Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Les parures du Néolithique ancien dans le Midi de la France

Hélène Barge

Résumé

Les parures sont rares et peu diversifiées et l’héritage mésolithique est encore prépondérant avec les matières colorantes et les coquillages.
L’apparition de nouvelles techniques entraîne le façonnage du test, de la pierre et de l’os sous forme de bracelets, de pendeloques, d’anneaux ou de perles. Les parures les plus courantes sont les coquillages percés et les bracelets en pierre, les autres types sont plus rares. Les modèles les plus évolués appartiennent à une phase plus récente du Cardial.
Une différence se fait jour entre la Provence (coquillages, bracelets) et le Languedoc (pendeloques) et confirmerait peut-être l’hypothèse d’une plus grande ancienneté du Cardial côtier provençal sur les sites languedociens de l’intérieur.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 2 M. Jean Courtin, pour l’abri Châteauneuf, les grottes de Fontbrégoua et de Riaux 1, les stations du (...)
  • 3 M. Jean-Louis Roudil, pour la baume d’Oullins.

1Les parures du Néolithique ancien sont peu nombreuses et relativement peu diversifiées si on les compare à celles du Néolithique final. On les connaît grâce à 25 habitats, la plupart en grotte, également répartis en Provence et en Languedoc et de rares sépultures (fig. 1, 1). Les stratigraphies de Châteauneuf-les-Martigues (+ de 100 parures) et de Fontbrégoua2 (+ de 50) sont les plus importantes du Midi de la France et sont à cet égard très riches d’enseignements. Citons également les gisements de Riaux 1, Le Baratin, Baume Bourbon, Oullins3, Gazel et Jean Cros.

A. L’héritage mésolithique

2L’héritage mésolithique est encore prépondérant avec les matières colorantes et les coquillages ramassés sur les côtes rocheuses ou les plages de sable de la Méditerranée.

1. Les matières colorantes

3Elles sont toujours abondamment utilisées : l’ocre surtout (Le Baratin, Châteauneuf), mais aussi l’hématite (St-Pierre-de-la-Fage) et la bauxite (Fontbrégoua) sous forme de petits blocs polis et facettés.

Figure 1 : Cartes de répartition : 1. gisements ayant livré de la parure cardiale dans le sud de la France, 2. Columbella et autres coquillages percés, 3. bracelets et pendeloques en test, pierre et os. 4. Diagrammes cumulatifs sur les matières et les types de parures employés au Cardial.

2. Les coquillages

4Les coquillages percés sont les parures les plus courantes :

  • Columbella rustica surtout, percée latéralement au dernier tour de spire par percussion, se retrouve dans la plupart des gisements (fig. 1, n° 2 et fig. 2, n° 1,2). Elle est présente dès la phase ancienne du Cardial (Cap Ragnon, Châteauneuf) et jusqu’au Cardial final (Camprafaud).

  • Cardium généralement percé au crochet ou sur la valve est connu à la phase ancienne-moyenne (Le Baratin) et surtout récente. Certains exemplaires sont régularisés sur les bords, polis et biforés (Le Baratin, St-Mitre, St-Marcel (6 ex.) St-Pierre-de-la-Fage). Ce type de parure rare et original ne se trouve qu’en contexte Cardial moyen ou final. Un exemplaire existe à La Bertaude près d’Orange dans du Chasséen ancien (fig. 2, n° 7 à 9).

5On rencontre également :

6Dentalium (fig. 2, n° 6), Cérithium, Conus tronqué et parfois percé latéralement (Châteauneuf) (fig. 2, n° 4 et 5).

7Certains coquillages sont très rares comme :

  • Cyclope neritea qui connaît une éclipse par rapport au Mésolithique (fig. 2, n° 10), Mesodesma comea, Hinia (fig. 2, n° 13), Murex, Cypraea toujours exceptionnel, connu également à la cueva de los Animes à Barcelone, Mytilus rencontré sous forme de fragments (Fontbrégoua, Le Baratin) mais aussi percé au crochet (fig. 2, n° 11), Cassis, Trochocochlea turbinata, Pecten, Glycymeris, Aporrhaïs pes-pelecani.

8Tous ces coquillages sont percés le plus souvent par percussion. L’orifice est parfois régularisé volontairement ou par le passage du lien. La technique de l’abrasion par usure existe aussi (sur Cardium et Mesodesma). La perforation latérale de Columbella est typique du Cardial et s’applique même à Conus qui est le plus souvent tronqué. Cardium est percé au crochet et sur le dessus de la valve, technique qui se perpétue au Chasséen.

9Certaines espèces typiquement mésolithiques comme Columbella, Conus, Cyclope neritea, Glycymeris sont présentes. Columbella et Cardium ont la plus longue utilisation ; Cerithium, Dentalium, Pecten sont plus courantes à la phase évoluée du Cardial.

10Les coquillages percés se retrouvent à la même période en Espagne à la coveta de l’Or (Valencia), à la cueva de Chaves (Aragon)...

B. Les nouveautés

11Une grande nouveauté par rapport au Mésolithique est le façonnage de la matière première, le test, la pierre et l’os, liée à l’apparition de nouvelles techniques de polissage et de perforation.

1. Les objets façonnés en test

12Ils sont nombreux, en particulier :

  • les perles discoïdes en test de Cardium et parfois de Glycymeris. Connues dès le Cardial moyen à Châteauneuf, elles se multiplient au Cardial final. Les sites côtiers ont livré un grand nombre de perles (près de 100 à Riaux 1, plus de 30 à Châteauneuf). Dans ces deux sites, ont été trouvées des perles à tous les stades de fabrication : simples fragments de Cardium grossièrement arrondis ou déjà régularisés sur les bords ; des fragments aux surfaces polies, avec des amorces de perforation conique, parfois cassés en cours de percement ; des disques percés et plus ou moins bien finis (fig.2, n° 12 à 16). C’est aussi le cas en Catalogne espagnole (Reclau Viver, Pau III).

Liste des gisements (cf. carte, fig. 1, n° 1)

    1. Abri Pendimon, Castellar, Alpes-Maritimes.

    2. Baume de Fontbrégoua, Salernes, Var.

    3. Station de l’Ile Riou, Marseille, Bouches-du-Rhône.

    4. Grotte de Riaux 1, Marseille-l’Estaque, Bouches-du-Rhône.

    5. Grotte de Cap Ragnon, Le Rove, Bouches-du-Rhône.

    6. Abri de Châteauneuf-les-Martigues, Bouches-du-Rhône.

    7. Abri de St-Mitre 3, Reillanne, Alpes-de-Haute-Provence.

    8. Abri d’Escanin, Les Baux, Bouches-du-Rhône.

    9. Grotte d’Unang, Malemort, Vaucluse.

    10. Abri de Fraischamp 4, La Roque-sur-Pernes, Vaucluse.

    11. Station du Baratin, Courthézon, Vaucluse.

    12. Station de La Bertaude, Les Grès d’Orange, Vaucluse.

    13. Grotte de St-Marcel-d’Ardèche, Ardèche.

    14. Grotte de Combe Obscure, Lagorce, Ardèche.

    15. Baume d’Oullins, Le Garn, Ardèche.

    16. Grotte de l’Aigle, Méjanes-le-Clap, Gard.

    17. Grotte de Montclus, Gard.

    18. Baume Bourbon, Cabrières, Gard.

    19. Grotte de Combe de Bestiou, Vic-la-Gardiole, Hérault.

    20. Grotte 4 de St-Pierre-de-la-Fage, Hérault.

    21. Station de Peiro Signado, Portiragnes, Hérault.

    22. Grotte de Camprafaud, Ferrières-Poussarou, Hérault.

    23. Grotte Tournié, Pardailhan, Hérault.

    24. Grotte Gazel, Sallèles-Cabardès, Aude.

    25. Abri Jean Cros, Labastide-en-Val, Aude.

    26. Abri du Roc de Dourgne, Fontanès-de-Sault, Aude.

    27. Station de Leucate, Aude.

    28. Cova de l’Esperit, Salses, Pyrénées-Orientales.

Figure 2 : Parures cardiales - 1,2 Columbella, 3 Hinia, 4,5 Conus, 6 Dentalium, 7 à 9 cardium, 10 Cyclope neritea, 11 Mytilus, 12 à 16 perles en test, 17 perle en calcaire, 18 à 20 perles-pendeloques en test, 21 métapode de canidé, 22 pendeloque en os, 23,24 défenses de suidé, 25 galet en schiste, 26 galet en calcaire - 1,3 à 7, 10,12 à 16 Châteauneuf, 2,17,24 Fontbrégoua, 8 St-Mitre, 9 Le Baratin, 11 Aigle, 18,19,23 Jean Cros, 20 Oullins, 21,22 St-Pierre de la Fage, 25 Tournié, 26 Camprafaud - (dessins H. Barge ; 18,19,23 d’après J. Guilaine).

  • quelques bracelets en test de Triton nodifer (Le Baratin, Châteauneuf) ou en test de Glycymeris (Baume Bourbon, St-Marcel), découverts en contexte Cardial moyen ou final (fig. 3, n° 1 et 2).

  • de rares anneaux en test de Triton nodifer (Châteauneuf), de Cassis et de Trochocochles (Fontbrégoua) (fig. 3, n° 9).

  • des perles-pendeloques en test, de forme ovale à pointe épaisse, évoquant les craches de cerf bien connues au Mésolithique. Elles sont en contexte Cardial moyen ou final (Jean Cros, Châteauneuf, Oullins) (fig. 2, n° 18 à 20).

  • une petite pendeloque rectangulaire en test (Fontbrégoua) et une pendeloque biforée (Gazel).

13Les parures façonnées en test sont bien connues dans le Néolithique ancien méditerranéen. Les perles existent en Espagne dans la région de Valence (Cova Fosca), en Catalogne et près de Barcelone (cova de los Ànimeos, cova dels Lladres) ; les bracelets sont courants dans le sud de l’Espagne, dans la région de Barcelone (cova de la Sarsa) ainsi qu’en Italie.

2. La parure en pierre

14La mode du coquillage commence à être concurrencée par la pierre ; l’essentiel de la parure est façonné à partir du calcaire et parfois de roches vertes sous forme de bracelets :

  • les bracelets en calcaire sont les plus répandus. On en connaît 22 en Provence (11 exemplaires à Fontbrégoua, 6 au Baratin) et 5 en Languedoc (Baume Bourbon dès le Cardial moyen et surtout au Cardial final). La technique de fabrication a été mise en évidence grâce à 3 ébauches trouvées à Fontbrégoua (fig. 3, n° 3 à 6). Le polissage est parfait et certains fragments possèdent des trous de réparation.

15Les modèles en roche verte n’existent qu’en Provence (fig. 3, n° 7 et 8).

16Les bracelets en pierre sont nombreux en Espagne, en Catalogne (Reclau Viver), en Andalousie (Cova Fosca, Chica de Santiago), près de Valence (coveta de l’Or, cova de la Sarsa). En Italie, ils sont attribués à la culture de Sasso-Fiorano (Bologne, Sarteano), au Néolithique inférieur ligure (Pollera), à la culture de Ripoli (Valle della Vibrata) mais aussi à la culture des vases à bouche carrée.

17Les autres types de parures en pierre sont exceptionnels :

  • des galets percés de forme ovale ou droite en calcaire (Gazel, Camprafaud) ou en schiste (Tournié). Un galet muni d’une gorge circulaire a été trouvé à Leu-cate (fig. 2, n° 25 et 26).

  • quelques perles discoïdes en calcaire attribuées à la phase finale du Cardial (Gazel, St-Pierre-de-la-Fage).

18La perforation est biconique (Fontbrégoua) (fig. 2, n° 17). Trois ébauches de perles proviennent de St-Marcel.

  • l’anneau en schiste de Jean Cros est unique (fig. 3, n° 12). On en trouve en Espagne à la coveta de l’Or et à la cueva de Nerja.

19A l’exception de Châteauneuf et de Leucate, tous les gisements qui ont livré des parures en pierre sont situés à l’intérieur du pays.

3. La parure en os

20L’os, pourtant plus facile à travailler que la pierre, est très peu employé au Néolithique ancien. Cela permet de penser que les techniques de façonnage et de perçage étaient déjà au point ; la perforation biconique à la mèche de silex était pratique courante.

21Nous ne connaissons que quelques os et dents percés pour servir de pendeloques, attribués au Cardial moyen et final, dans les gisements languedociens de l’intérieur :

  • un métapode de canidé (St-Pierre-de-la-Fage) (fig. 2, n° 21),

  • une dent de bovidé (Peiro Signado),

  • trois défenses de suidé, dont deux percées en bout contrairement à celles des époques plus récentes (fig. 2, n° 23 et 24).

22Certaines parures sont plus originales :

  • une pendeloque en S (St-Pierre-de-la-Fage) (fig. 2, n° 22) et peut-être une pendeloque arciforme cassée ? (Oullins).

23Les pendentifs en os sont connus en Espagne à la cueva de Chaves, Aragon (canine de canidé) et à la coveta de l’Or, Valencia.

24Signalons pour finir :

  • des fragments d’anneau en os (Fontbrégoua, Combe Obscure, Gazel) (fig. 3, n° 10 et 11), et deux perles discoïdes en os (Châteauneuf, Cova Esperit).

Conclusion

25Les parures du Néolithique ancien restent pour la plupart dans la tradition mésolithique et sont peu diversifiées dans le choix des matières et des formes. L’emploi des matières colorantes et surtout des coquillages domine. Le travail de la pierre fait son apparition avec le calcaire et parfois les roches vertes et laisse très peu de place à l’os. (fig. 1, n° 4).

26Les parures les plus courantes sont les coquillages percés (Columbella, Cardium) les perles en test ainsi que les bracelets en pierre dure. Les autres types, anneaux et pendeloques allongées, sont très rares (fig. 1, n°4).

Figure 3 : Parures cardiales -1 à 8 bracelets (n° 6 ébauche), 9 à 12 anneaux -1,2,9 test, 3 à 6 calcaire, 7,8 roche verte, 10,11 os, 12 schiste – 1 La Bertaude, 2,12 Jean Cros, 3 St-Mitre, 4 à 7,9,11 Fontbrégoua, 8 Le Baratin, 10 Combe Obscure - (dessins H. Barge ; 2,12 d’après J. Guilaine).

27Les formes les plus élaborées comme les bracelets, les perles discoïdes ou les pendeloques façonnées semblent appartenir à une phase plus récente du Cardial.

28Les sites provençaux ont livré un grand nombre de parures en coquillage, surtout les sites côtiers les plus anciens (13 variétés à Châteauneuf, 5 à Fontbrégoua), et de bracelets en pierre (22 en calcaire, 4 en roche verte). Les gisements du Languedoc oriental et occidental offrent une moins grande variété de coquillages, très peu de perles en test, et 5 bracelets en calcaire seulement ; par contre les pendeloques en pierre et les parures en os sont plus nombreuses et variées (fig. 1, n° 3). Cette constatation confirmerait peut-être l’hypothèse déjà émise d’une plus grande ancienneté du Cardial côtier provençal par rapport aux sites languedociens souvent plus éloignés de la mer. Il est permis d’envisager l’existence d’un fonds ornemental commun à base de coquillages et de petites variantes locales qui se développent plus particulièrement à la phase récente du Cardial et se multiplient au Chasséen.

O : ocre - B : bauxite - H : hématite.

Bibliographie

Bibliographie

Ambert (P.) et Barge (H.) 1982. Les parures de la grotte Tournié à Pardailhan (Hérault), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 79, 5, p. 151-160, 3 fig.

Barge (H.) 1982. Les parures du Néolithique ancien au début de l’Age des Métaux en Languedoc, Editions du C.N.R.S., 396 p., 134 fig., 6 pl.

Calvet (A.) 1969. Les abris sous-roche de Saint-Mitre à Reillanne (04), Manosque, 113 p., 41 pl.

Courtin (J.) 1974. Le Néolithique de la Provence, Mémoires de la Société Préhistorique Française, U, 355 p., 126 fig.

Courtin (J.) 1975. Le Néolithique ancien de la Provence, L’Epipaléolithique Méditerranéen, Aix-en-Provence (1972), p. 197-214, 8 fig.

Courtin (J.) 1976. Les civilisations néolithiques en Provence, La Préhistoire Française, II, p. 255-266, 6 fig.

Courtin (J.) 1982. Châteauneuf-les-Martigues, Informations, Gallia-Préhistoire, T.25, 2, p. 516-517.

Courtin (J.) et Gutherz (X.) 1976. Les bracelets de pierre du Néolithique méridional, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 73, p. 352-369, 8 fig.

Escalon de Fonton (M.) 1956. Préhistoire de Basse-Provence, Préhistoire XII, 162 p.

Guilaine (J.) 1970. Recherches de Préhistoire récente en Languedoc occidental et en Roussillon, Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, p. 149-155.

Guilaine (J.) 1973. La grotte du Roc de Dourgne à Fontanès-de-Sault (Aude), Etudes Préhistoriques, 6, p. 21-22, 1 fig.

Guilaine (J.) 1979. Les parures néolithiques de l’abri Jean Cros, L’Abri Jean Cros, Toulouse, p. 197-203, 4 fig.

Néolithique ancien méditerranéen (Le) 1982. Actes du Colloque International de Préhistoire, Montpellier 1981, Archéologie en Languedoc, n° spécial, Ed. de la Fédération Archéologique de l’Hérault, 351 p., fig.

Phillips (P.) et Courtin (J.) 1981. La Bertaude, Le Grès d’Orange (Vaucluse), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 78, 10-12, p. 379-409, fig.

Roudil (J.-L. et O.) et Soulier (M.) 1979. La grotte de l’Aigle à Méjannes-le-Clap (Gard) et le Néolithique ancien du Languedoc oriental, Mémoires de la Société Languedocienne de Préhistoire, 84 p., 38 fig.

Taborin (Y.) 1974. La parure en coquillage de l’Epipaléolithique au Bronze ancien en France, Gallia-Préhistoire, 17, 1, p. 101-179 et 2, p. 307-417, 38 fig.

Tanda (G.) 1977. Gli anelloni litici italiani, Preistoria Alpina, 13, p. 111-155, 11 fig.

Notes de fin

2 M. Jean Courtin, pour l’abri Châteauneuf, les grottes de Fontbrégoua et de Riaux 1, les stations du Baratin et de La Bertaude,

3 M. Jean-Louis Roudil, pour la baume d’Oullins.

1 Ingénieur, Direction des Antiquités Préhistoriques de Provence, 21-23 bd du Roi René, 13100 Aix-en-Provence.

Nous adressons nos sincères remerciements aux chercheurs qui nous ont aimablement confié l’étude du matériel de parure :

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Cartes de répartition : 1. gisements ayant livré de la parure cardiale dans le sud de la France, 2. Columbella et autres coquillages percés, 3. bracelets et pendeloques en test, pierre et os. 4. Diagrammes cumulatifs sur les matières et les types de parures employés au Cardial.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Figure 2 : Parures cardiales - 1,2 Columbella, 3 Hinia, 4,5 Conus, 6 Dentalium, 7 à 9 cardium, 10 Cyclope neritea, 11 Mytilus, 12 à 16 perles en test, 17 perle en calcaire, 18 à 20 perles-pendeloques en test, 21 métapode de canidé, 22 pendeloque en os, 23,24 défenses de suidé, 25 galet en schiste, 26 galet en calcaire - 1,3 à 7, 10,12 à 16 Châteauneuf, 2,17,24 Fontbrégoua, 8 St-Mitre, 9 Le Baratin, 11 Aigle, 18,19,23 Jean Cros, 20 Oullins, 21,22 St-Pierre de la Fage, 25 Tournié, 26 Camprafaud - (dessins H. Barge ; 18,19,23 d’après J. Guilaine).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Figure 3 : Parures cardiales -1 à 8 bracelets (n° 6 ébauche), 9 à 12 anneaux -1,2,9 test, 3 à 6 calcaire, 7,8 roche verte, 10,11 os, 12 schiste – 1 La Bertaude, 2,12 Jean Cros, 3 St-Mitre, 4 à 7,9,11 Fontbrégoua, 8 Le Baratin, 10 Combe Obscure - (dessins H. Barge ; 2,12 d’après J. Guilaine).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search