Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

La troisième phase du Néolithique ancien

Gaston-Bernard Arnal

Résumé

La progression stratigraphique de la grotte IV de St. Pierre de la Fage (Hérault) nous contraint à associer la céramique du Fagien au contexte Néolithique ancien, bien que celle-ci soit déjà implantée chronologiquement dans le Néolithique moyen. D’autres faciès aux caractères identiques mais d’une évolution spécifique et parallèle sont reconnus. Sur chacun d’eux, des éléments de renouveau imprègnent certains conservatismes autochtones qui perdurent au-delà des premières manifestations du Néolithique moyen.

Texte intégral

1La céramique des niveaux supérieurs de la stratigraphie de la Grotte IV de St. Pierre de la Fage (Hérault), étant trop particulière pour être assimilée aux formes et aux décors déjà connus, a entraîné l’identification d’un faciès culturel individuel que l’on a nommé « Fagien ».

2Grâce à la progression stratigraphique de ce gisement, on pouvait être assuré de son appartenance au contexte Néolithique ancien, alors que sa datation absolue (-3.570) était relativement récente. Depuis, de nouveaux documents attribuables à ce faciès ont été découverts dans le midi méditerranéen, ainsi que d’autres faciès de même esprit et de chronologie à peu près analogue, imposant de ce fait l’admission d’une IIIe phase dans le Néolithique ancien, dont le rapport chronologique est cependant lié aux tout premiers concepts du Néolithique moyen.

3Cette stratigraphie nous offre la succession de 9 occupations du Néolithique ancien. La couche 4A, la plus profonde, est datée de -4.250 et la couche 2A, la plus superficielle, est celle qui est datée de -3.570 (notons que cette dernière est surmontée d’une occupation chasséenne).

4De la couche 4A à la couche 3A, on constate une évolution dans la céramique de la Phase II du Néolithique ancien. Dans la couche la plus ancienne, elle est décorée de bandeaux horizontaux à remplissage de cannelures verticales, puis les cannelures sont disposées en métopes, ensuite ce sont des suites de courts bandeaux verticaux remplis de traits et cernés de pointillés.

5Dans les couches 2C et 2A apparaît le Fagien typique. La plus ancienne forme est décorée de points en guirlandes opposées, entre les anses et en arceau au-dessus. Le niveau 2A contient 9 vases dont : un décor en guirlande de points cernée d’arceaux en cannelures, au-dessus de l’anse ces arceaux deviennent des crosses affrontées ; un bandeau sinusoïdal à remplissage de points ; des cordons noyés dans la paroi d’allure particulièrement primitive ; une ligne de pastilles appliquées disposée en guirlande joignant les attaches supérieures des anses ; une carène marquée d’une ligne horizontale cannelée bordée d’une suite de courts tirets verticaux ; une large cannelure horizontale dont les bords sont impressionnés de courts tirets verticaux ; une anse surmontée d’un arceau modelé également impressionné ; un court cordon prolongeant l’attache supérieure de l’anse.

6Le rattachement du Fagien au contexte Néolithique ancien est démontré par plusieurs éléments comparables. En effet, la grande jarre 1 est semblable à celle découverte à St. Mitre (Provence) dans le même niveau ; la disposition de l’arceau au-dessus des anses des vases 8 et 9 est de même nature que celle du vase 19 de la Phase II et semblable aux exemplaires trouvés en Roussillon et en Espagne à la même époque ; le vase 7, qui possède un cordon court de part et d’autre de l’attache supérieure de l’anse, se rencontre dans le Néolithique ancien méditerranéen occidental et notamment sur un des vases de Gazel du début de la Phase II ; le vase 2 avec le bandeau en sinusoïde rempli d’impressions au-dessus de l’anse rappelle, par le mouvement du bandeau, un des vases de Gazel de la fin de la Phase II ; le vase 8 (si l’on fait abstraction de l’arceau) présente des impressions visibles principalement en Provence dans la Phase II.

Figure 1 : Stratigraphie synthétique dirigée sud-nord. La partie sud, à gauche, est très caillouteuse alors que la partie nord, à droite, devient progressivement argileuse. La base est constituée au sud d’un chaos rocheux, au nord d’une épaisse semelle calciteuse à fort pendage dirigé vers le sud, sur laquelle s’appuie un remplissage d’argile rougeâtre.

7Les rapports que l’on peut constater entre les formes et les décors de cette céramique de type Fagien avec celle des couches les plus anciennes de la stratigraphie montrent qu’il existe un réel lien culturel entre les diverses occupations Néolithique ancien de la grotte.

8Les formes droites ou légèrement fermées des niveaux plus anciens deviennent franchement fermées dans le stade intermédiaire, avec apparition d’une lèvre très courte et un peu ourlée vers l’extérieur qui, dans le Fagien typique, se hausse jusqu’à former un col. Le décor, quant à lui, prolonge également ceux des niveaux plus anciens avec, notamment, le recours aux impressions et aux cordons, tout en reconnaissant les étapes évolutives dans le passage d’un niveau à l’autre.

9Nous avons donc, sans équivoque possible, des racines Néolithique ancien dans le Fagien.

10C’est encore par la céramique que l’on peut définir le Fagien. Parmi les neuf vases découverts, six d’entre eux ont une morphologie quasiment identique. C’est une panse au galbe prononcé surmontée d’un col à lèvre légèrement éversée ou à bord droit (n° 3, 4, 6, 7, 8 et 9). Cependant un vase (n° 2) ne possède pas de col, mais une panse qui se prolonge jusqu’à la lèvre selon un volume cylindrique ; un autre (n° 5) a une carène et la grande jarre (n° 1) est également différente en raison sans doute de ses réminiscences antérieures. Les moyens de préhension sont tous des anses verticales en ruban disposées, dans la majeure partie des cas, au niveau de l’intersection de la panse et du col (n° 3, 4, 5, 6, 7 et 8) ou bien pour deux exemplaires seulement (n° 1 et 9) sur la portion la plus prononcée de la panse. Le décor, tout en étant très varié, est d’une conception uniforme, il décrit toujours des bandeaux horizontaux, en arc, en guirlandes simples ou opposées, ou bien ils ont un développement court, horizontal ou sinusoïdal. Le motif est traité de plusieurs manières : cordons appliqués, pastilles appliquées, courtes impressions en tirets et, une seule fois, courtes cannelures arciformes.

Figure 2 : Type de céramique du niveau 2 A de la Grotte IV de St. Pierre de la Fage (Hérault), daté de -3570, exprimant les caractéristiques essentielles de la poterie fagienne.

11Cette grande variété d’invention se manifeste encore dans les arceaux placés au-dessus de l’attache supérieure de l’anse par leur traitement soit en pastilles appliquées, soit en cordon impressionné, soit aussi en large bandeau à remplissage d’impressions ou par cannelures en arceaux opposés.

12La répartition de ce Fagien est certes faussée par la pénurie des fouilles profondes dans la région du Haut-Languedoc. Citons cependant Limonesque et surtout Camprafaud. Il n’existe pas, semble-t-il, plus à l’intérieur des terres (La Poujade, Puechmargues, Sargels, Roquemissou par exemple en sont totalement démunis). Par contre, on peut relever certains caractères de ce type en Espagne : Molinot, Cova del Or. En Italie : Monte Mayor, La Pollera et surtout les Arene Candide (couche 13), montrant peut-être pas une influence « Fagien », mais l’application d’un courant de même esprit.

13L’existence de plusieurs faciès qui, notamment en France méridionale, possèdent une céramique dont l’évolution reste parallèle tout en conservant des caractères propres empruntés cependant à la Phase commune précédente, nous amène à reconnaître une phase terminale du Néolithique ancien ou Phase III. Pour exemple citons :

  • En Espagne, le faciès de Molinot.

  • Dans les Pyrénées catalanes espagnoles et françaises, celui de Montbolo.

  • Dans le Roussillon et l’Aude, le Bizien.

  • Dans la moyenne vallée de l’Hérault, le faciès du Pouget avec ses grandes jarres à cordons qui, de la surface extérieure du vase, dépassant le sommet de la lèvre, se prolongent à l’intérieur du récipient, ainsi qu’une grande coupe à carène très adoucie au maximum de laquelle est accroché un long cordon horizontal perforé longitudinalement.

  • Dans l’arrière pays provençal, le style de Fontbrégoua.

14La chronologie de cette Phase III du Néolithique ancien ne présente pas une réelle uniformité dans toutes les régions considérées. Elle semble être fonction des différences géographiques de la topographie des implantations ainsi que de l’avancement ou du retard de l’état d’évolution des groupes humains. Cependant il semble que le maximum d’intensité puisse être fixé dans le premier 1/4 du IV° millénaire (ex : Molinot : -3.800, -3.750).

15Or, dès cette date, si ce n’est au tout début du IV° millénaire, apparaît une céramique faite d’une pâte dont l’ingrédient est uniforme et manifestement calibré ; au montage exécuté par estampage ou par plaques préfabriquées donnant des formes ouvertes et souvent carénées ; au traitement de surface réalisé sur support sec ; à la décoration rare, mais gravée après cuisson, créant alors un nouveau genre de motif.

16Il en ressort que l’extrême variété de ces groupes encore d’appartenance Néolithique ancien, comme leur perduration au-delà des premiers témoignages du Néolithique moyen, sont des éléments qui interdisent de considérer ces faciès comme seuls capables d’être à l’origine de cette nouvelle ère, mais plutôt comme le reflet des processus de diffusion des courants de renouveau sur certains conservatismes autochtones : étape obligatoire avant que l’unité chasséenne ne s’établisse.

Figure 3 : Tableau synoptique de la céramique de St. Pierre de la Fage, illustrant les Phases II et III du Néolithique ancien. La Phase II évolue en trois étapes :

- la plus ancienne se répartit dans les couches 4A, 3E et 3D,

- l’étape moyenne, dans la couche 3C,

- la plus récente, dans la couche 3B.

La phase III, de type Fagien, est représentée dans les couches 2B et 2A.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Stratigraphie synthétique dirigée sud-nord. La partie sud, à gauche, est très caillouteuse alors que la partie nord, à droite, devient progressivement argileuse. La base est constituée au sud d’un chaos rocheux, au nord d’une épaisse semelle calciteuse à fort pendage dirigé vers le sud, sur laquelle s’appuie un remplissage d’argile rougeâtre.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Figure 2 : Type de céramique du niveau 2 A de la Grotte IV de St. Pierre de la Fage (Hérault), daté de -3570, exprimant les caractéristiques essentielles de la poterie fagienne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1144/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Figure 3 : Tableau synoptique de la céramique de St. Pierre de la Fage, illustrant les Phases II et III du Néolithique ancien. La Phase II évolue en trois étapes :
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1144/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search