Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le climat à découvert

 | 
Catherine Jeandel
, 
Rémy Mosseri

Sixième partie. Les différentes perturbations et leurs estimations

10. Scénarios GIEC et déterminants des émissions à long terme

Patrick Criqui et Jean-Charles Hourcade

Texte intégral

1Dans les deux premiers rapports du GIEC*, les projections d’émission de GES se faisaient en retenant des hypothèses dites « raisonnables », s’inscrivant dans les ordres de grandeur « communément » admis. Cette approche avait des limites évidentes, à savoir que, devant des fourchettes d’émission très larges (de 4 Giga Tonnes équivalent Carbone à 28 GtC en 2100) on ne disposait d’aucune base pour comprendre les mécanismes conduisant aux différents résultats. C’est pourquoi, dès le troisième rapport du GIEC, en 1998, une approche de modélisation prospective a été retenue, visant à cerner au mieux les cohérences internes de telle ou telle image du futur.

Définir les « visions du monde »

2Essayer de cerner ces « futuribles » c’est risquer une explosion du nombre des scénarios par simple combinatoire d’un grand nombre d’hypothèses qui vont des technologies – pour le nucléaire, le pétrole ou les biocarburants – à l’évolution des rapports de force économiques mondiaux, en passant par les transformations de demande d’énergie.

3Pour éviter une multiplication quasi infinie de scénarios dont les résultats seraient totalement illisibles, on s’accorde alors pour retenir un petit nombre de récits respectés par les différentes équipes de modélisations dans leurs choix d’hypothèses. Ainsi, pour les 3e et 4e rapports du GIEC, on a défini des scénarios génériques, les SRES* (Special Report on Émissions Scénarios) en combinant des groupes contrastés d’hypothèses sur la globalisation économique et l’évolution des modes de développement. Sur le premier axe, on projette une vision optimiste de la globalisation avec rattrapage soutenu par les pays du Sud des niveaux de richesse et de productivité des pays du Nord, ou au contraire une tendance à la fragmentation du monde en pôles régionaux. Sur le deuxième, on simule soit une tendance à l’homogénéisation des modes de vie et à une croissance intensive fondée sur la recherche maximale de la productivité, soit un mode de consommation plus diversifié et moins « matérialiste », accompagné d’une plus grande priorité aux considérations d’équité.

Fig. 1 – Éventail des trajectoires d’émissions des scénarios SRES. Dans l’espace coloré en bleu, on trouve la totalité des scénarios publiés, y compris les scénarios d’abattement (d’où des scénarios à émissions négatives en fin de siècle). Les barres colorées, elles, indiquent la répartition des résultats pour les six storylines des scénarios SRES sans politique climatique

4Douze groupes de modélisateurs se sont alors portés candidats pour simuler ces scénarios pour le Groupe 1 du GIEC, et un scénario marqueur a été retenu pour chaque storyline. Les autres groupes (qui n’avaient pas les moyens de s’inscrire dans le même tempo de production) déclinèrent ensuite leurs propres scénarios autour de la même typologie, permettant ainsi aujourd’hui de disposer d’une base de données de plus de 200 scénarios mondiaux.

Très grande dispersion des résultats

5La figure 1 regroupe les résultats de ces scénarios. On voit à quel point joue la catégorisation qualitative des scénarios en amont de leur calcul numérique. On peut aussi être surpris par l’ampleur des marges d’incertitude puisqu’on trouve des scénarios où les émissions de 2100 sont inférieures à celles d’aujourd’hui, et même de 1990, ceci en l’absence d’effort spécifique d’abattement des émissions.

6Les mots sont ici importants : il ne s’agit pas de prédire mais de cerner les implications ultimes de telle ou telle évolution des comportements ou de telle ou telle hypothèse technologique. Il s’agit de projections conditionnelles. Pour comprendre la vanité de la prédiction, il suffit de s’apercevoir que des écarts de 0,1 % et 0,2 % par an de divergence sur chacun des termes de l’identité de Kaya* (cf. VI-9) produisent, cumulés sur un siècle, des écarts de plus de 40 % pour les émissions en 2100.

7Pour percevoir l’utilité de la prospective, il faut d’abord comprendre que si l’on interrogeait les auteurs de scénarios sur ce qu’ils considèrent comme les hypothèses les plus plausibles, on obtiendrait un éventail plus resserré de résultats. L’enjeu de la prospective est justement de ne pas exclure des hypothèses présentes dans le débat public et de ne pas a priori s’interdire de produire des scénarios moins probables, voire surprenants. C’est à travers l’exploitation de la base d’informations fournies par des scénarios contrastés que l’on peut saisir les mécanismes à l’œuvre et les incertitudes numériques les plus importantes.

Déterminants des émissions

8Parmi les incertitudes les plus importantes pour les scénarios d’émission, il y a bien sûr le fait de savoir si les technologies énergétiques qui se déploieront spontanément seront plus ou moins intensives en carbone, ou en général en GES, et s’il sera facile de développer des technologies alternatives à basse intensité carbone. Dans les scénarios de référence, les hypothèses les plus importantes sont celles faites sur le retour au charbon (surtout la production de carburants à partir du charbon) et le niveau de déblocage de l’énergie nucléaire ; elles le sont également pour les projections d’émissions de particules. Pour réduire les émissions, on peut jouer sur quatre groupes de solutions technologiques qui font aujourd’hui l’objet d’importants efforts de développement mais aussi de contestations directes ou indirectes.

9Le premier concerne la maîtrise de l’énergie et l’efficacité énergétique qui ont été mobilisées après les chocs pétroliers. Le point critique aujourd’hui est de savoir si au-delà des résultats enregistrés on franchira de nouvelles étapes, en intégrant des innovations systémiques (smart systems). Les énergies renouvelables constituent le deuxième ensemble de solutions. Après un premier lancement dans les années 1970 et des efforts sapés par le contre-choc pétrolier, leur renaissance est confirmée dans les années 2000 ; des objectifs spécifiques de développement, des mécanismes incitatifs puissants ont permis à plusieurs technologies de décoller, mais l’éventail des scénarios ne fait que refléter les divergences de vues sur leur potentiel ultime et sur la viabilité de mécanismes d’incitation fondés sur les finances publiques. Comme troisième option technologique, l’énergie nucléaire. Les scénarios montrent ici les conséquences des deux champs d’incertitude que sont l’acceptabilité sociale et le rythme de mise en place de capacités industrielles de production d’une industrie très capitalistique et qui demande un contrôle de qualité de très haut niveau. Enfin, la dernière option concerne la capture et le stockage du carbone. Alors que les trois types de solution précédents trouvent leur place dans le mix technologique – même en l’absence d’une politique climatique – très clairement, cette dernière option n’a pas de justification dans un futur sans aucune contrainte d’émission.

10Un autre groupe de paramètres qui conditionne à long terme le niveau des émissions est celui des styles de développement, c’est-à-dire les modes de consommation, les modèles productifs dans l’industrie et l’agriculture, et les modes d’aménagement du territoire. C’est là que se joue en effet le « contenu matière » des biens et services consommés, le niveau de la mobilité individuelle et les besoins en transports de marchandises, donc les besoins en carburants. Un développement mimétique de convergence vers le modèle nord-américain, même adapté, conduit inéluctablement à une mobilisation massive des énergies fossiles*, jusqu’à poser des problèmes de disponibilité pour le pétrole. Dans tous les scénarios, le charbon serait alors la source de bouclage du bilan offre/demande avec des conséquences très sévères pour le climat. Inversement, les scénarios qui admettent l’adoption de modèles de développement induisant moins de besoins en transports et un moindre contenu matière de la production permettent des émissions modérées, même sans politique climatique spécifique.

Fig. 2 – Scénarios d’émission, variables fondamentales et contraintes. La modélisation intégrée des scénarios d’émission doit viser à décrire de manière plus précise et articulée l’inscription des styles de développement dans les systèmes économiques, sous la contrainte de durabilité des systèmes écologiques

11En fait, les modèles montrent à quel point l’évolution des technologies et celle des modes de consommation sont sensibles aux hypothèses sur le pétrole. Rentrent ici en jeu non seulement les hypothèses sur la disponibilité des ressources mais aussi les hypothèses géopolitiques sur les stratégies de l’Opep et le niveau d’effort des pays importateurs et des firmes pétrolières sur le pétrole non conventionnel (pétrole profond ou ultralourd, sables asphaltiques*, schistes bitumineux…). Quant aux politiques climatiques elles diminuent la demande et poussent à la baisse les prix du pétrole, donc le niveau de la rente pétrolière.

12Cependant la dynamique de l’économie mondiale sur le siècle reste une des incertitudes majeures qui pèse sur les niveaux d’émission. Au-delà des interrogations sur la durée de la crise en cours, sur les modalités de reprise économique ou les risques de rechute, la question centrale est celle de la croissance et du modèle de consommation des régions émergentes. Alors que les consommations d’énergie ne connaissent plus une dynamique forte dans les pays d’industrialisation ancienne, leur croissance dans les pays émergents a constitué l’essentiel de l’accroissement global dans les dernières années. Selon que la croissance en Chine, en Inde et dans les autres régions émergentes demeure très forte, qu’elle se ralentit progressivement au fur et à mesure de la transition économique ou démographique et du rattrapage de productivité ou qu’elle s’interrompe en raison de fortes tensions sociales internes, les perspectives d’émission en seront profondément altérées.

13Comme on le voit, pour cerner les évolutions des émissions, les modélisateurs ne peuvent éviter de travailler sur des images du futur intégrant des conjectures majeures pour l’avenir de la planète bien au-delà de la seule question de l’énergie. Ils le font sans prétendre dire Le Vrai mais en fournissant des outils de dialogue entre ingénieurs, économistes, sociologues et politiques pour mettre un peu de rationalité dans des débats sur des thématiques nécessairement controversées.

Bibliographie

Références bibliographiques

• P. CRIQUI, B. FARACO et A. GRANDJEAN - Les États et le carbone, PUF, 2009.

• D. CLÉMENT et P. PAPON - Vers une énergie durable ?, Le Pommier, 2010.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Éventail des trajectoires d’émissions des scénarios SRES. Dans l’espace coloré en bleu, on trouve la totalité des scénarios publiés, y compris les scénarios d’abattement (d’où des scénarios à émissions négatives en fin de siècle). Les barres colorées, elles, indiquent la répartition des résultats pour les six storylines des scénarios SRES sans politique climatique
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 2 – Scénarios d’émission, variables fondamentales et contraintes. La modélisation intégrée des scénarios d’émission doit viser à décrire de manière plus précise et articulée l’inscription des styles de développement dans les systèmes économiques, sous la contrainte de durabilité des systèmes écologiques
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/11483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 548k

Auteurs

Économiste, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur du LEPPI-EDDEN, Membre du Conseil économique du développement durable, Ancien membre du GIEC, Grenoble.
patrick.criqui@upmf-grenoble.fr

Économiste, Directeur de Recherche au CNRS, CIRED, Nogent-sur-Marne.
hourcade@centre-cired.fr

© CNRS Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540