Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Asie-monde

 | 
Jean-François Sabouret

Introduction

L’Asie en marche ou le basculement du monde

Jean-François Sabouret

Texte intégral

1Juin 2011

2L’Asie n’existe pas et pourtant elle est chaque jour de plus en plus présente sur la scène internationale. L’Asie est un concept controversé, tout comme celui « d’Orient » est imprécis, et sert souvent à désigner tout ce qui « à l’Est » n’est pas le monde occidental. Quoi de plus différent que Taschkent ou Achgabat en Asie centrale et Tôkyô ou Séoul en Asie du Nord-Est ? Sur une même plaque tectonique voisinent l’Europe et l’Asie. Mais soit, employons ce terme et parlons de l’Asie comme du monde non occidental dont le dynamisme global nous interpelle quotidiennement.

3Dès le milieu du XIXe siècle, le Japon s’est occidentalisé à marche forcée dans le but avoué d’être en capacité de se défendre des appétits occidentaux en Asie du Nord-Est. Les Japonais avaient eu connaissance de la guerre de l’opium en Chine (1839-1842) et de ses conclusions : la défaite de la Chine face aux canonnières britanniques. Ils ont vite compris que le Japon n’était pas en mesure, en l’état, de résister. De nombreux bateaux étrangers croisaient au large des côtes japonaises depuis quelques années, et les échanges très contrôlés avec la Hollande via le sas de Deshima à Nagasaki, qui duraient depuis plus de deux siècles, vivaient sans doute leurs derniers moments. Le pouvoir shogounal puis, après lui, le changement politique de Meiji en 1868 ont engendré le même réflexe : se moderniser par tous les moyens et le plus rapidement possible ; « enrichir le pays et bâtir une armée forte ». L’un des autres grands débats à l’époque était de s’occidentaliser tout en conservant au Japon son âme japonaise, selon le slogan en vigueur durant l’époque Meiji : « esprit japonais, savoir occidental » (« wakon-yôsai »).

4Force est de reconnaître que l’élève de l’Occident, qu’était le Japon à cette époque, a pris modèle avec succès sur ses maîtres par le biais de l’agression armée et de la colonisation entre autre : Taïwan (1895), Corée (1905), Mandchourie (1937). Il aura fallu environ une trentaine d’années au Japon pour se moderniser et faire de lui l’une des principales puissances de la région. Guerre, défaite, occupation américaine, renouveau économique dû en partie à des guerres extérieures comme la guerre de Corée (1950-1953), la guerre du Vietnam (1954-1975), stratégie payante dans la recherche-développement… En 1965, le Japon est devenu la troisième puissance économique du monde puis au tout début des années 1980, la seconde. On parlait même du Japon comme possible leader mondial « Japan as number one ». Las ! La bulle foncière et la récession sont passées par là dans les années 1990. Mais le Japon est cependant resté deuxième grand jusqu’en 2010. Il est aujourd’hui à la troisième place, doublé par la Chine. Les événements de la région du Nord-Est, le Tôhoku, survenus le 11 mars 2011 (séisme, tsunami et menace nucléaire) vont-ils faire reculer encore le Japon dans le classement ou bien lui permettre au contraire de se repositionner à grande échelle sur des secteurs prometteurs comme ceux des énergies renouvelables ?

5Quoi qu’il en soit, le Japon a apporté une réponse claire à la question de savoir si on pouvait se moderniser sans devenir occidental. Tous les pays de la « région Asie » ont retenu la leçon : l’Asie est bien en marche aujourd’hui.

6On a calculé que les produits intérieurs bruts de la Chine et de l’Inde à la fin du XVIIIe siècle représentaient plus de 40 % de celui du monde. Les colonisations, les guerres, et de nombreux événements politiques du XIXe et du XXe siècle ont freiné l’ensemble du développement de l’Asie. Aujourd’hui l’Asie revient en force reprendre place dans le concert politique, militaire, industriel, recherche-développement, créatif, philosophique même, du monde. Aucun secteur n’est plus aujourd’hui la chasse gardée de l’Occident.

7Dans les années 1980 avant que la Chine de Deng Xiaoping ne s’éveille, l’ensemble des pays d’Asie totalisait 14 % du PIB mondial et l’Europe 38 % environ. En 2010 l’Asie et l’Europe des vingt-sept font presque jeu économique égal : 25 % pour l’Asie et 28 % pour l’Europe. On peut penser que dans peu d’années l’Asie passera en tête devant l’Union européenne et l’Amérique du Nord (29 % en 2010).

8Il n’est pas simple de rendre compte du dynamisme de l’Asie et du Pacifique dans la durée et l’espace, sauf à tracer de grandes fresques plus ou moins réussies. N’est pas Braudel qui veut ! Plus modestement, le Réseau Asie a, depuis dix années, choisi de tisser une toile patiente faite des « arrêts sur images » des diverses recherches, réflexions et savoirs que portent les spécialistes et les experts de l’Asie et du Pacifique.

9Le but est de montrer la diversité et la richesse de la recherche française et francophone. Les chercheurs sur l’Asie et le Pacifique sont plus de 1 800, ce qui fait de la France l’un des tous premiers pays au sein de l’Union européenne. Mais l’objectif également est de faire part d’une inquiétude. Les chercheurs arrivant à la fin de leur carrière sont nombreux : « papy boom » oblige ! La relève est là et une relève de talent. Au moment du passage de témoins, il serait dommageable que l’État se désengage : des secteurs de recherche risquent d’être abandonnés au moment où l’on a le plus besoin de comprendre cette partie du monde qui va sans doute tenter de prendre le leadership de la planète.

10Cette mondialisation qui est dans la tête de tout un chacun se fera-t-elle sans heurts, sans avoir recours à des affrontements armés ? Le monde occidental acceptera-t-il de réduire la voilure de sa puissance économique, industrielle, militaire pour faire place à d’autres forces émergentes ?

11Ou bien au contraire peut-on voir là l’occasion de réaliser le projet de paix perpétuelle cher à Kant, d’intégrer dans les savoirs la part civilisationnelle réelle de tous les pays dont l’histoire a négligé trop souvent la richesse et l’apport. Un basculement du monde est à l’œuvre en ce début de siècle. Il n’est pas anodin de se demander aussi quelles conséquences il aura sur l’avenir du monde occidental et les vies des individus qui le peuplent.

12Une centaine de textes en français témoigne ici de la qualité et la vitalité de la recherche et du savoir de notre pays et des personnes qui écrivent en français. Cent articles, c’est peu au regard du nombre des spécialistes et experts de l’Asie et du Pacifique. Il en faudrait bien d’autres et nous continuerons dans le même esprit de publier sur le site Web un texte nouveau chaque mois. Les textes édités sous la forme traditionnelle d’un livre peuvent étonner puisqu’ils sont déjà publiés sur le Web. Il y a à cela plusieurs raisons. La première est de remercier tous les auteurs qui ont participé à cette paisible aventure, mois après mois depuis dix ans, constituant ainsi ce puzzle du savoir. La seconde raison, générationnelle peut-être, réside dans le fait que le support du Web et de l’informatique est fragile et peut être gommé d’un « trait de clic ». Puissance et fragilité sont liées dans une sorte d’oxymore technologique. Le livre a une valeur éditoriale encore sûre même si elle est limitée mais l’intention est aussi de renvoyer les lecteurs aux travaux riches et variés des chercheurs.

13Enfin que chacun soit remercié comme je remercie ici chaleureusement Maurice Aymard, Alain Peyraube, Jean-Luc Domenach, Jean-Luc Racine et toute l’équipe du Réseau Asie et Pacifique d’avoir fait route avec moi dans ce projet au long cours : il y a tant à faire encore…

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site