Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Japon : la drôle de crise…

Évelyne Dourille-Feer

Texte intégral

1Février 2004

2De 1950 à 1990, une remarquable capacité de rebond après les chocs a caractérisé l’économie japonaise. Certes, le rythme de croissance économique avait déjà fléchi de 10 % à 5 % par an entre les années 1960 et 1970 pour se maintenir à 4 % la décennie suivante, mais l’atonie de la période 1992-2003 et, surtout, la fragilité récurrente des mouvements de reprise ont souligné la nature particulière de la crise actuelle du Japon qui s’inscrit en nette rupture par rapport aux tendances passées.

3Pourtant, peut-on vraiment parler de « crise » dans le cas japonais ? Classiquement, une crise économique est définie comme un bref retournement de conjoncture précédent une récession ou comme une longue dépression de type 1929. Depuis fin 1991, la situation de l’économie japonaise s’inscrit bien dans cette double définition. Mais, lorsque l’on s’intéresse à d’autres indicateurs économiques comme les échanges, les réserves de devises, la position mondiale de créditeur net du Japon, les efforts de recherche-développement une toute autre vision de l’évolution de l’économie japonaise se dessine. C’est pourquoi des analystes contestent la pensée dominante d’existence d’une crise économique nippone profonde depuis le début de la décennie 1990. Pour l’économiste japonologue qui est plus porté à s’interroger sur les spécificités d’une économie qu’à tenter de la faire entrer dans un moule d’analyse macro-économique standard, il convient donc de décrypter ce qui se cache derrière cette prétendue « crise ».

L’interprétation libérale de la crise japonaise

  • 1 Pendant cette période, le taux d’escompte est porté de 2,75 % à 6 %.

4Après 56 mois d’expansion continue (novembre 1986-juillet 1991), l’économie japonaise ralentit, entre en récession puis, alterne les phases de reprise et de ralentissement, enregistrant même deux années de croissance négative en 1998 et 2002. Ce retournement brutal de l’économie résulte du durcissement de la politique monétaire entre mai 1989 et août 19901 qui a fait éclater les bulles spéculatives boursière (1990) et immobilière (1991) et donné un coup d’arrêt à l’activité. Si bien qu’entre 1991 et 2003, la croissance n’a progressé que de 1 % par an et, de surcroît, aucune des reprises n’a atteint le niveau de celles des années 1980.

5Outre la crise boursière et immobilière, celle du système bancaire s’approfondit jusqu’à l’été 1998 où une situation de « credit crunch » (« restriction de l’offre de crédit ») apparaît. L’ensemble du système financier se fragilise et la déflation s’enracine dès 1999. Par ailleurs, le taux de chômage bondit de 2,1 % à 5,4 % entre 1991 et 2003. De surcroît, face à un endettement élevé des firmes, celui du secteur public progresse rapidement de 61 % à 156 % du PIB pendant la même période.

6Selon une grille de lecture libérale, la crise est patente. Le diagnostic est clair : les forces du marché n’ont pas permis d’assainir un système financier à la fois trop régulé et opaque, d’où une mauvaise allocation du capital qui a freiné les restructurations et l’émergence de nouveaux secteurs. De ce fait, les entreprises ont perdu de leur compétitivité, leur taux de profit s’est contracté et les a conduites à réduire l’embauche ou licencier. Le remède préconisé est l’accélération des déréglementations, ces dernières permettant à l’offre compétitive d’émerger et de générer mécaniquement un accroissement de la demande. Mais, la réalité économique n’est pas aussi simple.

Une crise encore plus sociale et politique qu’économique

7Si l’on cesse de se focaliser sur le rythme de croissance, les problèmes d’offre et les dysfonctionnements du marché, d’autres indicateurs renvoient une image de l’économie très différente. En effet, lorsqu’on s’intéresse à la balance des paiements, c’est à dire aux transactions du Japon avec l’étranger, on s’aperçoit que la décennie 1990 a été loin d’être une décennie « vide ».

  • 2 Exprimé en USD courant.

8Entre les années 1980 et 1990, le montant des exportations a doublé ainsi que celui de l’excédent courant2. De ce fait, les réserves de devises détenues par le Japon sont passées de 24,6 à 461,2 milliards de USD entre 1980 et 2002, le plaçant au premier rang mondial. Il a également conservé la position de premier créditeur du monde acquise durant les années 1980, ses actifs à l’étranger ayant quadruplé entre 1990 et 2000. En interne, le stock d’actifs net des ménages équivaut actuellement au double du produit intérieur brut. Enfin, l’effort de recherche-développement, a été maintenu pendant la crise, si bien que le Japon arrivait en 2002 au deuxième rang des pays exportateurs de brevets derrière les États-Unis.

9Pourtant, en 2001, seuls 31 % des Japonais pensaient que l’avenir de leur pays serait meilleur à un horizon de dix ans contre 48 % des Français. Cette statistique reflète la défiance des ménages à l’égard de la classe politique, souvent corrompue et impuissante à insuffler une confiance en l’avenir tant les réformes amorcées (assainissement du système financier, privatisations, déréglementations, réforme fiscale) sont lentes à se mettre en œuvre et tant la vision d’une nouvelle société est peu dessinée.

10La croissance erratique des douze dernières années apparaît intimement liée à l’instabilité de la consommation et, donc, au désarroi des ménages face à un futur incertain. Le modèle socio-économique de développement, structuré après la guerre dans l’optique du rattrapage économique, dans un contexte de fermeture du marché, centré autour d’un État régulateur, d’entreprises jouant un rôle de « communauté » et de ménages épargnants et récompensés pour leur loyauté envers l’entreprise ne cadre plus avec le nouvel environnement mondial de globalisation et de financiarisation de l’économie. Alors que les rapports hommes/femmes, jeunes/vieux, métropole/régions sont en pleine transformation, aucun nouveau modèle socio-économique adapté au vieillissement accéléré de la population n’émerge. La criminalité progresse, l’attitude des jeunes face au travail devient plus cynique... Si bien que la crise japonaise est avant tout une crise de modèle et de confiance se répercutant sur l’économie. La compréhension de ses ressorts profonds nécessite donc de s’appuyer sur les trois grilles d’analyse économique, sociale et politique.

Notes

1 Pendant cette période, le taux d’escompte est porté de 2,75 % à 6 %.

2 Exprimé en USD courant.

Auteur

Centre d’études prospectives et d’informations internationales

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site