Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Influences méditérranéennes en domaine atlantique

Le centre-ouest au Néolithique ancien

Roger Joussaume, Jean-Pierre Pautreau et José Gomez

Résumé

Au VIe millénaire avant J.C. des petits groupes utilisant une industrie microlithique riche en trapèzes occupent la côte centre atlantique. Parmi leur matériel, une petite armature à retouche semi-abrupte bifaciale présente de grandes affinités avec la flèche du Martinet, celle de Jean Cros et de Montclus. Elle appartient donc à une ambiance technologique méditerranéenne.
A la fin du VIe millénaire avant J.C. apparaît une population néolithisée qui utilise des céramiques décorées à la coquille et d’impressions diverses. C’est à la même époque que le mouton est connu dans le groupe à microlithes géométriques de Téviec.
Toujours dans la zone côtière l’évolution de ce Néolithique ancien se fait par abandon progressif du décor impressionné vers une céramique lisse qui caractérise le Néolithique moyen. Les premiers monuments mégalithiques feront leur apparition au début du Ve millénaire dans ce contexte.
Le Haut-Poitou paraît avoir été néolithisé un peu plus tardivement par une expansion du Néolithique ancien côtier mais aussi par des groupes venus du Bassin Parisien qui paraissent avoir atteint l’Angoumois et la Sain-tonge. Le mégalithisme y est aussi plus tardif et d’origine atlantique.

During the VIth Millenium B.C. small groups using a microlithic industry rich in trapezes occupied the Central Atlantic coast. Among their implements, a small point with semi-abrupt, bifacial retouches shows considerable affinities with the projectile points from Le Martinet, Jean-Cros and Montclus. It therefore belongs to a Mediterranean technical environment.
At the end of the VIth Millenium B.C. emerges a Neolithized population using shell-decorated pottery or with diverse impressions. Sheep appeared at the same period in the geometric microlithic group at Téviec.
Still in the same coastal region this Early Neolithic, with a progressive abandonning of impressed decoration, evolved towards the plain pottery which characterizes Middle Neolithic. The first megalithic monuments appear at the beginning of the Vth Millenium in this context.
Haut-poitou seems to Have been neolithized a little later, with an expansion of the coastal Early Neolithic, but also thanks to groups from the Parisian river basin that seems to have reached Angoumois and South Saintonge.
The megalithic phenomenon appears late too and has an Atlantic origin.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

A. Relations entre le monde atlantique et la Méditerranée au Néolithique ancien

1La difficulté des études préhistoriques entre Loire et Marais-Poitevin tient à la nature même du sous-sol qui n’a pas — ou peu — permis la formation de grottes. Les stratigraphies sont pour ainsi dire inexistantes. Quant à la couche végétale, elle dépasse rarement vingt centimètres d’épaisseur sur les calcaires du Sud vendéen, c’est dire combien elle a été bouleversée par les diverses façons culturales ces derniers millénaires. Depuis une vingtaine d’années nous sommes quelques-uns qui arpentons la côte, sur l’estran quand la marée est basse, au pied des falaises dont la coupe est sans cesse avivée par les assauts des vagues, particulièrement offensives actuellement, ou sur les falaises elles-mêmes dont la couche de sable qui les surmonte, balayée par les violentes tempêtes, laisse de temps à autre apparaître une antique occupation humaine.

2Ces observations fragmentaires, faites à la sauvette, sans la moindre fouille, n’ont malheureusement pas le côté spectaculaire et enrichissant des grands sites décapés méthodiquement ou d’une épaisse stratigraphie. Elles ont toutefois permis de faire quelques pas dans la connaissance de notre passé : ainsi en est-il de la néolithisation.

3Mais qu’on ne s’y trompe pas, la carte de répartition des sites n’est que le reflet du système de détection utilisé, et le caractère strictement littoral de ces emplacements peut masquer une réalité tout autre. Retenons aussi qu’au début du VIe millénaire avant J.C. le niveau de la mer était à 12 ou 15 mètres plus bas qu’il n’est aujourd’hui. Un site de nos jours submergé comme celui du Grouin du Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée) à environ — 1 m N.G.F. était à 2 km du rivage et Longeville-Plage (Vendée) à environ 5 km de la mer, à une dizaine de mètres d’altitude.

1. Le Retzien 1 (fig. 1)

  • 1 Prononcer Rézien.
  • 2 Indique une datation absolue.

4Dès le début du VIe millénaire B.C.2, une culture à industrie microlithique particulière est déjà bien implantée sur la côte atlantique entre Loire et Marais-Poitevin : le Retzien. Les sites les mieux connus sont localisés directement sur le littoral (Pays de Retz, côte des Sables-d’Olonne) mais des extensions existent jusque dans la Vienne.

  • 3 Chers aux préhistoriens d’une autre génération. Il faut faire avec ce que l’on a !

5Le Retzien est caractérisé par deux « fossiles directeurs »3 : l’armature à éperon et l’armature du Châ-telet, auxquelles on ajoutera un taux important de microburins — ce qui est le contraire de ce qui se passe dans le groupe morbihannais de Téviec, à la même époque —, et des trapèzes et triangles à retouche inverse plate.

6Il y a probablement plusieurs stades évolutifs dans le Retzien comme il y en a dans le « Tardenoisien » du Périgord (Pré-Roucadourien I et II et Roucadourien de J. Roussot-Larroque, 1977). On peut penser que le site de Saint-Gildas I b, dans le Pays de Retz, qui ne contient pas nos armatures typiques mais une forme annonciatrice de l’armature à éperon, et qui est daté à 7520 ± 140 BP (Gif 3531), se trouve à la base de cette chronologie.

7L’armature à éperon est définie comme une « pièce microlithique paraissant dériver du triangle scalène ou isocèle le plus souvent à un côté concave ».

  • 4 Selon les normes de J.G. Rozoy.

8L’armature ou flèche du Châtelet est « une armature à tranchant transversal pygmée4 à retouches semi-abruptes bifaciales ».

9Cette seconde armature nous intéresse tout particulièrement. On n’en connaît aucun exemplaire au Nord de la Loire. A l’Est, elle se retrouve jusque dans la Vienne dans un horizon qui contient des céramiques impressionnées.

10En effet l’abri de Bellefonds dans la Vienne (Patte, 1971) a livré une stratigraphie concernant les horizons archéologiques qui nous préoccupent — encore faut-il être conscient des grands bouleversements dus aux lapins et autres fouisseurs :

  • niveau inférieur à microlithes géométriques où dominent les triangles scalènes ;

  • au-dessus, foyers à microlithes géométriques où les trapèzes tiennent une place prépondérante (présence de l’armature du Châtelet) et sont mêlés à de la poterie impressionnée ;

  • au sommet, sépulture collective chalcolithique (Artenacien).

11Cette armature du Châtelet, nous la retrouvons au Sud du Marais-Poitevin, en Charente-Maritime, à la Sablière de Brizambourg et à Bel-Air à Villars-les-Bois, en très faible nombre et associée à des pièces d’allure beaucoup plus périgourdine. On remarquera sur ces mêmes sites des retouches inverses de la base concave de quelques triangles allongés qui ne sont pas sans évoquer nos armatures à éperons du littoral vendéen (R. Joussaume, 1981).

12L’armature du Châtelet présente des affinités avec la flèche de Montclus qui apparaît à Montclus dans un niveau précéramique daté de 5500 BC et dans un niveau du Néolithique ancien à Gazel daté de 4900 BC. Très légèrement différente la flèche de Jean Cros appartient aussi à un niveau bien néolithisé daté de 5210 et 4450 BC. La flèche du Martinet connue au Pré-Roucadourien II et au Roucadourien paraît très proche de celle de Jean Cros, plus peut-être que celle de Montclus. La différence essentielle avec l’armature du Châtelet est que cette dernière ne connaît pas ou peu la retouche couvrante de la face supérieure, mais il existe à Montclus même des armatures du Châtelet (fig. 1 ’c, n° 1 par exemple) et la pièce n° 35 de cette même figure, qui provient du Choletais, si ce n’était ses bords rectilignes, n’est pas très éloignée des flèches de Montclus.

a - Carte de répartition des sites à céramiques impressionnées du Néolithique ancien.

b - Carte de répartition des flèches de Montclus, dil Martinet et du Châtelet (d’après J.G. Rozoy, complétée par RJ.).

c - Armatures à retouches bifaciales : 1 à 7, Néolithique ancien de Montclus ; 8, Gazel ; 9 à 16, Néolithique ancien de Jean Cros ; 17 et 18, Pn Roucadourien II du Martinet ; 19-21, Pré-Roucadourien II de la Borie-del-Rey ; 22 et 23, Roucadourien du Martinet ; 24 et 25, Roucadourie de la Borie-del-Rey ; 26 à 30 : Pointe du Payré ; 31 à 34, Coëx-l’Aiguillon ; 35 et 36, Choletais ; 37 et 38, Charente-Maritime (1 à 16 d’après . Guilaine, 17 à 25, d’après J. Roussot-Larroque).

d - Carte des sites du Néolithique ancien du Centre-Ouest.

e - Quelques tessons du Néolithique ancien de Bellefonds dans la Vienne (d’après E. Patte).

13Saint-Gildas I c, dans le Pays de Retz a été daté à 6790 ± 90 B.P. (Gif 4848) ; on peut donc estimer que vers 4800-4700 BC l’armature du Châtelet était en usage dans le Centre-Ouest.

14Il nous faut admettre que dès le VIe millénaire BC la flèche du Châtelet symbolise une ambiance méditerranéenne qui paraît passer par la vallée de la Garonne.

15Malheureusement, et pour les raisons précédemment exposées, nous connaissons mal ces Retziens. Si l’on retrouve le plus souvent de tout petits campements de mangeurs de coquillages, il existe aussi des villages beaucoup plus importants (Saint-Jean et Bel-Air au Château-d’Olonne, Vendée). Sur un site que nous avons pu étudier pendant 15 ans à La Pointe-du-Payré à Jard-sur-Mer (Vendée) au milieu d’un abondant matériel retzien se trouvaient une douzaine d’armatures à tranchant transversal à bords abattus et même un fragment de céramique. Le Dr Tessier dans le Pays de Retz a aussi trouvé quelques céramiques sur ses sites à microlithes. Il semble qu’il y ait également quelques traces d’élevage ici comme à Téviec (Morbihan). Y aurait-il eu des tentatives de domestication ? Cela n’a rien d’impossible mais nos indices sont fragiles (une molaire de mouton à Téviec, c’est peu !). D’autant qu’il ne pourrait s’agir que d’acculturation au contact des premiers porteurs de céramiques impressionnées. Mais cette explication ne tient pas dans l’état actuel de nos connaissances, en ce qui concerne Téviec et Hoëdic, nettement en dehors de la zone à céramiques impressionnées actuellement connue.

16Malgré l’indigence des indices mis au jour, nous avons quelques raisons de penser que des groupes comme le Retzien entre Loire et Marais-Poitevin et le Téviecien dans le Morbihan sont probablement en voie de néolithisation.

17Le plus souvent la matière première utilisée pour la fabrication de l’outillage lithique provient du ramassage de petits galets de silex sur la côte. Le débitage se faisait sur enclume en maintenant le galet entre deux doigts. Cette technique dite « débitage côtier » est propre au littoral atlantique et on la retrouve dans le Téviecien de Kerhillio à Erdeven par exemple. Elle a été utilisée jusqu’au Chalcolithique (Campaniforme). Cependant jusque dans le Sud de la Vendée, mais en s’affaiblissant en quantité du Nord au Sud, les Retziens ont utilisé des grès lustrés, très caractéristiques, de Montbert en Loire-Atlantique, résultat de trocs de proche en proche ou plus probablement de déplacements.

18Les coutumes funéraires ne sont pas connues mais rappelons qu’à Téviec la sépulture collective était pratiquée. Ainsi un tumulus de 1,80 m de diamètre et 1,30 m de hauteur surmontait une dalle qui recouvrait 6 corps. L’idée du mégalithisme atlantique est peut-être à rechercher dans ce type ancien de sépulture. Dans la Vienne ce sont également 6 corps que contenait un coffre limité par de grosses dalles mais l’accord n’est pas unanime quant à l’attribution culturelle de cette sépulture plus volontiers attribuée au « Groupe de Chambon », d’origine danubienne mitigée (cf. infra article de A. Villes).

2. Le Néolithique ancien Centre-Atlantique (Fig. 1 et 2)

19Quelques sites littoraux ont récemment été découverts sur la côte atlantique : La Pointe du Grouin du Cou à la Tranche-sur-Mer (Vendée), Les Gouillauds au Bois-en-Ré (Charente-Maritime), Longeville-Plage (Vendée), la plage du Bâtard à Brétignolles (Vendée), auxquels il faut ajouter la Lède du Gurp à Grayant-et-l’Hôpital (Gironde) et la Balise, plage de l’Amélie à Soulac-sur-Mer (Gironde), ces deux derniers sites étant très proches de l’embouchure de la Gironde, et à moins de cent kilomètres des côtes vendéennes (Frugier, 1982 ; Moreau, 1983).

  • 5 Communication personnelle de J.P. Mohen que je remercie.

20Vers l’intérieur existent le tesson de Benon, quelques fragments à décor impressionné sur le site mégalithique de Bougon (Deux-Sèvres)5 sous le long tumulus B, et l’abri de Bellefonds dans la Vienne, qui est à plus de 150 km du littoral actuel (Joussaume, 1981).

21A la Pointe du Grouin du Cou, le sol qui contient les vestiges du Néolithique ancien a livré des charbons de bois en trois emplacements, distants d’une centaine de mètres les uns des autres, qui ont fourni les dates suivantes :

22Gif 5043 : 6480 ± 150 ans

23Gif 5042 : 6450 ± 150 ans

24Gif 4372 : 6300 ± 160 ans

25A moins de considérer que nous avons recueilli des charbons d’une antique forêt brûlée à cette date, force est d’admettre qu’une population à céramique impressionnée était installée au Grouin du Cou à la fin du VIe millénaire avant J.C. en datation absolue. La date obtenue aux Gouillauds (Le Bois-en-Ré, Charente-Maritime) — Gif 4878 : 5950 ± 120 ans — paraît confirmer la haute antiquité de ce groupe dont l’établissement serait donc antérieur d’au moins 700 ans aux premières manifestations mégalithiques (Barnenez, Bougon 3850 BC).

Figure 2 : Néolithique ancien Centre-Atlantique : céramiques.
1 et 3, Plage de Bâtard à Brétignolles (Vendée) ; 2, Longeville-Plage (Vendée) ; 4 à 14, Pointe du Grouin du Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée).

26Si le décor au cardium est connu tant aux Gouillauds qu’à la Balise, il reste cependant très rare. Le décor le plus fréquent consiste en impressions du bout du doigt dans la pâte molle : le Grouin du Cou, Bâtard, Bougon, Bellefonds, la Balise, la Lède du Gurp et jusqu’à Rou-cadour C dans le Lot où les décors à l’ongle accompagnent des vases à fond renforcé sub-conique dont un exemplaire est connu à Bourg-Charente (cf. infra). Cette technique décorative, si elle est bien connue dans le monde méditerranéen épicardial et impressionné, existe aussi dans les civilisations danubiennes du Bassin Parisien mais à une date beaucoup plus récente (G. Bailloud, 1974 ; 1976 ; Constantin et al., 1977 ; Gruet, 1982...).

27Des rapprochements pour cette céramique impressionnée sont également à effectuer avec le littoral du Portugal : Vale Pincel, Salema, Vale Vistoso dans l’Alentejo (J. Soares et C. Tavares, 1979 et 1982), Figueira da Foz (O. Jorge, 1979), l’abri n° 1 da Bocas (Dos Santos, 1978 ; voir aussi J. Guilaine et O. da Veiga Ferreira 1970).

28Le décor pivotant, obtenu par l’impression d’une coquille à la Balise, se retrouve à la Lède du Gurp, à Longeville-Plage (un peu particulier) et Benon. Il est bien représenté en Languedoc (Grotte Gazel, Corrège, Baune Clausido et Camprafaud).

29Le troisième type de décor rencontré dans le Centre-Ouest fut obtenu par l’impression de l’extrémité d’une baguette creuse dans la pâte molle (Grouin du Cou, Bellefonds).

30Enfin un décor au peigne à plusieurs dents se développe sur des vases de Bellefonds et de Bâtard.

31Il faut souligner également la fréquence du décor sur le bord même du vase (impressions de doigt et incisions) et les cordons impressionnés.

32Au Grouin du Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée) nous n’avons pu séparer ces céramiques décorées, souvent assez grossières au moins en ce qui concerne les vases à impressions digitales, de tout un ensemble de céramiques plus fines à bord fréquemment ourlé vers l’extérieur parmi lesquelles se rencontrent quelques bouteilles et vases à rupture de pente. L’idée première fut celle d’un mélange de deux niveaux archéologiques (Joussaume et Al., 1979). Dans une étude plus récente, je suis revenu sur cette idée et ce pour plusieurs raisons : il paraît étrange qu’ayant obtenu trois datations pour ce niveau nous n’ayons que des dates hautes. La seconde raison est que tant à Bellefonds qu’à Bâtard, ou à Longeville (et même aux Gouillauds) nous avons toujours cette association de céramique fine et de céramique grossière. Le troisième est que nous avons à La Tranche un vase fin à rupture de pente et anse funiculaire qui présente un décor de triangles en champlevé dû à un léger enfoncement de la pâte probablement à l’aide d’une baguette plate taillée en pointe, c’est-à-dire un décor impressionné qu’il me paraît impossible d’aller chercher dans le Chasséen où que l’on se tourne.

33Peut-être avons-nous affaire à un ensemble homogène et cette céramique fine, comme cela se passe au Portugal, appartiendrait bien à l’horizon impressionné. Cette hypothèse si elle se confirmait serait du plus haut intérêt car elle pourrait expliquer l’originalité des cultures régionales du Néolithique moyen (Groupe de Carn, Groupe des Cous...) qui en découlerait. L’industrie lithique n’est d’ailleurs pas pour contredire cette opinion si l’on considère que l’armature à tranchant transversal à retouche abrupte des bords, si caractéristique de tout le Néolithique moyen de l’Ouest atlantique de la France, existe dans cet horizon du Néolithique ancien à céramique impressionnée.

34L’existence d’une industrie microlithique dans le niveau supérieur de Bellefonds, en association avec de la céramique du Néolithique impressionné, et en particulier de l’armature du Châtelet montre des contacts entre les nouveaux venus et le substrat local. Ce fait est confirmé à Bâtard où une armature à éperon fut découverte en milieu néolithique ancien.

35Dans l’état actuel de nos connaissances il semble que le « Groupe centre-atlantique » à affinités méditerranéennes assurées fasse son apparition au milieu de populations à industrie microlithique déjà en voie de néolithisation d’où une symbiose relativement aisée des deux groupes.

36J’aurais tendance à penser à une colonisation maritime, par cabotage le long des côtes.

37Mais en tout état de cause il ne peut s’agir d’un groupe de « Portugais » débarquant sur la côte vendéenne après quelques jours de traversée tranquille avec femmes, enfants, bœufs, moutons, porcs, graines, etc.. Cela n’aurait pu se faire que de proche en proche par des groupes relativement peu importants allant chercher un peu plus loin des terres propices à leur mode de vie. Cette colonisation ne s’est donc pas faite en un jour d’où des modifications dans l’outillage et la céramique d’une région à une autre.

38Peut-être toutefois, le pourtour de la Péninsule Ibérique ne fut-il pas nécessaire pour aller de la Méditerranée en France atlantique et un passage entre Pyrénées et Massif Central est très envisageable surtout quand on considère le décor pivotant, par impression d’une coquille de cardium, tant en Languedoc que sur la côte atlantique.

39Certes les relais sont actuellement absents, mais il serait bien surprenant qu’on ne les trouve pas dans les années à venir. N’oublions pas qu’il y a une quinzaine d’années encore on considérait que l’Aquitaine avait été néolithisée au Néolithique final et l’on ne connaissait rien des industries microlithiques et du Néolithique ancien de la Vendée. Il est vrai qu’il n’y a pas si longtemps encore les dolmens atlantiques étaient tous chalcolithiques !

40Nous savons désormais qu’au Ve millénaire BC les Retziens utilisaient une armature cousine de celles que l’on trouve dans le Midi méditerranéen et qu’ils virent un jour apparaître des hommes porteurs de céramiques impressionnées dont les origines sont à rechercher dans cette même région. Ce sont déjà des cultivateurs-pasteurs bien affirmés qui ne paraissent pas avoir une profonde prédilection pour les objets polis. Cependant nous avons encore tout à apprendre de la vie de ces gens, pour cela il faudrait connaître un site terrestre pouvant être exploité scientifiquement ; ce n’est pas le cas en Vendée où les habitats connus sont à 3 mètres au-dessous des plus hautes mers et le plus souvent recouverts de plusieurs mètres de sable.

B. Pénétration des cultures de traditions danubiennes dans le Centre-Ouest de la France. Leur contact avec les groupes d’essence méditerranéenne (Figure 3)

1. Au Nord

41Plusieurs découvertes récentes, intéressant essentiellement la partie continentale du Centre-Ouest, mettent en évidence une implantation beaucoup plus méridionale qu’on pouvait jusqu’alors l’imaginer des influences des premières cultures néolithiques du Bassin Parisien. Au niveau du Seuil du Poitou nous assistons à l’éclosion d’une culture nouvelle résultant du métissage des traditions danubiennes au contact des influences méditerranéennes mises en place bien longtemps auparavant.

• Augy - Ste. Pallaye :

42Aux tous débuts du Néolithique moyen, un faciès proche de la culture d’Augy - Ste. Pallaye s’étend largement au sud de la Loire.

43Sous le cairn du dolmen angevin de la Bajoulière (Maine-et-Loire) une céramique aux boutons au repoussé, mamelons sur les bords, cordons obliques, anses tunnelées et décors de coups d’ongle est trouvée avec une industrie lithique utilisant les microlithes (Fig. 3 B).

44Aux confins du Limousin le site de St. Léomer (Vienne) a livré une écuelle hémisphérique au bord légèrement rentrant, à lèvre amincie et éversée, portant un décor fait de mamelons coniques au niveau du rebord et d’un cordon oblique appliqué sur les parois. Ce vase est en association avec une anse rubanée tunnelée, des hachettes polies en roche dure, une armature tranchante quasi triangulaire à retouches marginales abruptes et un débitage laminaire (Fig. 3, c 3).

45Sur le gisement de Brion (Indre) des vases avec des mamelons au niveau du rebord et un cordon courbe partant de ce rebord se rattachent au même ensemble culturel.

46La culture d’Augy - Ste. Pallaye, ou un faciès très proche, s’est propagée en dehors du Bassin Parisien par le Seuil du Poitou, comme elle l’a fait de l’autre côté du Massif Central au niveau de la Bourgogne. Elle n’avait jamais été repérée aussi méridionalement.

Cerny :

47Probablement plus récente que le groupe précédent, la culture de Cerny est attestée depuis peu dans le Centre-Ouest.

48Une fosse de la carrière des Pichelots aux Alleuds (Maine-et-Loire) a produit de l’outillage lithique mais aussi des poteries à panses rondes ou ovoïdes dont un grand récipient avec 2 grosses anses opposées, un vase à col droit, des boutons doubles à perforation horizontale, un rebord orné d’une rangée de pastilles au repoussé et un décor linéaire à la roulette.

49Le gisement inédit de Dangé (Vienne), site d’habitat, a livré bouteilles, anses tunnelées à ensellement médian, anses en ruban, décors de pastilles, coups d’ongle, cannelures et un abondant outillage lithique dont une armature tranchante de type Sublaines, plusieurs tranchets et une hachette polie en dolérite provenant probablement de l’Est du Massif Armoricain.

50Sur le site d’Antran (Vienne) la fouille du fossé de petits enclos quadrangulaires à 4 trous de poteau a mis au jour des céramiques : bouteille, anse tunnelée à ensellement médian accompagnant un outillage lithique pressignien à débitage sur éclats et lames dont une large lame au bord lustré et au tranchant émoussé ayant fait usage de faucille.

51Un tesson provenant de Maire (Vienne) porte une ornementation faite de lignes de boutons au repoussé le rattachant au même ensemble culturel.

52Tous ces gisements se trouvent sans exception dans des vallées alluviales. Ils correspondent à un faciès Cerny relativement peu décoré que l’on retrouve par ailleurs de part et d’autre du val de Loire. La sépulture féminine de Breil et ses bouteilles à 2 anses est peut-être rattachable au même groupe.

Chambon :

53Dans les vallées de la Creuse et de la Vienne le groupe de Chambon, très proche de la culture de Cerny avait été défini à partir des vases de la tombe des Chevrettes à Chambon (Indre-et-Loire) et des coffres de la Gou-moisière à St. Martin-la-Rivière (Vienne) (Fig. 3 a).

54L’inhumation entourée de dalles de Chambon et les 4 cistes de la Goumoisière présentent des affinités typologiques. L’une de ces dernières sépultures mesurant environ 2 m/1 m conservait les restes d’au moins 6 adultes et de 2 enfants. Une autre contenait 2 enfants en décubitus latéral fléchi. Dans une troisième on a retrouvé le squelette d’une femme en position repliée.

55Les vases de Chambon : écuelle hémisphérique à deux mamelons perforés verticalement et écuelles à bords évasés avec anse rubanée épaisse et décor de 4 pastilles montrent des affinités avec ceux de la Goumoisière où l’on retrouve les mamelons perforés verticalement et l’anse en ruban mais associés à des nervures en relief qui partent de chaque côté des éléments de préhension pour remonter en courbe jusqu’au bord.

56Une céramique de Lublé (Indre-et-Loire), issue probablement elle aussi d’une tombe, s’inscrit dans le même ensemble bien que plus proche du Cerny : 2 tétons perforés verticalement, nervures formant panneaux en remontant verticalement à partir d’une nervure horizontale, décor de cercles et de lignes de points.

57Enfin un nouveau vase de Chambon, en bombe, à bords rentrants et lèvre droite synthétise les découvertes précédentes : languettes perforées verticalement d’où partent des nervures en relief (La Goumoisière), décor de cercles et lignes pointillées (Lublé) et évoque le Cerny avec son ornementation en soleil.

58Il est indubitable que le groupe de Chambon associe une tradition danubienne à des affinités méridionales (anses en ruban, nervures partant des anses et tétons).

59La genèse du groupe de Chambon s’explique désormais plus facilement si l’on prend en compte :

  • L’implantation précoce et importante d’un groupe de tradition culturelle méditerranéenne : le Néolithique ancien Centre-Atlantique sur tout le Centre-Ouest, les trouvailles du littoral vendéen et aunisien mettant en valeur celles de Bellefonds. Ce groupe possédant les caractères méridionaux retrouvés dans le groupe de Chambon.

  • La pénétration profonde et l’implantation des groupes néolithiques de tradition danubienne en Poitou-Charentes sur les marges limousines et au contact de l’Atlantique tout près de l’estuaire de la Gironde (groupes de Cerny et d’Augy, sépulture saintongeaise, haches marteaux d’allure danubienne).

60Les questions restant à résoudre sont d’ordre chronologique (importance du hiatus entre le Néolithique ancien Centre-Atlantique et le groupe de Chambon), territorial (implantation chasséenne sur les plateaux et tradition danubienne dans les vallées) et qualitatif (échantillonnage réduit et limité à un matériel sépulcral pour Chambon, limité à des traces d’habitat pour Cerny et Augy).

2. Au Sud

61Dans le Sud du Centre-Ouest continental (Charente et zone sud-est de la Charente-Maritime), les informations concernant le Mésolithique sont trop indigentes pour qu’on puisse percevoir le moindre indice de néolithisation pendant cette période.

62Nous sommes actuellement réduits à tenter de tirer parti de quelques découvertes isolées pour essayer de déterminer quelles furent les premières cultures néolithiques.

1°) Fond de vase de Bourg-Charente (Charente)

63Fragment ramené par des plongeurs du Gué de Dérivant, donc sans contexte. Il présente un aspect subconique et un fond épais. Son montage fut effectué au colombin, technique encore discernable sur une cassure malgré la dégradation (fig. 3 c, n° 2).

64On est d’autant plus tenté de rapprocher ce fragment des fonds de jarres de la couche C de Roucadour (Nier-derlander et al., 1966 ; Clottes et Costantini, 1976) qu’il n’existe rien de semblable de connu actuellement, ni dans le Néolithique, ni dans les Ages des Métaux régionaux.

2°) Vase de la grotte du Quéroy à Chazelles (Charente)

65Grosse bouteille à panse sub-sphérique et col évasé court, muni de trois anses ensellées (dont subsistent l’une et l’arrachement d’une autre ; les positions respectives assurent que le vase ne pouvait en porter qu’une troisième) et de pastilles collées entre les anses, à mi-hauteur entre la plus haut placée et la base du col (fig. 3 c, n° 1).

66Il faut souligner que ce vase est en association avec de petites armatures à tranchant transversal de silhouette triangulaire à retouche abrupte des bords.

67Il existe de nombreuses comparaisons possibles pour cette bouteille dans les cultures épi-rubanées du Bassin Parisien.

3 °) Tombe de Germignac (Charente-Maritime) (fig. 3 c, n° 4)

68Tombe plate à double inhumation, malheureusement bouleversée avant la fouille, mais dont la totalité du mobilier nous est parvenue. Il se composait d’une paire d’anneaux-disques larges et de 3 000 petits disques en test de cardium et ne comprenait pas de céramiques (Gaillard et al., à paraître).

69Cette sépulture ne trouve des termes de comparaison qu’avec quelques tombes de la culture danubienne du Bassin Parisien, comme celle de Passy-sur-Yonne (Richet, 1982), ou celle de la Culture de Cerny de Jablines, Seine-et-Marne (Tarrete, 1981).

70Une série déjà importante d’anneaux-disques typologiquement proches de ceux de Germignac ont été découverts en Centre-Ouest (liste dans Gaillard et al., op. cit.), mais tous sans contexte connu. Quelques-uns au moins peuvent en être contemporains.

a - Coffre de la Goumoisière à Saint-Martin-la-Rivière, Vienne (d’après E. Patte).

b - Céramiques de type Augy-Sainte-Pallaye, sous le dolmen de la Bajoulière à Saint-Rémy-la-Varenne, Maine-et-Loire (d’après M. Gruet).

c - 1. Vase de la grotte du Queroy à Chazelles (Charente).

2. Fond de vase de Bourg-Charente (Charente).

3. Vase du site de Masamas à Saint-Leomer (Vienne).

4. Anneau-disque de la tombe de Germignac (Charente-Maritime).

5. Pioche perforée d’Ozillac, Charente-Maritime (d’après Gachina et al.).

4°) Pioche perforée d’Ozillac, Charente-Maritime (Gachina et al. 1975) (fig. 3 c, n° 5)

71Malgré des différences typologiques, on ne peut guère rapprocher cette pièce, avec réserves, que des pioches du Rubané d’Alsace.

5°) Vase de la sépulture de Basseau à Fléac, Charente (Patte, 1962)

72Ce vase qui semble avoir accompagné une sépulture individuelle en pleine terre, par sa forme et son anse rubanée à perforation verticale, peut appartenir au même courant septentrional sans que nous puissions l’affirmer.

Conclusion

73Les éléments dont nous disposons pour interpréter la néolithisation du Centre-Ouest de la France demeurent encore trop peu nombreux.

74Cependant, au début du VIe millénaire av. J.C. un groupe, le Retzien, semble en voie de néolithisation : il possède l’armature du Châtelet, d’origine méditerranéenne probable.

75A la fin du VIe millénaire av. J.C. apparaît une culture vraisemblablement intrusive et parfaitement néolithisée à céramique impressionnée. Son origine méditerranéenne, peut-être à partir de la péninsule ibérique, ne fait aucun doute. Le décor pivotant à la coquille reste toutefois inconnu à ce jour au Portugal mais trouve des parallèles en Méditerranée occidentale. Le cheminement par la vallée de la Garonne demeure donc lui aussi envisageable.

76L’évolution de cette culture peut donner naissance aux groupes locaux du Néolithique moyen, grands architectes du mégalithisme sépulcral.

77A l’intérieur des terres et bien plus tardivement les influences danubiennes pénètrent par le seuil du Poitou jusqu’en Saintonge méridionale. Un ensemble hydride, le groupe de Chambon, occupe le Nord-Est du Poitou. La composante méditerranéenne de ce dernier groupe peut s’expliquer à partir du groupe centre atlantique à céramique impressionnée.

Bibliographie

Bibliographie

Arnaud-Morais (J.). 1982. Le Néolithique ancien et le processus de néolithisation au Portugal, Le Néolithique ancien méditerranéen, 1981, p. 29-48.

Bailloud (G.). 1971. Le néolithique danubien et le chasséen dans le Nord et le Centre de la France, Fundamenta, Band 3, T. VI, p. 201-245.

Bailloud (G.). 1974. Le Néolithique dans le Bassin Parisien, Paris, C.N.R.S. (1964, 1ere éd.), 429 p.

Bailloud (G.). 1976. Les civilisations néolithiques du Bassin Parisien et du Nord de la France, La Préhistoire Française, t. II, p. 375-386.

Berthouin (F.) et Villes (A.). 1980. A propos d’un vase provenant de Chambon. Nouveaux éléments du « Groupe de Chambon », Bulletin des Amis du Grand Pressigny, n° 31, p. 21-29.

Buchsenchutz (O.), Willaume (M.), Gablin (P.). 1979. Le site Bronze final, Premier Age du Fer des Grandes-Chapelles à Brion (Indre), Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 79, p. 408-420.

Clottes (J.) et Costantini (G.). 1976. Les civilisations néolithiques dans les Causses, La Préhistoire Française, t. II, p. 279-291.

Constantin (Cl.) et Demoule (J.P.). 1980. Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin Parisien, Colloque de Sens, 1980, p. 65-71.

Cordier (G.). 1963. Prolongements danubiens dans le Centre de la France, Revue archéologique de l’Est, t. XIV, p. 149-156.

Cordier (G.) et Gruet (M.). 1976. Une sépulture néolithique à Breil (Maine-et-Loire), Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 73, n° 7, p. 214-218.

Freises (A.) et Montjardin (R.). 1982. Le Néolithique ancien côtier du Midi de la France, Le Néolithique ancien méditerranéen, 1981, p. 201-228.

Freises (A.), Montjardin (R.) et Guilaine (J.). 1976. Le gisement cardial de l’Ile Corrège à Port-Leucate (Aude), Note préliminaire, Congrès Préhistorique de France, XXe session, Provence 1974, p. 277-294.

Frugier (C). 1982. Le site littoral de la Lède du Gurp (Gironde), Société Préhistorique Française, 79/6, p. 168-171.

Gachina (J.), Gomez (J.), Coffyn (A.). 1975. Supplément à l’inventaire des instruments perforés pour les départements de Charente, Charente-Maritime et Gironde, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 72, p. 368-381.

Gaillard (J.), Gomez (J.), Taborin (Y.), Le Roux (C.T.), Riquet (R.), Gilbert (A.). La tombe néolithique de Germignac, Gallia Préhistoire, à paraître, (publié dans t. 27, 1984)

Geslin (M.), Bastien (G.). 1972. Tessons d’une poterie néolithique à Mairé (Vienne), Bulletin des Amis du Grand Pressigny, n° 23, p. 21.

Gonçalvès V. dos Santos. 1978. A neolitizaçao e o megalitismo da regia de Alcobaça, Lisbonne, 80 p. 23 fig.

Gonçalvès V. dos Santos. 1978. Para un programa de estudo do Neolitico em Portugal, Zephyrus, XXVIII-XXIX, p. 147-162.

Gruet (M.) et Passini (B.). 1982. Le dolmen angevin de la Bajoulière (Maine-et-Loire), Bulletin du Groupe Vendéen d’Etudes Préhistoriques, n° 7, p. 7-11.

Guilaine (J.) et Veiga-Ferreira (O. da). 1970. Le néolithique ancien au Portugal, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 67 ; p. 304-322.

Jorge S. de Oliveira. 1979. Contributo para o estudo de materias pro-venientes de estacoes neoliticas dos arredores da Figueira da Foz, Actas da la Mesa redonda sobre o Neolitico e o Calcolitico em Portugal, 1978, p. 53-82).

Joussaume (R.). 1981. Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son contexte atlantique, Rennes, 625 p.

Joussaume (R.), Jauneau (J.M.), Boirai (M.), Robin (P.), Gachina (J.). 1979. Néolithique ancien du Centre-Ouest, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 76/6, p. 178-183.

Moreau (J.). 1983. Découverte de céramique à décor cardial du site de la Balise, Plage de l’Amélie, commune de Soulac-sur-Mer (Gironde). Bulletin de la Société Préhistorique Française, 80/1, p. 14.

Niederlender (A.), Lacam (R.) et Arnal (J.). 1966. Le gisement néolithique de Roucadour (Thémines, Lot), IIIe supplément à Gallia-Préhistoire, 206 p., XV pl.

Patte (E.). 1962. Sépulture néolithique de Basseau, commune de Fléac (Charente), Bulletin de la Société d’Anthropologie, XIe série, p. 453-456.

Patte (E.). 1971. Quelques sépultures du Poitou du Mésolithique au Bronze Moyen, Gallia-Préhistoire, t. XIV, p. 139-244.

Pautreau (J.P.) et de Lavergne (E.). 1982. Les vestiges préhistoriques du site de Masamas à Saint-Léomer (Vienne), Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, XVI, p. 479-485.

Pautreau (J.P.) et Robert (P.P.). 1980. Le foyer néolithique ancien des Gouillauds au Bois, Ile de Ré (Charente-Maritime), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 77/4, p. 123-128.

Richet (C.) (d’après une information de M. Carré), (1982). Informations, Archéologia, n° 176, février, p. 5-6.

Rodriguez (G.). 1982. Le Néolithique ancien de la grotte de Camprafaud (Ferrières-Poussarou, Hérault), Le Néolithique ancien méditerranéen, 1981, p. 61-69.

Roussot-Larroque (J.). 1977. Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 74/2, p. 559-582.

Soares (J.) et Tavares da Silva (C). 1979. Alguns aspectos do Neolitico Antigo do Alentejo litoral, Actas da la Mesa redonda sobre o Neolitico e o Calcolitico em Portugal, 1978, p. 9-52.

Soares (J.) et Tavares da Silva (C). 1982. Des structures d’habitat du Néolithique ancien du Portugal, Le Néolithique ancien méditerranéen, 1981, p. 17-28.

Notes

1 Prononcer Rézien.

2 Indique une datation absolue.

3 Chers aux préhistoriens d’une autre génération. Il faut faire avec ce que l’on a !

4 Selon les normes de J.G. Rozoy.

5 Communication personnelle de J.P. Mohen que je remercie.

Notes de fin

1 E.R.27, Rennes.

2 LA. 133, Bordeaux.

3 E.R.27, Rennes.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Légende Figure 2 : Néolithique ancien Centre-Atlantique : céramiques.1 et 3, Plage de Bâtard à Brétignolles (Vendée) ; 2, Longeville-Plage (Vendée) ; 4 à 14, Pointe du Grouin du Cou à La Tranche-sur-Mer (Vendée).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540