité de ces hypothèses se multiplient et reposent sur des études détaillées de l’organisation et du remplissage de ces structures (Gasco J., 1981 ; Beeching A. et Moulin B., 1981). Un certain nombre de questions concernant la façon de chauffer les pierres, la température atteinte, les potentialités du calorifère, l’existence ou non de couverture calorifuge, restent cependant posées : nous les avons examinées en confrontant les résultats de l’analyse détaillée d’une structure à des données issues d’expérimentations.

1. La structure de combustion de l’abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne)

  • 4 En raison de destructions occasionnées par des travaux routiers et des fouilles clandestines, ce gi (...)

2L’abri de Buholoup se trouve dans le piedmont des Pyrénées centrales, dans le massif des Petites Pyrénées au débouché de la vallée du Volp dans la plaine de la Garonne. Le remplissage stratifié comporte plusieurs niveaux d’habitats mésolithiques caractérisés par des accumulations de coquilles d’escargots et un niveau qui semble appartenir au Néolithique ancien et qui comportait la structure analysée ici4.

3Il s’agit d’une structure en cuvette circulaire régulière, mesurant 1,50 m de diamètre et 0,10 à 0,15 m de profondeur. Elle était creusée dans la couche stérile sous-jacente et ses parois n’étaient pas cuites. Cette cuvette était presque intégralement remplie de pierres rougies et fragmentées qui dépassaient parfois le niveau du creusement (Fig. 1).

  • 5 Les charbons ont été soumis à J.L. Vernet et une analyse est en cours. Remarquons à ce propos qu’un (...)

4Le colmatage de l’amas de pierres était assuré par deux types de sédiment fin présentant les caractéristiques des résidus de combustion. La base de la cuvette était tapissée d’une couche noirâtre de charbon pulvérulent incluant de rares charbons de bois véritables ; les pierres étaient prises dans un encroûtement blanchâtre, cendreux, incluant de très rares particules charbonneuses5.

  • 6 Déterminés et étudiés par J. André du laboratoire de Biogéographie de l’Université Paul Valéry, Mon (...)

5Cette structure dont toutes les pierres ont été numérotées et prélevées se raccorde parfaitement à un niveau d’habitat caractérisé par des amas de débitage de silex, d’abondantes coquilles de Cepaea nemoralis6 et quelques tessons de poteries, très grossières, montées au colombin. Il faut remarquer que de nombreuses coquilles d’escargots se trouvaient dans la structure, au contact de pierres chauffées.

2. Analyse pétrographique des pierres de la structure

  • 7 Grâce à l’obligeance de M. P. Olivier du Laboratoire de Géologie méditerranéenne de l’Université de (...)

6La détermination a été faite en laboratoire par examen des cassures et comparaison avec un certain nombre d’échantillons de référence 7. La première distinction que l’on peut faire est fondée sur l’origine de ces pierres, quelques-unes sont constituées du même calcaire que celui de la paroi (Thanétien) et sont anguleuses : elles ont donc été prélevées sur place, les autres, plus nombreuses, sont des galets de rivière dont la provenance est à coup sûr le lit du Volp distant d’une centaine de mètres. Les galets du Volp sont en effet constitués de roches absolument identiques à celles trouvées dans la structure, à savoir : du quartz, du grès grossier, du grès fin, du calcaire fin (sparite et micrite). Etant donné l’intense fragmentation thermique que ces pierres ont subi, en particulier les galets de quartz, tout décompte ne pourrait être que trompeur. Il faut donc utiliser les poids cumulés pour apprécier la part de ces divers éléments.

7La première constatation qui s’impose concerne l’origine des pierres : la plupart (87,1 %) proviennent du lit de la rivière. Le transport des 112,330 kg de galets sur une centaine de mètres indique un choix délibéré. On peut se demander quels étaient les critères de ce choix et émettre plusieurs hypothèses.

8La préférence pour des galets sphériques s’explique bien dans le cas d’une fonction de calorifère : ces derniers offrent le meilleur rapport entre le volume et la surface et permettent donc d’emmagasiner le plus de chaleur et de la garder le plus longtemps. Il est probable que cette constatation avait été faite empiriquement par les préhistoriques ce qui explique qu’ils n’aient pas été rebutés par la tâche du transport des galets. Les plus gros (10 kg) étaient probablement portés seuls, les autres pouvaient être mis dans des contenants (couffins, sacs ?). L’utilisation des galets comme pierre de chauffe n’est pas en soi originale : la plupart des peuples qui ont utilisé ce procédé, notamment en Polynésie, avaient une préférence marquée pour les galets de rivière ou les pierres émoussées (C. et M. Orliac, 1982).

Figure 1 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne). Plan et coupe de la structure de combustion.

9Le module des galets devait être un autre critère important car le choix de tel ou tel calibre permet de contrôler grossièrement l’efficience du calorifère : de gros galets sont utilisés pour des cuissons longues à haute température et les petits pour des cuissons rapides (C. et M. Orliac, 1980). L’étude du calibrage des pierres de la structure de Buholoup ne peut être faite correctement car elles ont pour la plupart été fragmentées par la chauffe et il serait extrêmement fastidieux d’essayer de les reconstituer. On peut dire que parmi les exemplaires qui sont restés intacts, ils sont en majorité assez gros (de 10 à 20 cm de diamètre), voire très gros (de 20 à 35 cm de diamètre). Par rapport aux dimensions des galets du Volp on peut affirmer que ce sont les galets les plus gros qui ont été choisis.

Figure 2 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).
Plan de répartition des pierres en fonction de la géologie au niveau supérieur.

10Le choix des galets en fonction de la régularité et de la propreté de leur surface est un critère qui a pu jouer, cela permettrait d’avoir une sole de cuisson très régulière et propre, dans le cas de cuissons faites à même les pierres (galettes, pain, poisson, viande).

11Le choix de galets en fonction de la nature pétrographique des roches ne semble pas évident : parmi les gros galets du Volp les quartz et les grès sont les plus nombreux, il en est de même dans la structure.

12Le peu d’attention portée à la nature des roches utilisées se remarque dans le mauvais comportement à la chaleur de nombreux galets (les quartz et les grès fins en particulier) qui ont éclaté en de multiples petits fragments contrecarrant ainsi les effets recherchés au départ. Il est possible d’apprécier la résistance au feu des divers types de roches en comparant le poids moyen des fragments des différentes roches (en fonction du type de roche, poids cumulé par le nombre total de fragments). Ces résultats montrent que le grès grossier avait le meilleur comportement (poids moyen 925 g). Le calcaire en galets semble avoir un bon comportement (poids moyen 460 g) mais il convient de se méfier de ce résultat car cette roche n’est représentée que par trois échantillons. Les autres roches, notamment le quartz, avaient un mauvais comportement (grès fin : 112 g ; calcaire de la paroi : 117 g ; quartz : 118 g). Les deux catégories, cassantes ou compactes sont représentées à peu près à égalité dans la structure.

13La répartition des différents types de galets dans la structure semble organisée comme le révèlent les plans réalisés (Fig. 2 et 3). On peut remarquer que :

  • les galets les plus gros forment une couronne sur la presque totalité du pourtour de la cuvette (sauf à l’Est) et ils sont en grès grossier ;

  • les quartz très fragmentés sont surtout représentés au centre de la cuvette et les grès fins sont plus abondants à la base qu’au sommet du remplissage ;

Figure 3 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).
Plan de répartition des pierres en fonction de la géologie au niveau inférieur.

  • les fragments de calcaire de la paroi sont uniformément répartis dans les deux niveaux.

14On peut interpréter ces faits ainsi :

  • Les galets les plus gros, ceux qui stockent et gardent le mieux la chaleur, ont été disposés autour et à la base du combustible, sauf vers l’Est (aération ?).

  • Les galets les plus petits et les plus cassants étaient quant à eux au sein du tas de bois ; la chaleur les a fait éclater et leurs fragments se sont disséminés dans le centre de la cuvette où ils ont continué de chauffer dans les braises.

15Il semble donc que la structure telle qu’elle se présente n’est pas à l’état de ruine, l’aspect qu’elle présente était celui recherché par les néolithiques et obtenu par une technique appropriée de chauffage des pierres.

3. Analyse géomagnétique des pierres

16Les hypothèses précédentes supposent que les pierres ont été chauffées in situ ce qui n’est pas évident étant donné la rareté des charbons de bois et l’absence de traces de cuisson des parois et du fond de la cuvette.

  • 8 Expériences réalisées dans le cadre d’un programme d’étude des structures chasséennes de la vallée (...)

17L’analyse géomagnétique des pierres est susceptible de préciser ce point, comme l’ont montré diverses expériences8, une analyse a donc été tentée. Tous les fragments et galets, à l’exception des plus petits, ont été soumis à une mesure à l’aide d’un gradiomètre magnétique « flux-gate ». Les mesures du magnétisme thermo-rémanent ont été corrélées avec le poids et le type de roche de chaque galet et ont permis un classement en pierres non magnétisées ; pierres avec magnétisme thermo-rémanent significatif et pierres très magnétisées. Ces données ont été reportées sur plan et permettent de constater plusieurs faits (Fig. 4 et 5).

Figure 4 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).
Plan de répartition des pierres en fonction du magnétisme au niveau supérieur.

  • 9 Les grès qui possèdent un magnétisme « naturel » ont une susceptibilité magnétique très significati (...)

18La géologie joue un grand rôle dans ces résultats : le quartz et le calcaire n’ont pas de magnétisme « naturel » et ces pierres ont très souvent un magnétisme thermo-rémanent bas ; par contre les grès ont un magnétisme « naturel » marqué et parmi leur nombre se trouvent les pierres les plus magnétisées9. Le pourcentage des pierres non magnétisées est plus petit chez les grès (24 % pour le grès grossier, 34 % pour le grès fin) que chez les quartz (56 %) et les calcaires (85 %).

19Le magnétisme thermo-rémanent des pierres de la structure, en fonction de la géologie s’établit ainsi :

20Les autres pierres (54,7 %) n’ont pas de magnétisme mesurable mais cela ne signifie pas qu’elles n’ont pas subi le feu (les échantillons sont trop petits, parfois en mauvais état et les conditions orageuses lors de l’enregistrement créaient des difficultés pour mesurer les variations mineures).

  • Le poids des éléments est important pour l’enregistrement du magnétisme thermo-rémanent : plus de la moitié des pierres (surtout celles qui pesaient entre 20 et 130 gm) n’avaient pas de magnétisme mesurable.

Figure 5 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).
Plan de répartition des pierres en fonction du magnétisme au niveau inférieur.

    • 10 La moyenne du magnétisme au niveau supérieur est de 1,06 tandis qu’elle est de 0,73 au niveau infér (...)

    Comme les plans le révèlent, l’effet thermique est moins marqué dans le niveau inférieur que dans le niveau supérieur10.

21Le point le plus intéressant concerne la répartition de ces éléments : les pierres magnétisées se trouvent au centre de la structure et sur les bords Est et Ouest, tandis que les pierres non-magnétisées sont surtout vers la périphérie ou à la base de la structure. Une telle répartition suggère que les pierres ont bien été chauffées sur place et surtout qu’elles n’ont pas été bougées après l’utilisation.

4. Confrontation avec les données expérimentales

22La reconstitution expérimentale de quatre structures identiques à celle de Buholoup (expérience 1982, Vaquer, Rouzaud, Aspinall et Phillips) permet une confrontation avec les données de fouilles.

23Dans les quatre structures réalisées, les mesures de température prises avec deux thermocouples ont montré que la température moyenne du dispositif atteignait un maximum proche de 700° C, mais que les pierres n’étaient pas chauffées de façon harmonieuse. Celles du centre peuvent atteindre plus de 800° C, tandis que les pierres de la périphérie ont des températures plus basses.

24Pour ce qui concerne l’utilisation de la sole de pierres chaudes on doit distinguer deux cas :

  • Si la structure reste à l’air libre, le calorifère reste chaud pendant une dizaine d’heures et le temps exploitable pour des cuissons directes à plus de 200° C est de 5 heures, ou à plus de 300° C est de 3 heures.

  • Si la structure est fermée avec de la terre (four polynésien) pour des cuissons à l’étouffé, les galets restent chauds pendant plus de 15 heures.

25Dans les deux cas, le magnétisme thermo-remanent des galets est comparable avec celui des exemples préhistoriques (limites de magnétisme thermo-remanent dans les stuctures expérimentales : entre zéro et 4,5, par comparaison avec Buholoup : entre zéro et 11).

26Les pierres dans les quatre structures prirent l’aspect typique des pierres des structures préhistoriques (rubéfaction et fragmentation) ; les parois devinrent rouges, et l’on retrouva des fragments de terre cuite dans les structures de cuisson à l’étouffé.

27La seule discordance que l’on peut enregistrer concerne la quantité des résidus de combustion qui est bien moindre dans les exemplaires préhistoriques que dans les exemplaires expérimentaux notamment ceux qui ont eu une couverture de terre.

28On peut déduire de ces observations que les structures sans nodule de terre cuite étaient probablement utilisées sans couverture calorifuge de terre pour des cuissons directes, tandis que celles qui présentent cette caractéristique (on en connaît dans le Chasséen) étaient utilisées pour des cuissons à l’étouffé.

29Dans bien des cas cependant, les agents naturels ou biologiques ont pu perturber sérieusement ces résidus fragiles ou les modifier empêchant un diagnostic précis.

Conclusions

30L’analyse détaillée de la structure de « Buholoup » et la confrontation avec les données expérimentales apporte des précisions sur le mode de réalisation, le rôle et les potentialités de ces structures. Il serait dangereux cependant de vouloir généraliser à partir de cet exemple et il ne fait pas de doute que la poursuite des recherches analytiques permettra de distinguer plusieurs variétés typologiques dont l’on commence à soupçonner l’existence. Si l’interprétation fonctionnelle de ces structures s’oriente surtout dans le domaine des structures à usage culinaire (cuisson unique à l’air libre ou à l’étouffé) un problème crucial reste posé : celui de la nature et de la quantité des aliments préparés.

Bibliographie

Bibliographie

Aspinall (A.), Phillips (P.), Vaquer (J.), Clottes (J.), Giraud (J.P.). 1982. Magnetic studies of prehistoric occupation site in south-West France. Archaeometry symposium, Bradford 1982, 30 mars - 3 avril 1982, (5 pages, 3 figures).

Beeching (A.), Moulin (B.). 1981. Les structures de combustion des niveaux supérieurs de la Baume de Ronze (Ardèche). Première approche. Bulletin de la Société Préhistorique Française. 1981, T. 78, Etudes et Travaux, n° 10-12, pp. 411-431, 27 figures.

Gasco (J.). 1980. L’aménagement de l’espace domestique à Font-Juvénal. Dossiers de l’Archéologie : Les premiers paysans, n° 44, juin 1980, pp. 41-43, 12 figures.

Gasco (J.). 1981. Les structures domestiques en Languedoc du Mésolithique à l’âge des métaux. Thèse de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Toulouse, 1981, 661 p., 313 figures.

Leroi-Gourhan (A.) (dirigé par). 1973. Séminaire sur les structures d’habitat. Les témoins de combustion. Collège de France, Paris, 43 p., 6 tableaux.

Orliac (C.) et (M.). 1980. Les structures de combustion et leur interprétation archéologique : quelques exemples en Polynésie. Journal de la Société des Océanistes. Paris, n° 66-67, T. XXXVI, mars-juin 1980, pp. 61-76, 3 figures.

Orliac (C.) et (M.). 1982. Les structures de combustion reflet des activités et des structures sociales en Polynésie. Université de Paris I - Cahiers du Centre de Recherches Préhistoriques. 8 - 1982 - pp. 1-9, 1 tableau.

Paccard (M.). 1971. Le camp mésolithique de Gramari à Méthamis (Vaucluse). Gallia Préhistoire. T. XIV, fasc. 1, pp. 47-84, 34 figures.

Perles (C). 1977. La préhistoire du feu. Masson, 180 p., 47 fig., 5 planches.

Phillips (P.), Courtin (J.). 1981. La Bertaude, le Grès d’Orange (Vaucluse). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 1981, T. 78, Études et Travaux, 10-12, pp. 379-399, 20 figures.

Vaquer (J.). 1981. D’étranges fosses néolithiques, La Recherche, n° 124, 1981, pp. 882-883, 2 figures.

Notes

1 Abri de Font-Juvénal, Conques-sur-Orbiel (Aude): grotte de l’Abeurador, Félines-Minervois (Hérault) ; Baume d’Oullins, Le Garn (Gard) ; grotte d’Unang, Mallamort (Vaucluse).

2 Site de Torre Sabea, Gallipoli, Pouilles (Italie) ; site de Courthezon (Vaucluse).

3 Habitats mésolithiques de la Baume de Montclus (Gard) et de Gra-mari, Méthamis (Vaucluse) ; villages chasséens de Villeneuve-Tolosane et de Saint-Michel-du-Touch (Haute-Garonne) ; habitats chasséens de Font-Juvénal, Conques-sur-Orbeil (Aude) ou de la Baume de Ronze (Ardèche) ; sites du Néolithique final et du Chalcolithique de la Peyrière, Muret (Haute-Garonne) ou de la grotte de Camprafaud, Ferrières-Poussarou (Hérault).

4 En raison de destructions occasionnées par des travaux routiers et des fouilles clandestines, ce gisement fait l’objet d’une fouille de sauvetage.

5 Les charbons ont été soumis à J.L. Vernet et une analyse est en cours. Remarquons à ce propos qu’un développement des analyses anthracologiques des structures de ce genre pourrait permettre de cerner d’éventuels choix de combustibles, à l’instar de ceux relevés par C. et M. Orliac en Polynésie (prohibition de certains bois en fonction du sexe ou des classes sociales).

6 Déterminés et étudiés par J. André du laboratoire de Biogéographie de l’Université Paul Valéry, Montpellier.

7 Grâce à l’obligeance de M. P. Olivier du Laboratoire de Géologie méditerranéenne de l’Université des Sciences de Toulouse.

8 Expériences réalisées dans le cadre d’un programme d’étude des structures chasséennes de la vallée de la Garonne que nous avons mené en commun en 1981 et 1982.

9 Les grès qui possèdent un magnétisme « naturel » ont une susceptibilité magnétique très significative lorsqu’ils ont été chauffés.

10 La moyenne du magnétisme au niveau supérieur est de 1,06 tandis qu’elle est de 0,73 au niveau inférieur. Le pourcentage de non-magnétisés est de 55 % au niveau supérieur et 65 % au niveau inférieur.

Notes de fin

1 Department of Prehistory and Archaelogy, University of Sheffield S. 10 2TN, G.B.

2 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur, 31000 Toulouse.

3 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur, 31000 Toulouse.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 1 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne). Plan et coupe de la structure de combustion.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Figure 2 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).Plan de répartition des pierres en fonction de la géologie au niveau supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Figure 3 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).Plan de répartition des pierres en fonction de la géologie au niveau inférieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Légende Figure 4 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).Plan de répartition des pierres en fonction du magnétisme au niveau supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 5 : Abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne).Plan de répartition des pierres en fonction du magnétisme au niveau inférieur.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1194/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search