Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Le Néolithique ancien dans le bassin supérieur de la Garonne

Jean Vaquer

Résumé

Les recherches récentes concernant le Néolithique ancien du bassin supérieur de la Garonne permettent de douter de l’existence du « Languedocien » conçu comme une civilisation originale du Mésolithique et du Néolithique ancien. Les industries macrolithiques en quartzite caractérisent en fait tout le Néolithique de cette région et en particulier ses phases évoluées. Le véritable Néolithique ancien présente en réalité des affinités d’une part avec certains ensembles de l’Epicardial évolué du Languedoc ou de Catalogne et d’autre part avec le Rouca-dourien d’Aquitaine. Les caractères frustes observés dans la culture matérielle semblent plutôt liés à des causes économiques qu’à un isolement culturel de plus en plus démenti par les faits. Bien que la pratique de la céréalicul-ture et qu’un élevage diversifié soient attestés, les activités traditionnelles de prédation ont gardé de la vigueur et sont le signe de petits groupes sociaux en mutation lente plutôt que de véritables communautés de colons.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

1Le Néolithique du bassin supérieur de la Garonne est surtout connu pour ses importants villages chasséens mais l’on ignore si ces derniers résultent d’une colonisation ou bien s’ils représentent l’aboutissement d’un long processus de mise en valeur agro-pastorale amorcé dès le Néolithique ancien. Cette période est en effet très mal connue dans cette région et l’existence d’un « Languedocien » à macro-outillage quartzitique, en tant que tradition culturelle originale du Mésolithique et du Néolithique ancien, soulève plus de questions qu’elle n’en résoud. Une révision de certaines séries pyrénéennes et quelques découvertes récentes révèlent des matériaux rattachables à un véritable Néolithique ancien. Ces éléments argumentent la problématique des relations entre le Péri-cardial et l’Epi-cardial de l’Aude et les gisements roucadouriens d’Aquitaine. L’isolement de ces derniers est rompu et selon le côté où l’on se place on peut envisager une annexion de ces ensembles dans un sens ou dans l’autre. Si, comme le soulignait récemment J. Roussot Larroque (1), le décalage chronologique et culturel vis-à-vis de la zone côtière du Languedoc est peu accusé, des différences plus sensibles ont pu exister au plan économique et pourraient expliquer le caractère rudimentaire de ce Néolithique ancien.

Un Néolithique ancien original ? : le problème des stations à macro-outillages de la vallée de la Garonne.

2Le problème de la datation des outillages lourds en quartzite rattachables au complexe baptisé « Languedocien » par l’Abbé H. Breuil est un des plus épineux de la préhistoire du bassin supérieur de la Garonne.

3De nombreuses stations de cette région ont livré en effet des séries impressionnantes de gros outils réalisés sur galets (pesons, disques, rabots, pics, couteaux, scies à encoches, tranchets, haches taillées, haches polies et ébauches) parfois accompagnés d’outillages en silex et plus rarement de céramique (celle-ci n’est en général pas conservée sur ces gisements de surface).

4Alors que leur inventeur les rattachait à une civilisation originale du Paléolithique moyen, L. Méroc s’est attaché à les rajeunir avec des arguments très convaincants mais ne pouvait les dater précisément faute de fouilles importantes (2). Bien que la plupart des types d’outils languedociens aient été trouvés en nombre dans les structures chasséennes de Villeneuve-Tolosane et de Saint-Michel-du-Touch, L. Méroc les considérait comme un legs d’une civilisation antérieure, d’origine mésolithique qui aurait perduré tout au long d’un hypothétique Néolithique ancien dont il pensait avoir repéré un gisement caractéristique au Terrier Ferrage à Couladère (Haute-Garonne). Ces hypothèses n’ont pas cependant trouvé confirmation dans les recherches régionales récentes. Les fouilles réalisées par E. et M. Orliac dans les niveaux mésolithiques de la grotte de la Tourasse à Saint-Martory (Haute-Garonne) n’ont pas révélé la présence d’outillages languedociens. Ces derniers se retrouvent par contre en abondance dans les gisements chasséens et plus récents de la région. Rien ne permet d’affirmer que les importantes stations à macro-outillages de la vallée de la Garonne puissent se rapporter à un éventuel groupe original du Mésolithique ou du Néolithique ancien. La révision des séries du Terrier Ferrage ne permet aucune certitude car ce gisement se rapporte plus probablement à l’Age du Bronze qu’à un Néolithique ancien.

5Dans ces conditions, la plus grande prudence s’impose et il faudra attendre la fouille méthodique d’un important gisement du Néolithique ancien pour connaître la contribution éventuelle de ces groupes à l’édification de ce complexe lithique particulier.

Le Néolithique ancien du bassin supérieur de la Garonne : caractères et affinités.

6Le recensement des données anciennes et quelques découvertes récentes permettent de cerner quelques caractères du Néolithique ancien dans cette région et d’établir des comparaisons avec des régions voisines. Les données sont encore trop fragmentaires pour permettre une synthèse, nous les présenterons par gisements (Fig. 1).

Figure 1. — Carte des gisements du Néolithique ancien dans le bassin supérieur de la Garonne.

1. Le gisement de Sagnebaude, Arfons (Tarn) :

7Le gisement de plein air, détruit par des travaux forestiers, se trouve dans la partie occidentale de la Montagne Noire. Il recélait probablement plusieurs structures de combustion à remplissage de galets de quartz chauffés. Il a livré une petite série lithique en silex qui comporte une fléchette du Martinet et une armature tranchante de type Jean Cros. La céramique très mal conservée est grossière avec traces très nettes d’un montage au colombin. Un vase était décoré de panneaux incisés bordés de barbelures dans le style épi-cardial, tandis qu’un autre, qui porte un décor de grosses impressions groupées et séparées par des décors ondés réalisés au peigne et imitant le décor cardial, évoque la poterie de Roucadour C (Fig. 2).

2. Le gisement de La Molière, Graulhet (Tarn) :

8Un gisement caractérisé par deux couches à accumulations de coquilles d’escargots a été repéré dans une carrière par C. et G. Servelle. Deux tessons décorés, l’un d’une cannelure, l’autre d’impressions, se rattachent au Néolithique ancien (4).

Figure 2. — Céramique décorée de l’habitat de Sagnebaude, Arfons, Tarn.

3. Une grotte de l’Ariège (peut-être la grotte de l’Herm ?) :

9Deux vases dont la provenance est incertaine se rattachent indubitablement au groupe de Montbolo (5) (Fig. 5, n° 2 et 3).

4. La grotte de Las Morts, Benaix (Ariège) :

10La couche la plus ancienne de ce gisement stratifié fouillé par J.M. Durand a livré des éléments qui pourraient éventuellement se rapporter à un horizon évolué du Néolithique ancien (6).

11Les débris de céramique recueillis appartiennent à des marmites avec anses en ruban et décors de cordons en relief. Le seul élément qui évoque le Néolithique ancien est un fragment de vase globuleux qui devait porter une anse dont les bords se poursuivent par des filets en relief. Cette couche a livré des vestiges d’industrie lithique en quartzite et une abondante série d’outillage osseux.

5. La grotte de Querenas à Labastide-de-Sérou (Ariège) :

12Quelques traces d’une occupation du Néolithique ancien ont été reconnues par J. Guilaine dans ce petit gisement fouillé par J. Vezian (7).

6. L’abri Martel à Niaux (Ariège) :

13La couche la plus ancienne du remplissage stratifié de cet abri a livré des vestiges qui pourraient se rapporter à un Néolithique ancien évolué. L’élément le plus caractéristique est un tesson portant une anse en ruban dont les bords se poursuivent par des cordons en relief courbes (8).

7. La Spugo, Ganties-les-Bains (Haute-Garonne) :

14Cette vaste caverne recélait une intéressante stratigraphie ; d’importantes fouilles y furent réalisées par J. Cazedessus pendant la dernière guerre mondiale. Ces travaux ont été brièvement relatés dans un intéressant article de L. Méroc qui contrôla partiellement ces recherches et s’intéressa tout particulièrement aux couches à escargots de ce gisement (9). Ces niveaux à accumulations de coquilles de Cepaea nemoralis se trouvaient au-dessus d’un niveau magdalénien et sous un niveau livrant des vestiges du Chalcolithique et de l’Age du Bronze. Leur âge néolithique fut énoncé par le fouil-leur qui déclarait y avoir trouvé des poinçons en os, des outils en pierre polie et de la céramique. Désirant s’assurer de ces faits L. Méroc put participer lui-même à la fouille d’une partie de l’escargotière et constata qu’elle était composée d’une intercalation de niveaux à coquilles et de niveaux argileux ou cendreux, sur une épaisseur d’environ un mètre. Les rares éléments trouvés dans le petit lambeau subsistant ne permettaient pas cependant un diagnostic précis. Nous avons examiné ces vestiges, en particulier les trois tessons de céramique qui nous laissèrent perplexes, d’autant que l’un d’entre eux ressemble fort aux céramiques du riche niveau de La Tène III qui couronne la stratigraphie. Nous avons pu récemment examiner en détail les vestiges recueillis par J. Cazedessus et son collègue L. Mothe et avons pu isoler un lot de matériel et une série de faune qui proviennent à coup sûr des niveaux à escargots (comme l’indiquent les marquages ou bien les menus fragments de coquilles concrétionnés qui adhèrent encore à de nombreuses pièces).

15L’industrie lithique issue de la « couche à helix » est soit réalisée en silex, soit en quartzite. Les pièces en silex sont peu caractéristiques, il s’agit d’éclats allongés retouchés (Fig. 3, n° 1 et 4). Les pièces en quartzite sont plus intéressantes car elles se rattachent au vaste complexe des outillages sur galets du Néolithique de la vallée de la Garonne. Parmi les éléments les plus caractéristiques on remarque un couteau à dos abattu (Fig. 3, n° 2), un racloir discoïdal (Fig. 3, n° 5) et trois fragments de haches polies (Fig. 3, n° 3).

Figure 3. — Spugo de Ganties (Haute-Garonne). Industrie lithique de « la couche à helix ». N° 1 et 4 lamelles retouchées, n° 2 couteau à dos abattu, n° 3 fragment de hache polie, n° 5 racloir discoïdal. (n° 1-4 : silex — n° 2-3-5 : quartzite).

16L’industrie osseuse est abondante et comporte une série de poinçons parfois très effilés, évoquant les piques à escargots du Pueymaü. Des bois de cerf ont été débités ou sciés.

17Les tessons de céramique provenant de la couche à escargots sont peu nombreux. Si l’on excepte quelques tessons infiltrés à partir des niveaux supérieurs on constate que cette céramique présente des caractères très rudimentaires. La pâte, quoique bien cuite, comporte un dégraissant très abondant et celui-ci est très gros et affleure souvent à la surface (débris de quartz pilé). Les cassures de certains tessons montrent très nettement les traces d’un montage au colombin. On peut reconnaître la présence de plusieurs récipients :

  • bord de coupe en calotte de sphère.

  • un gros fragment appartient à un vase globuleux dont le bord épaissi présente une lèvre crénelée de petites incisions faites à la spatule (Fig. 4, n° 1).

  • Plusieurs fragments appartiennent à une grosse marmite, la partie supérieure porte un décor de cordons en relief dont un est horizontal et surmonte une anse tandis que les autres sont verticaux et dépassent le bord en formant de multiples protubérances (Fig. 4, n° 2).

  • Deux récipients, un bol et une marmite à carène douce, présentent une pâte épurée et des surfaces bien lissées.

18Ces divers éléments se rapportent assurément au Néolithique ancien et il n’est pas exclu que plusieurs phases soient représentées puisque la couche mesurait plus d’un mètre d’épaisseur.

8. La fosse 170 A du site d’Arihouat à Garin (Haute-Garonne) :

19Sur l’emplacement de l’importante nécropole protohistorique quelques fosses remplies de cendres et de terre cuite ont été détruites par des travaux. L’une d’elles a livré à A. Muller les tessons d’une grosse marmite ellipsoïdale portant une anse en bobine à partir de laquelle se développe un décor d’arceaux en relief. Ce type de décor évoque les productions céramiques de la fin du Néolithique ancien catalan (Epicardial final ou groupe de Montbolo) (10), (Fig. 5, n °1).

9. L’abri de Buholoup, Montbéraud (Haute-Garonne) :

20Cet abri dont le remplissage stratifié a été abîmé par des travaux routiers et des fouilles clandestines recèle plusieurs niveaux d’habitat caractérisés par des accumulations de coquilles d’escargots. Le niveau supérieur contenait une structure de combustion remplie de gros galets chauffés autour de laquelle se trouve un sol d’habitat comportant des amas de débitage de silex, de nombreuses coquilles de Cepaea nemoralis et quelques tessons d’une céramique grossière à gros dégraissant quartzeux montrant les traces d’un montage au colombin. L’un d’eux porte un décor de large cannelure qui peut appartenir au Néolithique ancien.

Figure 4. — Spugo de Garnies (Haute-Garonne). Céramique de la « couche à hélix ». Le récipient n° 2 évoque tout particulièrement les productions de l’Epicardial franco-ibérique.

10. Le gisement de la Tourasse à Saint-Martory (Haute-Garonne) :

21Les couches supérieures de ce célèbre gisement stratifié ont été presque totalement enlevées lors des premières fouilles. Quelques armatures de type Jean Cros attestent le passage d’un groupe du Néolithique ancien. Lors des recherches récentes d’E. et M. Orliac, une seule armature de ce genre a été trouvée dans la couche B 2, aucun tesson ne l’accompagnait.

11. La fosse à escargots de Villeneuve-Tolosane (Haute-Garonne) :

22Les traces d’une occupation pré-chasséenne ont été trouvées dans une fosse qui était remplie de cendres et de plusieurs dizaines de milliers de coquilles d’escargots appartenant à l’espèce Cepaea nemoralis (10). La céramique de cette fosse, coupe, bols et marmites globuleuses munies d’anses en ruban, est bien cuite, bien polie mais se singularise par un gros dégraissant. Elle présente des affinités avec les groupes à céramique lisse de la transition Néolithique ancien - Néolithique moyen (groupe de Montbolo-Proto-chasséen). Une datation de la première moitié du quatrième millénaire avant notre ère a été obtenue à partir de charbons issus de cette fosse (non calibrée).

23Bien que ces données soient peu abondantes et disparates, on peut établir des comparaisons avec les régions voisines et proposer les linéaments d’un classement chronologique et culturel.

24Si l’on prend comme base les enseignements de la stratigraphie de la grotte Gazel, Sallèles-Cabardès (Aude) qui illustre le mieux la périodisation du Néolithique ancien en Languedoc, on constate que les séries actuellement disponibles dans le bassin supérieur de la Garonne ne peuvent correspondre qu’aux phases évoluées définies par J. Guilaine (11).

25Les céramiques décorées de motifs incisés, impressionnés ou plastiques trouvés à Sagnebaude, à la Molière ou à la grotte de la Spugo de Ganties évoquent l’Epicardial de la phase 3 de la grotte Gazel.

26Les céramiques peu décorées et parfois bien polies, dont quelques exemplaires sont connus à la Spugo de Ganties et à l’abri Martel ainsi que les remarquables témoins de la grotte du Mas de la Fineau 3 à Livernon (Lot) (Fig. 5, n° 4-5) (12), peuvent appartenir à un Néolithique ancien plus évolué (du type Gazel 4).

27Les témoins recueillis à Garin et dans une grotte de l’Ariège se rattachent indubitablement au groupe de Montbolo dont ils constituent les éléments les plus nord-occidentaux.

28L’escargotière de Villeneuve-Tolosane n’a pas livré beaucoup de céramique, mais celle-ci appartient à un groupe pré-chasséen à céramique lisse.

29Si les affinités avec le Languedoc sont très grandes, on doit remarquer aussi de nombreuses concordances avec les gisements roucadouriens de l’Aquitaine que l’on pourrait rattacher au même ensemble. Des liens très étroits unissent en effet ces trois régions non seulement au Néolithique ancien mais bien avant, depuis l’apparition des industries mésolithiques à trapèzes (13). Les quelques gisements du bassin de la Garonne rompent l’isolement des sites roucadouriens et les rapprochent de gisements languedociens comme l’abri Jean Cros, la grotte Gazel ou de l’abri de Dourgne qui ont livré des séries lithiques abondantes, très proches de celles des sites aquitains et qui connaissent eux aussi des productions céramiques très grossières de vases mal montés cassant selon les joints de colombin.

Une inertie économique ?

30Les données concernant le problème crucial du mode de subsistance sont malheureusement très rares dans le bassin supérieur de la Garonne.

31Les activités traditionnelles de prédation semblent partout avoir perduré avec vigueur. La chasse aux cervidés, sangliers et aurochs jouait un rôle important à la Spugo de Ganties de même que le ramassage des escargots. Cette dernière activité qui avait eu une importance certaine au Mésolithique dans les Pyrénées (énormes accumulations du Mas-d’Azil et du Pueymaü) a gardé dans cette région la faveur des populations tout au long du Néolithique ancien, comme en témoignent de multiples gisements : Jean Cros, Spugo de Ganties, Buholoup, Molières, Villeneuve-Tolosane et aussi d’autres sites sur lesquels nous ne possédons que des renseignements fragmentaires : Clot de la Spugo à Saint-Bertrand-de-Comminges ; abri de la Spugo à Saliech (Haute-Garonne).

32Bien que rares, les indices de l’économie de production de nourriture sont tout de même présents.

33Les traces d’une céréaliculture naissante repérées dans certains gisements languedociens (grotte Gazel, Abeurador, tourbière de Fournas) ou quercynois (Rou-cadour) existent aussi dans le bassin supérieur de la Garonne. L’empreinte d’un grain de céréale (14) a pu être relevée sur un tesson de « la couche à helix » de la Spugo de Ganties. La présence de haches polies dans le même gisement pourrait suggérer la pratique d’essartages.

34La documentation concernant les débuts de l’élevage, très abondante dans certains gisements audois (Jean Cros, Gazel, Dourgne) ou aquitains (Roucadour, Le Cuzoul de Gramat) est encore parcimonieuse dans le bassin de la Garonne. La série de la Spugo de Ganties est cependant très intéressante puisqu’elle comporte des ovins, des caprins, des bovins et porcins domestiques. Parmi ces pièces, une présente un intérêt exceptionnel : il s’agit d’un crâne de bélier dont la morphologie est très proche de celle d’un mouflon (15) et pourrait correspondre à celle d’un ovin domestique primitif.

Conclusions

35Le vide documentaire qui existait naguère entre la Méditerranée et l’Aquitaine commence peu à peu à se résorber. Les premières données disponibles montrent que l’on doit considérer avec la plus grande circonspection l’existence d’un « Languedocien » en tant que civilisation originale à outillage lourd en quartzite. Le véritable Néolithique ancien du bassin supérieur de la Garonne présente en fait de nombreux points communs avec celui du Languedoc dans ses phases évoluées (Epi-cardial). Comme dans un certain nombre de séries audoises, il présente des caractères très frustes qui se retrouvent dans les sites roucadouriens que l’on pourrait rattacher au même ensemble.

Figure 5. — Eléments céramiques du Néolithique ancien évolué et du groupe de Montbolo. N° 1 : fosse 170 A d’Arihouat, Garin, Haute-Garonne, (dessin aimablement communiqué par A. Muller) ; n° 2 et 3 : gisement indéterminé de l’Ariège, peut-être la grotte de l’Herm (d’après C. Barrière) ; n° 4 et 5 : grotte du Mas de la Fineau III, Livernon; Lot (d’après J. Clottes).

36L’aspect rudimentaire de ce Néolithique ancien ne semble pas dû à des causes uniquement culturelles mais aussi économiques. Bien que l’économie de production de nourriture soit attestée (céréales et animaux domestiques) elle ne devait pas être très florissante et ne semble pas avoir permis la création de communautés villageoises. Les habitats connus sont petits, dispersés et souvent troglodytiques. Les activités traditionnelles de chasse, cueillette, ramassage des mollusques restèrent longtemps en faveur et traduisent l’exploitation d’un milieu forestier très dense. Le maintien des activités prédatrices faisait probablement partie de la stratégie économique et pouvait constituer une source facile et rentable de subsistance dans ces régions encore peu peuplées. Le retard économique constaté qui a des répercussions dans la culture matérielle, le mode de vie et la société, pourrait donc résulter davantage d’une bonne adaptation à des conditions naturelles et démographiques particulières plutôt qu’à un isolement culturel de plus en plus démenti par les faits. Néolithisés de longue date à partir de la côte méditerranéenne, ces groupes n’ont pas été aussi passifs qu’on pourrait le croire puisqu’ils ont réussi, certes graduellement, la lourde tâche d’introduire et d’adapter l’élevage et la céréaliculture à ces régions probablement très boisées et en tout cas différentes de la zone méditerranéenne du Languedoc.

Bibliographie

Bibliographie

1. – Roussot Larroque (J.). 1977. Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine. Bulletin de la Société Préhistorique Française, T. 74, 1977, Études et travaux, fasc. 2, pp. 559-582, 11 figures.

2. – Méroc (L.). 1985. Le Languedocien de la haute et de la moyenne vallée de la Garonne. Miscelanea en homenaje al Abate Henri Breuil, Barcelona, 1965, T. II, pp. 149-172, 7 figures.

3. – Méroc (L.). 1970. Le Cardial, dans la haute et moyenne vallée de la Garonne et ses affluents pyrénéens. Les civilisations néolithiques du Midi de la France. Colloque de Narbonne, 1970. ATACINA 5, pp. 23-25, 1 figure.

4. – Signalé dans : Clottes (J.). 1981. Compte-rendu d’activités de la circonscription de Midi-Pyrénées. Gallia Préhistoire. T. 24, 1981, fasc. 2, p. 562, Fig. 35.

5. – Barrière (C). 1973. Documents céramiques pyrénéens. Travaux de l’Institut d’Art Préhistorique, T. XVI, 1973, pp. 213-216, 2 figures.

6. – Durand (J.M.). 1968. La préhistoire de l’Ariège du Néolithique 1 à la période de la Tène. Société Ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, T. XXIV, 1968, 230 Fig. 56 pl.

7. – Guilaine (J.). 1971. La néolithisation de l’Aude et des Pyrénées méditerranéennes françaises. Fundamenta. Die anfànge des neolithikums vont Orient bis Nordeuropa. T. VI, pp. 100-121, 9 Fig., 7 pl.

8. – Bellamy (J.M.), Niaux. Morphologie, climat et occupation des abris, Archives d’Ecologie Préhistorique, Toulouse, 1981, 6, 140 p., 45 fig. 14 pl.

9. – Méroc (L.). 1957. Les couches à escargots de la Spugo de Ganties. Bulletin de la Société d’Etudes et de Recherches Préhistoriques des Eyzies, T. 7, pp. 1-8.

10. – André (J.), étude en cours.

11. – Guilaine (J.). 1970. Sur l’Epicardial languedocien. Les civilisations néolithiques du Midi de la France. Colloque de Narbonne, 1970, pp. 13-16, 1 figure.

12. – Clottes (J.). 1979. Compte-rendu d’activités de la circonscription de Midi-Pyrénées. Gallia Préhistoire, T. 22, 1979, fasc. 2, p. 639, Fig. 13.

13. – Barbaza (M.). 1981. Recherches sur l’Epipaléolithique en Languedoc et Catalogne. Thèse de 3e Cycle, E.H.E.S.S., Toulouse, 1981, 448 p., 103 Fig.

14. – Le moulage de cette empreinte a pu être étudié par Ph. Marinval : il s’agirait d’un grain de blé.

15. – Geddes (D.), étude en cours.

Notes de fin

1 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur, Toulouse.

Table des illustrations

Légende Figure 1. — Carte des gisements du Néolithique ancien dans le bassin supérieur de la Garonne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1143/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 2. — Céramique décorée de l’habitat de Sagnebaude, Arfons, Tarn.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1143/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Figure 3. — Spugo de Ganties (Haute-Garonne). Industrie lithique de « la couche à helix ». N° 1 et 4 lamelles retouchées, n° 2 couteau à dos abattu, n° 3 fragment de hache polie, n° 5 racloir discoïdal. (n° 1-4 : silex — n° 2-3-5 : quartzite).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1143/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure 4. — Spugo de Garnies (Haute-Garonne). Céramique de la « couche à hélix ». Le récipient n° 2 évoque tout particulièrement les productions de l’Epicardial franco-ibérique.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1143/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 5. — Eléments céramiques du Néolithique ancien évolué et du groupe de Montbolo. N° 1 : fosse 170 A d’Arihouat, Garin, Haute-Garonne, (dessin aimablement communiqué par A. Muller) ; n° 2 et 3 : gisement indéterminé de l’Ariège, peut-être la grotte de l’Herm (d’après C. Barrière) ; n° 4 et 5 : grotte du Mas de la Fineau III, Livernon; Lot (d’après J. Clottes).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1143/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 306k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search