Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Le nouvel asiatisme coréen

Arnaud Leveau

Volltext

1Juillet 2011

2Pour la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), la Corée du Sud était en 2010 la quinzième économie mondiale et devrait atteindre le treizième rang en 2011. Bénéficiant d’un effet de rattrapage et grâce à son dynamisme, la diplomatie économique et culturelle sud-coréenne engrange depuis quelques années de nombreux succès. Certains se sont fait au détriment de la France, comme à Abou Dhabi en 2009 où un consortium dirigé par Kepco a emporté un contrat de plus de 20 milliards de USD pour la construction de quatre réacteurs nucléaires. La Corée du Sud revendique aujourd’hui le statut de puissance moyenne et affirme sa volonté de peser dans les affaires internationales. La politique étrangère sud-coréenne est restée longtemps au service des intérêts des conglomérats nationaux. Elle tente dorénavant de s’émanciper et présenter le pays comme un porte-parole des économies moins avancées d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, comme un leader de l’intégration entre l’Asie du Nord-Est et du Sud-Est et comme le moteur du rapprochement des économies nord-est asiatiques.

L’Asie du Sud-Est, terre de conquête

3En 2007 la Corée du Sud et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) ont signé un accord de libre-échange complété par un accord sur les investissements en 2009. La même année a été marquée par la création à Séoul du centre « Association des nations de l’Asie du Sud-Est-Corée » dont le but est de promouvoir les relations économiques et la coopération socioculturelle. En 2010 en marge du sommet de l’ASEAN d’Hanoï une déclaration conjointe « Association des nations de l’Asie du Sud-Est/République de Corée pour un partenariat stratégique » a été adoptée. Cette dernière s’accompagne d’un plan d’action concret sur la période 2011-2015 couvrant le développement des liens économiques et culturels tout en renforçant le dialogue et les partenariats en matière de sécurité. Dans la foulée, le président sud-coréen a proposé de créer une structure permettant aux ministres de l’Économie des cinq pays riverains du Mékong (Birmanie, Cambodge, Laos, Thaïlande et Vietnam) et à leur homologue coréen de se réunir régulièrement pour mettre en place des programmes de coopération. Cela s’inscrit dans le cadre de la stratégie coréenne lancée en mars 2009 et appelée « Nouvelle initiative asiatique » dont l’objectif est de développer les relations du pays au-delà de son périmètre habituel (États-Unis, Union européenne et Asie du Nord-Est).

4L’accord de libre-échange entre la Corée et l’ASEAN a permis d’accélérer les échanges entre les deux entités. Un an après sa mise en œuvre les échanges entre la Corée et l’ASEAN avaient déjà augmenté de 23 %. C’est le Vietnam qui a le mieux tiré son épingle du jeu. Ses exportations à destination de la Corée du Sud ont fait un bond de 16,3 % en 2009 et de 35,2 % en 2010. Le Vietnam et l’Indonésie négocient bilatéralement des accords de libre-échange complémentaires de celui signé avec l’ASEAN avec l’objectif d’accroître encore leurs échanges avec la Corée.

5Aujourd’hui l’ASEAN est la troisième destination des investissements sud-coréens et depuis 2010, le deuxième partenaire économique du pays pour le montant des échanges (environ 100 milliards de USD). Entre 1990 et 2007 ces échanges ont augmenté de 5,5 fois. L’ASEAN représentait en 2010 plus de 11 % de l’ensemble des échanges de la Corée avec le reste du monde. L’augmentation du coût du travail en Chine et la détérioration des relations sino-coréennes depuis la prise de fonction du président Lee Myung-bak devraient contribuer à augmenter la part de l’ASEAN dans les échanges de la Corée du Sud.

De l’économique au politique

6Les investisseurs ciblent des pays prioritaires pour y établir des bases solides avant de partir à la conquête des marchés voisins. Ainsi 98 % des investissements se concentrent dans six pays : l’Indonésie, le Vietnam, la Thaïlande, les Philippines, la Malaisie et Singapour. Avec 29,5 % du total, l’Indonésie est la destination favorite des investissements directs coréens cumulés dans l’ASEAN. L’archipel est suivi par le Vietnam avec 23,5 %. La part du Vietnam dans les exportations coréennes a presque doublé entre 1995 et 2010, passant de 7,6 % à 12,5 %.

7En Indonésie, la présence coréenne s’est renforcée en 2010 avec l’engagement pris par la firme Posco d’investir 2,7 milliards de USD pour la construction d’une aciérie. Le fabricant de pneus Hankook a annoncé vouloir investir 1,2 milliards de USD dans la construction d’une usine. Le constructeur automobile Huyndai est également en négociation pour la construction d’une usine. Le volume des échanges avec l’Indonésie a doublé en cinq ans passant de 10 milliards en 2004 à près de 20 milliards en 2009. Parallèlement les deux pays ont renforcé leurs partenariats dans le domaine de la défense. En juillet 2010, ils ont signé un Memorandum of Understanding pour le développement d’un avion de chasse de cinquième génération (KF-X). En 2006, ils avaient déjà signé un accord de partenariat stratégique en trente-deux points couvrant les questions de dialogue politique, de défense, de coopération scientifique et de transfert de technologies complété par un nouvel accord au niveau ministériel signé en mai 2011. La Corée a déjà fourni deux navires Makassar à la marine indonésienne ainsi que dix navires amphibies et modernisé deux sous-marins Cakra. L’armée indonésienne a également prévu d’acheter seize avions d’entraînement T-50.

Porte-parole des économies moins avancées

8La Corée tente de se positionner comme un nouveau porte-parole et comme un modèle pour les pays en voie de développement. En 2009, le pays est devenu membre du Comité d’aide au développement de l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) signifiant son entrée au premier rang des pays donateurs. Le président Lee Myung-bak s’est engagé à tripler l’Aide publique au développement coréenne (APD) d’ici 2015, faisant passer cette dernière de 0,09 % à 0,25 % du produit intérieur brut. Plus de 40 % de l’APD est destinée à l’Asie du Sud-Est et à l’Asie centrale, les deux zones prioritaires de la « Nouvelle initiative asiatique ». L’accent est mis sur la fourniture d’équipements coréens, avec l’objectif d’ouvrir de nouveaux débouchés pour les entreprises. La Korean Overseas International Cooperation Agency collabore également avec de nombreuses organisations non gouvernementales, notamment par le biais du « KOICA-NGO program ». Ces dernières font remonter une expérience de terrain précieuse et peuvent apporter des conseils aux entreprises présentes sur la zone.

9L’intérêt porté à l’Asie du Sud-Est ne se limite pas à l’APD, aux investissements, aux échanges commerciaux et culturels. Ces derniers se sont fortement accrus sous l’impulsion de la Korean Foundation et des retombées de la vague coréenne (musique, cinéma, séries). Les échanges humains vont également en s’accroissant. Entre 2003 et 2009 le nombre d’expatriés coréens a plus que triplé passant de 94 840 à 286 330.

10Confrontée au vieillissement de sa population, la Corée fait de plus en plus appel à une main-d’œuvre étrangère pour venir travailler dans ses usines. En 2010, le nombre d’ouvriers étrangers était d’environ 550 000, essentiellement originaires d’Indonésie, du Vietnam, des Philippines et de Chine. Voulant éviter de suivre l’exemple japonais, la Corée fait le pari de l’ouverture et de l’accueil de travailleurs immigrés. Dans une société peu habituée à être en contact avec des étrangers et encore terre d’émigration, cette ouverture soulève de nombreux débats mais ne semble pas devoir être remise en cause.

Un pas vers le reste du monde

11L’Asie du Sud-Est joue plus que jamais sa fonction d’interface entre les grands pôles asiatiques. La question pour la Corée du Sud est de savoir quel rôle elle peut y tenir. C’est en Asie du Sud-Est qu’elle bénéficie des plus larges marges de manœuvres pour expérimenter ses nouveaux instruments de puissance. Mais elle n’est pas la seule. La Chine fait face à une possible transition politique et économique dont elle ne détient pas encore l’ensemble des tenants ni des aboutissants. L’Inde cherche à rejoindre les institutions régionales asiatiques tout en poursuivant son émergence comme puissance économique, démographique et politique. Le Japon se retrouve marginalisé, mais tente d’affirmer son autonomie stratégique au-delà de son alliance avec Washington. La question de l’évolution du Japon est d’autant plus importante que le pays a les capacités de faire des choix potentiellement déstabilisants pour la zone. Après s’être désintéressés de la région pendant une dizaine d’années, les États-Unis essaient de nouveau d’y peser, et si ses capacités se sont réduites, elles restent cependant conséquentes. En 2009, la passe d’arme sino-américaine en mer de Chine et l’attitude ambiguë de Pékin vis-à-vis de la Corée du Nord ont conduit à un renforcement de l’alliance entre les États-Unis, le Japon et la Corée. La Russie manifeste aussi l’envie de reprendre pied dans une région où elle a quasiment disparu après la dislocation de l’URSS. Avec environ 35 % du total des flux entrants d’investissements, le poids économique de l’Union européenne dans la région est loin d’être négligeable.

12Élément clé de la stratégie coréenne, l’Asie du Sud-Est sert encore de laboratoire de puissance au gouvernement ainsi qu’aux entreprises sud-coréennes dans leur volonté de peser dans les affaires mondiales. Les mécanismes mis en place dans la région se reproduisent déjà en Amérique latine et en Afrique. Inquiète de la montée en puissance de la Chine, la Corée du Sud cherche à établir un réseau d’amis ayant les mêmes inquiétudes et avec qui renforcer ses relations, non seulement au niveau économique mais aussi au niveau politique et stratégique.

Pays

Nombre d’entreprises implantées

Montants cumulés (1968/2009) en millions USD

Birmanie/Myanmar

53

96,8

Brunei

7

2

Cambodge

475

1 319,8

Indonésie

1 132

3 240,8

Laos

47

110,2

Malaisie

474

1 241,4

Philippines

1 072

1 112,9

Singapour

358

2 536,6

Thaïlande

534

1 057,3

Vietnam

1 728

4 867,6

TOTAL ASEAN

5 880

15 685,5

Investissements directs coréens cumulés dans les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est.
Source : Korea Eximbank.

© CNRS Éditions, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site