Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie II. Enjeux nationaux et stratégiques

Chine-Japon : l’incommunicabilité et ses causes

François Godement

Texte intégral

1Janvier 2005

  • 1 Qui rend aujourd’hui à Ozu, on le sait, un hommage explicite avec Café Lumière.

2Pour comprendre ce que pourraient être les rapports entre la Chine et le Japon, il suffit d’aller voir les films de Hou Hsiao-hsien ou d’Edward Yang, les deux plus grands cinéastes taïwanais, natifs l’un du Guangdong, l’autre de Shanghai. La Cité des douleurs du premier y présente, à travers les rapports d’un médecin hospitalier et d’une infirmière, une vision non-conformiste de la présence japonaise à Taïwan, tandis que Yiyi, du second, exalte le savoir d’un vieux maître japonais appelé à la rescousse d’une petite entreprise taïwanaise. L’un comme l’autre cinéaste ont excellé dans la peinture désolée de liens familiaux ancestraux en voie de rupture devant les assauts de la société moderne – comme leur maître commun Ozu, quasi inventeur à lui seul de la photographie géométrique abstraite à partir de trains et de voies ferrées, figurant autant de couteaux qui transpercent la société traditionnelle : le Voyage à Tôkyô, prototype de la migration et de la perte des repères affectifs, a inspiré les œuvres de Hou Hsiao-hsien1 : comme d’Edward Yang. Dans l’autre sens, il est à peine besoin de souligner les vagues historiques de retour de la culture japonaise vers la matrice chinoise, qui viennent contrebalancer le solipsisme de l’identité japonaise et le mythe de l’auto-engendrement impérial. Voyageant vers Dunhuang et ce qui est le site artistique essentiel de la route de la soie à l’été 2001, nous voisinions avec les très âgés, très distingués et sans doute très riches membres de la société japonaise de protection du site, un groupe accueilli en fanfare à l’aéroport : les rapports sino-japonais y apparaissaient bien différents et bien plus nuancés que ce que mettent en valeur les propagandes. Il y a un mouvement de retour de la culture japonaise, comme de la culture et de la société sud-coréenne, vers le continent chinois qui représente une nouvelle greffe de rameaux interrompus par l’histoire.

3Pourquoi rappeler ces évidences culturelles ? Parce qu’elles sont le plus souvent taboues dans l’expression politique chinoise contemporaine. À Taïwan aussi, le régime Kuomintang a multiplié les films patriotiques commémorant la guerre sino-japonaise, et très généralement voilé pour les besoins de la cause les innombrables liens maintenus ou recréés avec le Japon d’après-guerre. En Chine populaire, la légitimité du régime repose autant sur la guerre de résistance antijaponaise que sur la révolution sociale, et depuis la fin du maoïsme et le déferlement du capitalisme globalisé, c’est sans doute le premier pilier qui est le plus sûr. Ce n’est pas seulement le souvenir bien réel, pour la vieille génération, des atrocités de la conquête et de la guerre japonaise qui joue, mais l’omniprésence, dans les manuels d’histoire, la muséologie et les bandes dessinées, du souvenir de ces atrocités qui forme la jeunesse chinoise : par contraste, le rappel des traités inégaux, des concessions étrangères et de la semi-colonisation paraissent presque abstraits et désormais moins émotionnels. On relèvera, bien sûr, que passé le moment de vérité de la « littérature des cicatrices » chinoise après 1978, et l’irruption des critiques dans les médias officiels, cette même propagande et ces mêmes manuels d’histoire ne disent absolument plus la vérité sur les crimes collectifs de l’ère maoïste. Une société qui censure officiellement la vérité historique la concernant et reste ainsi fidèle à l’héritage de la dictature ne peut entamer de front le processus de dialogue avec l’ennemi historique. On parle souvent, et aujourd’hui en particulier en Chine, de l’impossibilité qu’aurait le Japon de faire face à son passé de l’ère militariste impériale : et c’est vrai que le courant révisionniste est large et intimidant, même si, par exemple, les manuels d’histoire souvent cités comme pièces à conviction de ce délit de révisionnisme ne représentent finalement que moins de 10 % des ouvrages en circulation dans les écoles.

4Mais on parle moins souvent de la paralysie et du conformisme chinois devant l’histoire. Or le régime use et abuse de la légitimité issue des griefs historiques et de la culpabilité bien réelle du Japon militariste : c’est après tout une recette qu’ont aussi utilisé les régimes communistes européens depuis 1945, bloquant jusqu’en 1989 leur propre évolution historique au nom de ce souvenir. La différence avec l’URSS et l’Europe de l’Est, c’est que ce qui était une culture de victime historique est aujourd’hui célébré à tout propos au sein d’une Chine en ascendance rapide, y compris par rapport à l’ensemble de ses voisins asiatiques. La commémoration et la répétition des griefs deviennent l’aliment essentiel d’un nationalisme jeune et agressif, qui est une des orientations possibles du système politique chinois.

5Qu’un arbitre déplaise au cours d’un match de football sino-japonais, qu’un groupe d’étudiants nippons s’exhibe sur scène en tenue jugée légère, que des ouvriers chinois meurent en exhumant (dans le cadre d’un projet sino-japonais avec l’aide officielle de Tôkyô) des obus chimiques enterrés depuis la guerre du Pacifique, que le Japon ose faire à la Russie d’avantageuses propositions commerciales en vue de construire un pipe-line vers Nakhodka sur la côte sibérienne, que l’ancien président taïwanais Lee Teng-hui (fortement lié au Japon et à sa droite politique) obtienne un visa d’entrée dans l’archipel, et les trompettes de la propagande se déchaînent. La fameuse opinion publique chinoise, dans une société où le régime censure la plupart des sondages et réprime fortement l’accès à Internet, est par contre entièrement libre d’exhaler rancœurs et surenchères patriotiques dans des forums d’opinion où l’expression d’opinions démocratiques est par contre impossible. Le cœur sur la main, représentants officiels et lobbyistes chinois dans les sociétés occidentales vous expliquent ensuite que le gouvernement chinois est face à une opinion publique bien plus radicalement opposée que lui même au Japon, alors que ce même gouvernement a véritablement tout fait pour encourager ce déferlement, et lui seul, au sein d’un système politique encore très contrôlé par ailleurs.

6Aujourd’hui, la « montée pacifique » de la Chine, qui apparaît comme le deuxième centre économique de l’Asie, mais doté d’un dynamisme plus évident que l’économie japonaise, et le « retour à l’État normal » d’un Japon dont les difficultés depuis plus d’une décennie estompent le sentiment de culpabilité historique, deviennent deux courants qui s’alimentent réciproquement. Disons-le, les conséquences géopolitiques et géoéconomiques de cette dérive ne déplaisent pas toujours aux acteurs tiers : l’Amérique peut renforcer sa symbiose économico-monétaire nouvelle avec la Chine tout en verrouillant plus que jamais une alliance stratégique nippo-américaine ; les entreprises européennes peuvent espérer concurrencer des firmes japonaises pourtant bien plus proches de la Chine en capitalisant sur le réflexe anti-japonais ; l’Asie du Sud-Est bénéficie au fond de la concurrence sino-japonaise en matière d’assistance économique, de libéralisation commerciale et de diplomatie régionale.

7D’un point de vue chinois, la rivalité régionale peut en effet prolonger pour l’avenir les reproches historiques. Le Japon est en Asie le hôtai, soutien caché, de Taïwan quoiqu’en dénie la diplomatie japonaise officielle. C’est encore et pour longtemps le « porte-avions insubmersible » de l’alliance nippo-américaine qu’avait souhaité après-guerre le jeune Yasuhiro Nakasone. C’est aussi, on l’oublie un peu dans une Europe aux préoccupations essentiellement mercantiles en Asie, la première démocratie asiatique : or, de l’Asie du Nord-Est à l’Asie du Sud-Est, le modèle et les institutions démocratiques sont en ascension rapide, et cette évolution est tout aussi frappante que l’ascension économique d’une Chine encore autoritaire. Il y a donc, de part et d’autre, un affrontement de volonté et d’obstination : l’affaire du temple Yasukuni, où ce tacticien brutal qu’est le Premier ministre Koizumi oppose au fond une version japonaise de l’adage « right or wrong, my country » à l’instrumentalisation politique du reproche historique en est un excellent révélateur.

  • 2 Nouvelles de Chine (accessible à www.centreasie.org) a fait depuis près de deux ans la chronique d (...)

8Le pire est très loin d’être sûr. Du centre même de la nouvelle culture stratégique chinoise émergent des réflexions beaucoup plus sophistiquées sur la complémentarité sino-japonaise, et une certaine mise en perspective de la dimension populiste et de propagande des courants anti-japonais2. Les liens économiques – pour lesquels le Japon avait pris la tête de l’ouverture chinoise au début des années 1980, avant de revenir en arrière – sont un ciment puissant. Il serait pourtant illusoire, et bien réducteur, de croire que la problématique des rapports sino-japonais est soluble dans les seuls intérêts économiques qui peuvent être partagés par les deux pays.

Notes

1 Qui rend aujourd’hui à Ozu, on le sait, un hommage explicite avec Café Lumière.

2 Nouvelles de Chine (accessible à www.centreasie.org) a fait depuis près de deux ans la chronique du débat chinois entre partisans d’un « cours nouveau » (« xin shiwei ») à l’égard du Japon et tenants de la thèse d’une rivalité insoluble. À la différence du Japon, ce débat ne s’étend pas ouvertement à une classe politique dont l’expression, sur des sujets aussi brûlants, est évidemment collective et contrôlée.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540