Version classiqueVersion mobile

Premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale

 | 
Jean Guilaine
, 
Jean Courtin
, 
Jean-Louis Roudil
, 
et al.

France méditerranéenne

Les sépultures de la Baume Bourbon à Cabrieres (Gard)

André Coste, Henri Duday, Xavier Gutherz et Jean-Louis Roudil

Résumé

Les salles profondes de la Baume Bourbon à Cabrières (Gard) ont livré des sépultures attribuables à la phase récente du Néolithique ancien : les restes d’au moins quinze sujets - adultes de deux sexes, enfants - étaient répartis en trois secteurs où des remarques originales concernant les rites funéraires ont pu être réalisées. Le mobilier se limite à des éléments de parure, et tout particulièrement des bracelets en marbre, calcaire et test de Pectunculus.

Texte intégral

1Découverte en 1969 par H. Peyras, la Baume Bourbon à Cabrières (Gard) a fait l’objet de recherches de 1970 à 1974. Il s’agit d’une cavité s’ouvrant sur le flanc d’une petite combe creusée sur la bordure du massif calcaire urgonien des garrigues de Nîmes, à 3 km au Nord-Est de Cabrières.

2Occupée du Néolithique ancien à l’époque moderne, la cavité comprend une première salle dite salle du porche, où furent installés les habitats successifs, et, en contrebas, une suite de trois salles découvertes lors de la fouille du porche. Les deux salles les plus profondes ont abrité, à la fin du Néolithique ancien, les sépultures qui font l’objet de cette note.

3Les sépultures sont situées en divers points des salles 2 et 3 (voir fig. I : S1, S2, S3). La première zone (S3 du plan) correspond à la partie terminale d’un éboulis argileux qui prend naissance au bas de la salle du porche. La deuxième zone (S2 du plan) se trouve au fond de la salle 2, contre la paroi Nord. La troisième zone (SI du plan) se trouve au fond de la salle 3, à l’entrée du boyau terminal de la cavité.

Les sépultures

A.- Salle 2 - éboulis (zone S3 du plan).

4Il s’agit de la base d’un cône argileux contenant de nombreux blocs et cailloux calcaires. Cet éboulis est dû au colluvionnement dans la cavité d’une couverture pédologique externe. Cette formation, d’âge imprécis, contient une faune pleistocène (rhinocéros, cheval, hyène, bovidé) ; elle a d’abord été rencontrée dans la salle du porche et c’est à sa surface que se sont établis les premiers occupants du Néolithique ancien. Elle se retrouve également en contrebas dans la salle 1 où se sont accumulés des déchets provenant de l’habitat. On peut la suivre sans discontinuité jusqu’au centre de la salle 2 où elle s’ennoie sous une épaisse couche de sables limoneux lessivés, plus récents. La couche à ossements humains repose sur cette formation ancienne. Elle en épouse le fort pendage vers l’intérieur de la salle.

5C’est une couche de 10 à 20 cm de puissance, à matrice argileuse rouge, jaune ou grise dans sa tranche supérieure. Elle contient de nombreux blocs et cailloux calcaires. Cette couche livre, surtout à sa base, de nombreux documents provenant de la salle du porche et entraînés peu à peu sur la pente : céramique cardiale - certains tessons se raccordant à ceux qui ont été trouvés dans la salle du porche-, restes de faune assez abondants (bœuf, mouton, lapin principalement), des éclats de quartz et de silex. Un tamisage à l’eau a permis de récolter des grains de céréales carbonisés (Triticum aestivo-compactum, déterminé par J. Erroux). Les ossements humains se rencontrent essentiellement dans la tranche supérieure de la couche. Il n’y a aucune connexion, les os ayant été entraînés et dispersés sur la pente.

Figure 1 : Plan de la cavité. Les salles profondes se trouvent en partie au-dessous de la salle du porche (dans ce cas, le contour des parois est figuré en pointillé). S1 - S2 - S3 : ensembles sépulcraux. Grandes flèches : axes de soutirage des sédiments. Petites flèches : sens de circulation des eaux vers le boyau terminal. Hachures serrées : piliers stalagmitiques. (Plan A. Coste).

6La position de ces os dans la partie supérieure de la couche colluviée montre bien que les sépultures n’ont été déposées qu’au cours de la dernière période d’utilisation de la cavité par les hommes du Néolithique ancien, puisque les déchets provenant de l’habitat du porche se trouvent pour la plupart au-dessous des os.

7Dans cette partie de l’éboulis, le colluvionnement a entraîné la fermeture du goulet qui sépare les salles 1 et 2. C’est pourquoi cette zone n’a plus reçu d’apports provenant de l’amont après la dernière occupation du Néolithique ancien. La zone Ouest de l’éboulis a par contre continué à recevoir blocaille et déchets de l’habitat : on y trouve des documents attribuables au Néolithique moyen ou même à l’Age du Bronze (dont un petit gobelet à fond conique du Bronze final II).

8Dans la zone où furent découverts les ossements humains, la couche sépulcrale a été fossilisée par la formation d’un plancher stalagmitique qui garantit son intégrité stratigraphique. Ce plancher n’a pas été recouvert par de nouveaux dépôts et certains os humains purent ainsi être repérés dès notre première visite, recouverts d’une pellicule de calcite.

9Bien que l’on puisse attribuer au Néolithique ancien terminal tout le mobilier archéologique découvert dans la couche à ossements, il est cependant difficile d’établir une distinction nette entre les documents qui proviennent des rejets d’habitats et ceux qui sont plus spécifiquement liés aux dépôts funéraires.

10Outre une flèche trapézoïdale à tranchant transversal, deux fragments de bracelets, l’un en marbre de section elliptique et l’autre taillé dans une valve de pétoncle (Pectunculus sp.) et une perle ronde découpée dans une valve de Cardium, ce mobilier comprend de nombreux fragments de céramique, dont certains permettent des reconstitutions partielles. On distingue notamment :

  • un grand vase cylindrique portant deux (ou quatre) anses en ruban épais placées à mi-panse, d’où partent deux cordons lisses horizontaux ; des cordons lisses verticaux couvrent le tiers supérieur du vase jusqu’à la lèvre qui est ornée de pastilles appliquées et écrasées sur la face externe. Cette lèvre présente un méplat légèrement incliné vers l’intérieur et se termine par un ourlet interne.

  • Un vase globuleux à col orné de courtes cannelures verticales sur la panse.

  • Deux fragments jointifs d’un vase à col cylindrique épais (« bouteille »).

  • Plusieurs fragments d’une coupe à paroi distincte, présentant une carène basse au profil adouci.

  • Plusieurs tessons ornés et notamment un tesson qui porte un décor au peigne en arêtes de poisson ; plusieurs fragments de ce vase ont été découverts dans la couche 5 du porche et dans la salle 1.

11L’abondance des décors plastiques et l’absence de décor à la coquille font attribuer ces poteries à la phase récente du complexe cardial, ce qui est confirmé par une datation isotopique sur charbons de bois prélevés dans la couche à ossements : 6080 ± 100 BP, soit 4130 BC (MC-794). La couche d’habitat de la salle du porche a, quant à elle, été datée sur charbons de 4230 ± 180 BC, date qui confirme l’appartenance du gisement à la phase récente du Néolithique ancien.

12Un premier dénombrement des défunts a été réalisé par l’un de nous (H.D.) et a montré la présence dans ce secteur de cinq sujets au moins, à savoir un enfant d’environ six ans, un adolescent mort entre dix-huit et vingt ans, un adolescent ou adulte jeune et deux adultes. Leur sexe n’a pu être déterminé et nous n’avons observé aucune connexion anatomique.

B.- Salle 2 - zone du fond/paroi Nord (zone S2 du plan).

13Des ossements humains concentrés contre la paroi Nord de la salle 2 ont été découverts à la surface de la couche des sables limoneux. Ils étaient recouverts d’une légère pellicule de calcite et ont été entraînés contre la paroi dans une zone très basse où aucune connexion n’a été repérée.

14De ce secteur proviennent les restes très incomplets de trois sujets au moins, un enfant de deux à cinq ans et deux adultes dont une femme, le sexe de l’autre n’ayant pu être déterminé.

15Le mobilier recueilli avec ces vestiges est exceptionnel : deux bracelets intacts découpés dans des valves de Pectunculus, d’assez faibles dimensions (diamètre interne 55 mm).

C- Salle 3 - Boyau terminal (zone S1 du plan).

16Un resserrement des parois de la salle 2 et un bombement de la surface du dépôt sableux forment une sorte de goulet qui sépare les salles 2 et 3. Au fond de la salle 3 s’amorce un étroit boyau à faible pente, qui est colmaté au bout de quelques mètres seulement par les dépôts sablo-limoneux.

17C’est à l’entrée de ce boyau qu’ont été trouvés les restes d’au moins sept individus, certains reposant en surface : deux enfants (l’un de trois mois à un an, l’autre de trois à huit ans qui n’est représenté que par son troisième métatarsien droit) et quatre ou beaucoup plus probablement cinq adultes dont une jeune femme d’environ dix huit ans et un homme particulièrement robuste. L’un des autres adultes, dont le sexe n’a pas pu être déterminé, était vraisemblablement assez âgé, car il présente des signes d’arthrose lombaire évoluée.

Figure 2 : Eléments de parure et matériel lithique associés aux sépultures : N° 1 et 2 : bracelets en test de pectunculus provenant de la zone S2. 3 : perle en test de cardium provenant de la zone S3.4 : flèche en silex à tranchant transversal provenant de la zone S1.5 : bracelet en calcaire urgonien provenant de la zone S1.

18Certains os portent un dépôt brun-rouge riche en oxyde de fer. Selon les premières analyses effectuées par H. Mercadier, au Laboratoire de Géologie de l’U.S.T.L. de Montpellier, cette coloration paraît résulter d’un apport intentionnel de matériau à partir d’une couverture pédologique proche de la cavité. C’est le seul secteur sépulcral de la baume Bourbon où un semblable apport ait été observé.

19Bien que de nombreux ossements aient été entraînés par les ruissellements tout au long du boyau terminal, d’importantes connexions anatomiques ont pu être observées, immédiatement en amont de l’entrée du boyau. La jeune femme reposait sur le dos, les cuisses fléchies sur le bassin et rabattues vers la gauche. Le membre inférieur d’un autre adulte était fortement fléchi. Il s’agit dans les deux cas de positions forcées dont le maintien a dû nécessiter des liens ou une enveloppe périssables.

20Le mobilier associé se réduit à quelques éléments de parure :

  • un bracelet en calcaire urgonien composé de deux fragments jointifs qui ont été rassemblés, après une cassure accidentelle, au moyen de liens passés dans des trous de réparation à perforation biconique situés à l’extrémité de chaque fragment (un trou percé trop près de la cassure a dû être abandonné et un second trou a été percé un peu en retrait).

  • Une petite pendeloque amygdaloïde découpée dans une valve de Cardium, puis polie.

21Ce secteur est suffisamment éloigné de l’habitat pour qu’il soit permis de considérer ce mobilier comme étant en relation directe avec les sépultures.

Conclusions

22Les sépultures de la baume Bourbon peuvent sans difficulté être attribuées au Néolithique ancien terminal, en raison de la position stratigraphique des sépultures de l’éboulis (salle 2) et de la nature du mobilier qui accompagne chacun des dépôts sépulcraux.

23On pourrait proposer pour un tel ensemble le terme de nécropole, puisque les restes d’au moins quinze individus y ont été déposés : quatre enfants, trois adolescents et huit adultes, dont l’un était sans doute assez âgé. Mais il est difficile de l’assimiler à une sépulture collective du type qui se développera, dans le Midi méditerranéen notamment, dès le Néolithique récent : bien que les corps aient été déplacés par les ruissellements et le colluvionnement, on peut en effet reconnaître trois secteurs bien distincts ayant respectivement reçu cinq, trois et sept sujets. Le secteur S1 montre en outre que les dépôts étaient séparés, chaque corps étant maintenu en position contractée par des moyens de con-tension dont la nature ne nous est pas connue. Il semble donc plus approprié d’y voir une juxtaposition, dans plusieurs zones, de sépultures individuelles.

24On remarquera aussi que les cadavres ont été placés à même le sol et qu’il ne s’agit donc pas d’inhumations au sens propre du terme. C’est d’ailleurs cette disposition superficielle qui est à l’origine des remaniements ultérieurs par les eaux de ruissellement ou les mouvements sédimentaires. La présence, dans le sol de la salle 3, de fentes de dessication recomblées par des limons charbonneux montre que cette partie de la cavité a été noyée temporairement après l’utilisation funéraire, ce qui, à n’en pas douter, a favorisé le déplacement des os.

25On connaît la rareté des sépultures qui, dans le Sud de la France, peuvent être attribuées avec certitude au Néolithique ancien (Duday, 1976). Il est donc actuellement difficile d’établir des comparaisons pertinentes quant aux rites funéraires ou aux caractères morphologiques de ces populations. On rappellera cependant que la contraction du cadavre a déjà été signalée pour des tombes sensiblement contemporaines : grotte Gazel, grotte d’Unang, abri de Saint-Mitre. Par contre, le dépôt à la surface du sol semble exceptionnel, et l’on ne connaissait jusqu’à présent que des sépultures en fosse, parfois délimitées par une ceinture de blocs. Il est délicat de se prononcer ici sur l’éventualité des offrandes carnées : dans la zone S3, les ossements d’animaux peuvent, comme la céramique, provenir de l’habitat du porche, et les deux autres secteurs funéraires n’en ont pas livré. Ce sont en fait ceux-ci, parce qu’ils sont plus éloignés des zones habitées, qui nous informent le mieux sur la nature des offrandes : le seul mobilier est constitué par des éléments de parure (pendeloque et bracelets). On notera d’ailleurs que tous les secteurs funéraires ont livré des bracelets, intacts ou fragmentaires. La présence de bracelets n’est cependant pas l’apanage des sépultures, puisque les sols d’habitat du Néolithique ancien de la baume Fontbrégoua à Salernes (Var) en ont fourni plusieurs, dont certains étaient en cours de fabrication.

26La plupart des tombes attribuées au Néolithique ancien cardial se trouvent soit au sein même des habitats, soit à proximité, dans la même grotte ou le même abri. Cette proximité entre morts et vivants est sans doute un héritage mésolithique ; les cavités naturelles à vocation exclusivement funéraire ne semblent faire leur apparition que dans la première moitié du troisième millénaire, du moins en ce qui concerne la France méridionale.

27Quant à l’apport de colorant brun-rouge dans la tombe -s’il se trouve confirmé-, il représente également une survivance mésolithique ; c’est la première fois que ce rite est signalé en contexte cardial.

28L’ensemble sépulcral découvert dans les salles profondes de la baume Bourbon à Cabrières est donc extrêmement original ; il contribue de ce fait à enrichir nos connaissances sur les rites funéraires du Néolithique ancien méridional, en rompant l’apparente unité des tombes antérieurement connues.

Bibliographie

Bibliographie

Coste (A.) et Gutherz (X.) 1976. Découverte de la phase récente de la culture cardiale dans les garrigues de Nîmes, (Gard). B.S.P.F., tome 73, C.r.s.m., n° 8, p. 246-250.

Courtin (J.) et Gutherz (X.) 1976. Les bracelets de pierre du Néolithique méridional. B.S.P.F., tome 73. Etudes et travaux, p. 352-369.

Duday (H.) 1976. La population de la France Méditerranéenne dans le Languedoc et le Roussillon, in : La Préhistoire Française, tome II. Edit. du C.N.R.S., Paris, p. 129-134.

Duday (H.) et Guilaine (J.) 1975. Les rites funéraires en Languedoc et Roussillon du Néolithique au Premier âge du Fer. C.L.P.A., 24, p. 140-151.

Roudil (J.-L.) 1974. Informations archéologiques, Circonscription Languedoc-Roussillon, Gallia Préhistoire, tome 17, 2, p. 655-656.

Roudil (J.-L.) 1974 (76). Le Néolithique ancien du languedoc oriental. Congrès Préhistorique de France, XXème session, Provence, p. 518-524.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Plan de la cavité. Les salles profondes se trouvent en partie au-dessous de la salle du porche (dans ce cas, le contour des parois est figuré en pointillé). S1 - S2 - S3 : ensembles sépulcraux. Grandes flèches : axes de soutirage des sédiments. Petites flèches : sens de circulation des eaux vers le boyau terminal. Hachures serrées : piliers stalagmitiques. (Plan A. Coste).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1132/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Légende Figure 2 : Eléments de parure et matériel lithique associés aux sépultures : N° 1 et 2 : bracelets en test de pectunculus provenant de la zone S2. 3 : perle en test de cardium provenant de la zone S3.4 : flèche en silex à tranchant transversal provenant de la zone S1.5 : bracelet en calcaire urgonien provenant de la zone S1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/1132/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 381k

© CNRS Éditions, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search