Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Influences méditérranéennes en domaine atlantique

Nouveaux documents sur la culture de Chambón

Alain Villes

Résumé

Définie en 1971 par Gérard Bailloud, la culture de Chambón occupe une place originale dans le Néolithique de la Loire moyenne et le Sud-Ouest du Bassin parisien. Les formes des poteries et leurs ornementations n’appartiennent pas aux influences de la civilisation danubienne. Elles attestent, en revanche, une influence méridionale ou venue du Centre-Ouest de la France, antérieurement au développement des civilisations du Néolithique moyen (Chasséen). Les habitats sont encore très mal connus. Les sépultures représentent l’essentiel des documents actuellement disponibles. Il s’agit de tombes à inhumation en fosse ou en petit coffre de pierre, regroupant parfois plusieurs individus. La répartition géographique des sites est assez large : Touraine, Anjou, Poitou, Vendée et côte méridionale de l’Armorique. Les ressemblances de la poterie de la culture de Chambón avec celle de la culture de Cerny dans le Bassin Parisien et avec certaines céramiques de la fin du Néolithique ancien en Espagne, Languedoc et Aquitaine, permettent de supposer que les découvertes présentées ici se situent vers les débuts du IVe millénaire avant notre ère. La connaissance de la Culture de Chambon jette des lumières nouvelles sur les relations entre le Nord et le Sud de la France dans la période intermédiaire entre le Néolithique ancien et moyen.

Defined in 1971 by Gérard Bailloud, the culture of Chambon holds an original position within the Neolithic of the Moyenne Loire area and the South East of the Paris Basin. The forms of ceramics and their decoration aren’t under the influences of the danubian civilization. On the other hand, they attest a meridional influence or issued from the Centre West of France, previous to the spreading of the civilization of Middle Neolithic (Chasséen). The dwellings are not well-known yet. Burials account for most of the data available nowadays. They’re « sepultures en fosses » (pits) or box-like cists, sometimes containing several bodies. The geographical distribution of the sites is fairly wide : Touraine, Anjou, Poitou, Vendée, and the southern coast of Armorica. Since the pottery from the culture of Chambon bears certain similarities with the culture of Cerny in the Paris Basin and with some ceramics from the end of early Neolithic in Spain, Languedoc and Aquitaine, we may assume that the finds presented here date back to the fourth millenium B.C. The knowledge of the culture of Chambón enlightens the relations between the Noth and the South of France in ther intermediate period between Early and Middle Neolithic.

Texte intégral

Introduction

1La culture de Chambon a été définie en 1971 par Gérard Bailloud, dans un article de synthèse sur le Néolithique danubien et le Chasséen dans le Nord et le Centre de la France (Bailloud, 1971, p. 225). Les découvertes de Saint-Martin-la-Rivière, « La Goumoisière », dans la Vienne, et celles de Chambon, « Les Chevrettes », en Indre-et-Loire, sont à l’origine de cette identification. Il s’agit dans les deux cas de sépultures à inhumation en tombe plate ou en coffre. Si les deux tombes de Saint-Martin-la-Rivière ont été publiées (Patte, 1971) en revanche celles de Chambon, qui étaient nombreuses, sont restées en grande partie inédites. Sur une série comprenant plus d’une dizaine de poteries, deux vases seulement ont été publiés en 1963 (Cordier, 1963).

2Plusieurs céramiques, découvertes récemment ou anciennement, sur le site de Chambon et sur d’autres, permettent de compléter utilement notre connaissance de cette culture.

I. Originalité du groupe de Chambon

3Aucun habitat du groupe de Chambon n’a encore été fouillé sur une grande surface. Cependant, les traits originaux de la céramique se laissent définir aisément.

4On connaît tout d’abord des récipients sub-sphériques en forme de sac, à faible col vertical et presque tous ovales au niveau de l’orifice. C’est le cas d’une poterie décorée de Chambon, « Les Chevrettes » (fig. 1, n° 1) récemment publiée (Berthouin et Villes, 1980), du vase de la tombe 2 de Saint-Martin-la-Rivière (fig. 2, n° 8), d’une troisième poterie cette fois sans décor, issue de la nécropole des « Chevrettes » et qui vient d’être portée à notre connaissance (fig. 1, n° 3), enfin, de celle de Fléac (Charente) (Patte, 1962).

5On observe en second lieu des tasses pourvues d’une seule anse en ruban : « La Goumoisière » (tombe 1, fig.

62, n° 7), « Les Chevrettes » (fig. 2, n° 3), et Arzon (Morbihan) Lejards, 1971), parfois en forme de sac : Saint-Genou (Indre) (fig. 1, n° 5 : Yvard, 1968).

7Une troisième forme originale est représentée par un récipient hémisphérique à col faiblement évasé, pourvu d’une anse en ruban. Des mamelons saillants mais légèrement aplatis forment une paire à la base de l’anse et se combinent à deux autres selon une disposition ternaire : poteries des « Chevrettes » (fig. 2, n° 3).

8Outre les mamelons et les anses en ruban, les moyens de préhension sont des languettes ou mamelons à perforation verticale placés au tiers supérieur des vases sphéroïdaux ou hémisphériques et à disposition binaire : poterie de Lublé ( Indre-et-Loire) (fig. 1, n° 2), de Saint-Martin-la-Rivière, « La Goumoisière », sépulture 2 (fig. 2, n° 8), des « Chevrettes » à Chambon (fig. 1, n° 1 et 3 et fig. 2, n° 4), ou bien en position unique sur le vase : Arzon (fig. 3, n° 3) et Fléac (fig. 3, n° 2).

9Le décor comprend des lignes de coups de poinçon, des nervures et des impressions réalisées au moyen d’une large tige tubulaire. Les nervures, qui occupent toujours le tiers ou la moitié supérieure du vase, sont organisées en motif orthogonal sur le vase de Lublé (fig. 1, n° 2) ou en arceaux reliant à la lèvre les anses ou languettes et mamelons perforés (fig. 1, n° 1), sur un exemplaire de Chambon (fig. 1, n° 1) et sur les poteries de Saint-Martin-la-Rivière (fig. 2, n° 7 et 8). On note également la présence de courts renflements se terminant par un bouton à la partie supérieure d’une anse (Arzon).

10Le riche décor du vase de Chambon (Berthouin et Villes, 1980) avait vraisemblablement une signification idéologique. Aux deux nervures en arceaux reliant au col les deux languettes s’en ajoutent deux autres plus petites s’incurvant selon un tracé opposé. Associées aux cercles imprimés, ces nervures en « moustaches » et en « sourcils » ne sont pas sans évoquer une figuration anthropomorphe. Les coups de poinçon soulignant les nervures font par ailleurs penser à une représentation stylisée des tentacules d’une pieuvre. En outre, les cercles occupant les deux intervalles entre les motifs de nervures sont ornés de lignes poinçonnées rayonnantes suggérant une représentation solaire (fig. 1, n° 1).

11Sur le vase de Lublé (fig. 1, n° 2), les nervures, soulignées par une double ligne pointillée, définissent six compartiments imprimés chacun d’un cercle central selon la même technique que sur le vase de Chambon. Là aussi, il est vraisemblable que le décor avait une signification idéologique. Ces deux poteries au décor si original proviennent très probablement, rappelons-le, de sépultures.

12Les nervures des poteries de Saint-Martin-la-Rivière (fig. 2, n° 7 et 8) présentent la même disposition que sur le vase de Chambon (fig. 1, n° 1), bien qu’il s’agisse, dans un cas, d’une tasse à anse en ruban (tombe 3).

13La distribution relativement variée des décors et des moyens de préhension dans les diverses formes céramiques permet de saisir l’homogénité du répertoire céramique de la culture de « Chambon ». C’est ainsi que le bol hémisphérique de Chambon à mamelons diamétralement opposés et perforés verticalement peut être rattaché à cet ensemble, malgré l’absence de décor (fig. 2, n° 4). Ce pot à ouverture ovale provient de la nécropole des « Chevrettes ». On est également tenté de rattacher au même faciès une tasse de provenance vraisemblablement tourangelle, publiée par G. Cordier (Cordier, 1963), et décrite comme de technique néolithique (fig. 1, n° 4). On ne connaît pas de tasses dans le Néolithique ancien septentrional.

14Pour cette raison, nous rapporterons volontiers à la culture de Chambon la tasse de forme ovoïde à anse en épais ruban, trouvée à Saint-Genou (Indre), et publiée par J.-C. Yvard en 1968 (fig. 1, n° 5). La poterie de la tombe de Fléac (Charente) est identique au bol à deux languettes des « Chevrettes » (fig. 3, n° 2 et fig. 2, n° 4), ce qui rend probable la présence de deux anses diamétralement opposées sur ce vase charentais. Toutefois, la céramique d’Arzon, qui présente exactement la même forme (fig. 3, n° 3), ne possède qu’un mamelon, lui aussi placé loin du bord et perforé verticalement.

15L’originalité de la culture de Chambon ne se définit guère que grâce à sa céramique, dans l’état actuel de la documentation. Les habitats ne sont en effet pas connus. Le site d’Arzon n’a pu faire l’objet d’observations nombreuses ou précises (Lejards, 1971). A Ligueil (Indre-et-Loire), « Les Sables de Mareuil », un site domestique est connu, mais la céramique n’y a pas encore été trouvée dans des structures bien définies. Par ailleurs, elle présente des différences avec la poterie des tombes attribuées actuellement à la culture de Chambon, comme on le verra plus loin.

Figure 1 : Céramique du groupe de Chambon : 1 et 3, Chambon, « Les Chevrettes », 2, Lublé, « Les Rues », 4, provenance tourangelle, 5, Saint-Genou (Indre-et-Loire), A. Villes del.

Figure 2 : Céramique du groupe du Chambon : I. Les Alleuds (Maine-et-Loire), 2, Breil (Maine-et-Loire), 3 à 5, Chambon, « Les Chevrettes » (Indre-et-Loire), 6, Ligueil, « Les Sables de Mareuil » (Indre-et-Loire), 7 et 8, Saint-Martin-la-Rivière, « La Goumoisière » (Vienne), 9, Carnac, « Mané-Pochat-er-Leu » (Morbihan), A. Villes del.

Figure 3 : Carte de localisation et termes de comparaison pour la céramique du groupe de Chambon : 1, Salernes, « Baume de Fontbrégoua » (Var), 2 et 6, vases de l’Yonne (d’ap. Carré, 1980), 3, Videlles, « Les Roches » (Yvelines), 4, Villeneuve-sur-Yonne, « Les Egrisettes » (Yonne), 5, Charigny, « Camp de Caix » (Côte d’Or), 7, Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône), A. Villes del., d’ap. Bailloud, Carré, Thevenot, Courtin et Escalon-de-Fonton

16L’originalité des coutumes funéraires apparaît mieux. Elles associent l’inhumation individuelle en fosse ou en petite ciste (Chambon, « Les Chevrettes »), l’inhumation double en fosse (Fléac, en Charente) et l’inhumation simple ou collective en petit coffre de pierre. Ainsi, à Saint-Martin-la-Rivière, si la tombe 2 regroupait deux enfants de 8 à 12 ans dans un caisson, le vase de la tombe 3 n’était associé clairement qu’à un individu, la sépulture 1, quant à elle, regroupant au moins six adultes et deux enfants, sans mobilier funéraire susceptible de confirmer sa datation (Patte, 1971).

17Les tombes doubles existent dans le Rubané Récent du Bassin Parisien, mais en petit nombre alors que les inhumations en coffre ou en ciste n’y sont pas connues. On ne peut manquer de faire le rapprochement entre les sépultures collectives en caisson de Saint-Martin-la-Rivière et celles de la nécropole épipaléolithique de Téviec (Morbihan). Une inhumation en fosse à parois garnies de petites dalles verticales de grès est également connue à Auneau (Eure-et-Loir), lieu-dit « Le Parc du Château » et attribuable au Chasséen septentrional (fouilles inédites de J.-P. Dubois).

II. Affinités et hypothèses chronologiques

18En 1963, G. Cordier avait rapporté les découvertes de Chambon à un « prolongement » du courant danubien, dont la présence en Touraine, en Beauce et dans le Gâti-nais était par ailleurs attestée par quelques mobiliers caractéristiques (Cordier, 1963 ; Bailloud, 1962). En 1971, G. Bailloud, définissant pour la première fois la « culture de Chambon », a surtout insisté sur l’originalité de sa céramique. Il avait signalé la possibilité de rapprochements avec le Néolithique méridional, tout en soulignant l’éloignement géographique des éléments de comparaison. Ce rapprochement nous paraît aujourd’hui confirmé par les nouvelles découvertes présentées ici.

19La datation du faciès de Chambon postérieurement au Rubané récent semble pouvoir se déduire assez aisément des analogies de certaines formes céramiques avec celles du faciès de Cerny. Les poteries décorées de Chambon et Lublé (fig. 1, n° 1 et 2) appellent, par leurs anses ou languettes diamétralement oppposées à perforation verticale, un rapprochement avec des exemplaires tels que ceux de Videlles, « Les Roches », de Villeneuve-sur-Yvonne, « Les Egriselles » ou de Barbuise-Courtavant, « Les Grèves de Frécul », dans le Centre et l’Est du Bassin de Paris (Bailloud et Coiffard, 1967 ; Bailloud, 1964-71 ; Thevenot et Carré, 1976 ; Piette, 1976). On trouve également, sur ces mêmes vases Cerny, le décor rayonnant autour d’un élément de préhension. Quant au motif en guirlande, rattaché aux anses, on l’observe déjà dans le Rubané tardif du Bassin Parisien (ou épi-danubien, appelé aussi groupe de Villeneuve-Saint-Germain). Il se retrouve dans les décors imprimés de la céramique Cerny.

20L’influence danubienne sur la culture de Chambon paraît fort peu vraisemblable. D’une part, les motifs ornementaux évolués de l’épi-danubien et d’autre part les formes céramiques de la culture de Cerny qui représentent les seuls points communs avec nos céramiques occidentales regroupent précisément les aspects dont l’origine, dans le Bassin Parisien, n’est ni définie clairement, ni rapportable à une tradition locale. Par ailleurs, l’implantation danubienne dans l’Ouest des pays de la Loire n’est pas encore clairement démontrée. Aucune découverte du Rubané récent, sensu stricto, n’est actuellement connue à l’Ouest et au Sud d’Orléans. Les sites d’Ecures (Onzain, Loir-et-Cher) et de Marcilly-Villerable, « Les Marais » (Loir-et-Cher) appartiennent à un faciès plus tardif du Rubané. Ce faciès se caractérise par la pauvreté du décor pointillé, l’exécution fréquente de cette ornementation selon la technique pivotante (peigne au « trémolo »), la présence de décors imprimés et modelés (cordons en V, boutons, pastilles au repoussé), de fines incisions sur le bord ou en lignes verticales ou obliques, et l’adoption de parures et d’un outillage original (anneaux plats en schiste, anneaux rainurés, burins, nombreux éléments de lames de faucille, outillage « campignien »), enfin par la présence d’habitats sur des sols situés à distance des vallées alluviales, etc.. (Constantin et Demoule, 1982 ; Villes, 1982). Les groupes épi-danubiens peuvent avoir occupé le Sud et l’Ouest du Bassin Parisien, mais c’est encore impossible à prouver par des documents suffisamment nombreux (Villes, 1983). Il est encore difficile de définir les affinités culturelles exactes de la poterie des couches anciennes de l’abri de Bellefonds (Vienne) (Villes, 1983, Joussaume, 1981).

21On peut proposer pour l’instant une hypothèse nouvelle par rapport à celle d’une large représentation au Sud-Ouest : l’existence de deux faciès culturels distincts et en partie synchrones. L’un serait représenté par l’Epi-danubien au Nord et au Nord-Est des pays de la Loire moyenne, l’autre correspondrait à un Néolithique ligérien original ayant exercé ses influences sur le Néolithique d’ascendance danubienne et abouti à cet Epi-danubien plus septentrional. Le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye correspondrait à un groupe dérivé de ce Néolithique ligérien ou bien attesterait une origine commune. Les deux faciès culturels ainsi supposés auraient donné naissance respectivement au Néolithique des sites de Fossé et Landes-le-Gaulois (Loir et Cher : Despriée, 1974 et 1982 ; Doustin et Despriée, 1971) et aux différents faciès plus septentrionaux regroupés actuellement sous le nom de « culture de Cerny » (Villes, 1983).

22En effet, on ignore quel aspect cette dernière pouvait revêtir dans les pays de la Loire moyenne, faute de la découverte du moindre ensemble de quelque importance. Un seul jalon pourrait être retenu :

23Fondettes (Indre-et-Loire), sous la forme d’un fragment de vase au décor d’impressions fines en arceaux accrochés à une anse (Cordier, 1973, p. 224, fig. 2, n° 1 et Cordier, 1980, fig. 1, n° 5), décor que l’on ne retrouve guère dans les matériels épi-danubiens. Les autres éléments céramiques dragués dans le fleuve ou trouvés à proximité de celui-ci : Saint-Ay (Loiret) et Montrichard (Bailloud et Quatrehomme, 1971 ; Cordier, 1963) peuvent se rattacher à l’Epi-danubien. Quoi qu’il en soit de l’implantation danubienne ou des sites considérés comme étant de « tradition » danubienne en pays ligériens ou plus au Nord, elle n’offre aucun élément qui évoque directement l’origine de la céramique de la culture de Chambon. Seule, la découverte en Anjou et en Touraine de quelques bouteilles d’un type finalement ubiquiste : Les Alleuds (M. et L.), Chambon « l’Eveillé », a pu faire penser à des rapprochements avec d’autres céramiques analogues du Rubané récent (Cordier, 1963 et Cordier et Gruet, 1976).

24En revanche, d’indiscutables parentés apparaissent entre la céramique de Chambon et celle d’ensembles méridionaux de la fin du Néolithique ancien. Citons par exemple le « faciès de Molinot », ou Néolithique ancien post-cardial, défini par J. Mestres-Mercade (1982) dans la région del Pénèdés, au Sud de Barcelone. La céramique correspondante comprend des formes hémisphériques, sans col ou avec un col faiblement dégagé, à mamelons opposés diamétralement, placés vers le sommet des pots et fréquemment perforés verticalement. Le décor comprend surtout des nervures, organisées en croissant partant des anses et tourné vers le bas ou bien des arceaux remontant vers le bord et recourbés à leur sommet. Cette céramique se caractérise aussi par un traitement particulier des surfaces de certains pots : cannelures horizontales et obliques sommairement exécutées. Pour autant que l’on puisse juger de l’homogénéité de cet ensemble, il comporte également des formes carénées typiquement montboliennes, à grandes anses verticales en tunnel.

25Autre exemple, le décor de nervures en croissant partant des anses existe aussi dans la céramique de la grotte IV de Saint-Pierre-de-la-Fage dans l’Hérault (Arnal, 1983), ainsi que dans la poterie de la grotte Gazel à Sallèles- Cabardés, dans l’Aude (cf. catalogue de l’exposition organisée à Montpellier en avril 1983 à l’occasion du colloque publié ici). Certaines formes de la culture de Chambon sont analogues à celles que l’on trouve à Saint-Pierre-de-la-Fage : marmite à anse en ruban, tasses par exemple. Des similitudes existent aussi entre ces deux ensembles au niveau des décors. Qu’il s’agisse de pastilles appliquées ou d’impressions, les motifs partent des anses qu’ils relient par des guirlandes ou qu’ils contournent par leur sommet.

26Nous avons déjà signalé que les éléments du décor Chambon qui évoquent le plus clairement l’épi-cardial provençal ou languedocien ne sont pas sans trouver des parallèles en Bourgogne (Berthouin et Villes, 1980). Ainsi, le décor de nervures orthogonales, tel qu’il apparaît sur le vase de Lublé, se retrouve sous une forme analogue sur un vase de l’Yonne, publié par H. Carré (1980). Sur cette poterie, les cordons orthogonaux, très semblables, par exemple, à ceux de Camprafaud (Hérault) ou de Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône), sont associés à des boutons en ligne sous le rebord et à des incisions et impressions couvrantes. On observe les mêmes cordons orthogonaux associés à des boutons dans la céramique d’une fosse de Champlay (Yonne), publiée par A. Merlange (1982).

27Les rapprochements ainsi proposés entre quelques vases de l’Yonne et de la Touraine et les décors de poteries épi-cardiales du Midi de la France et de l’Espagne ne sauraient prouver des liaisons culturelles directes, encore moins des mouvements de migration, entre les groupes humains correspondants. Nous avons plutôt ici l’indication probante que vers la charnière entre IVe et IIIe millénaire le hiatus admis jusqu’ici entre le Néolithique septentrional danubien et le Néolithique cardial et épi-cardial est une illusion déterminée par l’insuffisance des recherches et découvertes relatives au Néolithique ancien, de part et d’autre du Massif Central. C’est ainsi, par exemple, que les récents travaux de Jean Vaquer sur le Néolithique du Bassin de la Garonne révèlent la présence dans se secteur, de céramiques comportant des tasses à anses en ruban, des cordons ou nervures en courts arceaux partant des anses, des motifs de cordons orthogonaux. Ces éléments encore ténus permettent déjà de percevoir autrement le problème de la territorialité cardiale et de la diffusion des cultures ou groupes méridionaux antérieurs au Chasséen (cf. communication de Jean Vaquer, publiée dans le présent volume).

28Il nous semble par ailleurs prématuré de faire dériver la culture de Chambon d’un Néolithique ancien Centre-Atlantique dont l’homogénéité ne paraît pas encore suffisamment assurée (Joussaume, 1981, p. 90-177). On doit pour le moment se borner à considérer qu’une incidence des groupes du Néolithique ancien méridional se manifeste relativement tôt sur la côte Atlantique, comme le montrent les découvertes récentes de céramique à décor cardial et impressions pivotantes à la coquille en Gironde (site de la Balise à Soulac-sur-Mer et de La Lède du Gurp : Moreau, 1983 ; Frugier, 1982). L’interprétation du Néolithique ancien du Sud du Bassin parisien ne pourra rester indifférente à la découverte de nouveaux sites d’affinité méridionale dans la zone Centre-Atlantique, dans la mesure où ces influences méditerranéennes sont antérieures à la période charnière entre le Néolithique ancien et moyen pré-Chasséen. Cette constatation est déjà en soi très importante et modifie considérablement notre vision des débuts du Néolithique, dans des régions où l’influence danubienne n’a jamais été perceptible et où l’on ignore encore le détail des processus d’acquisition de l’économie de production. A cet égard, des données nouvelles sont apportées par la découverte récente d’un important lot céramique sur le site de Ligueil (Indre-et-Loire). Celui-ci présente des points communs avec la poterie du groupe de Chambon. On y retrouve en effet les nervures partant de la base des anses et s’in-curvant en direction du bord (fig. 2 n° 6). On n’observe en revanche aucun décor poinçonné ou imprimé dans cet ensemble (Villes, 1983). L’ornementation est de type exclusivement plastique : pastilles au repoussé en double rangée sous la lèvre, boutons à sommet enfoncé, petits mamelons sous le rebord, cordons lisses, accrochés aux anses (motif en écusson), nervures en arceaux. Les rebords sont tous amincis. La céramique de Ligueil s’apparente à celle des sites d’Augy et de Sainte-Pallaye, par son décor plastique essentiellement. De nombreux points communs entre ce groupe sénonais et diverses trouvailles de la Loire moyenne ont également été mis en évidence depuis peu : Saint-Rémi-la-Varenne, Les Alleuds (Maine-et-Loire), Fossé, Landes-le-Gaulois (Loir-et-Cher), Brion, Martizay (Indre), Mairé (Vienne), Vil-lermain (Loiret), qui ont fourni de la poterie présentant les mêmes caractéristiques d’ornementation (Bastien et Geslin, 1982 ; Cordier et Gruet, 1976 ; Buchsenchutz, Willaume et Gablin, 1979 ; Gruet et Passini, 1982 ; Mar-quet, 1979 ; Villes, 1983). Plus au Sud-Ouest, signalons encore un tesson à nervure oblique d’allure Augy-Sainte-Pallaye trouvé à Saint-Léomer (Vienne) et qu’il nous semble délicat pour le moment d’attribuer à une « tradition danubienne » dans cette région (Pautreau et de Lavergne, 1982). Seuls, deux des sites mentionnés ci-dessus : Fossé et Landes-le-Gaulois (Despriée, 1974 et 1982 ; Doustin et Despriée, 1971), comportent en outre des fragments de « plats à pain » et des décors plastiques spécifiques (cordons horizontaux sur le bord) qui font penser à une évolution locale du style céramique d’Augy (Villes, 1983). La répartition géographique de ces trouvailles, dont l’homogénéité exige dans certains cas d’être confirmée, et d’autre part la probabilité qu’elles témoignent d’un semis d’habitats relativement denses et continus depuis la Beauce jusqu’au Berry et de l’Anjou au Sénonais, constituent une donnée en partie nouvelle et peut-être fort importante pour l’étude des cultures de la fin du Néolithique ancien dans le Bassin de Paris. En l’absence de stratigraphies et de datages par le radiocarbone, bien des suppositions peuvent être avancées quant à la position chronologique de ces ensembles. Leur caractère tardif, par rapport à l’épi-danubien ou même au Rubané récent, reste un postulat. Si l’on s’en tient au fait que la culture de Cerny succède à l’épi-danubien, dans lequel on trouve la préfiguration d’une partie de ses formes et décors, et comme l’on constate la présence de traits stylistiques communs au Cerny et à la céramique de Chambon, on en vient à supposer que le groupe d’Augy est antérieur aux principaux ensembles définis comme spécifiquement Cerny. Par ailleurs, si l’on constate que la poterie de Chambon ne trouve de bons éléments de comparaison que dans le domaine du Néolithique ancien méridional finissant, il deviendrait arbitraire d’ignorer les analogies existant entre d’une part les diverses céramiques ligériennes apparentées à l’Augy et signalées ici et d’autre part les mobiliers réunis en Provence, Languedoc et Espagne septentrionale sous le terme par trop générique de cardial moyen et final. Le motif des cordons scutiformes, le caractère marqué des motifs ornementaux plastiques de la France septentrionale dans les sites tardi-rubanés et Augy-Sainte-Pallaye renvoient globalement et principalement au domaine méditerranéen.

29C’est ce qui nous a poussé à envisager la possibilité, encore toute théorique, d’un sychronisme au moins partiel entre d’une part certains des sites ligériens d’allure Augy-Sainte-Pallaye qui viennent d’être signalés et d’autre part les sites réunis provisoirement sous le terme d’épi-danubien ou de groupe de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin Parisien (Villes, 1982 ; Constantin et Demoule, 1982). Ainsi l’origine des pastilles au repoussé pourrait se trouver dans les pays de la Loire moyenne et c’est par l’intermédiaire de ce secteur géographique que divers éléments de l’épi-danubien et de la culture de Cerny auraient pu se diffuser dans le Bassin Parisien.

30Deux observations permettent de cerner indirectement la position chronologique approximative de la culture de Chambon :

  • ses connexions avec le groupe de Ligueil, lui-même apparenté, sous certains aspects de son décor céramique, avec celui d’Augy-Sainte-Pallaye ;

  • ses nettes parentés avec le style céramique de Cerny.

31On notera par ailleurs la large répartition géographique des céramiques Chambon actuellement répertoria-bles : Touraine, Poitou-Charente, Sud du Massif Armoricain.

32Ces diverses données rendent vraisemblable une certaine contemporanéité entre cultures de Chambon et de Cerny. Il semble même possible que la première se soit développée avec une certaine antériorité sur la seconde. On est par ailleurs conduit à supposer que le groupe d’Augy-Sainte-Pallaye et les sites ligériens à céramique pastillée et nervurée ne se placent pas aussi tardivement qu’on a pu ou que l’on pourrait encore le croire par rapport à l’ensemble des cultures du Néolithique ancien. Antérieurs au Cerny, ils auraient été contemporains de la fin du Rubané récent, et prendraient place entre les tout débuts du Néolithique moyen et les plus anciens sites du Néolithique ancien Centre-Atlantique (Joussaume, 1982).

33Le seul point de repère chronologique disponible nous est fourni par le site monumental de « La Grée de Cojoux » à Saint-Just (Ile-et-Vilaine), dont le niveau ancien, à céramique décorée de pastilles au repoussé, est daté entre 5660 et 5550 BP (Le Roux, 1982, p. 68). On manque malheureusement d’informations sur la durée du décor de pastilles au repoussé, qui a pu couvrir une longue période. Il est toutefois parfaitement plausible que le style de Ligueil-Augy soit apparu dès les débuts du IV millénaire B.C.

34L’extension géographique de la culture de Chambon d’une part et d’autre part la vraisemblance que les groupes à céramique à pastilles, cordons et nervures de la Loire moyenne soient antérieurs au Cerny, offrent des perspectives nouvelles à la connaissance des débuts du Néolithique dans les régions sud-armoricaines. Avant même la naissance du mégalithisme, ce n’est pas au vaste cycle danubien, par Cerny interposé, qu’il faut attribuer l’acculturation de l’Armorique, mais à des groupes néolithiques dont les styles céramiques de Ligueil, Augy et Chambon trahissent l’origine Sud-Atlantique ou globalement méridionale et dont le style de Castellic ancien et la céramique de type Carn prendraient la succession immédiate.

35Il faut insister, pour finir, sur le problème encore non résolu que posent les relations entre le type de Ligueil et la culture de Chambon. De deux choses l’une :

    • ou bien la première a subi l’influence de la seconde. Dans ce cas Chambon serait tout à fait antérieur à Cerny, le style céramique Ligueil-Augy s’intercalant entre Chambon et Cerny.

    • ou bien c’est le contraire, Chambon et Cerny correspondant à deux faciès apparentés et en partie contemporains. Les sites définis ici comme relevant de la culture de Chambon ne possédant ni « plats à pain », ni pastilles au repoussé, on devrait alors admettre que les documents disponibles sont encore trop peu nombreux pour caractériser cette culture de manière complète, faute, en particulier, de fouilles d’habitats.

36Quoi qu’il en soit, le caractère original et la répartition géographique des styles céramiques de Chambon, Ligueil et Augy, reviennent globalement au domaine méridional, tout en offrant les premiers éléments de comparaison avec ce qui fait l’originalité du Cerny par rapport à tout ce qui le précède dans le Bassin Parisien.

Conclusion

37Les débuts du Néolithique dans les pays de la Loire moyenne étaient jusqu’ici mal connus et attribués trop sommairement à une extension ultime de la colonisation danubienne. Aujourd’hui, la convergence dans ces régions d’influences plus complexes, d’origine globalement mériodionale, et l’originalité des groupes néolithiques les plus anciens actuellement discernables sautent aux yeux.

38Certes, aucune des considérations qui précèdent ne saurait faire oublier le caractère encore empirique des études sur le Néolithique ancien et le début du Néolithique moyen septentrionaux et faire méconnaître la précarité relative de la documentation disponible, en particulier dans l’état actuel des fouilles et publications. La notion d’ensemble clos n’emporte que rarement la conviction dans le Bassin de Paris tout comme dans les pays ligériens. Gammes de datations et stratigraphies nous font encore cruellement défaut. Cependant, la culture de Chambon nous oblige à prendre en compte la composante méridionale du Néolithique moyen septentrional antérieurement aux acculturations d’origine chasséenne et nous interdit de l’exclure plus au Nord pour la fin du Néolithique ancien.

Mise à jour (Octobre 1984)

Depuis la rédaction du présent article, en août 1983, des éléments nouveaux ont été apportés à la connaissance du Groupe de Chambon par la fouille de l’habitat de Ligueil (Indre-et-Loire). Les mêmes formes céramiques que celles présentées ici figurent sur ce site.

Mais si le motif ornemental des nervures en moustache s’y retrouve sous la même forme qu’à Chambon ou Saint-Martin-la-Rivière, en revanche le répertoire général du décor est un peu différent : on trouve des pastilles au repoussé en une ou deux lignes sous le rebord, des boutons coniques ou aplatis placés près du rebord et des cordons lisses rapportés (à motif probable en V) qui n’existent pas dans le « groupe de Chambon », alors que les coups de poinçon et les cercles imprimés de cet ensemble n’apparaissent pas à Ligueil. Dans l’industrie lithique de ce site figurent des armatures à retouche inverse plate, d’un type proche de celui dit « à éperon ».

Ligueil offre, par sa céramique, autant de points communs avec le style céramique d’Augy-Sainte-Pallaye, qu’avec celui de Chambon. Cette découverte invite à considérer les problèmes du Néolithique ancien comme formant un tout au Nord de la Loire et autour de celle-ci. Des connections sont certaines entre le « groupe de Villeneuve-Saint-Germain », l’Augy-Sainte-Pallaye et les sites, de plus en plus nombreux, repérés dans les pays de la Loire et ayant des affinités avec ce dernier (la Bajoulière, en Maine-et-Loire). Mais ces relations ne sont pas à envisager forcément en termes d’expansion lente et par étapes, des cultures du Centre et de l’Est du Bassin Parisien jusqu’en Bretagne et Anjou. Par ailleurs, les méthodes de datation 14C font apparaître que le Rubané récent du Bassin Parisien n’est pas nécessairement antérieur au Groupe de VSG.

Au modèle, déjà ancien, de la colonisation danubienne, il semble possible d’opposer celui d’un peuplement stable comportant peut-être une phase de préparation à l’adoption par contacts de l’économie de production. Les mutations de la culture matérielle correspondent, depuis le Tardenoisien final jusqu’au Cerny, à des intéractions réciproques et complexes entre les communautés de la France septentrionale, mais ceux-ci n’ont pas évolué en milieu clos. Sensibles dans le groupe de Chambon et dans l’Augy-Sainte-Pallaye/Villeneuve-Saint-Germain, les influences méridionales ont pu jouer un rôle plus ancien, plus constant et plus complexe qu’on ne le suppose, d’ailleurs depuis peu, dans les pays de la Loire et au Nord de ceux-ci. La présence de groupes à céramique cardiale dans la zone centre-alantique d’une part et l’importance méconnue du Roucadourien (dans une acception peut-être à élargir) ont pu être le relais d’une concurrence entre les apports méridionaux et le processus d’acculturation par le Rubané. Ces problèmes ne peuvent être développés ici et feront l’objet d’une publication prochaine.

Bibliographie

Bibliographie

Arnal (G.B.), 1983, La grotte IV de St Pierre-de-la-Fage (Hérault) et le Néolithique ancien du Languedoc. Mém. n° 3 du Centre de Rech. Archéo. du Ht-Languedoc, 1983.

Bailloud (G.), 1962. Présence de Néolithique danubien en Beauce et dans le Gâtinais. Bull. Soc. Préh. Franç. 1962, p. 339-344.

Bailloud (G.), 1964-1974. Le Néolithique dans le Bassin Parisien. IIe suppl. à Gallia-Préhistoire (2e éd. : 1974).

Bailloud (G.) et Coiffard (Ph.), 1967. Le locus 5 des Roches à Videlles (Essonne), Bull. Soc. Préh. Franç., t. 64, p. 371-410.

Bailloud (G.), 1971. Le Néolithique danubien et le Chasséen dans le Nord de la France. Fundamenta, Reihe A, Bd. 3, Teil VI, 1971, p. 201-245 et pl. 117-126.

Bailloud (G.) et Quatrehomme (F.), 1971. Un vase néolithique dragué dans la Loire à Saint-Ay (Loiret). Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), 1971, n° 8, p. 228-229.

Bastien (G.) Geslin (M.), 1972, Tessons d’une poterie néolithique à Mairé (Vienne). Bull. Amis Musée Préhis. Gd-Pressigny, n° 23, 1972, p. 21.

Berthouin (F.) et Villes (A.), 1980. A propos d’un vase provenant de Chambon : nouveaux éléments sur le « groupe de Chambon ». Bull. Amis Musée Préhist. Gd-Pressigny, n° 31, 1980, 21-29.

Buchsenschutz (O.), Willaume (M.) et Gablin (P.), 1979. Le site Bronze final-Premier Age du Fer des Grandes Chapelles à Brion (Indre). Bull. Soc. Préh. Franç., 1979, t. 76, p. 408-420.

Carré (H.), 1980. Evolution des décors céramiques dans le Danubien de l’Yonne. Actes du Coll. Interrég. Néo. Est France, Châlons-sur-Marne, 1980, p. 69-74.

Constantin (Cl.) et Demoule (J.-P.), 1982. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin Parisien. Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du Colloque de Sens (27-28 sept. 1980), Soc. Archéo. de Sens, 1982, p. 65-71.

Cordier (G.), 1963. Prolongements danubiens dans le Centre de la France, Rev. Archéo. Est, n° 63 - 64 - 65, janv. - sept. 1963, p. 149-156.

Cordier (G.), 1973. Quelques trouvailles néolithiques tirées de la Loire (Indre-et-Loire, Loir-et-Cher). Rev. Archéo. Centre, t. XII, fasc. 3-4, p. 221-226.

Cordier (G.) et Gruet (M.), 1976. Une sépulture néolithique à Breil (Maine-et-Loire), Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), t. 73, n° 7, 1976, p. 214-218.

Cordier (G.), 1980. Découvertes récentes de céramiques préhistoriques et protohistoriques en Touraine. Mém. n° 4, Soc. Et. Sc. Anjou, 1980, p. 213-222.

Desprié (J.), 1974. Un village néolithique sur la commune de Fossé. Bull. Vallée de la Cisse, n° 2, 1974, p. 3-9.

Despriée (J.), 1982. Un village néolithique sur la commune de Fossé (II), Bull. Vallée de la Cisse, n° 6, 1982, p. 3-7.

Doustin (L.) et Despriée (J.), 1971. La sépulture de la Pierre Levée de La Garenne à Landes-le-Gaulois (Loir-et-Cher), Rev. Archéo. Centre, n° 39-40, 1971, p. 238-249.

Fardet (L.), 1947. Fouille d’un fond de cabane à Ecures, près Onzain (Loir-et-Cher), Bull. Soc. Préh. Franç., t. 44, 1947, p. 350-363.

Frugier (G.), 1982. Le site littoral de la Lède du Gurp (Gironde), Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), t. 79, 1982, p. 168-171.

Gruet (M.) et Passini (B.), 1982. Le dolmen angevin de la Bajoulière (Maine-et-Loire), Groupe Vendéen d’Et. Préhis., n° 7, 1982, p. 7-11.

Joussaume (R.), 1981. Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental, dans son cadre atlantique, Trav. Labo. Anthropo. Préh. Proto. et Quartemaire Armoricains, ERA n° 27, Univ. de Rennes I, 1981.

Joussaume (R.), 1982. La néolithisation en Vendée et dans le Centre-Ouest, Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), t. 79, n° 2, p. 67.

Dr Lejards, 1971. Vestiges d’un habitat chalcolithique dans le voisinage du Petit-Mont en Arzon. Bull. Soc. Polymathique Morbihan, 1971 (4 p. : Comptes-Rendus des séances).

Le Roux (C.-T.), 1982. La pénétration néolithique en Bretagne intérieure, Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), t. 79, 1982, n° 3, p. 68-69.

L’Helgouach (J.), 1971. Les débuts du Néolithique en Armorique au quatrième millénaire et son développement au troisième millénaire. Fundamenta, Reihe A, Bd. 3, Teil VI, 1971, p. 178-200 (et pl. 113 à 116).

Marquet (J.-C), 1979. Le site archéologique de Saint-Romain à Marti-zay. 2 : préhistoire et protohistoire. Cahiers Hist. Martizay, 1979, p. 21-50.

Merlange (A.), 1982. Fosses néolithiques à Champlay. Dans : « préhistoire du Sénonais », découvertes récentes, Cal. exposition de Sens (1er juillet, 4 sept. 1982) p. 73-79.

Mestres-Mercade (J.), 1982, El neolitico antiguo en el Penedes. Le Néolithique ancien méditerranéen. Actes du colloque de Montpellier (1981), p. 121-127.

Moreau (J.), 1983. Découverte de céramique à décor cardial du site de la Balise, Plage d’Amélie, commune de Soulac-sur-Mer (Gironde). Note préliminaire. Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.), t. 80, n° 1, 1983, p. 14.

Patte (E.), 1962. Sépulture néolithique du Basseau, commune de Fléac (Charente), Bull. Soc. Anthropologie, t. 3, XIe série, 1962, p. 453-456.

Patte (E.), 1971. Quelques sépultures du Poitou, du Mésolithique au Bronze moyen. Gal. Préhist., t. XIV, p. 139-244.

Pautreau (J.-P.) et de Lavergne (E.), 1982. Les vestiges préhistoriques du site de Masamas à Saint-Léomer (Vienne). Bull. Soc. Antiquaires Ouest, t. XVI, 4e série, p. 479-485.

Piette (J.), 1976. Le site néolithique des Grèves de Frécul à Barbuise. Courtavant (Aube). Bull. Gr. Archéo. Nogentais, t. X, 1973-74 (1976), p. 3-18.

Rodriguez (G.), 1982. Le Néolithique ancien de la grotte de Camprafaud (Ferrières-Poussarou, Hérault). Le Néolithique ancien médi terranéen. Actes du colloque de Montpellier (1981), p. 61-80.

Roussot-Larroque (J.), 1982. Néolithisation et Néolithique ancien du Sud-Ouest Atlantique. Bull. Soc. Préh. Franç., (C.R.S.M.) t. 79, n° 3, 1982, p. 66-67.

Villes (A.), 1982. Précisions sur la céramique d’Ecures, commune d’On zain (Loir-et-Cher) et sur l’Epi-rubané dans le Bassin Parisien. Le Néolithique de l’Est de la France, Actes du Colloque de Sens, (27-28 sept. 1980). Soc. Archéo. de Sens, 1982, p. 27-64.

Villes (A.), 1982. Les récentes découvertes de céramiques néolithiques à Ligueil (Indre-et-Loire) et leur intérêt. Bull. Ass. Amis Musée Gd-Pressigny, 1982 (à paraître, 1984).

Villes (A.), 1983. Le Néolithique ancien et le début du Néolithique moyen dans les pays de la Loire moyenne : état de la question. Actes du colloque de Puy-en-Velay sur le Néolithique de l’Est de la France (sous presse).

Yvard (J.-C), 1968. Un vase néolithique de tradition danubienne à Saint-Genou (Indre). Bull. Soc. Préh. Franç., 1968, p. 178-179.

Bibliographie complémentaire

Schoenstein (J.) et Villes (A.), 1984. Les récentes découvertes céramiques du Néolithique à Ligueil (Indre-et-Loire) et leur intérêt. Bull. Ass. Amis Musée Grand-Pressigny, n° 34-35, 1983-1984, p. 28-35.

Villes (A.), 1984. Le Néolithique ancien et le début du Néolithique moyen dans les pays de la Loire moyenne, état de la question. Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif Central, Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, 1981, Clermont-Ferrand ( 1984), p. 57-93.

Roussot-Larroque (J.) et Thevenin (A.), 1984. Composantes méridionales et centre-européennes dans la dynamique de la néolithisation de la France, Actes du 8e colloque interrégional sur le Néolithique, Le Puy, 1981, Clermont-Ferrand, 1984, p. 109-147.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Céramique du groupe de Chambon : 1 et 3, Chambon, « Les Chevrettes », 2, Lublé, « Les Rues », 4, provenance tourangelle, 5, Saint-Genou (Indre-et-Loire), A. Villes del.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Figure 2 : Céramique du groupe du Chambon : I. Les Alleuds (Maine-et-Loire), 2, Breil (Maine-et-Loire), 3 à 5, Chambon, « Les Chevrettes » (Indre-et-Loire), 6, Ligueil, « Les Sables de Mareuil » (Indre-et-Loire), 7 et 8, Saint-Martin-la-Rivière, « La Goumoisière » (Vienne), 9, Carnac, « Mané-Pochat-er-Leu » (Morbihan), A. Villes del.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Figure 3 : Carte de localisation et termes de comparaison pour la céramique du groupe de Chambon : 1, Salernes, « Baume de Fontbrégoua » (Var), 2 et 6, vases de l’Yonne (d’ap. Carré, 1980), 3, Videlles, « Les Roches » (Yvelines), 4, Villeneuve-sur-Yonne, « Les Egrisettes » (Yonne), 5, Charigny, « Camp de Caix » (Côte d’Or), 7, Châteauneuf-lès-Martigues (Bouches-du-Rhône), A. Villes del., d’ap. Bailloud, Carré, Thevenot, Courtin et Escalon-de-Fonton
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540