Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

L’abri du Roc de Dourgne

Écologie des cultures du mésolithique et du néolithique ancien dans une vallée montagnarde des Pyrénées de l’est

Jean Guilaine, Michel Barbaza, Jean Gasco, David Geddes, Guy Jalut, Jean Vaquer et Jean-Louis Vernet

Résumé

À 710 m d’altitude, mais entouré de plateaux culminant à 2000 m, dans la haute vallée de l’Aude, le site de Dourgne fournit une intéressante séquence stratigrafiée du 7e au 4e millénaire avant J.C. Des études pluridisciplinaires (sédimentologie, palynologie, anthracologie, étude des industries, de la céramique, des parures, archéozoologie, aménagement de l’espace, etc.) permettent de déboucher sur une vision des cultures et de leur milieu du Mésolithique jusqu’à un Néolithique accompli. Les interactions homme-milieu sont approfondies et la part progressive des interventions anthropiques par rapport à l’évolution climatique soulignée. Dourgne fournit donc un modèle de néolithisation en milieu Est pyrénéen, sans rupture économique (successivement : chasse au bouquetin, chasse au sanglier, montée de l’élevage des ovicaprinés et de l’agriculture, spécialisation accentuée sur un élevage ovin).
Ces étapes montrent aussi de quelle façon ont évolué le statut de l’abri et les aménagements qui en ont résulté.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Note portant sur l’auteur4

Note portant sur l’auteur5

Note portant sur l’auteur6

Note portant sur l’auteur7

Texte intégral

1Le site concerné par cette note se trouve sur la rive gauche de l’Aude, -dans la partie pyrénéenne de son cours- dans le massif dit « Roc de Dourgne » (commune de Fontanès-de-Sault, Aude). Deux cavités voisines s’ouvrent ainsi à une vingtaine de mètres au-dessus du fleuve et à une quinzaine de mètres au-dessus de la route-nationale 118 qui emprunte ici la vallée encaissée creusée par le cours d’eau. La première dite « grotte des Maquisards » (Dourgne I) présente une entrée en partie murée ; elle traverserait le massif de part en part. A quelques mètres à l’est de la précédente, la deuxième cavité (Dourgne II) comprend une galerie d’une quarantaine de mètres de développement, flanquée de diverticules secondaires. L’entrée de cette grotte est constituée par un abri d’une dizaine de mètres de développement pour une profondeur de 3 à 4 m. Cet auvent était, antérieurement à nos recherches, très colmaté et en partie gagné par la végétation. Nos recherches, conduites de 1972 à 1975 et en 1981 ont porté sur 15 m2. Elles ont permis de mieux juger des proportions de l’abri et de sa capacité de protection au cours des temps holocènes.

2L’intérêt de ce gisement réside dans un certain nombre de données que l’on peut schématiser ainsi :

  1. il permet d’observer, en l’état des connaissances, la seule séquence stratigraphique actuellement connue en Languedoc occidental et Pyrénées méditerranéennes françaises pour ce qui concerne le Mésolithique moyen, récent et final. Cette séquence est coiffée par des strates du Néolithique ancien et moyen.

  2. du 7e au 4e millénaire avant notre ère, on peut donc suivre sur ce site l’évolution de la culture matérielle, en liaison avec les modifications bio-climatiques et économiques qui ont affecté l’environnement par suite de processus climatiques et anthropiques.

  3. ainsi est-il possible d’approcher la signification réelle de la vague d’influence « Néolithique ancien » dans un cadre nettement montagneux (le site, implanté dans la vallée, n’est qu’à 710 m d’altitude mais se trouve entouré de plateaux ou de pics culminant à l’altitude moyenne de 1 500 à 2 000 m).

Stratigraphie et évolution de l’occupation humaine

3L’évolution stratigraphique générale s’articule ainsi, de bas en haut (coupe levée le long de la travée E sur le front intérieur de la fouille, mais présentant, localement, des variantes latérales).

  • à 1,30 m : Couche 11 (strate caillouteuse - blocs calcaires), puissante de 0,50 m dans le carré sondé F 7, emballée dans une matrice argilo-sableuse de teinte jaune. Stérile.

  • à 1,10 m : Couche 10 b. Sédiment jaune clair, sableux, très fin, prenant localement appui sur des pointements de blocs calcaires.

4à 1,05 m : Couche 10. Fine strate à cailloutis menu emballé dans une matrice argileuse. Industrie mésolithique.

  • à 0,95/1 m : Couche 9. Sédiment gris brun incluant des dépôts d’apparence cendreuse vers l’extérieur, passant vers l’intérieur tantôt à une lentille cendreuse (F 9), tantôt à un sédiment noir, très meuble. Industrie mésolithique.

  • à 0.85 m : Couche 8. Sédiment brun foncé, pulvérulent ou tassé. Traces de feu localisées. Localement lentille cendreuse de faible épaisseur (carré E 7). Industrie mésolithique.

  • à 0,75 m : Couche 7. Sédiment fin de teinte brune ou jaune avec, localement, des dépôts blancs indurés (lentilles). Industrie du Mésolithique final.

  • à 0,60 m -.Couche 6. Sédiment brun alternant avec des amas blanchâtres en lentille (reposant parfois sur une passée rougie). Aménagements en fosses creusées à partir de C 6. Néolithique ancien.

  • à 0,45 m : Couche 5. Epaisse, on peut la subdiviser en un ensemble supérieur (5a), d’aspect cendreux, blanchâtre et un ensemble inférieur, brun, pulvérulent, charbonneux avec, localement, des passées cendreuses. Ce découpage n’est pas systématique sur toute la surface fouillée. Néolithique ancien.

  • à 0,30 m : Couche 4. Sédiment graveleux marron brun pour l’essentiel mais pouvant être subdivisé localement en niveaux (4a, 4b, 4c). Néolithique moyen et Age du Bronze.

  • à 0,15 m ou 0,25 m : Couche 3. Couche caillouteuse brun foncé faisant place, vers l’intérieur, à un puissant dépôt blanchâtre (cendres probables). Documents d’époque historique (médiéval).

  • à 0,10m: Couche 2. Sédiment fin, marron foncé, incluant vers l’extérieur des blocs de tailles diverses. Epais foyer noir à l’intérieur. Documents d’époque historique (médiéval).

  • à 0 m : Couche 1. Ensemble de niveaux télescopés comprenant divers feux successifs mêlés à de la terre mimique comportant des matières organiques en décomposition. Gros blocs tombés de la falaise dans le secteur externe.

5Dans l’ensemble la phase d’occupation majeure de l’abri (de C 10 à C 4) est marquée par une assez grande homogénéité du remplissage, pauvre en éléments grossiers. Les niveaux d’époque historique, caractérisés par des passages sans doute très épisodiques, montrent par contre un remplissage plus grossier et plus hétérogène.

Matériaux et caractères de l’industrie de la pierre et de l’os

6L’utilisation proportionnelle des matériaux utilisés par les préhistoriques (silex, radiolarite, cornéenne, quartz et divers : calcaire, quartzite, schiste, etc...) n’enregistre, tout au long de cette séquence, aucune rupture particulière et se situe toujours dans la tendance générale. Ainsi, l’usage du silex s’amplifie-t-il progressivement jusqu’à la fin du Mésolithique (C7) pour décroître non moins régulièrement au Néolithique. L’emploi de radiolarite et cornéenne augmente de la couche 10 à la couche 4 alors que le quartz, abondant dans la couche la plus basse, suit une progression exactement inverse. L’interprétation de ces mouvements reste conjecturale (l’usage accentué des roches locales corrélativement avec un certain recul du silex correspond-t-il à une sédentarisation plus marquée ?).

Figure 1 : Tableau général de l’évolution des industries à l’abri du Roc de Dourgne.

7Le matériel débité se caractérise par une très forte proportion d’éclats de dimensions réduites (2 à 3 cm de développement maximum), plus ou moins bien venus, souvent aussi larges que longs, massifs, à talon épais et bulbe bien marqué. En dehors de quelques éclats retouchés, les pièces sont essentiellement microlithiques. Les caractères essentiels de l’outillage se présentent ainsi :

  • Couche 10. Outillage peu abondant : grattoirs en silex ou en quartz typiques ou atypiques, perçoirs mal dégagés par retouches marginales, éclats minces retouchés, pièces esquillées. Une pointe de Sauveterre. Parmi le débitage : un microburin proximal, des nuclei informes, des éclats courts, des lamelles irrégulières.

  • Couche 9. On note quelques lamelles en silex à bords réguliers légèrement retouchés. Parmi les armatures : pointes triangulaires courtes classiques ou à retouches plates amincissantes, trapèzes asymétriques.

  • Couche 8. Pas de modification particulière dans la composition de l’outillage commun. Plus nombreuses, les armatures répètent les types signalés en C9. La tendance à une production lamellaire de qualité reconnue précédemment se confirme. Trois objets perforants signent les premières manifestations en os reconnues sur le site.

  • Couche 7. Le nombre des pièces lithiques augmente (fréquentation plus intense de l’abri en temps ou en individus ?). Grattoirs microlithiques et éclats retouchés s’associent à des perçoirs, des becs, des burins, des lames et lamelles retouchées. Armatures : trapèzes asymétriques à grande troncature rectiligne, triangles larges, nombreuses pointes triangulaires dont certaines avec la retouche plate. Un poinçon en os ; un retouchoir compresseur en bois de cervidé.

  • Couche 6. L’outillage commun comporte toujours des grattoirs courts, des perçoirs, des éclats retouchés ou denticulés, des pièces à encoche, des pièces esquillées, des lamelles à retouche continue. L’évolution des armatures désormais homogénéisées dans la catégorie unique des flèches tranchantes faisant encore apparaître la retouche plate, contraste avec la stabilité morphologique de l’outillage commun. Le rapport entre les deux types d’outillage demeure en outre sensiblement identique dans les couches 6 et 7.

8Le travail de l’os est marqué par un certain développement : restes d’un harpon plat à deux rangs de bar-belures, un estèque, un lissoir plat fragmentaire, un manche.

  • Couche 5. Les traditionnels outils sur éclats se raréfient soudainement alors que se développent lames et lamelles retouchées. Les armatures tranchantes sont nombreuses et variées. Une flèche perçante est connue à la partie supérieure de la couche. Le polissage se manifeste (deux haches polies). En os on note un fragment de harpon, une gaine, un objet perforant.

  • Couche 4. L’industrie, rare, signe des passages brefs. Elle comporte des lames retouchées, des pièces esquillées et deux armatures. Le silex blond, de type chasséen, est présent.

9Quelques remarques se dégagent de ce tableau :

    1. L’absence de variation brusque dans la fréquence d’utilisation de certains matériaux ;

    2. La constance morphologique des éléments du débitage de dimensions très modestes ;

    3. La permanence typologique et morphologique des outils communs (grattoirs, micro-perçoirs, pièces esquillées) ;

    4. La seule mutation rapide a concerné les armatures : très variées et de type « mésolithique » en C7, elles s’uniformisent brusquement au Néolithique ancien autour du type « flèche tranchante ». Ce mouvement, traduction vraisemblable d’un impact culturel ressenti avec force, s’effectue sur un substrat original, bien individualisé dans le bassin de l’Aude et nettement distinct du Castelnovien.

La céramique et la parure

10La poterie fait son apparition à Dourgne dans la couche 6 (et dans une fosse s’ouvrant à partir de cette strate : C 6 fosse).

  • Couche 6 et 6 fosse. La céramique est, au début, peu abondante : une soixantaine de tessons. La fragmentation s’oppose à une restitution saine de la forme des récipients. On peut identifier : un vase sphérique à col rétréci sub-cylindrique, muni d’une prise cassée ; un récipient à col cylindrique court et à panse renflée ; un bord de récipient hémisphérique type bol. Il existait de petits vases à côté de récipients plus volumineux, aux parois épaisses. Cette céramique se caractérise par l’absence totale de décor. En dépit d’encroûtements qui en rendent la lecture peu lisible, le lissage paraît avoir été correctement réalisé ; à côté, d’autres exemples montrent des surfaces moins soignées, plus irrégulières. Le dégraissant, à base de graviers de calcaire, de quartz et de pellicules de mica est fréquemment monté tel quel, non pilé. Il en résulte des pâtes grossières dont les aspérités influencent souvent la régularité des parois.

Figure 2 : Armatures triangulaires à retouches amincissantes ou « pointes de Gazel ». Formes recensées dans le bassin de l’Aude.

Figure 3 : Analyse anthracologique de Dourgne. Charbons étudiés (452) : couche 4 : 63 ; couche 5 : 190 ; couche 6 : 58 ; couche 7 : 41 ; couche 8 : 42 ; couche 9 : 30 ; couche 10 : 28.

A. Abies sp. ; T. Taxus baccata ; J. Juniperis sp. ; P. Pinus sylvestris ; Q. Quercus sp. à feuillage caduc ; B. Buxus sempervirens ; C. Corylus avellana ; Fr. Fraxinus sp. ; F. Fagus sylvatica (d’après J.-L. Vernet, 1980).

  • Couche 5. Du point de vue de sa confection, la poterie de la couche 5 présente souvent les mêmes caractères que ceux rencontrés dans la strate précédente : pâtes grossières incorporant des graviers cohabitant avec des pâtes de meilleure qualité. Le caractère archaïsant de cette poterie est également souligné par la présence du montage au colombin : il en a résulté de fréquentes brisures au point de contact de deux bourrelets. Sans être pour autant abondante, la céramique est mieux représentée que dans la couche 6 (160 fragments environ).

11Les formes paraissent toujours rechercher des volumes simples, inspirés de la sphère : vases à profil arrondi, sphériques ou hémisphériques, vases à courbure douce, sans carène. L’épaisseur des parois signe des récipients de volumes variés.

12Le décor apparaît et se manifeste discrètement par quelques motifs : bords encochés de stries parallèles ; lignes d’impressions au peigne, parfois regroupées ; stries parallèles, verticales ou obliques, sillons parallèles obliques, regroupés dans un cas par une ligne horizontale. Ces motifs sont étroitement caractéristiques de l’Epicardial languedocien.

13Une fosse, ouverte à la partie supérieure de C5, donc au contenu plus récent que celui décrit ci-dessus, renfermait les restes d’un récipient hémisphérique muni d’une anse en ruban. Quelques fragments d’une écuelle carénée, trouvés en C5, pourraient correspondre à l’intrusion des vestiges de ce même horizon.

  • Couche 4c. Couche observée localement. La céramique étudiable est réduite à quelques bords et notamment un fragment de vase à col cylindrique.

  • Couche 4b. Partiellement affectée par des remaniements, cette couche recélait les restes d’un vase à col à panse renflée, muni d’une barrette multiforée (Chasséen).

  • Couche 4a. Céramique de l’Age du Bronze final.

  • Couches 3, 2 et 1. Céramique d’époque historique.

14La parure des couches mésolithiques se limite à un lot de 16 Columbellae rusticae trouvées dans la couche 9, dans un même carré (collier ?). Les pièces portent une perforation au niveau de l’orifice, sur la partie la plus renflée de la coquille. Dans les couches du Néolithique ancien, les columbelles percées demeurent ; elles sont associées à des perles rondes et plates en coquillage ou en roche grise. En C5 apparaissent aussi des cerithes percées et une pendeloque brisée de forme sub-quadrangulaire probable, obtenue à partir d’un petit galet blanc.

Evolution de l’environnement

15L’étude des charbons de bois, secondée par l’analyse pollinique, fournit un aperçu relativement clair des changements paléoécologiques naturels puis anthropiques, du milieu de Dourgne. L’analyse sédimentologique met en évidence, pour la couche 11, un milieu humide et frais (probablement Paléolithique supérieur). Au cours de la première occupation epipaléolithique de l’abri, en C 10 (MC - 1108 : 8620 ± 120 B.P.), régnaient toujours des conditions tardiglaciaires. Les restes végétaux calcinés montrent la prédominance du Genévrier (Juniperus) et du Pin sylvestre (Pinus sylvestris), accompagnés du Sapin (Abies) et du Noisetier (Corylus). Cette végétation évoque un paysage ouvert dont le caractère montagnard se comprend si l’on tient compte de l’encaissement de la vallée et des caractéristiques climatiques locales liées à cette situation.

Figure 4 : Typologie et évolution des structures par couches de l’abri du Roc de Dourgne.

16Les données palynologiques et anthracologiques permettent d’affirmer la présence à proximité du site de Corylus, du Tilleul (Tilia cordata), du Prunellier (Prunus spinosa), de Pinus cf. sylvestris, à’Abies et de Juniperus dès la fin du Préboréal. Le Sapin persiste jusqu’au Néolithique ancien, couche 6 (MC - 1104 : 6470 ± 100 B.P.) ; l’If (Taxus baccata), le Genévrier et le Pin sylvestre jusqu’à la couche 5 (MC - 1102 : 6170 ± 100). Le Sapin et l’importance de l’If traduisent un climat frais et humide de basse montagne. La régression parallèle du Genévrier reflète de meilleures conditions de boisement. La présence du Buis (Buxus sempervirens) et des Chênes à feuillage caduc qui apparaissent vers le Boréal, dans les couches 9 et 8, vers 6000 b.c. atteste la présence de groupements thermophiles développés près du site sur le versant ensoleillé. Au Boréal (C9 et C8), Acer, Ulmus, Betula et Alnus font leur apparition ; puis des Salicacées (Salix ou Populus), Ilex et Fagus se développent à l’Atlantique.

17Dans les couches 5 et 4 disparaissent successivement le Sapin et l’If. A la même époque le Sapin atteint son maximum vers 1000 m à la tourbière du Pinet. Sa disparition près du site ne semble donc pas liée à un phénomène climatique. Pendant cette période (deuxième moitié du 5e millénaire) le Buis, élément généralement associé aux défrichements, atteint 60 % des charbons de bois dans la couche 5. A cette même époque le diagramme pollinique de la tourbière du ruisseau de Four-nas, à environ 5 kilomètres du site, montre des traces de déforestation et de cultures, avec présence de pollens de céréales. Il y aurait donc plusieurs siècles de décalage entre l’installation des Néolithiques et les premières atteintes importantes du milieu.

Le témoignage de la faune

18Les huit phases d’occupation du site de Dourgne permettent de suivre, en liaison avec les données culturelles, l’évolution de la faune de cette partie de la haute vallée de l’Aude sur plus de 3000 ans, de la première moitié du 7e millénaire jusqu’au milieu du 4e millénaire (Geddes, 1980, 1981a). Une analyse sommaire des pourcentages indique quelques généralités : une chute soudaine de Capra pyrenaïca après une représentation importante dans les couches 10 et 9 ; une régression continue des suidés (47 % à 9 %) et des bovidés (17 à 6 %) après la prédominance temporaire des suidés de la couche 9 ; la hausse puis la chute remarquable des petits carnivores sauvages dans les couches du Néolithique ancien ; l’apparition précoce des ovicaprinés domestiques dans les couches du 6e millénaire (C8 et C7), puis leur augmentation régulière jusqu’à la fin de la séquence. Si l’on admet une explication climatique pour le fléchissement du bouquetin et l’augmentation des suidés à la suite de modifications écologiques, et une explication culturelle pour l’arrivée des ovicaprinés domestiques, la faune de l’abri de Dourgne peut être interprétée selon trois phases. La première comprend l’Epipaléolithique des couches 10 à 8. La deuxième débute dans le Mésolithique final protonéolithique (C7) et englobe tout le Néolithique ancien. La troisième s’adresse au Néolithique moyen.

. Phase I. Le Mésolithique (vers 6700-5500 b.c.)

19L’économie mésolithique, dominée conjointement par le bouquetin et le sanglier, reflète la forte complexité des milieux qui caractérisent les Pyrénées méditerranéennes durant le Préboréal et le Boréal. De bonnes conditions pour le bouquetin se sont retrouvées réunies sous le climat froid et humide sur des pentes et des crêtes autour du site, colonisées par des cortèges montagnards et subalpins. Il est présent dans la couche 10 (6670 b.c.) et persiste d’ailleurs dans la couche 9. Bien que la forêt mésophile s’installe à cette altitude après 6500 b.c. (Jalut, 1977 : 57-67) et que des groupements thermophiles pénètrent dans la vallée à cette même époque, la présence de Juniperus et de Hippophae montre la persistance de zones non boisées en amont du site. A partir de la couche 8 où le bouquetin se raréfie, on peut considérer en toute vraisemblance que cette espèce, jusque-là présente à moyenne altitude dans la zone sous-pyrénéenne, migre à des altitudes supérieures à 1600 mètres environ, où elle trouve alors de meilleures conditions de climat et de végétation.

20Le sanglier aussi est déjà présent dans la couche 10 à la limite Préboréal-Boréal, dans un milieu qui paraît dans l’ensemble froid, humide et montagnard. La signification écologique du sanglier, qui est peut-être le meilleur indicateur de climat tempéré parmi la grande faune, va de pair avec les données paléobotaniques. Il trouve certainement d’excellents habitats dans les zones en voie de colonisation par la forêt mésophile, et dans les groupements subméditerranéens qui pénètrent ici le milieu montagnard. Il est peu vraisemblable que le sanglier demeure, tout au long de l’année, aux marges supérieures de la forêt, à moins que l’on n’envisage une modification de ses exigences écologiques. Cette espèce, peu adaptée au terrain montagnard mais très à l’aise sur les terrains de moyenne montagne, pouvait accéder à des habitats favorables sur les plateaux de Sault. Le couloir des gorges de l’Aude pouvait aussi favoriser ses déplacements.

21A la fin du Préboréal et aux débuts du Boréal, la situation de Dourgne favorise donc l’exploitation simultanée de la grande faune de ces milieux bien individualisés : le bouquetin en milieu montagnard, le sanglier en milieu boisé. Il est probable que les groupes mésolithiques s’installaient sous l’abri soit en été soit à la fin du printemps et au début de l’automne lors des déplacements entre les habitats d’été et ceux d’hiver.

. Phase II. Proto-Néolithique et Néolithique ancien (vers 5300-4200 b.c.)

22Une nouvelle phase de l’exploitation animale commence dans le Mésolithique final et persiste tout au long du Néolithique ancien. Un petit bœuf et un suidé, apparemment domestique, apparaissent avec la première céramique vers 4600 b.c. (couche 6), mais ces développements agissent peu sur l’économie animale dans l’immédiat. La fréquence du bœuf ne dépasse pas celle de l’aurochs avant le Néolithique moyen (2e millénaire). L’importance des suidés sauvages et domestiques diminue régulièrement jusqu’à la fin de l’occupation du site. L’apparition d’un ovicapriné domestique dans les couches du Mésolithique final, qui constitue l’innovation la plus remarquable (Geddes, 1981 b), ne bouleverse pas non plus l’économie de subsistance. Le mouton et la chèvre ne représentent que 20 % à 40 % de la faune pendant tout le Néolithique ancien, un taux relativement faible par rapport à ses fréquences dans les couches du Néolithique moyen.

23L’élevage des ovicaprinés domestiques s’installe au cœur d’une économie mésolithique qui, pendant le Boréal, s’oriente progressivement vers la chasse au sanglier et aux cervidés en liaison avec l’installation de la forêt mésophile à cette altitude. Cet élevage progresse aux dépens de la chasse au sanglier tout au long du Néolithique ancien et moyen. C’est durant le Boréal et l’Atlantique que le sanglier aurait trouvé un environnement optimal pour son développement sur les plateaux étages en cours de reforestation au nord et au sud du site. Or à ce moment-là les ovicaprinés commencent à jouer un rôle déterminant dans le développement de l’économie animale.

.Phase III. Néolithique moyen (vers 4000-3500 b.c.)

24Une troisième phase, le Néolithique moyen, se détache nettement des deux phases précédentes par les fortes proportions d’ovicaprinés et les pourcentages limités des autres espèces domestiques et sauvages à l’exception des carnivores. Le bœuf domestique remplace entièrement l’aurochs ; les suidés disparaissent presque totalement. Le taux élevé des ovicaprinés suggère les débuts de l’exploitation de ce milieu montagnard par le pacage saisonnier des moutons et des chèvres accompagné de celui des bœufs domestiques. Parallèlement, la disparition du Sapin et de l’If et l’abondance du Buis suggèrent un impact humain sur le milieu déjà très avancé : défrichements réguliers et maintenus, déstabilisation de la végétation par le pacage des ovicaprins, érosion des sols, raréfaction ou disparition de certaines essences végétales et de la faune sauvage. L’abri de Dourgne, station de chasse diversifiée mésolithique à laquelle s’est attaché un élevage d’ovicaprinés domestiques, devient désormais une halte spécialisée pour le pacage ovicaprin tributaire d’habitats permanents en basse altitude.

L’espace domestique : aménagements et structures

  • 1 Contenants fixes remplis de braises.

25L’abri de Dourgne a livré 46 aménagements (structures) qui permettent d’aborder indirectement l’évolution des statuts d’occupation de l’abri du Mésolithique (C10) au Néolithique ancien compris (C5). Les structures de maintien sont nombreuses : 14 (31 %) ; seules les couches 9 et 10 n’en possédaient pas. Les « foyers » sont au nombre de 10 pour le Néolithique ancien et de 15 pour les couches mésolithiques. Ils appartiennent à différents types. Les trous de combustion dominent (1/3) ; ils existent à tous les stades d’occupation, rarement en double exemplaire (C5, C8). Les foyers à plat, simples ou limités (24 %), sont bien représentés en C7 et dans les couches du Néolithique ancien (C6, C5). En C7 et C6 ils ont formé des amas semi-lenticulaires caractéristiques d’une utilisation répétée. Les braseros1, que l’on considèrera comme des structures de conservation, représentent 36 % des aménagements. Ils ont fonctionné à toutes les périodes mais il y en avait quatre en C7. On les a isolés des fosses de vidange (4 exemplaires, soit 12 %) qui sont peut-être l’indice d’une installation plus durable (C9, C6, C5). Enfin les excavations genre silos correspondent à un comportement propre au Néolithique ancien (12 %).

26Les couches mésolithiques paraissent témoigner d’une même utilisation de l’abri. Trous de combustion et foyers à plat y sont, après un test d’homogénéisation, en relative sur-représentation. Les premiers devaient avoir une fonction culinaire dominante tandis que les seconds assuraient l’éclairage, le chauffage, les travaux artisanaux nécessitant le feu. L’abri semble alors avoir été fréquenté en période courte et par un petit groupe qui - si ce n’est en C8 - n’éprouvait pas le besoin de calfeutrer son habitat. Ceci pourrait confirmer l’idée d’une occupation rapide du site par des chasseurs de bouquetin, en bande mobile. Les aménagements de la couche 7 sont plus originaux : les braseros y sont couplés à des foyers à plat éteints et réactivés. L’abri est alors aménagé de piquets et de poteaux pour mettre à l’abri le groupe des intempéries. Les installations sont simples, les fonctions sans doute multiples et non spécialisées : les braseros ont pu être des chaufferettes ou des feux pour façonner des végétaux, travailler l’os ou la pierre ; les foyers à plat, « bons-à-tout-faire », sont entretenus.

27Au Néolithique ancien, en C6, les structures domestiques sont importantes. Les fosses-silos peuvent être des réserves à court terme. L’habitat est équipé de tous les aménagements traditionnels. Les aires de combustion et les fosses de vidange, en « sur-représentation », peuvent indiquer une certaine durée dans l’installation: Les restes de l’occupation en C5 sont du même ordre, mais, après homogénéisation, semblent révéler un moindre degré dans l’aménagement de l’abri (braseros et aires de combustion sont moins représentés car l’usage ancien du feu à plat et du trou de combustion refait surface). Il faut peut-être y voir un rôle moins important de l’abri dans le rythme de vie du Néolithique ancien.

Bibliographie

Bibliographie

Abelanet (J.) et Charles (R.-P.) 1964. Un site du Néolithique ancien en Roussillon : la Cova de l’Espérit (habitat et sépulture). Cahiers Ligures de Préhistoire et d’Archéologie, t. 13, p. 133-206, 15 fig.

Barbaza (M.) 1981. Recherches sur l’Epipaléolithique en Languedoc et en Catalogne, Thèse de doctorat de 3e Cycle, ronéo., E.H.E.S.S., Toulouse, 448 p., 113 fig.

Barrière (C.) 1973-1974. Rouffignac, l’archéologie, Publications de l’Institut d’Art Préhistorique de l’Université de Toulouse-Le Mirait, t. XV, p. 1-160, 14 pl., 12 fig. ; t. XVI, p. 1-145, XX pl., 43 fig.

Escalon de Fonton (M.) 1976. Les civilisations de l’Epipaléolithique et du Mésolithique en Languedoc oriental, La Préhistoire Française, t. 1, 2, p. 1383-1389, 6 fig., éditions du CNRS, Paris.

Gasco (J.) 1981. Les structures domestiques en Languedoc du Mésolithique à l’Age des Métaux d’après l’étude de l’abri de Font-Juvénal (Conques, Aude) et de l’abri du Roc de Dourgne (Fontanès, Aude), thèse, E.H.E.S.S., Toulouse, 612 p., 313 fig.

Geddes (D.) 1980. De la chasse au troupeau en Méditerranée occidentale : les débuts de l’élevage dans le bassin de l’Aude, Archives d’Ecologie Préhistorique, Toulouse, 5, 145 p., 51 fig.

1981 a). - Les débuts de l’élevage dans la vallée de l’Aude, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 78, p. 370-377.

1981 b). - Les moutons mésolithiques dans le Midi de la France : implications pour les origines de l’élevage en Méditerranée occidentale, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 78, p. 227.

G.E.E.M. 1969. Epipaléolithique-Mésolithique. Les microlithes géométriques, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 66, Études et Travaux, p. 355-366, 6 fig.

1972. - Epipaléolithique-Mésolithique. Les armatures géométriques, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 69, Études et Travaux, p. 364-375, 8 fig.

Guilaine (J.) 1973. - Pointes triangulaires du Mésolithique languedocien, Estudios dedicados al Profesor Dr. Luis Pericot, Universidad de Barcelona, Istituto de Arqueologia y Prehistoria, p. 77-81, 2 fig.

1975. Un horizon « mésolithique » récent à la grotte Gazel en Languedoc, L’Epipaléolithique méditerranéen, Colloque international, éditions du CNRS, Paris, Aix-en-Provence, juin 1972, p. 53-59, 2 fig.

1976. - Premiers bergers et paysans de l’Occident méditerranéen, Mouton, Paris-La Haye, 286 p., 57 fig., 32 photo, h.-t.

Guilaine (J.), Vaquer (J.), Gasco (J.), Barrié (P.) 1976. L’abri de Dourgne II, Livret guide de l’excursion « Provence et Languedoc méditerranéen », IXe Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Nice, p. 312-315, 3 fig.

Jalut (G.) 1977. Climat et végétation des Pyrénées méditerranéennes depuis quinze mille ans, Archives d’Ecologie Préhistorique 2, Toulouse, E.H.E.S.S., 142 p., 15 fig., 16 diagrammes.

Jalut (G.), Sacchi (D.), Vernet (J.-L.) 1975. Mise en évidence d’un refuge tardiglaciaire à moyenne altitude sur le versant nord-oriental des Pyrénées (Belvis, alt. 960 m, Aude), Compte rendu de l’Académie des Sciences, p. 1781-1784.

Lacam (R.), Niederlender (A.), Valois (H.) 1944. Le gisement mésolithique du Cuzoul de Gramat, Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, n° 21, 92 p., 44 fig., 5 tableaux, Masson ed., Paris.

Roussot-Larroque 1977. Néolithisation et Néolithique ancien d’Aquitaine, Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. 74, Études et travaux, p. 559-582, 11 fig.

Rozoy (J.-G.) 1978. Les derniers chasseurs, n° spécial, Bulletin de la Société Archéologique champenoise, 1256 p., 294 fig., 81 tableaux, 259 pl.

Sacchi (D.) 1972. Datage 14 C d’un gisement mésolithique des Corbières : la Cauna d’Arques (Aude), Bulletin de la Société Préhistorique Française, C.R.S.M., t. 69, n° 8, p. 229.

Vernet (J.-L.) 1973. Etude sur l’histoire de la végétation du Sud-Est de la France au Quaternaire, d’après les charbons de bois principalement, Paléobiol. Continent, IV (1), 93 p.

1979. - Le milieu végétal à la fin du Würm de 15 000 à 8 000 B.C. d’après les charbons de bois. Coll. Int. C.N.R.S., n° 271, Bordeaux, p. 55-60.

1980. - La végétation du bassin de l’Aude entre Pyrénées et Massif Central, au Tardiglaciaire et au Postglaciaire, d’après l’analyse anthracologique, Review of Palaeobotany and Palynology, Amsterdam, 30, p. 33-55, 4 fig., 4 pl.

Notes

1 Contenants fixes remplis de braises.

Notes de fin

1 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur 31000 Toulouse.

2 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur 31000 Toulouse.

3 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur 31000 Toulouse.

4 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur 31000 Toulouse.

5 Laboratoire de Botanique et de Biogéographie, Université Paul Sabatier, 39, allées Jules Guesde 31077 Toulouse Cédex.

6 Centre d’Anthropologie des Sociétés Rurales, 56, rue du Taur 31000 Toulouse.

7 Laboratoire de Paléobotanique et Evolution des Végétaux, Université des Sciences et Techniques du Languedoc, place E. Bataillon 34060 Montpellier Cédex.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Tableau général de l’évolution des industries à l’abri du Roc de Dourgne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Figure 2 : Armatures triangulaires à retouches amincissantes ou « pointes de Gazel ». Formes recensées dans le bassin de l’Aude.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Légende Figure 3 : Analyse anthracologique de Dourgne. Charbons étudiés (452) : couche 4 : 63 ; couche 5 : 190 ; couche 6 : 58 ; couche 7 : 41 ; couche 8 : 42 ; couche 9 : 30 ; couche 10 : 28.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 4 : Typologie et évolution des structures par couches de l’abri du Roc de Dourgne.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 692k

Auteurs

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search