Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Discussion

Texte intégral

France méditerranéenne

J. Roussot-Larroque

1Je voudrais revenir sur ce qui a été dit à la fois par D. Binder et J. Courtin, par G.-B. Arnal et J. Vaquer parce qu’au fond on assiste à quelque chose d’important : c’est peut-être la rupture de certaines structures mentales qui ont prévalu pendant longtemps et qui sont encore soutenues un peu hors de nos frontières, un peu moins chez nous. Autrefois tout était magnifique, il y avait le Mésolithique à triangles, le complexe sauveterrien, et puis c’était ces complexes à trapèzes qui, au bout d’une durée variable, se néolithisaient en Néolithique ancien lequel était alors absolument assimilé au Cardial. Il semblerait que maintenant les problèmes se soient déplacés quelque peu, parce que d’une part on nous a dit que la continuité entre l’industrie à trapèzes et le lithique du Cardial en Provence ce n’est pas si clair. D’autre part, il reste le problème de savoir ce qui se passe entre les industries à triangles et les industries à trapèzes parce que si on pense que le Cardial est un Castelnovien néolithisé, qu’est-ce que le Castelnovien, il n’est pas facile de dire que c’est un Sauveterrien qui se trapézoïdalise parce qu’il y a vraiment une rupture assez importante dès le niveau du débitage, et une mutation technologique assez importante. Le problème est donc de savoir qu’est ce qu’on appelle la néolithisation et à quel niveau va-t-on la caler ? Il semblerait que le problème n’est pas du tout résolu. Il semble que les auteurs méridionaux aient un certain accord : on ne peut pas considérer que néolithisation = Cardial, parce que le Cardial c’est du Néolithique. Or, la néolithisation c’est un processus progressif qui mène d’un état non néolithique à un état néolithique. Donc si on est déjà à l’étage néolithique, ce n’est plus de la néolithisation, c’est du Néolithique. D’autre part d’où vient-il ce Cardial ? Tout le monde a eu l’air de s’en renvoyer l’origine, ce n’est pas un berceau à roulettes, c’est un berceau flottant, puisque tout le monde le fait venir de la mer. Mais d’où ? On nous dit maintenant que le Castelnovien en fait c’est quelque chose peut-être plus récent que ce l’on pensait et, d’autre part, que les éléments du Montclusien y persistent. Or, à la Poujade, il y a un niveau fort intéressant bien qu’il ait été contesté longtemps. Il y a un niveau où la céramique apparaît en même temps que les premiers trapèzes dans un fonds culturel qui est montclusien. J’ai pu voir l’industrie lithique grâce à G.-B. Arnal. C’est la même chose dans la couche 3 de Rouffignac qui est datée de 5850 et où il y a des pointes à base transversale, des pointes de Sauveterre et les premiers trapèzes. Il n’y a pas de céramique, c’est vrai, mais il y a très peu d’éléments. Donc je crois que tout cela a quelque chose de nouveau. Le Roucadourien est quelque chose qui vient après. Quant au pré-Roucadourien I et II il va falloir le recaler par rapport au Néolithique ancien primitif et au Castelnovien.

M. Escalon de Fonton

2Il faut d’abord nous entendre sur les termes pour plus de sécurité. Trapèze, ça ne veut dire que trapèze et le Magdalénien terminal de Couze possède des trapèzes. Ils sont exactement semblables à certains trapèzes du Montclusien de la couche 15 de Montclus. Vous posiez la question pour le Castelnovien : qu’est-ce que c’est ? J’ai travaillé en basse-Provence occidentale et G. Onoratini en basse Provence orientale. Il se trouve que la basse-Provence est coupée par une frontière qui passe en gros par Toulon et Draguignan. A l’Ouest de cette frontière, nous avons au Paléolithique supérieur final du véritable Magdalénien de faciès méditerranéen parce que c’est au bord de la Méditerranée et, à l’Est de cette frontière existent des industries contemporaines du Magdalénien terminal, mais issues d’une tout autre filiation, issues d’un épi-gravettien qui s’est perpétué et qui a donné ce que nous avons appelé le Bouvérien qui va jusqu’à l’Epipaléolithique tout à fait final. Ce sont deux filiations complètement différentes. Ce Magdalénien s’azilianise mais, comme il reste au bord de la Méditerranée, et qu’il faut faire avec ce que l’on a, les gens chassent le gibier de cet endroit et pas d’ailleurs. On a donc un Azilien qui présente un faciès particulier, ce que j’ai appelé le Valorguien. C’est le faciès méditerranéen de l’Azilien, mais c’est un Azilien. Cet Azilien évolue pour donner l’équivalent chronologique du Sauveterrien - je l’ai appelé le Montadien. Le Montadien est moins « beau » que le Sauveterrien véritable mais du Sauveterrien véritable on en a un peu au Nord à Reillanne parce que les phénomènes épipaléolithiques sont beaucoup moins méditerranéens au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la côte. Le milieu naturel dans lequel évolue l’homme n’est pas tout à fait le même et comme l’homme s’adapte forcément au milieu on a des petites variations. Donc le Montadien on le voit passer sensiblement au Castelnovien dans cinq ou six gisements de Basse Provence. Il se trouve que j’ai découvert le Castelnovien de Châteauneuf avant de découvrir la Montade, sinon je ne l’aurais pas appelé Castelnovien. Mais on pourrait très bien dire Montadien à triangles pour le Montadien dit typique et Montadien à trapèzes pour le Castelnovien. Le Castelnovien n’est rien d’autre que du Montadien à trapèzes. C’est un faciès par rapport à une filiation bien particulière, c’est tout. Et il se trouve qu’à cet endroit là de la côte ce qu’on a appelé le phénomène de néolithisation s’est fait sur ce substrat ethnique. A cet endroit là le Cardial c’est du Castelnovien à poterie, mais dans les zones où il n’y a pas de Castelnovien, où l’Epipaléolithique est un autre faciès, ça peut être différent. C’est à la fois simple et compliqué, simple en théorie, mais ça a la complication de la mosaïque des populations, des possibilités d’adaptation.

J. Guilaine

3Je pense qu’actuellement ce problème de la néolithisation, de la comparaison entre certains faciès, demeure un problème de chronologie fine que nous n’avons pas les moyens de maîtriser. Il y a quand même un certain esprit critique à avoir vis-à-vis des dates ,4C. Je veux poser le problème d’un point de vue plus général. Actuellement il y a un certain nombre de dates qui montrent qu’il y a une espèce de dérive avec un passage à la céramique en gros vers 6000 au Proche-Orient, peut-être un peu plus ancien à Çatal Huyuk encore que c’est discuté, et puis on a un cheminement qui vaut ce qu’il vaut, qui situe l’apparition de la céramique vers 5800 en Grèce, un peu plus tard sur la côte occidentale de la Grèce ; on dispose de dates des environs de 5600, 5500 en Italie du Sud et puis voilà qu’on a, en Occident, des dates relativement hautes. Quelle est la signification réelle de ces dates ? Alors là, ou bien ces dates sont trop hautes, ou il faut admettre que l’on a découvert parallèlement la poterie en Occident. Ou bien on admet que ces dates ne sont pas bonnes. Pour en revenir au cas particulier du Midi de la France, je ne pense pas qu’il existe, à l’intérieur des terres, un complexe qui soit plus ancien que le Cardial. Les groupes de l’intérieur ont connu la céramique à partir d’une influence issue des basses terres. Ça pose le problème évidemment 1) de la fiabilité des dates 2) de l’interprétation de quelques gisements où l’on aurait trouvé de la céramique effectivement sous des horizons à Cardial, par exemple à Camprafaud. A la Balma de l’Espluga, près de Barcelone, on avait signalé un horizon à poterie lisse, en fait une poignée de tessons, sous un niveau à Cardial. Nous avons refouillé à l’Espluga avec M. Llongueras et nous n’avons pas retrouvé ce niveau. Quant aux tessons anciens, ils peuvent très bien se rattacher au cycle cardial même si, vu leur petit nombre, ils n’ont pas de décor. Ce n’est pas l’observation qui est en cause, c’est l’interprétation. D’autre part, je crois qu’il y a un horizon ancien dans le Midi de la France qui est plus ou moins relié au Cardial ; ensuite ce qui se trouve davantage vers l’intérieur est quand même quelque chose qui dérive du Cardial. Je l’ai appelé para-Cardial ou péri-Cardial pour des notions de géographie mais ça ne peut pas être, à mon sens, plus ancien que le Cardial, par contre ça peut être aussi ancien. Ça veut dire que la diffusion de la céramique s’est faite très rapidement.

M. Escalon de Fonton

4Vous parlez du décor. D’où vient le décor ? D’où vient la céramique ? Chaque fois que l’on a trouvé dans des habitats mésolithiques un peu de décor, sur os généralement et malheureusement brûlé, chaque fois on a trouvé un décor de chevrons tout à fait comparable au schéma cardial. Or des auteurs qui fouillent en Afrique ont signalé qu’il y avait des paniers chez les préhistoriques et les paniers sont souvent ornés. Nous avons tout lieu de penser que les Mésolithiques avaient de la vannerie puisqu’on a des empreintes. On peut très bien penser qu’un décor traditionnel a été transféré du panier à la poterie à partir du moment où on fait de la poterie. Quant à la notion de récipient, l’idée du récipient date de longtemps. Les lampes à huile du Magdalénien sont des récipients ; il y avait des récipients en bois. Ça ce n’est pas un gros problème, le décor peut avoir pré-existé par rapport au Cardial.

J. Guilaine

5A Font-Juvénal et à Dourgne on a des céramiques sans décor, effectivement, qui sont sous des céramiques épicardiales typiques. Je ne pense pas pour autant que ces horizons soient plus anciens que le Cardial mais ils peuvent très bien être contemporains.

G. Camps

6Je suis très proche de la pensée de J. Guilaine mais j’ai tout dé même une position légèrement différente. En ce qui concerne la possibilité de foyers céramiques indépendants. Quand on voit ce qui s’est passé dans le Proche Orient avec l’apparition, par exemple à Murey-bet, de poteries minuscules, mais de poteries vraies qui étaient déjà décorées d’ailleurs (c’est une chose à noter, les poteries les plus anciennes jusqu’à présent sont toujours les poteries décorées) et qui ont été ensuite oubliées, l’apparition de foyers indépendants de céramique est possible. Il n’est plus besoin de le démontrer quand on considère l’Amérique ou le Japon, aussi le Sahara central où nous avons même un foyer absolument indépendant. Quand j’ai eu les premières dates d’Amekni qui se situaient avant 6200 à 6300, j’ai hésité à publier ces datations. Puis les gisements se sont multipliés. A l’heure actuelle nous avons plus de 12 gisements dans l’ensemble Hoggar-Tassili qui fournissent des poteries aussi âgées. Je veux bien croire qu’il peut y avoir des erreurs de carbone 14 mais aussi systématiques cela me semble difficile. Il ne faudrait pas que, par excès de prudence, nous fassions un petit peu la même démarche fautive que j’avais faite, à savoir de négliger systématiquement des dates jugées a priori trop anciennes. Si au fur et à mesure qu’apparaît une date antérieure ou proche de 6000 nous la rejetons nous risquons d’éliminer, d’élaguer et de supprimer le problème. Pour le cas de Camprafaud il y a finalement très peu de choses puisque c’est sur un mètre carré. Quant aux tessons lisses, il ne faut pas oublier que même dans les poteries décorées du Néolithique ancien, une partie de la panse risque de ne pas être décorée alors quand on a trois ou quatre tessons non décorés, cela ne veut pas dire que le vase ne l’était pas. Mais enfin moi je reste très attentif à ces questions, et l’existence d’un foyer possible de céramique dans l’Ouest de la Méditerranée ne me gènerait pas particulièrement.

J. Guilaine

7Nous ne demandons qu’à être convaincu mais nous voulons des séries représentatives et notamment des milieux-clos mais pas des gisements en abri où, A. Ammerman l’a dit ce matin, il y a des problèmes éventuels de piétinements qui peuvent se poser. Nous sommes prêt à admettre l’évidence à condition que la démonstration soit absolument rigoureuse.

J. Evin

8C’est tout à fait dans ce sens là que j’ai voulu parler sur l’ensemble des datations radiocarbone. Je n’ai pas d’a priori encore une fois contre les dates plus vieilles, j’ai simplement un a priori absolu contre des types de matériaux. Quand vous faites des moyennes de dates, prenez simplement ce qui est fiable physiquement. Mais, encore une fois, autrefois un certain nombre de dates qui ont été prises en considération il y a une dizaine d’années n’étaient pas des dates physiquement fiables.

J. Roussot-Larroque

9J’ai commencé à parler lithique, on m’a répondu céramique et maintenant je voudrais dire qu’il y a aussi la proto-agriculture de l’Abeurador et le mouton de plusieurs gisements qui n’a l’air de gêner personne. Peu importe au fond qu’il y ait de la céramique ou pas dans ces niveaux, mais s’il y a du mouton et de la protoagriculture, c’est du Néolithique.

C. Olaria

10Je veux souligner la possibilité de l’existence d’autres groupes peut-être synchroniques du Cardial mais non cardiaux. En Espagne il y a plusieurs sites en grotte avec des datations et des stratigraphies, avec des études faunistiques et polliniques qui montrent que ces possibilités existent. Par exemple, à la grotte Fosca, nous trouvons une couche de céramique datée à 5690 et à 6150, avec des poteries à incisions semblables à celles que l’on trouve en Andalousie à la grotte de Nerja ou à Dehesilla et cette couche se trouve sous une couche où l’on ne trouve seulement que deux morceaux de céramique cardiale. Le Cardial n’est pas ici le stade néolithique le plus ancien. Il peut y avoir deux horizons synchrones peut être, mais je ne crois pas qu’il y ait seulement un groupe avec la céramique cardiale dans le premier Néolithique en Méditerranée occidentale.

J. Guilaine

11Bien entendu, ce que nous admettons très bien c’est qu’il y ait des groupes, plus continentaux en quelque sorte, contemporains du Cardial, que souvent il y ait des choses mêlées, un décor à la coquille et ensuite une profusion de céramiques décorées différemment ou pas décorées du tout, bien entendu ça c’est admissible. Mais le problème est de voir si ces groupes intérieurs n’ont jamais eu aucun contact avec les groupes côtiers, se sont développés indépendamment et, par ailleurs, à des dates plus anciennes. C’est un problème de chronologie fine. Ce sont les dates qui font problème, mais la conception de groupes néolithiques continentaux, avec des productions totalement démarquées du Cardial, et au moins aussi anciennes à mon sens, ne se pose plus.

M. Escalon de Fonton

12C’est parce qu’il y a de nombreuses années on commençait à s’occuper des datations au Carbone 14, que nous avions constaté que pour les périodes récentes de la préhistoire la marge d’erreur est trop importante pour nous donner des dates qui nous conviennent. Je suis persuadé que les spécialistes du carbone 14 affineront leurs méthodes et que les jeunes d’entre nous le verront, mais j’avais préconisé la stratigraphie géochronologique fine par région et même par localisation. Si en fouillant les grottes et les abris sous roche les néolithiciens prenaient soin d’établir une géochronologie fine, très locale, on pourrait raccorder ensuite des ensembles par géochronologie comparée.

C. Olaria

13Dans la Cova Fosca qui est située seulement à 50 km du littoral, il y a beaucoup de coquilles de cardium mais on ne connaît pas pour autant la décoration cardiale.

J. Guilaine

14A la grotte Gazel il y a des niveaux du Néolithique ancien où il y a des coquilles de Cardium mais dans lesquels il n’y a pas de poterie cardiale : ce sont des niveaux épicardiaux plus récents que le Cardial donc, où la mode de l’ornementation à la coquille avait disparu.

G.-B. Arnal

15Il n’y a aucun doute, et Joël André l’a prouvé, que les gens de la Poujade allaient se promener sur le littoral bien que ce soit, disons, à 6 heures de marche à pied. Les relations étaient donc possibles. Mais je pense plutôt qu’il y avait troc. La datation haute de la Poujade est isolée et j’ai toujours émis beaucoup de doutes là dessus, mais j’ai pensé qu’il était absolument nécessaire de dire qu’elle existait d’autant plus que, maintenant, il y a dix gisements qui présentent cette céramique. La relation qu’il y a au plan technologique, décoratif, morphologique entre cette poterie et la céramique cardiale est absolument nulle. Il ne peut y avoir aucune relation de l’une à l’autre.

J. Guilaine

16Il existe toutefois des sites dans lesquels l’on trouve à la fois ce style de céramique de la Poujade mais aussi des céramiques de meilleure qualité et le tout mêlé. Il y a des sites où il n’y a que de la céramique qui est de mauvaise qualité, d’autre où l’on a les deux choses. Quand il y a 20 ans J. Arnal a parlé le premier de cette poterie avec Roucadour C, il pensait qu’elle démarrait tardivement dans la 2e moitié du 5e millénaire. Or il se trouve effectivement qu’elle est sensiblement plus ancienne et que sur les Causses elle peut démarrer dès 5000. Mais est-elle née là, par génération spontanée ?

R. Montjardin

17Il faut se poser la question : pourquoi la céramique ?

B. Marti

18Je pense qu’en ce qui concerne le 14C, il faut prendre parti. Certes le 14C apporte, ainsi que la stratigraphie comparée, une information complémentaire en archéologie. Mais pour ce qui concerne les dates 14C les plus extrêmes du spectre, une critique systématique s’impose. Un élément isolé comme le 14C ne peut remettre en question les informations apportées par l’ensemble des vestiges archéologiques. Par exemple, en ce qui concerne la céramique cardiale, on peut dire qu’elle n’est pas exclusive. Ainsi on peut trouver un vase à décoration incisée aux côtés d’un vase cardial. Et, dans le cas concret de la péninsule Ibérique où il y a des gisements très riches comme Carigùela, Sarsa, Or, il est nécessaire, en ce qui concerne la céramique cardiale, de tenir compte de l’étude morphologique des vases. Elle montre que la plupart de ceux-ci n’ont pas une fin utilitaire. Ils sont « superstructuraux » ; ils ne servent pas à la cuisine. En effet ils apparaissent en pourcentages élevés et correspondent à un goût mais ils ne sont pas le fruit d’une évolution, ils ne répondent pas à une adaptation technologique. Dans le cas de la Cova de l’Or, une étude a été faite ; les poteries les plus parfaites technologiquement sont à la base des stratigraphies. Au fur et à mesure que l’on s’élève dans la stratigraphie on fabrique de plus en plus de poteries utilitaires. En effet, en haut de la stratigraphie on ne fabrique plus de « vases communicants » ni de « petites bouteilles » mais des objets de tailles plus importantes, à des fins utilitaires. C’est un peu la même chose au Proche Orient où, lorsque la poterie apparaît, les hommes travaillaient déjà l’argile depuis des milliers d’années (construction de planchers et de parois en argile).

N. Mills

19Les grottes et les abris sont-ils de bons gisements pour définir des stades évolutifs, des premières communautés paysannes ?

J. Guilaine

20Je renvoie à votre communication : vous avez vous même répondu à votre question. Dans quelle mesure les sites ou les grottes du Néolithique ancien sont-ils représentatifs de la culture ? Là on va retomber sur un grand problème qui est l’absence de grands gisements de plein air dans le Néolithique ancien cardial. Il faut programmer des recherches de terrain pour retrouver des sites comme Courthézon ou comme Leucate ; par sa situation sous les eaux, ce dernier site est très intéressant mais il est malheureusement amputé au niveau de son mobilier. C’est donc d’abord un problème de politique archéologique. Lorsque l’on disposera de plusieurs sites de plein air fouillés alors on verra si les abris sont représentatifs. Pour l’instant on joue sur une documentation qui est peut-être biaisée, qui n’est pas forcément représentative, mais on n’a que celle-là.

G. Camps

21Je voudrais demander à M. Bouville de préciser les raisons qui lui font penser que les crânes de Fontbrégoua étaient différents de la population cardiale de Provence. Cela peut avoir des implications palethnologi-ques intéressantes.

C. Bouville

22J’ai jugé ces crânes par leurs mensurations, leur aspect, leur morphologie ; vous savez que l’on exprime la morphologie d’un crâne très souvent par un indice qui donne sa forme générale d’allongement. On connaît la population cardiale du Sud de la France par une série d’une dizaine de gisements et de crânes en tout et pour tout. Les crânes de Fontbrégoua ont une forme extrêmement courte, beaucoup plus large et qui ne se trouve absolument pas dans l’ensemble des autres crânes connus de cette période. On est donc obligé de chercher des ressemblances dans le stock anthropologique antérieur. Le choix est assez vite fait car il n’y a pas une grosse documentation dans le Mésolithique. On dispose de quelques séries qui sont extrêment éparpillées géographiquement : Muge, Offnet, Teviec, etc. Ça représente quand même quelque chose d’assez cohérent, car dans chaque série il y a au moins à chaque fois au bas mot, une dizaine minimum de crânes utilisables. On essaie de voir quel est le gisement qui est le moins dissemblable des crânes que nous avons. Il se trouve que parmi la série de comparaisons possibles, les crânes les moins dissemblables sont les crânes mésolithiques d’Offnet. Je ne dis pas qu’ils sont semblables, je dis que ce sont les moins dissemblables en l’état actuel des choses. Les comparaisons sont faites d’un point de vue statistique et par des coefficients de similitudes basés sur des techniques assez faciles de calcul des distances qui présentent quand même une certaine fiabilité.

A. Gallay

23J’aimerais mettre en garde les gens qui n’ont pas l’habitude de l’Anthropologie contre des interprétations qui pourraient être trop rapides. Pour arriver à démontrer que les gens de Fontbrégoua sont étrangers à ceux qui ont pratiqué les incisions, il faudrait avoir un bon échantillonnage de l’anthropologie du Cardial du Midi et un bon échantillonnage également des mésolithiques de la région. Or ce n’est pas le cas et je ne crois pas que l’on puisse fonder une démonstration en prenant des points de comparaison assez éloignés dans l’espace.

P. Phillips

24M. Binder a fait une petite référence à Caucade. Peut-il nous donner plus de précisions sur ce site ?

D. Binder

25Caucade est une fouille de sauvetage qui a eu lieu en 1978 et qui était à l’origine consacrée au sauvetage d’une très grosse station chasséenne. Par souci de faire un travail qui soit le plus complet possible, on a fait un gros sondage dans les niveaux sous-jacents et ce sondage nous a permis de trouver cette céramique décorée d’impressions. Mais nous avons tiré très peu d’informations sur ces niveaux les plus anciens. La faune n’est pas conservée du tout sauf un fragment de dent de suidé probablement. L’industrie lithique fait appel uniquement à des ressources locales, de minuscules galets qui ont été tirés soit du lit du Paillon, qui est une rivière proche, soit du Var. Très peu d’outillage qui soit caractéristique et pas du tout de débitage laminaire. En ce qui concerne la céramique nous avons très peu de tessons, mais tous font référence d’une façon explicite aux Arene Candide. La surface fouillée est très réduite.

J.-L. Roudil

26A Portiragnes il y a un stock important de torchis ce qui est tout à fait anormal dans le Néolithique ancien régional. On ne trouve habituellement jamais de torchis ou très peu alors qu’à Portiragnes sur la faible surface disponible (pas plus de 10 m2 pour l’instant) on a énormément de torchis, d’argile cuite sur des clayonnages, des cloisons de bois, des poteaux ayant jusqu’à 10 cm de diamètre. Tout ceci nous renvoie à certains documents que nous ont montré nos collègues italiens sur les villages d’Italie du Sud.

C. Bouville

27M. Gallay a raison certes, mais je voudrais rappeler que l’ensemble de la Paléontologie humaine est basée sur à peu près une quinzaine de crânes en débris. Les comparaisons que j’ai données sont faites à partir de mésolithiques de provenances diverses isolées certes mais certaines séries comportent d’assez nombreux crânes et l’on peut avoir à leur sujet un petit cœfficent de confiance par rapport à l’ensemble du reste de la paléontologie humaine. Et puis il faut faire avec ce que l’on a, alors trouvez-moi tous des crânes cardiaux et ça ira mieux.

G. Bailloud

28Pour Caucade, il me semble avoir vu dans la littérature deux datations radiocarbone assez éloignées l’une de l’autre et je voudrais que l’on me précise si ça date la même chose. Je sais bien qu’il y a du Chasséen mais je parle pour le Néolithique ancien.

D. Binder

29A Caucade il existe entre le Chasséen, qui est en fait un Chasséen tout à fait classique, et la céramique imprimée, un niveau qui a livré de la céramique complètement inornée et dont on ne peut strictement rien dire si ce n’est que ce n’est pas du Chasséen. C’est probablement un niveau relativement perturbé et on n’a vraiment aucune information là-dessus. La deuxième date a été fournie pour ce Néolithique antérieur au Chasséen ; l’échantillon provient d’une coupe qui se situe à plusieurs dizaines de mètres de la zone fouillée ; il s’agissait d’un petit foyer daté de 4800 b.c. et qui n’a rien à voir du tout avec la céramique imprimée du niveau le plus ancien qui date de 5650 ± 120.

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search