Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Influences méditérranéennes en domaine atlantique

Les deux visages du Néolithique ancien d’Aquitaine

Julia Roussot-Larroque

Résumé

Le Néolithique ancien d’Aquitaine présente deux aspects nettement différents. Sur la côte atlantique, près de l’embouchure de la Gironde et en relation probable avec d’anciens marais, on trouve des groupes cardiaux à céramique décorée à la coquille (motifs en flamme surtout) ; on note l’absence d’éléments épicardiaux : ni décors poinçonnés, ni sillons en métopes, ni reliefs. On ne possède pas, pour l’instant, de datations vraiment fiables pour cet ensemble.
Dans l’intérieur des terres (Agenais, Périgord, Quercy), le Roucadourien, distinct du Cardial comme de l’Epicar-dial sensu stricto, s’enracine dans le substrat mésolithique local (Pré-Roucadourien, ex-« Tardenoisien d’Aquitaine »). Sa céramique a des caractères originaux, d’allure archaïque ; son industrie lithique demeure fortement microli-thique. Ces deux groupes semblent avoir existé parallèlement pendant une partie au moins de leur développement.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1La personnalité de l’Aquitaine s’exprime dans une double polarité : largement ouverte sur l’Atlantique, comme le Centre-Ouest et l’Armorique, elle se relie aussi, par la vallée de la Garonne, au Languedoc et aux Pyrénées, par la vallée du Lot et de la Dordogne, au Massif central et à sa bordure méridionale. Naguère encore lieu privilégié de toutes les perdurations mésolithiques, de la « non néolithisation » (Escalon de Fon-ton, 1971), l’Aquitaine a vu en peu d’années un progrès rapide des connaissances sur le Néolithique ancien (Roussot-Larroque, 1977, 1980 ; Frugier, 1982 ; Moreau, 1983). Après la mise en évidence d’un Néolithique ancien, semblable à celui de la couche C de Roucadour, le Roucadourien, surtout attesté en Quercy, Agenais, Périgord, mais certainement plus répandu dans l’intérieur, des trouvailles récentes ont révélé la présence, sur le littoral nord-médocain cette fois, d’une véritable céramique cardiale, jusqu’alors inconnue dans la région. Bien que les sites soient encore peu nombreux, on peut désormais sans artifice distinguer, en Aquitaine, domaine littoral et domaine continental.

1. Néolithique ancien d’Aquitaine : le domaine atlantique.

2D’assez nombreux sites d’estran se succèdent sur la côte aquitaine, du Pays basque à l’embouchure de la Gironde mais jusqu’ici les trouvailles, fortuites et très incomplètement connues, demeuraient peu interprétables, car la céramique, peu abondante ou mal conservée, n’y occupe qu’une place très restreinte auprès de séries lithiques où les microlithes « évolués » ne sont pas rares. Tel est le cas du Bétey à Andemos (Gironde ; coll. Ferrier) ; un vase en sac à deux anses proches du bord, sans décor, peut appartenir au Néolithique ancien, comme les segments et triangles du Bétey et flèches de Montclus du site, où par ailleurs le mélange d’industries rend le tri typologique inévitable.

3C’est plus au nord vers l’extrémité de la péninsule médullienne, non loin de l’embouchure actuelle de la Gironde, que des découvertes inattendues ont éclairé le problème du Néolithique ancien côtier. Deux sites, la Balise à Soulac, découvert par J. Dubarry (Moreau, 1983) et la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital fouillé par G. Frugier (Frugier, 1982) ont livré silex et céramique caractéristiques.

a) Site de la Balise

4A la Balise, le mobilier archéologique a été recueilli dans une plaque d’argile noirâtre, détachée de la microfalaise littorale par les assauts de la mer ; il peut s’agir de dépôts dans des paléo-chenaux. Ce secteur du Nord-Médoc a subi de profonds changements liés à la remontée de la mer ; au début de la période atlantique, de vastes marais devaient exister au large du littoral actuel et le fleuve débouchait alors sur l’Océan par un delta dont l’un des bras passait au sud de Soulac. Cette zone devait alors former des îles, aujourd’hui recouvertes en partie par l’avancée de la mer, en partie par les dunes littorales.

5L’industrie lithique est débitée sur galets provenant d’un cordon littoral démantelé, comme on en trouve encore actuellement sur la plage. Ces galets, en général de dimensions modestes, sont de qualité variable, souvent médiocre. On compte quelques nucléus à éclats, des éclats de décorticage, des lames et lamelles assez irrégulières, et deux grattoirs sur éclat.

6La céramique est relativement bien conservée, malgré les mauvaises conditions de découverte ; de larges portions de plusieurs vases ont pu être remontées. La pâte comporte un dégraissant minéral irrégulier, avec parfois des graviers de quartz, mais bien moins nombreux que dans le Roucadourien ; l’emploi de l’argile locale paraît probable. Un gros vase contient en outre des inclusions jaunâtres pulvérulentes, qui pourraient être de l’os pilé. On ne note aucun montage aux colom-bins « décollables » typiques du Roucadourien. La couleur dominante est le brun gris, parfois presque noir. La cuisson est bonne ; les surfaces sont lissées, quelquefois même lustrées. Un vase paraît engobé à l’extérieur. Les formes sont simples, en bombe, à fond rond, avec le bord souvent légèrement refermé, presque toujours aminci, sauf sur un très gros vase, où le bord est aplati par des empreintes de doigts sur la tranche. On remarque aussi la grande contenance de deux vases, de l’ordre de 45 à 50 litres pour le plus gros. Parmi les moyens de préhension, on trouve des boutons non percés, l’un près d’un bord de vase à décor cardial, deux autres juxtaposés sur un tesson sans décor. Des anses annulaires simples ont été trouvées ; un vase à décor cardial et un gros pot à empreintes de pincements devaient en posséder au moins deux ; elles ne sont pas décorées.

7Quatre vases au moins sont décorés à la coquille. L’un, en bombe (diamètre, 17 cm environ), possède un bord aminci entaillé à la spatule ou à la coquille. La paroi porte, sur toute la hauteur conservée, un décor au Cardium entièrement couvrant, empreintes subhorizontales en haut, puis empreintes « en flammes » au-dessous. Un autre, de forme analogue (diamètre environ 19 cm), un peu plus épais, porte un bouton près du bord et des impressions de coquille, plus courtes et moins dentelées, de Cardium ou autre bivalve. Ces empreintes, en flamme sur deux rangs, sur un tesson, plus désordonnées sur un autre, forment bande horizontale non margée à la partie supérieure du vase. Un troisième est représenté par un minime tesson à bord légèrement éversé et petit décor en flammes également. Le quatrième enfin, dont on possède une large portion, est beaucoup plus grand (diamètre, 35 cm environ) mais de forme analogue aux précédents. Peut-être engobé, il porte de larges flammes au Cardium, en deux rangs horizontaux un peu zigzagants sous le bord, interrompus au niveau de l’anse verticale cassée.

8Presqu’entièrement reconstituable, un très gros vase (diamètre à l’ouverture 40 cm, hauteur équivalente) porte sur le bord des empreintes au doigt ; sous le bord, une bande horizontale de trois rangées de pincements qu’on croirait au doigt et à l’ongle mais qui, à la loupe binoculaire, semblent plutôt faits avec un outil ; une technique analogue est signalée sur certains vases du Cardial méridional (Roudil et Soulier, 1979). Ce vase possédait au moins une anse en boudin. Trouvé à quelque distance, donc n’appartenant peut-être pas à cet ensemble, un fragment de panse surbaissée de très grand vase porte des sillons horizontaux peu réguliers en deux groupes de trois. A noter encore une série de tessons sans décor ; certains viennent sans doute de panses et fonds inornés des vases déjà décrits. Pourtant, des récipients non décorés devaient exister ; plus fins pour la plupart que les vases décorés, ils leur ressemblent par leurs profils et la forme de leurs bords amincis. L’un d’eux porte des coches régulières, à l’ongle ou à la spatule, sur le bord. On a déjà signalé que la céramique inornée du Cardial est souvent plus fine que la céramique décorée. Rien n’oblige ici à penser que ces tessons, qui évoquent parfois le Néolithique moyen, soient en réalité plus récents que le Cardial du site.

Figure 1 : Céramique du Néolithique ancien cardial de la Balise à Soulac (Gironde). Réc. Dubarry et Frugier.

b) la Lède du Gurp (fouilles G. Frugier).

9Sur ce site, à 2 km environ au sud de la Balise, la microfalaise née de la destruction de la dune littorale par la mer révèle une importante stratigraphie, du Mésolithique à l’âge du Fer. Le Néolithique ancien y figure dans trois couches (VI-VIII), regroupant des niveaux superposés, lits sableux indurés, à restes végétaux, alternant avec des passées plus argileuses, ou entrecoupés de filons tourbeux. La stratigraphie complexe et difficile pose encore certains problèmes.

10L’industrie lithique provient en majeure partie, comme à la Balise, du débitage de galets de silex ; éclats et lames sont souvent de taille modeste et peu réguliers. On note des grattoirs sur éclat court, un perçoir, des lames plus ou moins retouchées. Dans les trois couches, le fouilleur signale des microlithes, triangles d’allure sauveterrienne ; des segments du Bétey y auraient aussi été recueillis (Frugier, in verbis). En outre, deux haches polies, en silex de type bergeracois, ont été trouvées ; l’une, à méplats latéraux, provient de la couche supérieure où figure aussi, à vrai dire, un vase-support chasséen à décor pointillé, l’autre fut trouvée dans la couche la plus profonde (c. VIII).

11La céramique, dont nous avons pu examiner une grande partie, grâce à la générosité de G. Frugier, est en général plus fragmentée que celle de la Balise ; la pâte comporte un dégraissant sableux avec graviers de quartz parfois assez gros ; quatre vases, répartis dans les trois couches du Néolithique ancien, comportent de l’os pilé. Les couleurs dominantes sont le brun, parfois clair, et le brun gris plus ou moins foncé. La cuisson est en général assez bonne. Aucun vase n’a le montage aux colombins défectueux du Roucadourien, mais un fragment décoré au Cardium montre une cassure selon un joint concave. Les surfaces, bien égalisées en général, sont parfois lustrées.

12Les formes sont simples, un peu refermées souvent comme à la Balise. Un vase possède une ébauche de col. Les moyens de préhension ne sont représentés, dans la série examinée, que par un départ d’anse ou bouton sur un vase cardial, et deux anses en trompette verticales alternant avec deux boutons sur le vase entier de la couche VIII.

13Le décor à la coquille est bien représenté au Gurp, le plus souvent exécuté avec des valves de petits coquillages dont les dentelures ne s’observent qu’à jour frisant ou mieux à la loupe binoculaire, ce qui fit croire d’abord à l’emploi d’un outil sans dents. Comme à la Balise, le décor « en flammes » domine largement (5 tessons sur 13 décorés). Deux vases portaient sous le bord deux rangs au moins de ces flammes, de taille inégale, à la coquille fine. D’autres tessons n’en montrent chacun qu’une rangée. Une série d’impressions en lignes verticales a pu être faite par application du crochet d’une coquille, de même que des empreintes en V juxtaposées en ligne horizontale, sur des tessons épais de vases probablement grands. D’autres portent un décor digité, dont un grand vase (diamètre proche de 40 cm), orné d’impressions interrompues en métopes ; le bord est digité également. D’autres fragments sont couverts d’impressions de doigt et d’ongle juxtaposées.

14Enfin, un vase entier provient de la couche VIII ; en forme de bombe, il porte deux anses verticales, opposées, en trompette, alternant avec deux boutons et, sous le bord, un décor d’impressions triangulaires, en 2 à 4 rangs irréguliers. Ces impressions, tantôt pointe en haut, tantôt pointe en bas, ne sont pas faites, comme on l’avait cru, au peigne à deux dents, mais par application d’un objet triangulaire, peut-être le crochet d’une moule ou d’une telline. Ce vase est dégraissé à l’os pilé. Un autre pot de même forme, sans décor, reposait dans la même couche. La couche moyenne a livré deux tessons à incisions parallèles horizontales, dégraissés aussi à l’os pilé. Enfin, des tessons sans décor ont été recueillis dans tous les niveaux.

15Des traits communs se dégagent de l’examen des vestiges de la Balise et du Gurp : abondance du décor à la coquille, suivi du décor digité et pseudo-digité ; formes simples, en bombe à bord aminci ; existence de gros récipients de stockage ; enfin, le dégraissant, les surfaces, le montage, la cuisson, sont très proches. L’organisation du décor est faite dans le même esprit, avec nette préférence pour le décor en flammes, qui s’organise simplement en rangées subhorizontales sous le bord, formant bande non margée. Pratiquement rien, ici, ne rappelle le Roucadourien ; pas de montage aux colombins « démontables » ; de gros graviers de quartz, certes, mais non la pâte hétérogène, criblée de dégraissants, du Martinet ou de la Borie del Rey ; pas de vases tulipiformes, à bord brusquement aminci de l’intérieur ; pas de fonds coniques. Formes et décors du Néolithique ancien médocain trouveraient en revanche leur contrepartie, pour la plupart, dans le Cardial méridional.

Position chronologique

16De quels éléments de datation disposons-nous actuellement ? En chronologie relative, la stratigraphie de la Lède du Gurp montre ce Néolithique ancien littoral entre un Mésolithique sauveterroïde et un Néolithique moyen à éléments chasséens, ce qui ne nous apprend pas grand’chose. Les données de la chronologie absolue ne vont pas sans problèmes. A la Lède du Gurp, la couche VI, la plus haute, a fourni une date de 3040 ± 150 b.c., évidemment beaucoup trop basse, qui doit correspondre au vase-support chasséen et aux autres éléments (carène) trouvés dans cette couche en mélange apparent avec des vestiges cardiaux. De semblables rajeunissements affectent aussi une couche sus-jacente, attribuable au Bronze ancien ou moyen, dont la date 14C est de près d’un demi-millénaire plus jeune que la date attendue (Frugier ; l.c.). La circulation d’eaux de ruissellement chargées de matières organiques n’est peut-être pas étrangère à ces anomalies. Une date très ancienne (début du 6ème millénaire), obtenue sur des charbons de bois du niveau inférieur du Néolithique ancien est demeurée inédite ; elle reste bien entendu à vérifier par de nouvelles séries de datations.

Figure 2 : Céramique du Néolithique ancien cardial de la Balise à Soulac (Gironde) (n° 1) et de la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital (Gironde), Fouilles Frugier (n° 2-13).

17A la Balise, un bois prélevé sur place a donné une date très récente (milieu du 3ème millénaire ; Moreau, in verbis). Un nouveau prélèvement de bois a donné une date plus ancienne : Ly-2838 : 5910 ± 150 B.P. (soit, en années av. J.C. après correction, 5215-4450) ce qui se rapproche davantage de la date attendue. Il ne faut cependant pas se leurrer sur la valeur de cette date, obtenue à partir d’un tronc de chêne pointant hors de la couche archéologique, riche en racines et bois charriés ; ce type de dépôt et les conditions du prélèvement ne permettent pas d’affirmer l’exacte contemporanéité de ces débris végétaux avec l’industrie, la nature du site demeurant inconnue (couche d’habitat, charriage, enfouissement dans une tourbière ?).

18Peut on trouver dans des comparaisons avec le Midi méditerranéen des éléments de datation du Cardial médocain ? Nous l’avons dit, la plupart des caractéristiques du mobilier archéologique du Gurp et de la Balise trouvent leur contrepartie dans le Cardial méridional, mais les difficultés commencent dès que l’on veut cerner de plus près les comparaisons avec le Midi. Dans le lithique, manquent ici les lames régulières, les éléments de faucilles, les flèches tranchantes, parfois si nombreuses en Languedoc et en Provence, les perçoirs fins sur lamelle, les meules. En revanche, la hache en silex poli, qui apparaîtrait déjà au Gurp, est alors pratiquement inconnue dans le midi de la France. Dans la céramique, on remarque l’absence, jusqu’ici complète, de cordons simples ou imprimés et de pastilles appliquées (le double bouton de la Balise n’appartient pas à cette catégorie), or ces décors plastiques sont très abondants dans le Cardial et l’Epicardial languedocien et provençal. Les bouteilles à col, caractéristiques du Cardial méridional et ibérique, manquent également dans cette série, encore restreinte il est vrai.

19Le plus proche voisin, le Cardial languedocien, présente - quoique dans une moindre mesure que celui de Catalogne - un décor souvent riche et baroque à la coquille, structuré en bandes remplies d’impressions parallèles ou de chevrons et cernées de lignes à la coquille parfois frangées, combinant motifs horizontaux et verticaux en une ornementation complexe. Cette syntaxe décorative élaborée se manifeste également, d’ailleurs, dans le Cardial provençal. Par contraste, le décor à la coquille de la Balise ou du Gurp, beaucoup plus simple et monotone, se borne le plus souvent à une bande unique non margée sous le bord, qui s’arrête au niveau des anses sans les recouvrir.

20Non moins frappante - et de conséquence - l’absence des motifs épicardiaux classiques : sillons ou cannelures en métopes, frangés de points ou de tirets, cordons orthogonaux à la partie supérieure des vases. On ne saurait en effet considérer comme tels les trois tessons à incisions (deux au Gurp, probablement du même vase, un à la Balise, peut-être à séparer du reste du mobilier) : des incisions horizontales de ce type sont déjà connues dans le Cardial vrai (Courthézon, Vaucluse ; Courtin, 1974). On ne trouve pas davantage ici la décoration incisée exubérante, en chevrons, guirlandes, ogives... de certains groupes épicardiaux languedociens comme à la grotte Gazel (Guilaine, 1976).

21S’il semble bien que ce soit dans le Cardial vrai, et non dans l’Epicardial, qu’il faille chercher des comparaisons pour notre Néolithique ancien de la côte aquitaine, les personnalités locales marquées des divers groupes cardiaux méridionaux ne facilitent pas cette tâche : comment faire la part des particularismes régionaux et celle d’une tendance évolutive générale, permettant de distinguer des phases de développement chronologique reconnaissables partout ? Jusqu’à quel point a-t’on le droit d’extrapoler, et d’étendre, bien loin des rivages méditerranéens, la validité de critères qui parfois déjà présentent des difficultés d’application lorsqu’on passe de Provence en Languedoc ?

22Il en est ainsi du schéma chronologique général, les dates provençales étant dans l’ensemble nettement plus anciennes que celles du Languedoc, ce qui permet, soit d’envisager une dérive d’est en ouest de la culture cardiale le long de la côte méditerranéenne, soit, pour d’autres auteurs, de remettre en cause la validité des dates les plus anciennes. D’un autre côté, la confrontation, dans le seul cadre languedocien, des dates d’un Cardial plutôt classique avec celles de l’« Epicardial » - dont le nom seul impliquerait une position chronologique tardive - n’est pas non plus sans poser quelques questions, certaines datations d’un Cardial typologiquement moyen du Languedoc (grotte de l’Aigle ; Roudil et Soulier, 1979) se situant, non antérieurement, mais en parallèle avec des dates « épicardiales » de la même région. Ici aussi on peut, au choix, soit rejeter comme douteuse l’une ou l’autre série de dates, soit contester le schéma traditionnel d’une filiation Cardial-Epicardial, ces deux visages du Néolithique ancien ouest-méditerranéen pouvant être éventuellement considérés comme en partie contemporains, et indépendants l’un de l’autre pour ce qui regarde leurs origines et leur développement.

23Avec les trouvailles de la côte atlantique, l’Aquitaine se trouve désormais confrontée à ces problèmes, puisque maintenant intégrée en partie à un domaine cardial démesurément élargi.

24Dans des contextes provençaux ou languedociens, certains caractères de la céramique nord-médocaine, comme le décor en flamme parfois exécuté avec une petite coquille non dentée, ou peu dentée, évoqueraient un Cardial évolué, situé vers le milieu du 5ème millénaire, voire la seconde moitié de celui-ci. C’est le cas à la grotte Lombard (Saint Vallier-de-Thiey, Alpes-Maritimes ; Courtin 1982) ou dans la couche 45 de Font-brégoua (Salernes, Var), datée de 6180 ± 120 B.P., soit 4230 b.c.

Figure 3 : N° 1, vase du Néolithique ancien de la Lède du Gurp à Grayan-et-L’Hôpital (Gironde), niveau VIII, fouilles Frugier. N° 2, vase du Néolithique ancien (?) du Bétey à Andernos (Gironde), coll. Ferrier, Musée d’Aquitaine ; N° 3-25, céramique du Roucadourien de l’Aquitaine et du Quercy ; 3-9, abri du Martinet à Sauveterre-la-Lémance (Lot-et-Garonne), fouilles Coulonges, Musée d’Agen ; 10-18, abri de la Borie del Rey à Blanquefort-sur-Briolance, fouilles Coulonges, Musée d’Agen ; 19-25, Roucadour à Thémines (Lot), fouilles Niederlender et Lacam, d’après J. Arnal et J. Clottes et G. Costantini.

25Outre-Pyrénées, dans la grotte de Chaves en Haut-Aragon, des décors pivotants à la coquille caractérisent le niveau II b, daté de 4510 b.c. ; ils disparaissent presque complètement dans le niveau sus-jacent II a, daté, lui, de 4280 à 4170 b.c. (Baldellou, 1981). Dans le Haut-Languedoc, la couche 19 de la grotte de Camprafaud à Ferrières-Poussarou (Hérault ; Rodriguez 1981), datée de 4530 b.c., connaît aussi le décor cardial en flammes mais il y est bien plus rare que les décors au poinçon, les sillons verticaux parfois frangés de points, « épicardiaux », ou les cordons en relief. Dans l’Aude, à la grotte Gazel (Sallèles-Cabardès ; Guilaine, 1976), les foyers inférieurs du Néolithique ancien, datés de 4935-4830 b.c., possèdent de tels décors à la coquille qui, dès l’horizon moyen de ce gisement (4590 b.c.), ils deviennent presque inexistants. C’est donc plutôt à la première moitié du 5ème millénaire que l’on serait tenté de se référer.

26Enfin, dans des régions beaucoup plus éloignées il est vrai, le décor pivotant à la coquille est présent à Smilcić (Adriatique yougoslave) où il est parfois exécuté à la coquille de moule (Batović, 1966). Dans le Tavo-liere, en Italie méridionale, il apparaît dans le style de Guadone, vers le milieu du 6ème millénaire b.c. et persiste quelque peu, avec parfois des impressions non dentées, dans la phase III, un peu plus tardive, du Néolithique ancien (Tinè, 1983 ; p. 181 et fig. 62, 9, très proche d’un décor de la Balise).

27Force nous est donc de constater que la position chronologique du décor favori des Cardiaux du Médoc atlantique n’est pas si facile à déterminer par comparaisons à distance. Le mieux serait assurément de disposer d’une bonne série de datations sur place et d’un schéma évolutif proprement local. Faute de mieux, nous admettrons sous bénéfice d’inventaire que le milieu du 5ème millénaire représente une limite supérieure pour ce type de décor à la coquille dans de nombreux gisements, bien que certains autres, typologiquement attri-buables au Cardial moyen (mais sans ce type de décor) aient encore donné des dates proches de la fin du 5ème millénaire (grotte de l’Aigle).

Extension géographique

28L’extension géographique de cette branche septentrionale du Cardial demande, elle aussi, à être précisée. Si la position du site de Mouligna à Bidart (Pyrénées-Atlantiques) n’est pas claire, les rares vestiges conservés rappelant parfois le Roucadourien (fonds coniques) plus que le Cardial dont manquent tous les éléments caractéristiques, le Bétey à Andernos pourrait peut-être se rattacher aux sites médocains ; dans le mobilier provenant de plusieurs occupations mélangées, où la céramique est mal représentée, un vase sans décor muni de deux anses annulaires hautes pourrait, avec une série de microlithes « évolués » (trapèzes, triangles et segments du Bétey, flèches de Montclus), se rapporter à cet ensemble (coll. Ferrier). Quelques autres sites de l’ancien delta de l’Eyre s’y adjoindraient peut-être ; les microlithes y sont abondants mais la céramique, très corrodée, ne donne guère d’indications.

29Au nord de la Gironde, dans le Centre-Ouest, des vestiges de l’île de Ré (les Gouillauds) et de la côte vendéenne (La Tranche-sur-mer, Brétignolles, Longeville-Plage) présentent certains points communs avec le Cardial du Médoc (Pautreau et Robert, 1980 ; Joussaume, 1981). Le décor à la coquille n’y est pas courant pour l’instant (peut-être un tesson dans l’île de Ré, un autre à Benon, Charente-Maritime) mais, parmi les décors d’impressions, certains sont fort proches des nôtres. Ainsi, au grand vase à décor pincé de la Balise répond celui de la plage de Bâtard à Brétignolles ; à d’autres vases du Gurp, ceux de la Tranche-sur-Mer. Les datations couvrent la deuxième moitié du 5ème millénaire, ce qui semble raisonnable même si, aux Gouillauds comme à la Tranche-sur-mer, existent en mélange des éléments du Néolithique moyen.

  • 1 Depuis la rédaction de cet article, de nouvelles découvertes, étendant considérablement l’emprise d (...)

30Enfin, le décor en flammes au peigne (?) de Bellefond (Vienne), de style pourtant différent de la céramique médocaine, n’en est pas cependant si éloigné dans son inspiration plus lointainement méditerranéenne, ainsi que le grand vase à décor pincé et bord digité du même site (Patte, 1971). Là, pourtant, figurent des éléments jusqu’ici inconnus dans le Cardial médocain, décor poinçonné, boutons, cordons en moustache peut-être légèrement plus récents, ou déjà marqués d’un cachet septentrional. La situation continentale du gisement contraste d’ailleurs avec la répartition littorale préférentielle des autres sites. Il n’est pas exclu par ailleurs que, sur la façade atlantique, de semblables influences s’exercent plus au nord, peut-être jusqu’en Armorique.1

31Peut-on parler d’une province atlantique du Cardial, en rassemblant les trouvailles extra-méditerranéennes, du Maroc au Portugal et à l’Espagne cantabrique ? Si le Cardial vrai existe au Portugal, entre la pointe de Sagres au Sud et Figueira da Foz au Nord (Guilaine et da Veiga Ferreira, 1970), il y serait cependant rare par rapport à d’autres types de céramique imprimée ou incisée (Tavares da Silva et Soares, 1981 ; Morais-Arnaud, 1981). En Espagne cantabrique, le Cardial demeure fort peu connu ; en Pays basque sud on n’a signalé que de bien rares tessons, soit hors stratigraphie, soit dans un niveau attribué au 4ème millénaire (Apellaniz, in litteris).

32Cela repose, bien sûr, la question des voies empruntées par les influences cardiales pour parvenir jusqu’à l’embouchure de la Gironde. La navigation côtière atlantique a pour elle le caractère maritime souvent allégué pour le Cardial, caractère marqué par sa prédilection pour le décor à la coquille, la pêche et la localisation fréquente des sites à proximité de la mer. On ne peut pourtant qu’être frappé de la rareté des sites connus entre le rio Mondego et le Médoc. Certes, la transgression flandrienne a fait disparaître une fort large portion des anciens rivages, surtout sur les côtes basses et sableuses de l’Aquitaine. Certes, aussi, l’ancienne configuration des côtes se prêtait, mieux qu’aujourd’hui, au cabotage en vue des terres. Bidart, le Bétey, la Lède du Gurp ou la Balise devaient être alors accessibles par des chenaux dont le débouché sur mer n’était pas encore oblitéré par la longue flèche sableuse qui rend actuellement la navigation très dangereuse sur ce littoral sans abris naturels. Pourtant, les tempêtes du golfe de Gascogne ne devaient pas être moins redoutables qu’aujourd’hui. Quels que soient, d’autre part, les avantages de la navigation par rapport au cheminement terrestre, dans des pays sans routes, on ne peut faire bon marché des distances absolues. Entre le Nord Médoc et la région de Porto, on ne compte pas moins d’un millier de kilomètres en suivant le rivage, contre 3 à 400 km entre ce même Médoc et les plus proches sites cardiaux du Languedoc, avec la possibilité de descendre des vallées comme celle de la Garonne. La distance n’est pas plus grande entre le Médoc et, par exemple, la grotte de Chaves en Haut-Aragon, non loin du col du Somport, dans la zone occidentale des Pyrénées. De toutes manières, trop de vides subsistent sur les cartes de répartition du Néolithique ancien du Sud-Ouest de l’Europe pour que l’on hasarde des hypothèses trop précises sur les chemins de l’avancée cardiale dans cette direction.

2. Néolithique ancien d’Aquitaine : le domaine continental.

33Reconnu dès 1965 dans la couche inférieure de Rouca-dour (Lot ; Niederlender, Lacam et Arnal), le Néolithique ancien continental du Sud-Ouest a vu depuis lors s’accroître son extension géographique en Aquitaine, du Quercy vers l’Agenais et le Périgord (le Martinet à Sauveterre-la-Lémance, la Borie del Rey à Blanquefort-sur-Briolance, en Lot-et-Garonne ; l’abri Pageyral aux Eyzies et sans doute aussi la grotte de Rouffignac, en Dor-dogne ; Roussot-Larroque, 1977). Le lithique est marqué d’une forte composante microlithique ; la technique du microburin produit des trapèzes symétriques ou asymétriques, trapèzes du Martinet, pointes du Martinet, triangles et segments du Bétey (à retouche en double biseau), flèches de Montclus et du Châtelet. L’industrie de l’os est peu connue : quelques haches en bois de cerf ou os, des poinçons ou sagaies et des outils en ivoire de sanglier. La céramique, le plus souvent grossière, est faite d’une pâte hétérogène, riche en dégraissant souvent volumineux, billes de quartz ou calcite. Elle est montée aux colombins mal collés qui se démontent selon un plan oblique ou concave, toujours lisse, défaut très caractéristique de cette culture. De ce fait, peu de formes complètes sont connues. Les bords sont souvent appointis, parfois renforcés d’un épaississement extérieur ou intérieur en bourrelet ; la tranche est fréquemment entaillée d’incisions parallèles ou en X. On connaît des fonds coniques. Le décor comporte un brossage irrégulier, des impressions à la baguette, souvent irrégulières, parfois sinueuses, des incisions en chevrons verticaux, des cordons simples ou impressionnés. Il existe des perforations avant cuisson sous le rebord et des anses annulaires simples.

Position chronologique

34La position chronologique du Roucadourien demeure mal connue. La date 14C de la couche C de Roucadour (3980 + 307, - 296, corrigée en 4200 environ b.c. pour tenir compte de l’effet Suess), comporte un important intervalle de confiance. Alors qu’on passe actuellement au crible d’une sévère critique les plus anciennes dates 14C du Néolithique ancien, une rigueur équivalente devrait en bonne méthode s’appliquer aussi aux plus récentes de ces dates, y compris celle-ci, qui pour nous demanderait confirmation par de nouvelles analyses. L’abri de Combe-Grèze II (fouilles Maury et Costantini ; Maury, 1981) a donné, avec une industrie lithique, céramique et osseuse franchement roucadouriennes, une date de 4470 b.c. A Rouffignac, la couche 2, dont la céramique n’est pas connue, a livré un lithique de style roucadourien, et une date équivalente, 4450 ± 40 b.c. (Barrière, 1975). De même, le Néolithique ancien de l’abri Jean Cros, dans l’Aude, avec céramique proche du Roucadourien (même montage, décor rarissime, brossage irrégulier et lithique apparenté) a donné trois dates équivalentes : 4590 ± 300, 4650 ± 300 (et même 5120 ± 130, mais sur coquilles) (Guilaine et coll., 1979).

35D’autre part, les stratigraphies du Martinet, de la Borie del Rey et de Rouffignac, comme celle du Cuzoul de Gra-mat, montrent que le Roucadourien n’est que l’aboutissement d’un cycle commencé beaucoup plus tôt (Pré-Roucadourien I et II, correspondant aux anciens « Tar-denoisien I et II » d’Aquitaine). A Rouffignac, la couche 3 où apparaissent les premiers éléments caractéristiques, est datée du début du 6e millénaire (5850 ± 40 b.c.) ; la céramique n’y est pas signalée. Cependant, à l’étape suivante - Préroucadourien II - d’après L. Coulonges, à la Borie del Rey apparaissaient déjà quelques tessons. On pourrait donc penser que le Roucadourien tel que nous le connaissons n’est pas la plus vieille céramique du Néolithique ancien continental d’Aquitaine. Il faut bien ici rappeler les gisements de la Poujade (Aveyron) et de Camprafaud (Hérault), avec des niveaux datés du début du 6e millénaire qui ont livré une céramique grossière, non décorée, techniquement proche du Roucadourien, dont elle pourrait constituer l’origine (Arnal, 1980 ; Rodriguez 1981). A Camprafaud, ce niveau (c. 20) se situe au-dessous du niveau dont nous avons mentionné les décors cardiaux « en flamme » et, même si l’on refuse d’accepter la date de 5950 b.c. qui a déchaîné les passions que l’on sait, cette céramique grossière n’en est pas moins antérieure, sur le site, à des éléments cardiaux vrais, ce qui jette tout de même un jour curieux sur la position respective du Roucadourien et du Cardial, même final. A la Poujade le niveau néolithique le plus ancien, daté lui aussi du début du 6e millénaire (6060 b.c.) par le I4C, et de la transition Boréal-Atlantique par la palynologie et l’anthracologie, rappelle aussi le Roucadourien par sa céramique. On se trouverait à la transition du Mésolithique, dont l’industrie lithique conserve des traits, au Néolithique le plus ancien.

36Ces gisements continentaux, la Poujade, Camprafaud, Jean Cros, Dourgne, ont en commun certains aspects concernant l’environnement, le type d’occupation des sols, les activités de subsistance et également certains traits culturels, qui ne vont peut-être pas jusqu’à l’identité -d’autant qu’ils ne sont pas tous contemporains - mais se démarquent nettement en tout cas du Cardial. Dans ces régions de l’hinterland où le Cardial ne paraît pas avoir pénétré anciennement, des communautés néolithiques ont pourtant existé, et l’on peut sans doute écarter l’hypothèse d’une néolithisation tardive vers la fin du Néolithique ancien, au niveau de l’« Epicardial ». Dans des régions pourtant peu éloignées de la zone méditerranéenne proprement dite (de l’ordre de 200 à 250 km pour Jean Cros ou Roucadour, moins encore pour la Poujade ou Camprafaud), le plus vieux néolithique ne présente pratiquement aucune ressemblance avec le Cardial, ce qui surprend d’autant plus si l’on songe que celui-ci a pu remonter le Rhône assez loin vers le Nord jusque dans l’Ardèche, la Drôme et même la Haute-Loire sans perdre son identité, parvenir de même jusqu’en Haut-Aragon ou, plus loin encore, se retrouver, toujours bien reconnaissable, sur la côte atlantique. Les capacités du Cardial à s’éloigner du domaine maritime et la résistance de ses traits culturels ne peuvent donc être mises en doute et l’on comprend mal que ces mêmes qualités n’aient pu survivre dans le Haut-Languedoc, le Quercy ou l’Agenais. Nous serions donc portée à penser que le territoire en question était déjà occupé, non par des groupes mésolithiques attardés, mais par le Néolithique ancien continental.

37La dualité du Néolithique ancien d’Aquitaine semble donc s’affirmer. Le modèle classique, qui ferait du Roucadourien continental un faciès périphérique plus ou moins tardif du Cardial, plutôt contemporain de l’Epi-cardial, ne paraît plus guère satisfaisant. Les caractères cardiaux y sont trop peu évidents, tant dans le lithique que dans la céramique, pour soutenir cette hypothèse. Où situer, d’autre part, la « tête de pont » à partir de laquelle cette culture aurait gagné l’intérieur ? Sur la côte méditerranéenne ? Mais, nous l’avons vu, la diffusion du Cardial vers le Nord-Ouest semble très limitée, en l’état actuel des connaissances ; dans la vallée de la Garonne, l’une des meilleures voies de passage vers l’Aquitaine, le Néolithique ancien serait plutôt d’aspect roucadourien (Vaquer, 1982). Peut-on croire que le Cardial aurait, partant de la côte atlantique, remonté la Garonne (Tinè, 1983, note 44) ? Là encore, l’Aquitaine intérieure contraste trop avec le littoral et, de toutes façons, le Roucadourien ressemble peut-être encore moins au Cardial médocain, où font défaut jusqu’ici cordons, lisses ou digités, qu’à certaines productions ibériques (céramique à chevrons verticaux incisés). De même, l’industrie lithique roucadourienne paraît parfois plus proche de certains faciès du Néolithique ancien péninsulaire (Cocina) que du Cardial.

La transition Néolithique ancien - Néolithique moyen

38Resterait à dire quelques mots du passage de ces deux faciès ou groupes du Néolithique ancien d’Aquitaine au Néolithique moyen. D’un côté comme de l’autre, la périodisation interne est malaisée à cerner. Les difficultés inhérentes à la fouille de la Lède du Gurp ne permettent encore pas de préciser l’évolution du Cardial littoral. Décor en flamme à la coquille, impressions, dégraissant d’os pilé, se répartissent dans les trois couches du Néolithique ancien. On verrait volontiers, pourtant, dans le dégraissant d’os pilé un trait plutôt récent, rapprochant ces vases du Néolithique ancien final du Nord de la France (groupes de Blicquy et Villeneuve-Saint-Germain ; Constantin et Démoule, 1980), d’autant que l’un des vases ainsi dégraissé, avec ses anses en trompette verticales et son décor d’impressions triangulaires, rappelle des céramiques de la fin du Néolithique ancien ibérique (Chaves, niveau II a, fin du 5e millénaire), annonçant peut-être la céramique de Montbolo, mais rappelle aussi des formes du groupe d’Augy ou de V.S.G. (anse des Pichelots aux Alleuds, Maine-et-Loire, fouilles Gruet ; vase de Villeneuve-Saint-Germain, à anse en trompette verticale et décor de zig-zags verticaux incisés). L’on verrait alors dans la conjonction de ces deux caractères un indice de plus de contacts et influences méridionales vers le Bassin parisien pour la Loire moyenne à la fin du Néolithique ancien (Roussot-Larroque et Thévenin 1981). Au Gurp, ce vase aurait été trouvé dans la couche la plus profonde, mais en contact avec des structures creusées ; d’autre part, il est seul entier parmi des céramiques cardiales très fragmentées, et pourrait donc représenter une intrusion légèrement postérieure à l’ensemble du mobilier.

39Le groupe de Roquefort du Néolithique moyen d’Aquitaine, qui se constitue au cours du 4e millénaire, adopte l’anse en trompette, mais horizontale le plus souvent. Toutefois, sur le site éponyme, le premier niveau d’occupation, daté de 3700 b.c. environ, a livré un fond conique et de la céramique grossière inornée à colombins empilés, sans égalisation des bavures de jonction, qui ferait plutôt penser au Roucadourien.

Conclusion

40Bien des problèmes subsistent donc, mais quelques éléments semblent désormais acquis. Tout d’abord, la néolithisation de l’Aquitaine n’a pas débuté à une phase tardive du Néolithique ancien, synchrone de l’« Epicardial » du Midi. Ensuite, la distinction d’un domaine atlantique et d’un domaine continental doit être affirmée, au moins pour le moment. A côté du Cardial du littoral, le Roucadourien de l’intérieur apparaît de plus en plus comme un groupe culturel indépendant dont les relations avec le précédent demeurent peu claires et probablement fort lâches. Son enracinement dans le substrat local apparaît clairement dans les caractères de son lithique, nettement microlithique, produit d’une mutation commencée au début du 6e millénaire. Ainsi, en Aquitaine, comme dans la plus grande partie de la France, la conception monolithique du Néolithique ancien s’efface désormais devant la reconnaissance de groupes culturels déjà diversifiés dont on devra désormais s’attacher à démêler les relations complexes.

Bibliographie

Bibliographie

Arnal (G.-B.). Le néolithique ancien des Causses languedociens. Bull. Musée d’Anthropol. préhist. de Monaco, 24, 1980, p. 97-114.

Baldellou (V.). El Neolitico de la cerâmica impresa en el Alto Aragon. Le Néolithique ancien méditerranéen. Actes du Coll. Intern. de Préhist., Montpellier 1981., Archéol. en Languedoc, n° spéc, p. 165-180.

Barrière (C). Rouffignac, l’Archéologie. Publ. de l’Instit. d’Art Préhist. de l’Univ. de Toulouse Le-Mirail, 1973-74, 305 p.

Batovic (S.). Stariji Neolit u Dalmaciji. Soc. Archéol. de Yougoslavie, dissertationes, t. II, 1966, 248 p.

Constantin (C.) et Demoule (J.-P.). Le groupe de Villeneuve-Saint-Germain dans le Bassin Parisien. Le Néolithique dans l’Est de la France. Actes du Colloque de Sens, 1980, p. 161-169.

Courtin (J.). Le Néolithique de la Provence. Paris, Klincksieck, 1974, 359 p.

Courtin (J.). Informations archéologiques. Gallia Préhistoire, t. 25, 1982, p. 515.

Escalon de Fonton (M.). Les phénomènes de néolithisation dans le midi de la France. Die Anfànge des Neolithikums vom Orient bis Nor-deuropa. Fundamenta, t. VI, 1971, p. 122-139.

Frugier (G.). Le site littoral de la Lède du Gurp (Gironde). Bull. Soc. Préhist. Franc., t. 79, 1982, p. 168-171.

Guilaine (J.). La néolithisation des côtes méditerranéennes de la France et de la péninsule ibérique. Colloque « La Néolithisation de l’Europe occidentale », 9e Congrès U.I.S.P.P., Nice 1976, p. 26-57.

Guilaine (J.) et Da Veiga Ferreira (O.). Le Néolithique ancien au Portugal. Bull. Soc. Préhist. Franc., t. 67, 1970, p. 304-322.

Guilaine (J.) et coll. L’abri Jean Cros. Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, Toulouse 1979, 458 p.

Joussaume (R.). Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Université de Rennes I, 1981, 625 p.

Maury (J.). Le Néolithique ancien des Grands Causses dans l’abri de Combe Grèze (commune de la Cresse, Aveyron). Le Néolithique ancien méditerranéen. Actes du Coll. intern. de Préhist., Montpellier, 1981, p. 261-264.

Morais-Arnaud (J.). Le Néolithique ancien et le processus de néolithisation au Portugal. Le Néolithique ancien méditerranéen, Montpellier, 1981, p. 29-48.

Moreau (J.). Découverte de céramique à décor cardial du site de la Balise, plage de l’Amélie, commune de Soulac-sur-Mer (Gironde). Note préliminaire. Bull. Soc. Préhist. Franç, t. 80, 1983, p. 14.

Niederlender (A.), Lacam (R.), Arnal (J.). Le gisement néolithique de Rou-cadour. Paris, C.N.R.S., 1965, 206 p.

Patte (E.). Quelques sépultures du Poitou, du Mésolithique au Bronze moyen. Gallia Préhistoire, t. 14, 1971, p. 139-244.

Pautreau (J.-P.) et Robert (P.-P.). Le foyer néolithique ancien des Gouillauds au Bois, île de Ré, (Charente-Maritime). Bull. Soc. Préhist. Franç., t. 77, 1980, p. 123-128.

Rodriguez (G.). Le Néolithique ancien de la grotte de Camprafaud (Ferrières-Poussarou, Hérault). Le Néolithique ancien méditerranéen, 1981, p. 61-80.

Roudil (J.-L. et O.), Soulier (M.). La grotte de l’Aigle à Méjannes-le-Clap (Gard) et le Néolithique ancien du Languedoc oriental. Mém. Soc. Languedoc, de Préhist., vol. 1, 1979, 84 p.

Roussot-Larroque (J.). Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine. Bull. Soc. Préhist. Franc., t. 74, 1977, p. 559-582.

Roussot-Larroque (J.). La Néolithisation en Europe occidentale : substrat mésolithique ou groupes de mutation ? Problèmes de la néolithisation dans certaines régions de l’Europe. Cracovie, 1980, p. 175-193.

Roussot-Larroque (J.) et Thévenin (A.). Composantes méridionales et centreuropéennes dans la dynamique de la néolithisation en France. Colloque « Influences méridionales dans l’Est et le Centre-Est de la France au Néolithique : le rôle du Massif central », Le Puy 1981 ; Clermont-Ferrand 1984, p. 109-147.

Tavares da Silva (C.) et Soares (J.). Les structures d’habitat du Néolithique ancien au Portugal. Le Néolithique ancien méditerranéen, Montpellier 1981, p. 17-28.

Tinè (S.). Passo di Corvo e la civiltà neolitica del Tavoliere. Genova, Sagep ; 1983, (201 p.)

Vaquer (J.). Communication au colloque de Montpellier, 1983.

Notes

1 Depuis la rédaction de cet article, de nouvelles découvertes, étendant considérablement l’emprise du Cardial vers le Nord, sont venues confirmer le point de vue exprimé dès 1981.

Notes de fin

1 Institut du Quaternaire, L.A. 133, Université de Bordeaux I, 33405 Talence.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Céramique du Néolithique ancien cardial de la Balise à Soulac (Gironde). Réc. Dubarry et Frugier.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Figure 2 : Céramique du Néolithique ancien cardial de la Balise à Soulac (Gironde) (n° 1) et de la Lède du Gurp à Grayan-et-l’Hôpital (Gironde), Fouilles Frugier (n° 2-13).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Figure 3 : N° 1, vase du Néolithique ancien de la Lède du Gurp à Grayan-et-L’Hôpital (Gironde), niveau VIII, fouilles Frugier. N° 2, vase du Néolithique ancien (?) du Bétey à Andernos (Gironde), coll. Ferrier, Musée d’Aquitaine ; N° 3-25, céramique du Roucadourien de l’Aquitaine et du Quercy ; 3-9, abri du Martinet à Sauveterre-la-Lémance (Lot-et-Garonne), fouilles Coulonges, Musée d’Agen ; 10-18, abri de la Borie del Rey à Blanquefort-sur-Briolance, fouilles Coulonges, Musée d’Agen ; 19-25, Roucadour à Thémines (Lot), fouilles Niederlender et Lacam, d’après J. Arnal et J. Clottes et G. Costantini.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search