Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Le Néolithique primitif non cardial

Gaston-Bernard Arnal

Résumé

L’apparition du Néolithique dans le Midi méditerranéen pourrait être envisagée comme la conséquence d’impulsions associées agissant selon la topographie du territoire et les ethnies implantées. D’une part les indigènes des massifs montagneux, ayant subi une poussée démographique conséquente et bénéficiant d’un environnement favorable, se sont peu à peu structurés en groupes plus homogènes et ont été alors conduits à mener diverses tentatives témoignant d’une démarche néolithisante particulière. D’autre part les populations littorales, recevant l’influence d’un courant culturel, développent seulement dans les zones côtières une néolithisation à caractère plus spécialement intrusif pour étendre par la suite leur influence.

Texte intégral

1Les découvertes de ces dernières années nuancent quelque peu les notions générales que l’on pouvait avoir sur la première phase du Néolithique ancien dans le Midi de la France. Si le Cardial doit être considéré comme l’expression du Néolithique accompli, son implantation semble avoir rencontré dans nos régions un contexte où les populations étaient déjà en cours de néolithisation ; les éléments nouveaux sont certes limités et sporadiques mais cependant caractéristiques.

2L’exploitation de plusieurs gisements préhistoriques des reliefs montagneux paraméditerranéens montre l’existence d’un Néolithique ancien qui semblait être ignoré jusqu’à ces dernières années. L’abri - sous -roche de La Poujade à Millau (Aveyron) qui s’ouvre sur la rive droite de la vallée de la Dourbie, présente un remplissage particulièrement conséquent d’occupations humaines de cette période.

3Les couches profondes de la stratigraphie offrent un mobilier de type mésolithique pour lequel deux datations 14C (-6.760 et -6.960) sont en accord avec des microlithes de faciès montclusien. Les niveaux légèrement supérieurs révèlent déjà l’utilisation de la céramique au cours d’un habitat intensif de l’abri situé par cinq datations (-5.040, -4.900, -4.760, -4.670 et -4.550), mais un niveau intermédiaire entre ces deux ensembles ferait remonter l’apparition de la céramique à une date encore plus ancienne (-6.060).

4Le matériel lithique de l’ensemble de ces niveaux assure, à quelques détails près, une certaine homogénéité car la taille du silex est toujours foncièrement microlithique. On constate qu’à la progression chronologique établie par les datations absolues, s’ajoute une évolution normale des armatures microlithiques dans la succession des occupations, confortant la valeur stratigraphique autant que les données sédimentologiques, botaniques, malacologiques, polliniques, etc...

5La céramique est très rare, peu cuite, très friable, non décorée (on peut citer un unique tesson recueilli dans le remplissage d’un terrier, qui est le seul parmi la cinquantaine de tessons découverts en place à présenter une lèvre impressionnée).

Figure 1 : Stratigraphie synthétique de l’abri-sous-roche de La Poujade (Millau - Aveyron). Niveaux 13 à 9 : Mésolithique (Sauveterrien). Niveaux 8 à 7 : Néolithique ancien. Niveaux 6 à 4 : Néolithique moyen. Niveau 3 : Néolithique final. Niveau 2 : Epoque du Bronze. Niveau 1 : Paléochrétien et Médiéval.

6Le site de Roquemissou, proche de Rodez (Aveyron), nous offre une céramique identique. Le nombre et la conservation des tessons permettent de reconstituer la forme d’une poterie.

7Cette céramique est totalement différente de celle du Cardial, non seulement en raison de l’absence de décor mais encore par la texture de sa pâte et par sa coloration.

8Si, indépendamment du décor, de la texture de la pâte et de la coloration, nous devons comparer cette céramique à celle du Cardial, nous savons que cette dernière apparaît sur le littoral à -6.020 et -5.700 (Cap Ragnon), à -5.650 (Ile Riou), à -5.570 (Châteauneuf-les-Martigues) et à peu près à la même date à Montclus. En fait, plus le Cardial s’éloigne du littoral, plus le retard de sa pénétration est accusé. Il serait alors logique de penser que le Néolithique de genèse Cardial devrait atteindre La Poujade notamment à une date encore plus récente. Or ce n’est pas le cas, puisque plusieurs datations sont contemporaines du Cardial accompli si ce n’est de ses plus anciennes dates. Ne pouvant écarter l’éventualité de corrélation avec les impulsions culturelles du littoral et sachant que son origine est à rechercher en dehors de l’évolution normale du contexte Cardial « sensu stricto », il faudrait considérer cette céramique paraméditerranéenne soit comme le résultat d’une modification de la phase toute primaire de l’impressionné, soit comme l’émanation d’un courant totalement différent du Cardial.

9Les prospections menées ces dernières années ont fait découvrir une quantité appréciable de gisements au remplissage archéologique semblable à celui de La Poujade, permettant d’estimer l’existence d’une réelle dynamique d’un fonds autochtone. Dès le Préboréal, l’homme prédateur semble avoir trouvé dans ces monts forestiers une accomodation plus adaptée à ses besoins. Ensuite, au cours du Boréal, cette organisation plus mésolithique, en raison de son ascendant et de sa croissance démographique, a pu développer une structure plus homogène (facteur favorable à la réception des innovations) et, précocement, manifester une aspiration à un certain concept néolithique révélant un éventuel phénomène d’acculturation du substrat traditionnel local.

Figure 2 : Poterie du Néolithique ancien paraméditerranéen. Restitution graphique probable élaborée à partir des tessons d’un même récipient découvert dans l’abri-sous-roche de Roquemissou (Montrozier-Aveyron).

10Les fouilles faites dans les massifs paraméditerranéens dévoilent quelques gisements apportant des éléments néolithisants originaux, des VIP et VIe millénaires :

11Bouches-du-Rhône : Châteauneuf-les-Martigues

12Vaucluse : Gramari

13Unang

Figure 3 : Vue plongeante, prise en direction du nord, sur la couche III b de l’abri-sous-roche de Roquemissou (Montrozier - Aveyron). On distingue plusieurs tessons céramiques dont, notamment, les deux plus gros appartiennent à un même récipient.

14Aveyron : Campagnac (2 sites)

15La Poujade

16Roquemissou

17Combe Grèze

18Hérault : Camprafaud

19Abeurador

20Pyrénées Orientales : Ria

21Espagne : Verdelpino

22L’Espluga

23Cova Fosca

24Actuellement répertoriés dans l’extrême partie occidentale du Bassin méditerranéen, quatorze gisements manifestant des éléments néolithisants étrangers au complexe Cardial, font concevoir que la néolithisation primitive du Midi méditerranéen s’instaurerait selon deux processus parallèles, chacun d’une efficacité et d’une évolution inégales :

  • d’une part, un Néolithique méditerranéen de type Cardial dont la poterie dévoile des éléments intrusifs.

  • d’autre part, un Néolithique paraméditerranéen exprimant son détachement du premier notamment par une céramique très particulière et tout autre, accompagnée d’un fonds lithique de caractère autochtone tenace.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Stratigraphie synthétique de l’abri-sous-roche de La Poujade (Millau - Aveyron). Niveaux 13 à 9 : Mésolithique (Sauveterrien). Niveaux 8 à 7 : Néolithique ancien. Niveaux 6 à 4 : Néolithique moyen. Niveau 3 : Néolithique final. Niveau 2 : Epoque du Bronze. Niveau 1 : Paléochrétien et Médiéval.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Légende Figure 2 : Poterie du Néolithique ancien paraméditerranéen. Restitution graphique probable élaborée à partir des tessons d’un même récipient découvert dans l’abri-sous-roche de Roquemissou (Montrozier-Aveyron).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1140/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure 3 : Vue plongeante, prise en direction du nord, sur la couche III b de l’abri-sous-roche de Roquemissou (Montrozier - Aveyron). On distingue plusieurs tessons céramiques dont, notamment, les deux plus gros appartiennent à un même récipient.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1140/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search