Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie I. Dynamiques régionales et mondialisation

L’OSCE et la présidence kazakhe en 2010

Wanda Dressler

Texte intégral

1Avril 2010

2Ce pays, presque inconnu du grand public, assure cette année la présidence de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Organisme reconnu au titre de l’accord régional de la Charte de l’Organisation des Nations unies, il propose aux pays du continent européen et à ceux issus de l’ex-URSS, depuis 1994, suite à l’Acte final d’Helsinki, un espace de dialogue et de prise de décision dans la prévention des conflits, la gestion des crises et le relèvement post-conflit (dimension humaine, politico-militaire, économique et environnementale de la sécurité régionale). On peut s’étonner que cette responsabilité ait été donnée à cette jeune nation musulmane qui vient de gagner son indépendance (1991). Un bref retour historique nous fera comprendre son étonnante trajectoire.

3À la croisée des civilisations chinoise, turque, russe et persane, le Kazakhstan est un immense territoire steppique qui a abrité la plus grande population nomade du monde jusqu’à l’orée du XIXe siècle. Sédentarisée de force sous le soviétisme, elle affronte depuis 1991 les affres de l’héritage de ce régime et ceux de la globalisation ultralibérale.

4Mais avec des atouts considérables que bien d’autres nations lui envient : neuvième plus grand pays du monde (2,7 millions de km2), avec une population de 17,1 millions d’habitants en 1991, réunissant plus de cent trente nationalités et confessions, le Kazakhstan a le privilège de contenir les dernières réserves pétrolières du monde, largement inexploitées car enclavées (quatorzième exportateur de pétrole), des ressources minérales exceptionnelles en uranium (deuxième place), zinc et manganèse (quatrième), plomb, cobalt et fer (septième), or (huitième) et gaz (quinzième), sans compter un grand potentiel agricole.

5Ce pays n’a pas eu, jusqu’en 1991, la libre jouissance de ses ressources ni de son développement puisqu’il était intégré dans le vaste complexe militaro-industriel de l’Empire soviétique. Douloureuse expérience qui s’est soldée par la décimation du tiers de la population nomade, confrontée à la famine ou fuyant la collectivisation et la violente répression qui suivit ses révoltes répétées, et par la transformation de son territoire en un immense goulag : les « traîtres à la révolution », Ukrainiens, Polonais, Allemands de la Volga, furent emmenés au Nord, lâchés, sans papiers d’identité, dans une nature très rude où il fallut construire toute l’infrastructure d’un pays industriel et agricole. Coréens et Ouïgours fuyant la partition coréenne et la répression chinoise au Xinjiang trouvèrent refuge au Sud. La campagne des terres vierges, qui devait fournir l’Empire en céréales dans les années 1950, eut pour résultat l’épuisement rapide de la faible couche arable de la steppe. Un polygone d’essais nucléaires à ciel ouvert, près de l’Altaï, a laissé une nature contaminée pour des milliers d’années. L’exploitation intensive mal régulée du coton a conduit à l’assèchement de la mer d’Aral…

6Cette souffrance partagée et endurée par le peuple kazakh a forgé le Kazakhstan moderne. En 1986, sous la perestroïka, c’est la première République à donner le coup d’envoi d’une révolte estudiantine quand M. Gorbachev limoge le Premier secrétaire kazakh Dinmukhamed Khonaev pour le remplacer par un Russe, G. Kolbin.

7Cette jeune nation, sous la toute nouvelle présidence de Noursoultan Nazarbayev, réformateur issu du cercle dirigeant du parti, prend le contrôle de la situation et s’illustre par des décisions emblématiques et stratégiquement importantes : dès son arrivée au pouvoir, M. Nazarbayev affirme sa volonté de gérer pacifiquement le pays en renonçant aux armes nucléaires. Le 29 août 1991, il obtient la fermeture du polygone de Semipalatinsk, demandée depuis 1989 par le mouvement Nevada-Semipalatinsk, conduit par l’écrivain Olzhas Suleïmenov avec les militants anti-nucléaires du Nevada.

8À l’opposé de la plupart des pays producteurs de pétrole, dont les élites ont mal géré leurs ressources, et des autres pays en transition, qui ont opté pour la thérapie de choc, le nouveau président choisit un scénario de développement par étapes, « Kazakhstan 2030 », pour se donner le temps de hisser son pays au rang des grandes puissances mondiales. Il adopte une politique étrangère multilatérale pour échapper à l’emprise russe, tout en proposant à la Russie une alliance sans faucille ni marteau au sein de la Confédération des États indépendants, conscient de la nécessité de reconstruire l’espace eurasiatique à l’instar de l’Union européenne, qui est pour lui le modèle.

9Contredisant les pronostics les plus sombres des experts européens, qui prédisaient un scénario d’éclatement, il dote son pays d’une Constitution centralisée à la française, crée une nouvelle capitale, au Nord, proche des zones de turbulence où les populations russes, majoritaires, et cosaques s’agitent pour demander leur rattachement à la Russie, renonçant à sa capitale construite le siècle dernier au Sud pour contrer le péril chinois. Il dissocie la citoyenneté kazakhstanaise du peuple de culture kazakhe, pour créer une citoyenneté inclusive de toutes les populations résidant dans la République et couper court aux velléités de sécession. Il érige en idéologie d’État la notion d’Eurasie, à qui il donne une signification à l’opposé de celle que la Russie donne elle-même à l’eurasisme russe, idéologie impériale de substitution, aux lendemains de son implosion. Il crée l’Assemblée des peuples du Kazakhstan, dont il devient le président, pour gérer au plus près les cent trente groupes ethniques et confessionnels. La culture étant pour lui intimement liée à la religion, il commande la construction d’une pyramide de la paix et de la concorde et y convie toutes les religions mondiales et traditionnelles à un rendez-vous triannuel pour réfléchir sur la régulation des conflits religieux. Il tente de théoriser le modèle kazakh en modèle de coexistence et de tolérance interethnique, dans la nouvelle route qu’il se trace « vers l’Europe ».

10Il est important de comprendre cet aspect de la politique kazakhe pour saisir l’essentiel des missions de régulation des conflits que se donne cette présidence de l’OSCE, à commencer par le conflit afghan et israélo-palestinien. Mais c’est sans doute à son histoire lointaine, à sa culture profonde, que l’on doit cette aspiration à la tolérance par delà les souffrances endurées qui ont contribué à sceller le destin actuel des kazakhstanais.

11Entre nomadisme et sédentarité, la civilisation des Scythes laisse la place à celle des Sarmates puis des Turcs, dont l’influence remonte au VIe siècle, date de l’incorporation du territoire kazakh au kaghanat turc (à l’origine des sultanats Seldjoukide au XIe siècle et Ottoman au XVIe siècle). L’Islam, apparu au VIIIe siècle, s’épanouit surtout au XIIe siècle à partir de la ville de Turkestan sous les efforts de Khodja Akhmet Yasawi, qui diffuse un islam soufi, tolérant à l’égard des femmes et des lettres, fécondant des grands esprits comme Abu-Nasr al-Farabi.

12Les conquêtes et alliances à des tribus extérieures, d’origine chinoises et mongoles continuent du XIIIe au XVe siècles. La région fut gouvernée par Genghis Khan seulement de 1219 à 1221, puis divisée entre ses fils : la désintégration du kaghanat laisse derrière lui des groupes d’éleveurs nomades, conduits par un khan, affectés sur certains territoires. Les tribus appelées Kazakhes sont d’abord incorporées dans un khanat sous une juridiction ouzbèke au centre et au Nord-Est du Kazakhstan actuel : au XVe siècle, le khanat ouzbek est le seul qui soit assez solide pour qu’une nationalité prenne forme. Ces tribus kazakhes feront ensuite partie d’un khanat kazakh, qui gagne son indépendance dans les années 1456-1465 et s’étend au Sud-Est actuel du pays, à proximité d’Alma-Ata (Almaty aujourd’hui). Le processus d’extension du khanat kazakh vers l’ouest est tenté après la chute de la Horde d’or à la fin du XVe siècle.

13Il se dote d’un code en 1520 et se maintient pendant deux siècles. On date l’apparition des trois Jouzes actuelles entre la dislocation de la Horde d’or et le début du XVIIIe siècle (les Jouzes, traduites par « hordes » en français, demeurent encore de nos jours des entités politico-familiales influentes, associées étroitement aux territoires où habitent les Kazakhs). Les menaces réitérées des tribus mongoles Djoungars, à la fin du XVIIe siècle accélèrent la demande de protection faite aux Russes, qui se transforma de fait en conquête, et l’on peut dire que, jusqu’à la soviétisation, « l’osmose » entre les deux peuples fut secouée de révoltes sporadiques liées à la progression de la colonisation agricole et militaire russe menée par les cosaques jusqu’au début du XXe siècle, dans ces avant-postes de l’Empire ottoman d’une importance stratégique grandissante.

14Elle a fécondé au passage de grands esprits, au contact de ses illustres exilés : un des plus célèbres fut Chokan Valikhanov, compagnon de Dostoïevski dans son exil. Ouvrant ainsi une fenêtre sur l’Occident, elle contribue à ce que les Kazakhs appellent les Lumières kazakhes. Un personnage en est devenu le symbole : Abai Khunanbayev réalise le passage au tournant du siècle de la culture orale à la culture écrite, et met au service du peuple son immense culture entre Orient et Occident. Il diffuse même, dans la steppe, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

15Aussi, dès les premiers sursauts de la révolution de 1917, l’intelligentsia kazakhe éduquée à Saint-Pétersbourg produit une floraison de militants de l’émancipation des peuples, à l’origine d’un mouvement culturel très puissant qui jette, dans les années 1920, les bases d’une philosophie de la coexistence multiculturelle des peuples. Première exposée aux purges staliniennes, son message disparaît. Il est réhabilité de nos jours : ses successeurs spirituels perpétuent l’image d’une culture kazakhe, profonde et riche, où la tolérance est la valeur suprême.

16C’est cette culture de la steppe que cette présidence de l’OSCE nous invite à connaître, à travers l’action proposée par son président qu’illustre cette phrase d’Olzhas Suleïmenov, un de ces ardents continuateurs, actuel ambassadeur permanent de la République du Kazakhstan auprès de l’Unesco à Paris : « Les souffrances que le peuple Kazakh a connues sont si terribles que les douleurs des autres peuples nous sont familières. Nous sommes très proches des autres peuples et […] favorables à l’idée du rapprochement de toutes les cultures du monde ».

17Le même auteur, dans Le livre de la glaise, écrit aussi : « Le nomade historique est une réalité qui a chaque jour plus de complexité. Il est désormais à l’étroit dans le cadre des représentations traditionnelles des savants à l’ancienne. On n’a encore qu’une idée très faible du rôle qu’il a joué dans l’histoire de l’humanité. » Dans l’élan donné par cette présidence qui organise un sommet sur la tolérance à Astana en juin 2010, l’Unesco ouvre l’année du rapprochement entre les cultures par un concert de musiciens kazakhs virtuoses, salle Gaveau, le 27 avril 2010. Elle va instituer le 29 août « Journée internationale contre les essais nucléaires ». Le Kazakhstan va présider en 2011 l’Organisation de la Conférence islamique (OCI)… L’actualité sur le Kazakhstan va donc être très riche en événements qui invitent à poursuivre la découverte de ce pays.

Auteur

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540