Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Partie I. Dynamiques régionales et mondialisation

L’Océanie : des îles de rêve ou illustration des nouveaux désordres du monde ?

Jean-Marc Regnault

Texte intégral

1Octobre 2005

2Le politologue Charles Zorgbibe, dans L’Année internationale de 1990, s’écriait : « Qui va assurer la survie des micro-États du Pacifique ? » (ceux qui sont situés essentiellement au Sud du tropique du Cancer, cette région du monde que l’on appelle l’Océanie). Dix ans plus tard, la situation de ces derniers s’avérait dramatique.

3Le Pacifique insulaire intertropical souffrait de graves problèmes que le monde semblait ignorer. Ce Pacifique-là n’est pas le « nouveau centre du monde », bien au contraire. La mondialisation l’oubliait plutôt (quel intérêt présentaient d’aussi faibles chiffres de population ? ces pays valaient-ils le détour pour les grandes compagnies commerciales ?) et cette région devenait victime de la fin de la guerre froide (les grands États donateurs tournant leurs regards vers d’autres régions du monde, l’Australie vers l’Asie, l’Union européenne vers les anciens pays communistes). Certains États et territoires étaient en proie à des guerres civiles (recouvrant des conflits ethniques comme aux îles Salomon ou dans l’île de Bougainville dépendant de la Papouasie Nouvelle-Guinée). Ils étaient confrontés à une instabilité politique chronique (comme au Vanuatu, à Nauru et à Fidji). Les couches populaires étaient victimes de la corruption qui régnait parmi les élites. Ces îles étaient devenues des refuges de « l’argent sale ». Le Forum du Pacifique, cette organisation très politique des pays de la zone, en août 2001, le confirmait : « Les preuves sont claires qu’une criminalité transnationale se dirige vers notre région. » Bien que cette région bénéficiât de la plus forte aide au développement de la planète, la pauvreté se répandait. Une émigration considérable – pour les niveaux de population – vidait plusieurs d’entre eux. Par exemple, 17 000 Wallisiens et Futuniens ont émigré en Nouvelle-Calédonie (leurs îles d’origine comptent environ 15 000 habitants). Les Samoa occidentales ont environ 179 000 habitants, mais 60 000 Samoans vivent aux États-Unis, 85 000 en Nouvelle-Zélande, 8 000 en Australie et 15 000 aux Samoa américaines. Depuis quelques années, les questions sanitaires deviennent préoccupantes par endroits, tel le développement inquiétant du SIDA à Fidji et en Papouasie, par exemple. L’existence même des pays constitués uniquement d’atolls est menacée par la montée des eaux et la violence des cyclones. La démocratie est-elle possible quand le fondement des relations humaines est la coutume ou le don et le contre-don ?

4Les grandes nations riveraines, l’Australie et la Nouvelle-Zélande estimaient ne pas avoir les moyens d’assurer l’ordre sur ces vastes étendues, ni de continuer à aider financièrement les pays qui utilisaient si mal cette aide publique. Là comme ailleurs, le 11 septembre 2001 changea les données. Les grandes puissances pouvaient-elles laisser à l’abandon cette zone d’instabilité ? De plus, l’Australie a durement ressenti l’attentat de Bali du 12 octobre 2002, qui visait principalement ses ressortissants. Elle opéra un virage complet et, sans doute encouragée par l’allié américain, John Howard, Premier ministre conservateur – facilement réélu en octobre 2004 – décida de remettre de l’ordre. Aux îles Salomon, une force d’intervention dirigée par l’Australie mit fin aux exactions des milices. À Fidji, la police est désormais dirigée par un Australien et de nombreux conseillers militaires ou judiciaires sont de la même nationalité.

5L’Australie a également décidé d’intervenir en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour rétablir l’ordre menacé par la criminalité, la corruption et l’instabilité politique. Le gouvernement papou n’a pas accepté ce qu’il considérait comme une immixtion dans le maintien de l’ordre, les finances, la fiscalité, la justice, l’Australie déployant des dizaines d’experts et cent soixante policiers. Une crise diplomatique a éclaté entre les deux pays. Elle est en voie de résolution depuis fin août 2005.

6À Nauru, l’intervention australienne se fait sous la forme de l’envoi d’experts chargés de préparer des réformes financières de grande ampleur depuis que ses ressources en phosphates et le paradis fiscal sont en passe de disparaître.

7L’Australie a aussi placé (15 août 2003) un Australien à la tête du Forum des îles du Pacifique. John Howard – imitant George W. Bush – cherche à imposer dans le Pacifique « la bonne gouvernance ». Devant le Parlement fédéral, le 12 août 2003, John Howard répondait aux accusations de « néocolonialisme » : « Nous avons des pays qui, si nous ne faisons rien, sont au bord du chaos. » De passage aux Salomon, fin décembre 2003, il est allé plus loin encore : « [Cette partie du monde est] notre terrain, c’est notre coin du monde. […] Si nous n’étions pas prêts à aider nos amis dans le besoin, personne d’autre ne le ferait. »

8L’Organisation des Nations unies, quant à elle, est intervenue pour ramener la paix dans l’île de Bougainville. L’Organisation de coopération et de développement économiques a contraint plusieurs États à revoir leur législation fiscale et le Groupe d’action financière enquête sur certaines pratiques.

9Quant à la France, elle avait longtemps été mal perçue dans cette région où elle faisait figure d’intruse. Inversement, la France marquait une vive hostilité à l’égard des puissances anglo-saxonnes depuis le général de Gaulle qui dit un jour à ses ministres : « Les Anglo-Saxons tiennent (…) tout dans le Pacifique. Quand nous ne bougions pas, on ne disait rien. Mais que nous apparaissions, cela semble scandaleux. » (Alain Peyrefitte, C’était de Gaulle, vol. 2, Éditions de Fallois/Fayard, 1997, p. 120-121). Ses essais nucléaires en Polynésie française et sa politique en Nouvelle-Calédonie à l’égard des Kanak suscitaient un rejet quasi-général. La fin des expérimentations atomiques en 1996 et la signature du Traité de dénucléarisation de Rarotonga, les accords de Matignon (1988) et l’accord de Nouméa (1998) ayant ramené la paix en Nouvelle-Calédonie et l’octroi d’une large autonomie à la Polynésie française avaient permis à la France de retrouver une meilleure image, d’autant que les trois entités françaises paraissaient comme des îlots de paix et de prospérité dans ce monde océanien à la dérive. Depuis 2004, ces terres françaises sont en proie à leur tour à l’instabilité. En Nouvelle-Calédonie, les électeurs puis les militants de son parti ont écarté le leader historique Jacques Lafleur. La majorité qui gouverne le pays est composite. Les Kanak tiennent à une interprétation de la Constitution qui empêcherait les nouveaux arrivants de voter aux élections locales car ils craignent d’être définitivement marginalisés. D’autres forces politiques voudraient que soient appliqués les textes habituels sur le droit de vote. En Polynésie française, l’ancien président Gaston Flosse – tout comme le gouvernement français – n’a pas accepté le verdict des urnes qui, contre toute attente, avait donné la victoire à une coalition dirigée par l’indépendantiste Oscar Temaru. Une crise qui a duré plusieurs mois a beaucoup nui à l’image de la France. Peu à peu, Oscar Temaru consolide son pouvoir qui reste fragile. Avec le style qui lui est propre, le président Temaru veut engager une politique « moins arrogante » vis-à-vis des pays anglo-saxons de la région et cherche de nouvelles relations avec la France qui pourraient déboucher dans une dizaine d’années sur une formule d’État associé. À Wallis et Futuna, territoire très particulier où l’église joue un rôle considérable consacré par le statut de territoire d’outre-mer de 1961, trois rois représentent l’autorité coutumière. L’exercice de la justice fait l’objet d’un partage entre les autorités coutumières et la justice d’État. La France n’a pas su faire respecter la liberté de la presse pour ne pas froisser l’autorité coutumière. Depuis le début de 2005 un conflit exacerbe les passions entre les partisans de la coutume traditionnelle autour du vieux roi de Wallis et les « rénovateurs » qui souhaitent moderniser les pratiques et soutiennent plus ou moins les représentants de l’État dans leur volonté de faire respecter l’État de droit. Contre toute attente, le médiateur désigné par le gouvernement a désavoué les « rénovateurs » et le préfet et consolidé le pouvoir du vieux roi.

10Cette région que le monde ne connaît généralement que sous son aspect idyllique (des îles de rêve qui bénéficient du vieux mythe de Tahiti) ou éventuellement lorsqu’une crise éclate (comme en Nouvelle-Calédonie en 1984) est en fait une zone d’instabilité dans laquelle quelques grandes puissances tentent d’étendre leur hégémonie. C’est le cas de l’Australie et de la France. Chacune a son style, mais les Océaniens ne semblent pas convaincus que la meilleure façon de régler leurs problèmes soit d’y imposer une modernité qui effacerait leurs coutumes et leurs traditions (voir Paul de Deckker et Laurence Kuntz, La bataille de la coutume et ses enjeux pour le Pacifique Sud, L’Harmattan, 1998, 238 p.). Le général de Gaulle avait sans doute bien jugé les choses lors de son voyage de 1956 : « J’avais senti qu’il y a un monde du Pacifique. » L’étudier, c’est d’abord « oublier » ce que l’on a appris ailleurs.

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site