Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie I. Dynamiques régionales et mondialisation

À qui profitent les usines chinoises ?

Jean Ruffier

Texte intégral

1Décembre 2008

2Le décollage industriel de la Chine a surpris les économistes, mais il dure maintenant depuis vingt ans avec des taux de croissance industrielle toujours supérieurs à 10 %. La Chine a changé d’échelle. La Chine s’est enrichie, la pollution a augmenté en Chine et sur la planète. Mais peut-on faire un bilan de cette croissance qui a transformé le paysage industriel de la planète dans son ensemble. La grandeur du pays, le cinquième de la population mondiale, la force, la variété et le dynamisme de son économie rendent difficile un bilan, et pourtant, il y a des perdants et des gagnants. Les perdants, ce sont d’abord les prévisionnistes. Personne n’avait anticipé le décollage de la Chine qui survient alors même que les chercheurs dont je fais partie désespéraient de voir un pays sous-développé réussir un décollage industriel autonome. Tout le monde sait que des fortunes sont apparues en Chine, tout le monde sait aussi que des usines ont fermé en Europe à cause, paraît-il, de la concurrence chinoise. Le bonheur des Chinois se fait-il sur notre malheur ? C’est vrai que les choses sont liées, mais les liens sont plus complexes qu’il n’y paraît. Je me propose de faire un petit tour d’horizon en prenant la fabrication des jeans.

3Le jean est une pièce d’habillement au succès universel. Elle a été fabriquée partout dans le monde. Les techniques de fabrication sont simples : du coton, de la teinture, des machines à tisser et des machines à coudre. Or, le jean a été abandonné par pratiquement tous les pays dits développés, et des pays dits intermédiaires ont abandonné sa fabrication à cause notamment de la concurrence chinoise. Essayons de voir comment se répartissent les coûts et les gains de jeans fabriqués en Chine.

4Le gouvernement central chinois est certainement le premier gagnant. Entre 50 et 70 % des jeans fabriqués en Chine sont exportés. Or les banques d’État chinoises récupèrent les devises qu’elles transforment en monnaie locale. Ainsi, le gouvernement chinois a accumulé suffisamment de devises pour pouvoir, s’il le voulait, racheter toutes les banques en faillite. Il est devenu incontournable économiquement, aucun ordre économique mondial ne peut plus se construire sans lui.

5Le gouvernement central chinois est contrôlé par très peu de gens, peut-être un millier de personnes qui décident de toutes les règles qui s’appliquent à un cinquième de l’humanité. On mesure ainsi le pouvoir et en fait l’inconnu qu’il représente car ce pouvoir, omniprésent dans les médias chinois, vit dans une véritable cité interdite. Il tient un discours qui fait partie de sa politique de gouvernement, mais personne n’est à même d’expliquer les raisons réelles des décisions qui sont prises. Donc nous ne savons rien, nous ne connaissons que le résultat des décisions prises. Ce pouvoir utilise une partie des gains de la croissance pour renforcer l’industrie du pays : il achète massivement les technologies étrangères, il développe les infrastructures du pays, il finance une réelle politique industrielle, il comble une partie importante des déficits abyssaux des entreprises d’État, il facilite des reconversions du public vers le privé. On voit aussi que par calcul ou impuissance, il laisse une liberté d’action non négligeable aux pouvoirs locaux, lesquels mènent des politiques de développement qui sont parfois très différentes de celle affirmée par le pouvoir central. Plus que l’intelligence d’une politique édictée par le pouvoir central, l’émergence de la Chine doit beaucoup à ces initiatives de pouvoirs locaux souvent aux marges de la légalité chinoise.

6Les mingongs : un autre acteur a bénéficié du décollage industriel chinois, il s’agit des ouvriers. Pas tellement des ouvriers d’État qui ont vu leur position relative reculer et parfois même leur situation matérielle se dégrader quand leur entreprise a été mise en faillite. Un certain nombre d’entre eux continuent à bénéficier d’un « bol de riz en fer », c’est-à-dire d’une vie protégée encadrée par une entreprise qui leur assure le lit, le couvert, l’hôpital et l’école. Mais les vrais bénéficiaires ce sont les nouveaux ouvriers, ceux qui ont quitté la campagne pour se retrouver à la ville. Les chiffres sont clairs, l’essentiel du chiffre d’affaires des usines est allé en rémunérations ouvrières. Ce sont donc les principaux bénéficiaires. Si on hésite à le dire, c’est que leur sort ne nous apparaît guère enviable. Pour faire des jeans, on peut prendre des paysans, les former en quelques semaines, et, leur donner une machine à coudre.

7Nous avons interrogé nombre d’ouvriers paysans chinois, ceux qu’on appelle les mingongs. Ils font beaucoup penser aux ouvriers immigrés qui ont permis les années glorieuses chez nous. Ils ne travaillent pas dans un pays étranger, mais ils n’avaient pas toujours les autorisations théoriquement nécessaires pour travailler dans des villes dont la langue et nombre de coutumes leur étaient étrangères. Et cependant ils sont venus. Ils n’ont pas fait défaut. Si on leur proposait des emplois à huit jours de route, ils venaient. Leur sort ne paraît pas enviable. Mais quand on leur demande s’ils veulent rentrer dans leur village pour retrouver leur famille, ils répondent généralement qu’ils souhaitent au contraire faire venir leur famille à la ville. En fait, il suffit de se représenter la vie dans leur village pour comprendre. Les jeunes ont déserté les campagnes et les jeunes qui restent ne trouvent souvent pas beaucoup d’intérêts à rester dans des villages de vieillards, sans travail, sans argent et sans avenir. La ville leur ouvre les portes d’un autre monde, beaucoup plus jeune, plus libre, plus riche, plus attractif.

8Il ne faut pas croire que les lointaines campagnes bénéficient tant que cela du décollage urbain. Les études que j’ai pu lire font apparaître que les émigrés envoient de l’argent pendant deux ans en moyenne et après ils oublient.

9Les marques occidentales : ce sont les grandes gagnantes des délocalisations. Lorsqu’on décompose le prix de l’argent payé par un acheteur de jean de marque, on voit que moins de 5 % paie la fabrication chinoise. Les marques légitiment les prix payés par les consommateurs par la qualité, soit moins de 5 % du prix, et par le design, lequel représente rarement plus de 1 % du prix payé par le consommateur. En fait, les marques occidentales profitent des progrès de l’industrialisation qui a fait baisser les prix de fabrications et de ceux du marketing qui permettent de donner envie d’acheter des produits plus chers. En fait, les dépenses les plus importantes effectuées par une marque occidentales sont des dépenses en études de marché et en campagne publicitaire. Cela tombe bien pour les salariés français qui préfèrent travailler dans ces emplois plutôt que dans la couture, d’autant qu’on leur propose des rémunérations plus attractives dans la fabrication d’image que dans celle de vrais jeans. Mais ces marges gagnées par les marques occidentales vont être de plus en plus difficiles à justifier. Elles reposent essentiellement sur la publicité. Saviano dans un ouvrage maintenant connu sur la camorra de Naples montre que celle-ci réussit à obtenir de meilleures marges sur le trafic de jeans que sur celui de la cocaïne. Il lui suffit de fabriquer de bonnes copies de jeans de marque et de les écouler, sans rien payer aux marques, mais dans des magasins de ces mêmes marques qu’elle contrôle en sous-main.

10Nous pouvons terminer ce tour des gagnants de la mondialisation du jean en ayant une pensée pour ceux qui n’y ont pas gagné. Les consommateurs sont de ceux-là car ils ne profitent guère des progrès de l’industrialisation, ou des baisses de coûts de fabrication induits par les délocalisations. Les salariés des pays dits intermédiaires comme le Mexique, la Turquie ou la Tunisie ont terriblement souffert de la montée en puissance des concurrents chinois. Ils ont vu leurs salaires baisser et leurs usines fermer.

11Les patrons privés chinois : il est assez intéressant de se pencher sur la situation des entrepreneurs privés chinois de l’habillement. Le décollage industriel chinois leur doit beaucoup. Ils ont connu une croissance exceptionnelle de 1982 à 2007. Ils ont souvent démarré sans argent, sans aucune sécurité, entraînant dans leur aventure des salariés corvéables à merci, et eux-mêmes travaillant sans discontinuer pour gagner beaucoup moins d’argent que leurs homologues des pays riches ou intermédiaires. Première génération de capitalistes, ils avaient des idées et des comportements qui ne cadraient pas avec l’idéologie communiste qui a baigné toute leur enfance. Ce sont des rebelles, des déviants qui ont souvent déjà payé le prix fort pour des comportements hors norme. L’ouverture a été pour eux l’occasion de sortir par le haut : ils étaient quasi délinquants, ils deviennent les héros modernes. Alors ils n’ont pas hésité sur les risques. On ne constitue pas légalement un capital dans une société socialiste. Ils ont triché, acheté la complicité de fonctionnaires, séduit un maximum d’amis pour éviter que la jalousie ne les envoie en prison. Ce ne sont pas des fils de riches comme la plupart des entrepreneurs des pays riches ou intermédiaires. Ils ont donc accepté des marges beaucoup plus faibles que dans la plupart des autres pays. C’est une chose qu’on ne mesure pas assez, avec leur Mercedes classe E ou S, les patrons chinois privés sont souvent des patrons pauvres. Ils sont incapables de trouver les fonds nécessaires à une véritable modernisation de leurs usines. Ils ne peuvent pas lancer de bonnes études de marché. Autrement dit, ils n’ont aucune chance dans un affrontement avec les marques occidentales. Ce sont des petits. Et aujourd’hui, ils connaissent de véritables difficultés. Ils sont concurrencés par des fabricants du Vietnam, Cambodge, Laos, voire d’Afrique noire qui arrivent à faire des prix plus bas en payant de plus bas salaires. Ils sont assommés par une nouvelle politique industrielle du gouvernement central qui vise à les obliger à payer des salaires légaux, des charges sociales, des équipements anti-pollution, réduisant d’autant leurs déjà courtes marges.

12La messe n’est pas dite pour autant. Les fabricants chinois peuvent reprendre leur développement en s’efforçant de conquérir le marché de proximité et d’y établir peu à peu des marques chinoises. Nous voyons quelques-uns se lancer dans une telle stratégie avec succès. S’ils reconquièrent seulement le marché chinois, ils deviendront des grands, capables de démarcher les pays occidentaux plus tard. Et puis, le modèle d’entreprises occidentales qui ne font que du marketing est un modèle fragile. Comment contrôler la qualité, innover dans des produits performants si on ne sait plus les fabriquer car on a délégué cette opération peu rentable ? Aujourd’hui on voit une relation directe entre le montant d’une campagne de publicité de jeans et le prix que le consommateur accepte de payer pour de tels jeans. Que fera-t-on lorsque les consommateurs refuseront de payer ce qu’André Gorz appelait le prix de leur aliénation ?

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site