Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

La crise nucléaire en Corée du Nord

Bertrand Chung

Full text

1Avril 2003

2Le 5 octobre 2002, les États-Unis ont annoncé que la Corée du Nord avait relancé son programme nucléaire. Quelques jours plus tard, lors de la visite de James Kelly, secrétaire d’État, assistant chargé de l’Asie-Pacifique, en Corée du Nord, celle-ci a admis l’existence d’un programme nucléaire. Quelques mois après le 10 janvier, la Corée du Nord a décidé de se retirer du Traité de non-prolifération nucléaire en ouvrant ainsi une crise nucléaire majeure depuis qu’elle a signé un accord-cadre en octobre 1994 à Genève avec les États-Unis.

3La Corée du Nord réitère dès le début que cette crise ne peut trouver une solution que par une négociation directe entre les États-Unis et elle et que rien n’est plus important pour elle que la signature d’un traité de non-agression avec les États-Unis garantissant la sécurité de son régime. Mais ces derniers refusent obstinément toute négociation avec la Corée du Nord en préférant que le dossier nord-coréen soit traité par le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU).

4Néanmoins, jusqu’à une date récente, les États-Unis affirmaient qu’à la différence de l’Irak, le cas de la Corée du Nord serait traité par la voie pacifique. Les analystes expliquent cette différence d’attitude de la façon suivante : la Corée du Nord n’a pas pour but l’expansionnisme. Son problème est uniquement celui de sa survie ; la Corée du Nord n’a pas de pétrole ; les pays de la région directement concernés, la Chine, le Japon, la Russie et la Corée du Sud sont tous hostiles aux bombardements américains.

5Or, depuis le début du mois de mars, l’attitude du président Bush semble évoluer : tout en réitérant qu’il privilégie l’approche diplomatique, il ne cache pas qu’il envisage l’approche militaire aussi, comme en témoigne le déploiement des bombardiers B52 et B51, sans parler du mouvement de porte-avions. Certains spécialistes pensent même que le président veut en finir avec la Corée du Nord qu’il a désigné comme un « axe du Mal », d’autant plus que celle-ci prête dangereusement le flan en testant des missiles.

6Cette crise inquiète naturellement la Corée du Sud, à tel point que le nouveau président, Roh Moo-hyun qui est pourtant favorable à la poursuite de la politique de réconciliation avec la Corée du Nord condamne catégoriquement l’ambition nucléaire de la Corée du Nord. Pour lui, le moindre soupçon qui pèse sur la Corée du Nord pour se doter d’armes nucléaires constitue une menace pour la paix dans la péninsule coréenne, en Asie du Nord-Est et dans le monde, et par conséquent elle doit renoncer à tout projet de développement nucléaire. Le peuple tout entier soutient cette mise en garde car il a la conviction que la possession d’armes nucléaires ne peut conduire finalement qu’à la perte de la nation coréenne.

7Toutefois, le peuple coréen regrette que le président Bush ait refusé la recommandation du président Clinton de poursuivre les négociations avec la Corée du Nord et qu’il ait cassé l’élan de la politique de réconciliation entre les deux Corée, car d’après le témoignage de Mme Madeleine Albright, secrétaire d’État qui s’est rendue à Pyongyang en octobre 1999, le dossier était près d’aboutir.

Author

École des hautes études en sciences sociales

© CNRS Éditions, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site