Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

Espagne méditerranéenne

Le processus de néolithisation et les débuts de la sedentarisation en haute-andalousie

Maria-Soledad Navarrete et Fernando Molina

Résumé

Bien qu’il n’y ait eu que peu de fouilles récentes, il est maintenant possible de déterminer le processus de néolithisation en Haute Andalousie pendant les IVe et Ve millénaires B.C. Les premiers groupes néolithiques à pénétrer la Haute Andalousie, peut-être peu avant le milieu du Ve millénaire, possédaient déjà une économie de production hautement spécialisée, fondée sur des troupeaux de moutons et chèvres, avec quelques bovines et cochons, le tout complété d’un système agraire résiduel sans doute.... La venue d’une céramique cardiale, avec des motifs décoratifs typiques du Levante est à mettre en parallèle avec les premières percées dans cette région. Pendant le IVe millénaire la phase pleinement néolithique de la Culture des Grottes, avec ses manifestations culturelles bien particulières, s’est épanouie à travers la montagne sub-bétique et sur les flancs des massifs côtiers. Pendant la période Néolithique Final, à partir de 3500 B.C., une parfaite adaptation de ces peuplades des régions montagneuses s’est produite, achevant le processus de domestication des espèces locales comme la « capra hir-cus » et déplaçant les espèces apportées tel que le mouton, qui dominait les troupeaux des phases précédentes.

Texte intégral

1L’absence en Haute-Andalousie, de même, qu’en général dans le reste de la Péninsule, à un degré plus ou moins grand, de structures de base à partir desquelles aurait pu s’engager le processus conduisant à la phase véritablement néolithique de la production d’aliments, oblige à considérer le caractère allogène du phénomène de néolithisation dans cette région.

2L’existence dans la Cueva de la Carigüela de Pinar (Grenade) (1) d’un important horizon cardial, clairement apparenté par son contexte culturel et économique à ceux des groupes péninsulaires de Catalogne et du Levant, doit s’expliquer par l’expansion vers le Sud de ces premières communautés véritablement néolithiques, dès la fin du sixième millénaire ou le début du cinquième. Toutefois, on ne dispose pas de données suffisantes pour reconstruire ce processus d’expansion ni les conditions qui ont permis ou favorisé la formation, peut-être dans la première moitié du cinquième millénaire, d’un contexte culturel en Haute-Andalousie nettement différencié de celui des populations mésolithiques autochtones, et comportant toute une série d’éléments de culture matérielle nouveaux et des bases socio-économiques fondamentalement distinctes.

3La Cueva de la Carigüela est le seul gisement andalou qui, tout au long de sa vaste séquence, montre l’évolution culturelle qui s’est produite dans cette région du Néolithique ancien des céramiques cardiales au Néolithique récent, et qui s’est prolongée jusqu’à l’Age du Bronze. Les artefacts livrés par les couches néolithiques les plus profondes (XVI à XIV) sont semblables à ceux que recèlent les autres gisements péninsulaires du même horizon. Ainsi, à côté de la céramique cardiale, abondante et de grande qualité, on trouve des céramiques imprimées avec d’autres motifs et des céramiques décorées suivant d’autres techniques : incisions, décoration en relief, etc. Le gisement se caractérise notamment par le fait que, sur un même vase, se trouvent juxtaposés des motifs décoratifs ocre rouge et des impressions cardiales ; c’est peut-être là l’une des différences les plus évidentes entre le groupe andalou et les autres groupes de la Péninsule. Le pourcentage de céramique décorée est très élevé par rapport à celui des céramiques lisses, mais dans l’un et l’autre cas, les formes sphéroïdales sont les plus répandues.

4En dehors de la céramique, les artefacts sont rares et peu représentatifs ; c’est en particulier le cas des produits de l’industrie osseuse qui ne sont pas significatifs, alors qu’au contraire, ils revêtent une grande importance numérique, typologique et culturelle dans des gisements tels que celui de la Cova de l’Or de Beniarrés (Alicante) (2).

5Par manque d’une étude des restes de céréales découverts dans les couches du Néolithique ancien (3), et par suite du caractère très partiel de l’étude de la faune (4) des niveaux XVI à XIV, il n’est pas possible d’évaluer avec exactitude l’importance économique de ces éléments. Néanmoins, on peut considérer que les résultats rapportés dans l’étude citée ont une valeur indicative. S’il n’était pas aussi approximatif, le pourcentage extrêmement élevé d’animaux sauvages (28,2 pour cent) - les plus répandus étant les cerfs, les taureaux, les sangliers, les chevaux, les chèvres hispaniques et, surtout, les lapins et les lièvres - pourrait être interprété autrement que comme découlant simplement du milieu écologique propre au gisement.

6En ce qui concerne la faune domestique, le pourcentage élevé d’ovins et de caprins (60 pour cent), les premiers étant plus nombreux que les seconds, est à rapprocher d’une activité pastorale qui constituait sans aucun doute la base la plus importante de la structure économique de la communauté néolithique de Cariguela.

7Enfin, s’agissant toujours de ce même gisement, l’absence de restes humains dans les couches correspondant à cette phase du Néolithique ancien donne à penser que ce site servait exclusivement, au cours de cette phase, comme lieu d’habitation.

8Les contreforts de la Sierra Harana abritent également une autre enclave, las Majolicas de Alfacar (Grenade) (5), qui a dû jouer un rôle important dans l’expansion des communautés néolithiques anciennes à travers notre région. C’est dans ce gisement, pour lequel on n’a pas encore de séquence stratigraphique, qu’on a trouvé les éléments qui se rapprochent le plus exactement de ceux du Néolithique ancien de Cariguela. D’une manière générale, l’ensemble matériel de Majolicas permet de penser qu’il a pu se produire en ce lieu une évolution culturelle fort semblable à celle qu’a connue Cariguela entre la première moitié du cinquième millénaire et la fin du troisième millénaire.

9Il convient de tenir compte de la présence sporadique de céramique cardiale dans la Cueva de Malal-muerzo de Moclin (6), dans la région des Montes Occidentales, et, dans la Cueva de las Cabras de las Peñas de los Gitanos de Montefrio (Grenade) (7), dans cette même région, ainsi que dans les terres de Alhama, autour de Cacin. (8). La dispersion même de ces trouvailles, qui s’étendent jusqu’à la Cueva de las Goteras de Mollina, au Nord de la Province de Málaga, et jusqu’à la Cueva del Higuerón (10) et la Cueva de Nerja, (11) dans la zone côtière de cette même province, peut être révélatrice d’une pénétration profonde du complexe cardial en Haute-Andalousie qui permettrait de mieux expliquer, en même temps, la vaste expansion et la grande homogénéité des communautés néolithiques plus avancées du Néolithique moyen.

10L’identité des techniques et des motifs - qui comportent des impressions de natice, si caractéristiques du cardial Levantin - entre un vase de la Cueva de Malal-muerzo (12) et un fragment de la Cueva del Higueron (13) nous inciterait à situer l’origine de l’horizon cardial andalou dans la région du Levant.

11Il est évident que les nouveaux modes de vie et les nouvelles formes culturelles des communautés néolithiques proprement dites, telles que celles de Cariguela, ont dû provoquer un lent processus d’acculturation des populations indigènes de tradition épipaléolithique. C’est ce que tendent à prouver les séquences récemment observées dans la Cueva del Nacimiento de Pontones (Jaén) (14), dans la Sierra de Segura, et dans l’Abrigo de Valdecuevas (Jaén) (15), dans la Sierra de Cazorla, où, sur un horizon mésolithique de faciès géométrique, se développe un complexe culturel « néolithique avancé », avec des céramiques imprimées et incisées et une économie essentiellement pastorale. Des diverses dates au 14C avancées pour ce complexe de la Cueva del Nacimiento, celles de 5490 ± 120 av. J.C. et 4830 av. J.C. nous paraissent trop reculées et il nous semble plus cohérent, compte tenu du contexte, de dater de 3990 ± 110 av. J.C. le niveau I de la séquence.

12A partir de la fin du cinquième millénaire, le Néolithique ancien évolue vers de nouvelles formes culturelles propres aux groupes de la culture dite des « cuevas » du Néolithique moyen, qui s’est répandue largement et de manière uniforme à travers toute la Haute-Andalousie pour atteindre les chaînes de montagnes littorales des provinces de Grenade et de Málaga.

13C’est dans les hautes montagnes de la région subbétique que l’on trouve la plus grande concentration de gisements. Ceux que l’on connaît jusqu’ici permettent de délimiter diverses zones ou noyaux de peuplement parmi lesquels il est parfois possible, dans le cadre de l’homogénéité culturelle qui caractérise le Néolithique moyen andalou, d’isoler certains éléments originaux ou plus caractéristiques. L’un de ces noyaux est celui de la Sierra Harana où se trouvent, à côté de la Cueva de la Cariguela (qui demeure l’un des sites les plus importants de cette nouvelle phase), la Cueva de la Ventana et, à peu de kilomètres de là, le gisement déjà cité de las Majolicas de Alfacar et la Cueva del Agua de Prado Negro, à Iznalloz. (16)

14Un grand nombre de gisements constituent le noyau de la région de Alhama ; on peut citer, notamment, ceux de la Cueva de la Mujer (17), la Cueva del Agua (18), la Cueva de los Molinos (19), la Sima Rica (20) et la Sima del Carburera (21).

15Vers le Nord-Ouest de la province de Grenade, dans la région des Montes occidentales, où l’on connaissait déjà les Cuevas de las Peñas de los Gitanos de Monte-frio, un autre noyau commence à se dessiner à la suite de la découverte récente de la Cueva de Malalmuerzo et d’autres grottes autour de Moclín. (22)

16A l’extrême Ouest de la région subbétique, dans la Ser-rania de Côrdoba, là où la concentration des gisements suppose un noyau à densité de population notable, se trouvent la Cueva de los Murciélagos de Zuheros (23), importante enclave pour l’étude du Néolithique moyen andalou, ainsi qu’une série de grottes concentrées essentiellement dans la région de Priego (Cueva del Tocino, Cueva de la Majá del Caldera, Cueva de los Mármoles et Cueva de la Murciélaguina), ainsi que dans la région de Rute (Cueva del Canaveralejo et cueva Negra)24

17Dans le Haut-Guadalquivir, l’occupation de la zone prébétique pendant cette phase est mise en évidence par l’existence des rares gisements connus autour de Castillo de Locubin (Cueva del Plato, Cueva de la Chatarra et Cueva de la Murciélaguina), où les ensembles matériels sont pauvres et peu nombreux, ainsi que dans la Cueva de Guadalijar de Huelma (25). Les gisements de la partie Nord-Est de la Province de Jaén, de même que ceux déjà cités de la Cueva del Nacimiento de Pontones et de l’Abrigo de Valdecuevas, présentent un plus grand intérêt.

18On distingue, enfin, le noyau côtier des chaînes de montagnes littorales, géographiquement étendu, qui comprend la Cueva del Capitán (26), près de Salobrena, la Cueva de las Campanas et la Cueva de los Intentos (27), près de Motril, et, surtout, un grand nombre de grottes de la région de Málaga - par exemple, celles de Hoyo de la Mina (Benagalbón), del Higuerôn (Rincôn de la Victeria), del Tesoro (Torremolinos), de los Botijos (Benal-madena), et bien d’autres encore dont la majorité est connue depuis longtemps sans pourtant faire l’objet d’une documentation appropriée (28).

19Revenons à l’évolution culturelle qui se produit en Haute-Andalousie à une date que l’on peut situer approximativement vers 5000 av. J.C. Le passage à de nouvelles formes et à de nouveaux éléments culturels est démontré de manière évidente par la séquence stra-tigraphique de la Cueva de la Cariguela, à partir du Niveau XIII, où la céramique cardiale tend à devenir peu représentative pour disparaître totalement à partir du Niveau XI, alors qu’au contraire, on trouve davantage de céramiques incisées, cordées ou autres que cardiales, qui étaient également présentes, mais de manière moins significative que la poterie cardiale, dans les couches du Néolithique ancien.

20D’autres éléments plus nettement caractéristiques du Néolithique andalou (poteries à anse et à bec, bracelets striés en marbre ou en calcaire, céramiques décorées à l’ocre rouge, etc.), qui ne sont pas absents du site de Cariguela, se trouvent mieux et plus largement représentés tout au long de la séquence de la Cueva de los Murciélagos de Zuheros, dont la période d’occupation a été fixée, d’après toute une série de dates au 14C, entre 4345 et 3980 av. J.C. Vu cette datation lointaine, A.M. Muñoz émet l’hypothèse de l’existence synchrone, au Néolithique ancien de la Haute-Andalousie, de deux groupes de traditions culturelles indépendantes, celui de l’horizon cardial de Cariguela et celui des céramiques à l’ocre rouge de Zuheros (29). A cet égard, et d’accord avec les arguments de B. Marti (30), nous pensons qu’en tout état de cause, ce synchronisme éventuel n’aurait eu lieu que vers la fin du cinquième millénaire, après quoi les complexes néolithiques postcardiaux auraient poursuivi leur évolution. Il est difficile d’accepter un sychronisme antérieur, surtout lorsqu’on tient compte de la superposition évidente à Cariguela, dans les couches postcardiales, de l’horizon du Néolithique proprement dit et de l’horizon cardial.

21Parmi les principales caractéristiques des éléments qui constituent les documents matériels du contexte culturel du Néolithique moyen andalou, il nous faut insister sur la richesse et la diversité des formes, des techniques et des motifs décoratifs de la céramique ; l’un des meilleurs exemples en est peut-être donné par les céramiques à représentations anthromorphes de la Cueva del Agua de Prado Negro (31), dont on peut dire qu’elles sont originales et dont les dessins sont peut-être à rapprocher des peintures rupestres schématiques si abondantes dans la région.

22On trouve moins de nouveautés dans l’industrie lithique ; l’outillage consiste essentiellement en lames de petites et grandes dimensions, parfois employées comme éléments de faux, et comprend aussi quelques pièces microlithiques traditionnelles, telles que grattoirs et perçoirs. Il faut voir dans l’abondance de haches, herminettes et ciseaux à bois, en particulier dans certains gisements, l’existence d’activités liées à l’agriculture, au déboisement et au travail du bois. L’outillage osseux est lui aussi, pour l’essentiel, de type traditionnel. Par contre, les articles d’ornement, en pierre, coquillage ou os - qui n’apparaissent que très sporadiquement au Néolithique ancien andalou, où ils n’ont que peu d’importance par rapport à celle qu’ils revêtent dans les autres complexes cardiaux de la Péninsule - sont maintenant extrêmement abondants, de types variés et certains d’entre eux sont tout-à-fait propres à notre Néolithique ; c’est le cas, par exemple, des bracelets striés, dont les plus beaux exemplaires proviennent de la Cueva de Los Botijos, dans la Province de Málaga (32). Le meilleur répertoire d’articles d’ornement en coquillage est celui de la Cueva del Agua de Prado Negro (33). D’autre part, l’intérêt que présente cet ensemble malacologique, en dehors de la grande diversité des types d’objets, tient au fait qu’il démontre, une fois de plus, l’importance et la fréquence des relations qui ont dû exister entre les groupes du littoral et ceux de l’intérieur du pays, de Prado Negro, par exemple, à une distance considérable de la côte, relations qui doivent s’inscrire dans le cadre d’une certaine activité commerciale.

23On ne dispose pas encore, sur la structure économico-sociale des populations de la Culture des Grottes, d’une documentation suffisante. L’emplacement des sites et les données tirées de l’étude de la faune du Néolithique moyen de Carigüela et de la faune et des dépôts de céréales de la Cueva de los Murciélagos de Zuheros, indiquent clairement l’existence d’une activité pastorale qui devait constituer la principale base économique de ces groupes, à côté d’une agriculture marginale plus ou moins importante selon les conditions écologiques des différents établissements.

24A Zuheros (34), 60 pour cent environ des ossements d’animaux appartiennent à des ovins ou à des caprins, les premiers étant un peu plus nombreux ; ce pourcentage est fort proche de celui enregistré à Cariguela pour les mêmes espèces (50,5 pour cent) (35). Dans ces deux gisements, le pourcentage est également voisin dans le cas des bovidés (15 pour cent à Zuheros et 16,5 pour cent à Cariguela), tandis que pour les porcins il est plus élevé à Zuheros (13 pour cent, contre 6,9 pour cent à Cariguela).

25En ce qui concerne l’agriculture, à Zuheros - où les conditions écologiques ont dû favoriser les cultures céréalières à en juger d’après la taille des grains (36) -les variétés cultivées sont l’épeautre (triticum dicoccum), le blé commun (triticum aestivum) et l’orge nue (hordeum vulgare, var. nudum), c’est-à-dire moins que celles qui étaient cultivées au Néolithique ancien dans le groupe levantin de l’Or ; on peut en déduire qu’une sélection est sans aucun doute intervenue en fonction du milieu.

26Une structure économique de ce genre, où l’agriculture a une importance marginale et où l’élevage joue un rôle fondamental, explique non seulement l’emplacement des gisements, mais encore le type d’habitat dans des grottes ou des abris occupés de manière saisonnière, en raison du caractère semi-nomade de ces populations conditionné par leur régime de vie.

27Bien que nous ne possédions pas d’autre documentation que celle fournie récemment par la découverte de la station de plein air de la Molaina, près de Grenade, au pied de la Sierra Elvira (37), il se peut que les campements saisonniers, dont la fragilité explique qu’il n’y ait pas de vestiges, aient été plus fréquents qu’on ne le croit.

28Les grottes ont été utilisées en même temps comme lieu d’habitation et lieu de sépulture, ainsi qu’on peut le constater d’après l’abondance de restes humains dans de nombreux gisements, encore qu’on ne dispose d’une bonne documentation sur les sépultures en fosses que pour celles de la Cueva del Agua de Alhama (38).

29Vu la séquence de la Cueva de la Cariguela et les dates absolues de l’établissement de los Castillejos de las Peñas de los Gitanos de Montefrío (Grenade) (39) et de la Cueva de Nerja, on peut considérer que c’est à partir de la deuxième moitié du quatrième millénaire que s’engage la dernière étape de l’évolution de la culture néolithique en Haute-Andalousie.

30Il s’agit de l’étape la moins bien connue et manifestement de la plus complexe. La moins bien connue, parce que dans la majorité des gisements, il est difficile, en l’absence de contexte stratigraphique, d’isoler clairement les éléments propres au Néolithique récent, et les séquences stratigraphiques, lorsqu’elles existent, ne sont pas suffisamment solides pour permettre de résoudre nombre des problèmes qui se posent aujourd’hui. Plus complexe du fait que, comme conséquence logique de son caractère transitoire, certains groupes de population perpétuent, dans des contextes de plus en plus appauvris, le mode de vie particulier de la Culture des Grottes, ainsi que leurs traditions profondément enracinées et leur économie fondamentale, alors que d’autres évoluent vers de nouvelles formes de vie et de culture plus ou moins influencées par le nouvel horizon que dessinent, vers la fin du Néolithique, les populations paysannes du Bas-Guadalquivir et de la Culture d’Almeria.

31L’évolution progressive vers ces nouvelles formes apparaît dans la séquence de la Cueva de la Cariguela à partir du Niveau VIII, se reflétant en particulier dans les nouveaux types de céramiques, où dominent nettement les céramiques lisses. L’influence du nouvel horizon de la Culture d’Almeria est démontrée de manière concrète par la présence d’une idole cruciforme en calcaire au Niveau III. A cet égard, les séquences de la Cueva de Nerja et celles récemment déterminées de la Cueva del Coquino de Loja (Grenade) (40) et de la Cueva del Canjorro de Jaén (41) sont également révélatrices.

32Parmi les gisements des provinces de Málaga et de Grenade qui, par leurs ensembles matériels, peuvent se ranger dans le Néolithique récent, il convient de distinguer, par l’importance des trouvailles qui y ont été faites, la Cueva de los Murciélagos de Albuñol (Grenade) (42).

33A la suite des dernières études réalisées, celle-ci s’est en effet trouvée revalorisée par le fait que la datation au 14C a confirmé que les ouvrages de vannerie (43), nombreux et variés, qui s’y trouvent remontent au milieu du quatrième millénaire (3450 av. J.C.). Après la première phase d’occupation, au Néolithique récent, la grotte a dû être utilisée à l’Age du cuivre comme lieu de sépulture commune.

34D’autres groupes de la Culture des Grottes, par exemple celui de la Peñas de los Gitanos de Montefrío et, peut-être, celui du Cerro del Castellón de Campotejar (Grenade) (44), ont connu une évolution plus notable, dans la mesure où celle-ci a non seulement porté sur certains éléments de culture matérielle, mais encore sur la structure économique même et sur le type d’habitat.

35Tout au long d’une séquence, révélatrice à de nombreux égards, de l’établissement de los Castillejos, on voit un groupe de populations dont les manifestations culturelles sont typiques de la Culture des Grottes, passer d’un mode de vie semi-nomade conditionné par une économie pastorale à une sédentarisation croissante rendue nécessaire par la place de plus en plus grande de l’agriculture dans leur structure économique (45).

36Il ne fait pas de doute que le groupe de populations qui a fondé l’habitat en plein air initial, autour de 3200 av. J.C., appartenait aux diverses populations troglodytes qui habitaient les nombreux abris et cavernes de la région, la Cueva de las Cabras ou la Cueva de Las Tontas (46) par exemple. Les habitations, qui sont constituées de frêles structures de matières organiques adossées aux parois rocheuses des ravins coupant les terrasses de los Castillejos, occupaient un espace restreint et irrégulier où l’établissement est devenu permanent et où la population s’est maintenue, acceptant diverses influences extérieures qui ont touché la région aux troisième et deuxième millénaires, et jusqu’à une date avancée de l’Age du bronze.

37L’étude de la faune de la Phase I (Néolithique tardif) (47) révèle que ce groupe possédait une structure économique éminemment pastorale, adaptée à un paysage montagneux et boisé - comme le donne à penser le genre de chasse pratiquée - et s’appuyant sur des troupeaux de moutons et de chèvres (représentant jusqu’au 74,7 pour cent du total de la faune domestique), ainsi que sur un cheptel bovin nettement moins nombreux (7,2 pour cent). Le porc ne représente que 3,6 pour cent. Le pourcentage de la faune sauvage (10 pour cent) est minime par rapport à celui de la faune domestique, les principales espèces étant le lapin, le cerf et le sanglier.

38Aux données concernant la faune que fournit la Phase I de l’établissement de los Castillejos, on peut ajouter maintenant d’autres données intéressantes provenant de l’étude de la faune de la Cueva del Coquino de Loja (48).

39Numériquement, les principaux éléments de la faune de ce gisement sont les suivants : « Capra hircus », « Bos taurus », « Sus scroja domesticus » et « Oryctolagus cuniculus ».

40Parmi la faune domestique, ce sont les ovins et les caprins qui prédominent, la chèvre étant beaucoup plus importante que le mouton. Alors que dans les couches du Néolithique récent la chèvre domestique est très abondante, rien ne confirme l’existence de « Ovis aries », dont la présence est constatée dans les couches supérieures - Age du Cuivre - dans des proportions sensiblement moindres, toutefois, que la « Capra hircus ».

41La « Capra hircus » de Coquino est, selon A. Ruiz Bustos, un animal domestique, mais dont les traits morphologiques rappellent fortement l’aspect général de ses ancêtres sauvages, notamment sa taille, qui est intermédiaire entre celle de la « Capra hircus » et celle de la « Capra pyrenaica », et une ressemblance morphologique notable avec la « Capra pyrenaica » de la région.

42La prédominance marquée de la chèvre sur le mouton à Coquino, ainsi que sa ressemblance morphologique avec ses homologues sauvages de la région, revêtent une importance indubitable. D’une part, face à la domestication habituelle et plus fréquente du mouton à partir du Néolithique ancien, période où il est peu probable qu’il s’agisse d’animaux autochtones, l’abondance de chèvres et l’absence de moutons pourraient s’expliquer par l’existence d’un processus de domestication exercé par la population néolithique tardive du gisement sur les animaux autochtones plus adaptés à l’environnement. La présence de « Ursus arctos » et de « Tetrao urogallus » parmi la faune sauvage donne à penser que les montagnes étaient couvertes de forêts peu favorables au mouton.

43Les bovidés, qui sont abondants au cours de la phase néolithique, présentent des caractéristiques morphologiques semblables à celles des animaux de cette espèce observée dans la Phase I de Montefrío. En revanche, les caractéristiques morphologiques du porc, présent en grand nombre dans la Phase I également de la Cueva del Coquino, laisse, d’après A. Ruiz Bustos, supposer qu’il a pu y avoir une domestication autochtone.

44Eu égard au contexte écologique, la forte proportion, parmi la faune sauvage, de lagomorphes (faiblement représentés à Montefrío) ne peut s’expliquer que par leur présence constante dans le régime alimentaire quotidien, ce qui implique une certaine importance de la chasse.

45Pas plus dans la Phase I de Montefrío que dans celle de Coquino on n’a découvert de traces matérielles d’une activité agricole qui a sans aucun doute existé, comme le prouve l’existence dans la Cueva de Nerja, dans un même contexte culturel tardif, d’un silo à céréales où l’on trouve en abondance l’orge nue et le blé commun, ainsi que quelques noyaux d’olives et des glands (49). Du fait de leur petite taille, on peut penser que ces noyaux d’olives proviennent d’un olivier sauvage ou en cours de domestication.

Bibliographie

Bibliographie

1. Pellicer, (M.), El Neolítico y e! Bronce de la Cueva de la Cariguela de Piñar (Granada), Trabajos de Prehistoria, XV, 1964. Navarrete Enciso, M.S., La Cultura de las Cuevas con cerámica decorada en Andalucía Oriental, 2 vols., Cuad. Preh. Gr. Serie Monográfica, 1, 1976, pp. 85-258, pl. I-CCXVII.

2. Marti Oliver (B.) et col., Cova de l’Or (Beniarrès-Alicante). II, Trabajos Varios, S.I.P., 65, 1980.

3. Navarrete Enciso (M.S.), op. cit., note 1, p. 401.

4. Uerpmann, H.-P., Probleme der Neolithisierung des Mittelmeer-raums, Beihefte zum Tübinger Atlas des Vorderen Orients, Reihe B, Gewissenschatten 28, Wiesbaden, 1977, pp. 153-154 et 177. Uerpmann, (H.-P.), « L’élevage en Méditerranée occidentale », Actes du colloque international de l’Institut de recherches méditerranéennes, Paris, 1977, pp. 87-94.

5. Molina Gonzalez (F.), « Yacimiento prehistórico de Alfacar », XI C.N.A., 1970, pp. 797-810. Navarrete Enciso, M.S., op. cit., note 1, pp. 309-313, pl. CCLXX-CCXCIX.

6. Carrion (F.) et Contreras (F.), « Yacimientos neolíticos en la zona de Moclín, Granada », Cuad. preh. Gr., 4, 1979, pp. 21-56.

7. Il s’agit d’un fragment inédit trouvé par le Professeur Arribas en 1967.

8. Gomez Moreno (M.), « La cerámica primitiva ibérica », Hom. a Martins Sarmento no centenario do seu nascimento, Guimaraes, 1933, p. 133. Le vase de Cacín est également mentionné dans Navarrete Enciso, M.S., op. cit., note 1, pl. CCLX.

9. Navarrette Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pp. 383-385, pl CCCLXXXVI - CCCXC.

10. Lopez (P.) et Cacho (C), « La cueva del Higuerón (Málaga) : Estudio de sus materiales », Trab. Preh., 36, 1979, pp. 11-81.

11. Pellicer (M.), Estratigrafía prehistórica de la Cueva de Nerja. Ia Campaña, Exc. Arq. Esp. 16, 1962, p. 57, fig. 3, num. 7.

12. Carrion (F.) et Contreras (F.), op. cit., note 6, pp. 22-23, fig. 3, 1, pl. IV.

13. Lopez (P.) et Cacho (C), op. cit., note 10, pl. II.

14. Rodriguez (G.), « La Cueva del Nacimiento (Pontones, Jaén) », Saguntum Pap. Lab. Arg. Valencia, 14, 1979, pp. 33-38. Rodriguez, (G.), « La Cueva del Nacimiento. Pontones-Santiago-Provincia de Jaén (España) », Actes du Coll. Intern, de Préhistoire (Montpellier 1981), Archéologie en Languedoc, 1982,pp. 237-252. Asquerino, (M.D.) et Lopez (P.), « La Cueva del Nacimiento (Pontones) : un yacimiento neolítico en la Sierra del Segura », Trab. Preh., 38, 1981, pp. 109-153.

15. Sarrion Montanana (L), « Valdecuevas, estacion Meso-Neolítica en la Sierra de Cazorla (Jaén) », Saguntum Pap. Lab. Arq. Valencia, 15, 1980, pp. 23-56.

16. Navarrete Enciso (M.S.) et Capel Martinez (J.), « La Cueva del Agua de Prado Negro (Iznalloz, Granada) », Cuad. Preh. Gr., 2, 1977, pp. 19-62.

17. Pherson (G.M.), La Cueva de la Mujer. Descripción de una caverna conteniendo restos prehistóricos, descubierta en las inmediaciones de Alhama de Granada, Cádiz, 1870 Navarrete Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pp. 286-299, pl. CCXL- CCLIX.

18. Pellicer (M.) « Actividades de la Delegación de Zona de la provincia de Granada durante los anos 1957-1962 », Not. Arq. Hisp., VI, 1964, pp. 304-350. Navarette Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pp. 259-285, pl. CCXVIII-CCXXXIX.

19. Le matériel, inédit, provenant de ce gisement, se trouve en partie au Musée archéologique provincial et en partie au Département de Préhistoire de l’Université de Grenade.

20. Botella (M.), Martinez (C), Mengibar (J.L.), Gonzalez (M.J.) et Muñoz (M.J), « Nuevos hallazgos arqueológicos en Sima Rica (Alhama, Granada) », Bol. Asoc. Esp. Am. Arq., 13, 1981, pp. 9-17.

21. Le matériel provenant de ce gisement est actuellement étudié par les membres du Département de Préhistoire de l’Université de Grenade.

22. Carrion (F.) et Contreras (F.), op. cit., note 6, p. 33.

23. Vicent Zaragoza (A.M.) et Muñoz Amilibia (A.M.), Segunda campaña de excavaciones. La Cueva de los Murciélagos, Zuheros (Córdoba, 1969), Ecx. Arq. Esp., 77, 1973.

24. Tous ces gisements sont mentionnés dans Arribas (A.), « Das Neo-lithikum Andalusiens », Fundamenta, A3, VII, 1972, pp. 108-127.

25. Navarrete Enciso (M.S.) et Carrasco Rus (J.), « Neolítico en la Provincia de Jaén », Cuad. Preh. Gr., 3, 1978, pp. 45-66.

26. Navarrete Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pp. 301-306, pl. CCLXI-CCLXV.

27. Des matériels inédits provenant de ces gisements se trouvent au Musée archéologique provincial.

28. Navarrete Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pp. 315-392, pl. CCC-CCCXCI.

29. Muñoz Amilibia (A.M.), Consideraciones sobre el neolítico español, Inst, de Arq. et Preh. Universidad de Barcelona, Memoria 1975, pp. 37-38.

30. Marti Oliver (B.), « El Neolítico de la Pénínsula Ibérica. Estado actual de los problemas relativos al proceso de neolitización y evolución de las culturas neolíticas », Saguntum Pap. Lab. Arq. Valencia, 13, 1978, pp. 59-98.

31. Navarrete Enciso (M.S.) et Capel Martinez (J.), op. cit., note 16.

32. Navarrete Enciso (M.S.), op. cit., note 1, pl. CCCXLIII-CCCXLV. Ola-ria de Gusl, (C), Las cuevas de los Botijos y de la Zorrera en Benal-madena. Aportación al estudio de las cuevas Neo-Eneolíticas de la Andalucía Centro-Oriental, Málaga 1978.

33. Navarrete Enciso (M.S.) et Capel Martinez (J.), « El material no cerámico de la Cueva del Agua de Prado Negro (Iznalloz, Granada) », Cuad. Preh. Gr., 4, 1979, pp. 111-132.

34. Muñoz Amilibia (A.M.), op. cit., note 29, pp. 35-36.

35. Uerpmann (H.-P.), op. cit., note 4, p. 177.

36. Hopf (M.) et Munoz (A.M.), « Neolithische Pflanzenreste aus der Höhle Los Murciélagos bei Zuheros, Prov. Córdoba », M.M., 15, 1974, pp. 9-27.

37. Il s’agit d’un campement saisonnier peu développé du point de vue stratigraphique, où les sépultures consistent en fosses individuelles creusées dans la zone d’habitation. On trouvera un compte rendu de l’étude de cet intéressant gisement archéologique dans : Saez (L.), et Martinez (G.), « El yacimiento neolítico al aire libre de la Molaina, (Pinos Puente) », Cuad. Preh. Gr., 6, 1981.

38. Pellicer (M.), op. cit., note 18, p. 326.

39. Arribas (A.) et Molina (F.), El poblado de los Castillejos en las Peñas de los Gitanos (Montefrío, Granada). Campana de excavaciones de 1971. El corte núm. 1, Cuad. Preh. Gr. Serie Monográfica, 3, 1978.

40. L’étude de ce gisement par M.S. Navarrette, entre autres, se trouve dans sa phase finale.

41. On trouvera un bilan succinct de ce gisement, actuellement étudié par J. Carrasco, dans : Navarrette Enciso (M.S.), et Carrasco Rus (J.), op. cit., note 25.

42. Gongora et Martinez (M.) de, Antiguedades prehistóricas de Andalucia, monumentos, inscripciones, armas, ustensilios y otros importantes objetos pertenencientes a los tiempos mas remotos de su población, Madrid, 1868, pp. 25-56.

43. Lopez (P.), « La problemática cronológica del Neolítico Peninsular », en « l4C y Prehistoria de la Peninsula Ibérica. Reunión 1978 », Fundación Juan March, Serie Universitaria, 77, 1978, p. 50, Alfáro Giner (C), « Estudio de los materiales de cestería procedentes de la Cueva de los Murciélagos (Albunol, Granada) », Trab. Preh., 37, 1980, pp. 109-162. Lopez Garcia (P.), « Estudio de la cerámica, industria ósea y lítica de la Cueva de los Murciélagos de Albunol (Granada) », Trab. Preh., 37, 1980, pp. 163-180.

44. Spahni (J.-C), « La cueva sepulcral neo-eneolitica del Cerro del Castellón en Campotejar (Granada) », Speleon, IX, 1958, pp. 85-103. Cette station comprend un établissement à l’air libre dont la séquence pourrait être semblable à celle de Montefrio.

45. Arribas (A.) et Molina (F.), op. cit., note 39. Arribas (A.) et Molina (F.), « Nuevas aportaciones al inicio de la metalurgia en la Peninsula Ibérica. El poblado de los Castillejos de Montefrio (Granada) ». Proceedings of the Fifth Atlantic Colloquium, Dublin, 1979, pp. 7-32.

46. La Cueva de las Tontas, dont l’ensemble matériel est caractéristique du Néolithique moyen et récent, a fait l’objet d’une thèse de licence, inédite, à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Grenade.

47. Uerpmann (H.-P.), « Informe sobre los restos faunisticos del corte n° 1 », en Arribas (A.) et Molina (F.), op. cit., note 39, pp. 153-168.

48. L’étude en a été faite par A. Riuz Bustos ; ses résultats seront repris dans la monographie consacrée au gisement que M.S. Navarrete doit publier en collaboration avec d’autres archéologues.

49. Hopf (M.) et Pellicer (M.), « Neolithische Getreidefunde in der Höhle von Nerja (Prov. Mâlaga) », M.M., 1970, pp. 18-34.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search