Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

L’Irak, et après : où va le Japon ?

Jean-Marie Bouissou

Texte intégral

1Août 2003

2Si le gouvernement japonais peine depuis plus de dix ans à réformer le système économique, il y a un domaine dans lequel il a engagé une restructuration radicale : la défense. Les crises internationales qui se sont multipliées depuis la fin de la guerre froide – de la première à la deuxième guerre du Golfe en passant par les tensions récurrentes dans la péninsule coréenne – ont été l’occasion de modifier par étapes la doctrine traditionnelle qui interdisait strictement aux « Forces d’auto-défense » – dénomination officielle des forces armées nippones – d’intervenir hors de l’archipel. En 1992, après la première guerre du Golfe, la loi dite « PKO » (Peace Keeping Operations) les y a autorisées, exclusivement sous le casque bleu, dans le cadre des missions de maintien de la paix de l’Organisation des Nations unies (ONU) et dans un environnement pacifié. En 1996, la référence à l’ONU a été gommée dans les nouvelles directives d’application du traité de sécurité nippo-américain, qui autorisent désormais les forces armées japonaises à soutenir celles de leur allié si une crise se produit – sans autre précision – « à proximité de l’Archipel » et « menace sa sécurité ». En 2001, les attentats du 11 septembre ont permis au gouvernement de faire voter une loi qui l’autorise à déployer des forces partout dans le monde, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. En juillet, la décision d’envoyer un millier d’hommes aider à l’occupation de l’Irak a parachevé cette évolution : désormais, sans qu’il soit plus question de résolution de l’ONU ni de casque bleu, Tôkyô s’autorise à envoyer ses soldats dans une région où des hostilités se poursuivent, pour soutenir une opération menée par son partenaire américain sur une base unilatérale et pour des motifs qui apparaissent de moins en moins convaincants.

3Aujourd’hui, les Japonais ne peuvent jouer qu’un rôle « sans aucun lien avec des opérations de combat », au point de ne pouvoir, en principe, aider au transport de carburant qu’avec l’assurance que leurs alliés ne l’utiliseront pas pour des missions de combat (!) Mais demain, quand les parlementaires auront complètement entériné la nouvelle posture, l’outil militaire dont Tôkyô est en train de se doter pourra faire bien davantage. Tant que leur mission se bornait à défendre le territoire national, les « Forces d’auto-défense » ne pouvaient posséder aucune capacité de projection : elles avaient de gros muscles (un millier de chars lourds, plus de trois cents avions de combat), mais pas de jambes, ni même d’yeux, se reposant sur leur allié américain pour l’essentiel du renseignement. Demain, elles se seront affranchies de ces limitations paralysantes.

4Vers 2010-2015, les programmes d’armements actuellement en cours de réalisation feront du Japon une des plus grandes puissances navales de la planète. Il sera en passe de disposer de quatre task forces classiques autour de quatre bâtiments (nom de code : DDH), dont les deux premiers seront déployés en 2008 et 2009. Présentés comme des « destroyers porte-hélicoptères », ces bâtiments sont en réalité construits sur les plans des porte-avions britanniques du type Invincible qui ont gagné la guerre des Malouines, dont chacun peut emporter vingt-deux Sea Harriers à décollage vertical ; l’acquisition d’une partie de ces appareils est déjà programmée. Ces bâtiments seront escortés de tous les bâtiments nécessaires à les servir et à les protéger – destroyers, frégates, pétroliers ravitailleurs et appareils de lutte anti sous-marine. La couverture anti-aérienne sera assurée par des destroyers de la classe Kongô, les plus puissants du monde avec leurs 7 500 tonnes, équipés du système Aegis capable de « traiter » jusqu’à deux cents cibles en même temps ; le Japon en possède déjà quatre, et va doubler ce chiffre. Chaque groupe comportera aussi un très gros bâtiments de transport (type Osumi : 8 900 tonnes), capable de faire décoller des hélicoptères et de débarquer des chars lourds ou des hydroglisseurs de combat, dont le Japon prévoit de construire quatre ; officiellement destinés à des missions « humanitaires » ou à l’évacuation de réfugiés en milieu hostile, les Osumi ont toutes les capacités à être le noyau d’une force de débarquement capable de projeter au loin plus d’un millier d’hommes et leur matériel lourd, sous la protection de l’artillerie lourde et des missiles des Kongô. L’interopérabilité très poussée de cette puissante marine avec l’US Navy (le Kongô est un modèle américain) lui permettra d’opérer avec celle-ci dans l’Ouest du Pacifique et dans l’océan Indien. Aucun pays riverain ne sera de taille à rivaliser avec elle, quels que soient les efforts déployés par la Chine pour développer les moyens (observation, flotte sous-marine, missiles) de lui faire échec.

5L’armée de l’air, qui a procédé ce printemps à ses premiers exercices de ravitaillement en vol, pourra opérer au-dessus de toute l’Asie, et au-delà ; une flotte de gros porteurs C-130, dont elle possède déjà quinze (autant que la France), lui permettra de contribuer à une projection de force. L’armée de terre, dont le rôle ne sera plus d’attendre l’arme au pied une improbable invasion de l’archipel, aura gagné en mobilité. Elle sera dotée de commandos de choc, dont l’embryon est déjà constitué par des unités mises sur pied depuis 1998 – en principe pour épauler la police dans des missions antiterroristes sur le territoire national, mais dont les équipements surdimensionnés semblent adaptés, eux aussi, à une projection dans des conditions de combat extrême, y compris en milieu chimique. Des satellites militaires, dont le premier a été lancé en avril 2003, donneront à ces forces armées transformées les yeux qui leur font défaut aujourd’hui.

6Même si l’opinion demeure plutôt pacifiste (une courte majorité désapprouve l’envoi des forces armées en Irak), cette métamorphose de l’instrument militaire ne rencontre plus guère d’opposition. Les bagarres qui ont mis aux prises quelques députés de gauche avec leurs collègues gouvernementaux lors du débat sur l’envoi des forces armées en Irak avaient tout l’air d’un baroud d’honneur. Depuis la disparition du Parti socialiste, le pacifisme organisé est moribond au Japon, tout comme la vieille génération de politiciens conservateurs qui abhorrait la guerre pour en avoir connu les horreurs. Au Parti libéral-démocrate comme à la Défense et aux Affaires étrangères, les problèmes militaires ont été pris en mains par de jeunes spécialistes dont certains pourraient être les cousins des idéologues néoconservateurs qui entourent George Bush. Comme eux, s’ils ne sont pas nombreux, ils sont bien organisés et très motivés. Ils viennent d’une génération qui a balayé le traumatisme de la défaite et n’a pas été imprégnée du pacifisme qui l’a suivie. Sa vision des réalités internationales a été forgée par l’humiliation née de la crise économique, l’isolement frustrant du Japon lors de la première guerre du Golfe et la menace que constitue la proximité immédiate de la Corée du Nord. Ils ont refermé, pour ce qui les concerne, la parenthèse idéaliste qui a suivi la défaite, et renouent avec l’école de pensée qui a guidé l’action extérieure du Japon depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à Hiroshima : un pragmatisme au service de la seule puissance nationale qui, entre assassinats de dirigeants étrangers (la reine de Corée en 1895), violations des normes internationales (l’attaque-surprise sur Port-Arthur en 1904 et celle sur Pearl-Harbour), dénonciations unilatérales des traités (les accords de Washington sur la limitation des armements navals) et mépris des organisations internationales (la rupture avec la SDN en 1931), n’est pas sans rappeler la doctrine qui prévaut aujourd’hui à Washington. Et ce n’est pas un hasard si une centaine de parlementaires, appartenant aussi bien au PLD qu’à l’opposition et parmi lesquels l’actuel ministre de la Défense, viennent de publier une déclaration qui demande que la « frappe préventive » – pilier de la doctrine de défense « à la Rumsfeld » – soit reconnue comme un moyen légitime de « l’autodéfense » à laquelle le Japon est tenu, par sa Constitution, de borner les missions de ses forces armées...

7La défense antimissile restera le seul point faible de l’archipel, dont les mégapoles sont mortellement vulnérables à quelques coups au but des armes de destruction massive dont disposent ses voisins immédiats – Corée du Nord, Chine et Russie. Pour s’en protéger, il pourrait s’associer pleinement au projet du système de défense antimissile américain, auquel il n’apporte aujourd’hui qu’une contribution limitée et réticente. Mais ce bouclier du futur est encore très loin d’être opérationnel. Son coût sera énorme et sa fiabilité jamais totale, surtout pour un territoire aussi vulnérable et si proche des bases de lancement adverses que le Japon. Sa mise en place dans l’archipel provoquerait l’opposition farouche de la Chine. Surtout, en optant pour ce système, Tôkyô resterait dépendant d’un partenaire dont l’intérêt est de garder le doigt sur la gâchette pour s’assurer de son obéissance : en l’État actuel du projet, il est prévu que les informations sur d’éventuels départs de missiles agresseurs soient toutes envoyées au centre nerveux du système, aux États-Unis, qui les traitera et donnera les ordres de riposte. Ce processus implique un délai dangereux et, surtout, il laissera le Japon sous la coupe de son partenaire dominant.

8L’autre option est la dissuasion nucléaire. Le Japon peut s’en doter en très peu de temps et à bien moindres frais pour ses finances sinistrées par la crise. L’allergie nationale au nucléaire constitue un obstacle de taille, mais le tabou est tombé depuis longtemps au PLD, et le comportement imprévisible d’une Corée du Nord surarmée rend l’opinion plus malléable. En outre, un pays peut fort bien devenir puissance nucléaire sans le déclarer, à l’exemple d’Israël ou, jadis, de l’Afrique du Sud, et l’opération pourrait bénéficier de l’aveuglement volontaire d’une opinion qui s’accommode déjà, depuis des décennies, de la présence occasionnelle dans les ports japonais de bâtiments de la 7e flotte dont personne ne doute qu’ils soient porteurs d’armes atomiques en violation des « principes non nucléaires » auxquels Tôkyô affirme se tenir. L’hypothèse d’un consensus national sur la bombe n’est plus aujourd’hui invraisemblable, et le sera encore moins demain si ce qu’on n’ose plus appeler l’« ordre mondial » continue d’évoluer vers un jeu de rapports de forces brutaux.

9Au premier jour de ce siècle, bien peu d’analystes avaient prévu l’expansion de la surpuissance américaine sous la forme que lui ont donnée les attentats du 11 septembre et l’État-major néoconservateur de George Bush. Encore moins ont exploré les conséquences que pourrait avoir dans la prochaine décennie, pour la manifestation de la puissance japonaise au plan international, la combinaison de trois facteurs : l’arrivée aux commandes d’une génération libérée du traumatisme de la défaite et frustrée par la crise ; la levée des inhibitions pacifistes et la mise en place d’un outil militaire qui, d’ici une quinzaine d’années, ne le cèdera peut-être qu’à celui des États-Unis pour la puissance navale ; enfin, le rééquilibrage de la puissance en Asie qui accompagne le décollage économique de la Chine ou les convulsions qui se produiront s’il avorte. Il y a là bien davantage de facteurs d’incertitudes qu’il n’y en avait, en apparence, aux États-Unis avant le 11 septembre. Raison de plus pour n’exclure aucun des futurs possibles – sans pour autant s’en alarmer.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540