Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie I. Dynamiques régionales et mondialisation

Le vieux et le neuf : géopolitiques en Asie

Jean-Luc Racine

Full text

1Octobre 2002

2Les « réalistes » ou les « néo-réalistes » – puisque c’est ainsi qu’on les nomme – nous rappellent que les relations internationales dépendent pour l’essentiel de la quête de puissance qui anime le jeu des nations. Ce vieux principe réaffirme que sur l’échiquier diplomatique, les États n’ont que des intérêts permanents, transcendant la temporalité des rapprochements et des alliances que dictent les circonstances, et celle de leurs fluctuations politiques internes. La Chine post-maoïste ou l’Inde des nationalistes hindous, rejetant « l’idéalisme nehruvien » au nom de la primauté de la real-politik, en offrent deux exemples de poids. Certes, la mondialisation du marché et les fusions entre puissantes multinationales ont multiplié les réseaux globaux. Il serait cependant naïf de croire que les stratégies des acteurs économiques soient découplées des politiques étatiques, car celles-ci cherchent à contourner les règles affichées du libéralisme (entre autres par les subventions qui préservent le Nord de la compétitivité des pays du Sud), et négocient au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), pour conforter les entreprises et les lobbies nationaux. Et ce sont bien les États qui décident, dans des configurations tendues, soit de favoriser les échanges en dépit de différends politiques essentiels, telles la République populaire de Chine et Taïwan, soit de faire prévaloir les blocages des vieux héritages géopolitiques sur les promesses de la géo-économie, tels l’Inde et le Pakistan.

3La fin annoncée des États-nations fut illusoire, mais leur évolution, en Asie, illustre des tendances contradictoires, qui pour l’essentiel relèvent de questions d’échelles, où se déploie la complexe dialectique entre identité et puissance. On ne saurait seulement y voir, par le haut, les prémices du simpliste choc des civilisations, ou, par le bas, l’affirmation d’ethnocraties combattantes, qui souvent expriment aussi des affiliations religieuses, des frustrations politiques nourries de profonds déficits démocratiques, et les fruits amers du mal-développement. Que sont les séparatismes, inaboutis au Cachemire ou victorieux au Timor oriental, sinon des mouvements affirmant les droits à l’auto-détermination des partisans d’une nation auto-définie contre un État qui l’englobe au nom d’une autre définition multiculturaliste, de fait ou par alibi, de la nation ?

4La question des frontières demeure donc à l’ordre du jour. Les systèmes de sécurité régionaux veillent à les stabiliser au nom des États existants, telle l’Organisation de coopération de Shanghai, qui entend calmer le jeu sur les marges de la Chine, de la Russie et de l’Asie centrale, en contenant entre autres les tendances à l’émancipation des Ouighours du Xinjiang. Cette géopolitique des États, entérinée par l’Organisation des Nations unies quoi que puisse dire sa Charte sur les droits des peuples, est aujourd’hui débordée par l’expansion de la radicalité ismaliste. La question des réseaux prend dès lors une nouvelle dimension.

5Laisser planer l’ombre d’Oussama ben Laden sur tous les attentats qui, ces derniers mois, ont marqué le flanc sud de l’Asie, d’Aden à Karachi, de Bali à Manille, conforte le discours simplificateur du président Bush. Faire la part du noyau dur d’Al Qaida, et dénouer pour le reste les fils des groupes qui s’en réclament comme d’un modèle tout en disposant d’une très large marge d’autonomie est autre chose, qui requiert de prendre en compte, en sus des réseaux organiques, aussi bien les spécificités des contextes nationaux que les modes de circulation des idéologies et des stratégies d’action.

6Dans la guerre contre le terrorisme comme chez les partisans extrémistes de la suprématie de l’islam, des dualités sont à l’œuvre. Elles expliquent qu’à côté des réseaux, l’administration américaine cible aussi des États, jalons supposés d’un « axe du Mal » qui n’a pas grand chose à voir avec le wahhabisme de l’allié saoudien. L’islamisme le plus radical peut de son côté invoquer l’oumma tout entière, le salafisme peut être défini comme internationaliste, reste que les forces politiques de l’islam intégriste jouent pour une large part un jeu national, même quand ils affichent une vocation plus large. La dialectique construction/déconstruction de la nation est complexe : elle peut encourager le séparatisme interne (le groupe Abou Sayaf aux Philippines), lutter pour favoriser le séparatisme externe (arracher le Cachemire à l’Inde, en transgressant la Ligne de contrôle, frontière de facto et non de jure), privilégier les zones de flou (la Ligne Durand entre Afghanistan et Pakistan), ou saper les fondements constitutionnels des nations musulmanes pour faire de la Shariat la règle du droit et de l’État, programme qui se prête à toutes les manipulations de la politique politicienne et du jeu interne des rapports de force (Pakistan, Malaisie, Indonésie).

7Les contrecoups du 11 Septembre auront au moins, espérons-le, un effet positif sur les observateurs des diverses composantes de l’Asie, en encourageant à sortir plus encore des cadres régionaux de leur recherche ou de leur expertise, pour penser large, tout en poursuivant comme il se doit l’indispensable étude de leur domaine. Il ne s’agit pas simplement de conduire des évaluations plus pertinentes des événements récents, en jouant des échelles d’analyses. Penser large, c’est aussi mettre en œuvre autant que faire se peut, individuellement et collectivement, une réflexion pour partie d’essence comparative (les objets d’étude sont comparables, mais distincts) mais aussi inéluctablement transversale (les objets d’études sont transnationaux et transrégionaux).

8C’est vrai des formes nouvelles d’organisation de l’ordre mondial, marquées par l’hégémonie américaine et l’implication croissante de Washington en Asie. Ce l’est aussi du jeu complexe des puissances asiatiques, Chine, Japon, Inde, mais aussi Russie, qui composent pour l’heure avec Washington mais qui n’en pensent pas moins. Ce l’est enfin des forces qui contestent cet ordre international et l’ordre interne des États asiatiques. Des forces qu’on aurait tort de confiner à la galaxie de l’islam radical, car on y trouve aussi, promesse pour l’avenir, les activistes de la société civile qui maintiennent ici et là, dans des conditions difficiles, la flamme vacillante d’un idéal fondant l’ordre national et international sur des valeurs qui peuvent être universelles, sans sombrer pour autant dans l’illusion des vérités exclusives appelées à légitimer, par conviction idéologique ou par realpolitik, la violence et la force.

© CNRS Éditions, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540