Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Espagne méditerranéenne

Discussion

Texte intégral

Espagne méditerranéenne

J. Estevez

1Je voudrais indiquer que pour la grotte de Mallaetes, dans un niveau épipaléolithique, Davidson a cité un nombre plus élevé d’ovicapridés que de bouquetins, 25 ovi-capridés, 2 bouquetins. Par ailleurs j’aimerais savoir si vous avez obtenu déjà quelques datations pour votre séquence de référence de la Cocina.

J. Fortea-Perez

2Pour le moment nous n’avons pas de datation absolue à la Cocina. Nous interprétons la Cocina du point de vue de la chronologie relative donnée par la stratigraphie. Nous faisons confiance prioritairement à la chronologie relative et puis nous verrons ce qui se passe avec le l4C, qui est en train d’être traité. L’étude faunistique de Mallaetes sera publiée mais aussi celle de tous les gisements paléolithiques et épipaléolithiques de la région de Valence.

G. Camps

3Je me réjouis de ce que Mme Olaria et M. Gusi aient exprimé des idées que ma femme et moi-même avons affirmé depuis près de 20 ans en ce qui concerne la proximité culturelle et géographique de l’Espagne du Sud-Est et de l’Algérie occidentale en particulier. Seulement je serai peut-être un peu plus prudent que Mme Olaria quand elle fait appel aux datations très élevées du Sahara pour expliquer l’existence - à laquelle je crois - de plusieurs foyers de néolithisation différents et en particulier des cultures céramiques différentes de la civilisation cardiale et aussi anciennes qu’elle. Mais attention tout de même lorsque vous citez Amekni, Tintora et bien d’autres sites du Sahara central, n’oubliez pas que vous êtes dans un ensemble culturel radicalement différent. En Afrique du Nord il faut distinguer tout de même trois choses, grossièrement : un Néolithique méditerranéen, qui est celui qui nous intéresse, le Néolithique dit de tradition capsienne, c’est-à-dire le Néolithique de l’Atlas et le Néolithique saharien ou saharo-soudanais comme nous l’appelons. N’oublions pas tout de même que de Gibraltar à Amekni il y a une distance supérieure à celle de Gibraltar à Moscou. D’autre part, M. Marti a souligné la faiblesse de la technique du microburin dans la fabrication des microlithes de la zone du Levante. Je voudrais qu’il me confirme cela parce que cela me semble étrange étant donné l’aspect de ces microlithes, de ces trapèzes, de ces triangles, de ces lamelles scalènes. J’ai peine à croire qu’ils n’aient pas été obtenus par la technique du microburin.

B. Marti

4Dans les gisements de tradition épipaléolithique de la partie orientale de la péninsule Ibérique, le microburin est présent. On ne le trouve plus dans les gisements du Néolithique ancien aussi appelé Néolithique cardial. Sur mille outils présents à la Cova de l’Or, un seul microburin (un doute persiste encore) a été trouvé. Cependant, la quantité de géométriques y est considérablement importante. On peut dire que la technique du microburin n’est pas associée à ce que nous appelons le Néolithique ancien. En effet cette technique n’a pas été utilisée pour fabriquer des géométriques.

C. Olaria

5Je veux dire à M. Camps que j’ai cité le Sahara comme un modèle de comportement en un autre lieu très différent. J’ai, par ailleurs, rappelé les affinités des céramiques incisées de l’Oranais avec celles de l’Andalousie.

J.-L. Vernet

6M. Yll nous a montré que dans le bassin de l’Ebre il y avait une phase à chêne vert, plus ou moins à 7000 B.P., ce qui confirme tout à fait ce qu’on a vu à la Cova de l’Or, en ce qui concerne l’anthracologie où existe une très forte phase boisée à la base. Deuxièmement je veux poser une question à Mme Dupré parce qu’on peut s’interroger sur l’absence de pollens d’oléa à la Cova de l’Or alors que d’une part on en trouve avec les charbons de bois et que, .d’autre part, Riker Yll trouve également des pollens d’Oleas à la Cova Fosca. D’autre part, lorsque Mme Dupré parle de steppe ou de garrigue quelles sont les associations polliniques qui lui permettent de le dire ? Rencontre-t-on en particulier des espèces de garrigue, comme les bruyères, le carboreum multiflora, le romarin que l’on identifie avec l’anthracologie et qui sont caractéristiques de ces groupements ? Enfin en ce qui concerne la sédimentologie, Mme Fumanal nous a parlé d’un maximum d’érosion au Néolithique final, ce qui suppose donc, si je comprends bien, un début de l’érosion et puis une accélération du processus. Cela m’intéresse parce que comme l’anthracologie met en évidence une progressivité dans l’anthropisation, je voulais savoir si l’on pouvait dater le début de ces processus d’érosion et s’il y avait un parallélisme avec la végétation.

M. Dupré-Ollivier

7Dans la Cova de l’Or, j’ai rencontré quelques pollens d’olea. J’en ai d’ailleurs fait mention lorsque j’ai parlé de la représentation du paysage de sous-bois, d’espèces méditerranéennes thermophiles. Ils ne sont pas en grande quantité. Ensuite, quand je parle d’un paysage découvert, c’est parce que j’ai trouvé à la Cova de l’Or pas mal d’Eri-cacées (peut-être l’erica multiflora), des Liliacées et une grande variété d’Herbacées.

J.-L. Vernet

8Je ne pense pas que les Herbacées ou les Liliacées soient, les Liliacées en particulier, caractéristiques d’un paysage.

M. Dupré-Ollivier

9Je n’ai pas prononcé le mot garrigue exactement, j’ai parlé de surfaces herbacées.

H.-P. Uerpmann

10L’emploi fréquent du terme « socio-économique » m’inquiète un peu. Nous sommes encore loin de saisir les progrès économiques et plus loin encore de comprendre les progrès sociaux au cours du Néolithique ancien en Méditerranée occidentale. Quand je pense à un gisement comme Cova Fosca que j’ai vu il y a 10 ans et qui m’a paru très bouleversé, il me semble qu’il y a encore beaucoup de données à collecter avant de passer aux modèles de domestication en Espagne. Les données de base montrent que nous avons des moutons et des chèvres dans cette région au Néolithique ancien. Ces animaux ne sont pas venus seuls. Ils devaient être amenés par des groupes humains portant aussi leurs idées, leurs cultures. Ignorer ces influences extérieures pour ne garder que l’évolution locale me paraît tout à fait dénué de sens.

J. Estevez

11Une petite réponse. J’ai été également surpris par la présence d’un ovis ancien dans la séquence de Matutano où nous avons une continuité depuis le Magdalénien jusqu’aux niveaux épipaléolithiques.

V. Gonçalves

12M. Marti, je voudrais savoir très concrètement quelles sont les objections précises que nos collègues espagnols ont contre ces datations de Cova Fosca, de Nerja et d’autres sites que l’on place dans le 6e millénaire et plus. Et, à propos du mouton qui semble devoir être vieilli vers le Paléolithique supérieur, quel est exactement l’état de la question en Espagne ? S’agit-il vraiment du mouton, le mouton traditionnel disons ?

B. Marti

13Il est étonnant que personne n’accepte les dates 14C lorsqu’elles sont basses alors que l’on en tient compte lorsqu’elles sont élevées. Je tiens à dire que la méthode du 14C n’est pas infaillible. Et, pour cette raison, il faut prendre en compte la totalité des vestiges archéologiques. Si l’on prend comme modèle la Méditerranée orientale on peut dire : au Proche Orient le Néolithique précéramique et le proto-néolithique sont bien définis. Quant à la néolithisation propre à l’aire occidentale, elle se manifeste en position sensiblement secondaire par rapport au noyau moteur proche-oriental. Ainsi, les vestiges archéologiques du Néolithique ancien de la zone orientale de la Péninsule ibérique sont très différents de ceux du Sud de la France. Par contre on observe des corrélations entre les gisements des Arene Candide et certains de l’Italie. Pour cette raison on ne peut pas parler de faciès franco-ibérique mais de faciès ibérique. Il faut admettre la notion de variabilité dans le monde épipaléolithique et néolithique. Mais on ne parlera ici que de modèle général. Personnellement, je suis en faveur du modèle qui présente la Méditerranée occidentale comme une aire secondaire de néolithisation avec influences externes.

C. Olaria

14Toutes les datations de Cova Fosca ont été faites avec des échantillons de charbons de bois très grands auprès d’un laboratoire américain. On a d’abord publié l’unique échantillon daté de 3760 avant J.C. qui concorde avec l’épicardial, mais cette datation, je dis qu’il est possible qu’elle ait été contaminée car c’est un échantillon cendreux appartenant à une couche remaniée par des fouil-leurs clandestins. Si nous mettons en question toutes les datations qui sont anciennes on peut aussi contester toutes les datations du Cardial. Car si l’on dit que les laboratoires se sont trompés, je dis que les laboratoires peuvent se tromper aussi avec les datations du Cardial. D’autre part les datations de Cova Fosca concordent parfaitement avec les couches mésolithiques antérieures. C’est un habitat en continu et les datations des couches mésolithiques sont parfaitement cohérentes. Je veux dire que si vous pensez à des apports extérieurs, vous ne les avez pas démontrés de façon scientifique car je vois mal l’arrivée de bateaux chargés de troupeaux de moutons avec les sacs de blé sur les bras et les vases du Cardial sur la tête !

S. Tiné

15Vous êtes, vous, espagnols, un peu plus compliqués que nous autres, italiens et français, parce que aux hypothèses « autochtone » et « coloniale » vous ajoutez « le car-dialisme » et « l’anti-cardialisme ». Je voudrais donc apporter une modeste contribution en vue d’apaiser cet antagonisme entre les deux tendances.

16En Italie, la céramique imprimée est parfaitement associée à la céramique lisse dans les mêmes gisements : à Guadone, déjà cité, mais également à Coppa Nevigata. Ma collègue Cipolloni pourrait dire que déjà, dans la phase ancienne du Néolithique, à Rendina (dans le fossé) il y a davantage de céramique lisse que de la céramique imprimée. Dans certaines zones, dans d’autres régions, ces deux techniques (ou ces deux types de céramiques) peuvent être distinctes, et c’est peut-être le cas de l’Espagne côtière et de l’Espagne intérieure. Il me semble donc que le fait d’utiliser de la céramique non décorée ne devrait pas nous étonner.

17Ce qui nous divise tous, il me semble, c’est l’utilisation du 14C, l’usage correct ou non du I4C. Le 14C a d’abord rendu service à la Préhistoire ; maintenant, au contraire, lorsqu’il s’agit de points de détail, il se révèle un désastreux handicap. Notre réunion actuelle pourrait d’ailleurs déboucher sur une prochaine réunion, davantage spécifique, concernant l’auto-règlementation de l’usage du 14C. Jusqu’à quel point une série de dates, traitées comme celles de Cova Fosca, peuvent-elles être avancées à l’appui d’une hypothèse comportant une telle opposition avec toutes celles qui définissent la Néolithisation de l’Occident européen ? Mais ceci n’est qu’une proposition. Ensuite, en ce qui concerne Mme Olaria qui a dit qu’elle ne voyait pas ces néolithiques arrivant dans les bateaux, avec leurs vases sur la tête, leurs enfants aux bras et leurs moutons, c’est en effet une très belle boutade à prendre en considération !

A. Muzzolini

18Il ne faut pas oublier la proximité de l’Afrique pour les céramiques mais tout de même pour les ovicapri-nés je dois dire que nous n’avons en Afrique aucune date antérieure au 5e millénaire pour les ovicaprinés domestiques. Nous avons une date à la grotte Capeletti vers 4800, nous avons une date à Haua Fteah vers 4500 et nous avons une date qui vient de sortir dans les fouilles de Wendorf, très loin dans le désert occidental d’Egypte vers 5800. Nous ne pouvons pas utiliser la voie africaine pour résoudre l’objet de cette controverse ; il reste toute la Méditerranée.

J.-D. Vigne

19Je voudrais simplement intervenir au niveau du transport des animaux. Il n’y a pas besoin d’abord de transporter un troupeau pour peupler toute une région ; il suffit de transporter un très petit nombre d’animaux et même sous forme d’animaux jeunes. D’autre part on a quand même un grand nombre d’exemples aussi bien dans les îles égéennes que dans les îles de Méditerranée occidentale où dès la fin du 6e millénaire ou aux débuts du 5e millénaire on a l’importation d’animaux domestiques et pas des plus petits puisque le bœuf est parmi eux.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search