Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie I. Dynamiques régionales et mondialisation

Rizicultures asiatiques : permanence d’une céréale essentielle sur un continent en mutation

Guy Trébuil

Texte intégral

1Mai 2011

2Plante domestiquée sur le continent asiatique il y a environ 8 000 à 10 000 ans, le riz (espèce Oryza sativa) constitue toujours au début du XXIe siècle la première céréale de l’alimentation humaine et la principale source d’énergie et d’une part significative des protéines pour quelques 3 milliards d’hommes. Si sa consommation atteint jusqu’à 200 kg de riz blanc par personne et par an dans certains pays en développement d’Asie, elle n’est plus que d’environ 50 kg/tête/an de grain, mais de haute qualité, dans les pays les plus riches comme le Japon. La production mondiale annuelle de riz dépasse 600 millions de tonnes de paddy (le grain entier, avant mouture) et demeure située à 90 % en Asie où les grands pays producteurs sont toujours la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Bangladesh, le Vietnam et la Thaïlande.

3La production cruciale de ce « grain de vie » repose encore sur une myriade de minuscules exploitations agricoles familiales, disposant très souvent de moins d’un hectare de rizière par ménage en Chine et d’environ quatre hectares en moyenne en Thaïlande, bien mieux dotée en terres agricoles. Les rizicultures occupent environ 150 millions d’hectares dans le monde (15 % de la superficie cultivée et près d’un quart du total des surfaces en grains) et mobilisent plus de 200 millions de riziculteurs, parmi lesquels la part des pluriactifs augmente rapidement sur les traces du précédent japonais. Il s’agit donc de la plus importante activité humaine à la surface du globe ! La production est très largement autoconsommée par les ménages rizicoles, qui écoulent leurs surplus sur les marchés locaux et nationaux. Bon an mal an, seulement 6 à 7 % du riz produit sont échangés sur le marché mondial, les principaux exportateurs étant la Thaïlande, le Vietnam, les États-Unis, l’Inde et le Pakistan. Si les pays industrialisés importent quelques millions de tonnes de riz aromatiques basmati ou thaï à haute valeur commerciale, des volumes bien plus importants sont écoulés dans le monde tropical en développement, notamment en Afrique sub-saharienne et au Moyen-Orient. Mais, activité humaine hautement identitaire et profondément enracinée dans les cultures asiatiques qu’elles contribuent à rapprocher (voir la gerbe de riz du logo de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est), il est très fréquent que la petite production familiale des différents socio-écosystèmes rizicoles se perpétue en dehors de tout objectif de rentabilité économique. Ainsi, l’empereur du Japon demeure un riziculteur sacré, et les semailles royales de début mai continuent de marquer le démarrage du cycle rizicole de mousson humide en Thaïlande. Et c’est un fait remarquable dans cette partie du monde abonnée aux taux de croissance à deux chiffres lors des dernières décennies, mais même là où aujourd’hui « les rizières sont sous le béton […], le riz a laissé son empreinte sur nous » écrit S. Rushdie.

4Cette céréale essentielle est produite dans des écologies extrêmement variées, depuis les grandes plaines côtières jusqu’aux terrasses montagnardes à 2 700 mètres d’altitude dans l’Himalaya, et de l’équateur jusqu’à 53 degrés de latitude Nord dans la province chinoise du Heilongjiang. L’écosystème à riz irrigué, où deux ou trois cycles culturaux peuvent se succéder par an sur le même casier, est caractérisé par un meilleur contrôle de l’eau en surface, le meilleur herbicide ici. Avec plus de la moitié des surfaces rizicoles et les trois quarts de la production totale, c’est le domaine des grands « bols de riz » nourriciers des deltas et plaines alluviales densément peuplées (plus de dix habitants par hectare de rizière) qui domine largement en Asie orientale, où la Chine doit notamment nourrir plus du cinquième de la population mondiale avec 9 % des terres arables. Si le rendement moyen en paddy y est de 5 à 6 tonnes/ha/cycle cultural en saison humide, il peut atteindre 10 voire 12 t/ha en saison sèche à nébulosité réduite, notamment dans les régions chinoises plantées en « super hybrides » précoces synthétisant plus de 100 kg de paddy par hectare et par jour ! C’est ici que la révolution verte rizicole (1965-1990), en combinant innovations technologiques (variétés productives seminaines répondant à l’azote) et politiques incitatrices (infrastructures hydrauliques, prix et marchés, recherche et vulgarisation), a permis un triplement de la productivité physique, la mécanisation intermédiaire des opérations culturales (le petit motoculteur multi-usages ubiquiste y a joué un rôle clef), l’augmentation de l’emploi agricole, la baisse tendancielle du prix du riz qui a grandement facilité le décollage industriel, mais aussi la montée des atteintes à l’intégrité du milieu (eau, pesticides, fin de la pisciculture en rizière, etc.). Ces dégradations doivent être limitées au moyen de nouveaux systèmes de culture productifs mais reposant beaucoup plus qu’auparavant sur les régulations biologiques que sur une artificialisation encore plus poussée du milieu rizicole. Le challenge est impressionnant, car ces systèmes irrigués devront à terme nourrir environ 4 milliards de consommateurs avec moins de terres (urbanisation, salinisation des sols, diversification agricole), moins de bras (industrialisation et services absorbant la main-d’œuvre rurale), moins d’intrants chimiques (engrais minéraux plus coûteux et arrêt de la surconsommation de pesticides) et moins d’eau agricole (compétition croissante avec les autres usages de cette ressource). Car produire un kilogramme de paddy avec jusqu’à cinq mètres cubes d’eau ne sera plus possible dans la plupart des régions !

5Avec un quart des surfaces, la riziculture inondée en casiers également endigués et étagés, mais dont la submersion dépend de la pluviométrie en l’absence d’apport d’eau par irrigation, ne permet pas le plus souvent un contrôle satisfaisant de l’hydrologie de surface, ni la double ou triple culture annuelle. Cependant, très répandue en Asie du Sud et du Sud-Est, elle est sujette aux déficits hydriques en début et fin de cycle, ainsi qu’aux inondations profondes lors du pic de la mousson humide. Ignorées par la révolution verte qui a aussi été source de fortes disparités interrégionales, ces conditions de culture ne permettent pas l’adoption de variétés modernes et productives à pailles courtes, et les rendements de ses cultivars rustiques restent de l’ordre de 2 à 3 t/ha. La riziculture d’eau profonde, côtière ou à riz flottants (aux tiges pouvant dépasser 5 mètres de longueur) constitue un écosystème plus marginal et en contraction, et à faible productivité physique (rendements de l’ordre de 1-1,5 t/ha de paddy), souvent converti en fermes aquacoles (poissons, crevettes, crabes, etc.). Il en est de même de la riziculture pluviale, non endiguée et sans submersion des parcelles, souvent pratiquée sur des hautes terres en pente au moyen de l’abattis-brûlis. Au fil de l’intégration de ces régions reculées au marché et face à la pression croissante de conservation de la couverture forestière, elle laisse largement la place à une palette diversifiée de cultures commerciales (maïs, fruits et légumes, hévéa, etc.).

6Le riz était déjà cultivé dès le néolithique supérieur dans la moyenne vallée du Yangzi Jiang (où la présence d’un système d’irrigation et de drainage datant de 7 000 ans a été mise à jour à Chengtoushan) et la haute vallée du fleuve Huai en Chine méridionale, puis un peu plus tard dans l’Uttar Pradesh au Nord-Est de l’Inde. Les autres plantes alimentaires de l’époque pouvant être l’orge, le millet, le sarrasin ou des tubercules. Les sélectionneurs admettent qu’Oryza sativa a été domestiquée, de manière indépendante en Chine et en Inde, à partir de formes annuelles de l’espèce sauvage O. rufipogon en donnant naissance aux deux principaux groupes, indicas et japonicas, clairement distingués par leur origine géographique, leurs traits morphologiques et agronomiques, ainsi que par les marqueurs biochimiques et moléculaires, ce qui rend leur recombinaison difficile. Des travaux récents montrent que les génomes indicas et japonicas auraient divergé bien avant cette domestication, il y a au moins 200 000 ans et probablement 2 ou 3 millions d’années avant, en lien avec la surrection de la barrière himalayenne. Si la sous-espèce indica est largement répandue dans les rizicultures tropicales irriguée ou inondée, les japonicas sont plutôt utilisés en riziculture irriguée tempérée et d’altitude ainsi qu’en régime pluvial. En Chine, la culture des fonds de vallées et des deltas avec mise en boue et repiquage de la rizière aurait précédé la production de riz pluvial, alors que l’inverse serait vrai dans le cas de l’Asie du Sud-Est, Mais au-delà de la bipolarité simplificatrice entre les deux sous-espèces, la diversité génétique actuelle du riz est considérable, fruit de croisements entre espèces ou interne à O. sativa par sélection naturelle ou conduite par l’homme (en stations depuis plus d’un siècle en Chine, au Japon et en Inde). On estime à 150 000 le nombre total de variétés cultivées, et la banque de gènes de l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) à Los Baños, au Sud de Luzon aux Philippines, recèle 107 000 accessions, dont 5 000 provenant d’espèces sauvages.

7Choisie comme plante modèle en génétique végétale au niveau international, à cause de son petit génome (comparé aux autres grandes céréales) complètement séquencé depuis 2005, c’est à partir de ce vaste réservoir de diversité naturelle que la sélection assistée par marqueurs moléculaires tente notamment de sélectionner des riz plus tolérants au déficit hydrique, à la submersion profonde, ou à l’excès de sel. Si un tel matériel végétal pouvait être créé et largement adopté dans l’écosystème à riz inondé, où d’importantes poches de pauvreté demeurent, notamment en Asie du Sud, il contribuerait à gagner le pari d’une augmentation de 40 % de la production rizicole d’ici 2030 afin de ne pas perdre la poursuite entamée avec la courbe démographique il y a un demi-siècle et satisfaire les besoins alimentaires de 4 milliards de consommateurs au niveau actuel, que l’on sait toutefois insatisfaisant en bon nombre d’endroits défavorisés. De la réussite de ce pari dépendra la stabilité politique de nombre d’États car « sans assez de grains, c’est le chaos » disait Deng Xiaoping. Au-delà des volumes produits, leur stabilité d’année en année devra donc être assurée en accordant plus d’attention aux moyens de renforcer la résilience des systèmes rizicoles face à la combinaison de stress environnementaux (notamment d’origine climatique) et de chocs économiques (par exemple, le triplement du prix du riz en quelques mois en 2008). Pour relever ce défi, le très profond ancrage social des rizicultures et leurs structures toujours largement dominées par une multitude de petites exploitations familiales très adaptatives constituent deux atouts de poids.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site